On arrête tout dans l’ESR !

La décision de l’exécutif d’activer l’article 49-3, jeudi 16 mars dernier, pour imposer l’adoption de la réforme des retraites a constitué un ultime coup de force et ajouté la crise politique à la crise sociale. En dépit d’une opposition massive de l’opinion et de la rue, de deux mois de mobilisation inégalée portée par un front syndical unanime, et de l’entrée en grève, parfois reconductible, de nombreux secteurs professionnels, le président de la République et son gouvernement continuent de vouloir nous priver des deux meilleures années de notre retraite tout en réduisant notablement le montant des pensions pour les salarié.es les plus fragiles. Ce mépris de la démocratie ne peut rester sans réaction. 

La semaine qui s’ouvre est décisive. Le rejet de la motion de censure à 9 voix près montre à son tour combien cette réforme est impopulaire et en quoi les mobilisations de la rue sont légitimes. 

Nous, travailleuses et travailleurs de la recherche scientifique, ne pouvons faire comme si de rien n’était, en continuant d’organiser séminaires, colloques, comités de rédaction, conférences ou jurys de soutenance. Nous appelons les organisateur·ices de la vie scientifique à suspendre tous les événements qui dépendent d’elles et eux. Nous appelons à participer sur nos lieux de travail aux Assemblées générales afin de décider collectivement des modalités d’action qui permettront aux personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche d’apporter leur part au combat en cours contre la réforme des retraites, telle qu’elle est engagée. Nous appelons à soutenir les étudiant·es qui sont particulièrement visé·es par la répression, notamment à l’occasion des blocages.

Le Comité de Rédaction de La Nouvelle Revue du Travail appelle à participer aux mobilisations qui rythmeront cette semaine décisive, notamment au rassemblement de l’ESR mercredi 22 mars à 12H30 devant le Ministère et à la journée nationale de grèves et de manifestations du jeudi 23 mars appelée par l’intersyndicale.