Archives de catégorie : Appels en cours

APPEL À ARTICLES : Professionnel.le.s non enseignant.e.s et division du travail éducatif

Géraldine Bois & Lionel Jacquot

Il existe, à l’heure actuelle, peu de recherches sur le travail des professionnels du secteur éducatif qui, tout en exerçant au sein de – ou en lien plus ou moins étroit avec – l’Ecole, ne sont pas enseignants. Les recherches en sociologie et en sciences de l’éducation se sont en effet largement focalisées sur les élèves (et leurs familles) et sur les enseignants. Et lorsqu’elles abordent d’autres catégories de personnels, l’analyse de leur travail et de leurs rapports au travail en est rarement l’objet central.
C’est ce manque qu’entend combler cet appel à contributions axé sur le travail non-enseignant, en sollicitant des articles centrés sur des groupes professionnels variés, exerçant dans les murs de l’Ecole ou gravitant autour d’elle. Au sein des établissements scolaires (du primaire à l’enseignement supérieur), on peut citer d’une part celles et ceux qui interviennent auprès des élèves de différentes manières en dehors des temps de classe (conseiller.e.s principaux.ales d’éducation et assistant.e.s d’éducation des collèges et des lycées, médiateur.trice.s éducatifs.ives, personnels de cantine, infirmier.e.s, assistant.e.s sociales et psychologues scolaires, conseiller.e.s d’orientation…) et, d’autre part, celles et ceux qui sont présent.e.s en classe pour épauler les enseignant.e.s (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles, accompagnant.e.s d’élèves en situation de handicap…). A l’extérieur des établissements scolaires, on pense tout autant à des métiers classiques du secteur éducatif (animateur.trice.s périscolaires, éducateur.trice.s…) qu’à des métiers du soin de plus en plus liés à l’Ecole du fait de la médicalisation croissante de l’échec scolaire (orthophonistes, ergothérapeutes…), sans oublier les travailleurs des structures privées spécialisées dans le soutien, le coaching ou le conseil en orientation scolaires.
La relative invisibilisation de ces acteurs dans la recherche peut en partie s’interpréter comme un effet de la moindre légitimité des tâches éducatives qui entourent la scolarité (gestion des inscriptions, de la discipline, des absences et retards, des repas et des nuits, des temps de pauses et de loisirs, de la propreté, de la santé et des « handicaps », de l’orientation…) par rapport aux tâches strictement pédagogiques (transmission de savoirs proprement scolaires). Ainsi, l’ambition de ce dossier n’est pas de dresser un portrait exhaustif des groupes professionnels énumérés ci-dessus mais de contribuer à ce portrait en étudiant leur place dans la division du travail éducatif.
Les articles proposés dans le cadre de ce numéro pourront s’inscrire dans une ou plusieurs des perspectives suivantes :
1/ Situer les fonctions éducatives non-enseignantes
Une première perspective possible consiste à situer le travail non-enseignant au sein de l’espace du travail éducatif. Les contributions pourront ici s’attacher à l’étude des contours de cet espace, à l’histoire des luttes de définition de ces contours, et à ses hiérarchies internes. Dans quelle mesure telle ou telle fonction est-elle reconnue comme ayant une portée éducative ? Quand et comment cette reconnaissance s’est-elle construite, notamment par rapport à d’autres fonctions éducatives déjà établies ? En particulier, quels sont les rapports – de domination, de collaboration, de concurrence, d’indifférence… – qu’entretiennent les différents secteurs couverts par cet appel (éducation spécialisée, animation socio-culturelle, secteur médical, secteur du soutien scolaire et de l’orientation…) avec l’Education nationale ? Dans quelle mesure tel ou tel métier hiérarchise-t-il, en son sein, différentes tâches en fonction de leur portée éducative ?
Les analyses pourront par exemple exploiter la littérature professionnelle (associative, syndicale) qui explicitent ces différents enjeux. Elles pourront aussi se situer au niveau du travail prescrit, en mobilisant les textes officiels qui encadrent les métiers, ainsi que les programmes de formation et de concours, les fiches de poste ou les entretiens d’embauche qui explicitent les compétences et « qualités » requises. Elles pourront enfin porter sur les trajectoires scolaires et professionnelles des non-enseignants et sur leurs évolutions, qui sont susceptibles de renseigner à la fois sur les rapports que telle ou telle profession entretient avec l’Ecole et sur les compétences valorisées par chacune d’elles.
