Appel à communication – Relation de service et intersectionnalité

Colloque organisé par les réseaux thématiques 24 et 25 de l’Association Française de Sociologie1, le CRESPPA-CSU-GTM, le CPN, le DYSOLA et l’AISLF

16 et 17 mars 2017 Salle de Conférences, 59-61 rue Pouchet 75017, Paris (métro Brochant ou Guy Môquet)

Dans les années 85-90, la modernisation des services publics a suscité de nombreux travaux sur la relation de service dans le tertiaire marchand et non marchand. Le point commun de ces travaux, qui relèvent de perspectives théoriques plurielles (Weller, 1998), est l’analyse des relations entre salarié.e.s et destinataires (usagers ou clients). Le modèle proposé par E. Goffman met en évidence le fait que la relation de service ne se réduit pas à ses aspects technique et contractuel mais qu’elle relève également du registre de la sociabilité (Goffman, 1968). A. Hochschild y adjoint des échanges affectifs (Hochschild, 1983). Ces dimensions sociales sont décisives car elles créent un mode de relation spécifique entre les activités de production et les consommateurs/usagers distinct de celui de l’industrie. Elles ont également pour caractéristique d’être des relations de pouvoir qui varient en fonction des ressources et des positions sociales respectives des salarié.e.s/prestataires d’une part et des consommateurs/usagers d’autre part (Jeantet, 2003). Le modèle goffmanien, initialement conçu pour analyser des professions libérales, ne fait intervenir que deux acteurs, le prestataire direct et le destinataire. Or dans le cadre du salariat, il est nécessaire d’introduire l’organisation dont relèvent les salarié.e.s. C’est elle qui définit la prestation, l’organise, la rationalise et enfin l’évalue, notamment sur la base des retours clients. La relation de service devient alors triangulaire ; elle est composée de trois rapports : un rapport salarial qui subordonne les salarié.e.s à l’organisation, un rapport de service axé sur l’interaction entre les salarié.e.s et les usagers/clients et un rapport de service entre l’organisation et les usagers/clients qui prend de l’ampleur avec la mise en place de démarches qualité. Les salarié.e.s sont pris en étau entre « deux jeux de pouvoir » (Gadrey, 1994), celui de leur propre hiérarchie et celui des clients/usagers, tout en s’efforçant d’acquérir des marges d’autonomie. Lire la suite

  1. RT 24 Genre, Classe, Race. Rapports sociaux et construction de l’altérité – RT 25 Travail, organisations, emploi. []

Appel à articles “Genre et rapport au travail”

Corpus n° 10 coordonné par Sabine Fortino et Paul Bouffartigue (parution au printemps 2017)

L’objet de ce corpus est de questionner ensemble « rapports de genre » et « rapports au travail » dans un contexte où s’exacerbent, dans ces deux registres comme dans leurs intersections, les tensions entre les dynamiques d’émancipation et le renouvellement ou l’aggravation des logiques de domination. Le sens des processus d’engagement/désengagement du travail (professionnel) en est sans doute rendu plus énigmatique. Il mérite d’être décrypté de manière fine. Il ne s’agit donc pas de décrire, une nouvelle fois, les multiples inégalités et discriminations manifestant le poids des rapports sociaux de sexe, mais d’interroger la question de la centralité subjective du travail à partir d’une perspective genrée (1) ; de questionner, à partir de cette même perspective, le rapport au travail, par une exploration des résistances, des émancipations, des adaptations ou des accommodements aux contraintes du travail moderne (2) ; d’explorer de nouvelles pistes d’interprétation pour penser le rapport au travail (3). Lire la suite

NRT|8 Printemps 2016 – Quel dialogue social ?

