Archives de l’auteur : Jean-Pierre Durand

Sophie Bernard, Le nouvel esprit du salariat, Paris, PUF, 2020.

Nous assistons depuis les années 1970 à une déstabilisation du salariat en France, mis en péril par la multiplication des formes d’emplois précaires et l’expansion du travail indépendant. Dans un tel contexte, l’évolution des formes de rémunération et de mobilisation de la main-d’œuvre contribue à fragiliser les salariés. Ce nouvel esprit du salariat, foyer central de diffusion des valeurs individualistes et méritocratiques qui irriguent la société, promeut l’avènement d’un travailleur autonome et responsable. Mais faut-il l’envisager comme un progrès, tel que le présentent les employeurs, ou comme une nouvelle forme de sujétion des travailleurs ?

L’enquête de Sophie Bernard, menée durant près de vingt ans auprès de populations variées dans un panel d’entreprises, analyse les mutations qui s’opèrent au cœur du salariat stable. Elle met au jour le développement de profondes injustices mais aussi le déni du lien de subordination, potentiellement risqué pour les salariés, mis au profit des performances de l’entreprise.

Sophie Bernard est professeur de sociologie à l’université Paris-Dauphine et chercheuse à l’Irisso. Ell est également membre junior de l’Institut universitaire de France. Elle est notamment l’auteur de Travail et automatisation des services (Octarès, 2012).

Une critique décisive, mais qui reste inaboutie

A propos du livre d’Alain Bihr et de Michel Husson « Thomas Piketty une critique illusoire du capital », Éditions Syllepse, 2020
François Morin

Dans cette rubrique de débats, vous pouvez réagir en adressant votre contribution à nrtravail@gmail.com

C’est un exercice un peu particulier que de produire « un commentaire sur un commentaire », surtout lorsque ce dernier, l’ouvrage d’Alain Bihr et de Michel Husson porte sur les derniers travaux de Thomas Piketty et notamment son dernier livre, « Capital et idéologie » . Il s’agit en quelque sorte de proposer une recension au second degré.
Le risque de cet exercice est multiple et peut se fourvoyer dans des chaines de raisonnements à plusieurs ressorts, par exemple : quelle est la lecture des points d’accords entre Bihr-Husson et Piketty et celle de leurs points de désaccords ; et quelle est notre appréciation sur chacun de ces différents points ? Nous nous limiterons dans la recension qui va suivre, à notre seule appréciation de la lecture de l’ouvrage de Bihr-Husson en indiquant par conséquent les points sur lesquels nous pouvons avoir des convergences ou bien au contraire des divergences avec eux. Une telle démarche suppose à son tour d’expliciter davantage notre propre réflexion sur les questions les plus sensibles.

1 – Commençons donc par nos points d’accords avec l’ouvrage d’Alain Bihr et de Michel Husson. Ces auteurs délivrent une lecture très critique du dernier ouvrage de Thomas Piketty même s’ils reconnaissent cependant un grand mérite à ce livre, celui « d’avoir placé la question des inégalités au premier rang du débat public » (p.118) . Nous partageons ce point de vue, et nous sommes surtout en phase avec eux sur d’autres points tout à fait essentiels, mais, cette fois-ci, très critiques vis-à-vis de l’ouvrage de Piketty. Il s’agit pour l’essentiel de la posture que se donne Piketty vis à vis de sa lecture de Marx, son absence de définition du concept de capital, sa non prise en considération des rapports de production, son analyse insuffisante des trente glorieuses, enfin sa vision social-démocrate du monde d’hier mais aussi celle qu’il projette sur le monde d’après. Cet ensemble de critiques est, à nos yeux, décisif pour critiquer sur le fond les idées de T. Piketty.
Commençons par la posture que se donne Piketty vis à vis de Marx. Nous partageons entièrement le sentiment de Bihr-Husson selon lequel quelqu’un comme Piketty est probablement « en mesure de dépasser Marx sans se donner la peine de passer par lui » (p.31). Et d’ajouter plus loin avec raison : « il est vrai que, dans le milieu académique, critiquer Marx sans jamais s’être donné la peine d’en lire une ligne est devenu une habitude bien ancrée. » (p.127). En effet, en projetant en avant le mot « Capital » dans les deux titres de ces derniers ouvrages, on ne peut que souscrire à l’idée qu’il y a là une sorte « de parfum d’escroquerie intellectuelle » (p.32).
Pour éclairer l’ignorance de Piketty des analyses de Marx, il suffit de constater qu’à aucun moment – dans ses deux ouvrages – le capital n’est pensé comme un rapport social, un rapport entre classes. C’est ce qu’ont bien vu Bihr-Husson en soulignant leur « malaise sur l’absence de définition du concept de capital ce qui aboutit à une conception fétichiste, un ensemble d’actifs matériel ou financiers en lui attribuant la capacité de se mettre par lui-même en valeur » (p.14). Cette conception fétichisée (dénoncée déjà par Marx) aboutit à entretenir des confusions extrêmes sur des notions qu’il est pourtant bien utile de distinguer, comme celles par exemple de patrimoine et de capital. Bihr-Husson reproche ainsi, et à juste titre à la page 113 de leur ouvrage la formule suivante de Piketty : «pour simplifier l’exposition, nous utiliserons les mots “capital” et “patrimoine” comme des synonymes parfaits. »
Les conséquences de cette vision réifiée et fétichisée du capital empêchent de comprendre le capital non seulement comme un rapport social entre classes mais plus fondamentalement encore comme un rapport social qui se joue essentiellement dans la sphère de la production. Or Piketty « méconnait les rapports sociaux de production » (p.23), ce qui a, entre autre pou effet, de « réduire la structure sociale à son habillage idéologique » (p.41). Plus fondamentalement encore, Piketty ne peut pas voir la source réelle des inégalités et la façon dont il faudrait pourtant les combattre : « cette confusion, insistent Bihr-Husson, renvoie finalement à une autre absence, celle d’une théorie de la valeur, le lieu où se fabriquent les inégalités, à savoir le coeur du mode de production capitaliste, avec les deux dimensions que nous avons signalées : la baisse de la part salariale et la redistribution d’une part croissante des profits aux actionnaires. Ce sont ces deux sources qu’il faudrait tarir » (p.133).
C’est la raison pour laquelle Piketty est par exemple incapable de comprendre ce qui s’est passé pendant les trente glorieuses. Il croit analyser la réduction des inégalités comme étant à la source de la croissance de la période, alors qu’il s’agit bien du contraire qui s’est produit : « Il est cependant difficile de soutenir, confirme Bihr-Husson, que la croissance forte observée durant les « Trente Glorieuses » a été principalement soutenue par la réduction des inégalités. C’est plutôt l’inverse : la forte croissance observée a permis de réduire les inégalités, dans un contexte sociopolitique qui y était favorable. Mais, encore une fois, cette croissance du PIB était fondée sur de puissants gains de productivité et leur épuisement a fait basculer dans un régime de croissance ralentie où le maintien du taux de profit implique une baisse de la part des salaires. En outre, la fraction non investie du profit est venue alimenter de manière croissante les revenus financiers. Il y a là une différence d’interprétation fondamentale » (p123).
Dès lors, comment penser le « monde d’après » ? En reprenant les propositions de réforme que propose Piketty, et notamment celles qui concernent la fiscalité, l’impasse apparait totale. Tout d’abord en raison de sa conception du capital que nous avons vue précédemment. Les réformes que propose Piketty « continueraient à nous faire vivre dans une société capitaliste. S’il peut prétendre le contraire, c’est qu’il se trompe ou s’illusionne sur ce qu’est le capital (comme rapport social de production) et le capitalisme (comme mode de production) » (p.149). On reste alors à la surface des choses. La vraie solution avec laquelle nous sommes profondément en accord consisterait à partir des besoins sociaux et d’ajuster le mode de production en fonction de l’expression de ces besoins. Les propositions de Piketty « sont exclusivement centrées sur la redistribution des revenus (et des patrimoines) plutôt que sur un approfondissement de la satisfaction socialisée des besoins fondamentaux » (p.136).
Pourquoi alors défendre, comme le propose Piketty pour notre avenir en communs le modèle social-démocrate ? Son réformisme apparaît ici sans ambiguïté alors que l’on pourrait espérer plus fondamentalement un changement radical dans nos modes de produire, et dans nos modes de consommer. Le modèle social-démocrate n’a-t-il pas failli par le passé ? Sur ce point important, nous souscrivons entièrement à l’analyse de Bihr-Husson : « Bel exemple de cette mise sens dessus dessous du monde et de cette inversion du sens des mots qui est le propre de l’idéologie. Car, en réalité, tout un chacun l’aura compris : désignées nominalement comme social-démocrates, les sociétés capitalistes occidentales sont bien restées réellement, durant ces quelques décennies, des sociétés intégralement capitalistes, au sein desquelles l’emprise du capital n’aura pas cessé de s’exercer bien que sous des formes nouvelles et quelquefois inattendues » (p.87).

