Appel à communications pour les troisièmes Biennales DURKHEIM / MAUSS

Festival international de sociologie

Les 22, 23 et 24 octobre 2015 à ÉPINAL

Suite au Colloque international « Émile Durkheim, une jeunesse lorraine » qui a eu lieu du 28 au 30 mai 2008 à l’occasion du 150e anniversaire du père de la sociologie française, la Société d’Émulation du Département des Vosges et le 2L2S (Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales) de l’Université de Lorraine ont décidé de poursuivre leur collaboration en organisant des biennales Durkheim / Mauss à Épinal.

Partant de l’origine géographique commune de l’oncle et du neveu, les biennales d’Épinal n’ont pas pour objectif d’accueillir des travaux d’érudition concernant les théories d’Émile Durkheim et de Marcel Mauss, mais invitent à puiser dans l’œuvre considérable qu’ils ont laissée, en croisant les regards disciplinaires, notamment ceux de la sociologie et de l’ethnologie française dont la paternité leur est reconnue.

Aussi sont-elles centrées sur une thématique – un « fait social » – que l’héritage durkheimien et maussien nous permet d’expliquer. Les premières biennales se sont déroulées en juin 2010 en posant la question du travail et du don ; les secondes en octobre 2012 en interrogeant le triptyque « Société, cultures et religion »[1].

Les troisièmes biennales initient une formule plus ambitieuse en se transformant en festival de sociologie. Outre un colloque scientifique avec appel à communications ci-dessous, conférences plénières, tables rondes, projections de documentaires et débats, arts et spectacles, tables de librairie… permettront de faire découvrir au public la discipline et d’échanger avec les chercheurs sur leurs productions scientifiques. Lire la suite

Néolibéralisme et autogestion. L’expérience argentine

Maxime Quijoux Néolibéralisme et autogestion. L’expérience argentine Editions de l’IHEAL - Travaux et Mémoires Paris : 2011Maxime Quijoux

Paris, Éditions de l’IHEAL, coll. Travaux et Mémoires, 2011.

Présentation de l’éditeur

Après 25 ans de politiques néolibérales, l’Argentine a traversé au début des années 2000 une crise sociale et politique majeure. Pendant plusieurs mois et dans le contexte d’une économie exsangue, piqueteros, assemblées de quartiers et entreprises « récupérées » par les salariés ont été les protagonistes de mobilisations massives et largement médiatisées. Dix ans plus tard, seules ces « récupérations » ont perduré. S’opposant à la fermeture de leur établissement, près de 10 000 travailleurs ont occupé leur lieu de travail pour le transformer en coopératives, devenant ainsi des icônes de l’altermondialisme.

Lire la suite

Travail, les raisons de la colère

Travail, les raisons de la colère -  Vincent de GaulejacVincent de Gaulejac

Paris, Le Seuil, Économie humaine, 2011, 335 p.

Présentation de l’éditeur

Les signes d’une crise profonde se multiplient dans les organisations et plus largement dans le monde du travail : stress, burn out, dépressions, suicides, perte de sens, précarité, pertes d’emplois, révoltes, manifestations, séquestrations, occupations ; autant de manifestations destructives qui semble toucher l’ensemble des entreprises et des institutions, privées et publiques… Mais peut-on encore parler de crise lorsqu’elle devient permanente ?

Lire la suite