Appel à articles Corps au travail, corps travaillés

Corpus n° 14 coordonné par Lionel Jacquot et Ingrid Volery

Les sociologues qui ont éprouvé leur corps en travaillant comme ouvrier – Donald Roy, Robert Linhart ou encore Michaël Burawoy – ont mis en récit l’engagement du corps dans le travail. Ce dernier est néanmoins resté un impensé de la sociologie du travail qui, butant contre le corps, n’en fera pas vraiment un moyen d’approche privilégié1. Les sciences européennes du travail avaient pourtant dès le xixsiècle avec la métaphore du Moteur humain, célébré la puissance énergétique du travail humain, rencontrant très tôt la question du corps mais la réduisant à une simple quantité d’énergie physique2. Aussi la sociologie tiendra-t-elle longtemps l’objet corps à distance, soucieuse de se distinguer des sciences du vivant comme des disciplines l’ayant fait accéder au rang d’objet légitime3.

De nouveaux travaux et de nouvelles perspectives redécouvrent le corps et considèrent que son étude (l’expérience qui en est faite, les manières de le décrire, de l’engager, les normes qui le ciblent, les subjectivités qu’il alimente) peut également être fécondée par les terrains de la sociologie du travail. Ce corpus entend contribuer au rapprochement de deux objets qui ont jusqu’alors peu dialogué : le corps et le travail. Qu’est-ce que le travail peut faire à la sociologie du corps ? Et qu’est-ce que le corps peut faire à la sociologie du travail ?

Les articles attendus doivent faire dialoguer les deux catégories/objets, présenter des enquêtes, des observations, des analyses qui combinent sociologies du corps et du travail pour penser les enrôlements et engagements corporels sous le capitalisme. Ils se centreront sur une ou plusieurs expressions du corps travaillé : le corps comme lieu de projection du pouvoir, le corps comme rapport pratique au monde, le corps comme marchandise.

Le corps comme lieu de projection du pouvoir : le corps utile et docile

On trouve dans la critique du capitalisme de Karl Marx comme dans la critique de la société disciplinaire de Michel Foucault une analytique des corps. Le premier analysera l’appropriation capitaliste des forces corporelles et ses effets en retour sur la constitution des corps4. Le second donnera à voir l’anatomie politique qui investit les lieux de production mettant sur pied un pouvoir agissant directement, par l’intermédiaire d’un ensemble de dispositifs, sur les corps, pour les rendre « utiles et dociles », pour en faire des matières à travailler. Un biopouvoir qui a été, à n’en pas douter, un élément indispensable au développement du capitalisme5. Le corps ici questionné est essentiellement le corps ouvrier à qui s’imposent les servitudes productives et qui sera décrit dans les rapports hygiénistes consignant les états de santé physique et morale des ouvriers des manufactures du début du xixsiècle.

Les différents régimes de mobilisation de la force de travail qui se succèderont (paternaliste, tayloriste, fordiste, toyotiste, etc.) viseront invariablement la disciplinarisation des corps tout en s’attachant à coloniser un nouvel espace, celui de la subjectivité des travailleurs, inventant par là même une forme d’orthopédie sociale permettant de prévenir et de corriger chez eux les difformités de l’âme6. Au mitan du xxsiècle, ce corps productif continuera alors à préoccuper les sociologues s’engageant sur des terrains ne relevant plus uniquement de l’industrie pour mettre au jour un enrôlement des corps et des esprits ne découlant plus seulement de l’asservissement à la machine mais d’un management codifiant l’activité humaine dans ses moindres plis. Le corps productif laisse alors place au corps « performant » et surtout « flexible » que cherchent à façonner les nouveaux dispositifs de gestion : management par les compétences, évaluation, pratiques de coaching et de développement personnel, benchmarking, etc. En privilégiant ces grilles de lecture marxistes ou foucaldiennes, la sociologie du travail a surtout appréhendé le corps comme un lieu de projection du pouvoir, mettant au jour l’empreinte du travail sur les corps. Qu’est-ce que les traces que laisse le travail sur le corps nous révèlent des formes anciennes et nouvelles d’organisation et de management des personnels ? C’est cette première expression du corps travaillé dont le corpus veut rendre compte sans s’y réduire car le corps est aussi puissance d’agir, rapport pratique au monde : un corps sensible qui n’est d’ailleurs pas absent dans les œuvres de Marx et Foucault, mais qui sera surtout exploré par les perspectives ethnographiques, anthropologiques ou phénoménologiques.

Le corps comme rapport pratique au monde : le corps sensible

Les perspectives développées dans le sillage de l’ethnosociologie, de la phénoménologie ou de l’anthropologie technique proposent un autre regard en revisitant les corps à l’aune d’une grille d’analyse mettant l’accent, pas seulement sur leur assignation au travail, mais également sur l’expérience incarnée et sensible du travail. Le corps n’y est plus seulement un lieu de projection et de reproduction du pouvoir mais un mode d’être au monde qui ne peut être approché indépendamment des situations et des objets qui l’entourent ; il met en œuvre, dans le geste, un milieu et des finalités spécifiques7. À propos des corps ouvriers, ces perspectives mettront, par exemple, en exergue le spectre des dimensions corporelles en jeu dans les situations de travail (expérience musculaire mais aussi sonore, olfactive, visuelle). Elles montreront aussi combien la répétitivité des gestes, cadencés de l’extérieur par un dispositif technique, peut autant susciter un sentiment de déshumanisation qu’une intensification de la présence à soi : engagement dans la perfection d’un geste mille fois répété ou routinisation d’un autre autorisant la rêverie8. Elles exploreront également la manière dont les corps productifs mais aussi sexués, ethnicisés, âgisés sont engagés et façonnés par les situations de travail. Ce n’est plus seulement à l’élargissement du type de corps étudié que cette approche invite mais aussi à l’élargissement de la palette des dimensions corporelles saisies par l’activité. Elle encourage également au recentrage sur le contenu même de l’activité, le geste professionnel, pour rendre compte non seulement d’un agir contestataire mais aussi d’un agir créatif qui rendrait possible le « vrai boulot »9.

