AAA Travailler dans l’agriculture

Appel à articles | Nouvelle Revue du Travail

Travailler dans l’agriculture

Julie Landour[1], Emmanuelle Leclerq[2], Madlyne Samak[3] et Ariel Sevilla[4]

Depuis le début des années 2000, les recherches sur les groupes sociaux d’agriculteurs ont connu un certain renouveau, comme en témoigne la parution de plusieurs publications collectives. A partir d’approches variées (sociologie politique, sociologie de l’éducation, sociologie de la famille et du genre, sociologie économique, sociologie du travail, sociologie des migrations, etc.), ces travaux ont actualisé les connaissances des modalités de fonctionnement des entreprises familiales agricoles (Revue d’études en agriculture et environnement, 2008), du positionnement social des agriculteurs dans la France contemporaine (Sociétés contemporaines, 2014) et des enjeux de leur représentation professionnelle (Politix, 2013). Ils ont aussi mis au jour les transformations des modèles productifs (Terrains et Travaux, 2012), les enjeux du travail saisonnier en Europe (Études rurales, 2008), ou encore les transformations des « mondes agricoles » sous l’effet de la globalisation (Hervieu et Purseigle, 2009).

L’enjeu de ce Corpus « Travailler dans l’agriculture » est de contribuer à ce renouveau en adoptant une approche centrée sur le travail et l’emploi des travailleurs et travailleuses agricoles, qu’ils soient indépendants ou salariés. Il s’agit de proposer un état dynamique des transformations professionnelles qui traversent ces groupes sociaux, pour rendre compte de la manière dont elles s’intègrent aux évolutions plus larges de l’emploi et du travail contemporains.

Trois axes de réflexion nous intéressent plus particulièrement, ces derniers pouvant être traités indépendamment ou de manière conjointe :

  1. Mutations des formes d’emploi dans le secteur agricole
  2. Trajectoires socio-professionnelles des travailleurs et travailleuses agricoles
  3. Organisation et conditions de travail dans le secteur agricole

 

  1. Mutations des formes d’emploi dans le secteur agricole

À l’instar de l’ensemble du marché du travail, le secteur agricole n’est pas épargné par les mutations des formes d’emploi, y compris dans les spécificités qui lui sont propres. La progression du travail salarié dans les exploitations depuis la fin des années 1980 doit être reliée aux évolutions socio-économiques qui caractérisent le secteur agricole depuis plusieurs décennies (déclin du nombre d’exploitations et augmentation de leur taille[5]), à la place des femmes sur le marché du travail (intégration au marché du travail, élévation du niveau de diplôme) et dans les familles agricoles (montée de l’hétérogamie conjugale, des unions libres et des divorces), ou encore aux transformations générales des formes d’emploi (montée de l’intérim et des formes d’emploi précaire[6]). Elle s’applique également de manière différenciée selon les pays, les secteurs agricoles et les types d’exploitation envisagés.

 

Ces mutations des formes d’emploi dans le secteur agricole sont à documenter : comment et pourquoi le salariat se développe-t-il ? Quelles sont les modalités de salarisation ? Comment les employeurs et employeuses agricoles les utilisent-ils ? Jouent-ils pour eux-mêmes avec les formes d’emploi – notamment avec l’encadrement juridique du travail indépendant – au fil de leur trajectoire sociale ? Quelles catégories d’agriculteurs ont recours au salariat non familial et/ou à l’externalisation du travail (CUMA, entreprises de travaux agricoles, service de remplacement, etc.) ? À quelles justifications productives, techniques ou économiques ces transformations répondent-elles ? Comment sont-elles mises en place ?

 

Salariés permanents, saisonniers, intérimaires, partagés, détachés : il s’agit également de donner à voir qui sont les salariés non familiaux des exploitations agricoles et quelles sont leurs conditions d’emploi. Comment le salariat non familial s’articule-t-il avec l’activité familiale – régulièrement non salarié, voire non déclaré – sur les exploitations ? Quelles divisions sociales du travail – qu’elles soient de classe, de genre ou de race – ces transformations engendrent-elles ?

