Archives de l’auteur : Olivier Cléach

AAA Jeunes et emploi

AAA pour le n°23 à paraître à l’automne 2023

Repenser la question de l’insertion professionnelle des jeunes

Les parcours vers une hypothétique stabilisation dans l’emploi

 Coordonné par Dominique Glaymann et François Sarfati

 Ce dossier se propose d’analyser l’état actuel des relations entre les jeunesses et l’emploi en faisant le point sur ce que les recherches montrent des positions dans l’emploi et des situations de travail des jeunes (moins de 25 ans ou moins de 30 ans) et de leurs parcours vers des situations plus moins stabilisées. Il s’agira aussi d’explorer les dispositifs des politiques publiques et des autres initiatives portant sur l’emploi des jeunes, ainsi que leurs effets plus généraux, sur l’ensemble des travailleurs.

Nous entendons notamment déconstruire différentes idées fausses autour de « la » jeunesse (« génération sacrifiée ») en rappelant d’abord que la jeunesse n’est pas plus un groupe social homogène en termes d’emploi que d’éducation, de scolarisation ou de dotation en capitaux et ressources divers, en montrant ensuite comment les approches traitant de l’insertion professionnelle passent souvent à côté des enjeux majeurs faute de définition, de mesures et de contextualisation pertinentes (Dubar, 2001). En abordant l’insertion comme «  un processus par lequel des individus n’ayant jamais appartenu à la population active, accèdent à une position stabilisée dans le système d’emploi » (Vernières, 1997, p. 12), nous posons l’hypothèse que le principal problème concerne les conditions d’emploi et de travail des débutants, ainsi que la complexité de leurs trajectoires de stabilisation, y compris parfois quand ils sont enfermés dans la précarité et une instabilité durable.

S’il existe des points communs à l’ensemble des sortants de formation initiale qui expérimentent les nouveaux modes de recrutement et de gestion patronale du salariat (Fondeur, Minni, 2004), il ne faut pas pour autant négliger le poids des différences très marquées selon les niveaux de sortie et de diplômes (Lefresne, 2003 ; Rose, 2006), écarts qui renvoient comme on le sait par ailleurs à des inégalités sociales déterminantes pour les parcours scolaires et de recherche d’emploi, mais aussi aux différences de genre et d’origine ethnique ou religieuse, sources de difficultés accrues, voire de discriminations.

Analyser les parcours de stabilisation (réussie ou non) des débutants, qui ont des âges et des niveaux de sortie de la formation initiale très variés, plutôt que l’insertion des jeunes sera aussi l’occasion de rappeler la réalité et les effets des apories de l’adéquationnisme (Tanguy, 1986 ; Giret, 2015 ) que montrent années après années les données tirées des enquêtes longitudinales (notamment les enquêtes Génération du Céreq et les enquêtes emploi de l’Insee) en ne se limitant pas à la vision court-termiste de nombreuses « enquêtes d’insertion » d’écoles ou de composantes d’universités. On constate des écarts dans les positions d’emploi (type et durée des contrats, niveaux de rémunération, accès aux droits sociaux) et dans les situations de travail (contenu des tâches à réaliser, conditions de travail, qualification reconnue) qui varient à la fois selon les ressources en capitaux sociaux, culturels et scolaires et selon les aléas des parcours dans l’emploi. Il nous paraît donc important de mobiliser les connaissances disponibles en matière de relations entre formation, travail et emploi qu’ignorent largement les décideurs politiques, mais aussi de nombreux responsables de diplômes et de cursus de formation confrontés à la mission « d’orientation et d’insertion » fixée à la voie professionnelle de l’enseignement secondaire et étendue à l’ensemble des filières d’enseignement secondaire et supérieur (la loi LRU de 2007 ayant explicitement ajouté à ce dernier les missions d’orientation et d’insertion).

L’analyse de la situation des jeunes au regard de l’emploi conduit ainsi à interroger les politiques publiques menées en la matière depuis 45 ans (le premier Pacte pour l’emploi des jeunes du Gouvernement Barre date de 1977) et les politiques patronales à l’égard des nouveaux arrivants dans le système d’emploi, ainsi que leurs effets parmi lesquels on distingue notamment les résultats en termes d’orientation et d’insertion (Verdier, 1996) et les effets pervers de stigmatisation et d’enfermement dans des contrats et niveaux de rémunération dérogeant au droit du travail. De ce point de vue, nous souhaitons interroger la notion de « débutant inexpérimenté » en montrant sa nature d’étiquetage (voire de stigmate) qui désigne les sortants de formation initiale à la recherche de premiers emplois en dépit de leurs expériences de stages et de jobs étudiants, mais aussi des jeunes travailleurs parfois présents dans l’emploi ou à ses marges depuis plusieurs années.

