Appel à articles de la Conflictualités et travail (Clos)

Corpus n° 15 (automne 2019) coordonné par Paul Bouffartigue, Jean-Pierre Durand et Baptiste Giraud

APPEL A CONTRIBUTIONS CLOS

À rebours de nombre d’essais et d’analyses qui, de longue date, diagnostiquent et/ou prédisent l’extinction ou la marginalisation des conflits du travail, le présent appel vise à susciter des contributions qui montrent comment ces conflits se recomposent, dans leurs formes comme dans leurs enjeux. Le volume des journées de grève a reculé au profit de luttes plus morcelées, moins visibles, avec ou sans arrêt de travail. Inspirés en particulier par la sociologie des mouvements sociaux, des travaux mettent en particulier l’accent sur la façon dont les militants syndicaux adaptent leurs stratégies de recours aux pièces traditionnelles du répertoire de l’action collective, en fonction des opportunités et des contraintes avec lesquelles il leur faut composer dans un monde du travail bouleversé. Ainsi les syndicats ont davantage pris appui sur le droit et la pratique de l’expertise pour construire et prendre en charge la défense des intérêts collectifs des salarié·e·s, comme dans le cas des luttes contre les suppressions d’emplois liées aux restructurations et les délocalisations. La tradition d’analyse de la sociologie du travail quant à elle s’intéresse aux formes de résistance au travail qui se développent dans les « bas-côtés » de ce répertoire de l’action collective syndicale. Les organisations sont en effet traversées par des formes de résistances individuelles et diffuses qui échappent en grande partie aux données statistiques publiques. Si de nombreux salarié·e·s ne participent donc pas aux actions protestataires initiées et/ou encadrées par les organisations syndicales, ils n’adhèrent pas pour autant aux prescriptions ni aux discours intégrateurs de leur hiérarchie. Entre le consentement au travail et l’engagement dans l’action syndicale existe toute une variété de stratégies de mise à distance de l’autorité et des contraintes hiérarchiques exprimant une contestation des dominations au travail.

L’ambition de ce dossier est de faire dialoguer ces différentes perspectives de recherche afin d’éclairer la manière dont les formes de confits « organisés » et « inorganisés » au travail se reconfigurent et s’articulent à l’épreuve des nouvelles formes d’organisation du travail et du rapport salarial. Les réorganisations d’entreprises – publiques ou privées – comme l’émergence du capitalisme de plate-forme génèrent des formes de résistances qui débordent, de différentes manières, les modalités classiques du répertoire de l’action syndicale. L’étude des conflits qui se jouent autour des enjeux liés aux nouvelles formes d’organisation du travail ouvre à cet égard un champ d’investigation heuristique pour prolonger l’analyse des processus de recomposition des rapports de domination et de conflictualité au travail. À travers lui, il s’agit de s’interroger sur des dimensions encore peu explorées des possibles et des contraintes en fonction desquels les formes de résistance au travail, individuelles et collectives, peuvent se développer en marge des modalités classiques de lutte au travail. Continuer la lecture

Appel à articles Corps au travail, corps travaillés

Corpus n° 14 coordonné par Lionel Jacquot et Ingrid Volery

Les sociologues qui ont éprouvé leur corps en travaillant comme ouvrier – Donald Roy, Robert Linhart ou encore Michaël Burawoy – ont mis en récit l’engagement du corps dans le travail. Ce dernier est néanmoins resté un impensé de la sociologie du travail qui, butant contre le corps, n’en fera pas vraiment un moyen d’approche privilégié1. Les sciences européennes du travail avaient pourtant dès le xixsiècle avec la métaphore du Moteur humain, célébré la puissance énergétique du travail humain, rencontrant très tôt la question du corps mais la réduisant à une simple quantité d’énergie physique2. Aussi la sociologie tiendra-t-elle longtemps l’objet corps à distance, soucieuse de se distinguer des sciences du vivant comme des disciplines l’ayant fait accéder au rang d’objet légitime3.

De nouveaux travaux et de nouvelles perspectives redécouvrent le corps et considèrent que son étude (l’expérience qui en est faite, les manières de le décrire, de l’engager, les normes qui le ciblent, les subjectivités qu’il alimente) peut également être fécondée par les terrains de la sociologie du travail. Ce corpus entend contribuer au rapprochement de deux objets qui ont jusqu’alors peu dialogué : le corps et le travail. Qu’est-ce que le travail peut faire à la sociologie du corps ? Et qu’est-ce que le corps peut faire à la sociologie du travail ?

