Recensions de la semaine 25

Cette semaine, nous vous proposons de lire la recension de ces deux ouvrages :

  • Casilli Antonio, En attendant les robots : >>>
  • Jean-Marie Charon et Adénora Pigeolat, Hier, journalistes. Ils ont quitté la profession : >>>

Recensions parues dans le numéro 20 de la NRT : 


Casilli Antonio, En attendant les robots, Paris, Seuil, 2019, 400 pages.

Attention ! Si vous êtes dépendant.e de l’usage de plates-formes, de réseaux sociaux fondés sur des technologies numériques et que vous souhaitez continuer à les utiliser, alors, ne lisez pas ce livre !

En effet, l’ouvrage du sociologue Antonio Casilli, issu de son habilitation à diriger des recherches, lève le voile d’ignorance sur bon nombre de pratiques permises par la digitalisation, par la dématérialisation ainsi que par le traitement automatisé des données qui sont de plus en plus prégnants dans nos sociétés. Il nous donne à voir un monde social qui n’est virtuel et dématérialisé qu’en apparence. L’auteur nous enjoint d’aller au-delà de cette virtualité afin de voir que, derrière l’action de machines, de bots, de programmes, d’applications, il y a des acteurs humains (travailleurs ou usagers) qui sont confrontés à des réalités bien réelles, faites de rapports sociaux de domination, d’exploitation et de dépendance. Car toutes les tâches productives ne peuvent pas être programmées, confiées à des machines ou à des intelligences artificielles (IA), malgré leur toujours plus haut degré de sophistication. L’homme totalement remplacé par la machine (« le grand remplacement technologique ») est un mythe, nous dit l’auteur : pas d’automatisation sans le recours à l’humain, non seulement pour concevoir le programme, l’algorithme qui donne « vie » à la machine (application, robot, ordinateur) mais aussi pour la suppléer dans certaines tâches qu’elle est incapable de mener à bien ou pour lui enseigner des fonctionnalités qui constitueront, par la suite, des bases de données permettant l’automatisation des tâches (machine learning). La promesse de la machine capable de prendre en charge tout le sale boulot n’est (pour l’instant) pas tenue.

Ce livre permet, en partie, d’aborder quelques questions cruciales. Dans quelle mesure les usages par des plates-formes[i] de nouvelles technologies (dans les domaines du digital, du numérique, de la robotique, de l’IA, de l’automatisation…), modifient-ils le travail, les manières de travailler et les modalités de reconnaissance de ce travail ? Dans quelle mesure ces innovations technologiques servent-elles des innovations managériales ou gestionnaires ; les dispositifs techniques venant supporter les dispositifs de gestion intégrés dans les unités productives ? Dans quelle mesure, plus ou moins insidieusement, ces dispositifs technologiques participent-ils à développer de nouvelles formes d’exploitation, de domination, de subordination – et pas seulement dans la sphère professionnelle – ou à créer de nouvelles conditions sociales de production du travail et de nouvelles formes d’organisation ?

Pour répondre à certaines de ces interrogations, A. Casilli s’intéresse une nouvelle fois[ii] au champ du digital labor[iii]. Pour ce faire, il mobilise un ensemble de travaux, principalement dans les domaines de la sociologie des technologies et de celle du travail. Afin d’étudier le rôle émancipateur, pour ne pas dire libérateur ou supposé tel de la technologie, l’auteur organise son questionnement autour de trois parties.

Dans la première partie, outre la caractérisation des plates-formes numériques pleinement inscrites dans l’économie de marché, il livre quelques réflexions sur l’automation qui permet à des machines, techniquement de plus en plus perfectionnées, de remplir des tâches complexifiées et de traiter des informations dans des domaines variés (par exemple le déchiffrage de radiographies ou d’IRM par des IA dans le domaine médical). En quelque sorte, il réinterroge, à sa façon, l’équation progrès technique égal progrès social et se propose d’examiner la manière dont l’automatisation modifie le travail, son organisation, sa gouvernance.

