Archives de catégorie : Actualités / News

Disparition. Philippe Frémeaux †, un bienfaiteur des sciences sociales…

PORTRAIT

crédits : https://www.alternatives-economiques.fr/sites/default/files/public/styles/ae-169-custom_user_large_1x/public/field/image/philippe_fremeaux2.jpg?itok=Hgw88pxp&timestamp=1596557600

Philippe Frémeaux, intellectuel engagé et homme d’action

Source : https://www.alternatives-economiques.fr/philippe-fremeaux-intellectuel-engage-homme-daction/00093504

GUILLAUME DUVAL |04/08/2020

Ainsi donc Philippe Frémeaux, ancien rédacteur en chef puis PDG d’Alternatives Economiques, nous a quitté le 3 août dernier à l’âge de (seulement) 70 ans. Pour celles et ceux qui le fréquentaient régulièrement, ce n’était malheureusement pas une surprise : il se savait victime depuis un peu plus d’un an d’un cancer incurable, faisant face à cette situation avec la détermination qu’on lui connaissait, bien décidé à profiter pleinement de ses derniers mois. Ce qui ne l’empêchait pas cependant de parler aussi de cette perspective évidemment terrifiante avec beaucoup d’émotion. Mais même quand on s’y attend, le choc d’une telle perte n’en reste pas moins violent quand il se produit vraiment.

A titre personnel, je lui dois en effet beaucoup, puisque c’est lui qui avait bien voulu donner sa chance il y a un quart de siècle à un jeune ingénieur travaillant dans une multinationale allemande, habitué du courrier des lecteurs d’Alternatives Economiques, venu frapper à sa porte pour lui proposer d’écrire aussi des papiers. Une ouverture d’esprit, rare dans la presse, qui constitue, je crois, une des clés de la réussite de ce journal.

Un jugement très sûr sur les hommes et les idées

Philippe reste à ce jour une des personnes les plus intelligentes et les plus cultivées qu’il m’ait été donné de rencontrer. Doté de connaissances très larges dans un nombre impressionnant de domaines, il avait un jugement très sûr sur les hommes et les idées, découvrant toujours du premier coup d’œil la faiblesse d’un raisonnement, et j’avais pour cela énormément d’admiration pour lui.

Cela ne l’empêchait pas pour autant d’aimer aussi beaucoup faire du « business ». Il mettait volontiers, et avec pertinence, les mains dans le cambouis de la mécanique particulièrement stressante, rugueuse parfois, que constitue la gestion au jour le jour d’une PME aux poches peu profondes dans un secteur économique en plein bouleversement.

Son talent pour allier les idées les plus élaborées et le réel le plus trivial de l’économie de marché a été une des clés de la capacité d’Alternatives Economiques à expliquer le fonctionnement de notre société et de son économie Twitter

Ce talent pour allier les idées les plus élaborées et le réel le plus trivial de l’économie de marché dans notre pratique quotidienne a été, je crois, une des clés de la capacité d’Alternatives Economiques à comprendre et expliquer mieux que d’autres le fonctionnement de notre société et de son économie. Elle était aussi une des raisons pour lesquelles nous avons toujours réagi avec beaucoup d’amusement aux procès en idéologie qui nous étaient faits par des lobbies patronaux, le plus souvent dirigés par des énarques dotés de ceintures et bretelles, habitués surtout aux cabinets ministériels.

Politique au sens noble

Philippe était aussi très profondément un politique au sens le plus noble de ce terme : il avait le souci constant de la chose publique, très attaché à l’idée que notre travail journalistique puisse contribuer à améliorer le fonctionnement de la société et de l’économie au niveau de la France, de l’Europe et du monde. Non pas à travers un alignement partisan quelconque, mais en armant les citoyens grâce à un travail de pédagogie sur le jeu des acteurs, les marges de manœuvre, les différentes options possibles.