Les articles attendus doivent faire dialoguer les deux catégories/objets, présenter des enquêtes, des observations, des analyses qui combinent sociologies du corps et du travail pour penser les enrôlements et engagements corporels sous le capitalisme. Ils se centreront sur une ou plusieurs expressions du corps travaillé : le corps comme lieu de projection du pouvoir, le corps comme rapport pratique au monde, le corps comme marchandise.

Le corps comme lieu de projection du pouvoir : le corps utile et docile

On trouve dans la critique du capitalisme de Karl Marx comme dans la critique de la société disciplinaire de Michel Foucault une analytique des corps. Le premier analysera l’appropriation capitaliste des forces corporelles et ses effets en retour sur la constitution des corps4. Le second donnera à voir l’anatomie politique qui investit les lieux de production mettant sur pied un pouvoir agissant directement, par l’intermédiaire d’un ensemble de dispositifs, sur les corps, pour les rendre « utiles et dociles », pour en faire des matières à travailler. Un biopouvoir qui a été, à n’en pas douter, un élément indispensable au développement du capitalisme5. Le corps ici questionné est essentiellement le corps ouvrier à qui s’imposent les servitudes productives et qui sera décrit dans les rapports hygiénistes consignant les états de santé physique et morale des ouvriers des manufactures du début du xixsiècle.

Les différents régimes de mobilisation de la force de travail qui se succèderont (paternaliste, tayloriste, fordiste, toyotiste, etc.) viseront invariablement la disciplinarisation des corps tout en s’attachant à coloniser un nouvel espace, celui de la subjectivité des travailleurs, inventant par là même une forme d’orthopédie sociale permettant de prévenir et de corriger chez eux les difformités de l’âme6. Au mitan du xxsiècle, ce corps productif continuera alors à préoccuper les sociologues s’engageant sur des terrains ne relevant plus uniquement de l’industrie pour mettre au jour un enrôlement des corps et des esprits ne découlant plus seulement de l’asservissement à la machine mais d’un management codifiant l’activité humaine dans ses moindres plis. Le corps productif laisse alors place au corps « performant » et surtout « flexible » que cherchent à façonner les nouveaux dispositifs de gestion : management par les compétences, évaluation, pratiques de coaching et de développement personnel, benchmarking, etc. En privilégiant ces grilles de lecture marxistes ou foucaldiennes, la sociologie du travail a surtout appréhendé le corps comme un lieu de projection du pouvoir, mettant au jour l’empreinte du travail sur les corps. Qu’est-ce que les traces que laisse le travail sur le corps nous révèlent des formes anciennes et nouvelles d’organisation et de management des personnels ? C’est cette première expression du corps travaillé dont le corpus veut rendre compte sans s’y réduire car le corps est aussi puissance d’agir, rapport pratique au monde : un corps sensible qui n’est d’ailleurs pas absent dans les œuvres de Marx et Foucault, mais qui sera surtout exploré par les perspectives ethnographiques, anthropologiques ou phénoménologiques.

Le corps comme rapport pratique au monde : le corps sensible

Les perspectives développées dans le sillage de l’ethnosociologie, de la phénoménologie ou de l’anthropologie technique proposent un autre regard en revisitant les corps à l’aune d’une grille d’analyse mettant l’accent, pas seulement sur leur assignation au travail, mais également sur l’expérience incarnée et sensible du travail. Le corps n’y est plus seulement un lieu de projection et de reproduction du pouvoir mais un mode d’être au monde qui ne peut être approché indépendamment des situations et des objets qui l’entourent ; il met en œuvre, dans le geste, un milieu et des finalités spécifiques7. À propos des corps ouvriers, ces perspectives mettront, par exemple, en exergue le spectre des dimensions corporelles en jeu dans les situations de travail (expérience musculaire mais aussi sonore, olfactive, visuelle). Elles montreront aussi combien la répétitivité des gestes, cadencés de l’extérieur par un dispositif technique, peut autant susciter un sentiment de déshumanisation qu’une intensification de la présence à soi : engagement dans la perfection d’un geste mille fois répété ou routinisation d’un autre autorisant la rêverie8. Elles exploreront également la manière dont les corps productifs mais aussi sexués, ethnicisés, âgisés sont engagés et façonnés par les situations de travail. Ce n’est plus seulement à l’élargissement du type de corps étudié que cette approche invite mais aussi à l’élargissement de la palette des dimensions corporelles saisies par l’activité. Elle encourage également au recentrage sur le contenu même de l’activité, le geste professionnel, pour rendre compte non seulement d’un agir contestataire mais aussi d’un agir créatif qui rendrait possible le « vrai boulot »9.