Les politiques publiques relatives à l’emploi des jeunes (Charlot, Glasman, 1999) s’appuient ainsi sur des postulats aussi discutables que peu discutés (l’inexpérience, la faible productivité et l’inadaptation de « la formation des jeunes » postulées, ainsi que leur supposée instabilité chronique). Les mesures qui les concrétisent concernent à la fois :

  • « la professionnalisation » de la formation initiale (dans le secondaire et le supérieur) au moyen de différents outils (apprentissage, stages, cours confiés à des intervenants extérieurs, construction des maquettes de diplômes en blocs de compétences, etc.) ;
  • l’aménagement de leur mise au travail et de leur entrée dans l’emploi au moyen de contrats spécifiques, voire même d’absence de contrat de travail[1] accompagnés de multiples dérogations au droit du travail, d’exonérations de cotisations sociales (pour les moins de 25 ans, et désormais des moins de 30 ans, etc.), avec différentes modalités de socialisation dans et par la précarité ;
  • l’organisation des transitions entre la formation, le travail et l’emploi par différentes modalités d’accompagnement à l’orientation, de construction de projets professionnels, et de situations intermédiaires (en cours de formation et en début de vie professionnelle).

Ces politiques publiques, nationales et locales, sont complétées par diverses initiatives émanant d’entrepreneurs privés ou d’acteurs associatifs qui mobilisent souvent des subventions publiques et qui participent ouvertement à la construction des orientations politiques et des mesures qui les concrétisent. Dans ce « gouvernement par l’emploi » (Dupuy et Sarfati, à paraître en 2022), les acteurs privés poussent la puissance publique à agir dans leur intérêt, au nom de la centralité accordée dorénavant à l’emploi. D’un côté, la formation est subordonnée à l’emploi. Il s’agit moins de préparer des travailleurs à tenir un poste ou une série de postes, que de leur permettre de justifier de leurs compétences lors d’un entretien d’embauche. D’un autre côté, le droit du travail vient autoriser toutes sortes de dérogations à la norme du contrat à durée indéterminée à temps plein au sein d’une même entreprise, postulant sans le démontrer que l’emploi dégradé d’aujourd’hui est une marche vers l’accès à un emploi meilleur demain. Portées par les employeurs, ces politiques n’ont que peu d’effet sur l’accès à l’emploi. Elles se limitent le plus souvent à changer l’ordre dans la file d’attente, mais ont en revanche d’importants effets en matière de déclassement et de sous-qualification produisant du travail de mauvaise qualité, de la précarisation et de l’emploi low cost, avec des revenus impliquant des situations de pauvreté. On découvre alors diverses formes de stigmatisation des débutants en général, des non ou peu diplômés en premier lieu. Elles n’en transforment pas moins tant le système de formation que le système d’emploi.

Pour aborder ces questions, les propositions d’articles pourront s’inscrire dans l’un des trois axes suivants :

  • une analyse critique des logiques et des dispositifs de politique publique et des politiques patronales comme de leurs effets à partir d’enquêtes récentes ou de comparaisons longitudinales sur les périodes durant lesquelles ces mesures se sont succédées, voire juxtaposées. L’analyse pourra porter en premier lieu sur les conditions de production de ces dispositifs. Qui construit ces dispositifs ? Quels référentiels mobilisent-ils, dans quels contextes ? Quels sont les savoirs et les expertises sur lesquels reposent ces constructions ? Quelles sont les croyances et les idéologies qui irriguent ces programmes ? Sur un deuxième plan, les propositions pourront s’intéresser aux acteurs (publics/privés/hybrides, européens/nationaux/locaux) et aux structures mettant en œuvre ces politiques. En quoi ces dispositifs transforment-ils leur manière de travailler ainsi que leurs conditions de travail et d’emploi ? Enfin, les propositions d’article pourront se concentrer sur les destinataires de ces dispositifs et les effets les concernant. Que produisent ces dispositifs sur les parcours de ces jeunes ? Que produisent-ils en termes de division du travail au sein des organisations productives ? Comment les employeurs se saisissent-ils de ces nouvelles opportunités de travailleurs à bon marché offertes par ces décisions publiques ?
  • une réflexion sur la réception par les débutants des parcours et des situations qu’ils expérimentent dans cette phase de leur vie qui dure parfois des années et qui aboutissent à des situations très inégales, allant pour une partie d’entre eux jusqu’à une stabilisation dans l’instabilité. On pourra notamment à ce sujet interroger les effets du fonctionnement de l’emploi sur leurs aspirations en termes d’activité, de travail, d’emploi, sur leur rapport au salariat et plus largement sur les appartenances professionnelles et de classe.
  • des réflexions autour d’initiatives (plus ou moins expérimentales et innovantes) ou sur des propositions alternatives aux politiques mises en œuvre depuis 40 ans pour tenter d’améliorer l’entrée et la situation dans l’emploi des jeunes.

Sur chacun de ces axes, nous serons particulièrement attentifs aux propositions s’appuyant sur des enquêtes et thèses récentes ou en cours sur le sujet ainsi qu’aux propositions de comparaison internationale. Cet appel à articles concerne des chercheurs en sociologie, en économie, en science politique, en histoire et en sciences de l’éducation, des approches pluridisciplinaires ou interdisciplinaires seront bienvenues.