2 – Venons en maintenant aux questions sur lesquelles nous souhaitons exprimer des désaccords avec l’analyse de Bihr-Husson. Ceux-ci portent sur la période de référence concernant le néolibéralisme, et en lien avec cette question, le rôle de la finance mais aussi de la monnaie dans la phase actuelle du capitalisme, enfin sur la question du partage du pouvoir dans l’entreprise. Sur ces questions, leur analyse reste à nos yeux inaboutie.
Tout d’abord, on doit noter chez eux une hésitation sur le moment fondateur du néolibéralisme comme stade actuel du capitalisme. Evoquant leur méthode, celle-ci consiste, disent-ils : « à esquisser rapidement une grille de lecture de la phase néolibérale ouverte au milieu des années 1980 puis à la confronter au modèle théorique de Piketty » (p.103). Mais une page plus loin, on apprend que la fin des trente glorieuses se situe au milieu des années 1970. Le projet des deux auteurs est en effet de « construire un indicateur synthétique qui fait clairement apparaître la rupture introduite par la récession de 1974-1975, c’est la fin des trente glorieuses » (p.104). Quelle période de référence faut-il retenir : milieu des années 1970 ou bien milieu des années 1980 ? Ce qui amène une autre question : cette période d’une dizaine d’années qui signe la fin de trente glorieuse et celle qui initie la phase néolibérale est-elle une période de transition, une sorte de zone temporelle grise où l’ancien monde se meurt et le nouveau tarde à naitre ?
A nos yeux, la réponse doit être davantage tranchée. A la fin des années 1960, l’économie américaine connaît une phase de récession (provoquée entre autre par le conflit vietnamien), et le taux de rendement du capital s’affaisse. La réponse qui va s’imposer progressivement dans les milieux d’affaires va être celle de la libéralisation de la sphère financière pour que le capital puisse trouver de nouvelles sources de rendement. Tout démarre clairement avec la rupture entre l’or et le dollar (15 août 1971) avec, à sa suite, la libéralisation progressive du marché des changes, puis celle des marchés obligataires (faisant des taux d’intérêt des prix de marché), le tout couronné par la libéralisation des mouvements de capitaux à l’échelle internationale au début des années 1990. La déformation de la valeur ajoutée au détriment des salaires débute ainsi dans les pays les plus développés au tout début des années 1970.
Pendant cette phase néolibérale, le rôle du capital financier va devenir croissant. D’abord dans les années 80 avec la financiarisation progressive des entreprises, puis dans les années 90 par la globalisation des marchés monétaires et financiers. Cette analyse n’est présente ni chez Piketty ni chez Bihr-Husson, sauf pour ces derniers par une allusion rapide dans leur postface : « En fait, répondre à cette question suppose de quitter le monde des idées, sans pour autant abandonner le combat idéologique, pour chercher à comprendre quel est l’obstacle, quel est l’adversaire. En l’occurrence pour paraphraser un ancien président, c’est la finance. Entendons : le capital financier tel qu’il est aujourd’hui … ». On n’en saura pas plus sur l’émergence de ce capital financier et la façon dont il a pu depuis une cinquantaine d’années provoquer à quatre reprises des crises systémiques de grande ampleur et d’intensité croissante .
Cette quasi absence du rôle du capital financier pendant la période néolibérale produit des inconséquences sur l’analyse des formes que peut prendre la valorisation du capital. Ainsi nous ne partageons pas l’analyse suivante de Bihr-Husson : « les capitalistes cherchent à maximiser le taux de profit en exploitant autant que faire se peut le travail salarié, tout en évitant que le capital accumulé ne pèse trop sur sa rentabilité. Il paraît en tout cas assez raisonnable de penser que le taux de rendement du capital est un résultat du processus de production, et non quelque chose de donné par ailleurs, une sorte de taux de profit garanti, qu’il suffirait d’appliquer au capital » (p.111). Cette dernière affirmation tend tout simplement à nier les formes les plus concrètes qu’a pu prendre la financiarisation des entreprises depuis plusieurs années. Si, pendant les trente glorieuses, la valorisation des capitaux était bien le résultat d’une maximisation du taux de profit, certes sous contraintes, bref une obligation de moyen pour les dirigeants des firmes, pendant la période néolibérale cette valorisation prend une toute autre forme. L’objectif des firmes est de créer de la valeur pour les actionnaires sous une contrainte de résultat imposé par le capital financier. Cette obligation de résultat, facilitée par la libéralisation des mouvements de capitaux, a provoqué des effets redoutables sur le marché du travail, l’organisation du travail et de façon plus générale sur la gouvernance des firmes, notamment par transferts massifs des risques sur les salariés (et beaucoup moins voire pas du tout sur les actionnaires).
Entendons-nous bien ici, il ne s’agit pas de survaloriser le rôle de la finance et de la financiarisation des entreprises. Ce rôle est lié à la phase particulière du capitalisme dans laquelle nous sommes encore plongés, à savoir la phase néolibérale. Marx avait cependant bien vu que dans le cycle d’ensemble d’un capital individuel, et par conséquent quelque soit la période considérée, le cycle du capital argent (A-A’) était la figure typique du capitalisme par rapport aux deux autres cycles de la valeur-capital (P-P’) et (M’-M’) . Pour accomplir ce cycle, le capital argent, comme forme fonctionnelle de la valeur-capital, entraine dans son sillage les deux autres formes fonctionnelles de la valeur-capital (P et M’) . D’où l’importance qu’il faut attacher au capital-argent qui initie ce cycle, avec au moins trois interrogations : de quoi est composé ce capital-argent, qui le détient, quel effet cela entraine-t-t-il sur le procès de production et la vente des marchandises ?
