Archives de l’auteur : Jean-Pierre Durand

Baptiste Giraud, Karel Yon, Sophie Béroud, Sociologie politique du syndicalisme, Armand Colin, collection U, 2018.

Recension de Jean-Michel Denis, UGE/LATTS

Comme l’essentiel des ouvrages parus chez Armand Colin, Sociologie politique du syndicalisme, rédigé par Baptiste Giraud, Karel Yon et Sophie Béroud, se présente sous la forme d’un manuel. Son projet en découle logiquement : il s’agit de fournir un instrument de connaissance et d’analyse à celles et ceux qui se posent des questions sur le mouvement syndical actuel et ses spécificités. Mais qu’est-ce qui fait l’originalité de ce livre alors que les publications sur le syndicalisme ne manquent pas – malgré ou à cause de l’affaiblissement de ce dernier -, et alors qu’un recueil sur les relations professionnelles, qui englobent les syndicats comme acteurs, est paru dans la même collection dix ans plus tôt[1]. Le syndicalisme a-t-il tant changé qu’il faille lui consacrer un nouvel écrit ? Les auteurs le pensent soulignant à la fois les effets des réformes législatives successives depuis plusieurs décennies sur l’espace des relations professionnelles, ses acteurs et leurs pratiques, et le renouveau des travaux français et étrangers sur la recomposition du mouvement syndical. Leur manuel entend ainsi répondre à une double visée. La première, classique dans ses objectifs, est d’offrir une analyse sociologique du phénomène syndical qui permette d’échapper aux « images d’Epinal » qui lui sont trop souvent accolées (au sujet de son archaïsme et de sa coupure avec les salariés en particulier) et aux procès en légitimité qui lui sont souvent injustement adressés. La seconde est moins neutre puisqu’il s’agit pour eux d’éclairer les ressorts politiques à l’œuvre derrière les dernières réformes du marché du travail et de la protection sociale, ainsi que derrière la promotion du dialogue social, qui transforment le syndicalisme en faisant peser sur lui de nouvelles contraintes. Doit-on interpréter ce projet de sociologie politique du syndicalisme à cette aune, c’est à dire comme relevant d’une intention politique autant que sociologique, l’objectif étant de produire une analyse politiquement située de ses transformations récentes ? On peut le penser. De fait, en considérant les contenus de ces réformes législatives qui restructurent l’espace des relations professionnelles depuis ces dernières années comme des contraintes supplémentaires pesant sur le syndicalisme, et surtout en voyant en elles les pièces d’un processus « d’enrôlement du syndicalisme français vers un modèle d’action plus consensuel » (p.8) et de tentative de « domestication » de ce dernier, le propos ne peut être plus limpide. De la même manière, il ne faut pas être grand clerc pour deviner la faveur que les auteurs accordent à une orientation plutôt combative du mouvement syndical.
Mais réduire ainsi les analyses proposées dans cet ouvrage ferait passer à côté de son projet véritable et de sa richesse. Celui-ci est ambitieux puisqu’il ne vise rien de moins que de ré-enchanter le syndicalisme sinon comme pratique sociale du moins comme objet de recherche. Comment ? Tout d’abord en se démarquant des travaux qui réduisent ce dernier à sa crise, à son institutionnalisation et à sa bureaucratisation. Ensuite, en abordant l’objet syndical de façon dynamique, c’est à dire en cherchant à l’appréhender en faisant tenir ensemble ses différentes facettes qui, en se combinant et en faisant système, lui donne son intelligibilité : logiques de fonctionnement des organisations, modes d’engagement des acteurs et espaces de représentation dans lesquels ils s’inscrivent (p.5). Enfin, en prolongeant et en rediscutant les connaissances sur l’objet syndical : celles déjà formulées grâce aux approches disciplinaires qui se sont traditionnellement intéressées à lui, la sociologie du travail et des relations professionnelles et l’histoire principalement, et celles produites par les nouveaux paradigmes théoriques et méthodologiques, en France comme à l’étranger.
Les auteurs de ce manuel s’inscrivent doublement dans ce mouvement. D’une part, par un investissement sans relâche dans les travaux consacrés à cet objet qu’ils enrichissent par leurs enquêtes empiriques et leurs réflexions théoriques (plusieurs chapitres du livre sont directement issus de leurs recherches les plus récentes). D’autre part, en défendant une approche « décloisonnée » de ce dernier par l’apport combiné de plusieurs disciplines, dont la science politique.
Cette analyse croisée ou décloisonnée est menée tout au long des six chapitres de l’ouvrage, relativement courts, une trentaine de pages environ chacun, qui traduisent à la fois l’ambition pédagogique des auteurs, leur maîtrise des sujets abordés, et leurs choix fermes de certaines orientations problématiques. Ils y mobilisent les catégories et schémas interprétatifs classiques de la discipline dont ils sont tous les trois issus, et jusqu’alors principalement utilisés dans « l’analyse du fonctionnement des institutions politiques, des organisations partisanes et du vote… » (p. 14). C’est par exemple le cas dans le premier chapitre consacré à l’institutionnalisation du syndicalisme. Ils y montrent l’apport heuristique de la sociologie de l’institution forgée notamment par Jacques Lagroye et Michel Offerlé pour analyser le processus « non linéaire [et même assez fortement chaotique] de stabilisation, de reproduction et de transformation « des formes syndicales » tout au long du XXème siècle (p. 21), et s’y interrogent sur le fait de savoir si les syndicats constituent « des groupes d’intérêt comme les autres ? » (p. 46). C’est également vrai pour les deux chapitres suivants : celui consacré au lien entre syndicalisme et politique dans lequel ils analysent de façon critique la thèse, qui relève plutôt de la doxa, qui fait de la (trop grande) politisation du syndicalisme français la cause de son pluralisme voire de sa fragmentation, sans prendre en compte les facteurs sociaux et juridiques qui structurent tout aussi durablement ce dernier. Selon eux, c’est davantage à une dépolitisation du syndicalisme à laquelle on assisterait au cours de ces dernières décennies avec sa rétractation sur le seul terrain économique et social et la défense prioritaire de valeurs pragmatiques. L’apport de la science politique est également essentiel pour décrypter l’évolution des règles de la représentativité syndicale, présentée et analysée dans le chapitre 3, tant la démocratie sociale tend à se redéfinir à l’aune de la démocratie politique. Pour les auteurs de l’ouvrage, la modification des règles de la représentativité syndicale consécutive à la loi de 2008 constitue ainsi un véritable moment de bascule dans « la redéfinition du modèle social français » (p.85), d’autant plus qu’elle a entraîné toute une myriade d’autres changements (en matière de négociation collective, de représentativité patronale, de financement des organisations professionnelles, etc.) qui participent de cette transformation d’ampleur. Au-delà de ce point, l’intérêt de ce chapitre réside dans l’analyse fine qu’ils effectuent du dispositif de mesure de l’audience syndicale – véritable « bricolage opérationnel » qui additionne des scrutins aux logiques hétérogènes tout en ignorant des « pans entiers du monde du travail », et qui vise au final « davantage à consolider la négociation collective plutôt que de produire une image fidèle de la représentativité sociale des syndicats » (p. 90) –, et de « ce que font les élections aux syndicats » (p. 97).
Dans les chapitres 4 et 5, les auteurs s’intéressent aux rapports réciproques entre les salariés et les organisations syndicales (logiques d’adhésion et fabrique des militants). Cela leur donne le prétexte de revenir sur le processus de désyndicalisation qui fait de la France le plus mauvais élève des pays industrialisés en rappelant les causes endogènes et exogènes de ce processus – ce qui ne les conduit pas, en revanche, à s’interroger sur la pérennité du modèle syndical lui-même – et de rappeler le poids des variables structurelles sur l’adhésion syndicale. Le vieillissement des effectifs syndicaux fait de leur renouvellement un enjeu essentiel. Celui-ci, montrent ces derniers, ne s’effectue plus nécessairement sur une base idéologique – ce qui serait diversement assumé par les militants plus anciens (p.124) mais suivant des modalités extrêmement diverses selon les contextes (conflits locaux, problèmes avec la hiérarchie, demande d’assistance de la part de salariés isolés, etc.) qui fait, parfois, du « choix de l’organisation [un choix] très largement contingent » (p. 126.). D’où ce rappel qui semble évident mais qu’il convient quand même d’effectuer : « le militantisme syndical ne se reproduit pas nécessairement à l’identique » (p. 123).
Le dernier chapitre est consacré à l’examen du répertoire syndical. Ils y reprennent le concept devenu canonique de « répertoire d’action collective » forgé par Charles Tilly au début des années 1980, afin de montrer que tous les syndicalistes « peuvent mobiliser un répertoire varié de modes d’action (p. 195). Sur le plan analytique, la vertu d’un tel schème conceptuel, appliqué aux modalités de l’action syndicale, est qu’il permet de dépasser les oppositions simplistes, qu’elles concernent les acteurs (réformistes vs contestataires) ou les formes d’action (négociation vs conflit). Il n’en demeure pas moins, rappellent les auteurs, que les moyens d’action dont disposent les syndicalistes « leur sont inégalement disponibles et familiers » et que cette disponibilité « est liée à des formes diverses (dispositifs juridiques, habitudes organisationnelles, etc.) de licitation ou de censure » (p. 195). Plus globalement, ce chapitre leur donne l’occasion de retracer les transformations de ces modalités d’action, à l’échelon de l’entreprise comme au niveau interprofessionnel : celle de la grève, en net recul ces dernières années, mais qui reste un élément central de l’action syndicale dans l’entreprise comme à l’occasion des « journées nationales d’action » ; celles qui passent par l’activation des dispositifs institutionnels (négociation collective et institutions représentatives du personnel) ; l’action juridique enfin, dont l’usage a toujours fait débat chez les syndicalistes, mais qui occupe « avec l’expertise », une place non négligeable dans les stratégies d’action des équipes syndicales.
L’intérêt et l’importance de cet ouvrage est qu’il présente un regard fouillé et parfaitement informé sur l’objet syndical, ses évolutions et ce qui le spécifie au regard des autres syndicalismes nationaux. Ils résident aussi dans le fait que ce projet de bâtir une sociologie politique du syndicalisme est porté par une nouvelle génération de chercheurs qui, parce que moins marquée que la précédente par la « crise du syndicalisme » (devenue une antienne), offre un regard neuf et décalé sur l’objet syndical – en réinvestissant ce champ de recherche à partir d’un intérêt, scientifique et politique, pour l’analyse des conditions de possibilité de la reproduction ou du renouveau de l’engagement et des mobilisations syndicales » (p. 14).
Dans ce livre, on l’a dit, les partis-pris sont pleinement assumés. Ils peuvent donc être discutés. On peut par exemple se demander quel intérêt il y a à définir aussi imprécisément le syndicalisme comme « un domaine d’activités spécialisé » (p.5) – mais est-ce une définition d’ailleurs ? Hormis le fait que cette définition, copiée sur celle que J. Lagroye donne de la politique[2], permet aux auteurs de postuler la relative spécificité et l’autonomie du champ, plus que discutable au passage compte tenu du poids exercé sur lui par l’acteur politique dont les auteurs se font d’ailleurs l’écho, et de pouvoir mobiliser pour l’analyser les apports de la sociologie bourdieusienne, on n’en voit pas vraiment l’utilité. Par ailleurs, malgré l’adoption d’une réelle approche inductive – partir d’une approche par les acteurs et par les organisations ainsi que de l’activité syndicale telle qu’elle se fait concrètement dans la quotidienneté des rapports sociaux de travail – l’analyse proposée dans cet ouvrage souffre parfois du poids des modèles d’interprétation qui leur sont appliqués. En l’occurrence la question du pouvoir syndical et de sa légitimité – tropisme de politistes ? – et des luttes qu’elles génèrent au sein du champ – tropisme de bourdieusiens ? – est à ce point central dans le point de vue des auteurs qu’elle les entraine dans le piège dont ils entendent pourtant se démarquer en cherchant à « se départir d’une approche trop exclusivement stratégiste de l’action syndicale » (p .17)[3].
On le sait, les relations professionnelles en France ne forment pas une discipline à part entière comme aux Etats-Unis ou au Canada par exemple mais plutôt un domaine d’étude au croisement de plusieurs disciplines. En plus de la sociologie du travail et des relations professionnelles ainsi que de l’histoire déjà évoquées, des disciplines comme le droit ou l’économie, ou plus récemment la gestion, s’y sont également intéressées. En revanche, mis à part les travaux de Guy Groux et de René Mouriaux à partir des années 1970 et ceux de Sophie Béroud et Jean-Marie Pernot vingt ans plus tard, la science politique y a consacré peu de place. Celles et ceux, issus de la même discipline qui, à partir des années 1990, ont redécouvert l’action collective et les mouvements sociaux, ont davantage investigué ceux situés à l’extérieur du monde du travail ou à sa lisière proche (mouvement des sans, chômeurs, etc.). C’est donc là tout l’enjeu de cet ouvrage : montrer ce que peut apporter la sociologie politique à l’étude du syndicalisme. Il est scientifique mais pas seulement. Il est aussi paradigmatique et stratégique (y compris pour les auteurs). En effet, construire une nouvelle approche du syndicalisme, fut-elle décloisonnée – encore que ce travail de décloisonnement ne soit pas si récent que cela -, requiert à la fois de faire vivre l’objet syndical et de lui faire une place dans son propre champ disciplinaire, et de la distinguer de celles, déjà existantes, à l’extérieur.