Dans la deuxième partie, le cœur de l’ouvrage, l’auteur nous rappelle que cette sophistication, avant d’être opérante, nécessite non seulement des experts très qualifiés (en ingénierie robotique, en programmation…), mais aussi d’autres intervenants beaucoup moins qualifiés, mais dont la contribution n’en est pas moins nécessaire. Ce sont ces petites mains qui permettent à l’auteur d’aborder la question du digital labor et des différentes formes qu’il peut prendre : « à la demande », via « le microtravail » et « à l’usage des réseaux sociaux ». Quelques éléments sur chacune de ces composantes.

La première forme « à la demande » repose sur la mise en relation de demandeurs (clients) et de prestataires de service, souvent par l’intermédiaire de plates-formes dites collaboratives ou à la demande : un chauffeur et un client, un restaurateur et un livreur, un téléspectateur et un média en streaming, un non-bricoleur et un bricoleur… Outre la rémunération du service rendu sous forme de commissions, ces prestations génèrent des données numériques qui sont, à leur tour, monétisées, bien souvent à l’insu des protagonistes. Par exemple, l’auteur nous rappelle que toute une partie de l’usage que nous faisons des réseaux sociaux type Facebook, Twitter, Tik Tok, etc., même dans le cadre de la sphère privée et des loisirs, peut être assimilée à du travail gratuit[iv] : quand nous renseignons un test Captcha pour nous authentifier, nous servons les desseins de Google Livres ; quand nous « likons » pour montrer notre intérêt, nous répondons aux besoins des services marketing de ciblage de leurs publicités, etc. L’autre particularité de cette forme de travail digital réside dans le fait que bon nombre de décisions, de contrôles, de procès de coordination sont dévolus à un algorithme.

La deuxième forme concerne des « soutiers » de l’IA, que l’auteur nomme les ouvriers du clic et qu’il compare – à tort selon nous – aux tâcherons du xixe siècle. À l’inverse de bien des travaux « mainstream », dans le cadre de la classique dichotomie conception/exécution, l’auteur nous enjoint à regarder davantage du côté de ces petites mains dont la contribution est souvent occultée – plutôt que de celui des « sublimes », des exploitants, des start-uppeurs, de ceux qui, dans l’ombre, tirent les bénéfices de ces dispositifs (concepteurs, ingénieurs, commanditaires, actionnaires…) – pour comprendre ce qui se joue réellement derrière l’étalement des technologies. Ce sont ces millions de (micro)travailleurs souvent précaires, flexibles, jetables et invisibilisés, répartis partout dans le monde (et donc mis en concurrence à cette échelle) qui font en grande partie tourner cette économie numérique et ce capitalisme de plate-forme (pensons ici par exemple à Amazon Mechanical Turk, chap. 4). Ils réalisent, en coulisses, de manière fractionnée[v] et souvent pour quelques centimes d’euros[vi], le sale boulot, les micro-tâches standardisées, répétitives et peu qualifiées que les machines, « dépourvues du sens commun », ne savent pas faire : annoter des photos ou des morceaux de vidéos, faire le tri parmi des tweets, retranscrire des documents scannés, recopier les adresses électroniques dans un courriel, identifier des personnes, etc. (p. 125). Ce que l’on appelle le « calcul assisté par l’humain » (p. 119). Les commanditaires sont classiquement des entreprises, des institutions publiques voire des particuliers qui délèguent, par l’intermédiaire de plates-formes numériques, à cette « armée de travailleurs » (crowdworking), travaillant de manière dispersée ou concentrée dans des « fermes à clics », des micro-tâches à réaliser à un moindre coût. On retrouve la parcellisation du travail chère aux chantres de la division des tâches. In fine, tous ces travailleurs précaires se retrouvent, d’une façon ou d’une autre, au service de la machine.

