Archives de l’auteur : Olivier Cléach

‘Labour and Value’ AIRAANZ 2023 Conference

The Association of Industrial Relations Academics of Australia and New Zealand (AIRAANZ) is pleased to announce a return to in-person conferences. The AIRAANZ 2023 Conference will be hosted by the College of Business, Law and GovernanceJames Cook University at Magnetic Island, North Queensland, Australia from Wednesday 8 to Friday 10 February 2023.

The conference this year will be in-person. There will also be a workshop for higher degree research students the day before, on Tuesday 7 February, at the James Cook University campus in Townsville, just across the water from Magnetic Island.

Keynote addresses will be given by:

  • Professor Patrice Jalette, Université de Montréal
  • Gail Barry, Traditional Owner of the Great Barrier Reef as a Kuku Nyngunkal Elder of the Eastern Kuku Yalanji Nation. Chairperson of the Aboriginal and Torres Strait Islander Women’s Legal Services NQ, Townsville, and former Member of the Queensland Stolen Wages Reparations Taskforce.

The theme of the conference is: ‘Labour and Value’. The conference will explore key issues for employment relations research including, but not limited to, the following:

  • Indigeneity and labour
  • Building society and a new social contract
  • Value in essential and care work
  • Labour and value in the ‘gig economy’
  • Labour, value and ecology
  • Gender and value
  • Social justice and labour
  • Labour in the creation and distribution of value
  • Worker Identity
  • Regulation, wages and value
  • The post-COVID-19 world of work
  • Immigrant labour, value and labour supply
  • Diversity and inclusion
  • New HRM challenges, for example through hybrid work
  • Labour markets and flexibility
  • Industry studies
  • New technology, value and skills
  • Asian, international and comparative analysis

We now invite submissions for the following:

  • Abstracts of papers to be presented in general conference sessions – due 15 September 2022
  • Abstracts of papers to be presented at the higher degree research student workshop – due 15 September 2022
  • Early bird registration – 6 December 2022

Conference session proposals should include the following details:

Session title

  • Names of session convenor/s, their affiliated institutions and email addresses
  • Names of arranged or proposed speakers and their paper titles/topics
  • Abstract explaining session theme (250 word maximum)

Abstracts of papers to be presented in general conference sessions should be a maximum of 250 words and include the author/s name, affiliations, contact details, research question, methodological approach, theoretical focus and main conclusions.

Abstracts of papers to be presented at the higher degree research student workshop should be 250 words max and include the author name, affiliations and contact details, research question, methodological approach, theoretical focus and main conclusions. Higher degree research students whose abstracts are accepted will be asked to submit a short paper (2,000 words max) by 9 January 2023. This short paper will help discussants to prepare constructive feedback.

Please submit your proposals and abstracts to AIRAANZ@con-sol.com

Questions regarding the conference should be sent to Greg or Caitlin of Conference Solutions at AIRAANZ@con-sol.com or Stephane Le Queux at stephane.lequeux@jcu.edu.au

Scholarships/grants for higher degree research students and early career researchers

AIRAANZ is pleased to offer funding assistance for higher degree research students and early career researchers. Applications must be received by 4 November 2022. Click here for more details.

Conference organising committee: Stephane Le Queux, David Peetz, Patrice Jalette, Siggi Gudergan, Robyn May, Robin Price, Noelle Donnelly, Chris F Wright, Michael Walker, Marjorie Jerrard, Daniel Dinale, Kaylee Boccalatte.

Tous les renseignements : https://www.airaanz.org/conference/airaanz-conference-2023

Colloque “L’université disloquée : la managérialisation à l’œuvre”

Nous vous informons de la tenue d’un prochain colloque susceptible de vous intéresser : “L’université disloquée : la managérialisation à l’œuvre”
Organisé par les RT 25 & 30 (AFS), il se tiendra les 13 et 14 octobre 2022 au CNAM.

Tous les renseignements : https://sociogest.hypotheses.org/2444

Les inscriptions en ligne (obligatoires) sont d’ores et déjà ouvertes en utilisant le lien : https://vu.fr.XHpk

N’hésitez pas à noter les dates dans vos agendas dès maintenant et à diffuser l’information dans vos réseaux respectifs😀

Bien cordialement, le comité d’organisation.

AAA Processus ségrégatifs dans le travail : où en est-on ?

Processus ségrégatifs dans le travail :  où en est-on ?

Vincent-Arnaud Chappe (CEMS-EHESS), Mireille Eberhard (Université Paris Cité – URMIS) et Sylvie Monchatre (Université Lyon2 – CMW)

La ségrégation dans le travail se perpétue en dépit d’appels récurrents à une plus grande mixité. Si la ségrégation, mesurée au degré de concentration de groupes sociaux dans des emplois, est bien documentée, notamment pour les femmes (Lemière et Silvera, 2014 ; DARES, 2013) ou les immigrés (Brinbaum et alii, 2016), tout n’a néanmoins pas été dit sur les processus de « mobilisation différentielle » des groupes minoritaires dans le travail ni sur la pluralité des processus ségrégatifs qui en résultent. La ségrégation dans le travail tend en effet à être saisie à l’aide d’images fixes, qui renvoient à plusieurs types de phénomènes.

Dans la littérature anglo-saxonne, la notion de « niche ethnique » (Wilson et Portes, 1980) désigne un marché, du travail et des produits, réservé à des « co-ethniques ». Celle d’enclave ethnique se limite pour sa part au marché du travail – comme les « maçons turcs en Bretagne » étudiés par Guillou et Waldbled (2006). Dans la littérature française, le terme de « ghetto » a été utilisé pour désigner les concentrations de main-d’œuvre féminine ou immigrée dans les emplois non qualifiés de l’industrie – comme les « ghettos d’OS » (Kergoat, 1982). Mais cette terminologie n’est pas vraiment satisfaisante.

De fait, si les correspondances entre classements sexués ou ethniques et hiérarchies professionnelles sont indéniables, elles ne sont pas entièrement étanches. L’hétérogénéité des statuts et des qualifications suggère que la répartition sexuée ou ethnique de la main-d’œuvre dans les emplois suit un « dégradé » (Jounin, 2009 : 44) davantage qu’elle ne s’inscrit dans une échelle rigide. Dès lors, de même que Marx proposait d’interroger les conditions qui transforment un « homme de race noire » en esclave (Rubin, 1975), cet appel à articles invite à étudier l’actualité des processus ségrégatifs contribuant à distribuer certains groupes sociaux dans des positions professionnelles spécifiques dans la sphère du travail salarié ou indépendant.

Pour ce faire, trois pistes gagneront à être suivies. Les propositions d’articles sont invitées à explorer les transformations des organisations du travail qui, en amont, génèrent ces processus ségrégatifs, mais également les catégorisations dont ils font l’objet de la part des acteurs et, enfin, les conséquences qui en résultent sur les conditions d’existence et de déroulement des parcours.

Processus ségrégatifs et transformations des organisations du travail

Les processus ségrégatifs sont souvent appréhendés à partir de l’analyse du fonctionnement des marchés du travail. En économie, l’hétérogénéité des marchés du travail est saisie dans le cadre d’une approche segmentationniste qui distingue deux grands segments polarisés. Au segment « primaire » des emplois stables, bien rémunérés, et offrant des filières de mobilité ascendante à une main-d’œuvre avant tout masculine et blanche, s’oppose le segment « secondaire » des emplois à bas salaires et sans perspectives, pour des groupes infériorisés, femmes, jeunes et/ou non-blancs (Michon 2003). Or une telle approche rend essentiellement compte de « stratégies de segmentation » de la part des entreprises, sans questionner les transformations productives et institutionnelles qui conduisent à diversifier les mains-d’œuvre ni les conséquences qui en résultent en termes de reconstitution ou reconfiguration de hiérarchies sexuées ou ethniques au travail.

Processus ségrégatifs, « externalisation » et sous-traitance

Les concentrations de travailleurs minoritaires ont été observées dans des secteurs comme le bâtiment (Jounin 2009), la marine marchande (Flécher 2015), l’aide à domicile (Avril 2014), le nettoyage (Benelli 2011) ou encore l’assistance aéroportuaire (Brugière 2017). Ces concentrations gagnent à être étudiées comme le fruit de mouvements de centrifugation (Durand 2004), qui se traduisent par la sous-traitance ou d’« externalisation » de certaines « fonctions support » – telles que les « services généraux » (accueil, ménage, restauration, sécurité) (Schütz 2019). Il conviendra de documenter en dynamique la contribution de ce phénomène au développement de processus ségrégatifs et, plus largement, d’interroger le rôle du passage de modes de coordination hiérarchique à des coordinations par le marché, fruit des stratégies de « recentrage » des grandes entreprises sur leur métier dit « de base ». De la même façon, les articles pourront questionner la contribution aux processus ségrégatifs de l’injonction à l’auto-entrepreneuriat (Abdelnour 2014), dont peuvent être amenés à se saisir des travailleur·ses discriminé·es sur le marché du travail (Karimi 2020).

Processus ségrégatifs et changements techniques

Dans le prolongement des travaux anglo-saxons et français qui se sont intéressés au genre dans les organisations (Acker 1990) (Angeloff et Laufer 2007), à la mixité (Fortino 2002) et à l’intersectionnalité au travail (Gallot et al. 2020), les propositions d’articles pourront rendre compte des conditions organisationnelles de production ou de neutralisation de processus ségrégatifs. La féminisation de certains espaces professionnels sous l’effet de changements technologiques continue-t-elle à se transmuer en discriminations, comme cela avait été observé dans l’imprimerie (Maruani et Nicole-Drancourt 1989 ; Cockburn 2004) ? Les articles pourront également explorer la contribution des politiques de diversité, qui se sont déployées au nom de la promesse de la fin des pratiques de gestion segmentée et d’une plus grande mixité au service de la performance économique (Bereni 2009), à la neutralisation ou au contraire au renouvellement des processus ségrégatifs dans le travail.

Les processus ségrégatifs et leurs catégorisations

Les processus ségrégatifs relèvent d’une mobilisation différentielle des groupes sociaux propice aux inégalités de traitement, qui pose la question de savoir comment celles-ci sont perçues et dénoncées. Ces processus vont souvent de pair avec une naturalisation des compétences qui contribue tant à leur invisibilisation qu’à leur dévalorisation. Ils se doublent d’une précarité des conditions d’emploi propice à l’enfermement dans des emplois sans perspective, comme cela a été montré pour les emplois les plus féminisés  (Amossé et Chardon 2006 ; Coutrot, Kieffer, et Silberman 2005 ; Béduwé et al. 2003). Il peut enfin en résulter des exigences de « disponibilité temporelle » (Bouffartigue et Bouteiller 2012), dans le cadre d’une délégation de « sale boulot » consistant à se salir les mains pour les autres (Avril et Ramos Vacca 2020) ?

Comment ces conditions de travail et d’emploi sont-elles perçues et désignées ? Sont-elles vécues comme un « hope labour » remplissant une fonction de marchepied vers un avenir désirable, comme l’a observé Christelle Avril (2014) pour les femmes « déclassées mobiles » dans l’aide à domicile ? Plus largement, constituent-elles un tremplin vers des parcours ascensionnels ou contribuent-elles à un enfermement durable dans des emplois du bas de l’échelle ? Cette question, posée par Jacques Freyssinet (Freyssinet 2005) pour l’emploi non qualifié, gagnerait à être remise sur le métier. Si les processus ségrégatifs produisent de l’enclavement dans les emplois sans qualité, quelles en sont les conséquences sur la perception des injustices ? En résulte-t-il des formes de relégation vécues comme protectrices ou au contraire propices à la « haine de soi » et au déni des injustices vécues ? Ou, à l’inverse, sont-elles vécues comme des discriminations génératrices de mobilisation collective voire d’empowerment (Bacqué et Biewener 2015) et dans quelles conditions ?

Cette question se pose d’autant plus que la dénonciation d’injustices au sein de collectifs minorisés peut se traduire par des conflits entre minorités, propices au renforcement de l’emprise managériale (Sorignet 2021). Mais il peut également en résulter des luttes « pour la dignité » (Gay 2021) voire de nouvelles alliances. On se demandera si les mobilisations de groupes minoritaires se construisent avec ou en dehors des syndicats – sous la forme de coordination comme dans le cas des infirmières (Kergoat 1992) ou par le biais de collectifs judiciaires, comme dans le cas des cheminots marocains (Chappe et Keyhani 2018), ou encore avec l’appui de syndicats convertis aux recours juridiques, comme c’est le cas pour la CNT dans le secteur du nettoyage (Doumenc 2019). Les propositions d’articles gagneront à explorer la diversité des appuis normatifs, juridiques, syndicaux, susceptibles de contribuer à la dénonciation des processus ségrégatifs et aux discriminations qui en résultent.

Processus ségrégatifs, parcours et conditions d’existence

Les articles pourront enfin interroger les effets des processus ségrégatifs sur le déroulement des parcours professionnels ainsi que sur les conditions d’existence. L’apparition de formes d’usure prématurée dans les emplois sans perspective expose les salarié·es à la question de savoir s’il faut « durer ou tirer sa révérence », comme dans les emplois de l’hôtellerie-restauration (Monchatre 2010), sachant que les bifurcations ne sont pas toujours aisées. Les processus ségrégatifs produisent-ils alors des formes de résignation, voire d’ascèse, tenant les salarié·es à distance de toute vie sociale extra-professionnelle ? Ou entraînent-ils des mobilités horizontales, au nom de l’articulation vie familiale, vie professionnelle ? Les articles pourront également explorer les « mobilités de sexe » (Daune-Richard et Marry 1990) conduisant, par exemple, des femmes à investir des emplois à dominante masculine, dans le cadre d’un franchissement de frontières sexuées vécu comme une forme de promotion. Mais ils gagneront également à interroger les éventuelles recompositions de la division sexuée du travail domestique et parental qui peuvent découler de conditions d’emploi désynchronisées, comme cela a été observé pour les couples bi-actifs travaillant en horaires décalés (Cartier et al. 2021). Enfin, les articles pourront interroger les formes d’exit que produisent les processus ségrégatifs. Dans le sillage des réflexions ouvertes par le black feminism, il importe en effet de questionner le statut de l’espace domestique pour les groupes sociaux subissant un enfermement durable dans l’emploi ségrégué. Pour bell hooks, l’expérience du travail salarié n’ouvre pas aux femmes noires d’horizon d’émancipation, car non seulement il est synonyme d’enclavement dans des emplois relevant de la domesticité, mais il constitue un vecteur de déshumanisation, tant il les prive de la possibilité de prendre soin de leurs proches. L’enjeu est donc pour elles de réinvestir la sphère domestique, qui ne saurait être réduite à un lieu d’exploitation patriarcal comme le présentent les féministes blanches (Hooks 2017). Les articles gagneront ainsi à mettre en lumière la diversité des engagements attestant d’une résistance aux processus ségrégatifs et discriminatoires.

Merci d’adresser les propositions d’article (format Word ou Odt) au plus tard le 10 janvier 2023 exclusivement à : nrtravail@gmail.com.

Les propositions d’articles ne doivent pas dépasser les 45 000 signes (espaces et bibliographie compris), les métadonnées (noms, rattachement institutionnel, résumés et mots clés en français et anglais) figurant dans un fichier à part.

Règles de mise en page indiquées sur https://journals.openedition.org/nrt/531.