On ne peut pas se satisfaire alors de la réponse qu’en donne Bihr-Husson dans leur ouvrage : « Impossible, disent-ils, de mettre en oeuvre ce procès sans être pleinement propriétaire (réunir entre ses mains l’usus, le fructus et l’abusus) tant des conditions de ce procès (le capital-argent, les moyens de production et la force de travail contre lesquels il s’échange, le procès de production qui résulte de leur combinaison) que de son résultat (le capital-marchandise et l’argent qui en réalise la valeur, avec la plus-value qu’elle contient »(p.52).
Cette affirmation relative à la « pleine propriété » est très problématique. Elle élude en réalité la question du crédit et par effet induit la question monétaire. Mais, cela va plus loin encore. Cette affirmation modifie la vision que l’on peut conférer au rôle des rapports de propriété dans le procès de production (existants ou souhaitables). C’est ce que nous examinons maintenant.
Le capital-argent A, comme forme fonctionnelle a précisément comme fonction de transformer la forme argent de la valeur-capital en sa forme marchandise (par achat de moyens de production et de forces de travail). Pour assurer le cycle d’ensemble d’un capital individuel, cette forme argent n’est pas seulement constituée par le capital apporté par les actionnaires, mais aussi, dans presque tous les cas, par le crédit accordé par les banques. Ces deux apports en ressources financières, tout en étant de nature différente, sont nécessaires à l’accomplissement du cycle et se mesurent parfaitement au passif du bilan des sociétés de capitaux, et par exemple par le levier d’endettement (rapport des dettes aux fonds propres). Selon la nature de l’activité ce rapport peut aller de 0 (absence de dettes) à 30 (cas par exemple de certaines banques avant la crise financière de 2007-2008). Ce rapport peut atteindre des ratios encore plus élevés dans l’activité de certains hedge funds.
C’est ici que la monnaie s’invite de façon déterminante dans tout procès de production. Comme chacun doit le savoir, la monnaie est créée à chaque fois qu’une banque accorde un crédit soit à une entreprise soit à un ménage. Cette création monétaire est non seulement indispensable pour faire les avances financières pour l’activité des entreprises, mais aussi pour assurer la monétisation, en profit, des plus values réalisées durant le procès de production. Et voici donc la question importante. Doit-on considérer le montant de ces crédits, ceux notamment accordés aux entreprises, comme du « capital », c’est à dire comme « un ensemble de plus-values accumulées ». La réponse est évidemment non. Les banques possèdent, seules, ce pouvoir extra-ordinaire de créer de la monnaie à volonté par les crédits qu’elles peuvent accorder. Ce privilège est tellement exorbitant que de tout temps il a fallu le réglementer pour le limiter. Mais créer de la monnaie ce n’est évidemment pas créer du capital.
La problématique que nous venons d’esquisser ici permet de distinguer clairement « capital » et « monnaie ». Elle est totalement absente dans les deux ouvrages de Piketty, mais aussi dans le commentaire de Bihr-Husson. Ceci les amène à se fourvoyer sur la question des rapports de propriété.
Commençons, sur ce point sensible, par une question : faut-il donner aux salariés un pouvoir réel dans l’entreprise ? La première réponse de Bihr-Husson critiquant Piketty est apparemment négative en raison des contradictions trop fortes que cela entrainerait : « Fussent-ils propriétaires de la moitié ou même plus des actions de l’entreprise (c’est nous FM qui soulignons) qui les emploie, les salariés de cette dernière n’en resteraient pas moins potentiellement séparés et séparables des moyens de production mis en oeuvre dans et par cette entreprise. Ils s’en rendraient douloureusement compte le jour où (…) ils se trouveraient contraints, en tant que membres du conseil d’administration ou de direction de l’entreprise de licencier certains de leurs collègues ou même d’accepter leurs propres licenciements pour sauver l’entreprise et le restant des emplois. Ils le réaliseraient encore plus brutalement en cas de faillite pure et simple de l’entreprise » (p.147).
Mais quelques pages plus loin, on apprend avec surprise que les choses changeraient radicalement si les salariés ne devaient plus posséder, nous disent Bihr-Husson, « la moitié ou même plus des actions de l’entreprise (voir ci-dessus) », mais détenaient la totalité de celles-ci : « L’application d’une véritable justice sociale consisterait à transférer la totalité des droits aux représentants des travailleurs, et non pas seulement la moitié » (p152). Y aurait-il donc une différence de nature dans la gestion des rapports de production par les salariés, entre le fait de détenir par eux par exemple 99% du capital d’un côté, et le fait d’en détenir 100% de l’autre ? On est ici en plein brouillard. Faut-il comprendre dans l’exemple que nous donnons que c’est le 1% de détention privée qui pollue les 99% de propriété salariale et qui empêcherait le changement des rapports de production ?
Formulée de cette façon, la question du pouvoir dans l’entreprise conduit à l’impasse. Pour notre part, il convient à la fois de se poser la question du changement du rapport de subordination dans les rapports de production, mais aussi de revenir à la question monétaire qui s’inscrit également, nous l’avons vu, au cœur du procès de production.