D’autres recherches ne se revendiquant pas toujours d’une sociologie du travail ont entrepris de questionner les corps en situation de travail et le « travail » des corps au travail dans d’autres champs jusqu’alors peu investis : notamment dans les secteurs de la restauration et de l’hôtellerie, de l’esthétique, des services à la personne et du soin aux personnes. Ces recherches ont élargi le type de relations de pouvoir en jeu dans les situations professionnelles étudiées (via par exemple la prise en compte des rapports sociaux de sexe, d’âge et d’ethnicisation) mais aussi le type de dimensions corporelles explorées. Elles ont notamment ouvert à des expériences dont la notion de « pénibilité » rend mal compte : la prise en compte du dégout ou des souffrances que le contact réitéré à des fluides socialement disqualifiés, à des situations de violence ou à des morts peuvent susciter10. Comment le corps et ses manifestations au travail nous informent-ils sur l’expérience du « sale boulot » comme du « vrai boulot » ? Dans ce corpus, tous les travaux contribuant à l’analyse du corps au travail et du travail au prisme de ses dimensions corporelles sont encouragés.

Le corps comme marchandise : le corps molécule

La dernière expression du corps travaillé dont on ne peut faire l’économie est celle du corps comme marchandise. La marchandisation du corps humain n’est pas un phénomène nouveau comme le met au jour l’analyse du travail sexuel ou pornographique dans lequel le corps est à la fois l’objet sur lequel le travail agit et le moyen par lequel il agit pour reprendre les catégories marxiennes. Néanmoins elle s’est intensifiée par la commercialisation de ses éléments et produits. Pour Céline Lafontaine11, le développement des biotechnologies depuis le milieu du xxsiècle aurait transformé le type d’enrôlement du corps en passant du « corps productif de l’ouvrier » au « corps ressource de la bioéconomie ». En descendant du corps-organisme à la cellule, le capitalisme contemporain aurait profondément transformé les rapports entre « zoé » et « bios » au sens où ce ne serait plus seulement la force de travail qui serait transformée en marchandise mais plus fondamentalement le vivant en tant que tel : organes mais aussi ovocytes, sperme, molécules, cellules, gènes séquencés et stockés dans des « biobanques » et engagés dans des transactions internationales complexes qu’il convient de mieux appréhender. Nous attendons aussi dans ce numéro des contributions attentives aux institutions participant de cette bioéconomie ainsi qu’aux groupes professionnels qui se structurent autour de ce secteur et qui interrogent l’émergence de nouveaux métiers ou de nouvelles fonctions, les profils et activités des travailleurs des biobanques, leurs modes d’organisation. Peut-on par ailleurs considérer l’activité de certains de ces donneurs comme un « travail » ? Si oui quelles formes d’engagement corporel et subjectif cette activité implique-t-elle ? Parce qu’elle entraine un élargissement des formes de vivant intégrables dans les circuits de production de la richesse, la « bioéconomie » élargit aussi le spectre des corps enrôlés et invite à quitter les corps ouvriers pour d’autres corps ignorés de la sociologie du travail (corps procréatifs, corps des « Suds » et corps des « Nords » n’occupant pas toujours les mêmes places dans les circuits de prélèvement du matériau vivant, etc.)12.

Le rapprochement que ce corpus de la NRT entend susciter entre corps et travail devrait aussi favoriser le dialogue entre les disciplines, en premier lieu la sociologie et l’anthropologie.

Modalités de soumission :

Les articles ne doivent pas dépasser les 45 000 signes (espaces et bibliographie compris) et sont à adresser avant le 30 septembre 2018 à nrtravail[at]gmail[dot]com en suivant les modalités et les normes de présentation précisées à la rubrique Soumission et évaluation, sur le site de la NRT.

  1. Pillon T., 2016, « De quelques traces du corps en sociologie du travail », Sociologie et Sociétés, 48(1), 83-96. []
  2. Rabinbach A., 2004, Le Moteur humain. L’Énergie, la fatigue et les origines de la modernité, Paris, La Fabrique éditions. []
  3. Pillon T., 2016, op. cit. Berthelot J.-M.,  1985,  « Le corps et la naissance de la sociologie scientifique », Current Sociology, vol. . 33, Issue 2, 9-55. []
  4. Haber S., Renault E., 2007, « Une analyse marxiste des corps ? », Actuel Marx, n° 41, 14-27. []
  5. Lafontaine C., 2014, Le Corps-marché. La marchandise de la vie humaine à l’ère de la bioéconomie, Paris, Le Seuil. []
  6. Foucault M., 1975, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard. []
  7. Charasse D., 2012, « Corps » in Bevort A., Jobert A., Lallement M., Mias A., Dictionnaire du travail, Paris, PUF, 155-161. []
  8. Pillon T., 2012, Le Corps à l’ouvrage, Paris, Stock. []
  9. Bidet A., 2011, L’Engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?, Paris, PUF. []
  10. Voir par exemple Avril Ch., 2014, Les Aides à domicile. Un autre monde populaire, Paris, La Dispute ; Molinier P., 2013, Le Travail du care, Paris, La Dispute ; ou Memmi D., Raveneau G. et Taïeb E. (dir.), 2016, Le Social à l’épreuve du dégoût, Rennes, PUR. []
  11. Lafontaine C., 2014, op. cit. []
  12. Falquet J., Hirata H., Kergoat D., Labari B., Le Feuvre N., Sow F. (dir.), 2010, Le Sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presses de Sciences-po. []

Hommage à Michel Verret par Olivier Schwartz

Michel Verret aurait-il accepté que l’on écrive, à la suite de sa mort survenue le 28 novembre 2017 à Nantes, que la sociologie venait de perdre, avec lui, un « grand monsieur ? » Sa réponse aurait vraisemblablement été négative, tant la recherche des honneurs lui était étrangère. C’est pourtant cette expression qui s’impose à moi au moment de lui rendre hommage, hommage à l’intellectuel, au sociologue, à la personne qu’était Michel Verret.

Je n’entrerai pas ici dans le détail de sa biographie, un tel projet excédant les limites imparties à ce texte (pour des informations sur ce point, cf. l’article très précis qui lui est consacré par Isabelle Gouarné dans le Maitron). Je voudrais évoquer en revanche son œuvre de sociologue – un sociologue qui est sans nul doute l’une des plus grandes figures de la sociologie française du monde ouvrier et des classes populaires de ces cinquante dernières années –, et aussi l’être humain – si remarquable – qu’il était.

