Les Cahiers internationaux de sociologie de la gestion sur Hypotheses.org !

montrealinde-2-300x197Depuis février 2009, le réseau Sociologie de la gestion publie une revue électronique : le « 4 pages du RT 30 » (jusqu’au n°9) qui est devenu les Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion (CISG – https://sociogest.hypotheses.org). Cette revue accueillie par la plateforme hypotheses.org se compose de plusieurs rubriques :

  • Recherches : cette rubrique permet d’aborder un point de vue théorique, une recherche en cours, … susceptibles d’intéresser la thématique qui nous occupe (la sociologie de la gestion et du management) ;
  • Entretien : cette rubrique est consacrée à l’interview d’une personnalité dont les recherches, les enseignements ou les pratiques permettent d’apporter un éclairage sur les problématiques intéressant la sociologie de la gestion.  
  • Lectures : cette rubrique contient une ou plusieurs notes critiques sur des ouvrages abordant des thèmes en lien avec notre réseau

Vous pouvez lire et télécharger librement tous les numéros de cette revue au fur et à mesure de leur parution. Tous les éléments qui composent cette revue sont soumis à copyright et aux règles de la propriété intellectuelle. Lire la suite

Appel à contributions « Qualité de vie au travail : négocier le travail pour le transformer, enjeux et perspectives d’une innovation sociale »

AnactXAract
Le réseau
La Revue des conditions de travail n° 3 / 2015 – Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail

Appel à contributions

ANACT-ARACTSi la notion de Qualité de vie au travail (QVT) connaît depuis quelques années un recours soutenu, ce n’est qu’à partir de l’Accord national interprofessionnel de juin 2013 — « Vers une politique d’amélioration de la qualité de vie au travail et de l’égalité professionnelle » — qu’elle entre de manière formelle dans le champ des relations professionnelles et du dialogue social français. Aujourd’hui, presque deux ans après la conclusion de ce texte, il est pertinent de faire état des avancées et des difficultés dans la mise en œuvre de l’invitation faite aux acteurs de l’entreprise, dès le préambule de l’accord, « d’investir et de placer leur confiance dans l’intelligence individuelle et collective pour une efficacité et une qualité du travail ». Lire la suite

Appel à des états généraux des sciences sociales critiques

Source : l’Humanité.frsciencesociale

Texte collectif. « Travailler à disséminer des instruments de défense contre les mécanismes du pouvoir et de la domination ».

Les dominants, qui ne trouvent rien à redire au monde tel qu’il est, ont partie liée avec « le bon sens » qui dit que ce qui est doit être et ne saurait être autrement. Le bon sens des dominants accrédite, par exemple, la confusion banale entre nature et culture, entre ordre social et ordre naturel. Ainsi l’idéologie du don prétend-elle rendre compte des inégalités scolaires par des inégalités « naturelles » (de « talent » ou de patrimoine génétique). C’est le même genre de croyance qui soutient les mobilisations en faveur de la famille traditionnelle supposée, elle aussi, « naturelle ». Et c’est encore le même bon sens qui s’efforce de faire passer les axiomes du capitalisme néolibéral – la recherche du profit maximum, les bienfaits de la concurrence libre et non faussée, l’incapacité économique de l’État, etc. – pour un horizon « rationnel » indépassable. Exercer le pouvoir symbolique, c’est amener les dominés à croire que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles et convaincre ceux qui en douteraient qu’il n’y a pas d’alternative. Déclinée sous diverses formes, la doxa néolibérale est aujourd’hui hégémonique dans l’arène politique et dans l’univers médiatique. Dans le champ intellectuel, comme dans les programmes scolaires, elle gagne du terrain et c’est une des raisons pour lesquelles l’ordre règne… Lire la suite

Travail et santé au travail : quels apports du regard sociologique ?

Appel à articles pour la Nouvelle Revue du Travail, rubrique Corpus du n° 4, printemps 2014.

Date limite d’envoi des articles : 20 juin 2013

Depuis quelques années le domaine de la santé au travail fait l’objet d’une production foisonnante en sciences sociales. Cette dynamique est en rapport avec l’intérêt renouvelé porté à ces questions dans l’espace public, à la dégradation des indicateurs de la santé au travail et aux transformations des expressions des pénibilités du travail, voire à la crise du système de santé au travail : ne s’est-il pas révélé incapable de prévenir une catastrophe sanitaire majeure comme celle de l’amiante, se traduisant par des dizaines de milliers de victimes ? Ce dossier de la NRT souhaite mettre en exergue les apports du regard sociologique au sein de et sur cette dynamique : quels sont les effets d’un certain retard – du moins relativement à l’ergonomie, la psychologie du travail, l’épidémiologie ou même à l’histoire – de notre discipline dans la prise en compte de cette thématique ? Quels sont les limites et/ou les angles morts de la production dominante que la sociologie permet ou permettrait de dépasser ou de combler ? Certains facteurs sociaux dans la construction de la santé au travail et, plus largement, des inégalités et différenciations sociales de santé, ne méritent-ils pas d’être mieux investigués ? Tel nous semble le cas par exemple du rôle du chômage et de la précarité de l’emploi, de l’organisation du travail, de certaines formes de domination sociale – notamment liées au genre – qui tendent à invisibiliser certaines atteintes à la santé au travail. Les pistes qui suivent sont susceptibles de retenir l’intérêt de la revue

Lire la suite

Appel à contribution pour le colloque “Bourdieu et le travail”

Pierre BourdieuA l’occasion du dixième anniversaire de la disparition de Pierre Bourdieu, est organisé un colloque sur l’usage et l’héritage du sociologue aux analyses du travail. L’évènement se tiendra les 13 et 14 décembre prochains sur le site Pouchet à Paris. Les propositions de communication ne devront pas dépasser 3000 signes et sont attendues pour le 1er mai 2012 au plus tard.

En janvier 2002, Pierre Bourdieu disparaissait, laissant derrière lui une œuvre majeure. Multipliant les enquêtes d’où sont issus ou ont été mis à l’épreuve les concepts d’habitus, de capital culturel, de violence symbolique, de champ, etc., son influence tient en grande partie à la capacité d’exploration de cette « boîte à outils » conceptuelle dans de multiples domaines d’investigation. Du système scolaire au champ littéraire, de la distinction à la domination masculine, des classes sociales à l’État, de Heidegger à Manet, etc., Bourdieu a mené des enquêtes qui, chacune dans leur domaine, sont depuis lors autant de références. Pourtant, un domaine d’investigation essentiel semble être resté à l’écart de ses recherches : celui du travail qui était pourtant un objet central des enquêtes menées en Kabylie.

Lire la suite