D’autres recherches ne se revendiquant pas toujours d’une sociologie du travail ont entrepris de questionner les corps en situation de travail et le « travail » des corps au travail dans d’autres champs jusqu’alors peu investis : notamment dans les secteurs de la restauration et de l’hôtellerie, de l’esthétique, des services à la personne et du soin aux personnes. Ces recherches ont élargi le type de relations de pouvoir en jeu dans les situations professionnelles étudiées (via par exemple la prise en compte des rapports sociaux de sexe, d’âge et d’ethnicisation) mais aussi le type de dimensions corporelles explorées. Elles ont notamment ouvert à des expériences dont la notion de « pénibilité » rend mal compte : la prise en compte du dégout ou des souffrances que le contact réitéré à des fluides socialement disqualifiés, à des situations de violence ou à des morts peuvent susciter10. Comment le corps et ses manifestations au travail nous informent-ils sur l’expérience du « sale boulot » comme du « vrai boulot » ? Dans ce corpus, tous les travaux contribuant à l’analyse du corps au travail et du travail au prisme de ses dimensions corporelles sont encouragés.

Le corps comme marchandise : le corps molécule

La dernière expression du corps travaillé dont on ne peut faire l’économie est celle du corps comme marchandise. La marchandisation du corps humain n’est pas un phénomène nouveau comme le met au jour l’analyse du travail sexuel ou pornographique dans lequel le corps est à la fois l’objet sur lequel le travail agit et le moyen par lequel il agit pour reprendre les catégories marxiennes. Néanmoins elle s’est intensifiée par la commercialisation de ses éléments et produits. Pour Céline Lafontaine11, le développement des biotechnologies depuis le milieu du xxsiècle aurait transformé le type d’enrôlement du corps en passant du « corps productif de l’ouvrier » au « corps ressource de la bioéconomie ». En descendant du corps-organisme à la cellule, le capitalisme contemporain aurait profondément transformé les rapports entre « zoé » et « bios » au sens où ce ne serait plus seulement la force de travail qui serait transformée en marchandise mais plus fondamentalement le vivant en tant que tel : organes mais aussi ovocytes, sperme, molécules, cellules, gènes séquencés et stockés dans des « biobanques » et engagés dans des transactions internationales complexes qu’il convient de mieux appréhender. Nous attendons aussi dans ce numéro des contributions attentives aux institutions participant de cette bioéconomie ainsi qu’aux groupes professionnels qui se structurent autour de ce secteur et qui interrogent l’émergence de nouveaux métiers ou de nouvelles fonctions, les profils et activités des travailleurs des biobanques, leurs modes d’organisation. Peut-on par ailleurs considérer l’activité de certains de ces donneurs comme un « travail » ? Si oui quelles formes d’engagement corporel et subjectif cette activité implique-t-elle ? Parce qu’elle entraine un élargissement des formes de vivant intégrables dans les circuits de production de la richesse, la « bioéconomie » élargit aussi le spectre des corps enrôlés et invite à quitter les corps ouvriers pour d’autres corps ignorés de la sociologie du travail (corps procréatifs, corps des « Suds » et corps des « Nords » n’occupant pas toujours les mêmes places dans les circuits de prélèvement du matériau vivant, etc.)12.

Le rapprochement que ce corpus de la NRT entend susciter entre corps et travail devrait aussi favoriser le dialogue entre les disciplines, en premier lieu la sociologie et l’anthropologie.

Modalités de soumission :

Les articles ne doivent pas dépasser les 45 000 signes (espaces et bibliographie compris) et sont à adresser avant le 30 septembre 2018 à nrtravail[at]gmail[dot]com en suivant les modalités et les normes de présentation précisées à la rubrique Soumission et évaluation, sur le site de la NRT.

