Archives de catégorie : Actualités / News

Lien

■ Sarah Abdelnour et Dominique Méda (dir.), Les Nouveaux travailleurs des applis, Paris, PUF, 2019 >>>
■ Bauraind Bruno et Vandewattyne Jean, « Ryanair must change. Lutter dans le low cost », Échos, Revue trimestrielle du Greséa, no 104, octobre/novembre/décembre, 2020, 63 p. >>>

Recensions parues dans le numéro 20 de la NRT :


Sarah Abdelnour et Dominique Méda (dir.), Les Nouveaux travailleurs des applis, Paris, PUF, 2019.

Alors que le débat public connaît d’importantes controverses, depuis le milieu des années 2010, autour de l’émergence de « plateformes », mettant en relation, par le biais d’outils numériques, des client es et des prestataires de services indépendant es, cet ouvrage collectif réunit plusieurs contributions visant à mieux analyser ce phénomène et à le saisir empiriquement.

Co-dirigé par Dominique Meda et Sarah Abdelnour, l’ouvrage établit une première synthèse des enquêtes conduites par une équipe de chercheur es en sociologie et en droit sur le « capitalisme de plateforme ». Cette notion est ici préférée au terme « d’ubérisation » que l’on retrouve dans le débat public, ou à celle de digital labor employée dans plusieurs travaux sur le capitalisme numérique[i]. Le choix de ce concept – également mobilisé par d’autres auteurs[ii] –, a pour objectif de « saisir le modèle spécifique de travail qui se développe sur les plateformes, à savoir l’externalisation des travailleurs et le déplacement des frontières du travail, en inscrivant ce processus dans un système de captation du profit propre à la nouvelle forme de capitalisme » (p. 10).

L’ouvrage se donne pour objectif d’apporter des éléments d’analyse sur la structuration sociale du capitalisme de plateforme et les inégalités qui en découlent, d’exposer le rôle joué par les plateformes[iii] et la façon dont elles organisent le travail, de mettre au jour la façon dont elles recomposent les frontières sociales et juridiques du travail, et d’étudier les nouvelles régulations appliquées à ces entreprises émergentes.

Tout au long du livre, les différentes contributions reviennent sur les promesses et les aspirations – à l’autonomie, à un travail passionnant ou pourvoyeur de sens – sur lesquelles s’appuient les plateformes et s’emploient à mettre en évidence l’écart entre ces promesses et les conditions effectives de travail.

Dans le premier chapitre, Diane Rodet retrace la généalogie de la notion « d’économie collaborative », en montrant comment elle a permis à des entreprises du capitalisme numérique d’être associées à l’économie sociale et solidaire et de se prévaloir des vertus habituellement associées à des organisations non lucratives. En s’appuyant sur une enquête concernant la plateforme « La Ruche qui Dit Oui » et sur la littérature existante, l’autrice montre que les pratiques de ces entreprises s’avèrent en réalité bien éloignées de cet idéal « collaboratif ». Derrière la promotion d’une économie alternative et d’échanges de « pair-à-pair » qui rapprocheraient les utilisateurs du service, se cache en effet l’intermédiation d’entreprises pleinement inscrites dans l’économie de marché, encadrant les pratiques de travail et prélevant une commission sur des échanges marchands. Finalement, si des rapprochements doivent être opérés entre économie sociale et solidaire et capitalisme de plateforme, c’est surtout dans les pratiques d’emploi et les ressorts de l’engagement des travailleurs et travailleuses. Comme dans le secteur associatif, les faibles rétributions financières des plateformes reposent ainsi sur le « déni de travail » et la non-comptabilisation d’une partie des heures effectuées. De même, l’adhésion de certain·es des travailleurs et travailleuses repose sur l’acceptation – temporaire et souvent grâce à des ressources extérieures – d’un emploi précaire pour bénéficier d’une activité jugée pourvoyeuse de sens et exercée avec une plus grande autonomie.

Le deuxième chapitre, rédigé par Pauline Barraud de Lagerie et Luc Sigalo Santos, s’intéresse à l’émergence de plateformes de crowdworking, à l’instar d’Amazon Mechanical Turk. Le service proposé par ces entreprises consiste à décomposer des activités très peu qualifiées en une série de « micro-tâches » qui sont ensuite confiées à une « foule » de travailleurs et travailleuses en ligne, qui se connectent quand ils le souhaitent. En mobilisant une enquête réalisée sur la plateforme française de micro-travail Foule Factory et sur la littérature académique, l’autrice et l’auteur montrent que le modèle de ces plateformes repose sur la promesse faite à leurs client·es, comme à leurs travailleurs et travailleuses, d’optimiser leur temps : en confiant le travail à une foule pour les premier·es, en marchandisant les multiples temps d’attentes du quotidien – comme le temps passé dans les transports – pour les second·es. La richesse du chapitre réside dans le rapprochement opéré entre ce nouveau mode de travail et le système du « tâcheronnat » qui existait au xixe siècle. Cette proximité se trouve dans le système de sous-traitance instauré par les plateformes qui génèrent des revenus de leur rôle d’intermédiaire, entre un donneur d’ordre et des travailleurs et travailleuses à la tâche, mais également dans les faibles rémunérations que les internautes tirent de cette activité qu’ils peinent à considérer comme un travail. Pauline Barraud de Lagerie et Luc Sigalo Santos remarquent cependant que ce phénomène, encore limité et développé en France par de petites entreprises, ne fait pas, jusqu’à présent, l’objet de critiques similaires à celles qui ont conduit à l’abolition du tâcheronnat. Les micro-travailleurs et travailleuses elles-mêmes semblent ainsi concentrer leurs griefs davantage sur les client·es que sur la plateforme.

Dans le troisième chapitre, Anne Jourdain et Sidonie Naulin s’intéressent à la façon dont l’économie numérique constitue un moyen pour des amateurs et amatrices ou des professionnel·les de marchandiser leurs loisirs sur internet. Elles mobilisent trois études de cas : les blogs culinaires, la plateforme Etsy de vente d’objets faits main, et la plateforme La Belle Assiette, qui met en relation des client·es et des cuisinier·es à domicile. L’attrait suscité par les plateformes qu’elles étudient repose sur deux piliers : l’aspiration à pouvoir « vivre de sa passion », en tirant des revenus d’une activité exercée de façon indépendante ; et la promesse d’une démocratisation de l’accès au travail, en échappant aux discriminations et au plafond de verre rencontrés dans le monde salarial. Cela permettrait aussi plus facilement à des mères au foyer de continuer à travailler en restant à leur domicile et de mieux articuler leur vie familiale et leur travail. Pourtant, seule une petite minorité parvient à tirer de ces plateformes des revenus suffisants pour vivre, au prix d’un important travail de mise en valeur des contenus, et cette économie tend à reproduire les inégalités existantes sur les marchés traditionnels – de genre, notamment : les femmes sont majoritaires sur ces plateformes, mais les hommes en tirent des revenus plus importants. Pourquoi les travailleurs et travailleuses persistent-elles alors, malgré tout, à marchandiser leur passion en ligne ? Les autrices distinguent deux cas de figure. Pour les « professionnel·les », qui cherchent à construire une carrière dans le secteur, il s’agit d’un revenu parmi d’autres, permettant d’acquérir une visibilité et de se lancer dans le domaine. Pour les « amateurs et les amatrices », majoritaires, la marchandisation permet surtout de développer sa passion : entretenir des sociabilités avec les client·es et avec les pairs et bénéficier de la reconnaissance associée à cette nouvelle visibilité.

