L’origine du capitalisme – Une étude approfondie

Ellen Meiksins Wood

Qu’est-ce que le capitalisme ? Cette question, l’histoire la pose chaque fois que ce système entre en crise, étalant au grand jour ses absurdités. Pour y répondre, il faut en comprendre les origines. Voilà ce que propose Ellen Meiksins Wood dans cet ouvrage initialement paru en 2009.

Personne ne niera que le capitalisme a permis à l’humanité d’accomplir des avancées notables sur le plan matériel. Mais il est devenu aujourd’hui manifeste que les lois du marché ne pourront faire prospérer le capital qu’au prix d’une détérioration des conditions de vie d’une multitude d’individus et d’une dégradation de l’environnement partout dans le monde. Il importe donc plus que jamais de savoir que le capitalisme n’est pas la conséquence inévitable des échanges commerciaux et marchands que l’on retrouve dans presque toutes les sociétés humaines. Le capitalisme a une histoire très singulière et un lieu de naissance bien précis: les campagnes anglaises du XVIIe siècle. En rappelant cette origine, essentiellement politique, l’auteure propose une définition limpide des mécanismes et des contraintes qui font la spécificité du capitalisme.

Ouvrage signalé

Maintenir en emploi ou soutenir le travail ? La place de la santé au fil des parcours professionnels – Actes du séminaire annuel « Âges et Travail », mai 2018

LE CNAM – Centre d’études de l’emploi et du travail

Corinne Gaudart, Anne-Françoise Molinié, Serge Volkoff, Valérie Zara-Meylan, (coord.), CRÉAPT

On peut en effet partir du constat que les problèmes de santé, plus ou moins durables, qui surviennent au cours de la vie active, sont porteurs d’incertitude sur la poursuite, la reprise ou l’infléchissement du parcours professionnel. À ce titre ils préoccupent les travailleurs concernés, les collègues, l’encadrement, ainsi que tous les acteurs que leur fonction amène à intervenir. Ce sont ces préoccupations (pointées ou non sur des phénomènes précis et formalisés comme les absences pour maladie ou les restrictions d’aptitudes) qui souvent s’expriment en termes de perspectives de « maintien en emploi » et d’actions menées dans ce but.

Or les recherches dans ces domaines, l’expérience des acteurs et des praticiens, suggèrent quelques déplacements par rapport à cette notion, déplacements que ce séminaire a permis de préciser et de mettre en débat.

Le premier déplacement, proposé dès la conférence d’ouverture et par plusieurs autres intervenants, a consisté à compléter l’objectif d’emploi en ciblant tout autant le travail, sa réalisation, son contenu et son sens. L’idée de « maintien » s’est ainsi couplée avec celle de « soutien » : il s’agit d’examiner comment, au regard d’éventuelles difficultés liées à des troubles de santé, il est possible de préserver la construction, le développement et la mobilisation de l’expérience professionnelle, les stratégies de travail de chacun-e.

Un deuxième déplacement, lié au précédent, a consisté à inscrire ces réflexions dans une perspective de long terme où s’articulent les itinéraires personnels (et la redéfinition, à ce propos, des projets individuels), avec l’histoire des entreprises et des métiers. De ce point de vue, la constitution, trop rare, d’une « mémoire » de l’entreprise sur ses propres pratiques d’affectation et d’aménagement des situations de travail, est une piste que certaines interventions ont permis d’explorer.

Un troisième, lui aussi cohérent avec les deux autres, était de ne pas s’en tenir aux facettes les plus apparentes de ces questions de « gestion des déficiences de santé ». Les diagnostics établis, les dispositifs dédiés, les décisions formelles de réaffectation (ou, au pire, d’exclusion), mais aussi les corrélations statistiques entre dégradations de la santé et sortie plus ou moins prolongée de l’emploi, balisent une partie des problèmes à traiter, mais une partie seulement. Des situations moins visibles, au moins dans l’immédiat, comme une poursuite très difficile du même travail, ou certaines formes d’inactivité forcée, méritent autant d’intérêt. Il en résulte que les acteurs concernés sont bien plus nombreux que ceux assignés par leur fonction à la prévention professionnelle ou à la gestion des parcours.

En adoptant ces approches, les interventions et les échanges de ce séminaire ont confirmé, s’il en était besoin, que l’attention portée aux individus concernés par des « problèmes de santé » ne constitue pas – ou ne devrait pas constituer – une zone à part dans la réflexion des entreprises et des administrations.

Fichier

Parution : subjectivations du(es) / au travail

4ème de couverture :

« Des téléologies globalisantes et de nombreux discours et analyses ont largement insisté sur les potentiels renouvellements des mondes du travail. Comment celles et ceux qui y sont directement impliqués pensent-ils et vivent-ils le travail ? Quelles sont les modalités de subjectivation dues au travail ou produites à son propos ? Traduisent-elles une intériorisation des conditions, normes et places imposées ? Ou alternativement manifestent-elles des tentatives d’aborder le travail en inventant de nouvelles formes ? Tels sont les questionnements au centre de ce dossier qui regroupe dix contributions issues de recherches de terrain portant sur des métiers et des configurations de travail très divers. Leur rapprochement dessine un tableau contrasté de subjectivations en travail, tendues vers des horizons d’attente multiples : de la mise aux normes des corps au travail à la quête de reconnaissance, en passant par la tentative de s’émanciper des cadres organisationnels classiques pour inventer, parfois, des horizons politiques alternatifs. »

https://journals.openedition.org/jda/8526

Ouvrage signalé : dictionnaire de sociologie clinique

Agnès Vandevelde-Rougale et Pascal Fugier (avec la collaboration  de Vincent de Gaulejac, Dictionnaire de Sociologie clinique, Toulouse, Érès, 2019, 704 pages. 

 

Ce dictionnaire est à la fois un bilan de la Sociologie clinique et le déroulement de propositions théoriques et méthodologiques de ce courant de la sociologie qui s’est développé en France et dans de nombreux pays, en particulier sur le continent sud-américain. Comme le disent les auteurs, « la sépcificité de la sociologie clinique tient à la façon d’appréhenderles phénomènes sociaux et psychiques, dan sune perspective à la fois théorique —elle articule la compréhension des processus sociaux à celle du sujet jusque dans ses processus intrapsychiques— et politique, en posant la nécessité d’une clinique du social et l’accompagnement des processus de subjectivation ». En d’autres termes, ce courant sociologique qui a beaucoup analysé le travail et les travailleurs enmprunte largement aux théories psychologiques et plus particulièrement à la psychanalyse. Ce dictionnaire complète les ouvrages théoriques de la Sociologie clinique, y compris parce que lecteur y retrouvera les auteurs qu’il a déjà rencontrés s’il est familier de celle-ci. Pour les autres, il constitue une sorte d’introduction à la Sociologe clinique ou une voie pour en intégrer les apports dans leurs travaux.