[1] Bévort, A., Jobert, A., 2008, Sociologie du travail : les relations professionnelles, Armand Colin, 2008.
[2] J. Lagroye, B. François, F. Sawicki, Sociologie politique, Presses de Science Po et Dalloz, 2006, p. 15.
[3] De ce point de vue, même si la remarque n’est pas nouvelle, il est intéressant de constater que depuis les années 1990, bon nombre de politistes qui s’intéressent aux mouvements sociaux développent une approche hybride de ces derniers, qui combine emprunt aux théories de la mobilisation des ressources (approche dynamique des mobilisations collectives perçues comme des constructions sociales) et sociologie bourdieusienne (lecture de l’espace des mouvements sociaux comme un champ de lutte dans lequel les acteurs de la mobilisation sont en concurrence pour la conquête de son hégémonie). Cette hybridation, surprenante au premier abord, est en fin de compte permise par une conception à peu près identique de l’espace des mouvements sociaux considéré comme un marché. Au point de se demander parfois si la sociologie politique des mouvements sociaux ne se transforme pas plutôt en économie politique. A ce sujet, Daniel Cefaï, Pourquoi se mobilise-t-on ?, La Découverte, 2007 (et en particulier la partie II de son ouvrage consacrée à « La rupture des années 1970. Le grand chamboulement des analyses rationalistes et structurales ») et Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque, Seuil, 2016 (et en particulier le chapitre 1 : « L’impossible théorie des champs »).

Anne-Marie Arborio, Paul Bouffartigue et Annie Lamanthe (Dir.), Crise(s) et mondes du travail, Octares, 2019.

Recension par Annélie Delescluse, IEDES, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Développement & Sociétés

