Archives de l’auteur : Olivier Cléach

APPEL À ARTICLES (english version below) : Transformations du capitalisme et recompositions du système des relations professionnelles depuis un quart de siècle

Corpus animé par Jean-Michel Denis, Catherine Vincent, Hervé Champin et Marnix Dressen-Vagne.

La transformation du monde du travail prend la forme d’une mutation globale. Elle touche le travail comme activité, mais également ses acteurs, ses institutions ainsi que les espaces dans lesquels ils se déploient. Depuis le début des années 2000, les relations professionnelles ont davantage changé en France qu’en un demi-siècle, suivant de près des transformations similaires observées ailleurs dans le monde. Ce changement s’inscrit dans celui, plus général, du capitalisme au 21e siècle marqué par plusieurs tendances lourdes, en termes de globalisation, de financiarisation, de numérisation, de montée de l’économie des services et d’évolution des normes – nationales comme internationales – qui encadrent le travail. Ces dynamiques du capitalisme contemporain, qui surtout dans les pays du Nord, remettent en cause le statut salarial et les institutions du travail, et qui, dans les pays du Sud », entretiennent l’absence de droits sociaux ou en entravent la progression, transforment les relations professionnelles, non seulement comme univers de pratiques, mais aussi comme champ disciplinaire. Elles induisent une refonte des schémas d’analyse des relations de travail, historiquement construits dans le cadre de la prééminence de l’entreprise industrielle intégrée, du lien de subordination et de la coopération dans la confrontation d’acteurs représentatifs et institutionnels. D’autant que cet ensemble de mutations s’est accompagné, en particulier en France au cours de ces dernières décennies, de très nombreuses réformes législatives dont l’orientation commune est de faire du « dialogue social » la « forme légitime des relations sociales », et de l’entreprise l’espace pertinent des relations professionnelles (Bouffartigue & al., 2016). Cette visée – quelque peu paradoxale puisque le renforcement du « dialogue social » désiré par l’État s’accompagne de sa méfiance renouvelée à l’égard des « forces intermédiaires » (Bisignano & al., 2018 ; Freyssinet, 2018), et qu’il décentralise la négociation collective à l’échelon de l’entreprise à un moment où son unité juridique et politique a tendance à se déliter – a également contribué à une complexification du système de relations professionnelles, ainsi qu’à une reconfiguration des pouvoirs institués et à une fragilisation des capacités de résistance de la part des salariés et de leurs organisations représentatives.

L’ambition de cet appel à articles est de revenir sur cette dernière période de transformation des relations professionnelles en s’intéressant à ses différents volets. Les relations professionnelles comme champ d’étude par exemple. Ici, l’objectif n’est pas uniquement d’évoquer les mutations sémantiques, terminologiques voire méthodologiques à l’œuvre dans les recherches qui analysent la transformation des rapports de travail et leurs effets sur les acteurs et les institutions des relations professionnelles. Il s’agit plutôt de questionner la catégorie elle-même en tant qu’elle désigne par métonymie une manière bien particulière d’appréhender les relations dans l’univers productif, mais aussi une longue tradition d’enquêtes, une discipline à part entière et des institutions d’enseignement, en particulier dans les pays anglo-saxons. Partout, celle-ci semble s’affaiblir, ce qui interroge nécessairement sur sa capacité heuristique à analyser cet univers en plein bouleversement.
L’espace des relations professionnelles peut constituer une autre voie d’entrée, et à l’intérieur de celui-ci, ses acteurs et ses institutions. Il s’agit autant de dresser un état des lieux des transformations qui modifient l’espace des relations professionnelles (du micro au macro, c’est-à-dire de la TPE au supranational) que de s’interroger sur ce qui constitue aujourd’hui les niveaux pertinents pour l’action, la représentation et la négociation, ainsi que le principe d’articulation entre les différents niveaux de relation entre les acteurs. La capacité et la légitimité de ces derniers à intervenir dans ces différents espaces, leur autonomie pour le faire, l’émergence d’acteurs alternatifs et/ou concurrents forment autant d’éléments à questionner.
Enfin, les relations professionnelles constituent également un ensemble de pratiques en mutation permanente. Comment celles-ci s’adaptent-elles à un monde du travail de plus en plus global, mais en même temps toujours plus fragmenté ? Là aussi, les pratiques « traditionnelles » se voient bousculer, de la négociation collective à la grève. Mais par quoi sont-elles remplacées et pour quels résultats ?

L’appel à articles ci-dessus est produit en coopération avec le RT18 « Relations professionnelles » de l’Association Française de Sociologie. Il est ouvert à l’ensemble des chercheur.e.s en sciences sociales travaillant sur ces thèmes, en France comme à l’étranger.