Le quatrième chapitre, rédigé par Sarah Abdelnour et Sophie Bernard, s’intéresse aux formes de résistance et aux mobilisations collectives des travailleurs de plateformes. Les autrices s’appuient principalement sur le cas emblématique des chauffeurs Uber, dont le mécontentement est généré par une désillusion professionnelle : les plateformes ne tiennent pas leur promesse d’ascension sociale et les travailleurs font face à la dégradation des conditions de travail et des rémunérations. Au-delà de la précarité et du turn-over, le passage du mécontentement à la mobilisation se trouve toutefois entravé par le statut d’indépendant des travailleurs et travailleuses des plateformes. En effet, ne disposant pas de mécanismes de représentation et consacrant un temps extensif au travail pour survivre, leur investissement militant s’avère très coûteux. Le mouvement n’est donc pas porté par les travailleurs les plus précaires, mais par une fraction de chauffeurs les plus engagés dans le métier, davantage insérés dans des collectifs de travail, où le sentiment d’appartenance se construit autour de l’affirmation de la masculinité et de trajectoires sociales et migratoires proches. Ces meneurs disposent souvent d’une expérience préalable de la conflictualité, même s’ils se tiennent à distance du rôle de syndicaliste. Leurs revendications s’orientent alors, en grande partie, vers une demande de « régulation », voire de « clôture » de la profession, qui s’adresse autant aux plateformes qu’aux pouvoirs publics. Dans ce chapitre, le cas emblématique des chauffeurs Uber permet aux autrices d’identifier des mécanismes de résistance et d’organisation communs aux « travailleurs et travailleuses de plateformes » de différents secteurs. L’étude des livreurs de repas invite toutefois à nuancer certains constats tirés à partir du secteur des VTC. En particulier, le constat de mobilisations d’abord portées par les travailleurs et travailleuses tirant l’essentiel de leurs revenus du travail de plateforme, semble moins vérifié dans le cas des livreurs, où un petit nombre « d’entrepreneurs de cause », qui ne travaillent plus (ou à temps très partiel) sur les plateformes, jouent un rôle important dans la structuration du mouvement[iv].

Le cinquième chapitre, rédigé par les juristes Hélène Nasom-Tissandier et Morgan Sweeney, met à jour une évolution de la jurisprudence sur deux enjeux essentiels, qui opposent les plateformes à leurs concurrents économiques et à une partie de leurs travailleurs et travailleuses. Le premier concerne la prétention des plateformes à n’être que des intermédiaires « neutres », ce qui leur permet de n’être soumis qu’au droit numérique. Cet argument, d’abord pris en compte par certaines juridictions, a ensuite été contesté par plusieurs décisions judiciaires majeures. La plus importante est l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne du 20 décembre 2017, qui a estimé que le service d’intermédiation qu’Uber fournissait relevait bien de la qualification de service de transport et que la firme devait donc appliquer la législation espagnole à laquelle elle prétendait échapper. En France, la décision de la Cour d’appel de Paris du 1er juin 2017 de condamner Uber pour ne pas avoir rappelé ses chauffeurs à leurs obligations légales – en particulier dans l’espace urbain – témoigne du même refus de considérer la plateforme comme un intermédiaire « neutre ».

Le deuxième enjeu central du contentieux concerne le statut social des prestataires. En France, les tribunaux des prud’hommes et la Cour d’appel de Paris ont d’abord refusé de reconnaître la subordination des travailleurs et travailleuses des plateformes. Ces décisions ont toutefois été invalidées en 2018 par la Cour de cassation, qui a estimé que la géolocalisation permettait à la plateforme de disposer d’un pouvoir de contrôle et de sanction caractéristique d’un lien de subordination. Alors que cette décision reste construite sur la définition classique de la notion de subordination, les deux juristes montrent l’originalité de l’approche « organisationnelle » retenue par les juges en Angleterre et aux États-Unis. Ces derniers reconnaissent les travailleurs et travailleuses des plateformes comme des salariés en raison de leur intégration à l’activité économique des plateformes et de leur absence de clientèle propre. En 2019, la Cour d’appel de Paris s’est rapprochée de l’analyse de ces juridictions, en intégrant, parmi les motifs de requalification d’un ancien chauffeur Uber en salarié, son intégration à « un service organisé par la société Uber BV ».

Enfin, dans la postface, Dominique Meda revient sur le discours millénariste de l’économie numérique, qu’elle situe dans la lignée de la « nouvelle économie » du début des années 2000. Ce discours voudrait que la révolution technologique, perçue comme inéluctable, soit à l’origine d’une mutation importante du travail, amené à devenir plus collaboratif, autonome et source de plaisir. Les grandes entreprises hiérarchisées n’auraient alors plus de raison d’être, du fait de la réduction drastique des coûts de transaction qui en justifiaient l’existence, et seraient vouées à disparaître. L’avènement de la figure de l’auto-entrepreneur ou du freelance permettrait alors de refermer la parenthèse du salariat, historiquement lié à la grande entreprise et à la nécessité de coordonner les travailleurs et travailleuses. Ces évolutions permettraient également de renouer avec un véritable travail autonome et avec les figures des Sublimes, dépeints par Denis Poulot[v], ou celle des ouvriers entrepreneurs que décrivent Alain Cottereau ou Claude Didry, figures entretenues avec nostalgie[vi]. En reprenant les éléments issus des différentes contributions de l’ouvrage, Dominique Meda s’emploie à montrer à quel point ces promesses de l’économie numérique ne sont pas tenues, en particulier celles qui touchent au travail. Pour l’autrice, c’est davantage à la figure des ouvriers et ouvrières embauchées à la pièce ou à la journée par un tâcheron ou un petit entrepreneur – dont la plateforme joue ici le rôle – qu’il faut identifier les travailleurs et travailleuses de la gig economy[vii]. Cette vision des relations de travail implique d’identifier les plateformes comme des employeurs, comme s’y emploient de plus en plus les juges. L’ouvrage se termine alors par un plaidoyer en faveur d’une amélioration des conditions de travail et d’un renforcement de l’autonomie à l’intérieur du salariat, jugé davantage à même de répondre aux aspirations de travailleurs et travailleuses en quête de liberté et de maîtrise de leur travail, qu’une pâle copie de l’indépendance.