Un rappel au préalable néanmoins. Sociologue, Michel Verret ne le fut pas d’emblée. Né en 1927 au sein d’une famille de la moyenne bourgeoisie dans une commune rurale et ouvrière du nord de la France (son grand-père était boucher, son père avait été vétérinaire et par ailleurs militant SFIO, avant d’accéder, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à d’importantes fonctions dans l’appareil d’État à la suite de son rôle dans la résistance), il n’évolua vers la sociologie qu’à partir de la seconde moitié des années 1960. La première partie de sa vie adulte s’est déroulée sous le signe d’une double orientation : la philosophie d’une part, le militantisme au sein du Parti communiste d’autre part (il avait adhéré à la Jeunesse communiste en 1944, et au PCF en 1945). Entré à l’École normale supérieure en 1948, reçu à l’agrégation de philosophie en 1953, il fut d’abord professeur de philosophie au lycée Clémenceau à Nantes, ce jusqu’en 1966. Du début des années 1950 au milieu des années 1960, il fut par ailleurs un « intellectuel communiste » au sens fort du terme, exerçant des responsabilités dans l’organisation de la vie intellectuelle au sein du Parti, écrivant sur des questions théoriques concernant le marxisme, le stalinisme, le communisme… C’est à partir des années 1966-1967 que se produit dans sa trajectoire une double réorientation. En 1967, sur l’incitation de Jean-Claude Passeron, il rejoint le département de sociologie, nouvellement créé, de l’université de Nantes. Parallèlement, à partir de 1966, il se retire progressivement des responsabilités qu’il exerçait jusque là au sein du PCF, le choc produit par la prise de conscience du stalinisme l’ayant convaincu de la nécessité, pour l’intellectuel communiste qu’il était, de rompre avec l’inféodation du travail intellectuel aux exigences de la lutte politique du Parti, et de développer des recherches sur la société et la classe ouvrière libérées de cette inféodation. C’est alors qu’il se « convertit » à la sociologie. Sa thèse soutenue, il devient Professeur au département de sociologie de l’université de Nantes, où il effectuera toute sa carrière, jusqu’à sa prise de retraite en 1987. Il faut souligner que cette conversion n’entrainera jamais chez lui le rejet de ses convictions politiques (il quittera le PCF en 1978, mais sans jamais remettre en cause sa fidélité à celles-ci) ni celui de l’immense culture philosophique, littéraire, historique qui était la sienne. Verret n’était pas seulement un grand savant. C’était aussi un « lettré ». Peut-être faut-il même dire que c’est, au moins en partie, parce qu’il était ceci qu’il était cela.

Pour en venir à son œuvre de sociologue, l’œuvre sociologique de Michel Verret est riche et marquante à la fois par ses réalisations et par ses textes. La réalisation majeure, c’est la création, en 1972, à Nantes, avec Jean-Claude Passeron, puis la direction, quinze années durant (jusqu’en 1987), du « Laboratoire de recherches sociologiques sur la classe ouvrière » (LERSCO). Il va certes de soi qu’il ne faut pas se tromper aujourd’hui par anachronisme. À la différence de ce que tout un chacun peut observer dans le contexte actuel, la sociologie, et plus largement la vie intellectuelle française, du début des années 1950 à la fin des années 1970, ont été caractérisées par une grande abondance de travaux, de diverses natures, sur le monde ouvrier ; le LERSCO n’était pas un événement isolé dans un désert sur ce sujet. Mais il n’empêche. Créer, faire vivre une telle structure, entièrement dédiée à des recherches sur la classe ouvrière, c’était faire advenir, pour de telles recherches, un lieu où elles bénéficiaient d’une impulsion sans équivalent dans le reste du monde universitaire. De ce lieu sortiront, au cours des années 1980-90, des thèses et des études sur de multiples aspects de l’existence ouvrière. Ceux qui ont connu ce lieu au cours des années 19801 disent à quel point l’atmosphère qui y régnait était enrichissante par tout ce qu’y apportait Michel Verret : son exigence intellectuelle, l’ampleur de sa culture, son ouverture à la diversité des points de vue théoriques sur le social et à la pluralité des disciplines qui l’étudient (histoire, ethnologie, sociologie…). De sa création en 1972 jusqu’à 1987, c’est à Verret – puis à Christian Baudelot, qui lui succède à partir de cette date dans la direction du Laboratoire – que la sociologie est redevable du fait qu’ait existé un tel lieu.

Et par ailleurs, l’œuvre sociologique de Michel Verret, ce sont évidemment ses textes, et centralement ses trois grands livres (L’Espace ouvrier, 1979, Le Travail ouvrier, 1982, La Culture ouvrière, 1988) sur la classe ouvrière. L’apport de ces livres tient à une caractéristique très particulière du mode de fonctionnement intellectuel qui était celui de Verret. Il n’était pas un sociologue d’enquête ; on ne lui doit, sur les ouvriers, ni enquête statistique ni enquête ethnographique ou par entretiens. Mais il était, sur son objet, un immense lecteur, connaissant aussi bien les « grands auteurs » que les plus « minuscules » études empiriques – les bibliographies de chacun des chapitres de ses trois ouvrages sont révélatrices –, et il savait, d’autre part, faire de ses lectures un instrument pour « voir », pour accéder à travers elles, certes indirectement, mais d’une manière qui pouvait être très percutante, à la réalité. Ce mode de fonctionnement, qui évoque celui de Mauss en ethnologie, lui permettait, à sa manière, d’être un grand découvreur. Il en résulte une œuvre qui constitue, pour le lecteur, une source extrêmement riche de connaissances factuelles et d’interprétations éclairantes sur de multiples aspects du monde ouvrier. Paru en 1979, l’Espace ouvrier est ainsi un livre très novateur, au moment de sa publication, sur les changements de modes de vie et d’aspirations en cours dans la classe ouvrière en ce qui concerne le logement, la consommation, l’accès à la propriété, et sur les interrogations qui en résultent concernant la reproduction de la culture ouvrière. Neuf ans plus tard, la Culture ouvrière contient des développements extrêmement éclairants sur certaines formes ouvrières de rapport au temps, au langage, au corps, au jeu… Plusieurs éditeurs refusèrent l’ouvrage ; celui-ci demeure pourtant, vingt ans après, une source essentielle d’inspiration pour qui travaille aujourd’hui sur les classes populaires. Et à ce qui précède, il faut ajouter un style d’écriture absolument propre à Verret, qui rend chaque texte de lui immédiatement reconnaissable, un style fait d’extrême mobilité dans la pensée, de richesse dans les moyens d’expression, d’inventivité formelle… Certes, on peut à certains moments, à la lecture de tel ou tel de ses textes, se poser la question : Verret est-il entièrement parvenu à libérer, comme il en avait l’intention, son travail de présupposés politiques préalables ? Ce n’est pas faire injustice à son œuvre que de soulever la question, certains passages donnant le sentiment, dans les analyses ou la manière d’écrire, d’un désir chez lui de « grandir » la classe ouvrière, de sauver malgré tout l’image idéale que militants et intellectuels communistes se faisaient d’elle. Michel Verret n’a apparemment pas souhaité aller jusqu’au bout de la décision de rupture avec l’inféodation au politique qui l’avait conduit à la sociologie. Mais toute grande œuvre ne comporte-t-elle pas ses choix de valeurs ?