2/ Analyser le quotidien du travail non-enseignant
Une deuxième perspective se rapporte à l’analyse du travail réel et des rapports au travail des professionnels non-enseignants. Pour les postes subalternes en particulier, la prise au sérieux, par la description, des tâches effectuées au quotidien, constitue un enjeu important tant le travail est susceptible d’être invisibilisé du fait de sa faible spécialisation et/ou qualification.
Parmi les tâches accomplies par ces professionnels, quelle est la part des tâches éducatives (vs administratives par exemple) ? Dans quelle mesure la part respective des différentes tâches de leur travail réel diffère-t-elle de ce qui est prescrit par leur poste ? Quelles sont leurs relations de travail avec l’Ecole et les enseignants ? La hiérarchie des tâches éducatives et la référence que constitue le travail pédagogique des enseignants invitent également à s’interroger sur la manière dont ces professionnels considèrent – et sont considérés dans – leur travail, notamment par rapport au travail de l’Ecole en général et des enseignants en particulier. Acceptent-ils ou contestent-ils le caractère dominé de leurs fonctions au sein de l’espace du travail éducatif ? Dans quelle mesure revendiquent-ils un savoir-faire et un rôle éducatifs et quelle valeur leur donnent-ils ? Quelles compétences spécifiques mobilisent-ils dans leur pratique professionnelle ? Sont-elles reconnues dans le lieu où ils exercent ? Comment le double rattachement fonctionnel et hiérarchique (fonction publique d’Etat et fonction publique territoriale) des agents territoriaux des écoles, des collèges et des lycées par exemple intervient-il dans cette reconnaissance, et plus globalement, dans les rapports au travail et la division du travail éducatif ?
Les professions couvertes par ce dossier étant très diverses du point de vue des contrats de travail (des plus stables aux plus précaires) et des niveaux de qualification et de rémunération, ces questions ne se poseront sans doute pas de la même manière selon les cas. Dans les postes les moins qualifiés en effet, le statut subalterne est susceptible d’impacter les rapports au travail et la possibilité de revendiquer une place à part entière et un savoir-faire éducatif spécifique. Les articles proposés pourront ainsi axer leurs analyses sur le lien entre rapports au travail et conditions d’emploi propres à la catégorie de personnels étudiée.
3/ Etudier les modes d’appropriation différenciés du travail non-enseignant
S’il est attendu des contributions à ce dossier qu’elles explicitent les conditions d’emploi et la réalité du travail et des rapports au travail spécifiques aux professions étudiées, il est évident que chacune d’elles ne constitue pas un tout homogène. De ce fait, les articles proposés pourront travailler les questionnements précédents en s’attachant plus particulièrement à l’analyse des variations entre les membres d’une même profession.
Autrement dit, en quoi l’investissement dans les tâches éducatives, la distinction entre ce qui est éducatif et ce qui ne l’est pas, et les manières de considérer sa place dans la division du travail éducatif, dépendent-ils des propriétés sociales de la personne (âge ; sexe ; origines sociales ; niveau de diplôme ; trajectoire sociale et expériences professionnelles passées dans et hors du milieu éducatif…) ? En quoi tiennent-ils des variations des conditions d’emploi au sein d’un même poste (agents titulaires, contractuels ou en contrats aidés ; à temps plein ou à temps partiel…) ? En quoi relèvent-ils des propriétés du contexte de travail (dans ou hors du milieu scolaire ; dans un établissement scolaire grand ou petit ; du primaire, du secondaire ou du supérieur ; accueillant un public favorisé ou défavorisé…) ? Les contributions pourront ici soit s’intéresser de manière approfondie à l’un ou l’autre de ces principes de variation, soit s’attacher aux effets de leur combinaison.