Les articles ne dépasseront pas 45 000 signes (espaces, notes de bas de page et bibliographie compris) et sont à adresser avant le :

4 janvier 202230 octobre 2021

à nrtravail@gmail.com (exclusivement) en suivant les modalités et les normes de présentation précisées à la rubrique « Soumission et évaluation » du site de la NRT (y compris la bibliographie) : nrt.revues.org. Publication prévue en 2022.

Références bibliographiques
– Bisignano Mara, Jean-Michel Denis, Camille Dupuis, Arnaud Mias (2018), « La démocratie au travail. Un faux consensus ?, Socio-économie du travail, n° 4, p. 15-25.
– Bouffartigue Paul, Jean-Michel Denis, Cécile Guillaume, Arnaud Mias (2016) « Vers un “dialogue social” administré ? », La Nouvelle Revue du Travail [En ligne], 8 | 2016, URL : https://journals.openedition.org/nrt/2560.
– Freyssinet Jacques (2018), « Un étrange dialogue social », IRES/Eclairages, n°9.

English version
Transformations of capitalism and restructuring of the employment relations system over the last 20 years.
This Corpus is directed by Jean-Michel Denis, Catherine Vincent, Hervé Champin and Marnix Dressen-Vagne

The transformation of the world of work is taking the form of a global change. It affects work as an activity, but also its actors, its institutions and the spaces in which they operate. Since the early 2000s, employment relations have changed more in France than in half a century, closely following similar transformations observed elsewhere in the world. This change is part of the more general transformation of capitalism in the 21st century, marked by several major trends in terms of globalization, financialization, digitalization and the rise of the service economy. In Western countries, these dynamics of contemporary capitalism call into question the status and power of traditional employment relations institutions. In the South, it contributes to maintaining the absence of social rights or hinder their progression. In both cases, they transform employment relations, not only as a universe of practices, but also as a disciplinary field. They induce a recasting of the patterns of analysis and concepts, historically constructed within the framework of the pre-eminence of the integrated industrial firm. All the more so since this set of changes has been accompanied, particularly in France, by many legislative reforms whose common orientation is to make “social dialogue” the “legitimate form of social relations” and the firm the relevant space for employment relations (Bouffartigue & al., 2016). This aim is somewhat paradoxical since the reinforcement of “social dialogue” desired by the state is accompanied by its renewed mistrust of “intermediary bodies” (Bisignano & al, 2018; Freyssinet, 2018) and the decentralization of collective bargaining to the firm level is enhanced at a time when its legal foundation and boundaries are weakened and blurred. In France, as in other European countries, these contradictory trends have contributed to a complexification of the employment relations system, as well as the weakening of the capacity for resistance on the part of employees and their unions.
The ambition of this call for papers is to look back on this last period of transformation of employment relations by focusing on its various dimensions. The objective is not only to analyze the semantic, terminological and even methodological mutations at work in recent research, but to question the “employment relations” category itself as it designates a very particular way of apprehending power relations and regulation in the workplace, but also encompasses a long research tradition and discipline, particularly in Anglo-Saxon countries. Everywhere, this disciplinary field seems to have weakened, which necessarily raises questions about its heuristic capacity to analyze the world of work and its transformations.
The investigation of the employment relations system and within it, its actors, processes and outcomes, may constitute another way of questioning the relevance of this theoretical framework. It could mean investigating the transformations that are modifying the space of employment relations (from the micro to the macro, i.e. from the SME to the MNC) as it is of questioning what could constitute the relevant processes and repertoires of action – representation, negotiation, industrial action – as well as the articulation between the different levels of employment relations (local, sectorial, national). The capacity and legitimacy of trade unions to intervene in these different spaces, their autonomy to do so, and the emergence of alternative and/or competing actors are all elements to be questioned and analyzed. Finally, employment relations also constitute a set of practices that are constantly changing. How do they adapt to a world of work that is increasingly global but at the same time increasingly fragmented? Here too, “traditional” practices (and actors) are being shaken up, from collective bargaining to industrial actions. But by what are they being replaced and for what outcomes?
The above call for papers has been produced in cooperation with the RT18 (Industrial Relations) of the French Sociological Association. It is open to all social science and employment relations researchers working on these topics, both in France and abroad.

Papers should not exceed 45,000 characters (including spaces, footnotes and bibliography) and should be submitted before :

January 4, 2022 October 30, 2021

to nrtravail@gmail.com (exclusively), following the submission procedures and presentation standards specified in the “Submission and Evaluation” section of the NRT website: nrt.revues.org.

