Appel à article Droit & travail

Date 18 juillet 2014 |

Appel à articles pour la Nouvelle Revue du travail

Corpus n° 7, coordonné par M. Dressen (NRT), S. Maugeri (NRT), B. Touchelay (IRHiS, Lille 3) et I. Chambost (Lirsa, Cnam) (parution automne 2015)
 

En France, l’année 2012 a vu la célébration du trentième anniversaire des lois Auroux. Au moment de leur adoption, on a pu croire que ces lois allaient garantir aux salariés de meilleurs droits ainsi qu’une plus grande capacité d’intervention dans la gestion de l’entreprise (notamment grâce au renforcement des prérogatives économiques du comité d’entreprise. C’était oublier que le droit ne peut exprimer sa pleine capacité que s’il est mobilisé par des forces sociales, lesquelles peuvent peser aussi bien pour son interprétation et son application que pour sa modification. Or, depuis 1982, date de promulgation de ces lois, le contexte économique et social a connu de profondes modifications. Les restructurations, les délocalisations, la mise en réseau des firmes et la déterritorialisation des centres de commandes des multinationales ont dissous les frontières de l’entreprise, entraînant une difficulté croissante dans la mobilisation du droit. Le référentiel juridique des organisations s’est complexifié, brouillé et d’une certaine façon a été neutralisé par un enchevêtrement législatif multiscalaire, allant des conventions de branche aux règlements européens ou mondiaux. Il s’est vu également modifié sur le fond, laissant peut-être une place croissante aux arrangements individuels. On pense, par exemple, aux ruptures de contrats de travail sous forme conventionnelle dont le patronat, qui les avait réclamées, tire avantage en atomisant la situation des salariés. Par ailleurs, ces derniers semblent se détourner d’un traitement collectif de situations pourtant identiques : fragmentation croissante de l’appareil productif au sein des filières industrielles qui empêche de discerner clairement l’origine des décisions stratégiques ; nouvelle mobilité du capital, qui reconfigure inlassablement les rapports de pouvoir dans l’entreprise, plus particulièrement dans les multinationales ; et, finalement, ce qu’on pourrait appeler une certaine « liquidité » de rapports de production sans cesse en transformation, qui entrave les capacités d’appropriation du droit par les salariés et leurs représentants.

Ces transformations posent la question de ce que dit le droit et de ce qu’il fait, permet de faire ou permettrait de faire, dans divers domaines relatifs au travail[1].

L’importance du droit pour l’avenir du travail, en particulier du droit social (droit du travail et de la Sécurité sociale), paraît d’autant plus évident que les luttes sociales ouvertes, par exemple sous forme de grèves, reculent dans le secteur privé, même si elles ne disparaissent pas. De ce point de vue, un des paradoxes auxquels les salariés se trouvent confrontés pourrait être de dire que le droit seul ne peut pas grand-chose, mais, dans le même temps, le droit semble devenir le recours privilégié des salariés pour restaurer un minimum d’équilibre dans la relation de subordination dans un contexte de déclin des mobilisations sociales.

Notre appel à article vise ainsi à donner un aperçu du potentiel heuristique d’une entrée par le droit, notamment du droit à l’information économique et sociale, dans la compréhension des mutations du monde du travail. Il s’agit d’éclairer les stratégies, logiques et pratiques de tous ceux qui ont à utiliser le droit pour conduire leur action ou garantir leur défense: management, salariés et leurs représentants respectifs, bien sûr, mais aussi conseillers aux prud’hommes ou inspecteurs du travail, par exemple, pour lesquels le droit est au fondement de leurs pratiques professionnelles. Un autre aspect de la question est celui de l’effectivité du droit et de la capacité des acteurs à s’en saisir. Les analyses porteront sur les entreprises privées, PME ou GE, nationales ou internationales, ou les organisations publiques ou parapubliques, et pourront être déclinées dans des perspectives empiriques ou théoriques, historiques ou comparatives, sans exclure d’autres postures de recherche (monographiques, doctrinales, etc.). Toutes les sciences de l’homme et de la société s’intéressant à ces dimensions seront les bienvenues, conformément à la ligne éditoriale de la revue.

Les articles ne doivent pas dépasser 45 000 (espaces et bibliographie compris) et sont à adresser avant le 31 décembre 2014 à nrtravail@gmail.com en suivant les modalités et les normes de présentation précisées à la rubrique Soumission et évaluation sur le site web de la NRTnrt.revues.org

Les articles, après anonymisation, seront soumis à deux évaluateurs internes et à un évaluateur extérieur à la revue.


[1] Cette interrogation a donné lieu à une journée d’étude organisée par Isabelle Chambost et Béatrice Touchelay en octobre 2013 à l’université de Lille 3 dans le cadre du séminaire de l’Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHiS) : « L’information économique et sociale des salariés et de leurs représentants. Que dit le Droit ? » Le présent appel s’inscrit dans son prolongement.

Appel à articles Le dialogue social et ses usages. Euphémisation, effacement ou renouvellement des résistances au travail ?

