Appel à des états généraux des sciences sociales critiques

Source : l’Humanité.frsciencesociale

Texte collectif. “Travailler à disséminer des instruments de défense contre les mécanismes du pouvoir et de la domination”.

Les dominants, qui ne trouvent rien à redire au monde tel qu’il est, ont partie liée avec « le bon sens » qui dit que ce qui est doit être et ne saurait être autrement. Le bon sens des dominants accrédite, par exemple, la confusion banale entre nature et culture, entre ordre social et ordre naturel. Ainsi l’idéologie du don prétend-elle rendre compte des inégalités scolaires par des inégalités « naturelles » (de « talent » ou de patrimoine génétique). C’est le même genre de croyance qui soutient les mobilisations en faveur de la famille traditionnelle supposée, elle aussi, « naturelle ». Et c’est encore le même bon sens qui s’efforce de faire passer les axiomes du capitalisme néolibéral – la recherche du profit maximum, les bienfaits de la concurrence libre et non faussée, l’incapacité économique de l’État, etc. – pour un horizon « rationnel » indépassable. Exercer le pouvoir symbolique, c’est amener les dominés à croire que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles et convaincre ceux qui en douteraient qu’il n’y a pas d’alternative. Déclinée sous diverses formes, la doxa néolibérale est aujourd’hui hégémonique dans l’arène politique et dans l’univers médiatique. Dans le champ intellectuel, comme dans les programmes scolaires, elle gagne du terrain et c’est une des raisons pour lesquelles l’ordre règne… Lire la suite

Appel à communication – Travail, emplois et identités des cheminots à l’épreuve des politiques de restructuration

Colloque international : mercredi 17 et jeudi 18 décembre 2014 – Rabat (Maroc)

En décembre 2013, un colloque international “Les chemins de fer dans la mondialisation” se tenait à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.
Ferinterfrance groupe de chercheurs en sciences sociales qui œuvre à la construction d’un réseau International Railways Studies, organise en collaboration avec l’Université Mohammed V de Rabat (Maroc), une nouvelle manifestation scientifique les 17 et 18 décembre prochain. Sa thématique sera “Travail, emplois et identités des cheminots à l’épreuve des politiques de restructuration”
Voici le texte de l’appel à communications et les modalités de réponse. Date butoir, le 30 septembre.
Université_Mohammed_V_-_Rabat_Souissilaboratoire printemps

 

 

 

De longue date, dans la plupart des pays, les personnels des exploitations ferroviaires, qu’elles soient privées ou publiques, bénéficient de règles sociales spécifiques. Elles s’expliquent par l’activité professionnelle, en particulier par les contraintes des « roulants » (conducteurs de trains et contrôleurs), mais aussi par celles des aiguilleurs, des agents des triages, et de bien d’autres salariés. Ces sujétions nécessitent une organisation du temps de travail complexe du fait d’une activité continue, 365 jours par an et 24heures sur 24. Pour les roulants, dans la plupart des pays, la taille des réseaux implique par exemple des « découchés » (des « repos hors résidence ») qui appellent une réglementation que la législation ordinaire du travail, qui était essentiellement généraliste, ne pouvait que difficilement prévoir. On notera aussi que la situation conventionnelle de certains métiers s’est parfois progressivement étendue à toutes les catégories des travailleurs du rail, c’est-à-dire aussi aux personnels commerciaux, de maintenance dans les ateliers ou sur les voies, à l’encadrement, etc. Cette particularité qu’est l’intégration cheminote remonte dans bien des cas au XIXe siècle, c’est en tout cas vrai pour la France. La spécificité cheminote est en rapport avec le service public(ou la « mission de service public ») assignée aux compagnies ferroviaires. Cette fonction exige coordination entre les métiers, continuité et sécurité des transports. Il était impensable d’atteindre ces deux objectifs sans pouvoir s’appuyer sur une main d’œuvre de confiance en lui donnant des contreparties significatives au dévouement qui était attendu d’elle en toutes circonstances (incidents et accidents, graves intempéries, retards significatifs, etc.). L’Etat, au-delà de la couleur politique des équipes gouvernementales qui en assuraient la gestion, faisait aussi pression dans ce sens. Les luttes cheminotes ont également contribué à profiler dans beaucoup d’espaces nationaux l’émergence d’une conception plus ou moins poussée du « service public ferroviaire » avec une situation correspondante pour les personnels. Lire la suite

Appel à communication – Comment le travail se négocie-t-il ?