  1. Trajectoires socio-professionnelles des travailleurs et travailleuses agricoles

Comme l’ensemble des actif.ve.s, les travailleurs et travailleuses agricoles ont vu leur niveau de qualification s’accroître. Cette hausse du niveau de qualification est le produit d’injonctions familiales (les parents agriculteurs poussant leurs enfants à poursuivre leurs études), mais aussi institutionnelles (une partie des aides accordées par l’État pouvant être accordée sous condition de l’obtention d’un diplôme de niveau baccalauréat). Il ne s’agira pas ici de fournir une nouvelle démonstration de l’hétérogénéité sociale des agriculteurs et agricultrices, mais plutôt de s’intéresser aux contenus et aux effets des formations suivies sur l’activité et la trajectoire des travailleurs et travailleuses agricoles.

Deux thématiques nous intéresseront plus particulièrement dans cette étude des trajectoires socio-professionnelles : on pourra en amont étudier la manière dont les formations, et notamment celles préparant au travail agricole, socialisent les étudiant.e.s à leur futur professionnel. Vers quels types de montage juridico-économique et/ou modalités d’emploi orientent-elles les futurs agriculteurs et agricultrices (indépendance ? Salariat ? Formes sociétaires d’exploitations ? Externalisation du travail ?) ? Quels modes de production  valorisent-elles (conventionnelle, biologique, intensif, extensif, etc.) ? Quelle vision du métier encouragent-elles ? Comment cherchent-elles à redessiner les pratiques professionnelles en agriculture ?

Une seconde thématique, en aval, portera sur les trajectoires d’entrée en agriculture, en interrogeant notamment leurs liens avec les formations suivies. Comment les agriculteurs, indépendants ou salariés, viennent-ils à l’agriculture ? Quel est leur parcours social ? Les modalités de la transmission du métier au sein des familles agricoles sont bien connues, mais on sait moins comment les instances éducatives contribuent à forger les destins professionnels des futurs travailleurs agricoles. Comment leur formation façonne-t-elle les formes d’emploi endossées et leurs temporalités (salariat de court terme pour faire son expérience ou installation immédiate à son compte) ? Dans quelle mesure oriente-t-elle les choix technico-économiques et plus globalement les modes de production adoptés ? Ou encore les manières d’articuler travail professionnel et vie familiale ? Dans quelle mesure leur socialisation scolaire, et les orientations qu’elle suscite convergent-elles avec leur socialisation familiale et le travail en famille au fil des parcours ? Quel est le rôle des formations non agricoles sur les trajectoires et les pratiques professionnelles ?

  1. Organisation et conditions de travail dans le secteur agricole

Agriculture de firme, spécialisation, intensification et standardisation des activités agricoles, montée de l’agriculture biologique, territorialisation et labellisation des productions, etc. : le secteur agricole est traversé par des transformations productives et socio-économiques que l’on peut qualifier de divergentes, et qui tendent à tout le moins à complexifier un secteur historiquement marqué par son hétérogénéité. Ce troisième axe de réflexion visera à investir les formes d’organisation du travail et des conditions de travail induites par ces transformations, et à en documenter les fondements sociologiques.

Comment les organisations de travail agricoles évoluent-elles ? En quoi les transformations des modes de production (intensification et standardisation ou à l’inverse singularisation et désintensification) impactent-elles la structure de la main-d’œuvre et la division du travail sur les exploitations ? Quelles transformations techniques, qu’il s’agisse de l’utilisation de machines-outils, des pratiques de culture ou d’élevage, ou encore de l’utilisation d’intrants chimiques de synthèse, ces évolutions induisent-elles ? À quelles justifications économiques, commerciales, écologiques ou professionnelles répondent-elles ? Dans quels types d’exploitations s’observent-elles ? Quels types de compétences mobilisent-elles chez les travailleurs et travailleuses ? Comment y font-ils face – ou non ?