Il était très attaché à l’idée que notre travail journalistique puisse contribuer à améliorer le fonctionnement de la société et de l’économie Twitter

Sur ce terrain, cela a été pour moi un grand bonheur de travailler avec lui. Nous nous sommes en effet retrouvés profondément en accord depuis un quart de siècle autour de l’idée d’une gauche internationaliste et proeuropéenne, radicalement démocratique et se défiant de tous les « sauveurs suprêmes », qui soit à la fois suffisamment ambitieuse, notamment sur l’écologie et la lutte contre les inégalités, et suffisamment réaliste dans l’appréciation des marges de manœuvre. Entre la tentation du renoncement gestionnaire social-libéral et celle de la surenchère maximaliste, cela nous a amenés bien souvent à ne pas partager les avis dominants à gauche, tout en cherchant à ces moments-là à continuer à s’adresser à tous et toutes plutôt qu’à cliver.

Le sens du business

Intellectuel, businessman, politique, Philippe savait malgré cela trouver encore le temps d’être aussi un bon vivant qui maniait les casseroles avec autant d’allant et de dextérité que la joute intellectuelle ou la direction d’une PME.

Philippe incarnait à mes yeux le mélange très rare et réussi d’un intellectuel accompli et d’un homme d’action efficace. Dans une société trop dominée par la logique du diplôme et des positions institutionnelles qu’il permet d’acquérir, il n’était certes « que » journaliste et PDG d’une petite coopérative, raison pour laquelle sans doute il n’a pas été plus largement reconnu, même si la plupart de celles et ceux qui l’ont côtoyé ont partagé mon admiration.

Sa mort est bien sûr d’abord une grande perte pour Alter Eco au moment où le magazine s’apprête à fêter ses 40 ans, mais aussi pour les Sciences économiques et sociales (SES) qu’il a constamment soutenues après les avoir enseignées au début de sa carrière, pour l’économie sociale et solidaire qu’il a accompagnée toutes ces dernières années de son regard critique mais bienveillant, et pour l’ensemble de la gauche et de l’écologie à un moment crucial de leur histoire.

Pour éviter la réédition du match Macron-Le Pen en 2022, qui serait catastrophique pour l’avenir du pays, nous aurions en effet à coup sûr pu tirer grand profit de ses conseils éclairés. Dans ce combat décisif il nous manquera beaucoup…

Mais dans l’immédiat c’est évidemment d’abord et surtout à Christine, sa femme, et à Alexis et Alice ses enfants, qu’il manque déjà. Je suis de tout cœur avec eux.

Guillaume Duval est ancien rédacteur en chef et ancien éditorialiste à Alternatives Economiques

 

D’autres témoignages : https://www.alternatives-economiques.fr/cetait-philippe-fremeaux/00093517

Où est passée la classe ouvrière ?

France Culture – 30/07/2020

La grève des mineurs d’Angleterre a pris des allures de guerre civile, dont Margaret Thatcher avait pris le commandement. Elle a duré un an de mars 1984 à mars 1985. Le syndicalisme ne s’en est jamais remis. Les régions ouvrières non plus.

Les mineurs grévistes courent pour échapper aux charges de la police lors de la Bataille d'Orgreave le 18 juin 1984 à Orgreave, Royaume-Uni.
Les mineurs grévistes courent pour échapper aux charges de la police lors de la Bataille d’Orgreave le 18 juin 1984 à Orgreave, Royaume-Uni.• Crédits : Jacob Sutton – Getty

Chris Kitchen, avait 17 ans au moment de la grande grève. Il travaillait déjà à la mine. Il  est aujourd’hui le patron du syndicat des mineurs, qui n’est plus que le fantôme de la puissante forteresse qu’il fut. Il se souvient de cette année-là,  1984,  et nous a confié le journal de grève de son oncle Malcolm, mineur lui aussi, qui écrivait au 12 mars : «  Ça a commencé. Nous sommes en grève. Comme on le disait la semaine dernière, on va avoir des vacances ».  Trois jours plus tard, déjà un mort parmi les grévistes. 

Reprendre le fil chronologique des événements, c’est mesurer la violence de ce qui s’est passé et culmina avec, ce que l’on appelle encore là-bas, la bataille d’Orgreave. Ce fut plus qu’un mouvement social, une guerre de position de nuit comme de jour, entre des piquets de grève très organisés et une police de plus en plus militarisée. 

