AAA CORPUS N° 27

• VERSION FRANCAISE >>>
• ENGLISH VERSION >>>

Travail, syndicalisme et action collective en Afrique

Appel à Articles pour la Nouvelle Revue du Travail

(corpus n°27 à paraître à l’automne 2025)

Emmanuelle Bouilly (Université de Lille, CERAPS),

Sidy Cissokho (Université de Lille, Clersé),

Maxime Quijoux (LISE, CNAM)

À rebours d’une idée désormais répandue, le salariat et le syndicalisme en Afrique ne sont pas en voie de disparition. Malmenés par les programmes d’ajustement structurel des années 1980 et la dérégulation de leurs économies nationales, les salarié·es sont pourtant toujours plus nombreux (92 millions, soit environ 23% de la population active selon l’Organisation Internationale du travail en 2021) et les syndicats qui les représentent encore actifs, comme en témoignent le nombre persistant de mobilisations sur les lieux de travail sur le continent (grèves, manifestations, sit-in, etc.). Le salariat – à la fois comme condition de subordination et de protection sociale – demeure toutefois minoritaire sur le continent africain, tributaire des secteurs et des histoires nationales. En effet, un actif sur deux en milieu urbain en Afrique serait à la tête de sa propre unité de production, tandis que le secteur dit informel emploierait en moyenne 70% des actifs occupés selon les chiffres publiés par l’OIT en 2022. Il en est de même du syndicalisme qui, en tant qu’activité spécialisée de représentation des intérêts des travailleurs et travailleuses, est souvent numériquement faible, à l’exception de certains secteurs ou de certaines périodes historiques, même si là aussi les statistiques (fiables) se font rares. Dans ce contexte singulier, quelles formes prend le syndicalisme en Afrique ? De quelle manière peut-il éclairer les grandes questions contemporaines sur les contours de la défense, la représentation et l’action collective des travailleurs dans le monde ? Ce dossier vise à réunir des articles autour des trois axes suivants.

Axe 1 – Opter pour la forme « syndicat »

La naissance des syndicats en Afrique est liée à la colonisation. Importés par des centrales métropolitaines pour représenter les travailleurs européens installés sur le continent, les syndicats sont rapidement investis par les travailleurs africains, et ce d’autant plus facilement qu’ils s’appuient sur un tissu préexistant d’associations ou d’amicales. Les administrations coloniales ont progressivement ouvert le droit syndical aux « indigènes ». Par la suite, la diffusion de ces modalités d’organisation sur le continent a pris la forme d’« universités ouvrières » pilotées par les centrales occidentales, ou encore de « séminaires techniques » organisés par l’OIT. Ces origines « importées » invitent à questionner aujourd’hui les contours que prennent les organisations syndicales, la manière dont les travailleurs, les syndicalistes et leurs sympathisants choisissent ou non de créer un syndicat, et le sens qu’ils donnent à cette étiquette.

On s’intéressera aux raisons et aux processus qui font que certains acteurs décident de s’organiser pour représenter leurs intérêts, s’affirmant ou non comme « syndicat ». On observe par exemple qu’un certain nombre d’organisations catégorielles revendiquent leur affiliation à des syndicats tout en entretenant avec eux des relations ambiguës, comme dans le secteur du transport, des commerçants ou encore des domestiques. À l’inverse, d’autres travailleurs privilégient le statut d’associations, d’ONG ou de coopératives. L’existence de ces formes alternatives d’organisation est à lier aux contextes dans lesquels elles s’expriment, et où la pratique syndicale est parfois marquée par la répression, le clientélisme, une forte extraversion liée à l’ingénierie de l’aide internationale, ou encore par la perte d’attractivité des syndicats considérés par certains comme dépassés et inutiles.

Pourquoi, dès lors, des travailleur·ses choisissent-ils de créer un syndicat plutôt qu’une autre forme d’action collective ? Que signifie créer un syndicat dans des contextes où le secteur informel domine, et où d’autres formes d’organisations sociales sont promues par les États et les organisations internationales ? Comment les formes et les frontières légitimes du syndicalisme sont-elles définies, dans des contextes parfois autoritaires ? Quelles alliances avec d’autres organisations ce travail de définition permet-il ou interdit-il ? Dans un contexte de concurrence militante entre différentes formes possibles d’engagements (association d’entraide, groupement d’intérêt économique, association religieuse, ONG, etc.), comment les syndicats parviennent-ils à enrôler des travailleurs ? Le secteur informel constitue-t-il en ce sens aujourd’hui un nouveau bassin de recrutement ? L’existence de formes de représentation alternatives témoigne-t-elle d’un « temps mondial » d’informalisation ou de renouveau du syndicalisme ? Cette approche sera ainsi l’occasion de penser le secteur informel et l’échelon international de manière plus systématique que ne le fait la sociologie politique du syndicalisme.