Commençons par la question monétaire et reprenons la figure centrale du capitalisme, à savoir le cycle A-A’ qui se décline sous forme simplifiée en A-M…P…M’-A’ (où A, P et M’ sont des formes fonctionnelles de la valeur-capital tandis que M et A’ ne le sont pas ). Dans le projet de rompre avec le capitalisme et d’engager une nouvelle ère de justice sociale (pour reprendre les mots de Bihr-Husson), on pourrait imaginer que les rapports de production obéiraient par exemple à la définition de nouveaux projets productifs et à leur mise en œuvre (appelons les P) qui, une fois accomplis, correspondraient « à un approfondissement de la satisfaction socialisée des besoins fondamentaux », pour reprendre là encore une formulation de Bihr-Husson (p.136), et appelons P’ la formulation de nouveaux projets productifs qui découleraient de l’accomplissement du cycle. Le nouveau cycle d’ensemble désirable s’écrirait alors P-P’ où l’objectif ne serait plus de valoriser la valeur-capital, mais au contraire de satisfaire des besoins fondamentaux tout en « valorisant » le travail accompli pendant le cycle productif. Autrement dit, en accordant aux salariés un droit absolu de s’exprimer sur les conditions de travail, ce qui suppose de rompre leur lien de subordination.
Dans ce nouveau procès de valorisation, nous supposons toujours l’existence de trois formes fonctionnelles : P qui est donc le procès de production, M’ qui représentent les biens et les services destinés à satisfaire les besoins fondamentaux mais qui doivent être validés ou bien par le politique ou bien encore par le marché ; et enfin A les ressources financières nécessaires pour l’accomplissement du cycle d’ensemble. Celui-ci s’écrit alors P…M’-A-P’. Dans ce cycle, A n’est plus l’Alpha (et A’ l’Omega), et donc la raison d’être de la production. Il demeure cependant une forme fonctionnelle nécessaire à l’accomplissement du cycle d’ensemble . Imaginons que les ressources financières soient entièrement apportées par les banques sous forme donc de crédit et relevant par conséquent d’un processus de création monétaire. Quel rôle alors accordé à ces apporteurs de fonds dans la gestion des entreprises ? Cette question renvoie à son tour à la question du pouvoir dans les banques et de façon encore plus générale à l’allocation des ressources monétaires et financières dans les espaces nationaux et internationaux d’aujourd’hui ainsi qu’au rôle des banques centrales dans ces espaces. On s’aperçoit, là aussi, que la monnaie est, dans toutes ses dimensions, un rapport social éminent qui implique que l’on se pose des questions notamment comme celles-ci : qui émet la monnaie nouvelle, qui contrôle la distribution du crédit ? Nous ne pouvons pas développer davantage la question monétaire, ici, dans le cadre limité de ce commentaire. Nous renvoyons le lecteur à deux de nos ouvrages récents .
Simplifions tout de même l’argument. Dans le nouveau cycle, l’ensemble des travailleurs est évidemment une partie constituante indispensable à l’accomplissement de la forme fonctionnelle P ; de même, les apporteurs de ressources monétaires apparaissent comme l’autre partie constituante de ce cycle, tout aussi indispensable que la première, mais cette fois-ci pour accomplir la forme fonctionnelle A, c’est-à-dire pour assurer le montant des fonds nécessaires à l’activité de l’entreprise, soit pour l’investissement, soit pour le fonds de roulement. A et P sont ainsi des formes fonctionnelles qui mettent en jeu des rapports sociaux fondamentaux.
Il est donc alors légitime de considérer que ces deux parties constituantes, par les fonctions internes et essentielles qu’elles remplissent, doivent participer au pouvoir d’organisation de l’entreprise. Pour ceux qui sont les destinataires des biens et des services, et qui permettent l’accomplissement de la forme fonctionnelle M’, leur rôle est également considérable, tout en étant cependant une partie externe à l’entreprise. Cette partie doit également πpouvoir s’exprimer, non pas comme partie constituante, mais comme « partie prenante » de l’entreprise.
La solution institutionnelle est alors évidente. Il faut tout d’abord donner un statut à l’entreprise comme acteur juridique à part entière, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Le droit ne connaît en effet que la société de capitaux et le contrat de travail, ce qui évite de considérer les salariés comme une partie constituante de l’entreprise et par conséquent les écarte de participer au pouvoir d’organisation de l’entreprise ainsi qu’au partage des résultats .
Il s’agit ensuite d’introduire une codétermination à parité entre les deux parties constituantes de l’entreprise : les salariés d’un côté et les apporteurs de fonds monétaires de l’autre. Cette codétermination doit s’appliquer non seulement dans les organes de délibération des conseils de surveillance ou de conseils d’administration, mais aussi – et c’est là le point fondamental pour rompre le lien de subordination – dans les organes de direction (directoires ou comités exécutifs). Enfin, les destinataires des biens et des services doivent aussi être représentés. C’est évidemment nécessaire. Une place dans les organes délibérants (et non dans les organes exécutifs) pourrait leur permettre de participer à la définition des orientations de l’activité de l’entreprise. Ils seraient par exemple nommés paritairement par les deux organes constituants.
L’introduction de ces nouvelles pratiques démocratiques concerneraient aussi bien les banques que les entreprises, mais également les entreprises publiques, Ainsi pourrait-on espérer l’écueil de l’étatisation des entreprises publiques, et surtout provoquer la rupture du lien de subordination salariale, quelque soit les formes d’activité d’entreprise.