References
Bisignano Mara, Jean-Michel Denis, Camille Dupuis & Arnaud Mias (2018), « La démocratie au travail. Un faux consensus ?, Socio-économie du travail, n° 4, p. 15-25.
Bouffartigue Paul, Jean-Michel Denis, Cécile Guillaume & Arnaud Mias (2016) « Vers un « dialogue social » administré ? », La nouvelle revue du travail [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 31 mai 2016, URL : http://journals.openedition.org/nrt/2560.
Freyssinet Jacques (2018), « Un étrange dialogue social », IRES/Eclairages, n°9.

Où est passée la classe ouvrière ?

France Culture – 30/07/2020

La grève des mineurs d’Angleterre a pris des allures de guerre civile, dont Margaret Thatcher avait pris le commandement. Elle a duré un an de mars 1984 à mars 1985. Le syndicalisme ne s’en est jamais remis. Les régions ouvrières non plus.

Les mineurs grévistes courent pour échapper aux charges de la police lors de la Bataille d'Orgreave le 18 juin 1984 à Orgreave, Royaume-Uni.
Les mineurs grévistes courent pour échapper aux charges de la police lors de la Bataille d’Orgreave le 18 juin 1984 à Orgreave, Royaume-Uni.• Crédits : Jacob Sutton – Getty

Chris Kitchen, avait 17 ans au moment de la grande grève. Il travaillait déjà à la mine. Il  est aujourd’hui le patron du syndicat des mineurs, qui n’est plus que le fantôme de la puissante forteresse qu’il fut. Il se souvient de cette année-là,  1984,  et nous a confié le journal de grève de son oncle Malcolm, mineur lui aussi, qui écrivait au 12 mars : «  Ça a commencé. Nous sommes en grève. Comme on le disait la semaine dernière, on va avoir des vacances ».  Trois jours plus tard, déjà un mort parmi les grévistes. 

Reprendre le fil chronologique des événements, c’est mesurer la violence de ce qui s’est passé et culmina avec, ce que l’on appelle encore là-bas, la bataille d’Orgreave. Ce fut plus qu’un mouvement social, une guerre de position de nuit comme de jour, entre des piquets de grève très organisés et une police de plus en plus militarisée. 

Si tous les pays occidentaux renonçaient progressivement au charbon, l’Angleterre de Thatcher avait opté pour des fermetures rapides et des licenciements massifs dans des régions qui ne vivaient que de cela. Comme si la première ministre voulait en finir avec un monde ouvrier syndiqué et soudé qui pendant des décennies savait faire trembler les gouvernements. 

L’origine du capitalisme – Une étude approfondie

Ellen Meiksins Wood

Qu’est-ce que le capitalisme ? Cette question, l’histoire la pose chaque fois que ce système entre en crise, étalant au grand jour ses absurdités. Pour y répondre, il faut en comprendre les origines. Voilà ce que propose Ellen Meiksins Wood dans cet ouvrage initialement paru en 2009.

Personne ne niera que le capitalisme a permis à l’humanité d’accomplir des avancées notables sur le plan matériel. Mais il est devenu aujourd’hui manifeste que les lois du marché ne pourront faire prospérer le capital qu’au prix d’une détérioration des conditions de vie d’une multitude d’individus et d’une dégradation de l’environnement partout dans le monde. Il importe donc plus que jamais de savoir que le capitalisme n’est pas la conséquence inévitable des échanges commerciaux et marchands que l’on retrouve dans presque toutes les sociétés humaines. Le capitalisme a une histoire très singulière et un lieu de naissance bien précis: les campagnes anglaises du XVIIe siècle. En rappelant cette origine, essentiellement politique, l’auteure propose une définition limpide des mécanismes et des contraintes qui font la spécificité du capitalisme.

Ouvrage signalé

Maintenir en emploi ou soutenir le travail ? La place de la santé au fil des parcours professionnels – Actes du séminaire annuel “Âges et Travail”, mai 2018

LE CNAM – Centre d’études de l’emploi et du travail

Corinne Gaudart, Anne-Françoise Molinié, Serge Volkoff, Valérie Zara-Meylan, (coord.), CRÉAPT

On peut en effet partir du constat que les problèmes de santé, plus ou moins durables, qui surviennent au cours de la vie active, sont porteurs d’incertitude sur la poursuite, la reprise ou l’infléchissement du parcours professionnel. À ce titre ils préoccupent les travailleurs concernés, les collègues, l’encadrement, ainsi que tous les acteurs que leur fonction amène à intervenir. Ce sont ces préoccupations (pointées ou non sur des phénomènes précis et formalisés comme les absences pour maladie ou les restrictions d’aptitudes) qui souvent s’expriment en termes de perspectives de « maintien en emploi » et d’actions menées dans ce but.