Axe 2 – Se syndiquer, être syndicaliste

            Le deuxième axe de réflexion porte sur le travail ordinaire de celles et ceux qui font vivre les syndicats. On s’intéressera ici tant aux pratiques, aux conditions matérielles d’exercice, qu’aux identités professionnelles qui portent la fonction de représentant syndical.

Alors que dans la plupart des pays d’implantation plus ancienne, le militantisme syndical connaît un vieillissement et une érosion générale, ces dimensions restent peu renseignées sur le continent. En France, les études montrent par exemple que les élus du personnel appartiennent à des catégories d’âge supérieur à quarante ans en moyenne, plutôt masculines et issues des classes populaires stabilisées. Les différentes réformes de la représentativité ont par ailleurs considérablement bureaucratisé le travail militant dans ses velléités de transformer les syndicalistes en « partenaires sociaux ».

Quel est le profil des syndicalistes en Afrique ? Et de quelles manières le travail syndical est-il incarné ? Comment s’organise-t-on sur son lieu de travail, défendre ses collègues et légitimer son rôle de représentant du personnel ? Comment faire vivre un syndicat et endosser la fonction de représentant syndical dans des contextes démunis en ressources financières et humaines et à l’autonomie d’action et de représentation parfois limitée par le pouvoir politique ? Qu’en est-il dans des contextes où les États sont sous régime d’aide internationale et où la masse de salariés pouvant cotiser est moins importante ? Cette question matérielle induit celle des conditions de l’engagement syndical et de son maintien. Dans des contextes où les postes de permanents sont rares, comment se caractérisent les formes de professionnalisation syndicale et les logiques de carrières militantes ?  

             Dans ce même ordre d’idée, s’interroger sur le travail de représentation suppose de questionner les identités professionnelles autour desquelles les travailleurs et travailleuses se mobilisent. Les contextes africains, aussi divers soient-ils, ont pour point commun d’avoir connu une industrialisation relative en comparaison des contextes européens et nord-américains. La place de l’identité ouvrière, longtemps dominante dans la culture syndicale européenne, semble aujourd’hui quasi absente des discours syndicaux sur le continent africain. Quelles appartenances professionnelles sont mobilisées afin de favoriser l’adhésion syndicale et entretenir la représentation syndicale ? En quoi l’informalisation ou l’extraversion des économies africaines affectent-elles ces dynamiques ? Comment les catégories de « travailleur précaire », « travailleur informel », ou « travailleur migrant » sont-elles par exemple promues ou rejetées ? Plus généralement, au nom de quoi se mobilise-t-on ? Quelles visions du juste et de l’injuste les mobilisations de travailleurs véhiculent-elles ? Ces questions seront l’occasion de réinvestir la sociologie de l’engagement militant et de l’économie morale et politique à partir de l’objet « syndicat ».

Axe 3 – Les multiples espaces de la confrontation et de la régulation syndicale

            Enfin, un troisième axe de réflexion porte sur les mobilisations et les répertoires d’action des organisations syndicales au sein des espaces de travail, mais aussi en dehors. À l’heure où la sociologie politique du syndicalisme s’interroge pêle-mêle sur l’affaiblissement de la représentativité syndicale, le renouveau de modes d’action protestataires et l’émergence de pratiques de négociation fragmentées et dépolitisées, le détour par les réalités syndicales du continent peut s’avérer heuristique. Les études africaines ont de longue date permis d’analyser les conditions de félicité des résistances et des contestations en dehors des espaces institués, ou ont, plus récemment, remis en cause le couple « mobilisation-protestation ». Quelles sont les formes de conflictualités du travail en Afrique ?

Il s’agira de s’interroger sur la conflictualité tant sur les lieux d’activité professionnelle que dans les espaces publics, tous deux fortement contrôlés conjointement par les classes dirigeantes patronales et politiques dans bien des contextes africains. Quels sont les déterminants du recours à tel ou tel mode d’action par les syndicats ? Certains travaux mentionnent les usages du droit dans le cadre des conflits du travail, là où d’autres insistent sur le recours à l’expertise et au plaidoyer, ou encore sur le registre religieux. La grève, le piquetage, l’occupation des bâtiments ou encore les manifestations de rue sont-ils pour autant relégués ? De manière plus générale, existe-t-il un répertoire d’action collective spécifique aux syndicats africains ?