Appel permanent en Sociologie visuelle et filmique

La rubrique Champs et contrechamps de la Nouvelle Revue du Travail (responsables Joyce Sebag et François Cardi) accueille les articles de sociologie visuelle et filmique, au sein de trois ensembles : approche réflexive des photographies et des films réalisés dans le champ du travail à partir de l’approche sociologique ; échos des travaux et évènements s’interrogeant sur ce qu’est filmer et photographier le travail ; actualité des films : analyse filmique des fictions et des documentaires (anciens et contemporains).

L’originalité de la NRT est de faire place aux travaux de sociologie du travail (au sens large) qui utilisent l’image et le son pour leurs enquêtes et la présentation de leurs résultats, à l’instar d’autres sciences humaines (ethnographie, ethnologie, puis histoire, géographie) qui ont enrichi leurs approches en s’appropriant l’écriture cinématographique. L’image et le son ne sont plus (seulement) des documents d’illustration, ni un moyen d’expression alternatif à l’écrit. L’écriture cinématographique offre un moyen d’investigation spécifique. La richesse de son approche du réel visible/audible donne accès à des informations nouvelles sur la réalité des choses. Elle révèle à l’enquêteur une multiplicité de données concrètes et authentiques donc précieuses et souvent négligées ou inaperçues jusque-là. En contraignant le chercheur à s’interroger à chaque instant sur la représentation spontanée qu’il se fait du sujet, elle le libère des impensés idéologiques, clichés, conventions, obstacles à un regard neuf.

La NRT est un lieu de débat entre sociologues et créateurs sur ce que filmer ou photographier le travail veut dire : parce que l’image et le son saisissent et rapportent autre chose que les mots, ces modes d’expression apparaissent comme une autre voie pour penser le réel qu’il faut interroger. Cette rubrique assure la critique des réalisations vidéo ou photo (fictions ou documentaires, expositions photos…) et indique le moyen de se les procurer tout en diffusant des extraits de vidéo et des images fixes ; elle a aussi pour ambition de participer activement au débat théorique qui s’engage dans le champ de la sociologie visuelle et filmique. La NRT se fait aussi l’écho des festivals et des colloques sur la sociologie visuelle et filmique.

Nous vous proposons de participer au développement de ce champ en envoyant des propositions d’articles à la NRT (nrtravail@gmail.com) pour l’une des sous-rubriques présentées ici :

Approche réflexive des films et des photographies réalisés dans le champ du travail à partir de l’approche sociologique

Il s’agit de réfléchir à ce que faire des documentaires sociologiques sur le travail signifie, proposer une réflexion théorique mais en même temps ouvrir l’esprit du lecteur à la matière-même et non à sa seule théorisation. La sociologie filmique se prouve en se montrant. Donc il s’agit de partir d’exemples précis proposés à l’analyse et dont on fera apparaître les vertus Cependant, les possibilités de réalisation de films sur le travail étant restreintes car soumises à de très nombreuses contraintes, nous proposons d’élargir cette analyse réflexive aux réalisations portant sur les modes de vie. Cette rubrique aura donc aussi comme objectif de nous présenter un retour d’expérience en lien avec la proposition plus théorique que constitue l’analyse réflexive. Il s’agit de s’interroger sur les exigences du cadrage de l’image et du son, de la prise de vue (angles, objectifs, distance du sujet, etc.), de la stratégie du filmage et d’une façon générale sur les solutions que propose l’écriture cinématographique au sociologue dans son travail de terrain comme dans l’exposé des résultats.

Les échos des travaux et évènements s’interrogeant sur ce qu’est  filmer et photographier le travail

Rubrique qui s’inscrit plus spécifiquement dans le champ du travail, d’où la nécessité de rappeler le nombre impressionnant de travaux, de colloques, d’analyses sur le thème « Photographier et/ou filmer le travail ». Les contributeurs qui seraient intéressés à valoriser ces travaux sont invités à le faire dans un esprit de synthèse et de questionnement sur les objectifs et le sens de ceux-ci.

Actualité des films : analyse filmique des fictions et des documentaires (anciens et contemporains)

Cette rubrique sera l’occasion de s’interroger sur l’écriture cinématographique, mais aussi de suivre l’actualité (films grand public ou réalisations dans une perspective de sociologie visuelle et filmique) pour en faire des analyses, y compris avec des images en ligne.

Calendrier

Cette rubrique étant permanente, il n’y a pas de dates butoir. Les articles, après évaluation anonyme, sont intégrés au fur et à mesure dans les numéros.