La troisième forme renvoie à l’usage des réseaux sociaux. On retrouve là les études qui identifient les formes de mise au travail des consommateurs (Dujarier, 2008) ou des clients (Tiffon, 2013). L’exemple le plus parlant reste celui des caisses automatiques, c’est-à-dire la conjonction entre la mise au travail (gratuit) du client/consommateur et des procédés « d’autonomation » (lean production), déjà présents dans des entreprises comme Toyota par exemple. Ce sont donc les « produsagers » qui fabriquent des données qui seront utilisées par d’autres à des fins commerciales, marketing… On assiste alors à la marchandisation de sociabilités numériques.

Entre ces trois types, il existe plusieurs points communs : un écosystème spécifique (plates-formes numériques), des intentions mercantiles souvent passées sous silence, le recours à des personnes bien concrètes supplétives de la machine, une omniprésence des procédures de contrôle (via des systèmes de notation), de traçage et d’évaluation effectuées par l’intermédiaire d’un dispositif technique ou par les protagonistes eux-mêmes ainsi que la mise en concurrence des travailleurs. Ces activités produisent trois types de valeur que l’auteur dénomme « valeur de qualification » (produire de l’information à partir d’un contenu par exemple, production mesurée par des indicateurs comme le nombre de likes), « valeur de monétisation » (monétiser des données personnelles, des big datas à des fins marketing…) et « valeur d’automation » (liée au développement d’algorithmes d’apprentissage profond qui, bien « instruits », permettent de gérer un énorme flux de données).

La troisième et dernière partie de l’ouvrage, prolongée par la postface de Dominique Méda, aborde un positionnement plus politique. L’auteur déconstruit les stratégies mises en œuvre par les plates-formes dans l’élaboration d’écosystèmes qui ont pour fonction de s’éloigner au maximum des canons du travail salarié, en multipliant les formes atypiques de travail et de relations de travail, en valorisant l’entrepreneuriat[vii], en tirant le travail vers l’occupation, vers le travail gratuit, vers le divertissement (rationalisation du temps libre), en surfant sur la vague du Do It Yourself… Bref, dans cette campagne de dé(dis)qualification du travail, les exploitants cherchent à invisibiliser le travail (afin de pouvoir le rémunérer au moins-disant) en brouillant les frontières du travail et du hors travail, en favorisant le travail hors travail (chap. 6).

La conclusion est consacrée à l’exposition d’un projet d’un digital labor plus digne, plus respectueux.

Encore une fois, A. Casilli se fait sociologue du quotidien et partage avec le lecteur sa culture du numérique (dont les nombreuses références bibliographiques rendent compte), sa connaissance du milieu, du fonctionnement des dispositifs techniques et plusieurs exemples ou anecdotes très parlants. Même si nous aurions aimé qu’il appuie ses remarques sur des données empiriques issues d’enquêtes afin d’enrichir son analyse documentaire, cette dernière très fournie est très plaisante à lire. Avec profit, l’auteur procède en quelque sorte à la transposition de la lutte des classes au monde numérique, loin des représentations véhiculées par les chantres de l’esprit « silicon valley », de la « Californian Ideology[viii] », où sont à l’œuvre un ensemble d’exploitations en chaîne.

Trois dimensions auraient participé à prolonger le débat. En premier lieu, une discussion plus poussée de la notion de travail, de ses représentations, de ses transformations, notamment à l’aune des évolutions technologiques, aurait permis au lecteur de mieux percevoir les enjeux liés à la distinction entre travail (et qui doit donc faire l’objet d’une rémunération parce qu’une valeur économique est générée) et non-travail (qui relève du bénévolat, du loisir, du domaine du jeu[ix]…). Les entreprises se servent, en effet, du flou de cette frontière pour optimiser leurs gains. Imaginons par exemple que les clients usagers d’une caisse automatique déduisent de leur ticket de caisse X euros pour avoir eux-mêmes rempli le rôle dévolu à une hôtesse de caisse. La valeur ainsi générée pose non seulement la question de sa répartition, mais plus encore celle de la manière dont, en amont, s’est opérée la transformation en facteur de production d’un supposé bénéficiaire. En deuxième lieu, la réflexion autour de la question des liens entre dispositifs techniques et dispositifs de gestion aurait peut-être mérité davantage d’attention. En troisième lieu, il aurait été intéressant de développer le fait que tous les usagers de ces plates-formes ne disposent pas des mêmes ressources. Cette inégalité (nord-sud) n’est pas, semble-t-il, suffisamment exploitée par l’auteur.