En définitive, à travers des enquêtes variées, les auteurs offrent un panorama de la façon dont le capitalisme de plateforme affecte le travail et recompose plusieurs secteurs d’activité. Si l’ouvrage donne finalement assez peu d’éléments sur les propriétés sociales des travailleurs et travailleuses des plateformes et sur la façon dont celles-ci organisent et encadrent le travail, il offre en revanche les moyens d’historiciser ce phénomène émergent, en le raccrochant avec des transformations du travail déjà étudiées par les auteurs et autrices : externalisation, sous-traitance, précarisation, auto-entrepreneuriat. Il montre bien comment le modèle des plateformes repose sur le contournement du droit et sur la négation de la nature réelle de leurs activités.

Arthur Jan, LISE-CNAM

[i] Voir notamment Trebor Scholz (dir.), Digital labor. The internet as Playground and Factory, New York, Routledge, 2012 ; Dominique Cardon, Antonio Casili, Qu’est-ce que le digital labor ? Bry-sur-Marne, Éditions de l’INA, 2015 ; Antonio Casili, En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic, Paris, Seuil, 2019.
[ii] Voir en particulier Nick Srnicek, Platform Capitalism, Polity Press, 2016.
[iii] Par « Plateforme », on désigne ici, avec les auteurs et autrices de l’ouvrage, les dispositifs techniques et informatiques de mise en relation, mais également par extension, les entreprises qui s’appuient sur ces dispositifs et leurs gestionnaires.
[iv] Nous renvoyons ici au travail doctoral en cours mené par l’auteur de cette recension sur les mobilisations des livreurs de repas.
[v] Poulot Denis, Question sociale. Le Sublime ou le travailleur parisien tel qu’il est en 1870, et ce qu’il peut être. Introduction par Alain Cottereau, Paris, Maspero, 1980 [1870].
[vi] Alain Cottereau, « “Droit et bon droit”. Un droit des ouvriers instauré, puis évincé par le droit du travail (France, xixe siècle) », Annales. Histoire, Sciences sociales, 2002, 57e année, no 6, p. 1521-1557 ; Claude Didry, L’Institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire, Paris, La Dispute, 2016, 244 p.
[vii] Expression que l’on peut traduire par « économie à la tâche », « économie à la demande » ou encore « économie des petits boulots ».


Bauraind Bruno et Vandewattyne Jean, « Ryanair must change. Lutter dans le low cost », Échos, Revue trimestrielle du Greséa, no 104, octobre/novembre/décembre, 2020, 63 p.

La revue Échos du Greséa (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)[i] propose, dans son numéro 104, une analyse des pratiques de la compagnie d’aviation Ryanair. En 63 pages, dans un style accessible à des non-spécialistes, Bruno Bauraind et Jean Vandewattyne rendent compte des conditions dans lesquelles, par une série de luttes, les salariés de la multinationale irlandaise, leader européen en nombre de passagers transportés (152 millions en 2019), ont réussi à amener les dirigeants de la firme à modifier, pendant une brève période de temps, leur gestion de la main-d’œuvre, grâce à « la première grève transnationale offensive de l’histoire sociale européenne » (p. 5).

En un éditorial et quatre articles, à la mise en page soignée, les deux chercheurs rappellent que, si Ryanair a pu atteindre un tel niveau de développement, c’est, certes, parce que l’entreprise affiche des prix apparemment très bas, mais c’est surtout parce que ses dirigeants ont su tirer profit d’une série de décisions de politique macro-économique prises au niveau international. En effet, l’Union européenne a progressivement, à partir du milieu des années 1980, « libéralisé » l’ensemble des secteurs d’activité, pour matérialiser et expérimenter le projet d’une économie néolibérale. Pour les auteurs, ce projet consiste à modifier le mode d’intervention de l’État sur l’économie. Dorénavant inféodée aux intérêts des acteurs dominant l’économie, la puissance publique doit s’arc-bouter sur un seul objectif : « créer un climat favorable aux affaires », c’est-à-dire promouvoir la concurrence et empêcher que la recherche de valeur pour l’actionnaire, supposée bénéfique pour le consommateur, ne soit entravée.

Concrètement, « le despotisme actionnarial » prend la forme de l’entreprise néolibérale et, plus particulièrement, de l’entreprise low cost, dont Ryanair incarne une forme particulièrement agressive : l’ultra low cost. C’est ce modèle que les auteurs décrivent avec minutie, en trois temps : « comprendre le modèle économique et le régime de mobilisation salariale » propre à Ryanair ; décrire finement les différentes étapes qui ont parsemé les vingt années de luttes en dents de scie que les salariés ont menées ; et tirer « quelques enseignements du ʺdossier Ryanairʺ » (p. 5).

Dans le premier article – « Ryanair ou l’utopie néolibérale » –, les auteurs contextualisent la naissance et le développement fulgurant de la firme, fondée en 1985 par la famille Ryan. Alors qu’à son lancement, elle « ne possède qu’un seul appareil bimoteur » qui relie l’aéroport de Waterford à Gatwick, trente-cinq ans plus tard, après une entrée en bourse en 1997, la multinationale « possède, selon son site, une flotte de 475 Boeing et en a commandé 210 en 2019 […]. Elle emploie 19 000 professionnels […], est active dans 40 pays, compte 82 bases[ii], effectue 2 400 vols quotidiens » (p. 8). Ce à quoi s’ajoute la grande profitabilité des capitaux investis par les actionnaires, « en moyenne de 23,3 % sur la dernière décennie[iii] » (p. 8).

L’un les éléments ayant contribué à ce « succès » réside dans la progressive capacité de la firme à mettre sous sa dépendance les collectivités locales gestionnaires des aéroports périphériques, associant l’implantation de Ryanair à l’opportunité de créations d’emplois et de rentrées fiscales, dans des régions souvent sinistrées. Ainsi, entre Ryanair et la société publique BSCA (Brussel South Charleroi Airport), gestionnaire de l’aéroport de Charleroi, un contrat, signé en 2001 et d’une durée de 15 ans, prévoit notamment que BSCA doit : a) financer les frais de publicité de Ryanair à hauteur de 50 % ; b) subventionner les nouvelles routes ouvertes par Ryanair au départ de Charleroi ; c) subventionner le recrutement et l’entraînement des pilotes ; d) ainsi que les frais d’hôtel du personnel de bord ; e) et appliquer un tarif préférentiel pour l’assistance en escale.