C’est, en tout état de cause, une œuvre qui fait et fera référence pour tous ceux qu’intéresse le destin des ouvriers et des groupes populaires, que nous laisse Michel Verret. L’œuvre d’un sociologue, à la fois très grand savant, et intellectuel à la fidélité sans faille à ses engagements en faveur des classes dominées. Et l’œuvre, comment ne pas le dire, d’un homme dont ceux qui l’ont connu savent à quel point il était aussi un être chaleureux, généreux, simple, à quel point étaient grandes sa droiture et son attention aux autres. Car Michel Verret, c’était aussi cela : un grand savant, mais aussi une très grande humanité. C’était, en ce sens, un « grand monsieur ».

Olivier Schwartz

  1. Voir l’hommage de Jean-Noël Retière sur le site de l’AFS, et celui de Jean-Michel Faure et Charles Suaud sur le site de l’université de Nantes. []

Une prise de position de chercheur·e·s du LEST dans le débat public sur la « réforme » du droit du travail

Une trentaine de chercheurs du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST CNRS UMR7317, Aix-en-Provence) publient un texte d’analyse critique des ordonnances de réforme du Code du travail, en en réfutant les principaux arguments de légitimation. Ils alimentent ainsi le débat public sur l’avenir du travail, des travailleurs et de leurs protections

Texte originellement publié le 14/11/2017 sur le site du LEST (Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail UMR 7317)

C’est au nom de la lutte contre le chômage, de la « libération des énergies » pour la croissance et l’emploi, et de la modernisation du « dialogue social » qu’a été décidée la « réforme » du code du travail. Pour l’essentiel, elle aboutit à fragiliser considérablement le contrat de travail (le CDI) et à favoriser le « dumping social » en inversant la hiérarchie des normes en faveur de la négociation à l’échelon de l’entreprise (et non plus de la branche). Comme le montrent nos travaux et bien d’autres, les principaux arguments qui cherchent à légitimer les ordonnances sont dénués de fondements empiriquement observables.

Lire la suite

Appel à communication : Tant de capital, temps de travail ?

Tant de capital, temps de travail ? Conflits, compromis et transactions autour du temps d’emploi

Coïncidence qui n’en est probablement pas une, alors que notre revue vient de publier un dossier sur les questions de temps de travail, un colloque est organisé les 14-15 mai à Paris par le Centre de sociologie des organisations, sous l’intitulé « Tant de capital, temps de travail ? Conflits, compromis et transactions autour du temps d’emploi ». Au centre du questionnement : « Comment l’évolution des temps d’emploi est-elle traversée par des conflits capital-travail ? Comment les attentes respectives des employeurs et des travailleurs, les luttes et les transactions autour du temps de l’emploi reconfigurent-elles la relation salariale ? » Nous relayons donc volontiers l’appel à communication (propositions à transmettre aux organisateurs avant le 5 janvier 2018)

Appel

Près de 20 ans après la première loi Aubry de 1998 incitant à la mise en place des 35 heures, la question du temps d’emploi constitue un enjeu toujours aussi actuel. Depuis, rares sont les années où un texte législatif n’est pas proposé et voté sur le sujet. « L’assouplissement » puis « l’enterrement des 35h » sont passés par de multiples textes (décrets dès 2002 ; lois en 2004, 2005, 2007, 2008, etc.). Ils invitent tous à la production de nouvelles règles dérogatoires et négociées dans les branches et les entreprises, en matière d’heures supplémentaires, de forfaits-jours pour les cadres, d’usages du compte épargne temps, etc. D’autres réformes ont modifié le temps d’emploi. Ainsi, les temps partiels sont régulés en 2013 tandis que le travail dominical et nocturne en 2009 et 2015 et les heures supplémentaires en 2016 sont facilités. De même,  les accords de sauvegarde de l’emploi autorisent depuis 2013 la réduction des salaires et des durées Enjeu donc très actuel de la législation, cette dynamique n’est pour autant pas nouvelle. Elle s’inscrit dans un mouvement de plus long terme qui, depuis les ordonnances Auroux de 1982, fait du temps d’emploi l’objet de négociation à l’échelle des branches, de zones géographiques, ou des entreprises. Tout en énonçant une norme temporelle au tournant des années 2000 (les fameuses 35h), les pouvoirs publics ont surtout encouragé la négociation des normes au sein des entreprises (Pélisse, 2004). La loi ne fournit plus qu’un cadre général, tout en restant particulièrement complexe, sinon labyrinthique en matière de temps d’emploi. Or les derniers textes, de la loi Macron du 6 août 2015 jusqu’aux ordonnances Pénicaud du 23 septembre 2017 en passant par la loi Travail du 8 août 2016, ont encore renforcé le caractère à la fois procédural et supplétif de la loi au détriment de son aspect normatif et substantiel.