Références bibliographiques

Charlot B., Glasman D., 1999, Les jeunes, l’insertion, l’emploi, Presses universitaires de France, Paris

Dubar C., 2001, « La construction sociale de l’insertion professionnelle », Éducation et sociétés, 7/2001/1, p. 23-36

Dupuy C., Sarfati F., 2022, Gouverner par l’emploi. Une ethnographie de l’école 42, Presses universitaires de France, Paris https://www.puf.com/content/Gouverner_par_lemploi

Fondeur Y., Minni C., 2004, « L’emploi des jeunes au cœur des dynamiques du marché du travail », Économie et statistique, n°378-379, p. 85-104.

Giret J.-F., 2015, « Les mesures de la relation formation-emploi », Revue française de pédagogie, n°192, p. 23-36.

Lefresne F., 2003, Les jeunes et l’emploi, La Découverte, Paris

Lopez A., Moncel N., 2006, « Les enquêtes “Génération” du Céreq : éléments de bilan », Net.Doc, n° 25.

Rose J., 1998, Les jeunes face à l’emploi, Desclée de Brouwer. 

Tanguy L. (Eds), 1986, L’introuvable relation formation-emploi : un état des recherches en France, La documentation Française, Paris

Verdier É., 1996, « L’insertion des jeunes “à̀ la française” : vers un ajustement structurel ? », Travail et Emploi, n°69, p. 37-54.

Vernières M., 1997, L’insertion professionnelle, analyses et débats, Economica.

Merci d’adresser les propositions d’article (format Word ou Odt) au plus tard le 10 septembre 2022 exclusivement à : nrtravail@gmail.com

Les propositions d’articles ne doivent pas dépasser les 45 000 signes (espaces et bibliographie compris), les métadonnées (noms, résumés et mots clés en français et anglais) figurant dans un fichier à part.

Règles de mise en page indiquées sur https://journals.openedition.org/nrt/531

AAA en version PDF : >>>

__________________________________

[1] À titre d’exemple, citons les stages, l’usage extensif du bénévolat, le Service civique, les périodes de mise en situation en milieu professionnel (PMSMP)

AAA Innovation et travail

Appel à articles de La Nouvelle Revue du Travail

 Corpus : « Innovation et travail »

(Samir Bedreddine et Jérôme Cihuelo, responsables du Corpus)

N° 22, Parution au Printemps 2023

 Les sciences de gestion se sont très tôt intéressées à l’innovation dans ses formes et ses processus, essentiellement dans une perspective prescriptrice. Elles cherchent de manière convergente à modéliser l’innovation à travers la définition de principes organisationnels et de méthodes de conception considérés comme efficients. Cette orientation normative des travaux menés dans le champ de la gestion conduit à négliger les effets des dispositifs dédiés à l’innovation sur les salariés et sur leur travail. Il s’agit ici de se demander comment l’innovation – non pensée comme une variable de performance, mais saisie dans ses visées managériales – se voit différemment investie dans les organisations et participe d’une redéfinition des conditions d’activité. Elle est présentée par les directions d’entreprises et d’institutions publiques comme un impératif et une nécessité s’imposant de l’extérieur. Elle donne lieu au sein des entreprises à l’introduction de dispositifs mettant en avant ces dernières années l’absence de présence et de régulation hiérarchiques. Or, les fins poursuivies en font des dispositifs de management de l’innovation.

Depuis les années 2010, on assiste à une multiplication des lieux dédiés à l’innovation, s’équipant de différents dispositifs et utilisant des méthodes de conception empruntant au monde du design – le design thinking en constituant une figure emblématique. Bien que ces dispositifs soient orientés de manière privilégiée vers les cadres, l’ambition affichée apparaît bien plus large. En effet, les discours et la communication officielle autour de l’innovation s’adressent à l’intégralité des salariés, notamment parce que ces campagnes de sensibilisation et d’enrôlement revendiquent des dimensions inclusive et participative. L’innovation n’est ainsi plus convoquée pour ses perspectives productives, mais devient un mot d’ordre censé irriguer l’intégralité des organisations.

Ce Corpus de la NRT se propose ici d’explorer et de questionner cet appel général(isé) des organisations à l’innovation. La traduction gestionnaire de cette injonction (pressante) à l’innovation demande de s’intéresser à des formes de rationalisation privilégiant l’accélération et à ses effets produits sur le travail. La diffusion significative de dispositifs dédiés à l’innovation dans de multiples structures interroge parallèlement l’étendue des formes de réappropriation (contournement, détournement, retournement…) dont ils sont l’objet. L’incarnation de cette injonction implique également d’appréhender le rôle joué par les promoteurs de ces dispositifs à travers les processus de production et de légitimation à l’œuvre et, dans le même temps, la conflictualité induite par les différentes formes de captation et de rivalité. Ainsi, le Corpus s’attachera à interroger l’appel à l’innovation – saisi dans ses discours et dans ses dispositifs – sous un triple questionnement : a) comment et jusqu’où participe-t-il d’une recomposition du travail et d’une transformation des organisations ? (ce que l’innovation fait au travail) ; b) comment les salariés accueillent-ils, s’approprient-ils ou résistent-ils à cette injonction outillée à innover ? (ce que les salariés font à l’innovation) ; c) de quelle manière la mise en mot et en dispositif de cet appel à l’innovation révèle-t-elle   des conflits et des luttes de pouvoir ? (ce que l’innovation légitime et conflictualise).