Si, en 2004, la Commission européenne condamne Ryanair à rembourser une partie des « faveurs » qui lui ont été accordées dans le cas de Charleroi, la firme continue à innover pour rendre dépendantes les collectivités locales et capter une partie des financements qui pourraient servir l’intérêt général. Elle n’hésite d’ailleurs pas à exercer un chantage à la délocalisation si les pouvoirs publics tentent de renégocier certaines modalités. À ce siphonnage de l’argent public, s’ajoute tout un éventail de mesures que Ryanair n’a pas inventées, mais que les gestionnaires de la compagnie s’ingénient à appliquer avec une rare radicalité. Les auteurs citent, par exemple, le fait de proposer aux voyageurs des suppléments (bagages, repas, assurances, etc.) qui permettent « à la compagnie irlandaise de tirer 27 % de son chiffre d’affaires de ces options payantes » (p. 18).

Dans ce cadre, les dispositifs de gestion de la main-d’œuvre jouent un rôle central pour mobiliser, au moindre coût, les deux catégories de personnels : celui dit de cockpit (pilotes et copilotes), comme celui dit de cabine (hôtesses et stewards). C’est l’objet du deuxième article « Le régime de mobilisation salariale chez Ryanair ». De façon générale, dans l’entreprise néolibérale, ce régime de mobilisation consiste à obtenir la coopération forcée des salariés, sous la double « contrainte objective des marchés financiers et du chômage de masse » (p. 28). La mobilisation est également obtenue en promettant aux salariés plus d’autonomie pour développer leur créativité. Ce qui place ces derniers dans une situation paradoxale où ils se doivent d’être créatifs alors que les dispositifs de gestion les en empêchent.

Sur cet arrière-fond de principes communs, Ryanair se singularise par un ensemble de règles et de procédures allant des plus archaïques aux plus machiavéliques. Il y a, par exemple, la classique division du travail entre personnels de cabines et personnels de cockpit, doublée d’une division des personnels entre ceux disposant de contrats de travail Ryanair – relativement plus favorables – et ceux embauchés via des sociétés sous-traitantes pratiquant des conditions plus défavorables pour les employés : par exemple, le paiement du steward ou de l’hôtesse uniquement pendant le temps de vol proprement dit ou bien l’obligation d’être sous statut d’indépendant, pour les pilotes. Pour faire accepter ces conditions aux agents, au moins pendant les premières années, la firme recrute préférentiellement des jeunes faiblement qualifiés d’une quarantaine de nationalités, vivant dans des zones sinistrées et les affecte dans des aéroports de pays dont ils ne parlent pas la langue (déracinement, déterritorialisation), ce qui entrave leur capacité à connaître la législation de ce pays. L’allégeance des agents est également obtenue en les obligeant à s’endetter pour payer leurs frais de formation, leurs uniformes – et leur entretien –, les billets d’avion pour se rendre sur les lieux de formation et aux entretiens annuels situés à Dublin, les visites médicales (organisées les jours de congé), etc.

Mais comment, dans un tel contexte, les salariés ont-ils réussi à organiser, dans plusieurs pays européens, une grève simultanée, sachant, par ailleurs, combien le management de la compagnie fait preuve d’un antisyndicalisme radical, incarné dans la personne de Michael O’Leary, PDG de la firme[iv]. Dans le troisième article « La lutte syndicale des ʺRyanairsʺ », les auteurs apportent des éclairages contrastés à cette question. Là encore, le lecteur découvre l’ampleur des régressions accompagnant l’ultra-low-cost. La stratégie antisyndicale de la compagnie se déploie selon trois axes : individuellement pour les empêcher de s’affilier à un syndicat, Ryanair actionne, soit la menace de licenciement (envers les personnels de cabine), soit des incitations financières (envers les pilotes) ; collectivement, en empêchant les grèves (soit par la menace de fermer l’implantation locale de Ryanair, soit en incitant les salariés des autres aéroports à remplacer les grévistes) et en refusant toute négociation collective ; ainsi que par « la pression sur l’organisation syndicale par le truchement du pouvoir politique » (p. 43).

Face à cet arsenal, déployé sur une vingtaine d’années et à l’échelle de l’ensemble de l’Europe, les salariés n’en ont pas moins eu le courage de déclencher quelques mouvements de grève localisés. Mais il aura fallu attendre 2017 pour que Ryanair reconnaisse progressivement les syndicats. Cette évolution est amorcée au début des années 2010, par les actions menées par la Fédération européenne des travailleurs des transports (ETF) et la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF), pour faire appliquer les conventions internationales portant sur la liberté syndicale et le droit d’organisation. Quelques années plus tard, le Conseil et le Parlement européen apporteront des précisions en matière de territorialité indiquant « que dorénavant, ce sera le pays dans lequel un salarié commence son jour de travail qui fournit le droit compétent pour la sécurité sociale » (p. 48). Enfin, la Cour de justice de l’Union européenne estimera que « le droit du travail qui s’applique aux personnels navigants est celui de sa base d’affectation, ce que revendique la Centrale nationale des employés [syndicat belge] […] et ce qui fragilise la compagnie dans tous les pays européens où elle est présente » (p. 49).

À cette stratégie conduite par l’ETF et l’ITF, se combine progressivement le recours à la grève, décidé localement par les employés de Ryanair, dans certains aéroports et dans certains pays. Émerge alors « le Striking group », regroupant des représentants syndicaux des personnels de cabine de Belgique, d’Espagne, d’Italie, des Pays-Bas et du Portugal. Son but est « d’organiser les travailleurs dans les aéroports pour réunir progressivement les conditions d’une grève européenne » (p. 49). Plusieurs décisions prises par la direction, en 2017-2018, vont alors contribuer à créer une solidarité de revendications entre l’ensemble des membres du personnel, pilotes compris, conduisant à des grèves multisites. Il en ressortira une reconnaissance des sections syndicales dans l’entreprise, ainsi que la transformation des contrats de sous-traitants en contrat Ryanair. Cette avancée fut cependant de courte durée. La paralysie du ciel européen, du fait des mesures de confinement (2020), servit de prétexte à la direction de l’entreprise pour restructurer, licencier et faire accepter des baisses de salaires, reléguant les syndicats dans une position purement défensive.

Sans optimisme excessif, les auteurs notent en conclusion qu’environ 50 % des employés de Ryanair ont gagné le droit de s’associer et qu’un nouveau bras de fer va s’engager entre une direction toujours soucieuse de contourner la concertation sociale et des délégués récemment élus, portés par les espoirs nés de la grève européenne offensive.