Or les recherches dans ces domaines, l’expérience des acteurs et des praticiens, suggèrent quelques déplacements par rapport à cette notion, déplacements que ce séminaire a permis de préciser et de mettre en débat.

Le premier déplacement, proposé dès la conférence d’ouverture et par plusieurs autres intervenants, a consisté à compléter l’objectif d’emploi en ciblant tout autant le travail, sa réalisation, son contenu et son sens. L’idée de « maintien » s’est ainsi couplée avec celle de « soutien » : il s’agit d’examiner comment, au regard d’éventuelles difficultés liées à des troubles de santé, il est possible de préserver la construction, le développement et la mobilisation de l’expérience professionnelle, les stratégies de travail de chacun-e.

Un deuxième déplacement, lié au précédent, a consisté à inscrire ces réflexions dans une perspective de long terme où s’articulent les itinéraires personnels (et la redéfinition, à ce propos, des projets individuels), avec l’histoire des entreprises et des métiers. De ce point de vue, la constitution, trop rare, d’une « mémoire » de l’entreprise sur ses propres pratiques d’affectation et d’aménagement des situations de travail, est une piste que certaines interventions ont permis d’explorer.

Un troisième, lui aussi cohérent avec les deux autres, était de ne pas s’en tenir aux facettes les plus apparentes de ces questions de « gestion des déficiences de santé ». Les diagnostics établis, les dispositifs dédiés, les décisions formelles de réaffectation (ou, au pire, d’exclusion), mais aussi les corrélations statistiques entre dégradations de la santé et sortie plus ou moins prolongée de l’emploi, balisent une partie des problèmes à traiter, mais une partie seulement. Des situations moins visibles, au moins dans l’immédiat, comme une poursuite très difficile du même travail, ou certaines formes d’inactivité forcée, méritent autant d’intérêt. Il en résulte que les acteurs concernés sont bien plus nombreux que ceux assignés par leur fonction à la prévention professionnelle ou à la gestion des parcours.

En adoptant ces approches, les interventions et les échanges de ce séminaire ont confirmé, s’il en était besoin, que l’attention portée aux individus concernés par des « problèmes de santé » ne constitue pas – ou ne devrait pas constituer – une zone à part dans la réflexion des entreprises et des administrations.

Fichier

Parution : subjectivations du(es) / au travail

4ème de couverture :

« Des téléologies globalisantes et de nombreux discours et analyses ont largement insisté sur les potentiels renouvellements des mondes du travail. Comment celles et ceux qui y sont directement impliqués pensent-ils et vivent-ils le travail ? Quelles sont les modalités de subjectivation dues au travail ou produites à son propos ? Traduisent-elles une intériorisation des conditions, normes et places imposées ? Ou alternativement manifestent-elles des tentatives d’aborder le travail en inventant de nouvelles formes ? Tels sont les questionnements au centre de ce dossier qui regroupe dix contributions issues de recherches de terrain portant sur des métiers et des configurations de travail très divers. Leur rapprochement dessine un tableau contrasté de subjectivations en travail, tendues vers des horizons d’attente multiples : de la mise aux normes des corps au travail à la quête de reconnaissance, en passant par la tentative de s’émanciper des cadres organisationnels classiques pour inventer, parfois, des horizons politiques alternatifs. »

https://journals.openedition.org/jda/8526

Ouvrage signalé : dictionnaire de sociologie clinique

Agnès Vandevelde-Rougale et Pascal Fugier (avec la collaboration  de Vincent de Gaulejac, Dictionnaire de Sociologie clinique, Toulouse, Érès, 2019, 704 pages. 

 

Ce dictionnaire est à la fois un bilan de la Sociologie clinique et le déroulement de propositions théoriques et méthodologiques de ce courant de la sociologie qui s’est développé en France et dans de nombreux pays, en particulier sur le continent sud-américain. Comme le disent les auteurs, « la sépcificité de la sociologie clinique tient à la façon d’appréhenderles phénomènes sociaux et psychiques, dan sune perspective à la fois théorique —elle articule la compréhension des processus sociaux à celle du sujet jusque dans ses processus intrapsychiques— et politique, en posant la nécessité d’une clinique du social et l’accompagnement des processus de subjectivation ». En d’autres termes, ce courant sociologique qui a beaucoup analysé le travail et les travailleurs enmprunte largement aux théories psychologiques et plus particulièrement à la psychanalyse. Ce dictionnaire complète les ouvrages théoriques de la Sociologie clinique, y compris parce que lecteur y retrouvera les auteurs qu’il a déjà rencontrés s’il est familier de celle-ci. Pour les autres, il constitue une sorte d’introduction à la Sociologe clinique ou une voie pour en intégrer les apports dans leurs travaux.