Dans la perspective d’éclairer les enjeux soulevés par l’usage managérial de l’innovation, le Corpus s’intéressera plus particulièrement aux acteurs directement impliqués – concepteurs, animateurs et participants – dans les dispositifs dédiés à l’innovation (incubateur, lab, atelier de créativité, accélérateur de projet…) et mis en place dans les organisations (entreprises et institutions publiques, y compris les universités). De plus, l’entrée notamment par les discours et les mots de l’innovation conduit dans le cadre de cet appel à retenir une approche nominaliste. Ainsi, toute activité individuelle et collective appelée innovation dans une organisation pourra servir à exemplifier le phénomène social actuel de l’innovation.

Les articles proposés dans le cadre de ce numéro pourront s’inscrire dans une ou plusieurs des perspectives suivantes :  

  1. L’innovation à travers ses dispositifs : mobilisation des salariés et cadrage de l’activité.

Les promesses portées et les formes de rationalisation privilégiées par les dispositifs dédiés à l’innovation interrogent sur ce qu’elles font durablement au travail et aux organisations.

La diffusion au sein des organisations de ces dispositifs (incubateur, accélérateur, espace de créativité, ateliers collaboratifs…) interroge à double titre sur les effets produits sur l’activité de travail. D’une part, les méthodes introduites et les formes d’engagement valorisées demandent d’apprécier la nature et la profondeur des évolutions dans les pratiques professionnelles. Il s’agira ici d’analyser ce qu’elles font au travail, à la fois dans les espaces dédiés à l’innovation et dans les environnements quotidiens de travail. D’autre part, les dispositifs dédiés à l’innovation répondent à un régime temporel privilégiant la réversibilité des activités dans des horizons temporels rapprochés. Ils participent d’une recherche de compression et de flexibilisation des temps. Cette organisation temporelle du travail sur l’innovation questionne sur la manière dont elle oriente et façonne l’activité des salariés.

Par-delà la promesse d’une innovation permanente, l’efficience revendiquée des méthodes de créativité, intrinsèquement liées à ces dispositifs, interroge dans le même temps leur portée effective et leur traduction concrète. Quelle est la nature des productions réalisées ? Dans le meilleur des cas, à quel type d’innovation aboutissent-elles et avec quelles temporalités ? Jusqu’où ces innovations parviennent-elles à se diffuser et avec quels effets sur les activités ? De quelle manière les organisations s’en saisissent-elles et en portent-elles la trace ? 

  1. L’innovation à travers ses contributeurs : coûts de la participation et réappropriation.

L’engagement attendu dans les dispositifs et les espaces dédiés à l’innovation interroge, du point de vue des contributeurs, la teneur de l’implication demandée et le coût de la participation. En contrepoint de l’implication recherchée par les organisateurs et les promoteurs de ces dispositifs, l’analyse des dynamiques de participation conduit également à porter la réflexion sur les modes de réinvestissement. Elle demande à s’intéresser aux différentes stratégies de contournement et de détournement mises en œuvre par les salariés mobilisés. Elle amène aussi à se questionner sur les formes de réappropriation sous l’angle des profits symboliques pouvant être retirés par les participants.

Subséquemment, ce sont les dispositions des agents qui participent et s’investissent dans ces dispositifs d’innovation qui pourront être explicitées dans cet axe de l’appel. Les effets de socialisation pourront également être abordés afin de montrer comment certaines de ces dispositions permettent à des agents d’alimenter la fonction de repérage salarial que constituent les différents ateliers, formations ou groupes de projet dédiés à l’innovation. 

  1. L’innovation à travers ses promoteurs : légitimation et confrontation.

L’analyse des ressorts de la mobilisation recherchée par ces dispositifs demande également de porter une attention aux acteurs quant à leur organisation, à leur trajectoire et à leur promotion. Elle conduit ici à interroger la dimension politique de l’innovation sous le prisme de sa légitimation et de ses confrontations.

Il s’agit de s’intéresser au profil et aux trajectoires socio-professionnelles des organisateurs et des animateurs de ces dispositifs, notamment en rendant compte de la manière dont ils contribuent à favoriser l’implication recherchée. Quels types de dispositions et de modes d’engagement encouragent-ils et valorisent-ils ? Quels sont les techniques utilisées, les postures retenues et les discours produits pour susciter l’engagement recherché et parvenir à l’intériorisation de conceptions souvent associées à l’univers des start-up ? Comment parviennent-ils à légitimer les dispositifs et à se légitimer dans un rôle reconnu d’animateur ?

Au-delà de la vision d’apparence consensuelle de l’innovation, cette dernière requiert d’être saisie dans la conflictualité entourant ses dispositifs. À l’échelle d’entités d’organisations (directions R&D, de l’innovation, financière, opérationnelle…), l’analyse pourra se porter sur les rapports de force intervenant dans les conditions de production, de captation ou de contestation des dispositifs en jeu. D’une autre manière et à la hauteur de groupes d’acteurs plus ou moins constitués, elle pourra rendre compte des luttes autour de la définition de l’innovation et de territoires professionnels visant à l’accaparer. 