Au-delà du cas emblématique de Ryanair, la minutieuse et didactique analyse présentée dans le numéro 104 des Échos du Greséa donne à voir, non seulement la persistante violence des rapports de domination structurant les entreprises, ainsi que le coût social et environnemental du low cost, mais également la pertinence des pratiques traditionnelles de lutte et la fragilité des acquis sociaux, l’acteur patronal n’acceptant jamais de devoir se soumettre à une volonté extérieure.

Jean-Luc Metzger, Centre Pierre Naville et CNAM-LISE

[i] https://gresea.be/
[ii] Aéroports, le plus souvent périphériques, où les avions sont garés et où le personnel prend son service.
[iii] Une partie des chiffres cités dans la revue proviennent de la firme elle-même, une autre partie vient du site Mirador multinationales (http://www.mirador-multinationales.be/) riche en données sur les multinationales en général. En plus de ces succès économiques, Ryanair était l’un des dix émetteurs de CO2 de l’UE avec la plus grande quantité de gaz à effet de serre.
[iv] Il est aussi directeur Général de Ryanair Holding, propriétaire de 4 % des actions de Ryanair et, accessoirement, l’un des hommes les plus riches d’Irlande.

Parution du 20ème numéro de La NRT

La Nouvelle Revue du Travail n°20, mai 2022 
https://journals.openedition.org/nrt/10240

■ Corpus – L’autre travail éducatif
• Géraldine Bois et Lionel Jacquot
L’autre travail éducatif. Personnels non enseignants et division du travail [Texte intégral]
• Arthur Imbert
Quand les ATSEM entrent en classe. Histoire d’une lutte juridictionnelle à l’école maternelle [Texte intégral]
• Clémence Michoux
Le travail de socialisation scolaire des CPE. Définir son territoire [Texte intégral]
• Géraldine Bois et Rémi Deslyper
Secrétaires et policiers ? Les assistant·es d’éducation et leurs appropriations d’un travail dominé [Texte intégral]
• Christophe Chevalier, Arthur Imbert et Alicia Jacquot
L’autonomie dans l’invisibilité. Les accompagnantes des élèves en situation de handicap [Texte intégral]
• Simon Kechichian
Animateur.rice dans l’école. Un métier travaillé par la forme scolaire [Texte intégral]
• Julien Netter
Les animateurs au quotidien. Division du travail et inégalités scolaires [Texte intégral]

■ Controverse
« Au-delà des frontières, sept sociologies du travail » Table ronde internationale autour du no19 de la NRT [Texte intégral]

■ Varia
• Hadrien Clouet
La sociologie allemande face aux réformes Hartz [Texte intégral]
• Frédérique Letourneux
La pluralité des logiques de travail dans les tiers-lieux de travail [Texte intégral]

■ Champs et contrechamps
• François Cardi, Cécile Cuny, Nathalie Mohadjer et Hortense Soichet
Une ethnographie visuelle des mondes ouvriers de la logistique [Texte intégral]

■ Matériaux
• Paul Bouffartigue et Mustapha El Miri
« Là c’est quasiment le cours magistral, on ne les voit pas, on parle, on parle. » Crise sanitaire et enseignement en ligne. [Texte intégral]
Entretien avec Mustapha El Miri, enseignant-chercheur en sociologie, par Paul Bouffartigue

■ Recensions et notes de lecture

Penser politiquement le travail

La Nouvelle Revue du Travail  est associée aux deux journées : “Penser politiquement le travail. Renouer avec un héritage refoulé” qui se dérouleront les 7 et 8 avril 2022 à Lyon…