Dès lors, le temps d’emploi devient un objet autour duquel se polarisent de plus en plus les conflits capital-travail. Par l’expression  « temps d’emploi », nous entendons insister sur la partie du temps de travail qui est accomplie sous le statut social d’emploi. A titre d’exemple, le travail domestique recouvre un temps de travail qui ne relève pas du temps d’emploi. A l’inverse, les pauses non comptées comme du temps de travail effectif, la période chômée dans le cadre du chômage partiel tout comme certains temps de formation continue impliquent un temps d’emploi qui ne comprend pas obligatoirement du temps de travail. Plus largement, il existe depuis longtemps des pratiques non professionnelles dans le temps d’emploi censé être productif (téléphone, lecture, usage des outils professionnels pour des raisons personnelles, voir Bozon et Lemel, 1990), et à l’opposé, des pratiques professionnelles hors du temps d’emploi qui sont (étudiées sous l’angle de la porosité ou de l’envahissement temporel des temps privés ou familiaux par le travail). Il est aussi possible que la relation salariale ne soit pas explicitement reconnue comme de l’emploi quand il s’inscrit dans un processus de qualification professionnelle tel que les stages ou des activités de réinsertion (comme les évaluations en milieu de travail qu’effectuent des chômeurs, par exemple). Au-delà de ces cas limites, le temps de travail salarié ou indépendant est généralement un temps d’emploi et s’intéresser à celui-ci invite à interroger les conditions temporelles de travail au prisme de la relation salariale. Autrement dit, comment les moyens mis en œuvre par le capital – tant « le capital » continue à être une notion potentiellement pertinente, en particulier si on en spécifie la nature, les formes, les modalités, les acteurs, etc.  – structurent le temps d’emploi et les droits des salariés qui lui sont associés en termes de rémunération, de droit au repos ou de conditions de travail ? Le temps d’emploi est traversé par des rapports antagoniques entre capital et travail, et c’est cette dimension, dans toutes les formes qu’elle peut prendre, que ce colloque entend explorer.

Le croisement entre temps d’emploi et conflits capital-travail a ainsi deux objectifs. Il tient d’abord compte de la primauté de l’emploi comme objet de négociation, analysée par plusieurs auteurs dès la fin des années 1990 (Morin, Terssac Thoemmes, 1998 ; Lallement, 1999) tout en insistant sur la dimension temporelle qui marque ces négociations. En effet, en même temps que l’emploi, c’est bien la durée de travail et le salaire, la formation et le statut, les conditions de travail et le partage de la valeur ajoutée qui sont en jeu. Derrière chaque négociation, qu’elle soit explicitement temporelle ou qu’elle privilégie l’emploi, voire d’autres dimensions, se jouent en effet la qualification des temps d’emploi reconnus comme tels, la rémunération obtenue et le non-travail. De plus, le temps d’emploi est aussi une formule générique pour décrire une réalité composée de différentes dimensions. Afin de l’approcher de manière fine, nous distinguons les différentes dimensions des temporalités professionnelles. La durée, les horaires et les rythmes constituent trois aspects particuliers et autonomes des temporalités (Grossin, 1996), ce que d’autres ont distingué en évoquant les temps du, de et au travail (Maruani, 2000 ; Lallement, 2003). Tout contrat de travail, comme tout accord collectif et toute pratique professionnelle engagent un rapport singulier à chacune de ces dimensions.

La durée de l’emploi concerne le volume de temps passé dans une activité professionnelle. La baisse du temps d’emploi dans les pays développés semble aujourd’hui s’inverser, dans une partie de l’Union Européenne au moins,1 et d’autres phénomènes contradictoires apparaissent avec d’un côté l’accroissement à l’échelle de la vie de la durée potentielle du temps de l’emploi (report de l’âge de départ en retraite et allongement des durées de cotisation nécessaires à une pension intégrale) et de l’autre l’augmentation du nombre de salariés, et en particulier de salariées à temps partiel2 et la multiplication des périodes de chômage.

Les horaires qualifient la structure du temps, en définissant la répartition de la durée d’emploi sur la journée, la semaine ou l’année. Ils ne constituent pas seulement une frontière entre le travail et le non-travail mais déterminent la place du travail dans la vie des individus, leur possible articulation avec d’autres temps sociaux (Georges et alii, 2009) et le contenu même du travail (Toupin, 2006). Les horaires dits « asociaux » au sens d’Eurostat, ou atypiques, qui relèvent aussi bien du travail nocturne que du travail le week-end, ont progressé ces 30 dernières années, ainsi que la variabilité et l’imprévisibilité des horaires de travail.

Enfin, les rythmes temporels de l’emploi sont au cœur de l’emprise croissante des temps des marchés, que ces derniers se déploient au détriment ou en combinaison avec les temps des machines (Grossin, 1996 ; Thoemmes, 2000). L’injonction à répondre de plus en plus rapidement à la demande des clients contribue à rendre plus flexibles les rythmes de travail et participe à l’intensification du travail observée depuis les années 1980 (Gollac et Volkoff, 1996 ; Gollac Volkoff Wolff, 2014). Cette évolution a été d’autant plus encouragée que l’usage croissant des nouvelles technologies de l’information et de communication supprime certaines frontières spatiotemporelles entre l’intérieur et l’extérieur du marché et de l’entreprise, tout en augmentant la distance géographique potentielle entre l’établissement et le lieu où s’effectue le travail (incitant au télétravail, développant les capacités de connexion contraintes ou non).

Déplier les différents volets du temps de l’emploi n’est pas contradictoire avec une analyse qui prend aussi en compte la combinaison et la substituabilité de ces différentes dimensions temporelles. C’est ainsi par exemple que François-Xavier Devetter recourt à la notion de disponibilité temporelle, afin d’analyser ensemble la durée de l’emploi, la localisation des horaires et leur prévisibilité (Devetter, 2001). En outre, la métrique des temps est au principe des institutions du capitalisme et de leur contestation (Thompson, 1967). En effet, le salariat et les diverses formes d’emploi qui se déploient dans son halo (portage salarial, intérim, auto-entreprenariat, stage, apprentissage, etc.) reposent sur la vente du temps de travail. Mais, à chaque fois, cette marchandisation du temps est potentiellement l’objet de contestation tant sur le prix d’achat que sur ce qui peut être ou non vendu. Or, l’évolution des temporalités d’emploi est au cœur des deux conflits qui animent le marché de l’emploi depuis deux siècles (Silver, 2003 ; Lee, 2007). D’une part, des « conflits à la Marx » pour l’appropriation de la plus-value tirée de la vente du temps de travail humain opposent employeurs et employés (Marx, 1867). Quelle part de la valeur produite dans un laps de temps donné est-elle restituée aux salariés ? D’autre part, des « conflits à la Polanyi » mettent en jeu le degré d’encastrement du temps d’emploi dans la société, c’est-à-dire son niveau respectif de marchandisation et de régulation, visible par exemple dans le Code du Travail ou dans l’existence et le nombre de jours fériés conventionnels (Polanyi, 1944).