  1. L’innovation à travers ses scènes : circulation et articulation des lieux d’activité.

La multiplication des dispositifs dédiés demande de s’intéresser aux circulations et aux articulations entre les différents lieux de l’activité. Dès lors, comment ces dispositifs prennent-ils place dans l’activité globale de leurs participants alors que leur articulation avec le reste de l’organisation apparaît souvent comme impensée ? Dans quelle mesure l’autonomie spatio-temporelle de ces dispositifs peut-elle venir alimenter des conflits de temporalité et/ou de rationalité avec des modes d’organisation durablement installés (gestion par processus et par projet) ? Jusqu’où et à quel prix les salariés parviennent-ils à relier les différents lieux et temps de leur activité ?

La circulation (répétée) entre les espaces dédiés à l’innovation et les environnements quotidiens de travail place les salariés à la frontière d’univers organisationnels aux modes de fonctionnement spécifiques, sinon éloignés. Cette situation de double insertion interroge sur la réceptivité et l’appui trouvés dans l’environnement quotidien de travail (hiérarchie de proximité et collègues de travail). Comment les salariés parviennent-ils à se légitimer et à faire reconnaître leur investissement sur plusieurs scènes de travail ? La place occupée et les relations de travail dans le collectif de travail se trouvent-elles dans le même temps modifiées ? Assiste-t-on à l’installation de clivages et de rapports de rivalité entre salariés ?

Les articles attendus mobiliseront des recherches fondées sur des analyses empiriques et critiques de dispositifs dédiés à l’innovation au sein d’entreprises ou d’organisations publiques ou privées. Cet appel s’adresse autant aux chercheurs en sciences sociales et humaines (sciences de gestion, sociologie, anthropologie, économie, histoire, philosophie, psychologie…) qu’aux praticiens en général.

Modalités de réponse et calendrier

Les propositions d’articles ne doivent pas dépasser les 45 000 signes (espaces et bibliographie compris), les métadonnées (noms, résumés et mots clés en français et anglais) figurant dans un fichier à part.

Elles doivent être adressées, en format Word ou odt, avant le 15 octobre 2022 à nrtravail@gmail.com (exclusivement) en suivant les modalités et les normes de présentation précisées à la rubrique « Soumission et évaluation » du site de La NRT.

AAA en PDF >>>


Lancement du numéro international

Le lancement du n°19 de la NRT, soutenu par la MSH Paris-Saclay, aura lieu en format hybride le :

vendredi 21 janvier 2022 de 15h à 18h

uniquement en visioconférence

Pour participer à cet événement et obtenir l’invitation Zoom, inscrivez-vous (jusqu’au mardi 18 janvier à 14h), via le formulaire suivant :

https://forms.gle/VsZqWsdkWC2cPb3e7

« Au-delà des frontières, sept sociologies du travail…

Avec les crises économiques et sanitaires que traversent nos sociétés, devenues très interdépendantes, les mondes du travail sont mis à rude épreuve. Comment les sociologues du travail qui œuvrent dans sept grands pays différents, héritiers de traditions théoriques diverses, étudient-ils et interprètent-ils les mutations en cours ?

L’entrée du capitalisme dans l’ère du néo-libéralisme, de la financiarisation et de la globalisation économique a impulsé  les mêmes grandes dynamiques socioéconomiques. Des convergences s’observent aussi dans la composition de la main-d’œuvre et dans le rôle  des mouvements sociaux – tels l’affaiblissement du syndicalisme ou la poussée des féminismes – qui ont imposé de nouvelles thématiques, comme le rôle du genre et des minorités ethno-raciales dans les recompositions du monde du travail.

Ces sept sociologies du travail relèvent pour deux d’entre elles du vieux berceau européen des sciences sociales, l’Allemagne et le Royaume-Uni, l’Espagne étant un cas de développement nettement plus tardif. Aux États-Unis, les sociologues ont été largement influencés par l’Europe avant de traiter des profondes disparités sociales dans le travail et surtout dans l’emploi. Les trois dernières sociologies du travail sont celles de pays « émergents » : le Mexique, l’Argentine, et la Chine.

La NRT propose dans son n° 19 sept articles sur sept sociologies dans le monde : Allemagne, Argentine, Chine, Espagne, États-Unis, Mexique et Royaume-Uni.

Malgré la globalisation, les problématiques et les façons de traiter le travail, l’emploi, les qualifications ou la formation restent très marquées par l’environnement intellectuel national, sans toutefois nier les influences réciproques. Les agendas et les calendriers diffèrent d’un pays à l’autre : même si nombre d’objets de recherche sont communs, leur hiérarchisation ne coïncide pas d’un espace national à l’autre.

Les auteur·e·s des sept articles du n° 19 de La NRT répondront aux questions transversales qui concernent le devenir général de la sociologie du travail dans le monde à partir de six thématiques :

  • Les transformations de la discipline
  • Qu’est devenu le travail ?
  • Financements et objets de la discipline
  • Les interlocuteurs de la sociologie du travail
  • Les rapports entre les différentes sciences du travail
  • La place du travail dans la société

À bientôt donc !