Bibliographie

Abdelnour, Sarah. 2014. « L’auto-entrepreneuriat : une gestion individuelle du sous-emploi ». La nouvelle revue du travail, no 5 (novembre).
Acker, Joan. 1990. « Hiérarchies, Jobs, Bodies: A Theory of Gendered Organizations ». Gender & Society 4 (2): 139‑58.
Amossé, Thomas et Olivier Chardon. 2006. « Les travailleurs non qualifiés : une nouvelle classe sociale ? » Économie et Statistique, no 393‑394: 203‑29.
Angeloff, Tania et Jacqueline Laufer. 2007. « Genre et organisations ». Travail, genre et societes No 17 (1): 21‑25.
Avril, Christelle. 2014. Les aides à domicile: un autre monde populaire. Paris, France: La Dispute.
Avril, Christelle, et Irene Ramos Vacca. 2020. « Se salir les mains pour les autres. Métiers de femme et division morale du travail ». Travail, genre et sociétés 43 (1): 85‑102.
Bacqué, Marie-Hélène, et Carole Biewener. 2015. L’empowerment, une pratique émancipatrice ? Paris: La Découverte.
Béduwé, C, B Fourcade, P Lemistre, et M Ourtau. 2003. « Emploi non qualifié : quel(s) usage(s) pour quels parcours professionnels ? » DARES – LIRHE Toulouse, 139.
Benelli, Natalie. 2011. Nettoyeuse. Comment tenir le coup dans un sale boulot. Editions Seismo. Zurich.
Bereni, Laure. 2009. « “Faire de la diversité une richesse pour l’entreprise”. La transformation d’une contrainte juridique en catégorie managériale ». Raisons politiques 35 (3): 87‑105.
Bouffartigue, Paul, et Jacques Bouteiller. 2012. Temps de travail et temps de vie. Les nouveaux visages de la disponibilité temporelle. Paris: PUF.
Brugière, Fabien. 2017. « La sous-traitance en piste: les ouvriers de l’assistance aéroportuaire ». Toulouse, France: Érès éditions.
Cartier, Marie, Anaïs Collet, Estelle Czerny, Pierre Gilbert, Sylvie Monchatre, et Camille Noûs. 2021. « Allez, les pères ! Les conditions de l’engagement des hommes dans le travail domestique et parental ». Travail, genre et societes, no 46: 35‑55.
Chappe, Vincent-Arnaud, et Narguesse Keyhani. 2018. « La fabrique d’un collectif judiciaire. La mobilisation des cheminots marocains contre les discriminations à la SNCF ». Revue française de science politique 68 (1): 7‑29.
Cockburn, Cynthia. 2004. « Le matériel dans le pouvoir masculin ». Cahiers du Genre n° 36 (1): 89‑120.
Coutrot, Laurence, Annick Kieffer, et Roxane Silberman. 2005. « 4. Travail non qualifié et changement social ». In Le travail non qualifié, 95‑119. Recherches. Paris: La Découverte.
Daune-Richard, Anne-Marie, et Catherine Marry. 1990. « Autres histoires de transfuges ? Le cas de jeunes filles inscrites dans des formations « masculines » de BTS et de DUT industriels ». Formation Emploi 29 (1): 35‑50.
Doumenc, Saphia. 2019. « Anarcho-syndicalisme et nettoyage : l’improbable politisation de la lutte par le recours juridique ». Sociologie du travail 61 (4).
Durand, Jean-Pierre. 2004. La chaîne invisible: travailler aujourd’hui. Paris, France: Éditions du Seuil.
Flécher, Claire. 2015. « Navigations humaines au gré du flux mondialisé : le travail des marins de commerce sur les navires français de nos jours ». Thèse, Paris Nanterre.
Fortino, Sabine. 2002. La mixité au travail. Paris, France: La Dispute.
Freyssinet, Jacques. 2005. « Préface ». In Le travail non qualifié: permanences et paradoxes, 9‑11. Paris: La Découverte. http://www.cairn.info/le-travail-non-qualifie–
Gallot, Fanny, Camille Noûs, Sophie Pochic, et Djaouida Séhili. 2020. « L’intersectionnalité au travail ». Travail, genre et societes n° 44 (2): 25‑30.
Gay, Vincent. 2021. Pour la dignité. Ouvriers immigrés et conflits sociaux dans les années 1980. Presses Universitaires de Lyon.
Hooks, Bell. 2017. De la marge au centre: théorie féministe. Paris, France: Cambourakis.
Jounin, Nicolas. 2009. Chantier interdit au public: enquête parmi les travailleurs du bâtiment. Paris, France: La Découverte.
Karimi, Hanane. 2020. « Des musulmanes entrepreneuses en réseau en France. Faire face aux discriminations multiples ». Travail, genre et sociétés 44 (2): 107‑23.
Kergoat, Danièle, éd. 1992. Les infirmières et leur coordination. Boulogne, France: Lamarre.
Maruani, Margaret, et Chantal Nicole-Drancourt. 1989. Au labeur des dames: métiers masculins, emplois féminins. Paris, France: Syros-Alternatives.
Michon, François. 2003. « Segmentation, marchés professionnels, marchés transitionnels : la disparition des divisions de genre ». In Le travail du genre, p.238‑258. Paris: La Découverte.
Monchatre, Sylvie. 2010. Êtes-vous qualifié pour servir ? Paris, France: La Dispute.
Schütz, Gabrielle. 2019. « Se « recentrer » sur son « cœur de métier ». L’externalisation des services généraux des entreprises ». Revue Francaise de Socio-Economie n° 23 (2): 181‑201.
Sorignet, Pierre-Emmanuel. 2021. « Racialisation des rapports ­sociaux et mépris de classe ». In Le mépris de classe. L’exercer, le ressentir, y faire face., Le Croquant, 81‑151.


Version PDF de l’AAA >>>

 

Recensions de la semaine 25

Cette semaine, nous vous proposons de lire la recension de ces deux ouvrages :

  • Casilli Antonio, En attendant les robots : >>>
  • Jean-Marie Charon et Adénora Pigeolat, Hier, journalistes. Ils ont quitté la profession : >>>

Recensions parues dans le numéro 20 de la NRT : 


Casilli Antonio, En attendant les robots, Paris, Seuil, 2019, 400 pages.

Attention ! Si vous êtes dépendant.e de l’usage de plates-formes, de réseaux sociaux fondés sur des technologies numériques et que vous souhaitez continuer à les utiliser, alors, ne lisez pas ce livre !

En effet, l’ouvrage du sociologue Antonio Casilli, issu de son habilitation à diriger des recherches, lève le voile d’ignorance sur bon nombre de pratiques permises par la digitalisation, par la dématérialisation ainsi que par le traitement automatisé des données qui sont de plus en plus prégnants dans nos sociétés. Il nous donne à voir un monde social qui n’est virtuel et dématérialisé qu’en apparence. L’auteur nous enjoint d’aller au-delà de cette virtualité afin de voir que, derrière l’action de machines, de bots, de programmes, d’applications, il y a des acteurs humains (travailleurs ou usagers) qui sont confrontés à des réalités bien réelles, faites de rapports sociaux de domination, d’exploitation et de dépendance. Car toutes les tâches productives ne peuvent pas être programmées, confiées à des machines ou à des intelligences artificielles (IA), malgré leur toujours plus haut degré de sophistication. L’homme totalement remplacé par la machine (« le grand remplacement technologique ») est un mythe, nous dit l’auteur : pas d’automatisation sans le recours à l’humain, non seulement pour concevoir le programme, l’algorithme qui donne « vie » à la machine (application, robot, ordinateur) mais aussi pour la suppléer dans certaines tâches qu’elle est incapable de mener à bien ou pour lui enseigner des fonctionnalités qui constitueront, par la suite, des bases de données permettant l’automatisation des tâches (machine learning). La promesse de la machine capable de prendre en charge tout le sale boulot n’est (pour l’instant) pas tenue.

Ce livre permet, en partie, d’aborder quelques questions cruciales. Dans quelle mesure les usages par des plates-formes[i] de nouvelles technologies (dans les domaines du digital, du numérique, de la robotique, de l’IA, de l’automatisation…), modifient-ils le travail, les manières de travailler et les modalités de reconnaissance de ce travail ? Dans quelle mesure ces innovations technologiques servent-elles des innovations managériales ou gestionnaires ; les dispositifs techniques venant supporter les dispositifs de gestion intégrés dans les unités productives ? Dans quelle mesure, plus ou moins insidieusement, ces dispositifs technologiques participent-ils à développer de nouvelles formes d’exploitation, de domination, de subordination – et pas seulement dans la sphère professionnelle – ou à créer de nouvelles conditions sociales de production du travail et de nouvelles formes d’organisation ?

Pour répondre à certaines de ces interrogations, A. Casilli s’intéresse une nouvelle fois[ii] au champ du digital labor[iii]. Pour ce faire, il mobilise un ensemble de travaux, principalement dans les domaines de la sociologie des technologies et de celle du travail. Afin d’étudier le rôle émancipateur, pour ne pas dire libérateur ou supposé tel de la technologie, l’auteur organise son questionnement autour de trois parties.

Dans la première partie, outre la caractérisation des plates-formes numériques pleinement inscrites dans l’économie de marché, il livre quelques réflexions sur l’automation qui permet à des machines, techniquement de plus en plus perfectionnées, de remplir des tâches complexifiées et de traiter des informations dans des domaines variés (par exemple le déchiffrage de radiographies ou d’IRM par des IA dans le domaine médical). En quelque sorte, il réinterroge, à sa façon, l’équation progrès technique égal progrès social et se propose d’examiner la manière dont l’automatisation modifie le travail, son organisation, sa gouvernance.

Dans la deuxième partie, le cœur de l’ouvrage, l’auteur nous rappelle que cette sophistication, avant d’être opérante, nécessite non seulement des experts très qualifiés (en ingénierie robotique, en programmation…), mais aussi d’autres intervenants beaucoup moins qualifiés, mais dont la contribution n’en est pas moins nécessaire. Ce sont ces petites mains qui permettent à l’auteur d’aborder la question du digital labor et des différentes formes qu’il peut prendre : « à la demande », via « le microtravail » et « à l’usage des réseaux sociaux ». Quelques éléments sur chacune de ces composantes.

La première forme « à la demande » repose sur la mise en relation de demandeurs (clients) et de prestataires de service, souvent par l’intermédiaire de plates-formes dites collaboratives ou à la demande : un chauffeur et un client, un restaurateur et un livreur, un téléspectateur et un média en streaming, un non-bricoleur et un bricoleur… Outre la rémunération du service rendu sous forme de commissions, ces prestations génèrent des données numériques qui sont, à leur tour, monétisées, bien souvent à l’insu des protagonistes. Par exemple, l’auteur nous rappelle que toute une partie de l’usage que nous faisons des réseaux sociaux type Facebook, Twitter, Tik Tok, etc., même dans le cadre de la sphère privée et des loisirs, peut être assimilée à du travail gratuit[iv] : quand nous renseignons un test Captcha pour nous authentifier, nous servons les desseins de Google Livres ; quand nous « likons » pour montrer notre intérêt, nous répondons aux besoins des services marketing de ciblage de leurs publicités, etc. L’autre particularité de cette forme de travail digital réside dans le fait que bon nombre de décisions, de contrôles, de procès de coordination sont dévolus à un algorithme.

La deuxième forme concerne des « soutiers » de l’IA, que l’auteur nomme les ouvriers du clic et qu’il compare – à tort selon nous – aux tâcherons du xixe siècle. À l’inverse de bien des travaux « mainstream », dans le cadre de la classique dichotomie conception/exécution, l’auteur nous enjoint à regarder davantage du côté de ces petites mains dont la contribution est souvent occultée – plutôt que de celui des « sublimes », des exploitants, des start-uppeurs, de ceux qui, dans l’ombre, tirent les bénéfices de ces dispositifs (concepteurs, ingénieurs, commanditaires, actionnaires…) – pour comprendre ce qui se joue réellement derrière l’étalement des technologies. Ce sont ces millions de (micro)travailleurs souvent précaires, flexibles, jetables et invisibilisés, répartis partout dans le monde (et donc mis en concurrence à cette échelle) qui font en grande partie tourner cette économie numérique et ce capitalisme de plate-forme (pensons ici par exemple à Amazon Mechanical Turk, chap. 4). Ils réalisent, en coulisses, de manière fractionnée[v] et souvent pour quelques centimes d’euros[vi], le sale boulot, les micro-tâches standardisées, répétitives et peu qualifiées que les machines, « dépourvues du sens commun », ne savent pas faire : annoter des photos ou des morceaux de vidéos, faire le tri parmi des tweets, retranscrire des documents scannés, recopier les adresses électroniques dans un courriel, identifier des personnes, etc. (p. 125). Ce que l’on appelle le « calcul assisté par l’humain » (p. 119). Les commanditaires sont classiquement des entreprises, des institutions publiques voire des particuliers qui délèguent, par l’intermédiaire de plates-formes numériques, à cette « armée de travailleurs » (crowdworking), travaillant de manière dispersée ou concentrée dans des « fermes à clics », des micro-tâches à réaliser à un moindre coût. On retrouve la parcellisation du travail chère aux chantres de la division des tâches. In fine, tous ces travailleurs précaires se retrouvent, d’une façon ou d’une autre, au service de la machine.

La troisième forme renvoie à l’usage des réseaux sociaux. On retrouve là les études qui identifient les formes de mise au travail des consommateurs (Dujarier, 2008) ou des clients (Tiffon, 2013). L’exemple le plus parlant reste celui des caisses automatiques, c’est-à-dire la conjonction entre la mise au travail (gratuit) du client/consommateur et des procédés « d’autonomation » (lean production), déjà présents dans des entreprises comme Toyota par exemple. Ce sont donc les « produsagers » qui fabriquent des données qui seront utilisées par d’autres à des fins commerciales, marketing… On assiste alors à la marchandisation de sociabilités numériques.

Entre ces trois types, il existe plusieurs points communs : un écosystème spécifique (plates-formes numériques), des intentions mercantiles souvent passées sous silence, le recours à des personnes bien concrètes supplétives de la machine, une omniprésence des procédures de contrôle (via des systèmes de notation), de traçage et d’évaluation effectuées par l’intermédiaire d’un dispositif technique ou par les protagonistes eux-mêmes ainsi que la mise en concurrence des travailleurs. Ces activités produisent trois types de valeur que l’auteur dénomme « valeur de qualification » (produire de l’information à partir d’un contenu par exemple, production mesurée par des indicateurs comme le nombre de likes), « valeur de monétisation » (monétiser des données personnelles, des big datas à des fins marketing…) et « valeur d’automation » (liée au développement d’algorithmes d’apprentissage profond qui, bien « instruits », permettent de gérer un énorme flux de données).

La troisième et dernière partie de l’ouvrage, prolongée par la postface de Dominique Méda, aborde un positionnement plus politique. L’auteur déconstruit les stratégies mises en œuvre par les plates-formes dans l’élaboration d’écosystèmes qui ont pour fonction de s’éloigner au maximum des canons du travail salarié, en multipliant les formes atypiques de travail et de relations de travail, en valorisant l’entrepreneuriat[vii], en tirant le travail vers l’occupation, vers le travail gratuit, vers le divertissement (rationalisation du temps libre), en surfant sur la vague du Do It Yourself… Bref, dans cette campagne de dé(dis)qualification du travail, les exploitants cherchent à invisibiliser le travail (afin de pouvoir le rémunérer au moins-disant) en brouillant les frontières du travail et du hors travail, en favorisant le travail hors travail (chap. 6).

La conclusion est consacrée à l’exposition d’un projet d’un digital labor plus digne, plus respectueux.

Encore une fois, A. Casilli se fait sociologue du quotidien et partage avec le lecteur sa culture du numérique (dont les nombreuses références bibliographiques rendent compte), sa connaissance du milieu, du fonctionnement des dispositifs techniques et plusieurs exemples ou anecdotes très parlants. Même si nous aurions aimé qu’il appuie ses remarques sur des données empiriques issues d’enquêtes afin d’enrichir son analyse documentaire, cette dernière très fournie est très plaisante à lire. Avec profit, l’auteur procède en quelque sorte à la transposition de la lutte des classes au monde numérique, loin des représentations véhiculées par les chantres de l’esprit « silicon valley », de la « Californian Ideology[viii] », où sont à l’œuvre un ensemble d’exploitations en chaîne.

Trois dimensions auraient participé à prolonger le débat. En premier lieu, une discussion plus poussée de la notion de travail, de ses représentations, de ses transformations, notamment à l’aune des évolutions technologiques, aurait permis au lecteur de mieux percevoir les enjeux liés à la distinction entre travail (et qui doit donc faire l’objet d’une rémunération parce qu’une valeur économique est générée) et non-travail (qui relève du bénévolat, du loisir, du domaine du jeu[ix]…). Les entreprises se servent, en effet, du flou de cette frontière pour optimiser leurs gains. Imaginons par exemple que les clients usagers d’une caisse automatique déduisent de leur ticket de caisse X euros pour avoir eux-mêmes rempli le rôle dévolu à une hôtesse de caisse. La valeur ainsi générée pose non seulement la question de sa répartition, mais plus encore celle de la manière dont, en amont, s’est opérée la transformation en facteur de production d’un supposé bénéficiaire. En deuxième lieu, la réflexion autour de la question des liens entre dispositifs techniques et dispositifs de gestion aurait peut-être mérité davantage d’attention. En troisième lieu, il aurait été intéressant de développer le fait que tous les usagers de ces plates-formes ne disposent pas des mêmes ressources. Cette inégalité (nord-sud) n’est pas, semble-t-il, suffisamment exploitée par l’auteur.

Enfin, il aurait été intéressant d’approfondir les enjeux éthiques derrière ces processus, par exemple en abordant l’idée de Michael Sandel (2014) sur le fait que la marchandisation de certaines activités (pensons aux réseaux sociaux) et leur instrumentalisation à des fins commerciales ont pour effet d’en corrompre le sens.

Pour conclure, dans nos sociétés actuelles où la technologie tient une place si importante, des ouvrages comme celui d’A. Casilli ou encore de Sonia Abdelnour & D. Méda[x] ont le mérite de dévoiler les pratiques vouées à rester dans l’ombre. En cela, ils jouent leur rôle de sociologues. Alors, En attendant les robots… les humains font le boulot !

Cardon D., Casilli A., Qu’est-ce que le Digital Labor ?, INA, 2015.

Dujarier, M.-A., Le travail du consommateur, La Découverte, 2008.

Sandel M. J., Ce que l’argent ne saurait acheter. Les limites morales du marché, Seuil, 2014.

Scholz T. (eds), Digital Labor, Routledge, 2013.

Tiffon G., La mise au travail des clients, Economica, 2013.

Olivier Cléach

Université d’Evry Paris-Saclay, Centre Pierre Naville

[i] C’est-à-dire un ensemble d’entreprises commerçantes (appartenant souvent à l’un des GAFAM) qui externalisent la plupart de leurs activités et qui se concentrent principalement sur la marchandisation et sur la monétisation d’informations, de données. Citons par exemple les domaines du divertissement (Netflix, Amazon prime, Spotify…), des réseaux sociaux (Youtube, Facebook…), des transports ou du tourisme (Uber, Airbnb…), de la livraison (Deliveroo), des annonces (Google), du « jobbing » (Jemepropose.com, Frizbiz.), etc. Cf. chapitre 2.

[ii] Cf. Cardon & Casilli, 2015.

[iii]  « Ce travail tâcheronnisé et datafié qui sert à entraîner les systèmes automatiques… » (p. 14) ou encore « Le digital labor se situe donc dans une zone grise entre le marchandage et l’emploi salarié. Comme le premier, il est une activité sans lieu fixe, basée autant sur la sociabilité et la coopération que sur la sous-traitance en cascade de travailleurs. Comme le second, il s’inscrit dans un rapport de subordination, de surveillance et d’inégalité des droits entre les travailleurs et les propriétaires des services numériques. » (p. 267). Voir Scholtz, 2013.