APPEL À ARTICLES : Professionnel.le.s non enseignant.e.s et division du travail éducatif

Géraldine Bois & Lionel Jacquot

Il existe, à l’heure actuelle, peu de recherches sur le travail des professionnels du secteur éducatif qui, tout en exerçant au sein de – ou en lien plus ou moins étroit avec – l’Ecole, ne sont pas enseignants. Les recherches en sociologie et en sciences de l’éducation se sont en effet largement focalisées sur les élèves (et leurs familles) et sur les enseignants. Et lorsqu’elles abordent d’autres catégories de personnels, l’analyse de leur travail et de leurs rapports au travail en est rarement l’objet central.
C’est ce manque qu’entend combler cet appel à contributions axé sur le travail non-enseignant, en sollicitant des articles centrés sur des groupes professionnels variés, exerçant dans les murs de l’Ecole ou gravitant autour d’elle. Au sein des établissements scolaires (du primaire à l’enseignement supérieur), on peut citer d’une part celles et ceux qui interviennent auprès des élèves de différentes manières en dehors des temps de classe (conseiller.e.s principaux.ales d’éducation et assistant.e.s d’éducation des collèges et des lycées, médiateur.trice.s éducatifs.ives, personnels de cantine, infirmier.e.s, assistant.e.s sociales et psychologues scolaires, conseiller.e.s d’orientation…) et, d’autre part, celles et ceux qui sont présent.e.s en classe pour épauler les enseignant.e.s (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles, accompagnant.e.s d’élèves en situation de handicap…). A l’extérieur des établissements scolaires, on pense tout autant à des métiers classiques du secteur éducatif (animateur.trice.s périscolaires, éducateur.trice.s…) qu’à des métiers du soin de plus en plus liés à l’Ecole du fait de la médicalisation croissante de l’échec scolaire (orthophonistes, ergothérapeutes…), sans oublier les travailleurs des structures privées spécialisées dans le soutien, le coaching ou le conseil en orientation scolaires.
La relative invisibilisation de ces acteurs dans la recherche peut en partie s’interpréter comme un effet de la moindre légitimité des tâches éducatives qui entourent la scolarité (gestion des inscriptions, de la discipline, des absences et retards, des repas et des nuits, des temps de pauses et de loisirs, de la propreté, de la santé et des « handicaps », de l’orientation…) par rapport aux tâches strictement pédagogiques (transmission de savoirs proprement scolaires). Ainsi, l’ambition de ce dossier n’est pas de dresser un portrait exhaustif des groupes professionnels énumérés ci-dessus mais de contribuer à ce portrait en étudiant leur place dans la division du travail éducatif.
Les articles proposés dans le cadre de ce numéro pourront s’inscrire dans une ou plusieurs des perspectives suivantes :
1/ Situer les fonctions éducatives non-enseignantes
Une première perspective possible consiste à situer le travail non-enseignant au sein de l’espace du travail éducatif. Les contributions pourront ici s’attacher à l’étude des contours de cet espace, à l’histoire des luttes de définition de ces contours, et à ses hiérarchies internes. Dans quelle mesure telle ou telle fonction est-elle reconnue comme ayant une portée éducative ? Quand et comment cette reconnaissance s’est-elle construite, notamment par rapport à d’autres fonctions éducatives déjà établies ? En particulier, quels sont les rapports – de domination, de collaboration, de concurrence, d’indifférence… – qu’entretiennent les différents secteurs couverts par cet appel (éducation spécialisée, animation socio-culturelle, secteur médical, secteur du soutien scolaire et de l’orientation…) avec l’Education nationale ? Dans quelle mesure tel ou tel métier hiérarchise-t-il, en son sein, différentes tâches en fonction de leur portée éducative ?
Les analyses pourront par exemple exploiter la littérature professionnelle (associative, syndicale) qui explicitent ces différents enjeux. Elles pourront aussi se situer au niveau du travail prescrit, en mobilisant les textes officiels qui encadrent les métiers, ainsi que les programmes de formation et de concours, les fiches de poste ou les entretiens d’embauche qui explicitent les compétences et « qualités » requises. Elles pourront enfin porter sur les trajectoires scolaires et professionnelles des non-enseignants et sur leurs évolutions, qui sont susceptibles de renseigner à la fois sur les rapports que telle ou telle profession entretient avec l’Ecole et sur les compétences valorisées par chacune d’elles.
2/ Analyser le quotidien du travail non-enseignant
Une deuxième perspective se rapporte à l’analyse du travail réel et des rapports au travail des professionnels non-enseignants. Pour les postes subalternes en particulier, la prise au sérieux, par la description, des tâches effectuées au quotidien, constitue un enjeu important tant le travail est susceptible d’être invisibilisé du fait de sa faible spécialisation et/ou qualification.
Parmi les tâches accomplies par ces professionnels, quelle est la part des tâches éducatives (vs administratives par exemple) ? Dans quelle mesure la part respective des différentes tâches de leur travail réel diffère-t-elle de ce qui est prescrit par leur poste ? Quelles sont leurs relations de travail avec l’Ecole et les enseignants ? La hiérarchie des tâches éducatives et la référence que constitue le travail pédagogique des enseignants invitent également à s’interroger sur la manière dont ces professionnels considèrent – et sont considérés dans – leur travail, notamment par rapport au travail de l’Ecole en général et des enseignants en particulier. Acceptent-ils ou contestent-ils le caractère dominé de leurs fonctions au sein de l’espace du travail éducatif ? Dans quelle mesure revendiquent-ils un savoir-faire et un rôle éducatifs et quelle valeur leur donnent-ils ? Quelles compétences spécifiques mobilisent-ils dans leur pratique professionnelle ? Sont-elles reconnues dans le lieu où ils exercent ? Comment le double rattachement fonctionnel et hiérarchique (fonction publique d’Etat et fonction publique territoriale) des agents territoriaux des écoles, des collèges et des lycées par exemple intervient-il dans cette reconnaissance, et plus globalement, dans les rapports au travail et la division du travail éducatif ?
Les professions couvertes par ce dossier étant très diverses du point de vue des contrats de travail (des plus stables aux plus précaires) et des niveaux de qualification et de rémunération, ces questions ne se poseront sans doute pas de la même manière selon les cas. Dans les postes les moins qualifiés en effet, le statut subalterne est susceptible d’impacter les rapports au travail et la possibilité de revendiquer une place à part entière et un savoir-faire éducatif spécifique. Les articles proposés pourront ainsi axer leurs analyses sur le lien entre rapports au travail et conditions d’emploi propres à la catégorie de personnels étudiée.
3/ Etudier les modes d’appropriation différenciés du travail non-enseignant
S’il est attendu des contributions à ce dossier qu’elles explicitent les conditions d’emploi et la réalité du travail et des rapports au travail spécifiques aux professions étudiées, il est évident que chacune d’elles ne constitue pas un tout homogène. De ce fait, les articles proposés pourront travailler les questionnements précédents en s’attachant plus particulièrement à l’analyse des variations entre les membres d’une même profession.
Autrement dit, en quoi l’investissement dans les tâches éducatives, la distinction entre ce qui est éducatif et ce qui ne l’est pas, et les manières de considérer sa place dans la division du travail éducatif, dépendent-ils des propriétés sociales de la personne (âge ; sexe ; origines sociales ; niveau de diplôme ; trajectoire sociale et expériences professionnelles passées dans et hors du milieu éducatif…) ? En quoi tiennent-ils des variations des conditions d’emploi au sein d’un même poste (agents titulaires, contractuels ou en contrats aidés ; à temps plein ou à temps partiel…) ? En quoi relèvent-ils des propriétés du contexte de travail (dans ou hors du milieu scolaire ; dans un établissement scolaire grand ou petit ; du primaire, du secondaire ou du supérieur ; accueillant un public favorisé ou défavorisé…) ? Les contributions pourront ici soit s’intéresser de manière approfondie à l’un ou l’autre de ces principes de variation, soit s’attacher aux effets de leur combinaison.