Sous la direction d’Anne-Marie Arborio, Paul Bouffartigue et Annie Lamanthe, cet ouvrage collectif s’intéresse aux conséquences des crises financière et économique de 2007 sur le monde du travail européen. Les contributions sont le fruit de communications présentées lors de la XVe édition des journées internationales de sociologie du travail (JIST), coorganisée par le Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail (LEST) et Kekmokop (Centre de morphologie sociale et des politiques sociales), une unité de recherche rattachée au département de politiques sociales de l’Université Panteion d’Athènes. Ces journées se sont tenues les 11, 12 et 13 mai 2016 et ont réuni plus de 300 chercheurs. Dans l’introduction générale de l’ouvrage, les directeurs de rédaction rappellent que la Grèce a été choisie par les organisateurs des JIST, car elle a été l’épicentre des effets de la crise avec, en quelques années, la chute d’un quart de son activité économique. Mais les chapitres portent plus largement sur les ressorts et les effets de cette crise dans cinq autres pays, la France, l’Italie, le Portugal, l’Espagne et le Québec.
L’ouvrage se divise en trois parties et seize chapitres : Ce que la crise fait au salariat, introduite par Esteban Martinez (première partie), la condition sociale et le vécu des travailleurs, introduite par François Sarfati (deuxième partie) et les politiques publiques en action, introduite par Lionel Jacquot (troisième partie). À travers les chapitres très hétérogènes, on perçoit combien la sociologie du travail investit le débat en nous invitant à « comprendre autrement » et de façon critique les multiples facettes de cette crise qui représente un des enjeux sociaux majeurs de ce début du XXe siècle. Une partie importante des articles s’appuient sur des études empiriques diversifiées, les chercheurs ayant enquêté aussi bien au sein d’organisations internationales telles que l’organisation internationale du travail (OIT) à Genève, que dans un établissement public français, comme Pôle Emploi, ainsi que dans des hypermarchés, des usines de la grande distribution et de la logistique ou encore dans des fédérations d’associations. Les enquêtes ont aussi été menées auprès de publics variés dont les vécus et les expériences ont été analysés : salariés du secteur public et privés, syndicalistes, médecins du travail, ouvriers, travailleurs migrants, travailleuses âgées, chômeurs, etc. Ce compte-rendu s’organisera en faisant la synthèse successive des éclairages apportés sur le monde du travail dans les trois pays les plus cités dans l’ouvrage, c’est-à-dire la France, la Grèce et l’Italie, ce qui nous permet de puiser dans les trois parties.
Que nous apprend cet ouvrage sur les changements structurels dans le monde du travail français qui, pour paraphraser Castel (2012, p 707), a plus perdu de sa consistance que de son importance ?[1] Au sujet des politiques publiques, trois articles abordent la façon dont « l’emploi à la française » a été déstructuré au cours des trente dernières années. Pour Aurélie Peyrin, entre 2005 et 2016, la fonction publique française a changé de visage dans un paysage national où la frontière entre le public et le privé s’est brouillé. La « normalisation d’un régime contractuel » permet à l’État de gagner en flexibilité avec une baisse croissante de statutaires dans la fonction publique, et donc, moins de sécurité de l’emploi pour ces « nouveaux fonctionnaires ». Hadrien Clouet mobilise quant à lui les résultats qui font suite à son immersion dans six agences franciliennes de Pôle emploi où sont inscrits 6 millions de Français, soit 1/5ème de la population active française. Observant les entretiens entre les conseillers à l’emploi et les chômeurs inscrits dans l’agence pendant leurs interactions en face à face, qu’il qualifie « de moments d’échanges inégal », il constate que les premiers incitent fortement les seconds à opter pour du travail à temps partiel. Poussés à reprendre le travail, les demandeurs d’emploi, eux, réduisent leurs critères de recherche et se résignent progressivement à opter pour un travail dégradé. Hadrien Clouet suggère alors une corrélation entre la progression du temps partiel et l’accroissement des interactions de face-à-face dans l’agence Pôle Emploi. Un éclairage très intéressant sur le monde associatif[2], lui aussi chamboulé par la crise de l’emploi, est apporté par Florence Ihaddadène. « Parce que l’État délègue de plus en plus ses prérogatives sociales au monde associatif, il en finance également une grande partie, favorisant au passage l’emploi des jeunes » (p 237) … et des femmes qui représentent 70% des employés du monde associatif. Le montant des salaires dans le secteur associatif est toutefois inférieur à celui des entreprises privées et les salariés ne bénéficient pas de la protection sociale attachée au statut de fonctionnaire, ce qui rend plus précaire l’emploi dans ce secteur. Une des dérives les plus visibles concerne le dispositif du service civique qui, dans un contexte de crise économique, sert de soutien à l’insertion professionnelle des entrants sur le marché du travail, souvent qualifiés, alors qu’il devait inciter initialement l’engagement de jeunes et de citoyens « désaffiliés » (p 235).
Les deux propositions de Sophie Bernard et de David Gaborieau se complètent pour analyser les vécus de travailleurs au bas de l’échelle dans la grande distribution et la logistique. Dans le secteur de la grande distribution, la chute spectaculaire des résultats, des primes et des salaires, observée dans l’entreprise francilienne Maximag, n’entraine pas de mobilisation des salariés. Ces derniers restent attachés à l’entreprise et cherchent plutôt à « relativiser leurs difficultés à l’aune du chômage de masse et de la précarité du monde du travail auxquels ils parviennent à échapper » (p 76). David Gaborieau constate lui aussi peu de contestation dans le secteur de la logistique avec une faible présence syndicale. Dans l’entrepôt, sorte d’usine des temps modernes et nouveau bassin d’emplois, un autre monde ouvrier à l’identité floue et fragmentée émerge et se recompose difficilement. La pénibilité du travail, loin d’avoir disparue, s’est transformée, avec une rationalisation plus poussée du travail en lien avec l’usage de nouvelles technologies. Les tâches des manutentionnaires sont souvent individuelles, répétitives, physiques et doivent être effectuées de plus en plus rapidement, sous les injonctions de la commande vocale. Dans ce contexte, on comprend que la logistique, présentée comme une aubaine par les pouvoirs publics, notamment parce qu’elle incarne un visage de modernité et de technicité, ne constitue pas véritablement un remède à la crise industrielle. Les formes de conflictualité observées dans des entreprises comme Walmart ou Amazon laissent toutefois présager l’émergence de formes de contestation chez ces « nouveaux prolétaires », malgré la faible présence syndicale dans les entrepôts. Didier Demazière et Marc Zune se penchent sur le caractère bien souvent traumatisant de la perte d’emploi et de l’expérience du chômage. Aux marges du salariat, les différentes formes d’emploi « dégradées » vont de l’auto-emploi ou du free-lance au bricolage – activités fragiles, informelles et/ou illégales – qui permettent le plus souvent d’améliorer le quotidien, mais pas de maîtriser l’avenir qui reste incertain. Au-delà des expériences individuelles, le chômage a aussi des effets sur l’emploi lui-même et sur les protections sociales du travail qui se dégradent au fur et à mesure que progresse la crise.
Qu’en est-il de la Grèce, véritable mouton noir de l’Europe, stigmatisée à cause de l’importance relative de sa dette publique[3] ? En 2015, dans ce pays à la population jeune – 46% des Grecs ont entre 15 et 34 ans –, le chômage touchait 24% de la population active, dont 48,8% sont des jeunes âgés de 15 à 24 ans. Chryssa Paidoussi (chapitre 13), s’intéressant à la partie supérieure de la population active grecque, explore le lien entre la croissance rapide de sa mobilité au cours des dix dernières années et les politiques et pratiques européennes en matière d’éducation, de formation et de mobilité des travailleurs. Les jeunes Grecs partiraient principalement vers des pays d’Europe du nord, notamment l’Allemagne, qui est la destination la plus prisée. En 2014, 3% de la population grecque y réside, avec la présence de 320 000 jeunes âgés entre 25 et 34 ans. Après analyse, le départ des jeunes Grecs qualifiés s’explique par la crise économique qui les a contraints de partir et non par l’existence d’outils et programmes de formation qui visent à faciliter la mobilité intra-européenne. Comment la Grèce parviendra-t-elle à relancer son économie avec cette « fuite massive de cerveaux » ? Quant aux salariés qui sont restés en Grèce, leur statut aurait de plus en plus tendance à se précariser. En 2015, 36% des emplois sont indépendants avec une grande diversité d’arrangements, de conventions et de statuts. C’est ce que révèlent Sylvie Célérier, Alberto Riesco-Sanz et Pierre Rolle qui s’interrogent sur la possibilité d’une régulation du travail dans ce contexte d’hybridation des formes d’emploi. Pour Margarida Martins Barroso, la performance productive, financière et organisationnelle des entreprises grecques s’est détériorée au fil des années, alors qu’elle a eu tendance à s’améliorer dans les pays du nord de l’Europe. C’est finalement Christina Karakioulafis qui, en côtoyant des travailleurs précaires des secteurs publics et privés et des chômeurs, apporte le plus de chair à notre compréhension de la crise en Grèce. Citant leurs paroles, elle analyse, notamment, les effets de la crise dans les ménages en s’intéressant à la diversité des manières de gérer le temps libéré par le travail. Les femmes, qui ont perdu leur emploi mais pas leur travail à la maison, ont tendance à moins éprouver de sentiments d’humiliation et d’échec social que les hommes qui, dans leur rôle traditionnel, se sentent responsables de subvenir aux besoins de leur famille et voient leur masculinité éprouvée. De leur côté, les femmes Grecques peuvent en parallèle souffrir de l’enfermement et du rétrécissement de leur vie sociale. D’autres activités, qui s’apparentent parfois à de la débrouillardise, peuvent être investies pour compenser la vacuité du quotidien et le secours familial joue un rôle fondamental pour gérer les dépenses.