Bandeau-RT18-séminairesDans le champ des sciences sociales, les publications et les colloques sur l’emploi et le non-emploi sont nombreux et c’est bien ainsi. Cependant, le colloque qu’organisent au mois de mai 2015 le Réseau thématique « Relations professionnelles » (RT18) de l’Association française de sociologie et l’unité mixte de recherche LEST d’Aix-en-Provence a un objet peut-être moins exploré : il s’agit de s’intéresser à la négociation et à la confrontation sociales à laquelle il donne lieu. Les organisateurs prêtent aussi attention aux régulations de toute nature dans ce domaine ainsi qu’aux effets qu’elles peuvent avoir sur ceux qui travaillent.

Argumentaire et calendrier ci-dessous Lire la suite

Appel à articles Droit & travail

Appel à articles pour la Nouvelle Revue du travail

Corpus n° 7, coordonné par M. Dressen (NRT), S. Maugeri (NRT), B. Touchelay (IRHiS, Lille 3) et I. Chambost (Lirsa, Cnam) (parution à l’automne 2015)

En France, l’année 2012 a vu la célébration du trentième anniversaire des lois Auroux. Au moment de leur adoption, on a pu croire que ces lois allaient garantir aux salariés de meilleurs droits ainsi qu’une plus grande capacité d’intervention dans la gestion de l’entreprise (notamment grâce au renforcement des prérogatives économiques du comité d’entreprise. C’était oublier que le droit ne peut exprimer sa pleine capacité que s’il est mobilisé par des forces sociales, lesquelles peuvent peser aussi bien pour son interprétation et son application que pour sa modification. Or, depuis 1982, date de promulgation de ces lois, le contexte économique et social a connu de profondes modifications. Les restructurations, les délocalisations, la mise en réseau des firmes et la déterritorialisation des centres de commandes des multinationales ont dissous les frontières de l’entreprise, entraînant une difficulté croissante dans la mobilisation du droit. Le référentiel juridique des organisations s’est complexifié, brouillé et d’une certaine façon a été neutralisé par un enchevêtrement législatif multiscalaire, allant des conventions de branche aux règlements européens ou mondiaux. Il s’est vu également modifié sur le fond, laissant peut-être une place croissante aux arrangements individuels. On pense, par exemple, aux ruptures de contrats de travail sous forme conventionnelle dont le patronat, qui les avait réclamées, tire avantage en atomisant la situation des salariés. Par ailleurs, ces derniers semblent se détourner d’un traitement collectif de situations pourtant identiques : fragmentation croissante de l’appareil productif au sein des filières industrielles qui empêche de discerner clairement l’origine des décisions stratégiques ; nouvelle mobilité du capital, qui reconfigure inlassablement les rapports de pouvoir dans l’entreprise, plus particulièrement dans les multinationales ; et, finalement, ce qu’on pourrait appeler une certaine « liquidité » de rapports de production sans cesse en transformation, qui entrave les capacités d’appropriation du droit par les salariés et leurs représentants.

Ces transformations posent la question de ce que dit le droit et de ce qu’il fait, permet de faire ou permettrait de faire, dans divers domaines relatifs au travail[1]. Lire la suite

Appel à articles Le dialogue social et ses usages. Euphémisation, effacement ou renouvellement des résistances au travail ?

Appel à articles pour La Nouvelle Revue du travail

Corpus n° 8, coordonné par Paul Bouffartigue, Jean-Michel Denis, Cécile Guillaume et Arnaud Mias (parution au printemps 2016)

La Nouvelle Revue du travail prépare un dossier thématique (« Corpus ») consacré aux usages du dialogue social dans les entreprises. Les questions que les coordinateurs souhaitent voir traitées dans ce numéro s’articulent autour des thèmes suivants : Lire la suite