Appel à articles Le dialogue social et ses usages. Euphémisation, effacement ou renouvellement des résistances au travail ?

Mis en avant

Appel à articles pour La Nouvelle Revue du travail

Corpus n° 8, coordonné par Paul Bouffartigue, Jean-Michel Denis, Cécile Guillaume et Arnaud Mias (parution au printemps 2016)

La Nouvelle Revue du travail prépare un dossier thématique (« Corpus ») consacré aux usages du dialogue social dans les entreprises. Les questions que les coordinateurs souhaitent voir traitées dans ce numéro s’articulent autour des thèmes suivants : Lire la suite

Festival Filmer le travail de Poitiers

Le 6e Festival de Poitiers s’est tenu du 6 au 15 février 2015 avec le même succès que les années précédentes. La diversité des préoccupations et des présentations par des cinéastes, des sociologues ou des psychologues du travail ont animé cette longue semaine du cinéma sur le travail.
Rétrospective Wang Bing dont l’intégrale À l’ouest des rails pour fêter la Chine dont c’était l’année à Poitiers, mais aussi pour illustrer l’internationalisation grandissante du festival. De façon subjective, cette fête du cinéma sur le travail a célébré le temps lent avec de nombreux films dont le temps était au cœur du propos comme dans Le cousin Jules de Dominique Benichetti (1973), My name is salt de Farida Pacha (2013) ou l’excellente série TV sur la société italienne des années 1960, Journal d’un maître d’école de Vittorio de Seta (1973). On a aussi projeté un court métrage (très débattu dans les couloirs et les bistrots) sur Les ouvriers du tri des déchets de Maxence Rifflet : lequel n’est pas sans rappeler, la musique en moins, celui de Louis Malle (Humain, trop humain, 1973) sur une usine Renault. Le film de Hong Li-Gyeong The Empire of Shame (2013), mérite une diffusion dans les milieux scientifiques s’intéressant au travail : la cinéaste coréenne montre les dégâts provoqués par les produits chimiques dans les usines de composants électroniques de Samsung, puis les luttes (vaines) des travailleurs et des associations contre le chaebol protégé par la puissance publique. On y a aussi entendu des conférences-débats d’Yves Clot, Michel Lallement, etc.
Le festival va se prolonger en 2016 par la publication d’une nouvelle revue en ligne Images du travail, Travail des images (http://itti.hypotheses.org), cousine de La Nouvelle Revue du Travail. Trois appels à articles sont déjà disponibles sur le Carnet de la revue :

Jean-Pierre Durand et Joyce Sebag

Appel à communications pour les troisièmes Biennales DURKHEIM / MAUSS

Festival international de sociologie

Les 22, 23 et 24 octobre 2015 à ÉPINAL

Suite au Colloque international « Émile Durkheim, une jeunesse lorraine » qui a eu lieu du 28 au 30 mai 2008 à l’occasion du 150e anniversaire du père de la sociologie française, la Société d’Émulation du Département des Vosges et le 2L2S (Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales) de l’Université de Lorraine ont décidé de poursuivre leur collaboration en organisant des biennales Durkheim / Mauss à Épinal.

Partant de l’origine géographique commune de l’oncle et du neveu, les biennales d’Épinal n’ont pas pour objectif d’accueillir des travaux d’érudition concernant les théories d’Émile Durkheim et de Marcel Mauss, mais invitent à puiser dans l’œuvre considérable qu’ils ont laissée, en croisant les regards disciplinaires, notamment ceux de la sociologie et de l’ethnologie française dont la paternité leur est reconnue.

Aussi sont-elles centrées sur une thématique – un « fait social » – que l’héritage durkheimien et maussien nous permet d’expliquer. Les premières biennales se sont déroulées en juin 2010 en posant la question du travail et du don ; les secondes en octobre 2012 en interrogeant le triptyque « Société, cultures et religion »[1].

Les troisièmes biennales initient une formule plus ambitieuse en se transformant en festival de sociologie. Outre un colloque scientifique avec appel à communications ci-dessous, conférences plénières, tables rondes, projections de documentaires et débats, arts et spectacles, tables de librairie… permettront de faire découvrir au public la discipline et d’échanger avec les chercheurs sur leurs productions scientifiques. Lire la suite

Parution du n° 5 de la NRT : Corpus “Indépendance et salariat”

Indépendance et salariat – Porosité des statuts (NRT n° 5)Les sociologues constatent une « déstabilisation » du salariat depuis les années 1970 à travers la multiplication des formes d’emplois précaires. L’émergence de statuts d’emplois hybrides entre salariat et travail indépendant (avec de nouveaux statuts juridiques) s’observe dans la plupart des pays occidentaux. Les pouvoirs publics encouragent les chômeurs à « créer leur propre emploi » à travers des dispositifs dont le but affiché est de sécuriser les parcours de ceux qui veulent s’engager dans la voie de l’indépendance.
Ce Corpus de La Nouvelle Revue du Travail entrouvre les portes de secteurs diversifiés, avec des qualifications variées, en traitant des contrats d’usage, du tiers employeur, de l’auto-entrepreneuriat, du tâcheronnat ou des coopératives d’activité. Trois cas de figure se présentent : le salariat peut se rapprocher de l’indépendance, les deux statuts peuvent se cumuler et, si l’indépendance peut dans certaines conditions être le moyen de s’affranchir de la dépendance propre au salariat, elle peut aussi être envisagée comme un moyen d’échapper au chômage.
Peut-on encore opposer si facilement ceux qui travaillent « pour eux-mêmes » et ceux qui travaillent « pour le compte d’autrui », lorsque ce sont les mêmes individus qui adoptent, voire cumulent l’un ou l’autre des statuts ? Comment interpréter cette pluralité de formes de travail indépendant, et le brouillage de statuts qui l’accompagne ? En réunissant des articles explorant des terrains et des dispositifs hétérogènes – pour certains émergents et pour d’autres plus anciens –, ce dossier contribue à éclairer ces mutations du monde du travail.