Les transformations des modes de production en agriculture sont aussi à interroger sous l’angle des évolutions des conditions de travail qu’elles impliquent : comment les travailleurs et travailleuses agricoles tiennent-ils dans leur travail ? Comment entretiennent-ils leur capital physique au long cours ? Comment envisagent-ils les risques et maladies professionnelles (notamment liées à l’usage de produits chimiques) ? Comment sont-ils formés aux pratiques préventives, par les instances professionnelles et/ou les employeurs ? Dans quelle mesure ces pratiques sont-elles mobilisées dans le travail au quotidien ?

Ces trois axes de réflexion pourront être investis à partir de terrains locaux, nationaux mais aussi internationaux. Les transformations décrites ne sont pas propres à l’agriculture française, et l’exploration du travail agricole dans d’autres cadres nationaux comme les comparaisons internationales, venant nourrir l’étude des effets de la globalisation sur le travail en agriculture, sera appréciée.

________________

[1] Chercheure au CREAPT,  attachée au Centre d’Études de l’Emploi et du Travail (CNAM)

[2] MCF en sociologie à l’université de Reims-Champagne Ardenne, Centre d’Études et de Recherches sur les Emplois et les Professionnalisations.

[3] MCF en sociologie à l’Institut national universitaire Champollion d’Albi, LISST-CERS.

[4] MCF en sociologie à l’université de Reims-Champagne Ardenne, Centre d’Études et de Recherches sur les Emplois et les Professionnalisations.

[5] Voir sur ce point les dernières données de l’AGRESTE.

[6] Voir par exemple le numéro 5 de La Nouvelle Revue du Travail.


Cet appel à articles concerne tous les chercheur.se.s en sciences sociales (historiens, géographes, sociologues, économistes, philosophes, anthropologues, etc.). Les articles ne dépasseront pas 45 000 signes (espaces, notes de bas de page et bibliographie compris) et sont à adresser avant le 12 décembre 2019 à nrtravail@gmail.com en suivant les modalités et les normes de présentation précisées à la rubrique « Soumission et évaluation » du site de la NRT : nrt.revues.org

AAC Colloque international : Qualité de l’Emploi et de la Formation en Europe

Appel à communications
Depuis la crise financière et la récession qui s’en est suivie, les politiques publiques de l’emploi des pays de l’UE tendent à délaisser l’objectif de la flexicurité, notamment « la sécurisation de l’emploi », au profit d’une réduction des « rigidités » présentées comme entrave au recrutement, à l’agencement de l’offre et de la demande d’emploi et par conséquent au bon fonctionnement du marché de l’emploi.
En France, la Loi Travail de 2016, les ordonnances Pénicaud de 2017 et la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage de 2018 ont poursuivi l’affaiblissement des cadres normatifs légaux en renvoyant de nouveaux champs de la relation d’emploi à la négociation collective, voire à l’individu, ouvrant la porte au démantèlement de garanties collectives et de droits sociaux. Dans d’autres pays de l’UE, les réformes ont cherché à dépasser le dualisme insiders/outsiders en réduisant les protections attachées à l’emploi stable. Ces politiques menées au nom de la « modernisation » du marché de l’emploi et du développement de « l’employabilité » des individus conduisent à amplifier les phénomènes de précarisation et de pauvreté laborieuse.
Depuis quelques années, malgré de nombreuses réformes en faveur d’une plus grande flexibilité, l’Europe et l’OIT ont vu émerger des discussions sur la définition d’un emploi de qualité et sur la construction d’une nouvelle norme d’emploi assortie de différents droits, dont celui à la formation tout au long de la vie, servant le bien-être et la justice sociale et l’amélioration des connaissances, des qualifications et des compétences. Reste à savoir comment cet emploi de qualité pourrait devenir la norme première, accordant aux salariés la possibilité de développer une vie professionnelle conjuguée au bien-être social et à des parcours professionnels.
Le colloque QEFE a pour objectif de permettre à des chercheurs et des acteurs sociaux européens de dialoguer sur le bilan des réformes passées ou en cours et les conditions d’amélioration de l’emploi et de la formation professionnelle. Il aura pour ambition de mesurer l’influence des processus supranationaux émanant de la coopération européenne afin de savoir si les systèmes d’emploi et de formation convergent ou non vers les mêmes réalisations ou s’ils sont recontextualisés par des singularités nationales résultant de processus de négociation et de traduction. Ce colloque cherchera en outre à identifier les réseaux et acteurs promoteurs ces réformes niveau européen, à repérer les interactions
susceptibles d’influencer les politiques nationales. Cette question de la structuration des politiques et de leur mise en œuvre est d’autant plus importante que d’une part l’Europe fait peser des contraintes sur les Etats membres et d’autre part fournit aux pays un cadre de référence (sous forme de recommandations) laissant la place à des déclinaisons spécifiques à chacun des contextes.
Ce colloque porté par une ambition interdisciplinaire se propose d’accueillir des contributions de sociologues, d’économistes, de juristes et de politistes. Il accueillera des contributions tant empiriques que théoriques, comparatistes que ce soit sur le plan hexagonal, européen ou international. Les propositions de communication s’inscriront dans l’une des trois thématiques suivantes :