Modalités de réponse et calendrier
Les articles ne doivent pas dépasser les 45 000 signes (espaces et bibliographie compris) et sont à adresser avant le 30 juin 2021 à nrtravail@gmail.com en suivant les modalités et les normes de présentation précisées à la rubrique « Soumission et évaluation », sur le site de la NRT.

APPEL À ARTICLES (english version below) : Transformations du capitalisme et recompositions du système des relations professionnelles depuis un quart de siècle

Corpus animé par Jean-Michel Denis, Catherine Vincent, Hervé Champin et Marnix Dressen.

La transformation du monde du travail prend la forme d’une mutation globale. Elle touche le travail comme activité mais également ses acteurs, ses institutions ainsi que les espaces dans lesquels ils se déploient. Depuis le début des années 2000, les relations professionnelles ont davantage changé en France qu’en un demi-siècle, suivant de près des transformations similaires observées ailleurs dans le monde. Ce changement s’inscrit dans celui, plus général, du capitalisme au 21e siècle marqué par plusieurs tendances lourdes, en termes de globalisation, de financiarisation, de numérisation, de montée de l’économie des services et d’évolution des normes – nationales comme internationales – qui encadrent le travail. Ces dynamiques du capitalisme contemporain, qui surtout dans les pays du Nord, remettent en cause le statut salarial et les institutions du travail, et qui, dans les pays du Sud », entretiennent l’absence de droits sociaux ou en entravent la progression, transforment les relations professionnelles, non seulement comme univers de pratiques, mais aussi comme champ disciplinaire. Elles induisent une refonte des schémas d’analyse des relations de travail, historiquement construits dans le cadre de la prééminence de l’entreprise industrielle intégrée, du lien de subordination et de la coopération dans la confrontation d’acteurs représentatifs et institutionnels. D’autant que cet ensemble de mutations s’est accompagné, en particulier en France au cours de ces dernières décennies, de très nombreuses réformes législatives dont l’orientation commune est de faire du « dialogue social » la « forme légitime des relations sociales », et de l’entreprise l’espace pertinent des relations professionnelles (Bouffartigue & al., 2016). Cette visée – quelque peu paradoxale puisque le renforcement du « dialogue social » désiré par l’État s’accompagne de sa méfiance renouvelée à l’égard des « forces intermédiaires » (Bisignano & al., 2018 ; Freyssinet, 2018), et qu’il décentralise la négociation collective à l’échelon de l’entreprise à un moment où son unité juridique et politique a tendance à se déliter – a également contribué à une complexification du système de relations professionnelles, ainsi qu’à une reconfiguration des pouvoirs institués et à une fragilisation des capacités de résistance de la part des salariés et de leurs organisations représentatives.

L’ambition de cet appel à articles est de revenir sur cette dernière période de transformation des relations professionnelles en s’intéressant à ses différents volets. Les relations professionnelles comme champ d’étude par exemple. Ici, l’objectif n’est pas uniquement d’évoquer les mutations sémantiques, terminologiques voire méthodologiques à l’œuvre dans les recherches qui analysent la transformation des rapports de travail et leurs effets sur les acteurs et les institutions des relations professionnelles. Il s’agit plutôt de questionner la catégorie elle-même en tant qu’elle désigne par métonymie une manière bien particulière d’appréhender les relations dans l’univers productif mais aussi une longue tradition d’enquêtes, une discipline à part entière et des institutions d’enseignement, en particulier dans les pays anglo-saxons. Partout, celle-ci semble s’affaiblir, ce qui interroge nécessairement sur sa capacité heuristique à analyser cet univers en plein bouleversement.
L’espace des relations professionnelles peut constituer une autre voie d’entrée, et à l’intérieur de celui-ci, ses acteurs et ses institutions. Il s’agit autant de dresser un état des lieux des transformations qui modifient l’espace des relations professionnelles (du micro au macro, c’est à dire de la TPE au supranational) que de s’interroger sur ce qui constitue aujourd’hui les niveaux pertinents pour l’action, la représentation et la négociation, ainsi que le principe d’articulation entre les différents niveaux de relation entre les acteurs. La capacité et la légitimité de ces derniers à intervenir dans ces différents espaces, leur autonomie pour le faire, l’émergence d’acteurs alternatifs et/ou concurrents forment autant d’éléments à questionner.
Enfin, les relations professionnelles constituent également un ensemble de pratiques en mutation permanente. Comment celles-ci s’adaptent-elles à un monde du travail de plus en plus global mais en même temps toujours plus fragmenté ? Là aussi, les pratiques « traditionnelles » se voient bousculer, de la négociation collective à la grève. Mais par quoi sont-elles remplacées et pour quels résultats ?

L’appel à articles ci-dessus est produit en coopération avec le RT18 « Relations professionnelles » de l’Association Française de Sociologie. Il est ouvert à l’ensemble des chercheur.e.s en sciences sociales travaillant sur ces thèmes, en France comme à l’étranger.

Les articles ne dépasseront pas 45 000 signes (espaces, notes de bas de page et bibliographie compris) et sont à adresser avant le 3 mai 2021 à nrtravail@gmail.com en suivant les modalités et les normes de présentation précisées à la rubrique « Soumission et évaluation » du site de la NRT (y compris la bibliographie) : nrt.revues.org. Publication prévue en 2022.