Si l’Italie continue d’attirer les regards pour la richesse de sa culture, de son histoire et de sa gastronomie, le monde du travail n’y est pas aussi séduisant. La crise économique y a fragilisé le modèle dominant du travail avec le déplacement des emplois salariés vers des positions plus ou moins indépendantes et des travailleurs sans entreprise (21% des emplois en Italie, voir p 35). Cette perspective est particulièrement bien complétée par le travail de Mara Bisignano qui, en fin d’ouvrage, montre que l’État Italien a, depuis les années 90, glissé vers une politique d’austérité conservatrice. De fait, les mesures destinées à favoriser la flexibilité de l’emploi et du marché du travail n’ont fait qu’accentuer le développement massif des formes atypiques d’emploi « hybrides » avec, en parallèle, la réduction des droits sociaux.
Trois contributions permettent au lecteur d’observer de près les acteurs sociaux qui, en tant qu’êtres de chair et de sang, souffrent, résistent et s’adaptent aux répercussions de la crise sur leurs emplois, dégradés ou perdus. Pour Tania Toffanin, la condition des travailleuses âgées, « jeunes » pour la retraite mais « vieilles » pour travailler, mérite d’être explorée. Avec la crise et l’appauvrissement des familles italiennes, l’activité salariale des femmes, notamment celles âgées de 55 à 64 ans, serait à la hausse. Cependant, ces Italiennes, qui perçoivent un salaire plus faible que les hommes et dont les carrières sont souvent interrompues, doivent travailler plus longtemps pour espérer avoir une retraite, dont le montant reste moins élevé que celui de leurs congénères masculins. De plus, elles ont souvent, en parallèle, la charge de parents âgés et dépendants et d’enfants ou de petits enfants. Ces rôles, qu’elles considèrent souvent comme « naturels », peuvent toutefois restreindre leurs possibilités de travailler ou bien faire en sorte qu’elles acceptent des conditions d’emploi dégradées.
C’est Elena Dinubila qui nous donne des raisons d’espérer, en nous conduisant dans une usine Fiat-Sata de Melfi située dans la région de Basilicate, où le recours massif au chômage technique, survenu dans les années 2010, n’a pas été vécu de façon traumatisante par les ouvriers qui se définissaient jusqu’alors comme des « esclaves modernes » ou comme les « nègres de Fiat », en raison de leurs mauvaises conditions de travail. Pour compenser la réduction de leurs salaires, beaucoup d’ouvriers exploitent leur terre et/ou pratiquent le travail au noir en se faisant serveurs, maçons, peintres, carreleurs, etc. L’auteur parle aussi de microéconomies solidaires qui ont permis aux familles, amis et voisinages de s’échanger des biens et des services. Cette réduction du temps de travail salarié, à l’aune des conditions de travail éreintantes qui sont les leurs dans les usine Fiat, représenterait une « bouffée d’oxygène ». Leur santé et leurs relations familiales en seraient bonifiées, avec une meilleure alimentation, moins de stress et de problèmes de sommeil. L’usine Fiat reste toutefois l’unique alternative pour toucher un salaire raisonnable et stable, raison pour laquelle les ouvriers espèrent y rester.
Carlotta Benvegnù nous révèle l’existence de mobilisations salariales d’ampleur dans des entrepôts de logistique du nord de l’Italie, secteur relativement à l’abri de la baisse de l’emploi, mais dont les conditions de travail se sont dégradées. L’accélération des opérations de production et de commercialisation a eu un impact significatif sur l’emploi qui s’est précarisé avec une racialisation de la main d’œuvre. Si Carlotta Benvegnù souligne le caractère « improbable » de mobilisations et de conflits dans ce secteur peu syndiqué, c’est en raison du rôle qu’y ont joués les « travailleurs migrants » qui en furent à plusieurs reprises les protagonistes. Carlotta Benvegnù explique de façon très intéressante que l’épreuve de l’immigration est à l’origine de la détermination des travailleurs étrangers qui ont cherché à améliorer leurs conditions de travail. En comparaison des multiples épreuves rencontrées durant leur parcours migratoire, les risques encourus en s’engageant dans les conflits du travail leur paraitraient dérisoires. Le racisme du management et les humiliations accentuent encore leur détermination à faire valoir leurs droits et leur dignité. Enfin, achevant de changer notre regard au sujet des travailleurs migrants en Italie, qui sont le plus souvent présentés comme des victimes, voire des esclaves des temps modernes, notamment dans le secteur agricole au Sud de l’Italie, Carlotta Benvegnù nous explique que bon nombre d’entre eux réinvestissent dans ces conflits des expériences antérieures de militantisme et d’engagement politique dans leurs pays. Les réseaux communautaires des travailleurs migrants deviennent finalement des supports indispensables à l’organisation des actions de mobilisation dans les entrepôts de logistique.
Ces tours d’horizon en France, en Grèce et en Italie permettent de faire des allers-retours entre le haut et le bas de l’échelle, s’intéressant aussi bien à la réglementation du travail, qu’aux décideurs politiques ou aux agents institutionnels, mais également à l’expérience et au vécu des travailleurs et des chômeurs. Les contributeurs de cet ouvrage montrent que la crise n’est pas la résultante de mécanismes purement économiques, mais aussi de décisions prises par des chefs d’État, des ministres, des agents institutionnels ou des syndicalistes qui contribuent à la détérioration des conditions de travail, par idéologie et/ou en réponse à des dispositifs nationaux ou européens. Malgré les différences évidentes de contexte national, il est frappant de constater de nombreux points communs en termes de politiques conservatrices ou néolibérales d’une part, de foisonnement du secteur de la logistique d’autre part, ou encore de souffrances des travailleurs ou des chômeurs qui ont du mal à regarder l’avenir de manière optimiste et à s’approprier leurs différents temps sociaux. Il est aussi frappant de voir des points communs dans la manière dont ces sociétés, réputées démocratiques, maltraitent les vies et en disqualifient certaines plus que d’autres, en particulier les personnes handicapées, les chômeurs, les femmes âgées ou les travailleurs migrants. L’inégalité de traitement des vies humaines (Fassin, 2019) est aussi frappante à l’échelle plus large de l’union européenne, entre citoyens du sud et du nord de l’Europe.
Ces comparaisons nationales sont tout à fait éclairantes pour mieux comprendre le paysage européen, voire même de sentir naître une solidarité à l’égard de citoyens Grecs ou Italiens, trop souvent rabaissés ou stigmatisés par des dirigeants Français ou Allemands, « donneurs de leçons » à l’égard de leurs politiques économiques. La lecture de cet ouvrage, qui est à recommander, permet d’élargir les horizons du paysage français, stérilisé par la redondance de discours politiques culpabilisants et anti-sociaux au sujet de la crise économique. Malgré la mention de résistances et de formes de réappropriation du temps libéré par le salariat, le constat général de l’ouvrage reste très amer et pessimiste à l’égard du délitement du travail et même du sens de la vie, dans une Europe pour laquelle les citoyens ont de plus en plus de mal de se projeter. Une angoisse collective qui, il me semble, aurait pu être appréhendée autrement, si les chercheurs avaient davantage enquêté en dehors des lieux de travail. En Grèce, notamment, le « vieux monde qui craque » est aussi symbole d’espoir, d’inventivité et de créativité, avec une jeunesse qui pense différemment au travail et au sens de la vie. La célèbre citation d’Hölderlin, « Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve », nous donne des raisons d’espérer. La crise environnementale dont on ne peut désormais plus ignorer l’urgence, ne nous incite-t-elle pas plutôt à ne pas nous attacher au vieux monde qui se décompose, mais à se saisir de cette crise du salariat – exacerbée par la pandémie mondiale du COVID-19 – pour travailler, produire et vivre autrement ? Reste à savoir comment. Comme le disait Lévi Strauss, dans Mythologiques, Vol. 1, Le Cru et le Cuit (1964), page 15 : « Le savant n’est pas l’homme qui fournit les vraies réponses ; c’est celui qui pose les vraies questions ».