Le Comité de Rédaction de La NRT et la MSH Paris-Saclay.

 

 

Baptiste Giraud, Karel Yon, Sophie Béroud, Sociologie politique du syndicalisme, Armand Colin, collection U, 2018.

Recension de Jean-Michel Denis, UGE/LATTS

Comme l’essentiel des ouvrages parus chez Armand Colin, Sociologie politique du syndicalisme, rédigé par Baptiste Giraud, Karel Yon et Sophie Béroud, se présente sous la forme d’un manuel. Son projet en découle logiquement : il s’agit de fournir un instrument de connaissance et d’analyse à celles et ceux qui se posent des questions sur le mouvement syndical actuel et ses spécificités. Mais qu’est-ce qui fait l’originalité de ce livre alors que les publications sur le syndicalisme ne manquent pas – malgré ou à cause de l’affaiblissement de ce dernier -, et alors qu’un recueil sur les relations professionnelles, qui englobent les syndicats comme acteurs, est paru dans la même collection dix ans plus tôt[1]. Le syndicalisme a-t-il tant changé qu’il faille lui consacrer un nouvel écrit ? Les auteurs le pensent soulignant à la fois les effets des réformes législatives successives depuis plusieurs décennies sur l’espace des relations professionnelles, ses acteurs et leurs pratiques, et le renouveau des travaux français et étrangers sur la recomposition du mouvement syndical. Leur manuel entend ainsi répondre à une double visée. La première, classique dans ses objectifs, est d’offrir une analyse sociologique du phénomène syndical qui permette d’échapper aux « images d’Epinal » qui lui sont trop souvent accolées (au sujet de son archaïsme et de sa coupure avec les salariés en particulier) et aux procès en légitimité qui lui sont souvent injustement adressés. La seconde est moins neutre puisqu’il s’agit pour eux d’éclairer les ressorts politiques à l’œuvre derrière les dernières réformes du marché du travail et de la protection sociale, ainsi que derrière la promotion du dialogue social, qui transforment le syndicalisme en faisant peser sur lui de nouvelles contraintes. Doit-on interpréter ce projet de sociologie politique du syndicalisme à cette aune, c’est à dire comme relevant d’une intention politique autant que sociologique, l’objectif étant de produire une analyse politiquement située de ses transformations récentes ? On peut le penser. De fait, en considérant les contenus de ces réformes législatives qui restructurent l’espace des relations professionnelles depuis ces dernières années comme des contraintes supplémentaires pesant sur le syndicalisme, et surtout en voyant en elles les pièces d’un processus « d’enrôlement du syndicalisme français vers un modèle d’action plus consensuel » (p.8) et de tentative de « domestication » de ce dernier, le propos ne peut être plus limpide. De la même manière, il ne faut pas être grand clerc pour deviner la faveur que les auteurs accordent à une orientation plutôt combative du mouvement syndical.
Mais réduire ainsi les analyses proposées dans cet ouvrage ferait passer à côté de son projet véritable et de sa richesse. Celui-ci est ambitieux puisqu’il ne vise rien de moins que de ré-enchanter le syndicalisme sinon comme pratique sociale du moins comme objet de recherche. Comment ? Tout d’abord en se démarquant des travaux qui réduisent ce dernier à sa crise, à son institutionnalisation et à sa bureaucratisation. Ensuite, en abordant l’objet syndical de façon dynamique, c’est à dire en cherchant à l’appréhender en faisant tenir ensemble ses différentes facettes qui, en se combinant et en faisant système, lui donne son intelligibilité : logiques de fonctionnement des organisations, modes d’engagement des acteurs et espaces de représentation dans lesquels ils s’inscrivent (p.5). Enfin, en prolongeant et en rediscutant les connaissances sur l’objet syndical : celles déjà formulées grâce aux approches disciplinaires qui se sont traditionnellement intéressées à lui, la sociologie du travail et des relations professionnelles et l’histoire principalement, et celles produites par les nouveaux paradigmes théoriques et méthodologiques, en France comme à l’étranger.
Les auteurs de ce manuel s’inscrivent doublement dans ce mouvement. D’une part, par un investissement sans relâche dans les travaux consacrés à cet objet qu’ils enrichissent par leurs enquêtes empiriques et leurs réflexions théoriques (plusieurs chapitres du livre sont directement issus de leurs recherches les plus récentes). D’autre part, en défendant une approche « décloisonnée » de ce dernier par l’apport combiné de plusieurs disciplines, dont la science politique.
Cette analyse croisée ou décloisonnée est menée tout au long des six chapitres de l’ouvrage, relativement courts, une trentaine de pages environ chacun, qui traduisent à la fois l’ambition pédagogique des auteurs, leur maîtrise des sujets abordés, et leurs choix fermes de certaines orientations problématiques. Ils y mobilisent les catégories et schémas interprétatifs classiques de la discipline dont ils sont tous les trois issus, et jusqu’alors principalement utilisés dans « l’analyse du fonctionnement des institutions politiques, des organisations partisanes et du vote… » (p. 14). C’est par exemple le cas dans le premier chapitre consacré à l’institutionnalisation du syndicalisme. Ils y montrent l’apport heuristique de la sociologie de l’institution forgée notamment par Jacques Lagroye et Michel Offerlé pour analyser le processus « non linéaire [et même assez fortement chaotique] de stabilisation, de reproduction et de transformation « des formes syndicales » tout au long du XXème siècle (p. 21), et s’y interrogent sur le fait de savoir si les syndicats constituent « des groupes d’intérêt comme les autres ? » (p. 46). C’est également vrai pour les deux chapitres suivants : celui consacré au lien entre syndicalisme et politique dans lequel ils analysent de façon critique la thèse, qui relève plutôt de la doxa, qui fait de la (trop grande) politisation du syndicalisme français la cause de son pluralisme voire de sa fragmentation, sans prendre en compte les facteurs sociaux et juridiques qui structurent tout aussi durablement ce dernier. Selon eux, c’est davantage à une dépolitisation du syndicalisme à laquelle on assisterait au cours de ces dernières décennies avec sa rétractation sur le seul terrain économique et social et la défense prioritaire de valeurs pragmatiques. L’apport de la science politique est également essentiel pour décrypter l’évolution des règles de la représentativité syndicale, présentée et analysée dans le chapitre 3, tant la démocratie sociale tend à se redéfinir à l’aune de la démocratie politique. Pour les auteurs de l’ouvrage, la modification des règles de la représentativité syndicale consécutive à la loi de 2008 constitue ainsi un véritable moment de bascule dans « la redéfinition du modèle social français » (p.85), d’autant plus qu’elle a entraîné toute une myriade d’autres changements (en matière de négociation collective, de représentativité patronale, de financement des organisations professionnelles, etc.) qui participent de cette transformation d’ampleur. Au-delà de ce point, l’intérêt de ce chapitre réside dans l’analyse fine qu’ils effectuent du dispositif de mesure de l’audience syndicale – véritable « bricolage opérationnel » qui additionne des scrutins aux logiques hétérogènes tout en ignorant des « pans entiers du monde du travail », et qui vise au final « davantage à consolider la négociation collective plutôt que de produire une image fidèle de la représentativité sociale des syndicats » (p. 90) –, et de « ce que font les élections aux syndicats » (p. 97).
