Appel à articles – (Faire) travailler plus : vers l’extension des durées de travail ?

Mis en avant

Coordination : Lionel Jacquot, Jean-Philippe Melchior, Simon Paye

logo de la NRTLe premier corpus de la Nouvelle Revue du Travail s’est intéressé aux nouvelles temporalités du travail et à ses effets sur le travail et les travailleurs, en mettant l’accent sur l’éclatement des temps professionnels. Le détricotage progressif des 35 heures pour augmenter de nouveau le temps de travail – de la loi Fillon du 17 janvier 2003 à la loi Macron du 6 août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques – s’est doublé d’une volonté de procéder à l’allongement de la vie professionnelle via l’allongement de la durée de cotisation. Ce onzième Corpus pose la question de l’extension des durées du travail.

Force est de constater que depuis 2003, de nombreuses mesures ont favorisé l’allongement du temps de travail : l’augmentation des contingents annuels légaux d’heures supplémentaires, les mesures fiscales de diminution de leur coût, les dispositifs d’encouragement par les employeurs au rachat de jours de congé, etc. Ainsi, depuis une quinzaine d’années, la durée annuelle effective du temps de travail dans le salariat à temps complet est en augmentation1). On constate sur la même période un allongement de la durée de vie au travail ainsi qu’une légère diminution des jours de congé. Il existerait donc une tendance, en France et dans de nombreux pays industrialisés, à l’extension des durées consacrées au travail. Lire la suite

  1. Voir la synthèse proposée par la DARES. Pak M., Zilberman S. avec la collaboration de Letroublon C., juillet 2013, « La durée du travail des salariés à temps complet », DARES – Analyses, n° 047 (http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2013-047.pdf []

Appel à articles sur les pratiques du low cost

Mis en avant

Corpus coordonné par Marnix Dressen et Jean-Pierre Durand

logo de la NRT

La notion de low cost est difficile à définir. Elle peut désigner un processus de production ou bien le produit fini. On parle aussi de pays low cost au sens de zone géographique à bas coût de main-d’œuvre. Ces flottements sémantiques figurent parmi les raisons qui poussent à s’intéresser au low cost et à la place, semble-t-il, croissante qu’il occupe dans les pays occidentaux, notamment.

Certes, le fait que la plupart des produits (et de services) soient de qualités et de prix différenciés n’est pas nouveau. Toutefois, au-delà de la concurrence par les prix, on peut s’interroger sur l’émergence d’un nouveau modèle que l’on pourrait d’abord définir à partir de deux de ses principes essentiels imbriqués1 :

  • la simplification radicale du produit ou du service pour le réduire à sa fonctionnalité-cœur (sans luxe, sans confort ou recherche esthétique) : le déplacement point à point dans le trajet aérien ou ferroviaire (avec espace et prestations réduits ou facturés en sus), la conception-fabrication d’une automobile « basique », la mise à disposition des marchandises dans leur carton d’emballage, sur palettes, dans la grande distribution hard discount, par exemple.
  • la réduction au minimum des coûts des inputs (matériaux bon marché et réduction maximale des dépenses relatives au travail). Elle suppose le recours massif à la sous-traitance, à l’implantation des activités productives dans les pays de main d’œuvre à bas coût et à fiscalité attractive pour le capital, à l’intensification du travail et/ou au recours systématique à des statuts d’emplois dépréciés.

Lire la suite

  1. Voir Combe Emmanuel, Le Low cost, Paris, La Découverte, 2011. []

Appel à articles “Genre et rapport au travail”

Mis en avant

RELANCE ET REPORT DU DÉLAI AU 15 OCTOBRE 2016

Corpus n° 10 coordonné par Sabine Fortino et Paul Bouffartigue (parution au printemps 2017)

L’objet de ce corpus est de questionner ensemble « rapports de genre » et « rapports au travail » dans un contexte où s’exacerbent, dans ces deux registres comme dans leurs intersections, les tensions entre les dynamiques d’émancipation et le renouvellement ou l’aggravation des logiques de domination. Le sens des processus d’engagement/désengagement du travail (professionnel) en est sans doute rendu plus énigmatique. Il mérite d’être décrypté de manière fine. Il ne s’agit donc pas de décrire, une nouvelle fois, les multiples inégalités et discriminations manifestant le poids des rapports sociaux de sexe, mais d’interroger la question de la centralité subjective du travail à partir d’une perspective genrée (1) ; de questionner, à partir de cette même perspective, le rapport au travail, par une exploration des résistances, des émancipations, des adaptations ou des accommodements aux contraintes du travail moderne (2) ; d’explorer de nouvelles pistes d’interprétation pour penser le rapport au travail (3). Lire la suite

Call for papers – “In the field of low-cost practices”

Marnix Dressen and Jean-Pierre Durand (ed.)

logo de la NRTThe notion of “low-costing” – which can refer to a production process or finished product – is difficult to define. The term is also applied in a geographic sense, referring to the cheapness of a country’s workforce. This semantic confusion is one of the reasons it is worth focusing on the construct and analysing its growing importance, notably in the Western world. Lire la suite

Appel à communication – Relation de service et intersectionnalité

Colloque organisé par les réseaux thématiques 24 et 25 de l’Association Française de Sociologie1, le CRESPPA-CSU-GTM, le CPN, le DYSOLA et l’AISLF

16 et 17 mars 2017 Salle de Conférences, 59-61 rue Pouchet 75017, Paris (métro Brochant ou Guy Môquet)

Dans les années 85-90, la modernisation des services publics a suscité de nombreux travaux sur la relation de service dans le tertiaire marchand et non marchand. Le point commun de ces travaux, qui relèvent de perspectives théoriques plurielles (Weller, 1998), est l’analyse des relations entre salarié.e.s et destinataires (usagers ou clients). Le modèle proposé par E. Goffman met en évidence le fait que la relation de service ne se réduit pas à ses aspects technique et contractuel mais qu’elle relève également du registre de la sociabilité (Goffman, 1968). A. Hochschild y adjoint des échanges affectifs (Hochschild, 1983). Ces dimensions sociales sont décisives car elles créent un mode de relation spécifique entre les activités de production et les consommateurs/usagers distinct de celui de l’industrie. Elles ont également pour caractéristique d’être des relations de pouvoir qui varient en fonction des ressources et des positions sociales respectives des salarié.e.s/prestataires d’une part et des consommateurs/usagers d’autre part (Jeantet, 2003). Le modèle goffmanien, initialement conçu pour analyser des professions libérales, ne fait intervenir que deux acteurs, le prestataire direct et le destinataire. Or dans le cadre du salariat, il est nécessaire d’introduire l’organisation dont relèvent les salarié.e.s. C’est elle qui définit la prestation, l’organise, la rationalise et enfin l’évalue, notamment sur la base des retours clients. La relation de service devient alors triangulaire ; elle est composée de trois rapports : un rapport salarial qui subordonne les salarié.e.s à l’organisation, un rapport de service axé sur l’interaction entre les salarié.e.s et les usagers/clients et un rapport de service entre l’organisation et les usagers/clients qui prend de l’ampleur avec la mise en place de démarches qualité. Les salarié.e.s sont pris en étau entre « deux jeux de pouvoir » (Gadrey, 1994), celui de leur propre hiérarchie et celui des clients/usagers, tout en s’efforçant d’acquérir des marges d’autonomie. Lire la suite

  1. RT 24 Genre, Classe, Race. Rapports sociaux et construction de l’altérité – RT 25 Travail, organisations, emploi. []