  1. Pillon T., 2016, « De quelques traces du corps en sociologie du travail », Sociologie et Sociétés, 48(1), 83-96. []
  2. Rabinbach A., 2004, Le Moteur humain. L’Énergie, la fatigue et les origines de la modernité, Paris, La Fabrique éditions. []
  3. Pillon T., 2016, op. cit. Berthelot J.-M.,  1985,  « Le corps et la naissance de la sociologie scientifique », Current Sociology, vol. . 33, Issue 2, 9-55. []
  4. Haber S., Renault E., 2007, « Une analyse marxiste des corps ? », Actuel Marx, n° 41, 14-27. []
  5. Lafontaine C., 2014, Le Corps-marché. La marchandise de la vie humaine à l’ère de la bioéconomie, Paris, Le Seuil. []
  6. Foucault M., 1975, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard. []
  7. Charasse D., 2012, « Corps » in Bevort A., Jobert A., Lallement M., Mias A., Dictionnaire du travail, Paris, PUF, 155-161. []
  8. Pillon T., 2012, Le Corps à l’ouvrage, Paris, Stock. []
  9. Bidet A., 2011, L’Engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?, Paris, PUF. []
  10. Voir par exemple Avril Ch., 2014, Les Aides à domicile. Un autre monde populaire, Paris, La Dispute ; Molinier P., 2013, Le Travail du care, Paris, La Dispute ; ou Memmi D., Raveneau G. et Taïeb E. (dir.), 2016, Le Social à l’épreuve du dégoût, Rennes, PUR. []
  11. Lafontaine C., 2014, op. cit. []
  12. Falquet J., Hirata H., Kergoat D., Labari B., Le Feuvre N., Sow F. (dir.), 2010, Le Sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presses de Sciences-po. []

Hommage à Michel Verret par Olivier Schwartz

Michel Verret aurait-il accepté que l’on écrive, à la suite de sa mort survenue le 28 novembre 2017 à Nantes, que la sociologie venait de perdre, avec lui, un « grand monsieur ? » Sa réponse aurait vraisemblablement été négative, tant la recherche des honneurs lui était étrangère. C’est pourtant cette expression qui s’impose à moi au moment de lui rendre hommage, hommage à l’intellectuel, au sociologue, à la personne qu’était Michel Verret.

Je n’entrerai pas ici dans le détail de sa biographie, un tel projet excédant les limites imparties à ce texte (pour des informations sur ce point, cf. l’article très précis qui lui est consacré par Isabelle Gouarné dans le Maitron). Je voudrais évoquer en revanche son œuvre de sociologue – un sociologue qui est sans nul doute l’une des plus grandes figures de la sociologie française du monde ouvrier et des classes populaires de ces cinquante dernières années –, et aussi l’être humain – si remarquable – qu’il était.

Un rappel au préalable néanmoins. Sociologue, Michel Verret ne le fut pas d’emblée. Né en 1927 au sein d’une famille de la moyenne bourgeoisie dans une commune rurale et ouvrière du nord de la France (son grand-père était boucher, son père avait été vétérinaire et par ailleurs militant SFIO, avant d’accéder, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à d’importantes fonctions dans l’appareil d’État à la suite de son rôle dans la résistance), il n’évolua vers la sociologie qu’à partir de la seconde moitié des années 1960. La première partie de sa vie adulte s’est déroulée sous le signe d’une double orientation : la philosophie d’une part, le militantisme au sein du Parti communiste d’autre part (il avait adhéré à la Jeunesse communiste en 1944, et au PCF en 1945). Entré à l’École normale supérieure en 1948, reçu à l’agrégation de philosophie en 1953, il fut d’abord professeur de philosophie au lycée Clémenceau à Nantes, ce jusqu’en 1966. Du début des années 1950 au milieu des années 1960, il fut par ailleurs un « intellectuel communiste » au sens fort du terme, exerçant des responsabilités dans l’organisation de la vie intellectuelle au sein du Parti, écrivant sur des questions théoriques concernant le marxisme, le stalinisme, le communisme… C’est à partir des années 1966-1967 que se produit dans sa trajectoire une double réorientation. En 1967, sur l’incitation de Jean-Claude Passeron, il rejoint le département de sociologie, nouvellement créé, de l’université de Nantes. Parallèlement, à partir de 1966, il se retire progressivement des responsabilités qu’il exerçait jusque là au sein du PCF, le choc produit par la prise de conscience du stalinisme l’ayant convaincu de la nécessité, pour l’intellectuel communiste qu’il était, de rompre avec l’inféodation du travail intellectuel aux exigences de la lutte politique du Parti, et de développer des recherches sur la société et la classe ouvrière libérées de cette inféodation. C’est alors qu’il se « convertit » à la sociologie. Sa thèse soutenue, il devient Professeur au département de sociologie de l’université de Nantes, où il effectuera toute sa carrière, jusqu’à sa prise de retraite en 1987. Il faut souligner que cette conversion n’entrainera jamais chez lui le rejet de ses convictions politiques (il quittera le PCF en 1978, mais sans jamais remettre en cause sa fidélité à celles-ci) ni celui de l’immense culture philosophique, littéraire, historique qui était la sienne. Verret n’était pas seulement un grand savant. C’était aussi un « lettré ». Peut-être faut-il même dire que c’est, au moins en partie, parce qu’il était ceci qu’il était cela.