  1. Bilan des réformes du marché de l’emploi dans les pays de l’UE depuis 2008.
  2. Réorganisations productives, évolution des régimes de mobilisation de la main-d’œuvre, des politiques de formation et des stratégies RH des entreprises, ainsi que des organisations publiques et associatives.
  3. Qualité de l’emploi, relations professionnelles et mobilisations collectives.

Des propositions sous la forme d’un résumé de 3 000 signes indiquant la thématique dans laquelle elles s’inscrivent devront être envoyées au plus tard le 30 Août 2019 à :
conference.jobqualityineurope@gmail.com
Comité organisateur :
Lara Alouan, Stephen Bouquin, Dominique Glaymann, Christine Louveau, Emmanuel Quenson, François Sarfati, Francesca Setzu, Laurent Willemez, Marnix Dressen-Vagnée

“Facteurs et colipostiers : métiers postaux en mutation”

Co-organisée par les laboratoires LEST et PRINTEMPS, cette journée d’études a pour objectif d’interroger les transformations induites par les réformes qui touchent les métiers postaux, en réunissant et en confrontant des travaux récents menés sur le sujet et en donnant la parole à des intervenants lors d’une table ronde conclusive.

Informations pratiques :

Date : Mardi 11 juin 2019 de 9h à 16h45
Lieu : Centre de Sociologie des Organisations
19, rue Amélie
75007 Paris

Présentation

Depuis les années 2000, les métiers postaux font, en France comme dans le reste de l’Europe, l’objet de multiples réformes qui touchent tant aux conditions de travail que d’emploi des travailleurs de ce secteur. Face à la baisse des volumes de courrier, le métier de facteur est particulièrement impacté par ces réorganisations mais d’autres activités de distribution, notamment de colis, qui connaissent elles un mouvement inverse de croissance, font également l’objet de bouleversements d’ampleur. L’objet de cette journée d’études est d’interroger les transformations induites par ces réformes, en réunissant et en confrontant des travaux récents menés sur le sujet, et en donnant la parole à des intervenants placés en situation d’expertise dans une table ronde conclusive. 

Un premier axe questionnera les effets des politiques managériales, d’inspiration néo-libérale, sur l’organisation du travail, sur les statuts d’emploi et sur l’activité concrète des facteurs et des colipostiers. Un deuxième axe s’attachera à l’étude des relations professionnelles et à saisir le rôle joué par les organisations syndicales dans la négociation collective des accords encadrant l’évolution des métiers postaux mais aussi dans les conflits sociaux, à l’échelle tant locale que nationale, que ces réformes n’ont pas manqué de provoquer.

