Une étude de la Dares sur les liens entre changements organisationnels, participation des salariés et risque dépressif

Changements organisationnels : la participation des salariés protège-t-elle du risque dépressif ?

Cette étude passionnante que vient de publier la Dares (Ministère du travail), signée par Thomas Coutrot, et nourrie par la dernière enquête (2013) sur les conditions de travail, montre que l’insécurité liée aux changements imprévisibles semble avoir un impact au moins aussi fort sur le risque dépressif que l’insécurité de l’emploi ; et que le fait d’être informé et consulté lors de la mise en œuvre de changements organisationnels est un facteur de santé mentale. Dit autrement, démocratie et santé au travail vont de pair. Selon l’étude, en effet, les changements organisationnels ont concerné quatre salariés sur dix en 2013. Ils peuvent être un facteur d’insécurité pour les salariés, du public comme du privé, et contribuer à dégrader leur santé mentale. Les effets de ces changements dépendent beaucoup de la qualité de l’information des salariés et de leur consultation sur ces changements : 56 % des salariés ayant vécu un changement disent avoir reçu une information satisfaisante, et 17 % estiment avoir eu une influence sur les changements. Les salariés bien informés présentent moins souvent un symptôme dépressif que ceux qui ne l’ont pas été ; c’est encore plus vrai pour les salariés qui jugent avoir influencé les modalités du changement.

Bonne lecture !

Dares Analyses n° 61-sept 17- Changts organisation. et risques dépressifs

CAPLA – Appel à communication

Colloque International Capitalisme de plateforme – 5-6 juin 2018 – Université Paris Dauphine (english version below)

Date limite de proposition de communication : 27 octobre 2017

Le débat sur les nouvelles formes de travail et d’emploi prend aujourd’hui une ampleur considérable. Pour nombre d’observateurs et de journalistes, les sociétés occidentales seraient en voie d’« ubérisation », néologisme dérivé du nom de la désormais célèbre plateforme de mise en relation de chauffeurs privés et de particuliers usagers. L’entreprise Uber symbolise en effet l’émergence d’un capitalisme de plateforme, qui bousculerait tant l’organisation collective du travail que les formes d’emploi. Derrière le cas d’Uber se profile plus largement un nouveau modèle économique dans lequel des entreprises ayant la forme de  plateformes numériques jouent le rôle d’intermédiaires entre clients et prestataires de service, ainsi qu’entre demandeurs et offreurs de travail. Au-delà du secteur du transport de personnes, des plateformes se sont ainsi développées dans de multiples domaines, tels que la livraison à domicile (Deliveroo) ou la fourniture de logement (Airbnb). Certains de ces nouveaux acteurs économiques sont devenus en quelques années des firmes multinationales (Airbnb, Uber, etc.), affichant des chiffres d’affaires colossaux, et ont été érigés en emblèmes de la nouvelle économie numérique. Ce colloque international sera consacré à l’analyse des nouvelles pratiques économiques et de travail induites par ces plateformes numériques. Lire la suite

Last Call for Abstract – XIX ISA World Congress of Sociology

Power, Violence and Justice: Reflections, Responses and Responsibilities
Toronto, Canada, July 15-21, 2018

Affiche du congrès de l'ISASince the inception of the discipline, sociologists have been concerned with power, violence and justice. Current social, economic and political challenges enhance their relevance. As capitalist globalization expands and deepens, corporate power increases along with global, national and local inequalities. New geo-political power configurations and confrontations are emerging, with violence being used as a tool to oppress and also to resist oppression. Colonial histories and contemporary land appropriations reflect the structures and cultural processes that perpetuate violence against indigenous and minority communities. States’ failures to meet their responsibility to provide basic resources are often deflected by blaming the most vulnerable. Both global economic and geo-political processes create crises and massive displacements of people and, at the same time, fuel racism, nationalism and xenophobia. We have also seen an increasing buildup of a culture of fear as a powerful tool used by states, corporations and other institutions to generate popular support for curtailing freedom in the name of security. Efforts to curtail the flow of desperate refugees, attest to the reinforcement of national and racialized borders. Despite visible progress on equality issues, violence against women and intersectional violence point to the entrenchment of the gender border around the world. Equally significant is the need to consider the role of state and institutional power relations to ongoing everyday violence. In response to disempowerment, violence, and injustice we have also witnessed nonviolent movements, humanitarian interventions, and peace processes that have empowered communities, reduced violence, and promoted justice. These diverse communities have built solidarities outside the neo-liberal frames of state-global capital nexus.