Modalités de réponse et calendrier
Les articles ne doivent pas dépasser les 45 000 signes (espaces et bibliographie compris) et sont à adresser avant le 30 juin 2021 à nrtravail@gmail.com en suivant les modalités et les normes de présentation précisées à la rubrique « Soumission et évaluation », sur le site de la NRT.

APPEL À ARTICLES (english version below) : Transformations du capitalisme et recompositions du système des relations professionnelles depuis un quart de siècle

Corpus animé par Jean-Michel Denis, Catherine Vincent, Hervé Champin et Marnix Dressen.

La transformation du monde du travail prend la forme d’une mutation globale. Elle touche le travail comme activité mais également ses acteurs, ses institutions ainsi que les espaces dans lesquels ils se déploient. Depuis le début des années 2000, les relations professionnelles ont davantage changé en France qu’en un demi-siècle, suivant de près des transformations similaires observées ailleurs dans le monde. Ce changement s’inscrit dans celui, plus général, du capitalisme au 21e siècle marqué par plusieurs tendances lourdes, en termes de globalisation, de financiarisation, de numérisation, de montée de l’économie des services et d’évolution des normes – nationales comme internationales – qui encadrent le travail. Ces dynamiques du capitalisme contemporain, qui surtout dans les pays du Nord, remettent en cause le statut salarial et les institutions du travail, et qui, dans les pays du Sud », entretiennent l’absence de droits sociaux ou en entravent la progression, transforment les relations professionnelles, non seulement comme univers de pratiques, mais aussi comme champ disciplinaire. Elles induisent une refonte des schémas d’analyse des relations de travail, historiquement construits dans le cadre de la prééminence de l’entreprise industrielle intégrée, du lien de subordination et de la coopération dans la confrontation d’acteurs représentatifs et institutionnels. D’autant que cet ensemble de mutations s’est accompagné, en particulier en France au cours de ces dernières décennies, de très nombreuses réformes législatives dont l’orientation commune est de faire du « dialogue social » la « forme légitime des relations sociales », et de l’entreprise l’espace pertinent des relations professionnelles (Bouffartigue & al., 2016). Cette visée – quelque peu paradoxale puisque le renforcement du « dialogue social » désiré par l’État s’accompagne de sa méfiance renouvelée à l’égard des « forces intermédiaires » (Bisignano & al., 2018 ; Freyssinet, 2018), et qu’il décentralise la négociation collective à l’échelon de l’entreprise à un moment où son unité juridique et politique a tendance à se déliter – a également contribué à une complexification du système de relations professionnelles, ainsi qu’à une reconfiguration des pouvoirs institués et à une fragilisation des capacités de résistance de la part des salariés et de leurs organisations représentatives.

L’ambition de cet appel à articles est de revenir sur cette dernière période de transformation des relations professionnelles en s’intéressant à ses différents volets. Les relations professionnelles comme champ d’étude par exemple. Ici, l’objectif n’est pas uniquement d’évoquer les mutations sémantiques, terminologiques voire méthodologiques à l’œuvre dans les recherches qui analysent la transformation des rapports de travail et leurs effets sur les acteurs et les institutions des relations professionnelles. Il s’agit plutôt de questionner la catégorie elle-même en tant qu’elle désigne par métonymie une manière bien particulière d’appréhender les relations dans l’univers productif mais aussi une longue tradition d’enquêtes, une discipline à part entière et des institutions d’enseignement, en particulier dans les pays anglo-saxons. Partout, celle-ci semble s’affaiblir, ce qui interroge nécessairement sur sa capacité heuristique à analyser cet univers en plein bouleversement.
L’espace des relations professionnelles peut constituer une autre voie d’entrée, et à l’intérieur de celui-ci, ses acteurs et ses institutions. Il s’agit autant de dresser un état des lieux des transformations qui modifient l’espace des relations professionnelles (du micro au macro, c’est à dire de la TPE au supranational) que de s’interroger sur ce qui constitue aujourd’hui les niveaux pertinents pour l’action, la représentation et la négociation, ainsi que le principe d’articulation entre les différents niveaux de relation entre les acteurs. La capacité et la légitimité de ces derniers à intervenir dans ces différents espaces, leur autonomie pour le faire, l’émergence d’acteurs alternatifs et/ou concurrents forment autant d’éléments à questionner.
Enfin, les relations professionnelles constituent également un ensemble de pratiques en mutation permanente. Comment celles-ci s’adaptent-elles à un monde du travail de plus en plus global mais en même temps toujours plus fragmenté ? Là aussi, les pratiques « traditionnelles » se voient bousculer, de la négociation collective à la grève. Mais par quoi sont-elles remplacées et pour quels résultats ?