Inscription

Les inscriptions à la journée d’études sont ouvertes jusqu’au 4 juin 2019, dans la limite des places disponibles.

> Accéder au formulaire d’inscription

Programme

> Télécharger le programme de la journée [PDF – 296 Ko]
9h30 : Introduction de la journée par les équipes du LEST et du PRINTEMPS

9h45 : Axe 1 – Travail, organisation et statuts d’emploi 
Discutant : Didier Demazière (Sciences Po Paris/CSO)

Nicolas Jounin (Université Paris 8/CRESPPA-CSU), Le caché de La Poste. La genèse de temps virtuels pour organiser le travail des facteurs

Nicolas Klein (Université Paris-Est Marne-la-Vallée/LATTS), Les facteurs face aux transformations de la distribution postale : quel avenir pour le métier ?

Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller (Université Aix-Marseille/LEST), L’extinction du fonctionnariat et le renouvellement des emplois précaires

Léo Reynes (Université Paris Nanterre/IDHE.S), Les statuts d’emploi et leur fonction organisationnelle. L’exemple d’un centre de tri postal

Caroline Arnal (Sciences Po Paris/CSO), La massification de la sous-traitance au colis : quels effets sur les relations de/au travail ?

12h : Pause déjeuner

13h30 : Axe 2 – Relations professionnelles
Discutant : Jérôme Pélisse (Sciences Po Paris/CSO)

Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller (Université Aix-Marseille/LEST), Le travail et le métier au coeur de la conflictualité sociale

Karel Yon (Université Paris Nanterre/CNRS/IDHE.S), Normaliser la précarité ? Négociations et conflits dans la distribution directe

Jean Vandewattyne (UMONS), Esteban Martinez (ULB) et Thomas Haussmann (ULB), Vers une nouvelle dynamique sociale dans la négociation des conditions d’emploi et de travail au sein de la poste belge ?

Sylvie Contrepois (CRESPPA-CSU) et Fatiha Talahite (CRESPPA-GTM), Syndicalisme et prise en compte de la santé et du vieillissement au travail chez Royal Mail

15h30 : Pause

15h45 : Table ronde conclusive : Face aux mutations, comment intervenir ?
Animation : Marie Benedetto-Meyer (Université de technologie de Troyes/Tech-Cico)

Avec Hélène Delahaye (sociologue, Groupe la Poste), Stéphanie Gallioz (Intervenante conditions et santé au travail, cabinet Syndex), Thierry Rousseau et Florence Loisil (ANACT)

Organisation

Cette journée d’études est organisée sous la responsabilité scientifique de Caroline Arnal (Sciences Po Paris/CSO), Nicolas Klein (Université Paris-Est Marne-la-Vallée/LATTS), Laurent Willemez (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines/laboratoire Printemps), Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller (Université Aix-Marseille/LEST), Marie Benedetto-Meyer (université de technologie de Troyes/Tech-Cico), avec les soutiens suivants :

Le laboratoire PRINTEMPS

Le laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail (LEST)

Le Centre de Sociologie des Organisations

Expo photo sur le travail

ÊtreS au Travail

Jusqu’au 14 juillet 2019, au Jardin du Luxembourg (Paris), se tient une exposition de photographies portant sur le travail comme activité, organisée par l’association Lumières sur le Travail.

Toutes les infos :

http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Photographie/Actualites/EtreS-au-Travail-80-photographies-sur-les-grilles-du-Jardin-du-Luxembourg

GRILLES DU JARDIN DU LUXEMBOURG
Rue de Médicis – 75006 Paris / Accès libre au public

Le dossier de presse : http://www.culture.gouv.fr/content/download/209858/2213882/version/1/file/DP-2019-Cbdf.pdf

Pour en savoir plus : http://etres-au-travail.fr/