L’un des enjeux pour la recherche consiste à articuler ces différentes pratiques temporelles avec les dynamiques du capitalisme contemporain, les modes de réorganisation des entreprises et des marchés et les environnements concurrentiels, organisationnels, économiques et juridiques dans lesquels ils se déploient. Comment l’évolution des temps d’emploi est-elle traversée par des conflits capital-travail ? Comment les attentes respectives des employeurs et des travailleurs, les luttes et les transactions autour du temps de l’emploi reconfigurent-elles la relation salariale ? Dans quelle mesure le développement de la sous-traitance, par exemple, les rationalisations budgétaires dans les services publics, ou les transformations numériques des organisations modifient-elles les négociations, arrangements, compromis ou conflits autour des règles et des pratiques temporelles dans l’emploi ?

Nous proposons ainsi de traiter selon trois axes les évolutions récentes des temporalités d’emploi. Chacun de ces axes pourra être nourri par des analyses tant quantitatives que qualitatives. Si le cœur des réflexions autour du temps d’emploi porte ici sur les dynamiques hexagonales ces 30 dernières années, il pourra être enrichi par des recherches qui offriront un décentrage tant géographique, que comparatif ou historique en ouvrant l’analyse à d’autres périodes qui invitent à (re)penser les évolutions actuelles. Les communications en anglais sont possibles. Notre propos s’ancre dans la sociologie de l’emploi autant que du temps de travail, mais d’autres champs de la sociologie et d’autres disciplines pourront aussi contribuer utilement à la réflexion collective.

1.     Quantifier et qualifier l’évolution du temps d’emploi

Le regard statistique a deux propriétés. D’abord, il rend possible l’observation de l’évolution du temps d’emploi. Ensuite, il permet de comprendre comment s’articulent certaines pratiques temporelles avec les dynamiques du marché de l’emploi. L’effritement de la norme d’emploi conduit à une pluralité des régimes temporels (Bouffartigue et Bouteiller, 2002 ; Devetter, 2002). D’un côté, un pôle autonome concerne les salariés les plus qualifiés et dotés en ressources. De l’autre, un pôle hétéronome de salariés moins qualifiés subit de nouvelles normes de manière plus contrainte. Cette croissance des pratiques temporelles atypiques produit une pluralité de configurations distinctes (Lesnard et de Saint Pol, 2009 ; Sautory et Zilloniz, 2015) qu’il s’agit de réinterroger au prime de la relation salariale. Comment la disponibilité temporelle des salariés se compose-elle avec les conditions de travail, d’emploi et les relations professionnelles au sein des entreprises ?

L’INSEE et Eurostat fournissent certaines nomenclatures statistiques afin d’approcher les phénomènes temporels. Mais d’autres articulations entre les sources, quantitatives comme qualitatives, d’autres recoupements ou d’autres conventions sont toujours possibles (Desrosières, 2010). La représentation du temps d’emploi est pour partie le produit de catégories temporelles adoptées par les producteurs de savoir statistique, elles-mêmes souvent calées sur des catégories juridiques. L’enjeu pourrait ainsi être de réfléchir à ce que les statistiques montrent, mais aussi à ce qu’elles ne montrent pas ou plus, en prenant en compte leur normativité. En effet, derrière tout objet statistique, les catégories de découpage du réel configurent des rapports de domination (Bowker et Star, 1999) et problématisent des phénomènes spécifiques (Linder, 1994). Toute réflexion sur les catégories statistiques et leurs usages est bienvenue, afin d’en souligner la portée, l’intérêt ou les limites.

Un raisonnement similaire pourrait être déployé en termes de catégories juridiques. Ainsi, la notion de temps de travail effectif est définie et stabilisée en 1938 puis retravaillée au moment de la seconde loi Aubry en 2000 (Boisard, 2006). Depuis, comment ont évolué les normes juridiques en la matière ? Que recouvre aujourd’hui la notion de durée légale ou de durée maximale, lorsque les taux de majoration des heures supplémentaires sont négociables et les dérogations possibles, sinon encouragées ? En France et en Europe, comment les juges ont-ils interprété ces catégories juridiques qui bornent, délimitent et définissent le temps d’emploi ? Des controverses concernent par exemple les temps d’astreinte ou de garde, d’habillage, d’amplitude ou d’équivalence, de temps de repos ou de temps de pause.

2.     Conflits et compromis sur le lieu d’emploi

Un second axe de réflexion se penchera sur les conflits et compromis au travail en matière de temps d’emploi. En effet, en même temps que se développent des référentiels négociatoires pluriels (Thoemmes et Terssac, 1997), les entreprises deviennent un lieu majeur de production de normes. Les normes statistiques – les pratiques temporelles quotidiennes – ainsi que les normes sociales et juridiques qui régulent l’ensemble des modalités des temps de travail y sont de plus en plus constituées (Pélisse, 2012).

Une attention particulière sera portée aux différents types d’acteurs : salariés, syndicalistes, représentants de la direction des entreprises, mais aussi inspecteurs du travail, consultants, avocats, médecins du travail, experts… Ces acteurs construisent de nouvelles normes temporelles, adaptent les anciennes, les détricotent ou les rejettent. En fonction de leurs positions respectives et de leurs ressources, comment se confrontent-ils autour du temps d’emploi ? Par des pratiques discrètes, dans des accords collectifs, dans le quotidien du travail ? Par des luttes ouvertes ou des conflits larvés ? L’enjeu sera de voir comment de nouvelles injonctions, compromis, régulations conjointes et pratiques temporelles s’élaborent et s’imposent, dans les entreprises, les secteurs d’activité ou les milieux professionnels.