Lyon (MSH-Espace Marc Bloch) -7 et 8 avril 2022

Penser politiquement le travail
Renouer avec un héritage refoulé
Lyon (MSH-Espace Marc Bloch) -7 et 8 avril 2022
On se propose, lors de ces journées, d’examiner les institutions de travail en tant qu’objet et en même temps composante des États contemporains, et de chercher les enjeux des choix politiques opérés en ce domaine. Il ne s’agit pas tant d’observer et de critiquer les acteurs du politique que de délimiter les champs et d’éprouver les méthodes d’une nouvelle enquête : l’analyse des formes nouvelles de travail et des tensions qu’elles suscitent parait être la seule en effet qui permette de comprendre l’évolution actuelle des modes de pouvoir dans toute la planète. Il s’agit d’identifier, derrière les difficultés que rencontrent aujourd’hui toutes les régulations nationales, les mouvements qui déforment les structures, et annoncent peut-être l’avènement d’autres logiques de relation entre les individus comme entre les nations.
Les difficultés qu’il faudra surmonter lors de cette réflexion sont évidentes : chacun a une expérience singulière du travail, et les noms qui désignent ces différentes réalités sont multiples, même si le vocabulaire de l’administration prédomine ; les réactions à l’ordre salarial et les revendications qu’il suscite se retrouvent dans tous les comportements. Le chercheur lui-même a forcément une opinion politique. Peut-on supposer qu’il saura se rendre impartial sans pour autant se trouver démuni en face de son objet ? Il nous faudra forcément remettre en question la division du travail bien installée entre le savant et le politique, le premier espérant trop souvent d’ailleurs, même à son insu, que son travail éclairera voire guidera l’action du second.
Occupées des problèmes que leur proposent tant les gestionnaires de l’économie et de l’État que leurs contestataires, les recherches contemporaines en sciences humaines ont donné lieu à de multiples études, lesquelles utilisent souvent des langages spécifiques intraduisibles entre eux, et ne peuvent donc ni se corroborer, ni se contredire. La plupart de ces expertises exploitent des enquêtes mal repérées dans les temps et les structures du social, et se concluent généralement par la description de réactions ou d’attitudes individuelles ou collectives qu’en l’occurrence il conviendrait de favoriser ou de corriger, c’est-à-dire des comportements si spécifiques qu’aucune science psychologique ne saurait les reconnaitre. Envahie par l’empirisme, la sociologie du travail souffre de la grande dispersion de ses objets et du manque d’exigences et de débats épistémologiques, de même que, plus largement, la sociologie souffre de son repli académique et de son renoncement au dialogue avec les autres disciplines.
Renouant avec un héritage sociologique illustré plus particulièrement par l’oeuvre de Pierre Naville, cette réflexion collective devra donc lever de lourds obstacles méthodologiques.
Sans être jamais justifiée, ni même affirmée clairement, la thèse s’est en effet imposée progressivement en sociologie selon laquelle l’État constitue la réalité dernière qu’inventorie le chercheur, cette institution représentant la rationalité première de l’expérience. Les notions et les termes juridiques sont donc les seuls admis lors de la recherche, et constituent le vocabulaire même de la science. Contester cette théorie implicite, c’est souvent, dans l’opinion commune, violer la distinction première, qui passe pour fondatrice, celle qui discrimine le savant de l’essayiste ou du partisan.
Cette opposition, pourtant, ne peut être admise sans réserve, et les concepts juridiques validés a priori comme universels : le travail, par exemple, n’est pas un fardeau éternel de toutes les communautés humaines, mais une invention récente, instable et contestée. Dans la plupart des sociétés historiques, la production en continu des biens et services est concédée ou imposée à une population particulière, pourvue d’un statut spécifique, esclave, métèque, serf ou artisan…Dans le système qui nous régit aujourd’hui, par contre, le travail doit satisfaire ceux des besoins qui parviennent à s’imposer. Chaque tâche est l’objet d’un rapport noué autour d’un projet entre des individus quelconques, et les produits livrés au commerce. Les administrations nationales se définissent en imposant des normes à ces échanges libres, et en ménageant les conditions de leur développement. La subordination conditionnelle de l’opérateur à l’entreprise, contre rétribution monétaire, le salariat, donne ainsi lieu à des institutions différentes selon les pays, certaines législations autorisant une relative solidarité entre les employés, imposant la reconnaissance d’échelles de qualifications, fixant des professions, entretenant des enseignements qui renouvellent plus ou moins les inégalités de classe, mutualisant une partie des dépenses salariales, transformant des hommes de métier en fonctionnaires d’État… Autant de systèmes salariaux donc que de nations différentes…
Réglementé politiquement, le travail dans le monde d’aujourd’hui n’en est pas moins, dans ses méthodes comme dans son dynamisme, déconnecté des contraintes nationales. La production dans un pays n’est pas tenue de satisfaire les besoins locaux, de se cantonner à son territoire, d’utiliser exclusivement ses ressources, de collaborer à la richesse collective … Tout au contraire, chaque firme s’efforce d’exploiter une formule originale, connectant par exemple la main d’oeuvre d’une région de la planète pour alimenter les consommateurs d’une autre, et donc de mettre à profit méthodiquement les inégalités multiples qui divisent le monde capitaliste. Les États se trouvent ainsi mis en concurrence à travers leurs politiques d’emploi, chaque décision locale constituant une prise de position internationale, la fixation de normes et l’adoption de techniques prenant le sens d’un acte d’allégeance ou de retrait envers les rivaux. Dans les métropoles anciennes, pourvues d’infrastructures complexes, beaucoup des moyens matériels et humains se dépensent à renouveler le parc des entreprises, des transports, des techniques, des savoirs, de sorte que les ligues de nations antagonistes s’affrontent d’abord pour la possession et la mise en valeur des nouveaux territoires…
Il nous faut donc, en mettant en commun et en éprouvant nos connaissances comme nos réflexions épistémologiques, nous donner les moyens d’étudier les mouvements qui ordonnent aujourd’hui notre monde, les marchés du travail juxtaposés, chevauchant les frontières, les nouveaux modes de collaboration et de concurrence entre les firmes et les États, les types d’affiliation inédites qui se substituent aux anciennes professions, et, d’un bout à l’autre de la planète, des régulations étatiques de plus en plus contestées…
Quelle prise avons-nous sur l’objet « travail » ? L’acte, le poste, l’emploi, l’équipe, l’entreprise, la classe, les compétences, la profession… Quels concepts utiliser, chacun d’entre eux entrainant un horizon de recherche, une durée d’observation, des acteurs différents ? La notion susceptible de regrouper ces notions et leurs mouvements n’est-elle pas celle de salariat ? Peut-on imaginer que la socialisation du salariat, ou la mondialisation, ou l’évolution technique, ou la planification…, aboutissent à d’autres formes d’organisation, de mobilisation, de distribution du travail ? La production planétaire, tout à la fois reproduisant, mais aussi problématisant, les hiérarchies entre les nations, politisant les dépendances nationales (les révoltes des pays dominés), offrant la possibilité de figures sociales nouvelles, les capacités humaines devenant plus collectives que spécifiques (des savoirs et des instruments communs à la consommation et au travail , des compétences d’équipes autour des installations une production concentrée en des infrastructures collectivisées qui se reproduisent régulièrement , la ville, les transports, l’information, l’énergie, les armées…). Peut-on voir en ces divers phénomènes les signes annonciateurs d’une nouvelle organisation de l’espèce humaine, des associations autonomes d’individus autour de réseaux évolutifs de production et de services ?
Ces deux journées se proposent de mettre en discussion l’actualité de l’héritage de la pensée de Pierre Naville. La première, à partir de trois thématiques, « subjectivités », « salariat », et « réseaux », au travers desquelles cette pensée semble particulièrement appropriée pour nourrir le débat, avec l’apport de courants intellectuels différents. La seconde, à partir de quatre ouvrages récemment parus et qui font peu ou prou appel à la pensée du co-fondateur de la discipline.

Comité d’organisation : Mateo Alaluf, Sylvie Célérier, Paul Bouffartigue, Caroline Lanciano-Morandat, Sylvie Monchatre, Pierre Rolle.

Revues partenaires de ces journées : L’Homme et la société ; la NRT ; La Pensée ; Temporalités.

Le comité d’organisation tient à remercier les éditions Syllepse (Paris) et Page Deux (Lausanne) pour leurs contributions respectives à la réédition des travaux de Pierre Naville et à la publication de ceux de Pierre Rolle.

Le programme en version PDF : >>>

AAA Jeunes et emploi

AAA pour le n°23 à paraître à l’automne 2023

Repenser la question de l’insertion professionnelle des jeunes

Les parcours vers une hypothétique stabilisation dans l’emploi

 Coordonné par Dominique Glaymann et François Sarfati

 Ce dossier se propose d’analyser l’état actuel des relations entre les jeunesses et l’emploi en faisant le point sur ce que les recherches montrent des positions dans l’emploi et des situations de travail des jeunes (moins de 25 ans ou moins de 30 ans) et de leurs parcours vers des situations plus moins stabilisées. Il s’agira aussi d’explorer les dispositifs des politiques publiques et des autres initiatives portant sur l’emploi des jeunes, ainsi que leurs effets plus généraux, sur l’ensemble des travailleurs.

Nous entendons notamment déconstruire différentes idées fausses autour de « la » jeunesse (« génération sacrifiée ») en rappelant d’abord que la jeunesse n’est pas plus un groupe social homogène en termes d’emploi que d’éducation, de scolarisation ou de dotation en capitaux et ressources divers, en montrant ensuite comment les approches traitant de l’insertion professionnelle passent souvent à côté des enjeux majeurs faute de définition, de mesures et de contextualisation pertinentes (Dubar, 2001). En abordant l’insertion comme «  un processus par lequel des individus n’ayant jamais appartenu à la population active, accèdent à une position stabilisée dans le système d’emploi » (Vernières, 1997, p. 12), nous posons l’hypothèse que le principal problème concerne les conditions d’emploi et de travail des débutants, ainsi que la complexité de leurs trajectoires de stabilisation, y compris parfois quand ils sont enfermés dans la précarité et une instabilité durable.