Ces pratiques protestataires (ou leur absence) ne se déploient pas que dans la rue ou sur le lieu de travail. Elles interviennent aussi dans le cadre bien balisé des relations professionnelles, façonnées par l’impératif du « dialogue social ». Cette norme charrie avec elle des institutions et un ensemble de prescriptions relatives au rôle que doivent jouer les organisations syndicales et leurs représentants. Quelle place occupent les régimes juridiques dans le façonnage de ce travail militant et de représentation ?  Dans les contextes africains, elle est promue par l’OIT dans le cadre de la marche vers le « travail décent ». Cependant, encore très peu de travaux ont interrogé le fonctionnement pratique de modes de régulation et la place qu’y tiennent les organisations syndicales. Des propositions cherchant également à penser ce qui se joue en dehors de ces arènes officielles de protestation ou de négociation sont les bienvenues. De tels détours sont en effet importants pour saisir le rôle d’acteurs parfois inattendus ( acteurs religieux entre autres)  ou encore comprendre comment, au-delà d’être des entrepreneurs de mobilisation, les organisations syndicales peuvent aussi  être des relais des gouvernements.

Merci d’adresser les propositions d’article (format Word ou Odt) au plus tard le 1er septembre 2024 exclusivement à : nrtravail@gmail.com

Les propositions d’articles ne doivent pas dépasser les 45 000 signes (espaces et bibliographie compris), les métadonnées (noms, résumés et mots clés en français et anglais) figurant dans un fichier à part.

Règles de mise en page indiquées sur https://journals.openedition.org/nrt/531

Pour télécharger le fichier PDF : https://drive.google.com/file/d/111JBdipxVaGpuTAqXQc2C3iEDH1IXYD3/view?usp=drive_link


Labour, Trade Unionism and Collective Action in Africa

Call for Papers for the Nouvelle Revue du Travail

(corpus n°27 to be published in autumn 2025)

Emmanuelle Bouilly (University of Lille, CERAPS),

Sidy Cissokho (University of Lille, Clersé),

Maxime Quijoux (LISE, CNAM)

Contrary to a currently widespread belief, wage labour and trade unionism in Africa are not disappearing. Although they were misused by the structural adjustment programmes of the 1980s and the deregulation of domestic economies, the number of employees is still increasing (it stood at 92 million, or approximately 23% of the working population in 2021, according to the International Labour Organization) and the unions that represent them remain active, as witnessed by the constant mobilisations in workplaces on the continent (strikes,  demonstrations, sit-ins, etc.). However, wage-earning as a situation of subordination and social protection is still a minority position in Africa and is dependent on certain sectors and national histories. In fact, it appears that one out of every two workers in urban areas in Africa runs their own production unit, while the so-called informal sector employs an average of 70% of all persons in work, according to figures published by the ILO in 2022. The same is true of trade unionism, which is a specialised activity that represents the interests of male and female workers, but with the exception of certain sectors or historical periods is often low in membership numbers, although (reliable) statistics are also scarce. What forms does trade unionism take in Africa in this exceptional context? How can it shed light on major contemporary issues surrounding the profiles of the defence, representation and collective action of workers around the world? The objective of this collection is to bring together articles around the three following axes.

Axis 1 – Opting for the “trade union” format

The birth of trade unions in Africa is linked to colonisation. They were brought in by metropolitan centres to represent European workers who had settled on the continent but were quickly taken over by African workers, all the more easily when they relied on a pre-existing network of associations or friendships. The colonial administrations gradually opened trade union rights up to the “natives”. The spread of these organisational arrangements on the continent subsequently took the form of “workers’ universities” led by Western unions or “technical seminars” organised by the ILO. These “imported” origins invite us to ask questions about the paths trade union organisations follow, how workers, trade unionists and their supporters choose to create or not to create a union and the meaning they attach to the label.

We will focus on the reasons and processes that lead certain actors to decide to organise in order to represent their interests, whether or not they say they are a “union”. For example, some sector organisations claim to be affiliated with trade unions while at the same time maintaining an ambiguous relationship with them, as is the case in the transport, trade and domestic work sectors. Other workers, on the other hand, prefer the status of associations, NGOs or cooperatives. The existence of these alternative forms of organisation is linked to the particular contexts in which they operate, where trade union practices are sometimes marked by repression, clientelism, a high degree of extroversion associated with the engineering of international aid or the loss of attractiveness of trade unions, whom some consider to be outdated and pointless.

Why do workers choose to form a union rather than some other form of collective action? What does creating a trade union mean in contexts dominated by the informal sector, in which other types of social organisation are promoted by states and international bodies? How are the formats and lawful boundaries of trade unions defined in environments that can sometimes be authoritarian? What alliances with other organisations does this attempt to arrive at a definition permit or prohibit? In a context of activist competition among different possible types of organisation (mutual aid associations, economic interest groups, religious associations, NGOs, etc.), how do trade unions manage to recruit workers? Is the informal sector a new recruitment pool in this respect? Is the existence of alternative forms of representation evidence of a “global time” of informalisation or a renewal of trade unionism? These questions will provide an opportunity to think about the informal sector and the international level more systematically than the political sociology of trade unionism does.