3.     Régulation publique du temps d’emploi

Enfin, un troisième axe de réflexion concernera les règles et les normes développées par des instances publiques pour encadrer le temps d’emploi. Cette régulation prend de nombreuses formes : législation, directives européennes, accords internationaux, agréments et extension de textes conventionnels, rôle des administrateurs publics, négociations dans les collectivités, intermédiaires publics de l’emploi (Pôle emploi, missions locales, maisons de l’emploi…). Elle est produite à différentes échelles qui se combinent bien souvent dans la réalité mais qu’il peut être utile de distinguer dans l’analyse. A l’échelle transnationale, des organisations internationales (comme l’OIT) ou régionales (comme l’Union européenne) émettent des normes. Quel est le statut de ces productions normatives et dans quelle mesure constituent-elles des références pour les actions, dont se saisissent divers acteurs dans chaque pays ? En France, en quoi les lois successives, en particulier la loi Travail de 2016 – qui a porté principalement sur le temps de travail – et les ordonnances Pénicaud de 2017 influencent-elles la régulation du temps d’emploi ? Comment les dispositifs légaux qui encouragent les dérogations au principe de faveur et la construction de normes locales d’emploi sont-ils utilisés ? En outre, dans une moindre mesure, les collectivités interviennent à l’échelle locale dans l’organisation des temps d’emploi (par les « dimanches du maire » ou les initiatives de bureaux des temps, par exemple). Quelles sont les initiatives et les marges de manœuvre de la part des pouvoirs publics locaux pour réguler le temps d’emploi en fonction des spécificités des territoires ?

Par ailleurs, les régulations sont toujours l’objet d’une double négociation. D’abord, au moment de leur production, puis au moment de leur mise en œuvre par des agents en charge de les appliquer au titre d’une magistrature sociale localisée, comme à Pôle emploi ou dans l’inspection du travail. Comment la régulation publique est-elle appropriée, détournée, adaptée par les acteurs dotés d’une marge discrétionnaire d’interprétation autant que par leurs usagers – employeurs, syndicalistes, salariés, travailleurs ?


Ces trois ensembles de questions, non exclusives et constituant autant de pistes possibles, pourront structurer les propositions de communication. Celles-ci (3 000 à 6 000 signes) devront être envoyées en pièce jointe aux adresses des organisateurs du colloque :

  • hadrien.clouet [at] sciencespo [dot] fr
  • pauline.grimaud [at] sciencespo [dot] fr
  • jerome.pelisse [at] sciencespo [dot] fr

Calendrier

Réception des propositions de communication (en français ou en anglais) : le 5 janvier 2018 au plus tard

Information sur la sélection retenue et annonce du programme : le 23 janvier 2018 au plus tard

Date limite d’envoi des communications (40.000 signes max.) : le 23 avril 2018 au plus tard

Colloque : 14 et 15 mai 2018 à Paris

Comité d’organisation

Hadrien Clouet (CSO, associé au Lise), Pauline Grimaud (CSO) et Jérôme Pélisse (CSO)

Comité scientifique

  • Sophie Bernard (professeure des universités, IRISSO)
  • Paul Bouffartigue (directeur de recherche CNRS, LEST)
  • Jean-Yves Boulin (chercheur associé, IRISSO)
  • Hadrien Clouet (doctorant, CSO, associé au Lise)
  • François-Xavier Devetter (professeur des universités, Clersé)
  • Pauline Grimaud (doctorante, CSO)
  • Laurent Lesnard (directeur de recherche CNRS, OSC)
  • Léa Lima (maîtresse de conférence, Lise)
  • Margaret Maruani (directrice de recherche CNRS, CERLIS)
  • Jérôme Pélisse (professeur, CSO)
  • Jens Thoemmes (directeur de recherche CNRS, CERTOP)
  • Fanny Vincent (postdoctorante, CEET, associée à l’IRISSO)

Bibliographie

Boisard P., 2006, « La durée du travail effectif : analyse d’une convention », Eymard-Duvernet F. (dir.), L’économie des conventions, méthodes et résultats. Tome 2. Développements. La Découverte, pp. 289-302.
Bouffartigue P., Bouteiller J., 2002, « L’érosion de la norme du temps de travail », Travail et emploi, n°92.
Bowker G.C., Star S. L., 1999, Sorting Things Out. Classification and Its Consequences, Cambridge, MIT Press.
Bozon M., Lemel Y., 1990, « Les petits profits du travail salarié. Moments, produits et plaisirs dérobés », Revue française de sociologie, 31-1. pp. 101-127.
Desrosières A., 2010, La politique des grands nombres, Paris, La Découverte.
Devetter F-X., 2001, L’économie de la disponibilité temporelle, thèse de doctorat, Université de Lille I.
Devetter F-X., 2002, « Vers une nouvelle norme des temps de travail ? Temps subis ou temps choisis ? » Formation Emploi, n°78.
Georges N., Méda D., Trancart D., 2009, « Horaires de travail des couples, satisfaction et conciliation entre vie professionnelle et vie familiale », in Pailhé A. et Solaz A. (dir.), Entre famille et travail. Des arrangements de couples aux pratiques des employeurs, Paris, La découverte.
Gollac M. et Volkoff S. 1996, « Citius, altius, fortius. L’intensification du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 114, pp. 54-67.
Gollac M., Volkoff S. et Wolff L., 2014, Les conditions de travail, Paris, La Découverte.
Grossin W., 1996, Pour une science des temps. Introduction à l’écologie temporelle, Paris, Octarès.
Lallement M., 2003, Temps, travail et modes de vie, Paris, Presse Universitaire de France.
Lallement M., 1999, Les gouvernances de l’emploi. Relations professionnelles et marché du travail en France et en Allemagne. Paris, Desclée de Brouwer.
Lee C. K., 2007, Against the Law: Labor Protests in China’s Rustbelt and Sunbelt, University of California Press.
Lesnard F., de Saint-Pol T., 2009, « organisation du travail dans la semaine des individus et couples actifs : le poids des déterminants économiques et sociaux », Economie et Statistique, n°414, pp. 53-74.
Linder M., 1994, Labor statistics and class struggle, New York, International Publishers.
Maruani M., 1989, « Statut social et modes d’emploi », Revue française de sociologie, vol. 30, pp. 31‑39.
Maruani M., 2000, « Le temps qui marque », in G. de Terssac (dir.) Où va le temps de travail ? Toulouse, Octarès.
Marx K., 1867 (1993), Le Capital – Livre 1, Paris, Presse Universitaire de France.
Morin M.-L., Terssac G. de, Thoemmes J, 1998, « La négociation du temps de travail: l’emploi en jeu ». Sociologie du Travail, n°40 (2), pp.191-207.
Pélisse J., 2012, «Temps», in Bevort A., Jobert A., Lallement M., Mias A. (dir.), Dictionnaire du travail, Paris, Quadrige.
Pélisse J., 2004, A la recherche du temps gagné. Sens et usages sociaux des règles autour des 35 heures, CEE-Université Marne La Vallée, Doctorat de sociologie.
Polanyi K., 1944 (1983), La Grande transformation, Paris, Gallimard.
Sautory O., Zilloniz S., 2015, « De l’organisation des journées à l’organisation de la semaine: des rythmes de travail socialement différenciés », Economie et Statistique, n°478-479-480.
Silver B., 2003, Forces of Labor: Workers’ Movements and Globalization Since 1870, New York, Cambridge University Press, Cambridge Studies in Comparative Politics.
Thoemmes, J. Terssac, G. de, 1997. « La négociation du temps de travail et les composantes du référentiel temporel », Loisir et société, n°20(1), pp.51-72.
Thoemmes J., 2000, Vers la fin du temps de travail ?, Paris, Presse Universitaire de France.
Thompson E., 1979 (1967), « Temps, travail et capitalisme », Libre n°5.
Toupin C., 2006, « De crépuscule à l’aube : l’élaboration de compromis dans l’activité d’infirmières de nuit », Temporalités, n°4, pp.43-60.