[iv] L’un des visages du néolibéralisme selon M. Simonet (Travail gratuit : la nouvelle exploitation ?, Textuel, 2018).

[v] On retrouve les caractéristiques du travail « en miettes » (G. Friedmann) et les effets pervers de la division du travail poussée à l’excès (E. Durkheim).

[vi] Quand le « requérant » refuse le travail, c’est alors la double peine : le travail n’est pas payé (sans recours possible) et l’ouvrier du clic voit son score de e-réputation baisser (p. 127).

[vii] Qui, par ailleurs, est également une aspiration de beaucoup de personnes désireuses de liberté, mais qui ne perçoivent pas les contraintes de ce statut.

[viii] Qui, nous rappelle l’auteur, sont souvent éloignés des principes, des outils… qu’ils imposent à d’autres.

[ix] « … la plate-forme [Amazon] déploie d’inlassables efforts pour “mettre hors travail” ces activités, en les inscrivant à la place dans un imaginaire du jeu et de la sociabilité » (p. 126).

[x] S. Abdelnour, D. Méda (dir), Les nouveaux travailleurs des applis, « laviedesidees.fr », PUF, 2019.


■ Jean-Marie Charon et Adénora Pigeolat, Hier, journalistes. Ils ont quitté la profession, Éditions Entremises, 2021, 126 p.

Pourquoi les journalistes français quittent-ils leur profession ? Mais surtout : pourquoi le font-ils de plus en plus ? Et ceux qui font le choix de partir, que deviennent-ils ? Pour répondre à ces questions, les chercheurs Jean-Marie Charon et Adénora Pigeolat ont effectué une recherche qualitative avec 55 journalistes français recrutés surtout sur les réseaux socionumériques. Le résultat se déploie dans un livre très court de sept chapitres, le tout accompagné de deux annexes consacrées à la méthodologie et à la bibliographie.

Des départs plus tôt, plus vite

Dès le premier chapitre, les auteurs, sans même présenter un seul concept ou une revue de littérature – ce qui se défend dans le cadre de la publication d’une étude qui se veut accessible au plus grand nombre – plongent directement dans leur sujet, qui est celui de la sortie du métier des journalistes français. Nous savons que le nombre de journalistes détenteurs de la carte de presse a subi un recul d’environ 9 % depuis onze ans. Toutefois, la démarche des auteurs n’est pas quantitative, mais bien qualitative : ceux-ci ont échangé par courriel, parfois en entrevue semi-dirigée, avec plusieurs dizaines de journalistes, pendant quelques semaines pour comprendre leurs expériences. Cette première étape sert donc à brosser un portrait de ces personnes qui quittent la profession, ou qui sont en train de planifier leur sortie.

Le premier constat de ce chapitre concerne, et c’est pour les auteurs une surprise, l’âge des sortants. Alors qu’au début des années 2000, des chercheurs pouvaient parler du « blues de la quarantaine » (p. 18) chez les journalistes, vingt ans après, plus de la moitié des participants de l’étude ont moins de 35 ans, et une grande partie moins de 30 ans. Cela conduit les auteurs à expliquer l’accélération du changement d’orientation par le désenchantement qu’éprouvent les journalistes vis-à-vis de leur profession, un désenchantement qui se produirait dès l’entrée sur le marché du travail.

Le deuxième constat de ce chapitre porte sur le genre des sortants, qui sont en fait des sortantes. Les femmes représentent en effet les deux tiers des journalistes de l’échantillon. Cela peut s’expliquer de plusieurs façons : d’une part, les femmes quarantenaires semblent incapables d’atteindre la retraite tant leur activité les a épuisées ; d’autre part, subissant la pression au renouvellement des effectifs, certaines sont alors « poussées » (p. 19) hors de la rédaction. Pour les plus jeunes, peut également s’ajouter une pression venant de l’impossible conciliation travail-famille ou encore la nécessité d’échapper au harcèlement sexuel.

Le troisième constat concerne l’origine sociale. À rebours des études qui dépeignent les journalistes comme provenant tous du même milieu privilégié, les auteurs montrent que les sortants ont une origine sociale très diversifiée, et surtout qu’ils s’identifient à certaines « couches moyennes intellectuelles » (p. 22), notamment les enseignants ou les professionnels de la santé. Les chercheurs précisent aussi que les départs ne sont pas dus à un déficit de formation, car les deux tiers des journalistes ont un diplôme reconnu et la grande majorité un type de formation longue qui combine plusieurs diplômes.

Les raisons des départs

Pour expliquer les départs des journalistes et approfondir les causes déjà identifiées, les auteurs reviennent, dans le chapitre deux, sur les notions de désenchantement et de perte de sens. Le métier de journaliste est souvent associé à un métier-passion ou à une vocation par les participants à l’enquête : ceux-ci rêvaient de parcourir le monde, à la recherche de la vérité, indépendamment de toute influence politique ou économique, un peu comme le personnage de Tintin ou d’autres représentations populaires contenues dans des films ou des romans. Mais surtout, ceux-ci croyaient que le journalisme était un métier qui portait en lui une certaine utilité sociale : celle de débusquer les injustices, d’éduquer les gens, d’améliorer les conditions de vie du plus grand nombre, etc. Beaucoup, en somme, assimilaient le journalisme en général au journalisme d’enquête ou d’investigation, nécessitant de longues périodes d’un travail passionnant sur un même sujet, visant à reconstituer l’authenticité des faits, pour compléter le travail de la Justice et de la Police. Le premier choc est alors de devoir réaliser un travail qui ne correspond pas à ces représentations idéales. Des journalistes déplorent conséquemment le caractère répétitif d’un travail taylorisé, standardisé, sans grande plus-value : réécriture de communiqués de presse, interviews à la chaîne, production de contenus superficiels, etc.

Non seulement le métier est de plus en plus vidé de son sens, mais il est aussi de plus en plus difficile. Dans les dernières années, les horaires se sont allongés et le travail s’est intensifié, tandis que les salaires ou les tarifs à la pige, eux, n’ont pas été augmentés. Les journalistes se retrouvent alors à devoir en faire toujours plus, mais avec des rémunérations réduites. La précarité revient nécessairement sur bien des lèvres. Les participants ont obtenu un diplôme prestigieux pour finalement recevoir des rémunérations à peine décentes : 60 % des pigistes gagneraient à peine le SMIC. Ceux-ci sont aussi ballotés de « piges en CDD, et de CDD en périodes de chômage » (p. 40), une précarité qui finit par provoquer de l’épuisement.

Dans le chapitre trois, les auteurs relient ces premières causes aux mutations plus générales de l’économie des médias, depuis la fin des années 1990. Ces mutations sont d’abord technologiques, avec l’avènement du numérique et des grandes plateformes, comme Facebook et Google, qui ont complètement accaparé le marché des revenus publicitaires en ligne. Cette perte de revenus, qui n’a pour l’instant pas été compensée par de nouveaux modèles d’affaires, a forcé les médias à « couper » dans leurs effectifs et à en précariser une partie.

Le numérique a aussi introduit une nouvelle temporalité dans les salles de rédaction, une temporalité ponctuée par l’accélération et l’intensification du rythme de travail. Chaque innovation introduite dans les salles de rédaction force les journalistes à devoir travailler toujours plus et plus vite pour suivre la cadence, en plus de subir la pression de rester toujours connectés pour ne pas manquer une alerte provenant de telle ou telle application. Le tout se conjugue à la pression implicite à acquérir perpétuellement de nouvelles compétences pour fournir l’article aux formats web, télé, radio, magazine, etc. Conséquemment : des journalistes passent plus de 80 % de leur temps devant leur ordinateur (p. 51). On est loin des aventures de Tintin…

La prolifération des symptômes d’épuisement

Ces conditions éprouvantes nuisent à la santé des journalistes. Les premiers symptômes sont souvent ceux d’une fatigue autant physique que mentale, mais aussi de plusieurs maladies psychosomatiques : trouble du sommeil, crises de larmes, stress intense. Les auteurs rapprochent ces symptômes d’une forme de souffrance au travail qu’éprouveraient de plus en plus les journalistes. Ceux-ci ne réagissent toutefois pas tous de la même façon face à cette souffrance : certains prennent du recul, tandis que d’autres se réinvestissent davantage par un sentiment d’invulnérabilité. Cette dernière posture peut conduire rapidement vers des cas de surmenage (de burn out).

Aux chapitres quatre et cinq, pour donner plus de profondeur à leur sujet, les auteurs complètent la parole des journalistes en faisant intervenir des médecins, psychologues ou professionnels de la santé. Les chercheurs définissent ainsi le burn out comme une « pathologie réactionnelle à un événement brutal ou à une dégradation continue des conditions de travail » (p. 60-61). Si le burn out survient donc bien souvent par surprise, celui-ci est bel et bien la conséquence de plusieurs semaines, voire plusieurs mois de dégradation des conditions de travail. Cette dégradation est autant le résultat d’une surcharge de travail que d’un manque de considération de la part des gestionnaires qui vont souvent dénier les symptômes : une journaliste explique par exemple que son supérieur a remplacé « burn out » dans son compte rendu annuel par « petit coup de barre de fin d’année » (p. 62).

Dans le chapitre cinq, les chercheurs analysent pourquoi les femmes journalistes sont plus susceptibles de subir un burn out. La première cause est l’impossible conciliation travail-famille. Les jeunes femmes journalistes ont l’impression de devoir mettre sur pause pendant des années leur vie personnelle pour se consacrer corps et âme à leur média. Élever un enfant – ou simplement en vouloir un – devient, dans ces conditions précaires, très difficile. Certaines journalistes doivent alors compter sur le salaire de leur conjoint, ce qui les place dans des situations de vulnérabilité et de dépendance.

Le deuxième point est celui de la discrimination de genre. Les auteurs expliquent qu’un bon nombre de salles de rédaction sont plombées par une atmosphère de sexisme ordinaire : discrimination à l’embauche, écarts de salaire, plafond de verre, affectations moins prestigieuses, mais aussi commentaires ou gestes dégradants de la part des collègues ou des supérieurs. Ces derniers phénomènes sont d’autant plus éprouvants qu’ils sont quotidiens : les remarques sur le physique ou encore sur la manière de s’habiller sont régulièrement proférées par les mêmes gestionnaires qui sont protégés par leurs confrères masculins.

Dans le chapitre six, les auteurs se demandent finalement comment se reconvertissent les anciens journalistes qui ont quitté le métier. Il y a d’abord ceux qui gardent un pied dans le journalisme pour commencer une nouvelle formation qui a plus de sens pour eux. Beaucoup se reconvertissent vers l’enseignement pour retrouver un peu « d’utilité sociale » (p. 83). D’autres choisissent plutôt le domaine des communications, notamment en devenant attachés de presse ou rédacteurs de communiqués. La plupart des reconversions entretiennent une forte proximité avec le journalisme, c’est le cas de ceux qui se lancent dans l’écriture de livres ou d’essais. Dans tous les cas, très peu d’anciens journalistes coupent leur lien avec le métier de manière définitive : beaucoup conservent en effet un certain espoir de revenir dans le milieu et plusieurs continuent à écrire des piges par simple « hobby » (p. 88).

Quelques réflexions critiques pour aller plus loin

Dans leur conclusion, les auteurs déclarent que leur méthodologie ne leur permet pas d’émettre des jugements trop radicaux concernant le futur du métier de journaliste. Ceux-ci s’en tiennent donc à quelques remarques sur la « dureté des temps » ou encore sur le « climat de défiance » exprimée par « la société en général » (p. 91). Travaillant moi-même sur la souffrance au travail des journalistes, mais au Québec (Canada), il me semble que les constats élaborés par les auteurs ainsi que leurs analyses mériteraient d’être approfondis, d’autant qu’ils ne prennent pas assez leur distance vis-à-vis des représentations qu’ont les acteurs du secteur : employeurs, employés, cadres, gestionnaires, etc.

Ainsi, ne serait-ce qu’à titre d’hypothèse, les auteurs auraient pu suggérer que les causes du burn out résultent notamment de l’alliance objective existant entre sciences de gestion et une certaine psychologie positive. Les gestionnaires des médias ont en effet tendance à invisibiliser la souffrance au travail des journalistes, en la reléguant dans la sphère privée ou encore en la considérant comme une fragilité qui relève de la responsabilité individuelle du travailleur ou de la travailleuse. Or, il ne faut pas oublier que ces postulats managériaux sont supportés par tout un pan de la littérature scientifique en psychologie positiviste, qui affirme que certains travailleurs et travailleuses pourraient être prédisposés à souffrir au travail, parce qu’ils possèdent, par exemple, une faible stabilité émotive. En effet, dans mes recherches, j’ai parlé à plusieurs journalistes qui m’ont expliqué comment leurs gestionnaires faisaient venir des « psychologues spécialisées en relations de travail » dans les salles de rédaction, ces derniers animaient alors des ateliers sur la meilleure manière de gérer son stress ou de supporter la douleur. Les journalistes fuyaient d’ailleurs comme la peste ces ateliers qu’ils jugeaient infantilisants. Or, les auteurs, puisqu’ils s’appuient sur le témoignage de nombreux professionnels de la santé pour définir certains concepts comme celui de burn out, auraient pu souligner l’ambivalence et surtout la violence symbolique que contient une certaine littérature en psychologie positiviste du travail.

Le deuxième point aveugle du livre concerne le syndicalisme. Le mot « syndicaliste » n’apparaît lui-même que deux fois dans l’étude, et ce de manière marginale par rapport au propos principal. Pourtant, lorsqu’une recherche aborde les problèmes psychiques des travailleurs et des travailleuses, il me semble important que les chercheurs proposent des pistes de solutions collectives pour réduire les risques de pathologies, par exemple, en se référant aux travaux en sciences sociales montrant que l’action collective permet de réduire les Risques Psychosociaux (RPS). Or, si l’on exclut certaines remarques bienveillantes des auteurs sur la nécessité de prendre soin de soi en quittant temporairement ou non le métier – « il y a une vie après le journalisme » (p. 14) – cette possibilité de s’émanciper est absente du livre.

Les cinq dernières pages de l’ouvrage sont par ailleurs consacrées à des entrevues avec des gestionnaires qui émettent quelques recommandations, par exemple l’importance des « rendez-vous feedback » (p. 100). Les auteurs auraient pu consacrer ces mêmes pages à des organisateurs ou à des syndicalistes spécialisés sur les questions de santé et de sécurité au travail. De manière générale, on peut regretter que les auteurs ne mentionnent pas les réponses syndicales aux phénomènes de déclin de la santé mentale, notamment la possibilité de créer des campagnes politiques sur le sujet. Ainsi, en ce qui concerne le cas du Canada, lors de son dernier congrès annuel en janvier 2022, la Fédération nationale des communications et de la culture (FNCC), la plus grande fédération syndicale dans le domaine des médias au Canada, a notamment voté un mandat qui encourage ses membres à dénoncer les climats toxiques observés dans les milieux de travail. La fédération s’est aussi engagée à cartographier les rapports de pouvoir dans les salles de rédaction et à offrir une boîte à outils pour ses membres voulant intervenir collectivement sur ce sujet.

Faisant face à un déclin de leur santé mentale, semblable à celui mis en évidence par les auteurs dans le cas français, les journalistes du Québec ont, par exemple, créé de multiples mouvements de dénonciations envers les climats toxiques des salles de rédaction entre 2020 et 2021[1]. Ces mouvements visaient spécifiquement les cadres qui adoptaient des comportements machistes et sexistes envers leurs employés[2]. On pourrait croire que ces mouvements sont individualistes ou moralisateurs, or si on les envisage comme des enjeux collectifs, ils peuvent être articulés dans des campagnes syndicales ou associatives d’envergure qui peuvent changer le rapport de force dans les salles de rédaction. De telles mobilisations sont, selon moi, nécessaires pour rendre au journalisme ses lettres de noblesse : celles d’un métier essentiel pour stimuler la recherche de la vérité dans toute collectivité.

Samuel Lamoureux

Université du Québec à Montréal

[1] J’ai analysé ces mouvements dans l’article suivant : Lamoureux, S. (2021). Pour en finir avec les « régimes de terreur » dans les médias. Ricochet, 16 mars.

[2] Les auteurs parlent de ces mouvements, mais de manière très prudente. À la page 99, ceux-ci mentionnent que : « La dénonciation par les femmes des discriminations et du plafond de verre aurait déjà donné lieu dans beaucoup d’entreprises à des réponses, qui devraient porter leurs fruits. »

Recensions de la semaine 24

Cette semaine, nous vous proposons de lire la recension de deux ouvrages :

■ Marie Benedetto-Meyer et Anca Boboc, Sociologie du numérique au travail >>>

■ Sophie Beroud, Thibaut Martin, En luttes ! Les possibles d’un syndicalisme de contestation >>>

Recensions parues dans le numéro 20 de la NRT :


■ Marie Benedetto-Meyer et Anca Boboc, Sociologie du numérique au travail, Paris, Armand Colin, 2021.

Sociologie du numérique au travail est un ouvrage de synthèse. Celle des publications parues majoritairement dans des revues de sociologie depuis les années 2000 qui analysent, à partir des usages du numérique, les mutations du travail et de son organisation. Tout en mettant à distance les discours normatifs qui annoncent la prochaine « révolution », cet ouvrage revient sur des mutations qui opèrent néanmoins comme « une véritable lame de fond qui amorce une profonde mutation du travail et des organisations » (p. 6).

Il s’inscrit donc dans la lignée d’ouvrages qui, depuis les années 1990, tentent de comprendre cette « révolution », en analysant les mutations observées et, particulièrement ici, les manières de s’organiser individuellement et collectivement.