Date 7 juillet 2014 |

Appel à articles pour La Nouvelle Revue du travail

Corpus n° 8, coordonné par Paul Bouffartigue, Jean-Michel Denis, Cécile Guillaume et Arnaud Mias (parution au printemps 2016)

La Nouvelle Revue du travail prépare un dossier thématique (« Corpus ») consacré aux usages du dialogue social dans les entreprises. Les questions que les coordinateurs souhaitent voir traitées dans ce numéro s’articulent autour des thèmes suivants :

  • Encensé par les pouvoirs publics comme moyen de rendre (plus) effectifs les droits des salariés, encouragé par l’extension du champ de la négociation collective d’entreprise et légitimé par la volonté de « modernisation » des relations sociales, le dialogue social fait l’objet d’une entreprise de promotion à géométrie variable. Ce Corpus pourra accueillir tout d’abord des travaux questionnant les logiques sociales, économiques et juridiques qui président à la construction de cette rhétorique et à sa diffusion. Quels sont les logiques, les supports et les acteurs de cette re-valorisation ?
  • D’un point de vue empirique, des contributions sont également attendues sur les conditions de mise en œuvre de ce discours et notamment sur les risques d’instrumentalisation qu’il véhicule. Au-delà des discours, quelle est la réalité des pratiques de représentation et de négociation dans les entreprises ? Comment les « partenaires sociaux » se conduisent-ils face à cette injonction qui les incite à investir les arènes formelles de la représentation du personnel tout en devant composer avec des contraintes légales accrues ? Celle-ci semble en effet manifeste lorsque les négociations se caractérisent par une absence totale de délibération ou par une imposition des thèmes de négociation. De nombreux accords d’entreprise ne font que reprendre les termes des accords de branche, voire du Code du travail, et pâtissent d’une mise en œuvre sélective. Cette instrumentalisation peut y compris conduire des directions d’entreprise à privilégier tel ou tel acteur syndical pour aboutir à des accords moins contraignants. Des travaux portant sur les ressources et stratégies des représentants des salariés, qu’ils soient syndiqués ou non, pour se saisir des obligations nouvelles de négociation et des opportunités de représentation des salariés (dans les conseils d’administration notamment) afin d’obtenir des avancées sociales et de contraindre les employeurs à négocier sur des sujets souvent jugés secondaires (égalité professionnelle, mixité, handicap, seniors, santé au travail…) seront également bienvenus.
  • De même, on pourra s’interroger sur les formes de répression syndicale et de domination des salariés qu’occulte cette rhétorique et les limites de ce discours au-delà du périmètre des grandes entreprises. Cette entreprise de promotion s’inscrit en effet dans un contexte où les salariés sont plutôt décrits comme impuissants face à la force des croyances et des dogmes imposés par le management, soit par consentement, soit par intériorisation des contraintes présentées comme irréfragables puisque liées à l’internationalisation des marchés. Si la présence syndicale dans les entreprises s’accroît, des pans entiers du salariat ne bénéficient d’aucune représentation formelle du personnel et semblent encore très éloignés des attendus d’un dialogue social modernisé. Comment penser les usages du dialogue social dans des univers parfois dépourvus de toute représentation collective ou avec une faible présence syndicale ? Quelles articulations avec les autres formes d’action collective ? Les formes contemporaines de domination au travail conduisent-elles à des stratégies strictement défensives et/ou individuelles dépourvues de toute ambition de transformation des rapports sociaux ?
  • À l’inverse, en s’intéressant aux différentes formes de résistances, individuelles et collectives, dans l’entreprise, mais aussi aux « pratiques non conformes » – qu’il conviendra de définir et de distinguer des précédentes –, comment comprendre leur articulation avec les formes plus institutionnalisées de représentation des salariés ? Celles-ci n’épuisent-elles pas les capacités de la mobilisation syndicale, au point de ne laisser la place qu’aux oppositions les moins traditionnelles ? Ou assiste-t-on à un continuum entre formes « classiques » de résistance et développement de formes plus originales ?

Les contributions pourront couvrir un ensemble de secteurs et d’entreprises hétérogènes, de la grande entreprise très syndiquée avec un salariat stable à des petites entreprises dans des secteurs précaires et sans représentation formelle des salariés. L’idée étant de saisir la variété des formes et des usages du « dialogue social » et ses évolutions, selon les contextes et les périodes.

 Les articles ne doivent pas dépasser les 45 000 signes (espaces et bibliographie compris) et sont à adresser avant le 30 mars 2015 à nrtravail@gmail.com en suivant les modalités et les normes de présentation précisées à la rubrique Soumission et évaluation, sur le site de La NRT.

 

 

L’enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale, Nancy, PUN.

Date 30 juin 2014 |

L’enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managérialeLa Nouvelle Revue du travail a le plaisir d’annoncer la parution de L’enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale (Lionel Jacquot) aux Presses universitaires de Nancy, 2014.