Si tous les pays occidentaux renonçaient progressivement au charbon, l’Angleterre de Thatcher avait opté pour des fermetures rapides et des licenciements massifs dans des régions qui ne vivaient que de cela. Comme si la première ministre voulait en finir avec un monde ouvrier syndiqué et soudé qui pendant des décennies savait faire trembler les gouvernements. 

Maintenir en emploi ou soutenir le travail ? La place de la santé au fil des parcours professionnels – Actes du séminaire annuel « Âges et Travail », mai 2018

LE CNAM – Centre d’études de l’emploi et du travail

Corinne Gaudart, Anne-Françoise Molinié, Serge Volkoff, Valérie Zara-Meylan, (coord.), CRÉAPT

On peut en effet partir du constat que les problèmes de santé, plus ou moins durables, qui surviennent au cours de la vie active, sont porteurs d’incertitude sur la poursuite, la reprise ou l’infléchissement du parcours professionnel. À ce titre ils préoccupent les travailleurs concernés, les collègues, l’encadrement, ainsi que tous les acteurs que leur fonction amène à intervenir. Ce sont ces préoccupations (pointées ou non sur des phénomènes précis et formalisés comme les absences pour maladie ou les restrictions d’aptitudes) qui souvent s’expriment en termes de perspectives de « maintien en emploi » et d’actions menées dans ce but.

Or les recherches dans ces domaines, l’expérience des acteurs et des praticiens, suggèrent quelques déplacements par rapport à cette notion, déplacements que ce séminaire a permis de préciser et de mettre en débat.

Le premier déplacement, proposé dès la conférence d’ouverture et par plusieurs autres intervenants, a consisté à compléter l’objectif d’emploi en ciblant tout autant le travail, sa réalisation, son contenu et son sens. L’idée de « maintien » s’est ainsi couplée avec celle de « soutien » : il s’agit d’examiner comment, au regard d’éventuelles difficultés liées à des troubles de santé, il est possible de préserver la construction, le développement et la mobilisation de l’expérience professionnelle, les stratégies de travail de chacun-e.

Un deuxième déplacement, lié au précédent, a consisté à inscrire ces réflexions dans une perspective de long terme où s’articulent les itinéraires personnels (et la redéfinition, à ce propos, des projets individuels), avec l’histoire des entreprises et des métiers. De ce point de vue, la constitution, trop rare, d’une « mémoire » de l’entreprise sur ses propres pratiques d’affectation et d’aménagement des situations de travail, est une piste que certaines interventions ont permis d’explorer.

Un troisième, lui aussi cohérent avec les deux autres, était de ne pas s’en tenir aux facettes les plus apparentes de ces questions de « gestion des déficiences de santé ». Les diagnostics établis, les dispositifs dédiés, les décisions formelles de réaffectation (ou, au pire, d’exclusion), mais aussi les corrélations statistiques entre dégradations de la santé et sortie plus ou moins prolongée de l’emploi, balisent une partie des problèmes à traiter, mais une partie seulement. Des situations moins visibles, au moins dans l’immédiat, comme une poursuite très difficile du même travail, ou certaines formes d’inactivité forcée, méritent autant d’intérêt. Il en résulte que les acteurs concernés sont bien plus nombreux que ceux assignés par leur fonction à la prévention professionnelle ou à la gestion des parcours.

En adoptant ces approches, les interventions et les échanges de ce séminaire ont confirmé, s’il en était besoin, que l’attention portée aux individus concernés par des « problèmes de santé » ne constitue pas – ou ne devrait pas constituer – une zone à part dans la réflexion des entreprises et des administrations.

Fichier

Rapport BIT Les plateformes de travail numérique et l’avenir du travail.

Télécharger le rapport :

https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/—dgreports/—dcomm/—publ/documents/publication/wcms_721011.pdf

La conférence :

L’IRISSO et l’Organisation International du Travail organisent une conférence sur « Les plateformes numériques et l’avenir du travail » le 18 octobre 2019 à l’Université Paris Dauphine. 

Le programme s’articule autour du rapport du BIT et de l’ouvrage coordonné par les chercheurs de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales sur les plateformes numériques: « Les nouveaux travailleurs des applis  » (PUF).

Pour s’inscrire : >>>