Dès les premiers travaux sur les effets de l’informatique (Gollac et al., 1998), la question de l’organisation était déjà au cœur des mutations observées. Après avoir abandonné l’idée qu’il y aurait un « modèle d’organisation » associé à cette technologie, les travaux montraient déjà comment l’informatique permettait aux organisations de faire cohabiter des éléments en tension : contrôle et autonomie, centralisation et décentralisation, bureaucratie et flexibilité, etc.

L’intérêt de cet ouvrage, en revenant sur ces questions d’organisation du travail, est de montrer comment, depuis ces vingt dernières années, le numérique permet de faire tenir ensemble ces éléments en tension, et quels en sont les enjeux aujourd’hui.

Le livre est composé de 7 chapitres. Les cinq premiers traitent d’un thème spécifique, les deux derniers se saisissent d’une fonction de l’entreprise : la fonction RH puis celle de la vente et du marketing.

Le chapitre 1 revient sur la question des liens entre techniques et organisation dont l’étude a toujours animé la sociologie du travail. Dans une perspective historique, sont présentés les différents regards sociologiques mobilisés pour analyser les TIC. C’est finalement la sociologie des usages qui est retenue comme cadre théorique tout au long de l’ouvrage. Ce choix est discutable, car la notion d’usage a été empruntée à la théorie de la réception des médias, et fut reprise pour analyser les pratiques développées autour des TIC dans la sphère privée. Elle est également largement reprise dans les discours d’escorte[i] accompagnant le déploiement des vagues suivantes d’objets numériques, car elle permet d’évacuer les inégalités entre les individus. Les notions d’usage et d’usagers des TIC portent donc en elles l’hypothèse d’une égalité des individus face à ces outils numériques, alors que l’ouvrage ne cesse de montrer le contraire. De plus, cette « sociologie des usages », mobilisée pour comprendre les transformations du monde du travail équipé de numérique, conduit les autrices, d’une part, à ne pas aborder l’étude du travail lui-même et de ses différents contenus, et d’autre part, à évacuer la question des rapports de production entre usagers selon leur position hiérarchique dans l’organisation.

Le chapitre 2 aborde la question des inégalités en termes d’équipements et d’usages. En s’appuyant sur des données d’enquêtes, sur les disparités ou inégalités d’équipements et d’usages dans les sphères personnelles et professionnelles, il montre les conditions socio-organisationnelles qui façonnent les usages du numérique en entreprise, le poids des représentations sur ces usages et leur caractère performatif. Ce chapitre aborde également les politiques d’entreprises en matière d’équipement, de formation, d’accompagnement, de management de ces inégalités face au numérique. Le choix fait par les autrices de considérer les notions d’activité et d’organisation et non celle de métier, tend à négliger l’importance des valeurs associées à la culture professionnelle et des logiques à l’œuvre qui, pourtant, éclairent ces inégalités.

Elles concluent en considérant les inégalités numériques comme le cumul de phénomènes se situant : au niveau (I) socio-organisationnel, parcours professionnels et personnels compris ; (II) au niveau de la stratégie des entreprises et de leur politique managériale ; (III) tout en tenant compte des transformations antérieures et en cours. En qualifiant de « numériques » ces inégalités, les autrices n’arrêtent-elles pas trop tôt leur analyse ? En effet, les différentes causes de ces inégalités, clairement mises en évidence, ne prennent-elles pas leur origine dans les rapports de productions et dans l’inégale distribution des différentes espèces de capitaux ?

Le chapitre 3, aborde un élément très souvent repris et souligné dans des recherches sur les transformations structurelles associées à l’usage du numérique, à savoir les évolutions concernant le rapport à l’espace et au temps. Un volet qui permet de mettre sur une même échelle de comparaison, l’invention de l’écriture, celle de l’imprimerie et des TIC.

C’est le chapitre le plus long, qui analyse les évolutions des conditions de réalisation des activités avec la diffusion des outils numériques. De nombreux effets, largement partagés par l’ensemble des travaux contemporains, sont présentés comme ceux de dispersion, de fragmentation, de multi-activités. D’autres effets, comme le brouillage des frontières entre sphères privées et professionnelles, du fait notamment de la pratique intensive du télétravail, sont abordées.

Ce chapitre illustre bien comment le numérique, en opérant sur cette dimension spatio-temporelle, est au cœur des transformations organisationnelles, tout en offrant une large palette de structurations possibles, qui peuvent, en plus, être réagencées en permanence.

Le chapitre 4 porte sur les outils de gestion. Il analyse le processus de rationalisation concomitant au déploiement des dispositifs numériques.

Un rappel sur le lean management et sa logique d’un pilotage par l’aval, aujourd’hui présente dans toutes les organisations, est bien venu. Cette logique de l’offre entraîne une logique d’adaptation en continu aux demandes du marché, toujours plus personnalisées. Loin de mettre fin au taylorisme, ce processus souvent appelé néo-taylorisme était déjà analysé dans un article au titre évocateur « Taylor va au marché. Organisation du travail et informatique » (Cézard et al., 1992).

Cependant, les discours qui accompagnent les dernières modalités d’organisations industrielles (usine du futur, usine 4.0, etc.), revendiquent un modèle « disruptif », alors que ces mutations s’inscrivent dans cette continuité d’adaptation du modèle taylorien.

Le chapitre aborde enfin les questions relatives à la déqualification des travailleurs, l’intensification du travail, la responsabilisation, la généralisation du contrôle et l’exigence d’engagement subjectif qui permettent de nuancer l’enthousiasme des discours managériaux.

En guise de conclusion de ce chapitre, intitulée « entre utopie et dystopie numérique », les autrices reviennent sur ce débat, en considérant que les organisations ne pourront être résolument nouvelles que si elles intègrent des changements sociétaux plus profonds, comme celui de refonder l’entreprise, sans oublier la question du sens du travail, des savoir-faire et de la capacité des travailleurs à innover.

Le chapitre 5 présente les nouvelles formes de mise en visibilité induites par les outils collaboratifs numériques. À la différence des outils de gestion, ces outils dédiés à la collaboration portent en eux une visée de transformation des collectifs, des identités professionnelles et des relations hiérarchiques. Mais il s’avère, là aussi, qu’ils ne sont pas exempts d’ambiguïtés dans leurs mises en œuvre et dans leurs usages. Ces « machines à coopérer », présentes dès les années 1980, ont vu leur déploiement s’étendre avec les outils du web social. Ces outils du web 2.0, dits « collaboratifs », intègrent très peu de prescriptions en matière d’usage, et proposent des formats de plus en plus multimédias. En découle une grande imprécision des usages et modes d’organisation associés. Les autrices présentent de nombreux cas où, finalement, sans accompagnement managérial, ces outils révèlent les conflits collaboratifs plus qu’ils ne les résolvent, et peuvent même conduire à une extrême individualisation du travail. Ces outils, à l’instar des outils de gestion, s’avèrent beaucoup moins « disruptifs » qu’annoncés.

L’ouvrage consacre ensuite deux chapitres à des fonctions de l’entreprise : la fonction « ressources humaines » au chapitre 6, et celle de la vente et du marketing au chapitre 7.

Le chapitre 6 aborde donc plus spécifiquement les recompositions de la fonction RH dues au numérique : recrutement, gestion des carrières et nouvelles modalités d’apprentissage en entreprise. En mettant l’accent sur l’outillage gestionnaire à l’œuvre dans les fonctions RH, lequel exige la construction de catégories pour les modéliser ensuite en pratiques rationnelles, les autrices soulignent les risques : celui de s’éloigner de la compréhension du travail « réel » – c’est-à-dire l’activité « en train de se faire » – et, d’autre part, celui de mettre en place des outils qui échappent finalement aux RH : « si le recrutement se fait en ligne, si les parcours internes sont guidés par des algorithmes, si les salariés communiquent entre eux via les réseaux sociaux internes, si les formations se réalisent à distance, la fonction RH ne se trouve-t-elle pas menacée et sommée de se réinventer ? » (p. 156).

Toujours dans ce chapitre 6, un important focus est mis sur la formation. Les autrices, parce qu’elles ont pu mener elles-mêmes des recherches sur les dispositifs de formation en ligne, prennent le temps de présenter des résultats d’usages de MOOC, COOC, etc. Il apparaît clairement que ces dispositifs, par les modalités d’usage qui en sont fait – individuel, en mobilité, atomisé, etc. – ne favorisent pas les apprentissages. Là encore, ces recherches mettent en évidence les facteurs sociaux et organisationnels qui permettent d’identifier les conditions dans lesquelles ces apprentissages peuvent faire sens et être mobilisés en situation de travail. Par exemple, le fait de bénéficier de soutien, d’entraide, d’échanges informels, tous ces éléments renforcent la probabilité de suivre jusqu’au bout ces formations à distance (p. 174).

Ce chapitre revient sur les inégalités que ces dispositifs numériques peuvent engendrer dans la formation des salariés et sur les conditions socio-organisationnelles de réduction de ces inégalités. Les autrices démontrent que celles-ci ne dépendent pas uniquement de la capacité des individus, mais aussi de l’organisation du travail et de celle de la formation, étant donné que « les dimensions numériques, pédagogiques, collectives et organisationnelles de la formation sont fortement entremêlées » (p. 172).

Même conclusion une fois de plus : ces recherches montrent que la réussite des apprentissages avec le numérique dépend, avant tout, des contextes et des configurations socio-organisationnelles dans lesquelles la formation a lieu, pour pallier la forte dispersion, voire la polarisation, des possibilités d’apprendre et pour réduire les inégalités qui en découlent.

Enfin, le chapitre 7 se focalise sur l’évolution de la relation marchande, c’est-à-dire sur les transformations du marketing et de la vente, transformations liées à la captation toujours plus importante de données sur les clients. Ces données sont traitées et réintégrées en amont, dans des processus qu’elles font évoluer. Cette ouverture de l’accès aux données sur les clients et leur traitement marketing a déstabilisé les fonctions dites de la « relation client » (marketing, centre d’appels, réclamations, etc.), et particulièrement les vendeurs, qu’elle a dépossédés de leur pouvoir et dont elle a transformé leur place dans l’organisation. Autrement dit, les outils mis en place, de type Customer Relationship Management (CRM), vont finalement rationaliser la fonction des vendeurs en les rendant interchangeables, pour aboutir à ce paradoxe : le numérique standardise les interactions humaines, pourtant singulières, pour délivrer des produits qui ne sont plus standards. Tout en tenant un discours sur la « proximité client », cette relation se standardise.

Un autre volet de cette mutation est la sophistication des méthodes de modélisation et de prédiction du comportement des consommateurs. Cela permet d’établir des recommandations, et de redistribuer, au sein de l’organisation, de l’expertise et de la connaissance sur le client. Mais, de leur côté, les clients ont aussi accès à beaucoup d’informations sur les produits et ont plus de moyens pour communiquer, s’informer, etc.

Dès lors, les métiers en contact avec les clients sont pris en étau entre la demande du client, les consignes managériales, et l’interprétation des données fournies par les systèmes d’information (SI) sur leurs écrans.

Plus récemment, le développement du commerce en ligne a également transformé les métiers de la vente. Il a conduit à transférer les activités réalisées auparavant par les salariés vers les consommateurs. De plus, la nécessité d’appréhender « les nouveaux canaux de la relation client », a conduit les entreprises à créer un nouveau métier : le community manager qui gère la présence de l’entreprise sur les réseaux sociaux.

Les autrices interrogent également l’émergence, en marketing, de la notion de « nouvelle vente » qui chercherait avant tout à répondre aux besoins des clients et non aux impératifs de production. Mais les recherches ont plutôt montré qu’il s’agissait surtout d’une incantation, que cet impératif restait très peu inscrit dans les pratiques. Autrement dit, « l’effort de rationalisation [du travail des vendeurs] gagne davantage que celui de recherche de satisfaction des clients » (p. 203).

Cet ouvrage vient donc conforter l’idée que le numérique accompagne la logique imposée par le lean management : le client est bien « rentré dans l’organisation », mettant en tension différentes dimensions de ces organisations (centralisation/décentralisation, autonomie/contrôle, bureaucratie/flexibilité), venant déstabiliser certaines fonctions de l’entreprise et amenant à revoir les modalités de la coordination/coopération.

Et comme le rappellent les autrices en guise de conclusion, le succès des discours et des méthodes prônant la flexibilité, la créativité et la collaboration pour des fonctionnements plus horizontaux, comme « l’entreprise libérée » ou le « mode agile », peuvent donner l’illusion de proposer des formes organisationnelles susceptibles de répondre facilement à ces enjeux. Il n’en est rien.

On pourra regretter que les conclusions, apportées régulièrement tout au long de l’ouvrage, se contentent de souligner, à chaque fois, qu’un bon usage du numérique relève de conditions d’ordre socio-organisationnel. Alors qu’en prolongeant l’analyse, on pourrait montrer que ces conditions relèvent au moins autant des logiques de valorisation du capital qui impliquent de resserrer toujours plus les contraintes sur le triptyque coût/qualité/délai. Pourra-t-on sortir de ce modèle ? La question reste ouverte.

Se positionnant comme un ouvrage destiné autant aux étudiants qu’aux professionnels en entreprise, il n’aborde finalement que très (trop) peu les effets délétères du numérique sur les conditions de travail, qui ont pourtant été largement soulignés, notamment, dans le fameux rapport du CAS[ii] (Klein, Ratier, 2012), juste cité de façon anecdotique.

Une perspective plus explicitement critique aurait été salutaire, et aurait permis de s’affranchir du discours d’escorte qui a accompagné, et continue d’accompagner, la numérisation des entreprises. Celui-ci est loin d’être neutre. Si la présence de ce discours est évoquée, il aurait été souhaitable de s’affranchir de certains vocables très présents dans ces discours, comme ceux « d’usage » et « d’usagers » du numérique, qui évacuent les inégalités inhérentes aux rapports de production, ou celui de « dématérialisation », quand celui-ci traduit le remplacement de salariés par des ordinateurs et des écrans qui ont envahi l’espace professionnel ; ne pourrait-on pas plutôt y voir une « déshumanisation » du travail ?

Bibliographie

Cézard Michel, Dussert François et Gollac Michel (1992), « Taylor va au marché. Organisation du travail et informatique », Lettre d’information du centre d’études de l’emploi, n° 26, 8 p.

Gollac Michel, Mangematin Vincent, Moatty Frédéric et Saint-Laurent Anne-France (de) (1998), « Informatisation : l’entrée du marché dans l’organisation », Revue Française de Gestion, 1998, no 109, 102-114.

Klein Tristan et Ratier Daniel (2012), L’impact des TIC sur les conditions de travail, Rapport du Centre d’Analyse Stratégique, Paris, 248 p.

Anne-France Kogan

Laboratoire PREFics (EA 4246), Université Rennes 2

_________________

[i] Souchier Emmanuel, Jeanneret Yves, « Introduction. Fonction éditoriale et internet », in Communication et langages, no 130, 4e trimestre 2001, « Dossier : Fonction éditoriale et Internet », p. 30-31.

[ii] Centre d’analyse stratégique, institution publique d’expertise et d’analyse, rattaché au Premier ministre. Le CAS a existé de 2006 à 2013, en remplacement du Commissariat général au plan, il a été à son tour remplacé par France stratégie.


■ Sophie Beroud, Thibaut Martin, En luttes ! Les possibles d’un syndicalisme de contestation, Paris, Raisons d’agir, 2021.

Le paysage syndical français se caractérise par un émiettement particulièrement fort. Ce fait est bien connu : pas moins de huit organisations syndicales principales se partagent l’essentiel des quelques trois millions d’adhérents, soit un taux de syndicalisation autour de 11 %, l’un des plus faibles des pays développés. Parmi ces huit organisations, les confédérations « historiques », en particulier la CGT et la CFDT, ont été largement analysées, tant sur le plan de leurs histoires et idéologies respectives que de leurs pratiques militantes et organisationnelles[i]. En revanche, les travaux en sociologie et sciences politiques manquent encore pour affiner les connaissances sur les organisations issues des recompositions les plus récentes du champ syndical. Ce petit livre accessible, d’environ 200 pages, vient donc combler un manque relatif sur l’Union syndicale Solidaires (USS), qui regroupe notamment les syndicats SUD.

À partir d’une enquête multi-située au long cours, les deux auteurs entendent explorer, sur un ton volontairement engagé, le rôle que peut jouer cette organisation particulière dans les recompositions d’un pôle contestataire au sein du champ syndical. L’ouvrage ne se donne alors pas tant pour objectif de détailler l’histoire de cette organisation, les particularités de son fonctionnement ou d’en présenter, de façon détaillée, les caractéristiques. Il s’agit davantage de la prendre comme entrée, afin d’interroger la manière dont « une organisation qui s’institutionnalise peut […] préserver la radicalité de son positionnement » (p. 118). Démarrée en 2008 à la demande du bureau national de Solidaires, l’enquête questionne ce point à trois niveaux différents : l’ensemble du champ syndical ; l’USS et ses fédérations ; les militants de terrain. Si l’enquête comportait un volet quantitatif – notamment par la passation de questionnaires lors de congrès fédéraux –, les résultats n’en sont pas détaillés dans cet ouvrage[ii] qui s’appuie davantage sur les matériaux qualitatifs recueillis dans différents secteurs professionnels : entretiens répétés et espacés dans le temps avec des militants, suivi ethnographique d’équipes syndicales, observation participante d’assemblées générales ou de mouvements.