Le chamboulement des relations professionnelles en France continue. D’un côté l’État dit vouloir moderniser les relations sociales pour les rendre plus efficaces, tout en cherchant à contourner les régulations centralisées, le Code du travail voire les forces syndicales elles-mêmes via le recours accru au référendum d’entreprise. De l’autre, le patronat qui trouve que les réformes ne vont jamais assez loin dans la dérégulation en matière de flexibilisation des emplois et de réduction des coûts du travail. Enfin, un syndicalisme quelque peu divisé, mais aussi écorné par des pratiques quotidiennes antisyndicales dans nombre d’entreprises ou d’administration : promotion des cadres syndicaux potentiels, ségrégation des syndicalistes répression… Dans ce chantier permanent, où l’on débat aussi de la représentativité des organisations syndicales des salariés et des patrons, un empilement de textes rend illisible le principe d’articulation des niveaux de la négociation et la possibilité ou non de déroger à un accord de niveau supérieur. Enfin, les gouvernements successifs font glisser les enjeux des négociations collectives de branche – là où la représentation syndicale est instituée – vers le « dialogue social » d’entreprise, là où les syndicats sont quelques fois affaiblis, voire inexistants dans les plus petites. Le rejet de la loi Travail en 2016 repose largement sur ce refus du transfert des lieux de négociations essentielles : en effet, en France, le syndicalisme d’entreprise est bien moins établi que dans les pays anglo-saxons par exemple. Le Corpus de ce numéro de La Nouvelle Revue du Travail analyse finement les significations de la priorité accordée aux négociations d’entreprise à partir de quelques cas emblématiques. Il donne aussi la parole à deux juristes expertes en la matière avant de proposer un texte inédit en français de J. T. Dunlop et W. F. Whyte sur les relations professionnelles dans l’Amérique de l’après-guerre.
La Controverse a quelques liens avec ce Corpus puisqu’elle traite de la situation structurelle du chômage en France et de l’éventuel retour vers le plein emploi, en interrogeant la nature de ce plein emploi. Trois économistes aux orientations très contrastées analysent les causes du chômage et proposent des issues : des solutions libérales à celles accompagnant une autre croissance en passant par le keynésianisme, le lecteur se trouve confronté à un impossible dialogue. C’est aussi sur l’emploi que porte la rubrique Champs et contrechamps, en décortiquant deux documentaires (Pôle emploi ne quittez pas et Les Règles du jeu) sur deux services d’aide au retour à l’emploi. Deux modalités, l’une publique, l’autre privée, toutes deux financées par le service public, avec deux types d’approches et des moyens inégaux : de quoi percevoir la « modernisation » en cours des services publics et les défaillances qui en découlent pour les agents comme pour les usagers.
La rubrique Varia revient, dans deux articles, sur la précarité et surtout sur ses fondements puis sur sa gestion dans deux secteurs bien différents : le travail ouvrier sur les pistes aéroportuaires, de plus en plus sous-traité, et le développement des indépendants dans le transport routier en Espagne, lequel conduit l’auteur à défendre le concept d’auto-exploitation. Dans Matériaux, nous interrogeons longuement Jean, ancien cadre dirigeant devenu ébéniste : qu’est-ce que manager dans une multinationale ? Avec une formation de Gadzarts, comment, en même temps, faire face aux difficultés quotidiennes du terrain et affronter PDG et actionnaires ? Enfin une quinzaine de recensions ou de notes de lecture présentent des ouvrages que nous avons eu plaisir à discuter.

Numéro intégralement en libre accès sur le site de la NRT Lire la suite

Agir contre le mal-travail : « Il en va de l’avenir de notre santé, de la planète et de la démocratie » Par Thomas Coutrot

Le vent de révolte qui souffle contre la loi El Khomri trouve largement son origine dans la souffrance au travail que ressentent de nombreux salariés, femmes et hommes, à statut d’emploi précaire ou non. Les centaines de témoignages recueillis dans le cadre de l’initiative #OnVautMieuxQueCa en témoignent : pour tous, l’arbitraire, la pression, le sale boulot, la qualité empêchée sont le lot quotidien. Thomas Coutrot, porte-parole de l’association Attac, propose « huit thèses sur le travail et sa qualité » pour comprendre et agir contre le mal-travail. « C’est très largement par et dans le travail que la possibilité même d’une vie humaine décente sera préservée ou finira par être détruite. »
L’hypothèse que je voudrais soumettre à la discussion aujourd’hui est la suivante : les défaites subies par le salariat depuis trente ans et l’ampleur inédite de la dégradation de la santé au travail nous obligent sans doute à réfléchir à de nouvelles stratégies fondées non sur la préservation ou l’approfondissement des institutions du salariat mais sur un dépassement du rapport salarial en tant que rapport de subordination. Lire la suite

Fête des Travailleurs, fête de la NRT !

Le 1er mai, avec la sortie de son n° 8 « Le Dialogue social », la Nouvelle Revue du Travail fête ses quatre ans d’existence. C’est là le pari gagné d’une audience toujours croissante, largement portée par l’Open Access (plus de 100 000 visiteurs différents en 2015) qui lui a apporté une visibilité rapide : tel est l’atout du net. Quatre années, c’est aussi le temps nécessaire pour établir une reconnaissance scientifique validée le mois dernier par le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES, ex-AERES), par l’Institut national des sciences humaines et sociales (INSHS du CNRS) et précédemment par le Directory of Open Access Journal (DOAJ) ; la reconnaissance par l’INSHS s’accompagne d’un soutien financier.

La Nouvelle Revue du Travail a trouvé sa place dans le monde académique mais aussi du côté des professionnels et des praticiens (en droit, ergonomie, psychologie, etc.), des consultants, des journalistes, des travailleurs et des syndicats, grâce en particulier aux réseaux sociaux. Ce qui montre la possibilité de tenir une position critique sur le travail à condition qu’elle soit réellement pluraliste et qu’elle repose sur une définition large du travail incluant l’emploi, la formation, le syndicalisme sans oublier en toile de fond les questions économiques, financières ou politiques (voir le projet scientifique de la revue). Si la NRT est principalement animée par des sociologues, elle accueille aussi de nombreuses contributions de juristes, de psychologues, de gestionnaires, d’historiens ou d’économistes. Elle continuera à le faire en intensifiant ces coopérations transdisciplinaires. Lire la suite