Axis 2 – Joining a union and being a trade unionist

            The second line of thought concerns the ordinary work of the people who keep unions alive. Here, we will look at the practices, the practical operating conditions and the professional identities of union representatives.

While trade union activism is ageing and generally speaking eroding in most countries where it has a longer history, these are aspects that are little known in Africa. Studies in France show, for example, that elected union staff members are over forty years of age on average, are more often male and come from the stabilised working classes. In the attempt to transform trade unionists into “social partners”, the various reforms of representation have also made working in unions considerably more bureaucratic.

What is the profile of trade unionists in Africa, and how is trade union work expressed? How do workers organise in the workplace, defend their colleagues and legitimise their role as union representatives? How can a trade union be sustained and shoulder responsibility as a representative in situations where there is a lack of financial and human resources and its independence of action and representation is sometimes limited by the political powers? What happens in cases where a state is dependent on international aid and the number of employees who can make a contribution is smaller? This practical question leads to another: what are the conditions for union involvement and how can it be maintained? In situations in which permanent positions are rare, how are the forms of trade union professionalisation and activist careers characterised? 

             Along the same lines, investigating union representation also means studying the professional identities around which workers mobilise. As diverse as they may be, what African contexts have in common is that they have experienced a relative level of industrialisation compared with Europe and North America. A working-class identity, which has long been dominant in the European trade union culture, now seems to be almost absent from the discourse around trade unions in Africa. What professional affiliations are mobilised to promote union membership and maintain union representation? In what ways does the informalisation or extraversion of African economies affect these dynamics? How, for example, are the “precarious worker”, “informal worker” and “migrant worker” categories promoted or rejected? More generally, in whose name is mobilisation taking place? What views of what is just or unjust do workers’ mobilisations convey? These questions will offer an opportunity to revisit the sociology of activist engagement and the moral and political economy from a trade union standpoint.

Axis 3 – The multiple spaces of confrontation and union regulation

            Finally, the third line of reflection focuses on the mobilisations and repertoires of action of trade union organisations both inside and outside the workplace. At a time when the political sociology of trade unionism is indiscriminately questioning the weakening of trade union representativeness, a revival of protests as a mode of action and the emergence of fragmented and depoliticised bargaining practices, a detour through the realities of trade unionism in Africa might prove to be heuristic. African studies have long made it possible to analyse the conditions for the success of resistance and contestation outside established spaces, and more recently have called into question the “mobilisation-protest” pairing. What forms do labour disputes take in Africa?

Disputes will be studied in the professional workplace and public spaces, both of which are very much jointly controlled by the business and political ruling classes in many African countries. What are the decisive factors in the use of a particular mode of action by trade unions? Some works cite the uses of the law in the context of labour disputes, while others emphasise the use of expertise and advocacy, or even a religious register. Has the importance of strikes, picketing, occupying buildings and street demonstrations been downgraded, and more generally, is there a repertoire of collective action that is specific to African trade unions?

These protest practices (or lack thereof) do not just take place in the streets or in the workplace. They also operate within the well-defined framework of industrial relations, shaped by the imperative of the “social dialogue”. This carries with it a set of requirements relating to the role trade union organisations and their representatives must play. What is the place of legal regimes when it comes to shaping this work of activism and representation? In African contexts, these rules are promoted by the ILO as part of the march towards “decent work”. So far, however, very few studies have asked how the methods of regulation function in practical terms and the role played by trade unions in this process. Proposals that also look at what is at stake outside these official arenas of protest or negotiation are welcome. Detours such as these are important for the purposes of understanding the role of occasionally unexpected actors (including religious actors, among others) or of understanding how, in addition to being entrepreneurs of mobilisation, trade union organisations can also be representatives of governments.

Please send article proposals (Word or Odt format) by September 1, 2024 exclusively to: nrtravail@gmail.com

Article proposals should not exceed 45,000 characters (including spaces and bibliography), with metadata (names, abstracts and keywords in French and English) in a separate file.

Layout rules can be found at https://journals.openedition.org/nrt/531

To download the PDF file of the English version : https://drive.google.com/file/d/1a-RKrM5rMpNLbHcEG7nHvftaHrXLvg3R/view?usp=drive_link



Citer ce billet
Olivier Cléach (2024, 9 février). AAA CORPUS N° 27. CARNET DE LA NRT. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vshh