Pour en venir à son œuvre de sociologue, l’œuvre sociologique de Michel Verret est riche et marquante à la fois par ses réalisations et par ses textes. La réalisation majeure, c’est la création, en 1972, à Nantes, avec Jean-Claude Passeron, puis la direction, quinze années durant (jusqu’en 1987), du « Laboratoire de recherches sociologiques sur la classe ouvrière » (LERSCO). Il va certes de soi qu’il ne faut pas se tromper aujourd’hui par anachronisme. À la différence de ce que tout un chacun peut observer dans le contexte actuel, la sociologie, et plus largement la vie intellectuelle française, du début des années 1950 à la fin des années 1970, ont été caractérisées par une grande abondance de travaux, de diverses natures, sur le monde ouvrier ; le LERSCO n’était pas un événement isolé dans un désert sur ce sujet. Mais il n’empêche. Créer, faire vivre une telle structure, entièrement dédiée à des recherches sur la classe ouvrière, c’était faire advenir, pour de telles recherches, un lieu où elles bénéficiaient d’une impulsion sans équivalent dans le reste du monde universitaire. De ce lieu sortiront, au cours des années 1980-90, des thèses et des études sur de multiples aspects de l’existence ouvrière. Ceux qui ont connu ce lieu au cours des années 19801 disent à quel point l’atmosphère qui y régnait était enrichissante par tout ce qu’y apportait Michel Verret : son exigence intellectuelle, l’ampleur de sa culture, son ouverture à la diversité des points de vue théoriques sur le social et à la pluralité des disciplines qui l’étudient (histoire, ethnologie, sociologie…). De sa création en 1972 jusqu’à 1987, c’est à Verret – puis à Christian Baudelot, qui lui succède à partir de cette date dans la direction du Laboratoire – que la sociologie est redevable du fait qu’ait existé un tel lieu.

Et par ailleurs, l’œuvre sociologique de Michel Verret, ce sont évidemment ses textes, et centralement ses trois grands livres (L’Espace ouvrier, 1979, Le Travail ouvrier, 1982, La Culture ouvrière, 1988) sur la classe ouvrière. L’apport de ces livres tient à une caractéristique très particulière du mode de fonctionnement intellectuel qui était celui de Verret. Il n’était pas un sociologue d’enquête ; on ne lui doit, sur les ouvriers, ni enquête statistique ni enquête ethnographique ou par entretiens. Mais il était, sur son objet, un immense lecteur, connaissant aussi bien les « grands auteurs » que les plus « minuscules » études empiriques – les bibliographies de chacun des chapitres de ses trois ouvrages sont révélatrices –, et il savait, d’autre part, faire de ses lectures un instrument pour « voir », pour accéder à travers elles, certes indirectement, mais d’une manière qui pouvait être très percutante, à la réalité. Ce mode de fonctionnement, qui évoque celui de Mauss en ethnologie, lui permettait, à sa manière, d’être un grand découvreur. Il en résulte une œuvre qui constitue, pour le lecteur, une source extrêmement riche de connaissances factuelles et d’interprétations éclairantes sur de multiples aspects du monde ouvrier. Paru en 1979, l’Espace ouvrier est ainsi un livre très novateur, au moment de sa publication, sur les changements de modes de vie et d’aspirations en cours dans la classe ouvrière en ce qui concerne le logement, la consommation, l’accès à la propriété, et sur les interrogations qui en résultent concernant la reproduction de la culture ouvrière. Neuf ans plus tard, la Culture ouvrière contient des développements extrêmement éclairants sur certaines formes ouvrières de rapport au temps, au langage, au corps, au jeu… Plusieurs éditeurs refusèrent l’ouvrage ; celui-ci demeure pourtant, vingt ans après, une source essentielle d’inspiration pour qui travaille aujourd’hui sur les classes populaires. Et à ce qui précède, il faut ajouter un style d’écriture absolument propre à Verret, qui rend chaque texte de lui immédiatement reconnaissable, un style fait d’extrême mobilité dans la pensée, de richesse dans les moyens d’expression, d’inventivité formelle… Certes, on peut à certains moments, à la lecture de tel ou tel de ses textes, se poser la question : Verret est-il entièrement parvenu à libérer, comme il en avait l’intention, son travail de présupposés politiques préalables ? Ce n’est pas faire injustice à son œuvre que de soulever la question, certains passages donnant le sentiment, dans les analyses ou la manière d’écrire, d’un désir chez lui de « grandir » la classe ouvrière, de sauver malgré tout l’image idéale que militants et intellectuels communistes se faisaient d’elle. Michel Verret n’a apparemment pas souhaité aller jusqu’au bout de la décision de rupture avec l’inféodation au politique qui l’avait conduit à la sociologie. Mais toute grande œuvre ne comporte-t-elle pas ses choix de valeurs ?