Cet essai passe au crible de l’analyse critique l’omniprésence du management et son extension inédite à l’ensemble de la société et de ses institutions. Érigé en nouvelle gouvernementalité, le management est l’expression d’un pouvoir politique qu’un petit nombre d’individus du capital exerce sur le grand nombre du travail afin qu’il « marche » pour lui. Approché de la sorte, il constitue un enrôlement qui repose sur toute une machinerie managériale. Armé d’un esprit sociologique tout en dialoguant avec les autres sciences humaines et sociales, l’auteur vise à décrypter le management au travers des discours et des pratiques, de l’instrumentation déployée, des formes de mobilisation développées et des agents engagés pour prescrire les subjectivités et socialiser les collectifs de travail.

Comprendre comment la machinerie managériale impose le capitalisme néolibéral comme habitacle dans lequel nous devons vivre est l’étape nécessaire pour ne pas s’y résigner et par là même imaginer les voies par lesquelles il est possible d’en sortir.

Membre du comité de rédaction de La Nouvelle Revue du travail, Lionel Jacquot est professeur de sociologie – directeur du Laboratoire lorrain de sciences sociales.

Ouvrage L’enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale
Édition Première édition
Éditeur Presses universitaires de Nancy
Support Livre broché
Nb de pages 111 p.
ISBN-10 281430190X
ISBN-13 9782814301900

Émotions au travail, travail des émotions

Date 30 juin 2014 |

Appel à articles pour la Nouvelle Revue du travail

 

Corpus n° 6 coordonné par Sabine Fortino, Aurélie Jeantet et Albena Tcholakova (printemps 2015)

Le travail qui occupe une place centrale dans la société sollicite sans cesse les émotions. En tant que producteur de rapports sociaux et de conflits, il engendre mépris et violence, suscitant des sentiments d’injustice, d’envie et de haine, etc. Et parce que le travail mobilise les individus « corps et âme » dans leur activité professionnelle, il engage leur enthousiasme et leur envie de bien faire, en s’appuyant sur des savoir-faire techniques mais aussi affectifs comme l’empathie ; il suscite également des émotions non recherchées (la douleur, l’ennui, le découragement, etc.) lorsque les conditions de production ne permettent pas aux salariés de faire du bon travail.

Les émotions ne sont plus l’apanage de la psychologie. Elles intéressent les historiens, les politistes, les anthropologues, les sciences de la gestion, l’économie et, depuis peu en France, les sociologues qui les étudient en tant que construit social engendrant un double rapport, à soi et au monde, lisible dans ses manifestations corporelles (Merleau-Ponty). Plus encore, la sociologie s’intéresse désormais à ce que deviennent les émotions dès lors qu’elles sont prescrites par l’organisation, au « travail émotionnel » (Hochschild) qui consiste à éprouver et afficher certaines émotions, à en éviter d’autres. Si cela est patent dans les services, tous les métiers se trouvent exposés à cette contrainte. Selon les métiers, les émotions mobilisées ou exigées diffèrent, formant une part de la culture professionnelle.

Ce corpus de la NRT se propose donc d’explorer centralement le thème des émotions au travail, avec pour axe nodal l’étude des normes émotionnelles et la façon dont elles structurent les mondes professionnels contemporains. Les contributions attendues s’emploieront à révéler et décrire comment les individus et/ou les collectifs apprennent ces normes émotionnelles, les expriment, les acceptent ou les combattent, selon les cas et les contextes particuliers. Elles pourront aussi proposer une analyse de la prescription émotionnelle au travail, qu’elle soit le fait des pairs, de la hiérarchie ou de rapports sociaux (de classe, de sexe, de « race » ou générationnels). À titre indicatif et de façon non exhaustive, les questions traitées dans ce numéro thématique s’articulent autour des trois thèmes suivants qui pourraient faire l’objet d’articles portant sur l’un ou sur plusieurs des thèmes évoqués. Lire la suite de ce billet »

Réédition de Théories de la motivation au travail (Salvatore Maugeri)

Date 2 juin 2014 |

Salvatore Maugeri, Théories de la motivation au travail, Paris, Dunod, 2013 (2e éd.)

La Nouvelle Revue du travail a le plaisir d’annoncer la réédition (2013) de louvrage Théories de la motivation au travail (Salvatore Maugeri), publié chez Dunod, coll. « Les Topos ».

Plébiscité déjà par plus de 4 000 lecteurs, cet ouvrage permet d’effectuer un tour d’horizon complet des différentes théories de la motivation au travail à travers ses écoles (classique, relations humaines, néoclassique). Il offre une analyse critique des apports de chacune et montre en quoi elle représente une avancée pour la pensée managériale. Cette nouvelle édition mise à jour est enrichie d’exemples et illustrations pratiques (cas réels). L’ouvrage a par ailleurs fait l’objet d’une récente recension parue dans le dernier numéro de la NRT.

Membre du comité de rédaction de notre revue (http://nrt.revues.org/), Salvatore Maugeri est sociologue à l’université d’Orléans, en poste à l’IUT de Chartres.
Rattaché au laboratoire Vallorem (Val-de-Loire-recherche en management), il est aussi membre fondateur et actuel président du RT30 Sociologie de la gestion de l’AFS.


Carnets de recherche