Dans les chapitres 4 et 5, les auteurs s’intéressent aux rapports réciproques entre les salariés et les organisations syndicales (logiques d’adhésion et fabrique des militants). Cela leur donne le prétexte de revenir sur le processus de désyndicalisation qui fait de la France le plus mauvais élève des pays industrialisés en rappelant les causes endogènes et exogènes de ce processus – ce qui ne les conduit pas, en revanche, à s’interroger sur la pérennité du modèle syndical lui-même – et de rappeler le poids des variables structurelles sur l’adhésion syndicale. Le vieillissement des effectifs syndicaux fait de leur renouvellement un enjeu essentiel. Celui-ci, montrent ces derniers, ne s’effectue plus nécessairement sur une base idéologique – ce qui serait diversement assumé par les militants plus anciens (p.124) mais suivant des modalités extrêmement diverses selon les contextes (conflits locaux, problèmes avec la hiérarchie, demande d’assistance de la part de salariés isolés, etc.) qui fait, parfois, du « choix de l’organisation [un choix] très largement contingent » (p. 126.). D’où ce rappel qui semble évident mais qu’il convient quand même d’effectuer : « le militantisme syndical ne se reproduit pas nécessairement à l’identique » (p. 123).
Le dernier chapitre est consacré à l’examen du répertoire syndical. Ils y reprennent le concept devenu canonique de « répertoire d’action collective » forgé par Charles Tilly au début des années 1980, afin de montrer que tous les syndicalistes « peuvent mobiliser un répertoire varié de modes d’action (p. 195). Sur le plan analytique, la vertu d’un tel schème conceptuel, appliqué aux modalités de l’action syndicale, est qu’il permet de dépasser les oppositions simplistes, qu’elles concernent les acteurs (réformistes vs contestataires) ou les formes d’action (négociation vs conflit). Il n’en demeure pas moins, rappellent les auteurs, que les moyens d’action dont disposent les syndicalistes « leur sont inégalement disponibles et familiers » et que cette disponibilité « est liée à des formes diverses (dispositifs juridiques, habitudes organisationnelles, etc.) de licitation ou de censure » (p. 195). Plus globalement, ce chapitre leur donne l’occasion de retracer les transformations de ces modalités d’action, à l’échelon de l’entreprise comme au niveau interprofessionnel : celle de la grève, en net recul ces dernières années, mais qui reste un élément central de l’action syndicale dans l’entreprise comme à l’occasion des « journées nationales d’action » ; celles qui passent par l’activation des dispositifs institutionnels (négociation collective et institutions représentatives du personnel) ; l’action juridique enfin, dont l’usage a toujours fait débat chez les syndicalistes, mais qui occupe « avec l’expertise », une place non négligeable dans les stratégies d’action des équipes syndicales.
L’intérêt et l’importance de cet ouvrage est qu’il présente un regard fouillé et parfaitement informé sur l’objet syndical, ses évolutions et ce qui le spécifie au regard des autres syndicalismes nationaux. Ils résident aussi dans le fait que ce projet de bâtir une sociologie politique du syndicalisme est porté par une nouvelle génération de chercheurs qui, parce que moins marquée que la précédente par la « crise du syndicalisme » (devenue une antienne), offre un regard neuf et décalé sur l’objet syndical – en réinvestissant ce champ de recherche à partir d’un intérêt, scientifique et politique, pour l’analyse des conditions de possibilité de la reproduction ou du renouveau de l’engagement et des mobilisations syndicales » (p. 14).
Dans ce livre, on l’a dit, les partis-pris sont pleinement assumés. Ils peuvent donc être discutés. On peut par exemple se demander quel intérêt il y a à définir aussi imprécisément le syndicalisme comme « un domaine d’activités spécialisé » (p.5) – mais est-ce une définition d’ailleurs ? Hormis le fait que cette définition, copiée sur celle que J. Lagroye donne de la politique[2], permet aux auteurs de postuler la relative spécificité et l’autonomie du champ, plus que discutable au passage compte tenu du poids exercé sur lui par l’acteur politique dont les auteurs se font d’ailleurs l’écho, et de pouvoir mobiliser pour l’analyser les apports de la sociologie bourdieusienne, on n’en voit pas vraiment l’utilité. Par ailleurs, malgré l’adoption d’une réelle approche inductive – partir d’une approche par les acteurs et par les organisations ainsi que de l’activité syndicale telle qu’elle se fait concrètement dans la quotidienneté des rapports sociaux de travail – l’analyse proposée dans cet ouvrage souffre parfois du poids des modèles d’interprétation qui leur sont appliqués. En l’occurrence la question du pouvoir syndical et de sa légitimité – tropisme de politistes ? – et des luttes qu’elles génèrent au sein du champ – tropisme de bourdieusiens ? – est à ce point central dans le point de vue des auteurs qu’elle les entraine dans le piège dont ils entendent pourtant se démarquer en cherchant à « se départir d’une approche trop exclusivement stratégiste de l’action syndicale » (p .17)[3].
On le sait, les relations professionnelles en France ne forment pas une discipline à part entière comme aux Etats-Unis ou au Canada par exemple mais plutôt un domaine d’étude au croisement de plusieurs disciplines. En plus de la sociologie du travail et des relations professionnelles ainsi que de l’histoire déjà évoquées, des disciplines comme le droit ou l’économie, ou plus récemment la gestion, s’y sont également intéressées. En revanche, mis à part les travaux de Guy Groux et de René Mouriaux à partir des années 1970 et ceux de Sophie Béroud et Jean-Marie Pernot vingt ans plus tard, la science politique y a consacré peu de place. Celles et ceux, issus de la même discipline qui, à partir des années 1990, ont redécouvert l’action collective et les mouvements sociaux, ont davantage investigué ceux situés à l’extérieur du monde du travail ou à sa lisière proche (mouvement des sans, chômeurs, etc.). C’est donc là tout l’enjeu de cet ouvrage : montrer ce que peut apporter la sociologie politique à l’étude du syndicalisme. Il est scientifique mais pas seulement. Il est aussi paradigmatique et stratégique (y compris pour les auteurs). En effet, construire une nouvelle approche du syndicalisme, fut-elle décloisonnée – encore que ce travail de décloisonnement ne soit pas si récent que cela -, requiert à la fois de faire vivre l’objet syndical et de lui faire une place dans son propre champ disciplinaire, et de la distinguer de celles, déjà existantes, à l’extérieur.