Enfin, il aurait été intéressant d’approfondir les enjeux éthiques derrière ces processus, par exemple en abordant l’idée de Michael Sandel (2014) sur le fait que la marchandisation de certaines activités (pensons aux réseaux sociaux) et leur instrumentalisation à des fins commerciales ont pour effet d’en corrompre le sens.

Pour conclure, dans nos sociétés actuelles où la technologie tient une place si importante, des ouvrages comme celui d’A. Casilli ou encore de Sonia Abdelnour & D. Méda[x] ont le mérite de dévoiler les pratiques vouées à rester dans l’ombre. En cela, ils jouent leur rôle de sociologues. Alors, En attendant les robots… les humains font le boulot !

Cardon D., Casilli A., Qu’est-ce que le Digital Labor ?, INA, 2015.

Dujarier, M.-A., Le travail du consommateur, La Découverte, 2008.

Sandel M. J., Ce que l’argent ne saurait acheter. Les limites morales du marché, Seuil, 2014.

Scholz T. (eds), Digital Labor, Routledge, 2013.

Tiffon G., La mise au travail des clients, Economica, 2013.

Olivier Cléach

Université d’Evry Paris-Saclay, Centre Pierre Naville

[i] C’est-à-dire un ensemble d’entreprises commerçantes (appartenant souvent à l’un des GAFAM) qui externalisent la plupart de leurs activités et qui se concentrent principalement sur la marchandisation et sur la monétisation d’informations, de données. Citons par exemple les domaines du divertissement (Netflix, Amazon prime, Spotify…), des réseaux sociaux (Youtube, Facebook…), des transports ou du tourisme (Uber, Airbnb…), de la livraison (Deliveroo), des annonces (Google), du « jobbing » (Jemepropose.com, Frizbiz.), etc. Cf. chapitre 2.

[ii] Cf. Cardon & Casilli, 2015.

[iii]  « Ce travail tâcheronnisé et datafié qui sert à entraîner les systèmes automatiques… » (p. 14) ou encore « Le digital labor se situe donc dans une zone grise entre le marchandage et l’emploi salarié. Comme le premier, il est une activité sans lieu fixe, basée autant sur la sociabilité et la coopération que sur la sous-traitance en cascade de travailleurs. Comme le second, il s’inscrit dans un rapport de subordination, de surveillance et d’inégalité des droits entre les travailleurs et les propriétaires des services numériques. » (p. 267). Voir Scholtz, 2013.

[iv] L’un des visages du néolibéralisme selon M. Simonet (Travail gratuit : la nouvelle exploitation ?, Textuel, 2018).

[v] On retrouve les caractéristiques du travail « en miettes » (G. Friedmann) et les effets pervers de la division du travail poussée à l’excès (E. Durkheim).

[vi] Quand le « requérant » refuse le travail, c’est alors la double peine : le travail n’est pas payé (sans recours possible) et l’ouvrier du clic voit son score de e-réputation baisser (p. 127).

[vii] Qui, par ailleurs, est également une aspiration de beaucoup de personnes désireuses de liberté, mais qui ne perçoivent pas les contraintes de ce statut.

[viii] Qui, nous rappelle l’auteur, sont souvent éloignés des principes, des outils… qu’ils imposent à d’autres.

[ix] « … la plate-forme [Amazon] déploie d’inlassables efforts pour “mettre hors travail” ces activités, en les inscrivant à la place dans un imaginaire du jeu et de la sociabilité » (p. 126).

[x] S. Abdelnour, D. Méda (dir), Les nouveaux travailleurs des applis, « laviedesidees.fr », PUF, 2019.


■ Jean-Marie Charon et Adénora Pigeolat, Hier, journalistes. Ils ont quitté la profession, Éditions Entremises, 2021, 126 p.