[1] Cité par Estaban Martinez, p 17.
[2] Il existe 1,3 million d’associations actives en 2013, dont 12% emploieraient des salariés.
[3] Précisons toutefois que, si en valeur relative, la dette publique grecque représente 176% de son PIB en 2019, elle n’est en valeur absolue que de 331 milliards d’euros, alors que celle de la France est, en milliards d’euros, de 2 380, celle de l’Allemagne de 2 053 et celle du Royaume-Uni de 2 159. Sous un autre angle, la publique de la Grèce ne représente que 3 % du total des dettes publiques des 28 pays de l’UE en 2019.

Présentation du n° 17 de la NRT

Le Corpus de cette livraison s’intéresse aux « professionnels du droit » exerçant dans différentes branches d’activités, avec une variété de statuts. Ce dossier montre que les outils et les concepts de la sociologie du travail permettent de retravailler des problématiques que la sociologie du droit comme la sociologie des professions ne permettent guère de traiter, et qu’il est donc possible d’étudier de manière commune tout un ensemble de travailleurs possédant dans leur activité le droit en partage, par-delà les régulations de groupes et la nature des emplois. La spécificité induite par la dimension juridique de l’activité de ces différents acteurs et le rapport qu’ils entretiennent avec elle se situent au cœur du Corpus. À partir des outils et des paradigmes de la sociologie du travail, plusieurs articles du dossier étudient les relations de service entre un certain nombre de professionnel.les du droit (avocat.es en droit de la famille ou en droit social, notaires, juges de l’application des peines…) et des justiciables. D’autres articles traitent de juristes plus éloignés de la définition canonique mais qui sont face à des enjeux complexes, qu’il s’agisse des spécificités de l’activité de juriste dans une entreprise, dans une organisation syndicale ou à l’Inspection du travail. Ainsi, ce Corpus intéressent tous ceux et celles qui interrogent les rapports entre le droit et la sociologie.
La Controverse porte sur le mouvement des « gilets jaunes », non pas directement en tant que tel, mais à partir de l’appréhension et des modalités d’approches que peuvent en avoir des sociologues. Sociologues du travail et des mouvements sociaux ont été particulièrement interpelés par cette mobilisation : la Controverse fait débattre trois sociologues sur leurs modes d’engagement dans le traitement de ce conflit social et politique et du choix du moment pertinent de la publicisation de leurs interprétations. Leurs divergences, mais aussi leurs questionnements convergents montrent combien les sociologues se sont trouvés concernés par ce mouvement des Gilets jaunes, dans une pluralité d’analyses.
Le premier article de Varia traite de l’expérimentation « territoire zéro chômeur de longue durée ». Ce projet repose sur l’idée que ce n’est pas le manque d’employabilité des chômeurs mais la faible « employeurabilité » des entreprises, soit la capacité des entreprises à se faire employeur, qui est la cause du chômage. En enquêtant sur les nouveaux employeurs ad hoc – des entreprises à but d’emploi – qui embauchent les chômeurs de longue durée volontaires, les auteurs montrent les luttes d’interprétations autour du « droit à l’emploi » et questionnent plus largement les formes d’institution du travail. Le second article de Varia s’intéresse aux relations entre le roman industriel et la sociologie du travail, considérant que le premier constitue une source précieuse et très sous-utilisée de données pour la seconde. À partir des romans du siècle passé d’Upton Sinclair et de John Dos Passos, l’auteur montre la richesse sociologique interprétative de ces romans qui peuvent concurrencer la sociologie du travail et l’ont certainement influencée…
La rubrique Champs et contrechamps propose un retour sur le film Les invisibles (2019), une comédie sociale qui raconte le quotidien d’une équipe d’intervenantes sociales, travaillant dans un lieu d’accueil de jour à destination de femmes sans domicile. L’article interroge les points de complémentarité entre le regard sociologique et celui du réalisateur. Quelles sont au contraire les différences entre les constats empiriques que les sociologues peuvent faire et ce que le film met en évidence ? L’auteure montre en quoi le film rend compte de façon pertinente de la proximité entre les conditions de vie des femmes sans domicile et les conditions de travail difficiles des intervenantes sociales qui les accompagnent.
Dans Matériaux et Méthodes, deux entretiens avec une magistrate mettent en avant les désillusions d’une partie de ces magistrats qui quittent le corps pour s’épanouir dans une autre activité professionnelle. Dans le cas particulier traité par l’article, la déception de la magistrate et son engagement en faveur de l’écologie la conduisent à créer une entreprise. Cette rupture met en évidence les dysfonctionnements de l’organisation du système judiciaire et montre comment les acteurs au cœur de l’institution les vivent. Mais la rupture sera-t-elle durable ?
Le numéro 17 de la Nouvelle Revue du Travail se clôt par 18 recensions, offrant aux lectrices et aux lecteurs un large éventail des ouvrages récents plutôt critiques de l’ordre social… et des théories sociologiques en présence.

François Morin : À propos du livre d’Alain Bihr et Michel Husson, Thomas Piketty, une critique illusoire du capital

Dans cette rubrique de débats, vous pouvez réagir en adressant votre contribution à nrtravail@gmail.com

Une critique décisive, mais qui reste inaboutie
François Morin

Ce serait un exercice un peu particulier que de produire « un commentaire sur un commentaire », surtout lorsque ce dernier – l’ouvrage d’Alain Bihr et de Michel Husson[1] – porte sur les derniers travaux de Thomas Piketty et notamment son dernier livre, Capital et idéologie[2]. En réalité nous proposons ici une discussion critique et un texte programmatique pour dépasser les limites des deux ouvrages.
Le risque de cet exercice est multiple, car il peut se fourvoyer dans des chaines de raisonnements à plusieurs ressorts, par exemple : quelle est la lecture des points d’accords entre Bihr-Husson et Piketty et celle de leurs points de désaccords ; et quelle est notre appréciation sur chacun de ces différents points ? Nous nous limiterons, dans la recension qui va suivre, à notre seule appréciation de la lecture de l’ouvrage de Bihr-Husson, en indiquant les points sur lesquels nous pouvons avoir des convergences ou bien au contraire des divergences avec eux. Une telle démarche suppose d’expliciter davantage notre propre réflexion sur les questions les plus sensibles.

1 – Accord avec les critiques de Bihr-Husson

Picketty ignorant que le capital est un rapport social…

Commençons donc par nos points d’accords avec l’ouvrage d’Alain Bihr et de Michel Husson. Ces auteurs délivrent une lecture très critique du dernier ouvrage de Thomas Piketty, même s’ils reconnaissent un grand mérite à ce livre, celui « d’avoir placé la question des inégalités au premier rang du débat public » (p. 118)[3]. Nous partageons ce point de vue, et nous sommes surtout en phase avec eux sur d’autres points tout à fait essentiels, mais, cette fois-ci, très critiques vis-à-vis de l’ouvrage de Piketty. Il s’agit pour l’essentiel de la posture que se donne Piketty vis à vis de sa lecture de Marx, son absence de définition du concept de capital, sa non-prise en considération des rapports de production, son analyse insuffisante des Trente Glorieuses, enfin sa vision social-démocrate du monde d’hier, mais aussi celle qu’il projette sur le monde d’après. Cet ensemble de critiques est, à nos yeux, décisif pour remettre en cause, sur le fond, les idées de T. Piketty.
Commençons par la posture que se donne Piketty vis à vis de Marx. Nous partageons entièrement le sentiment de Bihr-Husson selon lequel Thomas Piketty est probablement « en mesure de dépasser Marx sans se donner la peine de passer par lui » (p. 31). Et d’ajouter plus loin avec raison : « il est vrai que, dans le milieu académique, critiquer Marx sans jamais s’être donné la peine d’en lire une ligne est devenu une habitude bien ancrée » (p. 127). En effet, on ne peut que souscrire à l’idée qu’il y a là une sorte « de parfum d’escroquerie intellectuelle » (p. 32) à utiliser le mot « Capital » dans les titres de ses deux derniers ouvrages.
Pour éclairer l’ignorance de Piketty vis-à-vis des analyses de Marx, il suffit de constater qu’à aucun moment – dans ses deux ouvrages – le capital n’est pensé comme un rapport social, un rapport entre classes. C’est ce qu’ont bien vu Bihr-Husson, en soulignant leur « malaise sur l’absence de définition du concept de capital, ce qui aboutit à une conception fétichiste, un ensemble d’actifs matériels ou financiers en lui attribuant la capacité de se mettre par lui-même en valeur » (p.14). Cette conception fétichisée – dénoncée déjà par Marx – aboutit à entretenir des confusions extrêmes sur des notions qu’il est pourtant bien utile de distinguer, comme celles, par exemple, de patrimoine et de capital. Bihr-Husson reprochent ainsi, et à juste titre à la page 113 de leur ouvrage, la formule suivante de Piketty : « pour simplifier l’exposition, nous utiliserons les mots “capital” et “patrimoine” comme des synonymes parfaits ».
Les conséquences de cette vision réifiée et fétichisée du capital empêchent de comprendre le capital, non seulement comme un rapport social entre classes, mais plus fondamentalement encore comme un rapport social qui se joue essentiellement dans la sphère de la production. Or Piketty « méconnait les rapports sociaux de production » (p. 23), ce qui a, entre autre, pour effet de « réduire la structure sociale à son habillage idéologique » (p. 41). Plus fondamentalement encore, Piketty ne peut pas voir la source réelle des inégalités et la façon dont il faudrait pourtant les combattre : « cette confusion, insistent Bihr-Husson, renvoie finalement à une autre absence, celle d’une théorie de la valeur, le lieu où se fabriquent les inégalités, à savoir le cœur du mode de production capitaliste, avec les deux dimensions que nous avons signalées : la baisse de la part salariale et la redistribution d’une part croissante des profits aux actionnaires. Ce sont ces deux sources qu’il faudrait tarir » (p. 133).