C’est, en tout état de cause, une œuvre qui fait et fera référence pour tous ceux qu’intéresse le destin des ouvriers et des groupes populaires, que nous laisse Michel Verret. L’œuvre d’un sociologue, à la fois très grand savant, et intellectuel à la fidélité sans faille à ses engagements en faveur des classes dominées. Et l’œuvre, comment ne pas le dire, d’un homme dont ceux qui l’ont connu savent à quel point il était aussi un être chaleureux, généreux, simple, à quel point étaient grandes sa droiture et son attention aux autres. Car Michel Verret, c’était aussi cela : un grand savant, mais aussi une très grande humanité. C’était, en ce sens, un « grand monsieur ».

Olivier Schwartz

  1. Voir l’hommage de Jean-Noël Retière sur le site de l’AFS, et celui de Jean-Michel Faure et Charles Suaud sur le site de l’université de Nantes. []

Une prise de position de chercheur·e·s du LEST dans le débat public sur la « réforme » du droit du travail

Une trentaine de chercheurs du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST CNRS UMR7317, Aix-en-Provence) publient un texte d’analyse critique des ordonnances de réforme du Code du travail, en en réfutant les principaux arguments de légitimation. Ils alimentent ainsi le débat public sur l’avenir du travail, des travailleurs et de leurs protections

Texte originellement publié le 14/11/2017 sur le site du LEST (Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail UMR 7317)

C’est au nom de la lutte contre le chômage, de la « libération des énergies » pour la croissance et l’emploi, et de la modernisation du « dialogue social » qu’a été décidée la « réforme » du code du travail. Pour l’essentiel, elle aboutit à fragiliser considérablement le contrat de travail (le CDI) et à favoriser le « dumping social » en inversant la hiérarchie des normes en faveur de la négociation à l’échelon de l’entreprise (et non plus de la branche). Comme le montrent nos travaux et bien d’autres, les principaux arguments qui cherchent à légitimer les ordonnances sont dénués de fondements empiriquement observables.

Continuer la lecture

Pétition de soutien au groupement de recherche MAGE (Marché du travail et genre)

Le secrétariat d’État aux droits des femmes vient de supprimer la subvention accordée au groupement de recherche MAGE (Marché du travail et genre) soutenu par le CNRS depuis 1995. Ce qui va freiner les activités du réseau, dans ses activités et ses publications nationales et internationales. Cette politique de la présidence Macron relève d’un pilotage autoritaire de la recherche scientifique qui conduit, au même moment la ministre de l’Enseignement supérieur de la Recherche et de l’Innovation à affecter prioritairement les moyens humains et financiers aux COMUE (communauté d’universités et d’établissements) plutôt qu’aux universités et aux établissements en 2018. Nous vous invitons à signer la pétition à partir du site suivant afin que soit rétablie la subvention gouvernementale au MAGE : https://www.change.org/p/sauvons-le-r%C3%A9seau-de-recherche-mage-pour-l-%C3%A9galit%C3%A9-des-femmes-et-des-hommes-au-travail/share