Journées d’étude Syndicalisme et santé au travail

Organisées par le Centre Pierre Naville Les 6 et 7 mai 2015 FIAP Jean Monnet – Salle Oslo 30 rue Cabanis, 75014 Paris Métro Glacière ou Saint Jacques

Présentation des journées d’études

Depuis une dizaine d’années, la santé au travail bénéficie d’une attention soutenue dans le champ politique, scientifique et médiatique (Gollac, 2013). Au sein des entreprises, l’intérêt pour le sujet est, lui aussi, grandissant : outre l’extension régulière du champ d’action des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail depuis 30 ans (Mias, 2010), des mesures législatives incitent représentants du personnel et patronat à conclure des accords sur le harcèlement et la violence au travail, sur le stress et sur la qualité de vie au travail, à mesurer, dans une approche pluridisciplinaire et « globale », les conséquences du travail sur la santé et la sécurité des travailleurs et à consigner chaque année, dans un document unique, les résultats de cette évaluation. Toutefois, dans leur mise en œuvre, ces mesures réglementaires et législatives sont loin de mettre en actes ce qu’elles prétendent. D’une part, les accords conclus sur le stress dans les entreprises de plus de 1 000 salariés s’avèrent souvent d’une portée limitée, lorsqu’ils n’occultent pas les liens entre santé et organisation du travail (Clot, Davezies, 2011). D’autre part, si les CHSCT, dont le fonctionnement demeure hétérogène (Granaux, 2012; Jam et, Mias, 2012), influencent positivement la prévention des problèmes de santé au travail, ils peinent à endiguer les risques organisationnels et psychosociaux (Coutrot, 2009) et manquent encore de moyens pour mener à bien leurs missions (Adam, Barnier, 2013). Au moment où se multiplient les études faisant état d’une dégradation des conditions de travail, il nous semble donc particulièrement intéressant d’étudier les pratiques et représentations d’un acteur clé du « travail de prévention » (Mias et al, 2013): les organisations syndicales. Lire la suite

Appel à communications (colloque international)

logo-ehuCEICIKI

« REPONSES SOCIALES A LA CRISE ET PROCESSUS DE PRECARISATION DE LA VIE DANS LA SOCIETE CONTEMPORAINE »

Bilbao, 22-23 Juin 2015 Bizkaia Aretoa – Université du Pays Basque

Le congrès international « Réponses sociales à la crise et processus de précarisation de la vie dans la société contemporaine » a pour but de constituer un espace de discussion sur les conséquences de la crise économique actuel aussi bien que sur les processus généralisés de précarisation des sociétés contemporaines qui s’articulent depuis quelques décennies. Le congrès a pour objectif d’approfondir aussi bien sur le court terme — la crise économique — que sur le long terme — les processus de précarisation —. Nous nous intéressons spécialement aux réponses, stratégies, pratiques et ajustements que les individus et collectifs doivent développer dans un contexte caractérisé par la précarisation des conditions de vie. Nous entendons la précarité pas exclusivement comme carence ou manque, mais comme processus — comme trajectoire sujette à l’interaction entre mécanismes de précarisation et les réponses individuelles et collectives de la part des individus pour surmonter la situation — dans lequel l’acteur social doit mobiliser constamment tout type de ressources et supports sociaux.

Le comité organisateur du congrès international cherche des propositions de communications aussi théoriques qu’empiriques qui affrontent l’objectif général du congrès et que, de manière concrète, s’intéresse à un des aspects suivants : Lire la suite

C’est quoi ce travail ?

Film de Sébastien Jousse et Luc Joulé, France, 100’, 2015.

C’est un documentaire inhabituel sur le travail, puisqu’il croise deux types de travails1 : le travail ouvrier dans l’usine d’emboutissage de PSA à Saint-Ouen et le travail de création de Nicolas Frize, compositeur de musique contemporaine.

Au début, il s’agissait plutôt de rendre compte du travail de création de Nicolas Frize qui était en résidence d’artiste pour deux années dans cette usine de 600 salariés : le créateur écoute les bruits d’usine, les enregistre avec l’oreille du compositeur et construit son œuvre à partir de ces sons, mêlant des voix — en particulier celles d’ouvriers et d’ouvrières à qui il apprend à chanter — et des sons issus de matériaux récupérés dans l’usine (ferrailles tordues, longue bandes résiduelles issues des presses d’emboutissage, etc.). Il a donné ainsi deux concerts inoubliables à l’automne 2014, en pleine usine avec un public sidéré par la puissance évocatrice de la création qui réussit, avec les bruits d’usine, à le projeter dans un imaginaire très singulier. Lire la suite

  1. L’équipe tient à ce que le pluriel de travail reste travail pour marquer la singularité de tous les travails []

Appel à contributions « Qualité de vie au travail : négocier le travail pour le transformer, enjeux et perspectives d’une innovation sociale »

AnactXAract
Le réseau
La Revue des conditions de travail n° 3 / 2015 – Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail

Appel à contributions

ANACT-ARACTSi la notion de Qualité de vie au travail (QVT) connaît depuis quelques années un recours soutenu, ce n’est qu’à partir de l’Accord national interprofessionnel de juin 2013 — « Vers une politique d’amélioration de la qualité de vie au travail et de l’égalité professionnelle » — qu’elle entre de manière formelle dans le champ des relations professionnelles et du dialogue social français. Aujourd’hui, presque deux ans après la conclusion de ce texte, il est pertinent de faire état des avancées et des difficultés dans la mise en œuvre de l’invitation faite aux acteurs de l’entreprise, dès le préambule de l’accord, « d’investir et de placer leur confiance dans l’intelligence individuelle et collective pour une efficacité et une qualité du travail ». Lire la suite

Festival Filmer le travail de Poitiers

Le 6e Festival de Poitiers s’est tenu du 6 au 15 février 2015 avec le même succès que les années précédentes. La diversité des préoccupations et des présentations par des cinéastes, des sociologues ou des psychologues du travail ont animé cette longue semaine du cinéma sur le travail.
Rétrospective Wang Bing dont l’intégrale À l’ouest des rails pour fêter la Chine dont c’était l’année à Poitiers, mais aussi pour illustrer l’internationalisation grandissante du festival. De façon subjective, cette fête du cinéma sur le travail a célébré le temps lent avec de nombreux films dont le temps était au cœur du propos comme dans Le cousin Jules de Dominique Benichetti (1973), My name is salt de Farida Pacha (2013) ou l’excellente série TV sur la société italienne des années 1960, Journal d’un maître d’école de Vittorio de Seta (1973). On a aussi projeté un court métrage (très débattu dans les couloirs et les bistrots) sur Les ouvriers du tri des déchets de Maxence Rifflet : lequel n’est pas sans rappeler, la musique en moins, celui de Louis Malle (Humain, trop humain, 1973) sur une usine Renault. Le film de Hong Li-Gyeong The Empire of Shame (2013), mérite une diffusion dans les milieux scientifiques s’intéressant au travail : la cinéaste coréenne montre les dégâts provoqués par les produits chimiques dans les usines de composants électroniques de Samsung, puis les luttes (vaines) des travailleurs et des associations contre le chaebol protégé par la puissance publique. On y a aussi entendu des conférences-débats d’Yves Clot, Michel Lallement, etc.
Le festival va se prolonger en 2016 par la publication d’une nouvelle revue en ligne Images du travail, Travail des images (http://itti.hypotheses.org), cousine de La Nouvelle Revue du Travail. Trois appels à articles sont déjà disponibles sur le Carnet de la revue :

Jean-Pierre Durand et Joyce Sebag