…Il ne peut donc penser le « monde d’après »

C’est la raison pour laquelle Piketty est, par exemple, incapable de comprendre ce qui s’est passé pendant les Trente Glorieuses. Il croit analyser la réduction des inégalités comme étant à la source de la croissance de la période, alors que c’est tout le contraire qui s’est produit : « Il est cependant difficile de soutenir, confirment Bihr-Husson, que la croissance forte observée durant les « Trente Glorieuses » a été principalement soutenue par la réduction des inégalités. C’est plutôt l’inverse : la forte croissance observée a permis de réduire les inégalités, dans un contexte sociopolitique qui y était favorable. Mais, encore une fois, cette croissance du PIB était fondée sur de puissants gains de productivité et leur épuisement a fait basculer dans un régime de croissance ralentie, où le maintien du taux de profit implique une baisse de la part des salaires. En outre, la fraction non investie du profit est venue alimenter de manière croissante les revenus financiers. Il y a là une différence d’interprétation fondamentale » (p. 123).
Dès lors, comment penser le « monde d’après » ? En reprenant les propositions de réforme que propose Piketty, et notamment celles qui concernent la fiscalité, l’impasse parait totale. Tout d’abord en raison de sa conception du capital que nous avons vue précédemment. Les réformes que propose Piketty « continueraient à nous faire vivre dans une société capitaliste. S’il peut prétendre le contraire, c’est qu’il se trompe ou s’illusionne sur ce qu’est le capital (comme rapport social de production) et le capitalisme (comme mode de production) » (p. 149). On reste alors à la surface des choses. La vraie solution, avec laquelle nous sommes profondément en accord, consisterait à partir des besoins sociaux et d’ajuster le mode de production en fonction de l’expression de ces besoins. Les propositions de Piketty « sont exclusivement centrées sur la redistribution des revenus (et des patrimoines) plutôt que sur un approfondissement de la satisfaction socialisée des besoins fondamentaux » (p.136).
Pourquoi alors défendre, comme le propose Piketty pour notre avenir en commun, le modèle social-démocrate ? Son réformisme apparaît ici sans ambiguïté, alors que l’on pourrait espérer plus fondamentalement un changement radical dans nos modes de produire, et dans nos modes de consommer. Le modèle social-démocrate n’a-t-il pas failli par le passé ? Sur ce point important, nous souscrivons entièrement à l’analyse de Bihr-Husson : « Bel exemple de cette mise sens dessus dessous du monde et de cette inversion du sens des mots qui est le propre de l’idéologie. Car, en réalité, tout un chacun l’aura compris : désignées nominalement comme sociales-démocrates, les sociétés capitalistes occidentales sont bien restées réellement, durant ces quelques décennies, des sociétés intégralement capitalistes, au sein desquelles l’emprise du capital n’aura pas cessé de s’exercer bien que sous des formes nouvelles et quelquefois inattendues » (p. 87).

2 – Désaccords avec les critiques de Bihr-Husson : nécessaires mais insuffisantes

Venons-en maintenant aux questions sur lesquelles nous souhaitons exprimer des désaccords avec l’analyse de Bihr-Husson. Ceux-ci portent : sur la période de référence concernant le néolibéralisme ; en lien avec cette question, le rôle de la finance mais aussi de la monnaie dans la phase actuelle du capitalisme ; et enfin, sur la question du partage du pouvoir dans l’entreprise. Sur ces questions, leur analyse reste, à nos yeux, inaboutie.

Premier désaccord : le moment d’émergence de la phase néolibérale

Tout d’abord, on doit noter chez eux une hésitation sur le moment fondateur du néolibéralisme comme stade actuel du capitalisme. Evoquant leur méthode, celle-ci consiste, disent-ils : « à esquisser rapidement une grille de lecture de la phase néolibérale ouverte au milieu des années 1980 puis à la confronter au modèle théorique de Piketty » (p. 103). Mais une page plus loin, on apprend que la fin des Trente Glorieuses se situe au milieu des années 1970. Le projet des deux auteurs est en effet de « construire un indicateur synthétique qui fait clairement apparaître la rupture introduite par la récession de 1974-1975, c’est la fin des Trente Glorieuses » (p. 104). Quelle période de référence faut-il retenir : milieu des années 1970 ou bien milieu des années 1980 ? Ce qui amène une autre question : cette période d’une dizaine d’années qui signerait la fin des Trente Glorieuses (milieu des années 70) et celle qui initierait la phase néolibérale (milieu des années 80) est-elle une période de transition, une sorte de zone temporelle grise, où l’ancien monde se meurt et le nouveau tarde à naitre ?
À nos yeux, la réponse doit être davantage tranchée. À la fin des années 1960, l’économie américaine connaît une phase de récession (provoquée entre autre par le conflit vietnamien), et le taux de rendement du capital s’affaisse. La réponse qui va s’imposer progressivement dans les milieux d’affaires va être celle de la libéralisation de la sphère financière, pour que le capital puisse trouver de nouvelles sources de rendement. On doit alors considérer que la phase néolibérale démarre clairement avec la fin de la convertibilité du dollar en or (15 août 1971), avec, à sa suite, la libéralisation progressive du marché des changes, puis celle des marchés obligataires (faisant des taux d’intérêt des prix de marché), le tout couronné par la libéralisation des mouvements de capitaux à l’échelle internationale au début des années 1990. La déformation de la valeur ajoutée au détriment des salaires débute ainsi dans les pays les plus développés au tout début des années 1970.

Deuxième désaccord : une financiarisation insuffisamment prise en compte

Pendant cette phase néolibérale, le rôle du capital financier va devenir croissant. D’abord dans les années 80, avec la financiarisation progressive des entreprises, puis dans les années 90 par la globalisation des marchés monétaires et financiers. Cette analyse n’est présente ni chez Piketty ni chez Bihr-Husson, sauf pour ces derniers par une allusion rapide dans leur postface : « En fait, répondre à cette question suppose de quitter le monde des idées, sans pour autant abandonner le combat idéologique, pour chercher à comprendre quel est l’obstacle, quel est l’adversaire. En l’occurrence pour paraphraser un ancien président, c’est la finance. Entendons : le capital financier tel qu’il est aujourd’hui … ». On n’en saura pas plus sur l’émergence de ce capital financier et la façon dont il a pu, depuis une cinquantaine d’années, provoquer à quatre reprises des crises systémiques de grande ampleur et d’intensité croissante[4].
Cette quasi absence de la prise en compte du rôle du capital financier depuis le début de la période néolibérale produit des inconséquences sur l’analyse des formes que peut prendre la valorisation du capital. Ainsi, nous ne partageons pas l’analyse suivante de Bihr-Husson : « les capitalistes cherchent à maximiser le taux de profit en exploitant autant que faire se peut le travail salarié, tout en évitant que le capital accumulé ne pèse trop sur sa rentabilité. Il paraît en tout cas assez raisonnable de penser que le taux de rendement du capital est un résultat du processus de production, et non quelque chose de donné par ailleurs, une sorte de taux de profit garanti, qu’il suffirait d’appliquer au capital » (p. 111). Cette dernière affirmation tend tout simplement à nier les formes les plus concrètes qu’a pu prendre la financiarisation des entreprises depuis plusieurs années.
Si, pendant les Trente Glorieuses, la valorisation des capitaux était bien le résultat d’une maximisation du taux de profit, certes sous contraintes, bref une obligation de moyens pour les dirigeants des firmes, pendant la période actuelle néolibérale cette valorisation prend une toute autre forme. L’objectif des firmes est de créer de la valeur pour les actionnaires, sous une contrainte de résultat, imposée par le capital financier. Cette obligation de résultat – réaliser au moins 15% de rentabilité financière –, facilitée par la libéralisation des mouvements de capitaux, a provoqué des effets redoutables sur le marché du travail, l’organisation du travail et, de façon plus générale, sur la gouvernance des firmes, notamment par transferts massifs des risques sur les salariés, et beaucoup moins, voire pas du tout sur les actionnaires.

Troisième désaccord : l’interprétation du travail de Marx

Entendons-nous bien ici, il ne s’agit pas de survaloriser le rôle de la finance et de la financiarisation des entreprises. Ce rôle est lié à la phase particulière du capitalisme dans laquelle nous sommes encore plongés, à savoir la phase néolibérale. Cette distinction nous paraît suffisamment importante pour reprendre ici le travail de Marx – sur lequel s’appuient également Bihr-Husson – concernant le rôle du capital-argent.
À la fin de sa vie, dans ses tout derniers travaux, Marx a cherché à rendre compte du « cycle d’ensemble d’un capital individuel », autrement dit de la logique de fonctionnement d’une entreprise de type capitaliste. À ses yeux, ce cycle d’ensemble est en réalité une articulation complexe et dynamique de trois cycles particuliers qui, à la fois se superposent et se succèdent dans le temps. Cette combinaison dynamique a pour seul objectif de valoriser ce que Marx dénomme la « valeur-capital » ; sa logique est de faire de la valeur avec de la valeur. Les trois cycles de la valeur-capital sont ceux du capital argent A-A’, comme cycle typique du capitalisme, du capital productif P-P’ et du capital-marchandise M’-M’[5].
Ces cycles sont inaugurés à chaque fois par ce que Marx appelle les trois « formes fonctionnelles » de la valeur-capital, soi A, P et M’. Précisons leur rôle.
– A est la forme argent de la valeur-capital, soit encore le capital-argent. Sa fonction est de transformer la forme argent de la valeur-capital en une forme marchandise (M) nécessaire au procès de production. Plus précisément, il s’agit par cet acte de l’achat des moyens de production et de la force de travail.
– P est la forme productive de la valeur-capital, soit le capital productif ; sa fonction est le procès de production lui-même durant lequel une plus-value sera créée par le travail salarié.
– M’ est la forme marchandise de la valeur-capital, soit le capital-marchandise. Sa fonction est de transformer le résultat du procès de production, les marchandises, dans leur forme argent (A’) ; cette dernière incorpore le profit, soit la différence entre A’ et A, qui sera réalisée au moment de la vente des marchandises.
Les trois cycles de la valeur-capital s’écrivent alors. :