L’appel à articles ci-dessus est produit en coopération avec le RT18 « Relations professionnelles » de l’Association Française de Sociologie. Il est ouvert à l’ensemble des chercheur.e.s en sciences sociales travaillant sur ces thèmes, en France comme à l’étranger.

Les articles ne dépasseront pas 45 000 signes (espaces, notes de bas de page et bibliographie compris) et sont à adresser avant le 3 mai 2021 à nrtravail@gmail.com en suivant les modalités et les normes de présentation précisées à la rubrique « Soumission et évaluation » du site de la NRT (y compris la bibliographie) : nrt.revues.org. Publication prévue en 2022.

Références bibliographiques
– Bisignano Mara, Jean-Michel Denis, Camille Dupuis, Arnaud Mias (2018), « La démocratie au travail. Un faux consensus ?, Socio-économie du travail, n° 4, p. 15-25.
– Bouffartigue Paul, Jean-Michel Denis, Cécile Guillaume, Arnaud Mias (2016) « Vers un “dialogue social” administré ? », La Nouvelle Revue du Travail [En ligne], 8 | 2016, URL : https://journals.openedition.org/nrt/2560.
– Freyssinet Jacques (2018), « Un étrange dialogue social », IRES/Eclairages, n°9.

English version
Transformations of capitalism and restructuring of the employment relations system over the last 20 years.
This Corpus is directed by Jean-Michel Denis, Catherine Vincent, Hervé Champin and Marnix Dressen

The transformation of the world of work is taking the form of a global change. It affects work as an activity, but also its actors, its institutions and the spaces in which they operate. Since the early 2000s, employment relations have changed more in France than in half a century, closely following similar transformations observed elsewhere in the world. This change is part of the more general transformation of capitalism in the 21st century, marked by several major trends in terms of globalization, financialization, digitalization and the rise of the service economy. In Western countries, these dynamics of contemporary capitalism call into question the status and power of traditional employment relations institutions. In the South, it contributes to maintaining the absence of social rights or hinder their progression. In both cases, they transform employment relations, not only as a universe of practices, but also as a disciplinary field. They induce a recasting of the patterns of analysis and concepts, historically constructed within the framework of the pre-eminence of the integrated industrial firm. All the more so since this set of changes has been accompanied, particularly in France, by many legislative reforms whose common orientation is to make « social dialogue » the « legitimate form of social relations » and the firm the relevant space for employment relations (Bouffartigue & al., 2016). This aim is somewhat paradoxical since the reinforcement of « social dialogue » desired by the state is accompanied by its renewed mistrust of « intermediary bodies » (Bisignano & al, 2018; Freyssinet, 2018) and the decentralization of collective bargaining to the firm level is enhanced at a time when its legal foundation and boundaries are weakened and blurred. In France, as in other European countries, these contradictory trends have contributed to a complexification of the employment relations system, as well as the weakening of the capacity for resistance on the part of employees and their unions.
The ambition of this call for papers is to look back on this last period of transformation of employment relations by focusing on its various dimensions. The objective is not only to analyze the semantic, terminological and even methodological mutations at work in recent research, but to question the “employment relations” category itself as it designates a very particular way of apprehending power relations and regulation in the workplace, but also encompasses a long research tradition and discipline, particularly in Anglo-Saxon countries. Everywhere, this disciplinary field seems to have weakened, which necessarily raises questions about its heuristic capacity to analyze the world of work and its transformations.
The investigation of the employment relations system and within it, its actors, processes and outcomes, may constitute another way of questioning the relevance of this theoretical framework. It could mean investigating the transformations that are modifying the space of employment relations (from the micro to the macro, i.e. from the SME to the MNC) as it is of questioning what could constitute the relevant processes and repertoires of action – representation, negotiation, industrial action – as well as the articulation between the different levels of employment relations (local, sectorial, national). The capacity and legitimacy of trade unions to intervene in these different spaces, their autonomy to do so, and the emergence of alternative and/or competing actors are all elements to be questioned and analyzed. Finally, employment relations also constitute a set of practices that are constantly changing. How do they adapt to a world of work that is increasingly global but at the same time increasingly fragmented? Here too, « traditional » practices (and actors) are being shaken up, from collective bargaining to industrial actions. But by what are they being replaced and for what outcomes?
The above call for papers has been produced in cooperation with the RT18 (Industrial Relations) of the French Sociological Association. It is open to all social science and employment relations researchers working on these topics, both in France and abroad.

Papers should not exceed 45,000 characters (including spaces, footnotes and bibliography) and should be submitted before May 3, 2021, to nrtravail@gmail.com, following the submission procedures and presentation standards specified in the « Submission and Evaluation » section of the NRT website: nrt.revues.org.

References
Bisignano Mara, Jean-Michel Denis, Camille Dupuis & Arnaud Mias (2018), « La démocratie au travail. Un faux consensus ?, Socio-économie du travail, n° 4, p. 15-25.
Bouffartigue Paul, Jean-Michel Denis, Cécile Guillaume & Arnaud Mias (2016) « Vers un « dialogue social » administré ? », La nouvelle revue du travail [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 31 mai 2016, URL : http://journals.openedition.org/nrt/2560.
Freyssinet Jacques (2018), « Un étrange dialogue social », IRES/Eclairages, n°9.