S’il existe des points communs à l’ensemble des sortants de formation initiale qui expérimentent les nouveaux modes de recrutement et de gestion patronale du salariat (Fondeur, Minni, 2004), il ne faut pas pour autant négliger le poids des différences très marquées selon les niveaux de sortie et de diplômes (Lefresne, 2003 ; Rose, 2006), écarts qui renvoient comme on le sait par ailleurs à des inégalités sociales déterminantes pour les parcours scolaires et de recherche d’emploi, mais aussi aux différences de genre et d’origine ethnique ou religieuse, sources de difficultés accrues, voire de discriminations.

Analyser les parcours de stabilisation (réussie ou non) des débutants, qui ont des âges et des niveaux de sortie de la formation initiale très variés, plutôt que l’insertion des jeunes sera aussi l’occasion de rappeler la réalité et les effets des apories de l’adéquationnisme (Tanguy, 1986 ; Giret, 2015 ) que montrent années après années les données tirées des enquêtes longitudinales (notamment les enquêtes Génération du Céreq et les enquêtes emploi de l’Insee) en ne se limitant pas à la vision court-termiste de nombreuses « enquêtes d’insertion » d’écoles ou de composantes d’universités. On constate des écarts dans les positions d’emploi (type et durée des contrats, niveaux de rémunération, accès aux droits sociaux) et dans les situations de travail (contenu des tâches à réaliser, conditions de travail, qualification reconnue) qui varient à la fois selon les ressources en capitaux sociaux, culturels et scolaires et selon les aléas des parcours dans l’emploi. Il nous paraît donc important de mobiliser les connaissances disponibles en matière de relations entre formation, travail et emploi qu’ignorent largement les décideurs politiques, mais aussi de nombreux responsables de diplômes et de cursus de formation confrontés à la mission « d’orientation et d’insertion » fixée à la voie professionnelle de l’enseignement secondaire et étendue à l’ensemble des filières d’enseignement secondaire et supérieur (la loi LRU de 2007 ayant explicitement ajouté à ce dernier les missions d’orientation et d’insertion).

L’analyse de la situation des jeunes au regard de l’emploi conduit ainsi à interroger les politiques publiques menées en la matière depuis 45 ans (le premier Pacte pour l’emploi des jeunes du Gouvernement Barre date de 1977) et les politiques patronales à l’égard des nouveaux arrivants dans le système d’emploi, ainsi que leurs effets parmi lesquels on distingue notamment les résultats en termes d’orientation et d’insertion (Verdier, 1996) et les effets pervers de stigmatisation et d’enfermement dans des contrats et niveaux de rémunération dérogeant au droit du travail. De ce point de vue, nous souhaitons interroger la notion de « débutant inexpérimenté » en montrant sa nature d’étiquetage (voire de stigmate) qui désigne les sortants de formation initiale à la recherche de premiers emplois en dépit de leurs expériences de stages et de jobs étudiants, mais aussi des jeunes travailleurs parfois présents dans l’emploi ou à ses marges depuis plusieurs années.

Les politiques publiques relatives à l’emploi des jeunes (Charlot, Glasman, 1999) s’appuient ainsi sur des postulats aussi discutables que peu discutés (l’inexpérience, la faible productivité et l’inadaptation de « la formation des jeunes » postulées, ainsi que leur supposée instabilité chronique). Les mesures qui les concrétisent concernent à la fois :

  • « la professionnalisation » de la formation initiale (dans le secondaire et le supérieur) au moyen de différents outils (apprentissage, stages, cours confiés à des intervenants extérieurs, construction des maquettes de diplômes en blocs de compétences, etc.) ;
  • l’aménagement de leur mise au travail et de leur entrée dans l’emploi au moyen de contrats spécifiques, voire même d’absence de contrat de travail[1] accompagnés de multiples dérogations au droit du travail, d’exonérations de cotisations sociales (pour les moins de 25 ans, et désormais des moins de 30 ans, etc.), avec différentes modalités de socialisation dans et par la précarité ;
  • l’organisation des transitions entre la formation, le travail et l’emploi par différentes modalités d’accompagnement à l’orientation, de construction de projets professionnels, et de situations intermédiaires (en cours de formation et en début de vie professionnelle).

Ces politiques publiques, nationales et locales, sont complétées par diverses initiatives émanant d’entrepreneurs privés ou d’acteurs associatifs qui mobilisent souvent des subventions publiques et qui participent ouvertement à la construction des orientations politiques et des mesures qui les concrétisent. Dans ce « gouvernement par l’emploi » (Dupuy et Sarfati, à paraître en 2022), les acteurs privés poussent la puissance publique à agir dans leur intérêt, au nom de la centralité accordée dorénavant à l’emploi. D’un côté, la formation est subordonnée à l’emploi. Il s’agit moins de préparer des travailleurs à tenir un poste ou une série de postes, que de leur permettre de justifier de leurs compétences lors d’un entretien d’embauche. D’un autre côté, le droit du travail vient autoriser toutes sortes de dérogations à la norme du contrat à durée indéterminée à temps plein au sein d’une même entreprise, postulant sans le démontrer que l’emploi dégradé d’aujourd’hui est une marche vers l’accès à un emploi meilleur demain. Portées par les employeurs, ces politiques n’ont que peu d’effet sur l’accès à l’emploi. Elles se limitent le plus souvent à changer l’ordre dans la file d’attente, mais ont en revanche d’importants effets en matière de déclassement et de sous-qualification produisant du travail de mauvaise qualité, de la précarisation et de l’emploi low cost, avec des revenus impliquant des situations de pauvreté. On découvre alors diverses formes de stigmatisation des débutants en général, des non ou peu diplômés en premier lieu. Elles n’en transforment pas moins tant le système de formation que le système d’emploi.