  • cycle du capital-argent :             A-M…P…M’-A’        soit A-A’
  • cycle du capital-productif :        P…M’-A-M…P’        soit P-P’
  • cycle du capital marchandise : M’-A-M…P…M’       soit M’-M’

A chaque moment du temps, la valeur-capital s’incorpore concrètement, en plusieurs fractions, dans ses trois formes fonctionnelles (A, P, M’), elles-mêmes engagées dans leurs cycles respectifs qui, une fois accomplis, peuvent se prolonger, car retrouvant leur formes initiales.
Revenons maintenant à l’importance qu’il faut attacher au capital-argent et à son cycle, que Marx considère comme une figure centrale du capitalisme. Trois interrogations méritent d’être posées : de quoi est composé ce capital-argent, qui le détient, quel effet ces caractéristiques entrainent-t-elles sur le procès de production et la vente des marchandises ?
On ne peut pas se satisfaire alors de la réponse qu’en donnent Bihr-Husson dans leur ouvrage : « Impossible, disent-ils, de mettre en œuvre ce procès sans être pleinement propriétaire (réunir entre ses mains l’usus, le fructus et l’abusus), tant des conditions de ce procès (le capital-argent, les moyens de production et la force de travail contre lesquels il s’échange, le procès de production qui résulte de leur combinaison) que de son résultat (le capital-marchandise et l’argent qui en réalise la valeur, avec la plus-value qu’elle contient »(p. 52).
Cette affirmation relative à la « pleine propriété » est très problématique. Elle élude en réalité la question du crédit et, par effet induit, la question monétaire. Mais cela va plus loin encore. Cette affirmation modifie la vision que l’on peut conférer au rôle des rapports de propriété dans le procès de production (existants ou souhaitables). C’est ce que nous examinons maintenant.

Quatrième désaccord : le rôle du crédit bancaire et de la création monétaire

Pour assurer le cycle d’ensemble d’un capital individuel, le capital-argent n’est pas seulement constitué par le capital apporté par les actionnaires, mais aussi, dans presque tous les cas, par le crédit accordé par les banques. Ces deux apports en ressources financières, tout en étant de nature différente, sont nécessaires à l’accomplissement du cycle et se mesurent parfaitement au passif du bilan des sociétés de capitaux et, par exemple, par le levier d’endettement (rapport des dettes aux fonds propres). Selon la nature de l’activité, ce rapport peut aller de 0 (absence de dettes) à 30 (cas par exemple de certaines banques avant la crise financière de 2007-2008). Ce rapport peut atteindre des ratios encore plus élevés dans l’activité de certains hedge funds.
C’est ici que la monnaie s’invite de façon déterminante dans tout procès de production. Comme chacun doit le savoir, la monnaie est créée à chaque fois qu’une banque accorde un crédit soit à une entreprise soit à un ménage. Cette création monétaire est indispensable, non seulement pour faire les avances financières pour l’activité des entreprises, mais aussi pour assurer la monétisation, en profit, des plus-values réalisées durant le procès de production. Et voici donc la question importante. Doit-on considérer le montant de ces crédits, ceux notamment accordés aux entreprises, comme du « capital », c’est à dire comme « un ensemble de plus-values accumulées » ? La réponse est évidemment non. Les banques possèdent, seules, ce pouvoir extra-ordinaire de créer de la monnaie à volonté par les crédits qu’elles peuvent accorder. Ce privilège est tellement exorbitant que de tout temps il a fallu le réglementer pour le limiter. Mais créer de la monnaie, ce n’est évidemment pas créer du capital.
La problématique que nous venons d’esquisser ici permet de distinguer clairement « capital » et « monnaie ». Elle est totalement absente dans les deux ouvrages de Piketty, mais aussi dans le commentaire de Bihr-Husson. Ceci les amène à se fourvoyer sur la question des rapports de propriété.

Cinquième désaccord : sur le pouvoir à accorder aux salariés dans l’entreprise

Commençons, sur ce point sensible, par une question : faut-il donner aux salariés un pouvoir réel dans l’entreprise ? La première réponse de Bihr-Husson critiquant Piketty est apparemment négative, en raison des contradictions trop fortes que cela entrainerait : « Fussent-ils propriétaires de la moitié ou même plus des actions de l’entreprise (c’est nous FM qui soulignons) qui les emploie, les salariés de cette dernière n’en resteraient pas moins potentiellement séparés et séparables des moyens de production mis en œuvre dans et par cette entreprise. Ils s’en rendraient douloureusement compte le jour où (…) ils se trouveraient contraints, en tant que membres du conseil d’administration ou de direction de l’entreprise, de licencier certains de leurs collègues ou même d’accepter leurs propres licenciements pour sauver l’entreprise et le restant des emplois. Ils le réaliseraient encore plus brutalement en cas de faillite pure et simple de l’entreprise » (p. 147).
Mais quelques pages plus loin, on apprend avec surprise que les choses changeraient radicalement si les salariés ne devaient plus posséder, nous disent Bihr-Husson, « la moitié ou même plus des actions de l’entreprise (voir ci-dessus) », mais détenaient la totalité de celles-ci : « L’application d’une véritable justice sociale consisterait à transférer la totalité des droits aux représentants des travailleurs, et non pas seulement la moitié » (p. 152). Y aurait-il donc une différence de nature dans la gestion des rapports de production par les salariés, entre le fait de détenir, par exemple 99% du capital d’un côté, et le fait d’en détenir 100% de l’autre ? On est ici en plein brouillard. Faut-il comprendre dans l’exemple que nous donnons que c’est le 1% de détention privée qui pollue les 99% de propriété salariale et qui empêcherait le changement des rapports de production ?
Formulée de cette façon, la question du pouvoir dans l’entreprise conduit à l’impasse. Pour notre part, il convient à la fois de se poser la question du changement du rapport de subordination dans les rapports de production, mais aussi de revenir à la question monétaire qui s’inscrit également, nous l’avons vu, au cœur du procès de production.
Commençons par la question monétaire et reprenons la figure centrale du capitalisme, à savoir le cycle A-A’ qui se décline sous forme simplifiée, nous l’avons vu, en A-M…P…M’-A’ (où, rappelons-le, A, P et M’ sont des formes fonctionnelles de la valeur-capital tandis que M et A’ ne le sont pas[6]). Dans le projet de rompre avec le capitalisme et d’engager une nouvelle ère de justice sociale (pour reprendre les mots de Bihr-Husson), on pourrait imaginer que les rapports de production obéiraient, par exemple, à la définition de nouveaux projets productifs et à leur mise en œuvre (appelons les P) qui, une fois accomplis, correspondraient « à un approfondissement de la satisfaction socialisée des besoins fondamentaux », pour reprendre, là encore, une formulation de Bihr-Husson (p. 136), et appelons P’ la formulation de nouveaux projets productifs qui découleraient de l’accomplissement du cycle. Le nouveau cycle d’ensemble désirable s’écrirait alors P-P’ où l’objectif ne serait plus de valoriser la valeur-capital, mais au contraire de satisfaire des besoins fondamentaux, tout en « valorisant » le travail accompli pendant le cycle productif. Autrement dit, en accordant aux salariés un droit absolu de s’exprimer sur les conditions de travail, ce qui suppose de rompre leur lien de subordination.
Dans ce nouveau procès de valorisation, nous supposons toujours l’existence de trois formes fonctionnelles : P qui est donc le procès de production ; M’ qui représente les biens et les services destinés à satisfaire les besoins fondamentaux, mais qui doivent être validés ou bien par le politique ou bien encore par le marché[7] ; et enfin A les ressources financières nécessaires pour l’accomplissement du cycle d’ensemble. Celui-ci, comme nouvelle figure centrale, s’écrit alors P…M’-A’-P’. Dans ce cycle, A n’est plus l’Alpha (et A’ l’Omega), et donc la raison d’être de la production. Il demeure cependant une forme fonctionnelle nécessaire à l’accomplissement du cycle d’ensemble[8]. Imaginons que les ressources financières soient entièrement apportées par les banques sous forme donc de crédit et relevant par conséquent d’un processus de création monétaire.
Quel rôle alors accorder à ces apporteurs de fonds dans la gestion des entreprises ? Cette question renvoie à son tour à la question du pouvoir dans les banques et, de façon encore plus générale, à l’allocation des ressources monétaires et financières dans les espaces nationaux et internationaux d’aujourd’hui, ainsi qu’au rôle des banques centrales dans ces espaces. On s’aperçoit, là aussi, que la monnaie est, dans toutes ses dimensions, un rapport social éminent[9] qui implique que l’on se pose des questions notamment comme celles-ci : qui émet la monnaie nouvelle, qui contrôle la distribution du crédit ? Nous ne pouvons pas développer davantage la question monétaire, dans le cadre limité de ce commentaire. Nous renvoyons le lecteur à deux de nos ouvrages récents[10].