Le premier chapitre revient sur l’histoire, déjà relativement bien connue, de l’émergence progressive de l’USS, entre la fin des années 1980 et celles des années 1990. Les premiers syndicats SUD se constituent sous l’impulsion de dissidents de la CFDT, issus de la « gauche CFDT » et ayant souvent entamé leur militantisme dans le sillage des « années 68 », en passant par des comités d’action lycéens et des groupes de gauches alternatives, avant de rejoindre une CFDT alors dans sa période radicale[iii]. À partir du tournant dit « du recentrage », à la fin des années 1970, ces militants oppositionnels vont se heurter à des formes de reprises en main et de marginalisation, sur fond de tensions importantes avec la direction confédérale autour, notamment, des modes d’actions et du rapport à la politique. Dans un intervalle d’une dizaine d’années, des militants exclus ou partants volontairement de la CFDT font le choix de fonder de nouvelles organisations, appelées SUD (pour « Solidaires, Unitaires, Démocratiques »), dans les secteurs des postes et télécommunications, de la santé et du transport ferroviaire. La démarche est rapidement crédibilisée par des succès électoraux et ces nouvelles organisations se rapprochent des syndicats autonomes du « groupe des 10[iv] », pour se transformer, en 1998, en Union syndicale Solidaires. Cette nouvelle organisation se singularise doublement : par l’adoption de principes visant à se protéger de l’imposition d’une ligne confédérale dont ces anciens « minoritaires » ont souffert ; et par la volonté d’occuper une « position interstitielle » (p. 22), entre mouvements sociaux et syndicalisme. Au fil des années et de son élargissement, l’USS, initialement pensée par ces militants comme un « outil » transitoire devant permettre une recomposition du champ syndical, se pérennise et se lance – ou se voit contrainte de se lancer – dans des batailles judiciaires pour la reconnaissance de sa représentativité. Un aspect de cette histoire aurait mérité d’être davantage évoqué dans ce premier chapitre : celui concernant le lien entre l’implantation du new public management et l’émergence des syndicats SUD, les zones de force de l’USS étant précisément situées dans des secteurs où cette doctrine managériale s’est fortement implantée. En effet, dans ces administrations et organisations récemment privatisées ou en voie de privatisation, les agents et salariés se heurtent à des logiques managériales particulières, que les syndicats de Solidaires semblent particulièrement en mesure de contester[v].

Le deuxième chapitre étudie plus spécifiquement les conditions et conséquences de cette installation dans la durée. En cela, il explore les « difficultés à faire exister un outil syndical qui se voulait différent » (p. 13). Alors que l’organisation émerge dans une période d’effervescence des mouvements altermondialistes et était pensée comme un instrument de recomposition d’un pôle de syndicalisme de luttes, capable de faire face à une CFDT au réformisme assumé, l’USS se heurte : a) à des formes de marginalisation ; b) à son faible poids électoral qui lui interdit longtemps d’influer sur les orientations à l’échelon interprofessionnel ; c) à des implantations très variables : très faible dans le privé, hormis dans quelques bastions particuliers, plus forte dans la fonction publique, mais, là encore, de façon très inégale. Ce deuxième chapitre dessine ainsi les contours d’une organisation aux prises avec des logiques d’institutionnalisation, qui font des élections professionnelles, notamment dans les TPE, des enjeux centraux pour la « consolidation d’une force syndicale capable de compter » (p. 90). Par ailleurs, malgré l’ambition initiale des fondateurs de l’organisation, les nouveaux militants qui arrivent ne sont pas davantage multi-positionnés et politisés que dans d’autres organisations syndicales. La spécificité de Solidaires visant à se situer à l’intersection de différents champs de lutte se retrouve ainsi mise à mal par les logiques de fonctionnement propres au champ syndical.

Le troisième chapitre aborde les conditions de reproduction d’un syndicalisme contestataire, à partir de l’étude des trajectoires militantes de jeunes syndiqués de Sud Rail. En suivant trois d’entre eux sur plusieurs années, le chapitre explore les difficultés à intéresser les militants aux questions interprofessionnelles ou extraprofessionnelles et à surmonter les contradictions entre les différents niveaux d’engagement, alors même que c’était précisément l’objectif de cette organisation. Le plus politisé – et surdiplômé[vi] – des militants finit par reprendre ses études et démissionner. Pour le deuxième, peu prédisposé à s’engager au départ, la socialisation politique semble avoir fonctionné. Enfin, le troisième protagoniste étudié est pris dans une usure militante et une trajectoire de désengagement qui paraissaient pourtant peu envisageables quelques années auparavant. Tenté par l’extrême droite, il reconvertit alors ses dispositions militantes dans le mouvement des Gilets Jaunes, en pointant précisément sa distance avec les syndicats. Malgré la relative jeunesse de l’organisation, la problématique du renouvellement des générations militantes est donc patente à Solidaires, comme chez les autres organisations syndicales, l’enjeu central n’étant pas forcément de recruter des nouveaux militants, mais bien davantage de leur transmettre une culture commune et distinctive dans l’univers syndical.

Le quatrième et dernier chapitre étudie la manière dont les mouvements de contestation récents, en premier lieu celui des Gilets Jaunes, amènent à s’interroger sur la place et le rôle de Solidaires dans l’espace de la contestation sociale. À l’instar des autres syndicats, cette organisation s’est trouvée mise en difficulté par la survenue de ce mouvement, imprévisible, composite, aux revendications diverses et dont les membres s’affichaient souvent en opposants aux organisations syndicales. Ceci n’a pas empêché des militants de Solidaires de s’investir dans les différents « actes » ou dans l’occupation des ronds-points. Le chapitre détaille en particulier deux exemples de Gilets jaunes syndicalistes : il s’agit de militants par intermittence, peu politisés, peu socialisés à l’univers syndical, qui se situent à sa marge et dans une posture critique, ce qui les a rendus à la fois plus perméables et plus ouverts à ce mouvement. Les auteurs défendent alors l’idée que cet épisode contestataire, comme d’autres avant lui (Nuit debout en 2016) ou après lui (le mouvement contre la réforme des retraites en 2019-2020), bouscule les lignes syndicales et invite à réfléchir aux possibilités de développement d’un syndicalisme de contestation sociale – comme le suggère encore l’appel commun « plus jamais ça » lors de la crise sanitaire –. Mais les auteurs montrent également les limites du raisonnement par pôle – réformiste contre contestataire – dans un paysage syndical dont les lignes de fragmentation diffèrent fortement d’une échelle à l’autre.

À l’issue de la lecture de ce petit livre stimulant, on est conduit à formuler trois remarques, l’une plutôt formelle, les deux autres invitant davantage à des approfondissements. On peut tout d’abord interroger le choix fait par les auteurs d’employer l’expression de « syndicalisme de contestation » : elle cohabite dans les discours indigènes avec la notion de « syndicalisme de transformation sociale », apparue pour remplacer celle, devenue presque taboue, de « syndicalisme révolutionnaire ». Pour autant, le terme de « contestation » peut aussi s’opposer à la posture « réformiste », qui peut être présentée comme une posture « constructive » ou de négociation, de proposition, d’accompagnement, etc. Dans cette perspective, l’étiquette de « syndicalisme de contestation » est aussi employée de façon péjorative par ses adversaires. La reprise de cette étiquette aurait mérité un développement tant son emploi n’a finalement rien d’évident.

Les deux autres remarques renvoient à une interrogation transversale autour de la question de l’autonomie à l’intérieur d’un champ que les matériaux invitent à réinterroger, les auteurs situant leurs travaux au sein de la théorie bourdieusienne des champs.

On l’a souligné, l’enquête met clairement en lumière le paradoxe de cette organisation : construite autour d’une posture alternative et d’une volonté de transformer les pratiques syndicales, elle se retrouve finalement happée par les logiques propres du champ. Les problématiques auxquelles elle fait face sont donc tout à faire similaires à celles qu’affrontent les autres organisations syndicales : logiques d’institutionnalisation, renouvellement générationnel, professionnalisation des militants, difficulté d’articulation entre niveau professionnel et interprofessionnel… Dès lors, l’enquête aurait pu alimenter une réflexion plus générale autour du modèle théorique du « champ social », des apports et des limites posées par son application à l’univers du syndicalisme. Jusqu’à quel point peut-on s’insérer dans un champ en se donnant des règles différentes de celles qui prévalaient jusque-là ? Quel degré d’hétéronomie un champ permet-il ?

Sur un autre plan, le livre suggère à plusieurs reprises que la volonté de jouer un rôle dans la structuration d’un pôle contestataire a, de fait, placé Solidaires dans une situation de dépendance vis-à-vis des prises de position d’une CGT nettement plus puissante et mieux implantée. Les auteurs semblent relier le développement de l’Union syndicale Solidaires à une période d’effervescence en matière de mobilisations sociales. Mais l’« espace critique face à l’hégémonie de la pensée libérale » ne préexistait-il pas à la naissance de ces syndicats ? La faiblesse relative des syndicats SUD en matière d’audiences électorales – indicateur discutable, mais dont les auteurs montrent précisément la force structurante dans le champ syndical –, ne s’explique-t-elle que par une marginalisation dont ils auraient été victimes, du fait de la stratégie de la CGT consistant à favoriser un syndicalisme « rassemblé » avec la CFDT ? L’organisation Solidaires ne dispose-t-elle pas de marges d’autonomie dans ses prises de positions et dans son fonctionnement qui pourraient s’expliquer autrement que par des facteurs externes à l’organisation ?

Séverine Misset

Maîtresse de conférences au CENS (UMR 6025 Nantes Université CNRS)

______________

[i] Voir les nombreuses références présentes dans Sociologie politique du syndicalisme, Baptiste Giraud, Karel Yon, Sophie Béroud, Paris, Armand Colin, 2018.

[ii] Le lecteur davantage intéressé par une « sociologie des militants » de Solidaires pourra ainsi se reporter à Sophie Béroud, Jean-Michel Denis, Guillaume Desage, Martin Thibault, L’Union syndicale Solidaires : une organisation au miroir de ses militants : profils, pratiques, valeurs, Rapport de recherche, Laboratoire Triangle, Université Lyon 2, 2011, 167 p. hal-00585462.

[iii] Voir Sophie Béroud, Séverine Misset, « Par-delà la crise : dissidences et fidélités paradoxales à la CFDT », in Olivier Fillieule et al. (dir.), Changer le monde, changer sa vie : enquête sur les militantes et militants des années 1968 en France, Arles, Actes Sud, 2018, 289-318.

[iv] Voir Jean-Michel Denis, Le Groupe des dix, un modèle syndical alternatif ?, Paris, La documentation française, 2001.

[v] Voir sur ce point, par exemple, l’article de Michèle Tallard, Catherine Vincent, « L’action syndicale au défi de la gestion locale des personnels. Tensions à l’administration fiscale », Sociologies pratiques, 2009/2 (no 19), 55-68.

[vi] Sachant que Solidaires se caractérise par un recrutement social sensiblement plus élevé que la CGT.

Lien

■ Sarah Abdelnour et Dominique Méda (dir.), Les Nouveaux travailleurs des applis, Paris, PUF, 2019 >>>
■ Bauraind Bruno et Vandewattyne Jean, « Ryanair must change. Lutter dans le low cost », Échos, Revue trimestrielle du Greséa, no 104, octobre/novembre/décembre, 2020, 63 p. >>>

Recensions parues dans le numéro 20 de la NRT :


Sarah Abdelnour et Dominique Méda (dir.), Les Nouveaux travailleurs des applis, Paris, PUF, 2019.

Alors que le débat public connaît d’importantes controverses, depuis le milieu des années 2010, autour de l’émergence de « plateformes », mettant en relation, par le biais d’outils numériques, des client es et des prestataires de services indépendant es, cet ouvrage collectif réunit plusieurs contributions visant à mieux analyser ce phénomène et à le saisir empiriquement.

Co-dirigé par Dominique Meda et Sarah Abdelnour, l’ouvrage établit une première synthèse des enquêtes conduites par une équipe de chercheur es en sociologie et en droit sur le « capitalisme de plateforme ». Cette notion est ici préférée au terme « d’ubérisation » que l’on retrouve dans le débat public, ou à celle de digital labor employée dans plusieurs travaux sur le capitalisme numérique[i]. Le choix de ce concept – également mobilisé par d’autres auteurs[ii] –, a pour objectif de « saisir le modèle spécifique de travail qui se développe sur les plateformes, à savoir l’externalisation des travailleurs et le déplacement des frontières du travail, en inscrivant ce processus dans un système de captation du profit propre à la nouvelle forme de capitalisme » (p. 10).

L’ouvrage se donne pour objectif d’apporter des éléments d’analyse sur la structuration sociale du capitalisme de plateforme et les inégalités qui en découlent, d’exposer le rôle joué par les plateformes[iii] et la façon dont elles organisent le travail, de mettre au jour la façon dont elles recomposent les frontières sociales et juridiques du travail, et d’étudier les nouvelles régulations appliquées à ces entreprises émergentes.

Tout au long du livre, les différentes contributions reviennent sur les promesses et les aspirations – à l’autonomie, à un travail passionnant ou pourvoyeur de sens – sur lesquelles s’appuient les plateformes et s’emploient à mettre en évidence l’écart entre ces promesses et les conditions effectives de travail.

Dans le premier chapitre, Diane Rodet retrace la généalogie de la notion « d’économie collaborative », en montrant comment elle a permis à des entreprises du capitalisme numérique d’être associées à l’économie sociale et solidaire et de se prévaloir des vertus habituellement associées à des organisations non lucratives. En s’appuyant sur une enquête concernant la plateforme « La Ruche qui Dit Oui » et sur la littérature existante, l’autrice montre que les pratiques de ces entreprises s’avèrent en réalité bien éloignées de cet idéal « collaboratif ». Derrière la promotion d’une économie alternative et d’échanges de « pair-à-pair » qui rapprocheraient les utilisateurs du service, se cache en effet l’intermédiation d’entreprises pleinement inscrites dans l’économie de marché, encadrant les pratiques de travail et prélevant une commission sur des échanges marchands. Finalement, si des rapprochements doivent être opérés entre économie sociale et solidaire et capitalisme de plateforme, c’est surtout dans les pratiques d’emploi et les ressorts de l’engagement des travailleurs et travailleuses. Comme dans le secteur associatif, les faibles rétributions financières des plateformes reposent ainsi sur le « déni de travail » et la non-comptabilisation d’une partie des heures effectuées. De même, l’adhésion de certain·es des travailleurs et travailleuses repose sur l’acceptation – temporaire et souvent grâce à des ressources extérieures – d’un emploi précaire pour bénéficier d’une activité jugée pourvoyeuse de sens et exercée avec une plus grande autonomie.

Le deuxième chapitre, rédigé par Pauline Barraud de Lagerie et Luc Sigalo Santos, s’intéresse à l’émergence de plateformes de crowdworking, à l’instar d’Amazon Mechanical Turk. Le service proposé par ces entreprises consiste à décomposer des activités très peu qualifiées en une série de « micro-tâches » qui sont ensuite confiées à une « foule » de travailleurs et travailleuses en ligne, qui se connectent quand ils le souhaitent. En mobilisant une enquête réalisée sur la plateforme française de micro-travail Foule Factory et sur la littérature académique, l’autrice et l’auteur montrent que le modèle de ces plateformes repose sur la promesse faite à leurs client·es, comme à leurs travailleurs et travailleuses, d’optimiser leur temps : en confiant le travail à une foule pour les premier·es, en marchandisant les multiples temps d’attentes du quotidien – comme le temps passé dans les transports – pour les second·es. La richesse du chapitre réside dans le rapprochement opéré entre ce nouveau mode de travail et le système du « tâcheronnat » qui existait au xixe siècle. Cette proximité se trouve dans le système de sous-traitance instauré par les plateformes qui génèrent des revenus de leur rôle d’intermédiaire, entre un donneur d’ordre et des travailleurs et travailleuses à la tâche, mais également dans les faibles rémunérations que les internautes tirent de cette activité qu’ils peinent à considérer comme un travail. Pauline Barraud de Lagerie et Luc Sigalo Santos remarquent cependant que ce phénomène, encore limité et développé en France par de petites entreprises, ne fait pas, jusqu’à présent, l’objet de critiques similaires à celles qui ont conduit à l’abolition du tâcheronnat. Les micro-travailleurs et travailleuses elles-mêmes semblent ainsi concentrer leurs griefs davantage sur les client·es que sur la plateforme.

Dans le troisième chapitre, Anne Jourdain et Sidonie Naulin s’intéressent à la façon dont l’économie numérique constitue un moyen pour des amateurs et amatrices ou des professionnel·les de marchandiser leurs loisirs sur internet. Elles mobilisent trois études de cas : les blogs culinaires, la plateforme Etsy de vente d’objets faits main, et la plateforme La Belle Assiette, qui met en relation des client·es et des cuisinier·es à domicile. L’attrait suscité par les plateformes qu’elles étudient repose sur deux piliers : l’aspiration à pouvoir « vivre de sa passion », en tirant des revenus d’une activité exercée de façon indépendante ; et la promesse d’une démocratisation de l’accès au travail, en échappant aux discriminations et au plafond de verre rencontrés dans le monde salarial. Cela permettrait aussi plus facilement à des mères au foyer de continuer à travailler en restant à leur domicile et de mieux articuler leur vie familiale et leur travail. Pourtant, seule une petite minorité parvient à tirer de ces plateformes des revenus suffisants pour vivre, au prix d’un important travail de mise en valeur des contenus, et cette économie tend à reproduire les inégalités existantes sur les marchés traditionnels – de genre, notamment : les femmes sont majoritaires sur ces plateformes, mais les hommes en tirent des revenus plus importants. Pourquoi les travailleurs et travailleuses persistent-elles alors, malgré tout, à marchandiser leur passion en ligne ? Les autrices distinguent deux cas de figure. Pour les « professionnel·les », qui cherchent à construire une carrière dans le secteur, il s’agit d’un revenu parmi d’autres, permettant d’acquérir une visibilité et de se lancer dans le domaine. Pour les « amateurs et les amatrices », majoritaires, la marchandisation permet surtout de développer sa passion : entretenir des sociabilités avec les client·es et avec les pairs et bénéficier de la reconnaissance associée à cette nouvelle visibilité.