Pour aborder ces questions, les propositions d’articles pourront s’inscrire dans l’un des trois axes suivants :

  • une analyse critique des logiques et des dispositifs de politique publique et des politiques patronales comme de leurs effets à partir d’enquêtes récentes ou de comparaisons longitudinales sur les périodes durant lesquelles ces mesures se sont succédées, voire juxtaposées. L’analyse pourra porter en premier lieu sur les conditions de production de ces dispositifs. Qui construit ces dispositifs ? Quels référentiels mobilisent-ils, dans quels contextes ? Quels sont les savoirs et les expertises sur lesquels reposent ces constructions ? Quelles sont les croyances et les idéologies qui irriguent ces programmes ? Sur un deuxième plan, les propositions pourront s’intéresser aux acteurs (publics/privés/hybrides, européens/nationaux/locaux) et aux structures mettant en œuvre ces politiques. En quoi ces dispositifs transforment-ils leur manière de travailler ainsi que leurs conditions de travail et d’emploi ? Enfin, les propositions d’article pourront se concentrer sur les destinataires de ces dispositifs et les effets les concernant. Que produisent ces dispositifs sur les parcours de ces jeunes ? Que produisent-ils en termes de division du travail au sein des organisations productives ? Comment les employeurs se saisissent-ils de ces nouvelles opportunités de travailleurs à bon marché offertes par ces décisions publiques ?
  • une réflexion sur la réception par les débutants des parcours et des situations qu’ils expérimentent dans cette phase de leur vie qui dure parfois des années et qui aboutissent à des situations très inégales, allant pour une partie d’entre eux jusqu’à une stabilisation dans l’instabilité. On pourra notamment à ce sujet interroger les effets du fonctionnement de l’emploi sur leurs aspirations en termes d’activité, de travail, d’emploi, sur leur rapport au salariat et plus largement sur les appartenances professionnelles et de classe.
  • des réflexions autour d’initiatives (plus ou moins expérimentales et innovantes) ou sur des propositions alternatives aux politiques mises en œuvre depuis 40 ans pour tenter d’améliorer l’entrée et la situation dans l’emploi des jeunes.

Sur chacun de ces axes, nous serons particulièrement attentifs aux propositions s’appuyant sur des enquêtes et thèses récentes ou en cours sur le sujet ainsi qu’aux propositions de comparaison internationale. Cet appel à articles concerne des chercheurs en sociologie, en économie, en science politique, en histoire et en sciences de l’éducation, des approches pluridisciplinaires ou interdisciplinaires seront bienvenues.

Références bibliographiques

Charlot B., Glasman D., 1999, Les jeunes, l’insertion, l’emploi, Presses universitaires de France, Paris

Dubar C., 2001, « La construction sociale de l’insertion professionnelle », Éducation et sociétés, 7/2001/1, p. 23-36

Dupuy C., Sarfati F., 2022, Gouverner par l’emploi. Une ethnographie de l’école 42, Presses universitaires de France, Paris https://www.puf.com/content/Gouverner_par_lemploi

Fondeur Y., Minni C., 2004, « L’emploi des jeunes au cœur des dynamiques du marché du travail », Économie et statistique, n°378-379, p. 85-104.

Giret J.-F., 2015, « Les mesures de la relation formation-emploi », Revue française de pédagogie, n°192, p. 23-36.

Lefresne F., 2003, Les jeunes et l’emploi, La Découverte, Paris

Lopez A., Moncel N., 2006, « Les enquêtes “Génération” du Céreq : éléments de bilan », Net.Doc, n° 25.

Rose J., 1998, Les jeunes face à l’emploi, Desclée de Brouwer. 

Tanguy L. (Eds), 1986, L’introuvable relation formation-emploi : un état des recherches en France, La documentation Française, Paris

Verdier É., 1996, « L’insertion des jeunes “à̀ la française” : vers un ajustement structurel ? », Travail et Emploi, n°69, p. 37-54.

Vernières M., 1997, L’insertion professionnelle, analyses et débats, Economica.

Merci d’adresser les propositions d’article (format Word ou Odt) au plus tard le 10 septembre 2022 exclusivement à : nrtravail@gmail.com

Les propositions d’articles ne doivent pas dépasser les 45 000 signes (espaces et bibliographie compris), les métadonnées (noms, résumés et mots clés en français et anglais) figurant dans un fichier à part.

Règles de mise en page indiquées sur https://journals.openedition.org/nrt/531

AAA en version PDF : >>>

__________________________________

[1] À titre d’exemple, citons les stages, l’usage extensif du bénévolat, le Service civique, les périodes de mise en situation en milieu professionnel (PMSMP)

Lancement du numéro international

Le lancement du n°19 de la NRT, soutenu par la MSH Paris-Saclay, aura lieu en format hybride le :

vendredi 21 janvier 2022 de 15h à 18h

uniquement en visioconférence

Pour participer à cet événement et obtenir l’invitation Zoom, inscrivez-vous (jusqu’au mardi 18 janvier à 14h), via le formulaire suivant :

https://forms.gle/VsZqWsdkWC2cPb3e7

« Au-delà des frontières, sept sociologies du travail…

Avec les crises économiques et sanitaires que traversent nos sociétés, devenues très interdépendantes, les mondes du travail sont mis à rude épreuve. Comment les sociologues du travail qui œuvrent dans sept grands pays différents, héritiers de traditions théoriques diverses, étudient-ils et interprètent-ils les mutations en cours ?

L’entrée du capitalisme dans l’ère du néo-libéralisme, de la financiarisation et de la globalisation économique a impulsé  les mêmes grandes dynamiques socioéconomiques. Des convergences s’observent aussi dans la composition de la main-d’œuvre et dans le rôle  des mouvements sociaux – tels l’affaiblissement du syndicalisme ou la poussée des féminismes – qui ont imposé de nouvelles thématiques, comme le rôle du genre et des minorités ethno-raciales dans les recompositions du monde du travail.

Ces sept sociologies du travail relèvent pour deux d’entre elles du vieux berceau européen des sciences sociales, l’Allemagne et le Royaume-Uni, l’Espagne étant un cas de développement nettement plus tardif. Aux États-Unis, les sociologues ont été largement influencés par l’Europe avant de traiter des profondes disparités sociales dans le travail et surtout dans l’emploi. Les trois dernières sociologies du travail sont celles de pays « émergents » : le Mexique, l’Argentine, et la Chine.

La NRT propose dans son n° 19 sept articles sur sept sociologies dans le monde : Allemagne, Argentine, Chine, Espagne, États-Unis, Mexique et Royaume-Uni.

Malgré la globalisation, les problématiques et les façons de traiter le travail, l’emploi, les qualifications ou la formation restent très marquées par l’environnement intellectuel national, sans toutefois nier les influences réciproques. Les agendas et les calendriers diffèrent d’un pays à l’autre : même si nombre d’objets de recherche sont communs, leur hiérarchisation ne coïncide pas d’un espace national à l’autre.

Les auteur·e·s des sept articles du n° 19 de La NRT répondront aux questions transversales qui concernent le devenir général de la sociologie du travail dans le monde à partir de six thématiques :

  • Les transformations de la discipline
  • Qu’est devenu le travail ?
  • Financements et objets de la discipline
  • Les interlocuteurs de la sociologie du travail
  • Les rapports entre les différentes sciences du travail
  • La place du travail dans la société

À bientôt donc !

Le Comité de Rédaction de La NRT et la MSH Paris-Saclay.