3 – Il faut donner un statut juridique à l’entreprise

Simplifions tout de même l’argument. Dans le nouveau cycle, l’ensemble des travailleurs est évidemment une partie constituante indispensable à l’accomplissement de la forme fonctionnelle P ; de même, les apporteurs de ressources monétaires apparaissent comme l’autre partie constituante de ce cycle, tout aussi indispensable que la première, mais cette fois-ci pour accomplir la forme fonctionnelle A, c’est-à-dire pour assurer le montant des fonds nécessaires à l’activité de l’entreprise, soit pour l’investissement, soit pour le fonds de roulement. A et P sont ainsi des formes fonctionnelles qui mettent en jeu des rapports sociaux fondamentaux.
Il est donc alors légitime de considérer que ces deux parties constituantes, par les fonctions internes et essentielles qu’elles remplissent, doivent participer au pouvoir d’organisation de l’entreprise et de partage des résultats. Pour ceux qui sont les destinataires des biens et des services, et qui permettent l’accomplissement de la forme fonctionnelle M’, leur rôle est également considérable, tout en étant cependant une partie externe à l’entreprise. Cette partie doit également pouvoir s’exprimer, non pas comme partie constituante, mais comme « partie prenante » de l’entreprise.
La solution institutionnelle est alors évidente. Il faut tout d’abord donner un statut à l’entreprise comme acteur juridique à part entière, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Le droit ne connaît en effet que la société de capitaux et le contrat de travail, ce qui évite de considérer les salariés comme une partie constituante de l’entreprise et, par conséquent, les écarte de participer au pouvoir d’organisation de l’entreprise, ainsi qu’au partage des résultats[11].
Il s’agit ensuite d’introduire une codétermination à parité entre les deux parties constituantes de l’entreprise : les salariés d’un côté et les apporteurs de fonds monétaires de l’autre. Cette codétermination doit s’appliquer, non seulement dans les organes de délibération des conseils de surveillance ou de conseils d’administration, mais aussi – et c’est là le point fondamental pour rompre le lien de subordination – dans les organes de direction (directoires ou comités exécutifs). Enfin, les destinataires des biens et des services doivent aussi être représentés. C’est évidemment nécessaire. Une place dans les organes délibérants (et non dans les organes exécutifs) pourrait leur permettre de participer à la définition des orientations de l’activité de l’entreprise. Ils seraient, par exemple, nommés paritairement par les deux organes constituants.
L’introduction de ces nouvelles pratiques démocratiques concernerait aussi bien les banques que les entreprises, mais également les entreprises publiques. Ainsi pourrait-on espérer éviter l’écueil de l’étatisation des entreprises publiques, et surtout provoquer la rupture du lien de subordination salariale, quelles que soient les formes d’activité d’entreprise.

Notes
[1] Alain Bihr et Michel Husson, Thomas Piketty, une critique illusoire du capital, Éditions Syllepse, 2020.
[2] Thomas Picketty, Capital et idéologie, Paris, Le Seuil, 2019. Mais le commentaire de Bihr-Husson s’attache parfois aussi à l’autre best-seller de T. Piketty : Le Capital au XXIe siècle, Paris, Le Seuil, 2013.
[3] Par la suite, les renvois de pages dans le texte sont exclusivement ceux relatifs à l’ouvrage d’Alain Bihr et de Michel Husson.
[4] Pour cette périodisation, on pourra se reporter à notre article paru dans la revue Le Débat : « Les banques, la globalisation et la démocratie », n° 189, 2016/2, p. 103-118, article qui a été commenté dans le même numéro par Michel Rocard : « Les mystères de la finance » p. 119-125, et par Marcel Gauchet : « Les démocraties nationales face à la finance globale » p. 126-130. Sur l’analyse des quatre cycles financiers que nous évoquons rapidement ici, voir notre article parue dans Médiapart le 3 avril 2020 : « Cycle financier et crise systémique ».
[5] Pour l’analyse, par Marx, du cycle d’un capital individuel et de ses métamorphoses, on pourra se reporter au Livre II du Capital, Le procès de circulation du capital, Tome premier, Paris, Éditions sociales, 1960, p. 28 à 108. Pour retrouver les passages consacrés à la figure de la succession des cycles, mais aussi à celle de leur juxtaposition, on pourra se reporter à K. Marx, op cité, p.95.
[6] Cette distinction est évidemment essentielle, voir K. Marx op.cit. p.44.
[7] Nous reprenons ici une formulation que nous empruntons aux derniers travaux de J. M. Harribey ; voir, par exemple, son blog sur Alternatives économiques : La vie au ralenti, journal d’un confiné, « Du travail au revenu », 2 mai 2020, où il écrit que toute activité doit recevoir une « validation sociale, soit de la part du marché pour les marchandises, soit venant d’une décision politique ».
[8] Pour des développements plus amples et surtout plus précis, nous invitons le lecteur à se reporter à notre ouvrage : L’économie politique du XXIe siècle ; de la valeur-capital à la valeur-travail, Lux 2017.
[9] La vision de la monnaie comme rapport social est partagée par de nombreux économistes. On peut, par exemple, se référer à Michel Aglietta : « La monnaie est un rapport social », Entretien réalisé par Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon, Attac, le 8 avril 2015 ; ou plus récemment à Laurence Scialom : « Nous avons collectivement perdu la main sur la politique monétaire », Alternatives économiques, 13 juin 2020.
[10] L’hydre mondiale – L’oligopole bancaire, Lux, 2015, et Quand la gauche essayait encore ; le récit inédit des nationalisations et quelques leçons à en tirer, Lux 2020 (voir la recension qu’a rédigé Daniel Bachet de ce livre, publiée dans la Nouvelle Revue du Travail, n°17, novembre 2020.
[11] Pour approfondir ce point, voir notre article : Donner un statut à l’entreprise pour reconnaître le travail, Médiapart 11 janvier 2018.

 

Joyce Sebag et Jean-Pierre Durand, La Sociologie filmique, CNRS Editions, 2020

La Sociologie filmique propose une exploration des ressources intellectuelles offertes par l’hybridation de la sociologie et du cinéma : pratiquer la sociologie, ou d’autres sciences humaines, par l’image et le son. À l’ère de l’image, cet essai invite aux recherches sociologiques, non seulement par la démarche de la discipline, mais aussi par l’apprentissage conjoint des techniques (prises de vue et de sons, dérushage, montage, etc.) et de l’écriture cinématographiques.
À partir d’exemples concrets, les auteurs analysent ce que signifie penser par l’image, exposent les différentes phases de réalisation d’un documentaire sociologique, questionnent au moyen du film sociologique les représentations du réel et plus particulièrement ce qui demeure invisible dans le monde social. D’où un retour réflexif sur les théories et les pratiques exposées, pour mieux armer le sociologue-réalisateur de documentaires.
Illustré de nombreuses photographies qui jalonnent l’histoire de la photographie et du cinéma documentaires, le livre s’adresse à la fois aux enseignants-chercheurs et aux étudiants de toutes les disciplines des sciences humaines qui pratiquent la vidéo et la photographie ou souhaitent en découvrir les usages. Les étudiants des écoles de documentaires ou de cinéma, les étudiants des filières « Information et communication » tireront également profit de l’ouvrage dans leur parcours.

Table des Matières

Préface par Douglas Harper
Introduction
Chapitre 1. La démarche de la sociologie filmique
1 – Trois fonctions imbriquées de la sociologie filmique
2 – De la Sociologie scripturale à la sociologie filmique
3 – Que dit le documentaire sociologique qui échapperait au texte ?
4 – Du Master Image et Société à la thèse en sociologie filmique
Chapitre 2. Des ethnologues à la sociologie filmique
1 – Les documents des ethnologues et des anthropologues
2 – Photographie et cinéma documentaires
3 – Genèse de la sociologie filmique
Chapitre 3. Cinéma et sociologie : une hybridation prometteuse
1 – Des images et des mots pour penser
2 – Peut-on parler d’images sociologiques ?
3 – Réaliser un documentaire sociologique : de la maîtrise des signifiants au montage
Chapitre 4. Le cinéma exacerbe les interrogations sociologiques
1 – Sociologie filmique et interactionnisme
2 – Distanciation et engagement du sociologue documentariste 
3 – Documentaire sociologique et « résidus scientifiques »
Chapitre 5. L’intangible dans le documentaire sociologique
1 – De la représentation du réel
2 – Représenter l’invisible du social
3 – L’entretien filmé
Conclusion