This XIX ISA World Congress of Sociology will focus on how scholars, public intellectuals, policy makers, journalists and activists from diverse fields can and do contribute to our understanding of power, violence and justice.

Margaret Abraham
ISA President

For basic info on the Congress, see http://www.isa-sociology.org/en/conferences/world-congress/toronto-2018/ Lire la suite

Appel à communication – Relation de service et intersectionnalité

Colloque organisé par les réseaux thématiques 24 et 25 de l’Association Française de Sociologie1, le CRESPPA-CSU-GTM, le CPN, le DYSOLA et l’AISLF

16 et 17 mars 2017 Salle de Conférences, 59-61 rue Pouchet 75017, Paris (métro Brochant ou Guy Môquet)

Dans les années 85-90, la modernisation des services publics a suscité de nombreux travaux sur la relation de service dans le tertiaire marchand et non marchand. Le point commun de ces travaux, qui relèvent de perspectives théoriques plurielles (Weller, 1998), est l’analyse des relations entre salarié.e.s et destinataires (usagers ou clients). Le modèle proposé par E. Goffman met en évidence le fait que la relation de service ne se réduit pas à ses aspects technique et contractuel mais qu’elle relève également du registre de la sociabilité (Goffman, 1968). A. Hochschild y adjoint des échanges affectifs (Hochschild, 1983). Ces dimensions sociales sont décisives car elles créent un mode de relation spécifique entre les activités de production et les consommateurs/usagers distinct de celui de l’industrie. Elles ont également pour caractéristique d’être des relations de pouvoir qui varient en fonction des ressources et des positions sociales respectives des salarié.e.s/prestataires d’une part et des consommateurs/usagers d’autre part (Jeantet, 2003). Le modèle goffmanien, initialement conçu pour analyser des professions libérales, ne fait intervenir que deux acteurs, le prestataire direct et le destinataire. Or dans le cadre du salariat, il est nécessaire d’introduire l’organisation dont relèvent les salarié.e.s. C’est elle qui définit la prestation, l’organise, la rationalise et enfin l’évalue, notamment sur la base des retours clients. La relation de service devient alors triangulaire ; elle est composée de trois rapports : un rapport salarial qui subordonne les salarié.e.s à l’organisation, un rapport de service axé sur l’interaction entre les salarié.e.s et les usagers/clients et un rapport de service entre l’organisation et les usagers/clients qui prend de l’ampleur avec la mise en place de démarches qualité. Les salarié.e.s sont pris en étau entre « deux jeux de pouvoir » (Gadrey, 1994), celui de leur propre hiérarchie et celui des clients/usagers, tout en s’efforçant d’acquérir des marges d’autonomie. Lire la suite

  1. RT 24 Genre, Classe, Race. Rapports sociaux et construction de l’altérité – RT 25 Travail, organisations, emploi. []

Agir contre le mal-travail : « Il en va de l’avenir de notre santé, de la planète et de la démocratie » Par Thomas Coutrot

Le vent de révolte qui souffle contre la loi El Khomri trouve largement son origine dans la souffrance au travail que ressentent de nombreux salariés, femmes et hommes, à statut d’emploi précaire ou non. Les centaines de témoignages recueillis dans le cadre de l’initiative #OnVautMieuxQueCa en témoignent : pour tous, l’arbitraire, la pression, le sale boulot, la qualité empêchée sont le lot quotidien. Thomas Coutrot, porte-parole de l’association Attac, propose « huit thèses sur le travail et sa qualité » pour comprendre et agir contre le mal-travail. « C’est très largement par et dans le travail que la possibilité même d’une vie humaine décente sera préservée ou finira par être détruite. »
L’hypothèse que je voudrais soumettre à la discussion aujourd’hui est la suivante : les défaites subies par le salariat depuis trente ans et l’ampleur inédite de la dégradation de la santé au travail nous obligent sans doute à réfléchir à de nouvelles stratégies fondées non sur la préservation ou l’approfondissement des institutions du salariat mais sur un dépassement du rapport salarial en tant que rapport de subordination. Lire la suite