Numéro intégralement en libre accès sur le site de la NRT
Pour un aperçu du contenu du numéro, vous trouverez ci-dessous la table de matières. Lire la suite

Appel à des états généraux des sciences sociales critiques

Source : l’Humanité.frsciencesociale

Texte collectif. “Travailler à disséminer des instruments de défense contre les mécanismes du pouvoir et de la domination”.

Les dominants, qui ne trouvent rien à redire au monde tel qu’il est, ont partie liée avec « le bon sens » qui dit que ce qui est doit être et ne saurait être autrement. Le bon sens des dominants accrédite, par exemple, la confusion banale entre nature et culture, entre ordre social et ordre naturel. Ainsi l’idéologie du don prétend-elle rendre compte des inégalités scolaires par des inégalités « naturelles » (de « talent » ou de patrimoine génétique). C’est le même genre de croyance qui soutient les mobilisations en faveur de la famille traditionnelle supposée, elle aussi, « naturelle ». Et c’est encore le même bon sens qui s’efforce de faire passer les axiomes du capitalisme néolibéral – la recherche du profit maximum, les bienfaits de la concurrence libre et non faussée, l’incapacité économique de l’État, etc. – pour un horizon « rationnel » indépassable. Exercer le pouvoir symbolique, c’est amener les dominés à croire que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles et convaincre ceux qui en douteraient qu’il n’y a pas d’alternative. Déclinée sous diverses formes, la doxa néolibérale est aujourd’hui hégémonique dans l’arène politique et dans l’univers médiatique. Dans le champ intellectuel, comme dans les programmes scolaires, elle gagne du terrain et c’est une des raisons pour lesquelles l’ordre règne… Lire la suite

Appel à communication – Travail, emplois et identités des cheminots à l’épreuve des politiques de restructuration

Colloque international : mercredi 17 et jeudi 18 décembre 2014 – Rabat (Maroc)

En décembre 2013, un colloque international “Les chemins de fer dans la mondialisation” se tenait à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.
Ferinterfrance groupe de chercheurs en sciences sociales qui œuvre à la construction d’un réseau International Railways Studies, organise en collaboration avec l’Université Mohammed V de Rabat (Maroc), une nouvelle manifestation scientifique les 17 et 18 décembre prochain. Sa thématique sera “Travail, emplois et identités des cheminots à l’épreuve des politiques de restructuration”
Voici le texte de l’appel à communications et les modalités de réponse. Date butoir, le 30 septembre.
Université_Mohammed_V_-_Rabat_Souissilaboratoire printemps

 

 

 

De longue date, dans la plupart des pays, les personnels des exploitations ferroviaires, qu’elles soient privées ou publiques, bénéficient de règles sociales spécifiques. Elles s’expliquent par l’activité professionnelle, en particulier par les contraintes des « roulants » (conducteurs de trains et contrôleurs), mais aussi par celles des aiguilleurs, des agents des triages, et de bien d’autres salariés. Ces sujétions nécessitent une organisation du temps de travail complexe du fait d’une activité continue, 365 jours par an et 24heures sur 24. Pour les roulants, dans la plupart des pays, la taille des réseaux implique par exemple des « découchés » (des « repos hors résidence ») qui appellent une réglementation que la législation ordinaire du travail, qui était essentiellement généraliste, ne pouvait que difficilement prévoir. On notera aussi que la situation conventionnelle de certains métiers s’est parfois progressivement étendue à toutes les catégories des travailleurs du rail, c’est-à-dire aussi aux personnels commerciaux, de maintenance dans les ateliers ou sur les voies, à l’encadrement, etc. Cette particularité qu’est l’intégration cheminote remonte dans bien des cas au XIXe siècle, c’est en tout cas vrai pour la France. La spécificité cheminote est en rapport avec le service public(ou la « mission de service public ») assignée aux compagnies ferroviaires. Cette fonction exige coordination entre les métiers, continuité et sécurité des transports. Il était impensable d’atteindre ces deux objectifs sans pouvoir s’appuyer sur une main d’œuvre de confiance en lui donnant des contreparties significatives au dévouement qui était attendu d’elle en toutes circonstances (incidents et accidents, graves intempéries, retards significatifs, etc.). L’Etat, au-delà de la couleur politique des équipes gouvernementales qui en assuraient la gestion, faisait aussi pression dans ce sens. Les luttes cheminotes ont également contribué à profiler dans beaucoup d’espaces nationaux l’émergence d’une conception plus ou moins poussée du « service public ferroviaire » avec une situation correspondante pour les personnels. Lire la suite