  1. D’après Eurostat, le nombre moyen d’heures de travail habituellement prestées a augmenté entre 2014 et 2016 en France, Grèce, Irlande, Italie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Suède. http://appsso.eurostat.ec.europa.eu/nui/show.do?dataset=lfsa_ewhun2&lang=fr, consulté le 6/10/2017. []
  2. Entre 1982 et 2016, la proportion de salariés à temps partiel est passée de 8,6% et 19,2% en France, enquêtes Emploi, Insee. []

NRT|11 Automne 2017 – Travailler plus !

Couverture du numéro 11 de la Nouvelle Revue du TravailLe onzième Corpus de la Nouvelle Revue du Travail s’intéresse aux durées élevées de travail et en interroge les mécanismes sous-jacents. Au-delà des débats sur la mesure du temps de travail, les auteurs européens se sont longtemps focalisés sur la réduction du temps de travail, en particulier en France autour des 35 heures. Les travailleurs peuvent avoir l’impression d’une intensification du travail ou d’une exigence managériale croissante de disponibilité temporelle, impression qui peut être liée à la déstandardisation des semaines de travail et à l’augmentation des temps de travail atypiques, décalés, irréguliers. L’objectivation des temps consacrés au travail pose des problèmes méthodologiques et métrologiques bien connus et documentés. Diverses stratégies d’observation qualitative ou de quantification ont été mises en œuvre pour rendre compte des principales évolutions historiques des temporalités du travail. Cependant, l’importance des longues durées de travail et leur évolution dans le temps restent des éléments trop faiblement étayés empiriquement. Ce Corpus contribue à combler cette lacune.

Pour comprendre ce que « travailler plus » veut dire, cette livraison de la Nouvelle Revue du Travail interroge les dérégulations temporelles, la flexibilisation du travail, et les remodelages en cours à partir des réformes du Code du travail. Comment les collectifs de travail se structurent-ils quand le cadre temporel commun se relâche ? Sont-ils en mesure de réagir à l’injonction de « travailler plus » ? L’affaiblissement des protections collectives semble également favoriser le modèle de l’employabilité en reportant les décisions sur l’individu sommé d’adapter ses horaires aux demandes de l’entreprise, de se rendre disponible, de moduler son temps de travail. La capacité à « travailler plus », l’apprentissage du changement, la culture du résultat, l’intégration de la logique de l’urgence, etc., ne renvoient-ils pas à une dimension temporelle de l’employabilité attendue dans le régime contemporain de mobilisation de la force de travail ? Quels sont les effets de ce nouveau régime temporel sur le travail et les conditions de travail ? La qualité de vie et l’articulation des temps sociaux sont également en jeu : le recadrage du travail par d’autres activités jugées importantes n’est-il pas plus difficile et le sentiment de manquer de temps au quotidien n’est-il pas plus prégnant ? Quid alors du développement d’un véritable « temps choisi » supposant la possibilité pour le salarié de déterminer de manière autonome la durée et l’aménagement de son travail ? La question est posée de savoir comment les situations d’allongement des durées du travail, qui semblent de moins en moins négociées, s’articulent à la tendance, à l’œuvre depuis plusieurs décennies, d’une flexibilisation des temps de travail et du recul d’une certaine concordance des temps dans la société.

La Controverse sur le revenu universel, sous-titrée « de la diversité des modèles à l’impossible débat », entre en résonance avec les questionnements sur ce « travailler plus ». Cinq spécialistes questionnent une société où les revenus des individus ne seraient plus directement liés au travail, mais comprendraient une partie plus ou moins importante qui leur serait distribuée par la collectivité. La contribution à la rubrique Matériaux rapporte, quant à elle, le parcours d’une ancienne enseignante ayant bifurqué vers une activité de psychopraticienne et recourant au portage salarial. Au carrefour de l’indépendance et du salariat, l’entretien avec Martine met en lumière les logiques et les ressources qu’elle mobilise pour échapper à la précarité tout en donnant du sens à son travail aux différents moments de son parcours.

Dans la rubrique Varia, deux chercheuses de Vienne et de Sofia exposent comment, dans certaines circonstances, les emplois à bas salaire et peu considérés socialement peuvent conduire à une relative satisfaction au travail. Sur la base de données empiriques qualitatives tirées du secteur du nettoyage en Autriche, du secteur des déchets en Bulgarie et de l’aide aux personnes âgées en Italie, l’article présente quatre modèles d’interprétation par les travailleurs eux-mêmes : c’est essentiellement à travers la comparaison avec leur pays d’origine que ces derniers sont conduits à revoir leurs aspirations à la baisse. L’article de Champs et contrechamps sur l’œuvre photographique d’August Sander (1896-1964) analyse trois images de paysans du début du siècle dernier. L’auteur montre les qualités sociologiques de l’œuvre du photographe allemand et en tire des leçons de méthodologie quant au choix et à l’interprétation de l’image photographique. Enfin, une douzaine de recensions et de notes de lecture font partager l’intérêt que porte la revue à des auteurs connus ou à d’autres moins bien diffusés, mais qui méritent d’être découverts.

Numéro intégralement en libre accès sur le site de NRT

Ci-dessous, le sommaire du numéro  Lire la suite