NRT6 | Printemps 2015 – Émotions au travail, travail des émotions

NRT6-couverture-webCette livraison de La Nouvelle Revue du Travail – printemps 2015 propose un Corpus sur un objet original, les émotions au travail. Espace de violences et de solidarités, le travail suscite des sentiments d’injustice, de colère, d’envie, de haine, mais aussi de satisfactions et de plaisirs. Le travail mobilise les individus dans leur « entier », corps et âme, les incitant à s’appuyer sur des savoir-faire techniques mais également affectifs, à engager leur enthousiasme comme leur envie de bien faire, avec des résultats toujours traduits en émotions. En même temps, le management joue des émotions et participe de la mise au travail des émotions et pourrait les instrumentaliser. Six auteurs répondent à leur manière à ces questionnements.

La Controverse présente un long entretien avec Bernard Friot qui propose non seulement une critique argumentée des sociétés contemporaines, mais surtout, un modèle alternatif, charpenté, précis, fondé sur une lecture originale des acquis qu’il juge révolutionnaires de l’institution salariale. Ses réflexions interpellent et parfois dérangent, agacent, suscitent du scepticisme, voire des réactions d’hostilité. Il répond ici sur la faisabilité du projet de société qu’il défend dans plusieurs de ses livres.

Dans la rubrique Varia, Frédéric Lebaron examine ce qu’il dénomme, la financiarisation de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) en analysant les processus de croyance, liés notamment au rôle moteur de la science économique dans l’ordre social contemporain, en étroite liaison avec les caractéristiques du capitalisme contemporain.

Les Matériaux offerts par ce numéro proviennent d’un entrepôt logistique où les ouvriers trient et ordonnent des milliers de colis venus d’Asie, avant de composer les commandes pour les 220 magasins d’une grande chaîne de distribution. Le management vocal, via un casque auditif et un micro, contraint le temps et les espaces de travail des ouvriers.

Dans Champs et contrechamps, Manuela Frésil parle de son dernier film Entrée du personnel qu’elle a réalisé avec les ouvriers et ouvrières des abattoirs en Bretagne et en Normandie : elle dit ses attaches au cinéma de Jean-Rouch tout en s’en démarquant pour proposer un film politique de réflexion sur le travail.

Enfin, plus d’une quinzaine de recensions et de notes de lecture analysent, quelquefois sans concession, les ouvrages les plus marquants parus récemment.

Ci-dessous, le sommaire du numéro ! Lire la suite

Journées d’étude Syndicalisme et santé au travail

Organisées par le Centre Pierre Naville Les 6 et 7 mai 2015 FIAP Jean Monnet – Salle Oslo 30 rue Cabanis, 75014 Paris Métro Glacière ou Saint Jacques

Présentation des journées d’études

Depuis une dizaine d’années, la santé au travail bénéficie d’une attention soutenue dans le champ politique, scientifique et médiatique (Gollac, 2013). Au sein des entreprises, l’intérêt pour le sujet est, lui aussi, grandissant : outre l’extension régulière du champ d’action des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail depuis 30 ans (Mias, 2010), des mesures législatives incitent représentants du personnel et patronat à conclure des accords sur le harcèlement et la violence au travail, sur le stress et sur la qualité de vie au travail, à mesurer, dans une approche pluridisciplinaire et « globale », les conséquences du travail sur la santé et la sécurité des travailleurs et à consigner chaque année, dans un document unique, les résultats de cette évaluation. Toutefois, dans leur mise en œuvre, ces mesures réglementaires et législatives sont loin de mettre en actes ce qu’elles prétendent. D’une part, les accords conclus sur le stress dans les entreprises de plus de 1 000 salariés s’avèrent souvent d’une portée limitée, lorsqu’ils n’occultent pas les liens entre santé et organisation du travail (Clot, Davezies, 2011). D’autre part, si les CHSCT, dont le fonctionnement demeure hétérogène (Granaux, 2012; Jam et, Mias, 2012), influencent positivement la prévention des problèmes de santé au travail, ils peinent à endiguer les risques organisationnels et psychosociaux (Coutrot, 2009) et manquent encore de moyens pour mener à bien leurs missions (Adam, Barnier, 2013). Au moment où se multiplient les études faisant état d’une dégradation des conditions de travail, il nous semble donc particulièrement intéressant d’étudier les pratiques et représentations d’un acteur clé du « travail de prévention » (Mias et al, 2013): les organisations syndicales. Lire la suite