Le quatrième chapitre, rédigé par Sarah Abdelnour et Sophie Bernard, s’intéresse aux formes de résistance et aux mobilisations collectives des travailleurs de plateformes. Les autrices s’appuient principalement sur le cas emblématique des chauffeurs Uber, dont le mécontentement est généré par une désillusion professionnelle : les plateformes ne tiennent pas leur promesse d’ascension sociale et les travailleurs font face à la dégradation des conditions de travail et des rémunérations. Au-delà de la précarité et du turn-over, le passage du mécontentement à la mobilisation se trouve toutefois entravé par le statut d’indépendant des travailleurs et travailleuses des plateformes. En effet, ne disposant pas de mécanismes de représentation et consacrant un temps extensif au travail pour survivre, leur investissement militant s’avère très coûteux. Le mouvement n’est donc pas porté par les travailleurs les plus précaires, mais par une fraction de chauffeurs les plus engagés dans le métier, davantage insérés dans des collectifs de travail, où le sentiment d’appartenance se construit autour de l’affirmation de la masculinité et de trajectoires sociales et migratoires proches. Ces meneurs disposent souvent d’une expérience préalable de la conflictualité, même s’ils se tiennent à distance du rôle de syndicaliste. Leurs revendications s’orientent alors, en grande partie, vers une demande de « régulation », voire de « clôture » de la profession, qui s’adresse autant aux plateformes qu’aux pouvoirs publics. Dans ce chapitre, le cas emblématique des chauffeurs Uber permet aux autrices d’identifier des mécanismes de résistance et d’organisation communs aux « travailleurs et travailleuses de plateformes » de différents secteurs. L’étude des livreurs de repas invite toutefois à nuancer certains constats tirés à partir du secteur des VTC. En particulier, le constat de mobilisations d’abord portées par les travailleurs et travailleuses tirant l’essentiel de leurs revenus du travail de plateforme, semble moins vérifié dans le cas des livreurs, où un petit nombre « d’entrepreneurs de cause », qui ne travaillent plus (ou à temps très partiel) sur les plateformes, jouent un rôle important dans la structuration du mouvement[iv].

Le cinquième chapitre, rédigé par les juristes Hélène Nasom-Tissandier et Morgan Sweeney, met à jour une évolution de la jurisprudence sur deux enjeux essentiels, qui opposent les plateformes à leurs concurrents économiques et à une partie de leurs travailleurs et travailleuses. Le premier concerne la prétention des plateformes à n’être que des intermédiaires « neutres », ce qui leur permet de n’être soumis qu’au droit numérique. Cet argument, d’abord pris en compte par certaines juridictions, a ensuite été contesté par plusieurs décisions judiciaires majeures. La plus importante est l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne du 20 décembre 2017, qui a estimé que le service d’intermédiation qu’Uber fournissait relevait bien de la qualification de service de transport et que la firme devait donc appliquer la législation espagnole à laquelle elle prétendait échapper. En France, la décision de la Cour d’appel de Paris du 1er juin 2017 de condamner Uber pour ne pas avoir rappelé ses chauffeurs à leurs obligations légales – en particulier dans l’espace urbain – témoigne du même refus de considérer la plateforme comme un intermédiaire « neutre ».

Le deuxième enjeu central du contentieux concerne le statut social des prestataires. En France, les tribunaux des prud’hommes et la Cour d’appel de Paris ont d’abord refusé de reconnaître la subordination des travailleurs et travailleuses des plateformes. Ces décisions ont toutefois été invalidées en 2018 par la Cour de cassation, qui a estimé que la géolocalisation permettait à la plateforme de disposer d’un pouvoir de contrôle et de sanction caractéristique d’un lien de subordination. Alors que cette décision reste construite sur la définition classique de la notion de subordination, les deux juristes montrent l’originalité de l’approche « organisationnelle » retenue par les juges en Angleterre et aux États-Unis. Ces derniers reconnaissent les travailleurs et travailleuses des plateformes comme des salariés en raison de leur intégration à l’activité économique des plateformes et de leur absence de clientèle propre. En 2019, la Cour d’appel de Paris s’est rapprochée de l’analyse de ces juridictions, en intégrant, parmi les motifs de requalification d’un ancien chauffeur Uber en salarié, son intégration à « un service organisé par la société Uber BV ».

Enfin, dans la postface, Dominique Meda revient sur le discours millénariste de l’économie numérique, qu’elle situe dans la lignée de la « nouvelle économie » du début des années 2000. Ce discours voudrait que la révolution technologique, perçue comme inéluctable, soit à l’origine d’une mutation importante du travail, amené à devenir plus collaboratif, autonome et source de plaisir. Les grandes entreprises hiérarchisées n’auraient alors plus de raison d’être, du fait de la réduction drastique des coûts de transaction qui en justifiaient l’existence, et seraient vouées à disparaître. L’avènement de la figure de l’auto-entrepreneur ou du freelance permettrait alors de refermer la parenthèse du salariat, historiquement lié à la grande entreprise et à la nécessité de coordonner les travailleurs et travailleuses. Ces évolutions permettraient également de renouer avec un véritable travail autonome et avec les figures des Sublimes, dépeints par Denis Poulot[v], ou celle des ouvriers entrepreneurs que décrivent Alain Cottereau ou Claude Didry, figures entretenues avec nostalgie[vi]. En reprenant les éléments issus des différentes contributions de l’ouvrage, Dominique Meda s’emploie à montrer à quel point ces promesses de l’économie numérique ne sont pas tenues, en particulier celles qui touchent au travail. Pour l’autrice, c’est davantage à la figure des ouvriers et ouvrières embauchées à la pièce ou à la journée par un tâcheron ou un petit entrepreneur – dont la plateforme joue ici le rôle – qu’il faut identifier les travailleurs et travailleuses de la gig economy[vii]. Cette vision des relations de travail implique d’identifier les plateformes comme des employeurs, comme s’y emploient de plus en plus les juges. L’ouvrage se termine alors par un plaidoyer en faveur d’une amélioration des conditions de travail et d’un renforcement de l’autonomie à l’intérieur du salariat, jugé davantage à même de répondre aux aspirations de travailleurs et travailleuses en quête de liberté et de maîtrise de leur travail, qu’une pâle copie de l’indépendance.

En définitive, à travers des enquêtes variées, les auteurs offrent un panorama de la façon dont le capitalisme de plateforme affecte le travail et recompose plusieurs secteurs d’activité. Si l’ouvrage donne finalement assez peu d’éléments sur les propriétés sociales des travailleurs et travailleuses des plateformes et sur la façon dont celles-ci organisent et encadrent le travail, il offre en revanche les moyens d’historiciser ce phénomène émergent, en le raccrochant avec des transformations du travail déjà étudiées par les auteurs et autrices : externalisation, sous-traitance, précarisation, auto-entrepreneuriat. Il montre bien comment le modèle des plateformes repose sur le contournement du droit et sur la négation de la nature réelle de leurs activités.

Arthur Jan, LISE-CNAM

[i] Voir notamment Trebor Scholz (dir.), Digital labor. The internet as Playground and Factory, New York, Routledge, 2012 ; Dominique Cardon, Antonio Casili, Qu’est-ce que le digital labor ? Bry-sur-Marne, Éditions de l’INA, 2015 ; Antonio Casili, En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic, Paris, Seuil, 2019.
[ii] Voir en particulier Nick Srnicek, Platform Capitalism, Polity Press, 2016.
[iii] Par « Plateforme », on désigne ici, avec les auteurs et autrices de l’ouvrage, les dispositifs techniques et informatiques de mise en relation, mais également par extension, les entreprises qui s’appuient sur ces dispositifs et leurs gestionnaires.
[iv] Nous renvoyons ici au travail doctoral en cours mené par l’auteur de cette recension sur les mobilisations des livreurs de repas.
[v] Poulot Denis, Question sociale. Le Sublime ou le travailleur parisien tel qu’il est en 1870, et ce qu’il peut être. Introduction par Alain Cottereau, Paris, Maspero, 1980 [1870].
[vi] Alain Cottereau, « “Droit et bon droit”. Un droit des ouvriers instauré, puis évincé par le droit du travail (France, xixe siècle) », Annales. Histoire, Sciences sociales, 2002, 57e année, no 6, p. 1521-1557 ; Claude Didry, L’Institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire, Paris, La Dispute, 2016, 244 p.
[vii] Expression que l’on peut traduire par « économie à la tâche », « économie à la demande » ou encore « économie des petits boulots ».


Bauraind Bruno et Vandewattyne Jean, « Ryanair must change. Lutter dans le low cost », Échos, Revue trimestrielle du Greséa, no 104, octobre/novembre/décembre, 2020, 63 p.

La revue Échos du Greséa (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)[i] propose, dans son numéro 104, une analyse des pratiques de la compagnie d’aviation Ryanair. En 63 pages, dans un style accessible à des non-spécialistes, Bruno Bauraind et Jean Vandewattyne rendent compte des conditions dans lesquelles, par une série de luttes, les salariés de la multinationale irlandaise, leader européen en nombre de passagers transportés (152 millions en 2019), ont réussi à amener les dirigeants de la firme à modifier, pendant une brève période de temps, leur gestion de la main-d’œuvre, grâce à « la première grève transnationale offensive de l’histoire sociale européenne » (p. 5).

En un éditorial et quatre articles, à la mise en page soignée, les deux chercheurs rappellent que, si Ryanair a pu atteindre un tel niveau de développement, c’est, certes, parce que l’entreprise affiche des prix apparemment très bas, mais c’est surtout parce que ses dirigeants ont su tirer profit d’une série de décisions de politique macro-économique prises au niveau international. En effet, l’Union européenne a progressivement, à partir du milieu des années 1980, « libéralisé » l’ensemble des secteurs d’activité, pour matérialiser et expérimenter le projet d’une économie néolibérale. Pour les auteurs, ce projet consiste à modifier le mode d’intervention de l’État sur l’économie. Dorénavant inféodée aux intérêts des acteurs dominant l’économie, la puissance publique doit s’arc-bouter sur un seul objectif : « créer un climat favorable aux affaires », c’est-à-dire promouvoir la concurrence et empêcher que la recherche de valeur pour l’actionnaire, supposée bénéfique pour le consommateur, ne soit entravée.

Concrètement, « le despotisme actionnarial » prend la forme de l’entreprise néolibérale et, plus particulièrement, de l’entreprise low cost, dont Ryanair incarne une forme particulièrement agressive : l’ultra low cost. C’est ce modèle que les auteurs décrivent avec minutie, en trois temps : « comprendre le modèle économique et le régime de mobilisation salariale » propre à Ryanair ; décrire finement les différentes étapes qui ont parsemé les vingt années de luttes en dents de scie que les salariés ont menées ; et tirer « quelques enseignements du ʺdossier Ryanairʺ » (p. 5).

Dans le premier article – « Ryanair ou l’utopie néolibérale » –, les auteurs contextualisent la naissance et le développement fulgurant de la firme, fondée en 1985 par la famille Ryan. Alors qu’à son lancement, elle « ne possède qu’un seul appareil bimoteur » qui relie l’aéroport de Waterford à Gatwick, trente-cinq ans plus tard, après une entrée en bourse en 1997, la multinationale « possède, selon son site, une flotte de 475 Boeing et en a commandé 210 en 2019 […]. Elle emploie 19 000 professionnels […], est active dans 40 pays, compte 82 bases[ii], effectue 2 400 vols quotidiens » (p. 8). Ce à quoi s’ajoute la grande profitabilité des capitaux investis par les actionnaires, « en moyenne de 23,3 % sur la dernière décennie[iii] » (p. 8).

L’un les éléments ayant contribué à ce « succès » réside dans la progressive capacité de la firme à mettre sous sa dépendance les collectivités locales gestionnaires des aéroports périphériques, associant l’implantation de Ryanair à l’opportunité de créations d’emplois et de rentrées fiscales, dans des régions souvent sinistrées. Ainsi, entre Ryanair et la société publique BSCA (Brussel South Charleroi Airport), gestionnaire de l’aéroport de Charleroi, un contrat, signé en 2001 et d’une durée de 15 ans, prévoit notamment que BSCA doit : a) financer les frais de publicité de Ryanair à hauteur de 50 % ; b) subventionner les nouvelles routes ouvertes par Ryanair au départ de Charleroi ; c) subventionner le recrutement et l’entraînement des pilotes ; d) ainsi que les frais d’hôtel du personnel de bord ; e) et appliquer un tarif préférentiel pour l’assistance en escale.

Si, en 2004, la Commission européenne condamne Ryanair à rembourser une partie des « faveurs » qui lui ont été accordées dans le cas de Charleroi, la firme continue à innover pour rendre dépendantes les collectivités locales et capter une partie des financements qui pourraient servir l’intérêt général. Elle n’hésite d’ailleurs pas à exercer un chantage à la délocalisation si les pouvoirs publics tentent de renégocier certaines modalités. À ce siphonnage de l’argent public, s’ajoute tout un éventail de mesures que Ryanair n’a pas inventées, mais que les gestionnaires de la compagnie s’ingénient à appliquer avec une rare radicalité. Les auteurs citent, par exemple, le fait de proposer aux voyageurs des suppléments (bagages, repas, assurances, etc.) qui permettent « à la compagnie irlandaise de tirer 27 % de son chiffre d’affaires de ces options payantes » (p. 18).

Dans ce cadre, les dispositifs de gestion de la main-d’œuvre jouent un rôle central pour mobiliser, au moindre coût, les deux catégories de personnels : celui dit de cockpit (pilotes et copilotes), comme celui dit de cabine (hôtesses et stewards). C’est l’objet du deuxième article « Le régime de mobilisation salariale chez Ryanair ». De façon générale, dans l’entreprise néolibérale, ce régime de mobilisation consiste à obtenir la coopération forcée des salariés, sous la double « contrainte objective des marchés financiers et du chômage de masse » (p. 28). La mobilisation est également obtenue en promettant aux salariés plus d’autonomie pour développer leur créativité. Ce qui place ces derniers dans une situation paradoxale où ils se doivent d’être créatifs alors que les dispositifs de gestion les en empêchent.

Sur cet arrière-fond de principes communs, Ryanair se singularise par un ensemble de règles et de procédures allant des plus archaïques aux plus machiavéliques. Il y a, par exemple, la classique division du travail entre personnels de cabines et personnels de cockpit, doublée d’une division des personnels entre ceux disposant de contrats de travail Ryanair – relativement plus favorables – et ceux embauchés via des sociétés sous-traitantes pratiquant des conditions plus défavorables pour les employés : par exemple, le paiement du steward ou de l’hôtesse uniquement pendant le temps de vol proprement dit ou bien l’obligation d’être sous statut d’indépendant, pour les pilotes. Pour faire accepter ces conditions aux agents, au moins pendant les premières années, la firme recrute préférentiellement des jeunes faiblement qualifiés d’une quarantaine de nationalités, vivant dans des zones sinistrées et les affecte dans des aéroports de pays dont ils ne parlent pas la langue (déracinement, déterritorialisation), ce qui entrave leur capacité à connaître la législation de ce pays. L’allégeance des agents est également obtenue en les obligeant à s’endetter pour payer leurs frais de formation, leurs uniformes – et leur entretien –, les billets d’avion pour se rendre sur les lieux de formation et aux entretiens annuels situés à Dublin, les visites médicales (organisées les jours de congé), etc.

Mais comment, dans un tel contexte, les salariés ont-ils réussi à organiser, dans plusieurs pays européens, une grève simultanée, sachant, par ailleurs, combien le management de la compagnie fait preuve d’un antisyndicalisme radical, incarné dans la personne de Michael O’Leary, PDG de la firme[iv]. Dans le troisième article « La lutte syndicale des ʺRyanairsʺ », les auteurs apportent des éclairages contrastés à cette question. Là encore, le lecteur découvre l’ampleur des régressions accompagnant l’ultra-low-cost. La stratégie antisyndicale de la compagnie se déploie selon trois axes : individuellement pour les empêcher de s’affilier à un syndicat, Ryanair actionne, soit la menace de licenciement (envers les personnels de cabine), soit des incitations financières (envers les pilotes) ; collectivement, en empêchant les grèves (soit par la menace de fermer l’implantation locale de Ryanair, soit en incitant les salariés des autres aéroports à remplacer les grévistes) et en refusant toute négociation collective ; ainsi que par « la pression sur l’organisation syndicale par le truchement du pouvoir politique » (p. 43).

Face à cet arsenal, déployé sur une vingtaine d’années et à l’échelle de l’ensemble de l’Europe, les salariés n’en ont pas moins eu le courage de déclencher quelques mouvements de grève localisés. Mais il aura fallu attendre 2017 pour que Ryanair reconnaisse progressivement les syndicats. Cette évolution est amorcée au début des années 2010, par les actions menées par la Fédération européenne des travailleurs des transports (ETF) et la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF), pour faire appliquer les conventions internationales portant sur la liberté syndicale et le droit d’organisation. Quelques années plus tard, le Conseil et le Parlement européen apporteront des précisions en matière de territorialité indiquant « que dorénavant, ce sera le pays dans lequel un salarié commence son jour de travail qui fournit le droit compétent pour la sécurité sociale » (p. 48). Enfin, la Cour de justice de l’Union européenne estimera que « le droit du travail qui s’applique aux personnels navigants est celui de sa base d’affectation, ce que revendique la Centrale nationale des employés [syndicat belge] […] et ce qui fragilise la compagnie dans tous les pays européens où elle est présente » (p. 49).