Références bibliographiques
– Bisignano Mara, Jean-Michel Denis, Camille Dupuis, Arnaud Mias (2018), « La démocratie au travail. Un faux consensus ?, Socio-économie du travail, n° 4, p. 15-25.
– Bouffartigue Paul, Jean-Michel Denis, Cécile Guillaume, Arnaud Mias (2016) « Vers un “dialogue social” administré ? », La Nouvelle Revue du Travail [En ligne], 8 | 2016, URL : https://journals.openedition.org/nrt/2560.
– Freyssinet Jacques (2018), « Un étrange dialogue social », IRES/Eclairages, n°9.

English version
Transformations of capitalism and restructuring of the employment relations system over the last 20 years.
This Corpus is directed by Jean-Michel Denis, Catherine Vincent, Hervé Champin and Marnix Dressen

The transformation of the world of work is taking the form of a global change. It affects work as an activity, but also its actors, its institutions and the spaces in which they operate. Since the early 2000s, employment relations have changed more in France than in half a century, closely following similar transformations observed elsewhere in the world. This change is part of the more general transformation of capitalism in the 21st century, marked by several major trends in terms of globalization, financialization, digitalization and the rise of the service economy. In Western countries, these dynamics of contemporary capitalism call into question the status and power of traditional employment relations institutions. In the South, it contributes to maintaining the absence of social rights or hinder their progression. In both cases, they transform employment relations, not only as a universe of practices, but also as a disciplinary field. They induce a recasting of the patterns of analysis and concepts, historically constructed within the framework of the pre-eminence of the integrated industrial firm. All the more so since this set of changes has been accompanied, particularly in France, by many legislative reforms whose common orientation is to make « social dialogue » the « legitimate form of social relations » and the firm the relevant space for employment relations (Bouffartigue & al., 2016). This aim is somewhat paradoxical since the reinforcement of « social dialogue » desired by the state is accompanied by its renewed mistrust of « intermediary bodies » (Bisignano & al, 2018; Freyssinet, 2018) and the decentralization of collective bargaining to the firm level is enhanced at a time when its legal foundation and boundaries are weakened and blurred. In France, as in other European countries, these contradictory trends have contributed to a complexification of the employment relations system, as well as the weakening of the capacity for resistance on the part of employees and their unions.
The ambition of this call for papers is to look back on this last period of transformation of employment relations by focusing on its various dimensions. The objective is not only to analyze the semantic, terminological and even methodological mutations at work in recent research, but to question the “employment relations” category itself as it designates a very particular way of apprehending power relations and regulation in the workplace, but also encompasses a long research tradition and discipline, particularly in Anglo-Saxon countries. Everywhere, this disciplinary field seems to have weakened, which necessarily raises questions about its heuristic capacity to analyze the world of work and its transformations.
The investigation of the employment relations system and within it, its actors, processes and outcomes, may constitute another way of questioning the relevance of this theoretical framework. It could mean investigating the transformations that are modifying the space of employment relations (from the micro to the macro, i.e. from the SME to the MNC) as it is of questioning what could constitute the relevant processes and repertoires of action – representation, negotiation, industrial action – as well as the articulation between the different levels of employment relations (local, sectorial, national). The capacity and legitimacy of trade unions to intervene in these different spaces, their autonomy to do so, and the emergence of alternative and/or competing actors are all elements to be questioned and analyzed. Finally, employment relations also constitute a set of practices that are constantly changing. How do they adapt to a world of work that is increasingly global but at the same time increasingly fragmented? Here too, « traditional » practices (and actors) are being shaken up, from collective bargaining to industrial actions. But by what are they being replaced and for what outcomes?
The above call for papers has been produced in cooperation with the RT18 (Industrial Relations) of the French Sociological Association. It is open to all social science and employment relations researchers working on these topics, both in France and abroad.

Papers should not exceed 45,000 characters (including spaces, footnotes and bibliography) and should be submitted before May 3, 2021, to nrtravail@gmail.com, following the submission procedures and presentation standards specified in the « Submission and Evaluation » section of the NRT website: nrt.revues.org.

References
Bisignano Mara, Jean-Michel Denis, Camille Dupuis & Arnaud Mias (2018), « La démocratie au travail. Un faux consensus ?, Socio-économie du travail, n° 4, p. 15-25.
Bouffartigue Paul, Jean-Michel Denis, Cécile Guillaume & Arnaud Mias (2016) « Vers un « dialogue social » administré ? », La nouvelle revue du travail [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 31 mai 2016, URL : http://journals.openedition.org/nrt/2560.
Freyssinet Jacques (2018), « Un étrange dialogue social », IRES/Eclairages, n°9.