Appel à communications (colloque international)

logo-ehuCEICIKI

« REPONSES SOCIALES A LA CRISE ET PROCESSUS DE PRECARISATION DE LA VIE DANS LA SOCIETE CONTEMPORAINE »

Bilbao, 22-23 Juin 2015 Bizkaia Aretoa – Université du Pays Basque

Le congrès international « Réponses sociales à la crise et processus de précarisation de la vie dans la société contemporaine » a pour but de constituer un espace de discussion sur les conséquences de la crise économique actuel aussi bien que sur les processus généralisés de précarisation des sociétés contemporaines qui s’articulent depuis quelques décennies. Le congrès a pour objectif d’approfondir aussi bien sur le court terme — la crise économique — que sur le long terme — les processus de précarisation —. Nous nous intéressons spécialement aux réponses, stratégies, pratiques et ajustements que les individus et collectifs doivent développer dans un contexte caractérisé par la précarisation des conditions de vie. Nous entendons la précarité pas exclusivement comme carence ou manque, mais comme processus — comme trajectoire sujette à l’interaction entre mécanismes de précarisation et les réponses individuelles et collectives de la part des individus pour surmonter la situation — dans lequel l’acteur social doit mobiliser constamment tout type de ressources et supports sociaux.

Le comité organisateur du congrès international cherche des propositions de communications aussi théoriques qu’empiriques qui affrontent l’objectif général du congrès et que, de manière concrète, s’intéresse à un des aspects suivants : Lire la suite

C’est quoi ce travail ?

Film de Sébastien Jousse et Luc Joulé, France, 100’, 2015.

C’est un documentaire inhabituel sur le travail, puisqu’il croise deux types de travails1 : le travail ouvrier dans l’usine d’emboutissage de PSA à Saint-Ouen et le travail de création de Nicolas Frize, compositeur de musique contemporaine.

Au début, il s’agissait plutôt de rendre compte du travail de création de Nicolas Frize qui était en résidence d’artiste pour deux années dans cette usine de 600 salariés : le créateur écoute les bruits d’usine, les enregistre avec l’oreille du compositeur et construit son œuvre à partir de ces sons, mêlant des voix — en particulier celles d’ouvriers et d’ouvrières à qui il apprend à chanter — et des sons issus de matériaux récupérés dans l’usine (ferrailles tordues, longue bandes résiduelles issues des presses d’emboutissage, etc.). Il a donné ainsi deux concerts inoubliables à l’automne 2014, en pleine usine avec un public sidéré par la puissance évocatrice de la création qui réussit, avec les bruits d’usine, à le projeter dans un imaginaire très singulier. Lire la suite

  1. L’équipe tient à ce que le pluriel de travail reste travail pour marquer la singularité de tous les travails []

Appel à contributions « Qualité de vie au travail : négocier le travail pour le transformer, enjeux et perspectives d’une innovation sociale »

AnactXAract
Le réseau
La Revue des conditions de travail n° 3 / 2015 – Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail

Appel à contributions

ANACT-ARACTSi la notion de Qualité de vie au travail (QVT) connaît depuis quelques années un recours soutenu, ce n’est qu’à partir de l’Accord national interprofessionnel de juin 2013 — « Vers une politique d’amélioration de la qualité de vie au travail et de l’égalité professionnelle » — qu’elle entre de manière formelle dans le champ des relations professionnelles et du dialogue social français. Aujourd’hui, presque deux ans après la conclusion de ce texte, il est pertinent de faire état des avancées et des difficultés dans la mise en œuvre de l’invitation faite aux acteurs de l’entreprise, dès le préambule de l’accord, « d’investir et de placer leur confiance dans l’intelligence individuelle et collective pour une efficacité et une qualité du travail ». Lire la suite