À cette stratégie conduite par l’ETF et l’ITF, se combine progressivement le recours à la grève, décidé localement par les employés de Ryanair, dans certains aéroports et dans certains pays. Émerge alors « le Striking group », regroupant des représentants syndicaux des personnels de cabine de Belgique, d’Espagne, d’Italie, des Pays-Bas et du Portugal. Son but est « d’organiser les travailleurs dans les aéroports pour réunir progressivement les conditions d’une grève européenne » (p. 49). Plusieurs décisions prises par la direction, en 2017-2018, vont alors contribuer à créer une solidarité de revendications entre l’ensemble des membres du personnel, pilotes compris, conduisant à des grèves multisites. Il en ressortira une reconnaissance des sections syndicales dans l’entreprise, ainsi que la transformation des contrats de sous-traitants en contrat Ryanair. Cette avancée fut cependant de courte durée. La paralysie du ciel européen, du fait des mesures de confinement (2020), servit de prétexte à la direction de l’entreprise pour restructurer, licencier et faire accepter des baisses de salaires, reléguant les syndicats dans une position purement défensive.

Sans optimisme excessif, les auteurs notent en conclusion qu’environ 50 % des employés de Ryanair ont gagné le droit de s’associer et qu’un nouveau bras de fer va s’engager entre une direction toujours soucieuse de contourner la concertation sociale et des délégués récemment élus, portés par les espoirs nés de la grève européenne offensive.

Au-delà du cas emblématique de Ryanair, la minutieuse et didactique analyse présentée dans le numéro 104 des Échos du Greséa donne à voir, non seulement la persistante violence des rapports de domination structurant les entreprises, ainsi que le coût social et environnemental du low cost, mais également la pertinence des pratiques traditionnelles de lutte et la fragilité des acquis sociaux, l’acteur patronal n’acceptant jamais de devoir se soumettre à une volonté extérieure.

Jean-Luc Metzger, Centre Pierre Naville et CNAM-LISE

[i] https://gresea.be/
[ii] Aéroports, le plus souvent périphériques, où les avions sont garés et où le personnel prend son service.
[iii] Une partie des chiffres cités dans la revue proviennent de la firme elle-même, une autre partie vient du site Mirador multinationales (http://www.mirador-multinationales.be/) riche en données sur les multinationales en général. En plus de ces succès économiques, Ryanair était l’un des dix émetteurs de CO2 de l’UE avec la plus grande quantité de gaz à effet de serre.
[iv] Il est aussi directeur Général de Ryanair Holding, propriétaire de 4 % des actions de Ryanair et, accessoirement, l’un des hommes les plus riches d’Irlande.

Parution du 20ème numéro de La NRT

La Nouvelle Revue du Travail n°20, mai 2022 
https://journals.openedition.org/nrt/10240

■ Corpus – L’autre travail éducatif
• Géraldine Bois et Lionel Jacquot
L’autre travail éducatif. Personnels non enseignants et division du travail [Texte intégral]
• Arthur Imbert
Quand les ATSEM entrent en classe. Histoire d’une lutte juridictionnelle à l’école maternelle [Texte intégral]
• Clémence Michoux
Le travail de socialisation scolaire des CPE. Définir son territoire [Texte intégral]
• Géraldine Bois et Rémi Deslyper
Secrétaires et policiers ? Les assistant·es d’éducation et leurs appropriations d’un travail dominé [Texte intégral]
• Christophe Chevalier, Arthur Imbert et Alicia Jacquot
L’autonomie dans l’invisibilité. Les accompagnantes des élèves en situation de handicap [Texte intégral]
• Simon Kechichian
Animateur.rice dans l’école. Un métier travaillé par la forme scolaire [Texte intégral]
• Julien Netter
Les animateurs au quotidien. Division du travail et inégalités scolaires [Texte intégral]

■ Controverse
« Au-delà des frontières, sept sociologies du travail » Table ronde internationale autour du no19 de la NRT [Texte intégral]

■ Varia
• Hadrien Clouet
La sociologie allemande face aux réformes Hartz [Texte intégral]
• Frédérique Letourneux
La pluralité des logiques de travail dans les tiers-lieux de travail [Texte intégral]

■ Champs et contrechamps
• François Cardi, Cécile Cuny, Nathalie Mohadjer et Hortense Soichet
Une ethnographie visuelle des mondes ouvriers de la logistique [Texte intégral]

■ Matériaux
• Paul Bouffartigue et Mustapha El Miri
« Là c’est quasiment le cours magistral, on ne les voit pas, on parle, on parle. » Crise sanitaire et enseignement en ligne. [Texte intégral]
Entretien avec Mustapha El Miri, enseignant-chercheur en sociologie, par Paul Bouffartigue

■ Recensions et notes de lecture

Penser politiquement le travail

La Nouvelle Revue du Travail  est associée aux deux journées : “Penser politiquement le travail. Renouer avec un héritage refoulé” qui se dérouleront les 7 et 8 avril 2022 à Lyon…


Lyon (MSH-Espace Marc Bloch) -7 et 8 avril 2022

Penser politiquement le travail
Renouer avec un héritage refoulé
Lyon (MSH-Espace Marc Bloch) -7 et 8 avril 2022
On se propose, lors de ces journées, d’examiner les institutions de travail en tant qu’objet et en même temps composante des États contemporains, et de chercher les enjeux des choix politiques opérés en ce domaine. Il ne s’agit pas tant d’observer et de critiquer les acteurs du politique que de délimiter les champs et d’éprouver les méthodes d’une nouvelle enquête : l’analyse des formes nouvelles de travail et des tensions qu’elles suscitent parait être la seule en effet qui permette de comprendre l’évolution actuelle des modes de pouvoir dans toute la planète. Il s’agit d’identifier, derrière les difficultés que rencontrent aujourd’hui toutes les régulations nationales, les mouvements qui déforment les structures, et annoncent peut-être l’avènement d’autres logiques de relation entre les individus comme entre les nations.
Les difficultés qu’il faudra surmonter lors de cette réflexion sont évidentes : chacun a une expérience singulière du travail, et les noms qui désignent ces différentes réalités sont multiples, même si le vocabulaire de l’administration prédomine ; les réactions à l’ordre salarial et les revendications qu’il suscite se retrouvent dans tous les comportements. Le chercheur lui-même a forcément une opinion politique. Peut-on supposer qu’il saura se rendre impartial sans pour autant se trouver démuni en face de son objet ? Il nous faudra forcément remettre en question la division du travail bien installée entre le savant et le politique, le premier espérant trop souvent d’ailleurs, même à son insu, que son travail éclairera voire guidera l’action du second.
Occupées des problèmes que leur proposent tant les gestionnaires de l’économie et de l’État que leurs contestataires, les recherches contemporaines en sciences humaines ont donné lieu à de multiples études, lesquelles utilisent souvent des langages spécifiques intraduisibles entre eux, et ne peuvent donc ni se corroborer, ni se contredire. La plupart de ces expertises exploitent des enquêtes mal repérées dans les temps et les structures du social, et se concluent généralement par la description de réactions ou d’attitudes individuelles ou collectives qu’en l’occurrence il conviendrait de favoriser ou de corriger, c’est-à-dire des comportements si spécifiques qu’aucune science psychologique ne saurait les reconnaitre. Envahie par l’empirisme, la sociologie du travail souffre de la grande dispersion de ses objets et du manque d’exigences et de débats épistémologiques, de même que, plus largement, la sociologie souffre de son repli académique et de son renoncement au dialogue avec les autres disciplines.
Renouant avec un héritage sociologique illustré plus particulièrement par l’oeuvre de Pierre Naville, cette réflexion collective devra donc lever de lourds obstacles méthodologiques.
Sans être jamais justifiée, ni même affirmée clairement, la thèse s’est en effet imposée progressivement en sociologie selon laquelle l’État constitue la réalité dernière qu’inventorie le chercheur, cette institution représentant la rationalité première de l’expérience. Les notions et les termes juridiques sont donc les seuls admis lors de la recherche, et constituent le vocabulaire même de la science. Contester cette théorie implicite, c’est souvent, dans l’opinion commune, violer la distinction première, qui passe pour fondatrice, celle qui discrimine le savant de l’essayiste ou du partisan.
Cette opposition, pourtant, ne peut être admise sans réserve, et les concepts juridiques validés a priori comme universels : le travail, par exemple, n’est pas un fardeau éternel de toutes les communautés humaines, mais une invention récente, instable et contestée. Dans la plupart des sociétés historiques, la production en continu des biens et services est concédée ou imposée à une population particulière, pourvue d’un statut spécifique, esclave, métèque, serf ou artisan…Dans le système qui nous régit aujourd’hui, par contre, le travail doit satisfaire ceux des besoins qui parviennent à s’imposer. Chaque tâche est l’objet d’un rapport noué autour d’un projet entre des individus quelconques, et les produits livrés au commerce. Les administrations nationales se définissent en imposant des normes à ces échanges libres, et en ménageant les conditions de leur développement. La subordination conditionnelle de l’opérateur à l’entreprise, contre rétribution monétaire, le salariat, donne ainsi lieu à des institutions différentes selon les pays, certaines législations autorisant une relative solidarité entre les employés, imposant la reconnaissance d’échelles de qualifications, fixant des professions, entretenant des enseignements qui renouvellent plus ou moins les inégalités de classe, mutualisant une partie des dépenses salariales, transformant des hommes de métier en fonctionnaires d’État… Autant de systèmes salariaux donc que de nations différentes…
Réglementé politiquement, le travail dans le monde d’aujourd’hui n’en est pas moins, dans ses méthodes comme dans son dynamisme, déconnecté des contraintes nationales. La production dans un pays n’est pas tenue de satisfaire les besoins locaux, de se cantonner à son territoire, d’utiliser exclusivement ses ressources, de collaborer à la richesse collective … Tout au contraire, chaque firme s’efforce d’exploiter une formule originale, connectant par exemple la main d’oeuvre d’une région de la planète pour alimenter les consommateurs d’une autre, et donc de mettre à profit méthodiquement les inégalités multiples qui divisent le monde capitaliste. Les États se trouvent ainsi mis en concurrence à travers leurs politiques d’emploi, chaque décision locale constituant une prise de position internationale, la fixation de normes et l’adoption de techniques prenant le sens d’un acte d’allégeance ou de retrait envers les rivaux. Dans les métropoles anciennes, pourvues d’infrastructures complexes, beaucoup des moyens matériels et humains se dépensent à renouveler le parc des entreprises, des transports, des techniques, des savoirs, de sorte que les ligues de nations antagonistes s’affrontent d’abord pour la possession et la mise en valeur des nouveaux territoires…
Il nous faut donc, en mettant en commun et en éprouvant nos connaissances comme nos réflexions épistémologiques, nous donner les moyens d’étudier les mouvements qui ordonnent aujourd’hui notre monde, les marchés du travail juxtaposés, chevauchant les frontières, les nouveaux modes de collaboration et de concurrence entre les firmes et les États, les types d’affiliation inédites qui se substituent aux anciennes professions, et, d’un bout à l’autre de la planète, des régulations étatiques de plus en plus contestées…
Quelle prise avons-nous sur l’objet « travail » ? L’acte, le poste, l’emploi, l’équipe, l’entreprise, la classe, les compétences, la profession… Quels concepts utiliser, chacun d’entre eux entrainant un horizon de recherche, une durée d’observation, des acteurs différents ? La notion susceptible de regrouper ces notions et leurs mouvements n’est-elle pas celle de salariat ? Peut-on imaginer que la socialisation du salariat, ou la mondialisation, ou l’évolution technique, ou la planification…, aboutissent à d’autres formes d’organisation, de mobilisation, de distribution du travail ? La production planétaire, tout à la fois reproduisant, mais aussi problématisant, les hiérarchies entre les nations, politisant les dépendances nationales (les révoltes des pays dominés), offrant la possibilité de figures sociales nouvelles, les capacités humaines devenant plus collectives que spécifiques (des savoirs et des instruments communs à la consommation et au travail , des compétences d’équipes autour des installations une production concentrée en des infrastructures collectivisées qui se reproduisent régulièrement , la ville, les transports, l’information, l’énergie, les armées…). Peut-on voir en ces divers phénomènes les signes annonciateurs d’une nouvelle organisation de l’espèce humaine, des associations autonomes d’individus autour de réseaux évolutifs de production et de services ?
Ces deux journées se proposent de mettre en discussion l’actualité de l’héritage de la pensée de Pierre Naville. La première, à partir de trois thématiques, « subjectivités », « salariat », et « réseaux », au travers desquelles cette pensée semble particulièrement appropriée pour nourrir le débat, avec l’apport de courants intellectuels différents. La seconde, à partir de quatre ouvrages récemment parus et qui font peu ou prou appel à la pensée du co-fondateur de la discipline.

Comité d’organisation : Mateo Alaluf, Sylvie Célérier, Paul Bouffartigue, Caroline Lanciano-Morandat, Sylvie Monchatre, Pierre Rolle.

Revues partenaires de ces journées : L’Homme et la société ; la NRT ; La Pensée ; Temporalités.

Le comité d’organisation tient à remercier les éditions Syllepse (Paris) et Page Deux (Lausanne) pour leurs contributions respectives à la réédition des travaux de Pierre Naville et à la publication de ceux de Pierre Rolle.

Le programme en version PDF : >>>

AAA Jeunes et emploi

AAA pour le n°23 à paraître à l’automne 2023

Repenser la question de l’insertion professionnelle des jeunes

Les parcours vers une hypothétique stabilisation dans l’emploi

 Coordonné par Dominique Glaymann et François Sarfati

 Ce dossier se propose d’analyser l’état actuel des relations entre les jeunesses et l’emploi en faisant le point sur ce que les recherches montrent des positions dans l’emploi et des situations de travail des jeunes (moins de 25 ans ou moins de 30 ans) et de leurs parcours vers des situations plus moins stabilisées. Il s’agira aussi d’explorer les dispositifs des politiques publiques et des autres initiatives portant sur l’emploi des jeunes, ainsi que leurs effets plus généraux, sur l’ensemble des travailleurs.

Nous entendons notamment déconstruire différentes idées fausses autour de « la » jeunesse (« génération sacrifiée ») en rappelant d’abord que la jeunesse n’est pas plus un groupe social homogène en termes d’emploi que d’éducation, de scolarisation ou de dotation en capitaux et ressources divers, en montrant ensuite comment les approches traitant de l’insertion professionnelle passent souvent à côté des enjeux majeurs faute de définition, de mesures et de contextualisation pertinentes (Dubar, 2001). En abordant l’insertion comme «  un processus par lequel des individus n’ayant jamais appartenu à la population active, accèdent à une position stabilisée dans le système d’emploi » (Vernières, 1997, p. 12), nous posons l’hypothèse que le principal problème concerne les conditions d’emploi et de travail des débutants, ainsi que la complexité de leurs trajectoires de stabilisation, y compris parfois quand ils sont enfermés dans la précarité et une instabilité durable.

S’il existe des points communs à l’ensemble des sortants de formation initiale qui expérimentent les nouveaux modes de recrutement et de gestion patronale du salariat (Fondeur, Minni, 2004), il ne faut pas pour autant négliger le poids des différences très marquées selon les niveaux de sortie et de diplômes (Lefresne, 2003 ; Rose, 2006), écarts qui renvoient comme on le sait par ailleurs à des inégalités sociales déterminantes pour les parcours scolaires et de recherche d’emploi, mais aussi aux différences de genre et d’origine ethnique ou religieuse, sources de difficultés accrues, voire de discriminations.

Analyser les parcours de stabilisation (réussie ou non) des débutants, qui ont des âges et des niveaux de sortie de la formation initiale très variés, plutôt que l’insertion des jeunes sera aussi l’occasion de rappeler la réalité et les effets des apories de l’adéquationnisme (Tanguy, 1986 ; Giret, 2015 ) que montrent années après années les données tirées des enquêtes longitudinales (notamment les enquêtes Génération du Céreq et les enquêtes emploi de l’Insee) en ne se limitant pas à la vision court-termiste de nombreuses « enquêtes d’insertion » d’écoles ou de composantes d’universités. On constate des écarts dans les positions d’emploi (type et durée des contrats, niveaux de rémunération, accès aux droits sociaux) et dans les situations de travail (contenu des tâches à réaliser, conditions de travail, qualification reconnue) qui varient à la fois selon les ressources en capitaux sociaux, culturels et scolaires et selon les aléas des parcours dans l’emploi. Il nous paraît donc important de mobiliser les connaissances disponibles en matière de relations entre formation, travail et emploi qu’ignorent largement les décideurs politiques, mais aussi de nombreux responsables de diplômes et de cursus de formation confrontés à la mission « d’orientation et d’insertion » fixée à la voie professionnelle de l’enseignement secondaire et étendue à l’ensemble des filières d’enseignement secondaire et supérieur (la loi LRU de 2007 ayant explicitement ajouté à ce dernier les missions d’orientation et d’insertion).

L’analyse de la situation des jeunes au regard de l’emploi conduit ainsi à interroger les politiques publiques menées en la matière depuis 45 ans (le premier Pacte pour l’emploi des jeunes du Gouvernement Barre date de 1977) et les politiques patronales à l’égard des nouveaux arrivants dans le système d’emploi, ainsi que leurs effets parmi lesquels on distingue notamment les résultats en termes d’orientation et d’insertion (Verdier, 1996) et les effets pervers de stigmatisation et d’enfermement dans des contrats et niveaux de rémunération dérogeant au droit du travail. De ce point de vue, nous souhaitons interroger la notion de « débutant inexpérimenté » en montrant sa nature d’étiquetage (voire de stigmate) qui désigne les sortants de formation initiale à la recherche de premiers emplois en dépit de leurs expériences de stages et de jobs étudiants, mais aussi des jeunes travailleurs parfois présents dans l’emploi ou à ses marges depuis plusieurs années.