[1] Bévort, A., Jobert, A., 2008, Sociologie du travail : les relations professionnelles, Armand Colin, 2008.
[2] J. Lagroye, B. François, F. Sawicki, Sociologie politique, Presses de Science Po et Dalloz, 2006, p. 15.
[3] De ce point de vue, même si la remarque n’est pas nouvelle, il est intéressant de constater que depuis les années 1990, bon nombre de politistes qui s’intéressent aux mouvements sociaux développent une approche hybride de ces derniers, qui combine emprunt aux théories de la mobilisation des ressources (approche dynamique des mobilisations collectives perçues comme des constructions sociales) et sociologie bourdieusienne (lecture de l’espace des mouvements sociaux comme un champ de lutte dans lequel les acteurs de la mobilisation sont en concurrence pour la conquête de son hégémonie). Cette hybridation, surprenante au premier abord, est en fin de compte permise par une conception à peu près identique de l’espace des mouvements sociaux considéré comme un marché. Au point de se demander parfois si la sociologie politique des mouvements sociaux ne se transforme pas plutôt en économie politique. A ce sujet, Daniel Cefaï, Pourquoi se mobilise-t-on ?, La Découverte, 2007 (et en particulier la partie II de son ouvrage consacrée à « La rupture des années 1970. Le grand chamboulement des analyses rationalistes et structurales ») et Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque, Seuil, 2016 (et en particulier le chapitre 1 : « L’impossible théorie des champs »).