Parution : La Fabrique de l’homme nouveau. Travailler, consommer, se taire ?

Couverture de la Fabrique de l'Homme nouveauLibération du 10 septembre 2017 : « Gramsci parlait déjà de l’émergence d’un homme nouveau, en analysant l’im­pact non seulement écono­mique mais physique, psy­chologique et moral, qu’avaient sur l’ouvrier les conditions de travail à la chaîne, entre autres, impo­sées par le fordisme, le capi­talisme et l’industrie de masse. La question se pose de nouveau aujourd’hui: « Au-delà des innovations technologiques, quelles trans­formations anthropologiques vivons-nous au cœur du dou­ble phénomène de globalisa­tion et de financiarisation de léconomie ? » Professeur au centre Pierre-Naville (uni­versité d’Evry Paris-Saclay), Jean-Pierre Durand combine ici analyses micro-sociologi­ques et macro-économiques pour montrer comment les travailleurs et les consom­mateurs sont contraints de «réaménager leur psychisme» pour s’adapter aux nouvelles formes de travail, de services et de distribution des biens. « Travailler, consommer et se taire ? » dit le sous-titre. Le futur sera-t-il de régression sociale, ou des alternatives aux modèles dominants sont-elles possibles ? »

Ci-dessous, la table des matières Lire la suite

De la financiarisation des économies à la rationalisation du travail : quelles médiations par les dispositifs de gestion ? [Appel clos]

Appel à articles pour le dossier thématique du numéro 3 de La Nouvelle Revue du Travail

La NRT accepte les articles pour ce dossier jusqu’au 30 avril 2013.

Les transformations que connaissent les sociétés contemporaines sont majoritairement analysées, d’un point de vue critique, selon deux registres.

Un premier registre met l’accent sur la manière dont s’imbriquent et se structurent un monde économique, porté par la finance, et un monde politique, porteur d’une conception de la place et du rôle de l’Etat, au service des marchés. Le regard porté sur ces élites souligne la convergence des décisions structurantes prises au niveau macro-économique (privatisation, flexibilisation du marché du travail, libéralisation des « marchés » financiers, etc.). Cette approche critique est le plus souvent le fait d’économistes, parfois de spécialistes des sciences de gestion, plus rarement des sociologues, qui ne disposent pas toujours des outils conceptuels et méthodologiques en mesure d’investir ce niveau de décision.

Lire la suite