Les politiques publiques relatives à l’emploi des jeunes (Charlot, Glasman, 1999) s’appuient ainsi sur des postulats aussi discutables que peu discutés (l’inexpérience, la faible productivité et l’inadaptation de « la formation des jeunes » postulées, ainsi que leur supposée instabilité chronique). Les mesures qui les concrétisent concernent à la fois :

  • « la professionnalisation » de la formation initiale (dans le secondaire et le supérieur) au moyen de différents outils (apprentissage, stages, cours confiés à des intervenants extérieurs, construction des maquettes de diplômes en blocs de compétences, etc.) ;
  • l’aménagement de leur mise au travail et de leur entrée dans l’emploi au moyen de contrats spécifiques, voire même d’absence de contrat de travail[1] accompagnés de multiples dérogations au droit du travail, d’exonérations de cotisations sociales (pour les moins de 25 ans, et désormais des moins de 30 ans, etc.), avec différentes modalités de socialisation dans et par la précarité ;
  • l’organisation des transitions entre la formation, le travail et l’emploi par différentes modalités d’accompagnement à l’orientation, de construction de projets professionnels, et de situations intermédiaires (en cours de formation et en début de vie professionnelle).

Ces politiques publiques, nationales et locales, sont complétées par diverses initiatives émanant d’entrepreneurs privés ou d’acteurs associatifs qui mobilisent souvent des subventions publiques et qui participent ouvertement à la construction des orientations politiques et des mesures qui les concrétisent. Dans ce « gouvernement par l’emploi » (Dupuy et Sarfati, à paraître en 2022), les acteurs privés poussent la puissance publique à agir dans leur intérêt, au nom de la centralité accordée dorénavant à l’emploi. D’un côté, la formation est subordonnée à l’emploi. Il s’agit moins de préparer des travailleurs à tenir un poste ou une série de postes, que de leur permettre de justifier de leurs compétences lors d’un entretien d’embauche. D’un autre côté, le droit du travail vient autoriser toutes sortes de dérogations à la norme du contrat à durée indéterminée à temps plein au sein d’une même entreprise, postulant sans le démontrer que l’emploi dégradé d’aujourd’hui est une marche vers l’accès à un emploi meilleur demain. Portées par les employeurs, ces politiques n’ont que peu d’effet sur l’accès à l’emploi. Elles se limitent le plus souvent à changer l’ordre dans la file d’attente, mais ont en revanche d’importants effets en matière de déclassement et de sous-qualification produisant du travail de mauvaise qualité, de la précarisation et de l’emploi low cost, avec des revenus impliquant des situations de pauvreté. On découvre alors diverses formes de stigmatisation des débutants en général, des non ou peu diplômés en premier lieu. Elles n’en transforment pas moins tant le système de formation que le système d’emploi.

Pour aborder ces questions, les propositions d’articles pourront s’inscrire dans l’un des trois axes suivants :

  • une analyse critique des logiques et des dispositifs de politique publique et des politiques patronales comme de leurs effets à partir d’enquêtes récentes ou de comparaisons longitudinales sur les périodes durant lesquelles ces mesures se sont succédées, voire juxtaposées. L’analyse pourra porter en premier lieu sur les conditions de production de ces dispositifs. Qui construit ces dispositifs ? Quels référentiels mobilisent-ils, dans quels contextes ? Quels sont les savoirs et les expertises sur lesquels reposent ces constructions ? Quelles sont les croyances et les idéologies qui irriguent ces programmes ? Sur un deuxième plan, les propositions pourront s’intéresser aux acteurs (publics/privés/hybrides, européens/nationaux/locaux) et aux structures mettant en œuvre ces politiques. En quoi ces dispositifs transforment-ils leur manière de travailler ainsi que leurs conditions de travail et d’emploi ? Enfin, les propositions d’article pourront se concentrer sur les destinataires de ces dispositifs et les effets les concernant. Que produisent ces dispositifs sur les parcours de ces jeunes ? Que produisent-ils en termes de division du travail au sein des organisations productives ? Comment les employeurs se saisissent-ils de ces nouvelles opportunités de travailleurs à bon marché offertes par ces décisions publiques ?
  • une réflexion sur la réception par les débutants des parcours et des situations qu’ils expérimentent dans cette phase de leur vie qui dure parfois des années et qui aboutissent à des situations très inégales, allant pour une partie d’entre eux jusqu’à une stabilisation dans l’instabilité. On pourra notamment à ce sujet interroger les effets du fonctionnement de l’emploi sur leurs aspirations en termes d’activité, de travail, d’emploi, sur leur rapport au salariat et plus largement sur les appartenances professionnelles et de classe.
  • des réflexions autour d’initiatives (plus ou moins expérimentales et innovantes) ou sur des propositions alternatives aux politiques mises en œuvre depuis 40 ans pour tenter d’améliorer l’entrée et la situation dans l’emploi des jeunes.

Sur chacun de ces axes, nous serons particulièrement attentifs aux propositions s’appuyant sur des enquêtes et thèses récentes ou en cours sur le sujet ainsi qu’aux propositions de comparaison internationale. Cet appel à articles concerne des chercheurs en sociologie, en économie, en science politique, en histoire et en sciences de l’éducation, des approches pluridisciplinaires ou interdisciplinaires seront bienvenues.

Références bibliographiques

Charlot B., Glasman D., 1999, Les jeunes, l’insertion, l’emploi, Presses universitaires de France, Paris

Dubar C., 2001, « La construction sociale de l’insertion professionnelle », Éducation et sociétés, 7/2001/1, p. 23-36

Dupuy C., Sarfati F., 2022, Gouverner par l’emploi. Une ethnographie de l’école 42, Presses universitaires de France, Paris https://www.puf.com/content/Gouverner_par_lemploi

Fondeur Y., Minni C., 2004, « L’emploi des jeunes au cœur des dynamiques du marché du travail », Économie et statistique, n°378-379, p. 85-104.

Giret J.-F., 2015, « Les mesures de la relation formation-emploi », Revue française de pédagogie, n°192, p. 23-36.

Lefresne F., 2003, Les jeunes et l’emploi, La Découverte, Paris

Lopez A., Moncel N., 2006, « Les enquêtes “Génération” du Céreq : éléments de bilan », Net.Doc, n° 25.

Rose J., 1998, Les jeunes face à l’emploi, Desclée de Brouwer. 

Tanguy L. (Eds), 1986, L’introuvable relation formation-emploi : un état des recherches en France, La documentation Française, Paris

Verdier É., 1996, « L’insertion des jeunes “à̀ la française” : vers un ajustement structurel ? », Travail et Emploi, n°69, p. 37-54.

Vernières M., 1997, L’insertion professionnelle, analyses et débats, Economica.

Merci d’adresser les propositions d’article (format Word ou Odt) au plus tard le 10 septembre 2022 exclusivement à : nrtravail@gmail.com

Les propositions d’articles ne doivent pas dépasser les 45 000 signes (espaces et bibliographie compris), les métadonnées (noms, résumés et mots clés en français et anglais) figurant dans un fichier à part.

Règles de mise en page indiquées sur https://journals.openedition.org/nrt/531

AAA en version PDF : >>>

__________________________________

[1] À titre d’exemple, citons les stages, l’usage extensif du bénévolat, le Service civique, les périodes de mise en situation en milieu professionnel (PMSMP)

AAA Innovation et travail

Appel à articles de La Nouvelle Revue du Travail

 Corpus : « Innovation et travail »

(Samir Bedreddine et Jérôme Cihuelo, responsables du Corpus)

N° 22, Parution au Printemps 2023

 Les sciences de gestion se sont très tôt intéressées à l’innovation dans ses formes et ses processus, essentiellement dans une perspective prescriptrice. Elles cherchent de manière convergente à modéliser l’innovation à travers la définition de principes organisationnels et de méthodes de conception considérés comme efficients. Cette orientation normative des travaux menés dans le champ de la gestion conduit à négliger les effets des dispositifs dédiés à l’innovation sur les salariés et sur leur travail. Il s’agit ici de se demander comment l’innovation – non pensée comme une variable de performance, mais saisie dans ses visées managériales – se voit différemment investie dans les organisations et participe d’une redéfinition des conditions d’activité. Elle est présentée par les directions d’entreprises et d’institutions publiques comme un impératif et une nécessité s’imposant de l’extérieur. Elle donne lieu au sein des entreprises à l’introduction de dispositifs mettant en avant ces dernières années l’absence de présence et de régulation hiérarchiques. Or, les fins poursuivies en font des dispositifs de management de l’innovation.

Depuis les années 2010, on assiste à une multiplication des lieux dédiés à l’innovation, s’équipant de différents dispositifs et utilisant des méthodes de conception empruntant au monde du design – le design thinking en constituant une figure emblématique. Bien que ces dispositifs soient orientés de manière privilégiée vers les cadres, l’ambition affichée apparaît bien plus large. En effet, les discours et la communication officielle autour de l’innovation s’adressent à l’intégralité des salariés, notamment parce que ces campagnes de sensibilisation et d’enrôlement revendiquent des dimensions inclusive et participative. L’innovation n’est ainsi plus convoquée pour ses perspectives productives, mais devient un mot d’ordre censé irriguer l’intégralité des organisations.

Ce Corpus de la NRT se propose ici d’explorer et de questionner cet appel général(isé) des organisations à l’innovation. La traduction gestionnaire de cette injonction (pressante) à l’innovation demande de s’intéresser à des formes de rationalisation privilégiant l’accélération et à ses effets produits sur le travail. La diffusion significative de dispositifs dédiés à l’innovation dans de multiples structures interroge parallèlement l’étendue des formes de réappropriation (contournement, détournement, retournement…) dont ils sont l’objet. L’incarnation de cette injonction implique également d’appréhender le rôle joué par les promoteurs de ces dispositifs à travers les processus de production et de légitimation à l’œuvre et, dans le même temps, la conflictualité induite par les différentes formes de captation et de rivalité. Ainsi, le Corpus s’attachera à interroger l’appel à l’innovation – saisi dans ses discours et dans ses dispositifs – sous un triple questionnement : a) comment et jusqu’où participe-t-il d’une recomposition du travail et d’une transformation des organisations ? (ce que l’innovation fait au travail) ; b) comment les salariés accueillent-ils, s’approprient-ils ou résistent-ils à cette injonction outillée à innover ? (ce que les salariés font à l’innovation) ; c) de quelle manière la mise en mot et en dispositif de cet appel à l’innovation révèle-t-elle   des conflits et des luttes de pouvoir ? (ce que l’innovation légitime et conflictualise).

Dans la perspective d’éclairer les enjeux soulevés par l’usage managérial de l’innovation, le Corpus s’intéressera plus particulièrement aux acteurs directement impliqués – concepteurs, animateurs et participants – dans les dispositifs dédiés à l’innovation (incubateur, lab, atelier de créativité, accélérateur de projet…) et mis en place dans les organisations (entreprises et institutions publiques, y compris les universités). De plus, l’entrée notamment par les discours et les mots de l’innovation conduit dans le cadre de cet appel à retenir une approche nominaliste. Ainsi, toute activité individuelle et collective appelée innovation dans une organisation pourra servir à exemplifier le phénomène social actuel de l’innovation.

Les articles proposés dans le cadre de ce numéro pourront s’inscrire dans une ou plusieurs des perspectives suivantes :  

  1. L’innovation à travers ses dispositifs : mobilisation des salariés et cadrage de l’activité.

Les promesses portées et les formes de rationalisation privilégiées par les dispositifs dédiés à l’innovation interrogent sur ce qu’elles font durablement au travail et aux organisations.

La diffusion au sein des organisations de ces dispositifs (incubateur, accélérateur, espace de créativité, ateliers collaboratifs…) interroge à double titre sur les effets produits sur l’activité de travail. D’une part, les méthodes introduites et les formes d’engagement valorisées demandent d’apprécier la nature et la profondeur des évolutions dans les pratiques professionnelles. Il s’agira ici d’analyser ce qu’elles font au travail, à la fois dans les espaces dédiés à l’innovation et dans les environnements quotidiens de travail. D’autre part, les dispositifs dédiés à l’innovation répondent à un régime temporel privilégiant la réversibilité des activités dans des horizons temporels rapprochés. Ils participent d’une recherche de compression et de flexibilisation des temps. Cette organisation temporelle du travail sur l’innovation questionne sur la manière dont elle oriente et façonne l’activité des salariés.

Par-delà la promesse d’une innovation permanente, l’efficience revendiquée des méthodes de créativité, intrinsèquement liées à ces dispositifs, interroge dans le même temps leur portée effective et leur traduction concrète. Quelle est la nature des productions réalisées ? Dans le meilleur des cas, à quel type d’innovation aboutissent-elles et avec quelles temporalités ? Jusqu’où ces innovations parviennent-elles à se diffuser et avec quels effets sur les activités ? De quelle manière les organisations s’en saisissent-elles et en portent-elles la trace ? 

  1. L’innovation à travers ses contributeurs : coûts de la participation et réappropriation.

L’engagement attendu dans les dispositifs et les espaces dédiés à l’innovation interroge, du point de vue des contributeurs, la teneur de l’implication demandée et le coût de la participation. En contrepoint de l’implication recherchée par les organisateurs et les promoteurs de ces dispositifs, l’analyse des dynamiques de participation conduit également à porter la réflexion sur les modes de réinvestissement. Elle demande à s’intéresser aux différentes stratégies de contournement et de détournement mises en œuvre par les salariés mobilisés. Elle amène aussi à se questionner sur les formes de réappropriation sous l’angle des profits symboliques pouvant être retirés par les participants.

Subséquemment, ce sont les dispositions des agents qui participent et s’investissent dans ces dispositifs d’innovation qui pourront être explicitées dans cet axe de l’appel. Les effets de socialisation pourront également être abordés afin de montrer comment certaines de ces dispositions permettent à des agents d’alimenter la fonction de repérage salarial que constituent les différents ateliers, formations ou groupes de projet dédiés à l’innovation. 

  1. L’innovation à travers ses promoteurs : légitimation et confrontation.

L’analyse des ressorts de la mobilisation recherchée par ces dispositifs demande également de porter une attention aux acteurs quant à leur organisation, à leur trajectoire et à leur promotion. Elle conduit ici à interroger la dimension politique de l’innovation sous le prisme de sa légitimation et de ses confrontations.

Il s’agit de s’intéresser au profil et aux trajectoires socio-professionnelles des organisateurs et des animateurs de ces dispositifs, notamment en rendant compte de la manière dont ils contribuent à favoriser l’implication recherchée. Quels types de dispositions et de modes d’engagement encouragent-ils et valorisent-ils ? Quels sont les techniques utilisées, les postures retenues et les discours produits pour susciter l’engagement recherché et parvenir à l’intériorisation de conceptions souvent associées à l’univers des start-up ? Comment parviennent-ils à légitimer les dispositifs et à se légitimer dans un rôle reconnu d’animateur ?

Au-delà de la vision d’apparence consensuelle de l’innovation, cette dernière requiert d’être saisie dans la conflictualité entourant ses dispositifs. À l’échelle d’entités d’organisations (directions R&D, de l’innovation, financière, opérationnelle…), l’analyse pourra se porter sur les rapports de force intervenant dans les conditions de production, de captation ou de contestation des dispositifs en jeu. D’une autre manière et à la hauteur de groupes d’acteurs plus ou moins constitués, elle pourra rendre compte des luttes autour de la définition de l’innovation et de territoires professionnels visant à l’accaparer. 

  1. L’innovation à travers ses scènes : circulation et articulation des lieux d’activité.

La multiplication des dispositifs dédiés demande de s’intéresser aux circulations et aux articulations entre les différents lieux de l’activité. Dès lors, comment ces dispositifs prennent-ils place dans l’activité globale de leurs participants alors que leur articulation avec le reste de l’organisation apparaît souvent comme impensée ? Dans quelle mesure l’autonomie spatio-temporelle de ces dispositifs peut-elle venir alimenter des conflits de temporalité et/ou de rationalité avec des modes d’organisation durablement installés (gestion par processus et par projet) ? Jusqu’où et à quel prix les salariés parviennent-ils à relier les différents lieux et temps de leur activité ?

La circulation (répétée) entre les espaces dédiés à l’innovation et les environnements quotidiens de travail place les salariés à la frontière d’univers organisationnels aux modes de fonctionnement spécifiques, sinon éloignés. Cette situation de double insertion interroge sur la réceptivité et l’appui trouvés dans l’environnement quotidien de travail (hiérarchie de proximité et collègues de travail). Comment les salariés parviennent-ils à se légitimer et à faire reconnaître leur investissement sur plusieurs scènes de travail ? La place occupée et les relations de travail dans le collectif de travail se trouvent-elles dans le même temps modifiées ? Assiste-t-on à l’installation de clivages et de rapports de rivalité entre salariés ?

Les articles attendus mobiliseront des recherches fondées sur des analyses empiriques et critiques de dispositifs dédiés à l’innovation au sein d’entreprises ou d’organisations publiques ou privées. Cet appel s’adresse autant aux chercheurs en sciences sociales et humaines (sciences de gestion, sociologie, anthropologie, économie, histoire, philosophie, psychologie…) qu’aux praticiens en général.

Modalités de réponse et calendrier

Les propositions d’articles ne doivent pas dépasser les 45 000 signes (espaces et bibliographie compris), les métadonnées (noms, résumés et mots clés en français et anglais) figurant dans un fichier à part.

Elles doivent être adressées, en format Word ou odt, avant le 15 octobre 2022 à nrtravail@gmail.com (exclusivement) en suivant les modalités et les normes de présentation précisées à la rubrique « Soumission et évaluation » du site de La NRT.

AAA en PDF >>>