Appel à communication – Relation de service et intersectionnalité

Colloque organisé par les réseaux thématiques 24 et 25 de l’Association Française de Sociologie1, le CRESPPA-CSU-GTM, le CPN, le DYSOLA et l’AISLF

16 et 17 mars 2017 Salle de Conférences, 59-61 rue Pouchet 75017, Paris (métro Brochant ou Guy Môquet)

Dans les années 85-90, la modernisation des services publics a suscité de nombreux travaux sur la relation de service dans le tertiaire marchand et non marchand. Le point commun de ces travaux, qui relèvent de perspectives théoriques plurielles (Weller, 1998), est l’analyse des relations entre salarié.e.s et destinataires (usagers ou clients). Le modèle proposé par E. Goffman met en évidence le fait que la relation de service ne se réduit pas à ses aspects technique et contractuel mais qu’elle relève également du registre de la sociabilité (Goffman, 1968). A. Hochschild y adjoint des échanges affectifs (Hochschild, 1983). Ces dimensions sociales sont décisives car elles créent un mode de relation spécifique entre les activités de production et les consommateurs/usagers distinct de celui de l’industrie. Elles ont également pour caractéristique d’être des relations de pouvoir qui varient en fonction des ressources et des positions sociales respectives des salarié.e.s/prestataires d’une part et des consommateurs/usagers d’autre part (Jeantet, 2003). Le modèle goffmanien, initialement conçu pour analyser des professions libérales, ne fait intervenir que deux acteurs, le prestataire direct et le destinataire. Or dans le cadre du salariat, il est nécessaire d’introduire l’organisation dont relèvent les salarié.e.s. C’est elle qui définit la prestation, l’organise, la rationalise et enfin l’évalue, notamment sur la base des retours clients. La relation de service devient alors triangulaire ; elle est composée de trois rapports : un rapport salarial qui subordonne les salarié.e.s à l’organisation, un rapport de service axé sur l’interaction entre les salarié.e.s et les usagers/clients et un rapport de service entre l’organisation et les usagers/clients qui prend de l’ampleur avec la mise en place de démarches qualité. Les salarié.e.s sont pris en étau entre « deux jeux de pouvoir » (Gadrey, 1994), celui de leur propre hiérarchie et celui des clients/usagers, tout en s’efforçant d’acquérir des marges d’autonomie. Lire la suite

  1. RT 24 Genre, Classe, Race. Rapports sociaux et construction de l’altérité – RT 25 Travail, organisations, emploi. []

Agir contre le mal-travail : « Il en va de l’avenir de notre santé, de la planète et de la démocratie » Par Thomas Coutrot

Le vent de révolte qui souffle contre la loi El Khomri trouve largement son origine dans la souffrance au travail que ressentent de nombreux salariés, femmes et hommes, à statut d’emploi précaire ou non. Les centaines de témoignages recueillis dans le cadre de l’initiative #OnVautMieuxQueCa en témoignent : pour tous, l’arbitraire, la pression, le sale boulot, la qualité empêchée sont le lot quotidien. Thomas Coutrot, porte-parole de l’association Attac, propose « huit thèses sur le travail et sa qualité » pour comprendre et agir contre le mal-travail. « C’est très largement par et dans le travail que la possibilité même d’une vie humaine décente sera préservée ou finira par être détruite. »
L’hypothèse que je voudrais soumettre à la discussion aujourd’hui est la suivante : les défaites subies par le salariat depuis trente ans et l’ampleur inédite de la dégradation de la santé au travail nous obligent sans doute à réfléchir à de nouvelles stratégies fondées non sur la préservation ou l’approfondissement des institutions du salariat mais sur un dépassement du rapport salarial en tant que rapport de subordination. Lire la suite

Colloque Ferinter/international railway studies – Université de Bourgogne-Franche-Comté

logos des laboratoires partenaires« Compétitivité des chemins de fer et des cheminots »
6 et 7 octobre 2016
Maison des Sciences de l’Homme
Université de Bourgogne-Franche-Comté / Dijon

Courriel : ferinterfrance@gmail.com

Appel à communications

Ferinter et trois laboratoires de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté, le CREDESPO [droit et science politique], le CREGO [sciences de gestion] et ThéMA [géographie], organisent les 6 et 7 octobre 2016, un colloque sur la question de la compétitivité des chemins de fer et des cheminots.

Ce colloque a vocation à encourager les échanges et le dialogue entre sociologues, politistes, historiens, économistes, juristes, géographes, chercheurs issus de disciplines connexes, et acteurs du monde ferroviaire, cheminots de toutes catégories, du secteur public et privé, managers et représentants syndicaux, usagers du rail… pour porter un regard renouvelé sur la définition et la mesure de la « compétitivité » des chemins de fer.
Lire la suite

Contribution de chercheur·e·s du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, CNRS) au débat sur le projet de loi « Travail »

A picture taken on May 24, 2012 shows a copy of the French labour code ("code du travail" in French), in Quimper, western France.

AFP PHOTO / FRED TANNEAU

Un projet de loi inefficace pour l’emploi, une précarisation généralisée du travail et des travailleurs

L’adoption du projet de  loi « Travail » prolongerait deux évolutions négatives du droit du travail et du marché du travail, engagées depuis trente ans : la précarisation, qui ne contribue ni à créer des emplois ni à réduire les inégalités dans l’accès à l’emploi stable et qualifié ; la pression à la baisse sur la rémunération des travailleurs plus stables, qui ne dynamise ni l’activité ni l’emploi. Cette loi acterait par ailleurs un pas supplémentaire dans l’inversion de la hiérarchie des normes fragilisant l’ensemble des salariés. Loin d’offrir une plus grande protection aux salariés déjà les plus précaires dans leur emploi et dans leur travail, pour une partie desquels le droit du travail ne s’applique même pas, ce projet de loi risque en revanche d’affaiblir les protections légitimes des salariés qui en disposent encore.

Si vous souhaitez vous aussi soutenir ce texte : http://www.lest.cnrs.fr/spip.php?article839 Lire la suite

Nobody, une performance filmique sur les consultants

Le Festival de Poitiers « Filmer le Travail » proposait début février 2016, au Théâtre Auditorium de Poitiers, cette pièce de théâtre sur la vie de bureau des consultants qu’il est recommandé d’aller voir (www.collectifmxm.com).

© Simon Gosselin

© Simon Gosselin

Nobody est une performance filmique : le spectateur regarde les acteurs jouer (théâtre) et le film en train de se faire (cinéma), lequel est projeté simultanément au-dessus du décor impersonnel du bureau. À partir de l’œuvre politique de Falk Richter, le collectif MxM élabore un scénario inédit sur les dérives managériales et la déshumanisation au travail ; incise, avec humour et lucidité, la violence sourde d’un système qui infiltre nos structures intimes. Lire la suite