Pourquoi les journalistes français quittent-ils leur profession ? Mais surtout : pourquoi le font-ils de plus en plus ? Et ceux qui font le choix de partir, que deviennent-ils ? Pour répondre à ces questions, les chercheurs Jean-Marie Charon et Adénora Pigeolat ont effectué une recherche qualitative avec 55 journalistes français recrutés surtout sur les réseaux socionumériques. Le résultat se déploie dans un livre très court de sept chapitres, le tout accompagné de deux annexes consacrées à la méthodologie et à la bibliographie.

Des départs plus tôt, plus vite

Dès le premier chapitre, les auteurs, sans même présenter un seul concept ou une revue de littérature – ce qui se défend dans le cadre de la publication d’une étude qui se veut accessible au plus grand nombre – plongent directement dans leur sujet, qui est celui de la sortie du métier des journalistes français. Nous savons que le nombre de journalistes détenteurs de la carte de presse a subi un recul d’environ 9 % depuis onze ans. Toutefois, la démarche des auteurs n’est pas quantitative, mais bien qualitative : ceux-ci ont échangé par courriel, parfois en entrevue semi-dirigée, avec plusieurs dizaines de journalistes, pendant quelques semaines pour comprendre leurs expériences. Cette première étape sert donc à brosser un portrait de ces personnes qui quittent la profession, ou qui sont en train de planifier leur sortie.

Le premier constat de ce chapitre concerne, et c’est pour les auteurs une surprise, l’âge des sortants. Alors qu’au début des années 2000, des chercheurs pouvaient parler du « blues de la quarantaine » (p. 18) chez les journalistes, vingt ans après, plus de la moitié des participants de l’étude ont moins de 35 ans, et une grande partie moins de 30 ans. Cela conduit les auteurs à expliquer l’accélération du changement d’orientation par le désenchantement qu’éprouvent les journalistes vis-à-vis de leur profession, un désenchantement qui se produirait dès l’entrée sur le marché du travail.

Le deuxième constat de ce chapitre porte sur le genre des sortants, qui sont en fait des sortantes. Les femmes représentent en effet les deux tiers des journalistes de l’échantillon. Cela peut s’expliquer de plusieurs façons : d’une part, les femmes quarantenaires semblent incapables d’atteindre la retraite tant leur activité les a épuisées ; d’autre part, subissant la pression au renouvellement des effectifs, certaines sont alors « poussées » (p. 19) hors de la rédaction. Pour les plus jeunes, peut également s’ajouter une pression venant de l’impossible conciliation travail-famille ou encore la nécessité d’échapper au harcèlement sexuel.

Le troisième constat concerne l’origine sociale. À rebours des études qui dépeignent les journalistes comme provenant tous du même milieu privilégié, les auteurs montrent que les sortants ont une origine sociale très diversifiée, et surtout qu’ils s’identifient à certaines « couches moyennes intellectuelles » (p. 22), notamment les enseignants ou les professionnels de la santé. Les chercheurs précisent aussi que les départs ne sont pas dus à un déficit de formation, car les deux tiers des journalistes ont un diplôme reconnu et la grande majorité un type de formation longue qui combine plusieurs diplômes.

Les raisons des départs

Pour expliquer les départs des journalistes et approfondir les causes déjà identifiées, les auteurs reviennent, dans le chapitre deux, sur les notions de désenchantement et de perte de sens. Le métier de journaliste est souvent associé à un métier-passion ou à une vocation par les participants à l’enquête : ceux-ci rêvaient de parcourir le monde, à la recherche de la vérité, indépendamment de toute influence politique ou économique, un peu comme le personnage de Tintin ou d’autres représentations populaires contenues dans des films ou des romans. Mais surtout, ceux-ci croyaient que le journalisme était un métier qui portait en lui une certaine utilité sociale : celle de débusquer les injustices, d’éduquer les gens, d’améliorer les conditions de vie du plus grand nombre, etc. Beaucoup, en somme, assimilaient le journalisme en général au journalisme d’enquête ou d’investigation, nécessitant de longues périodes d’un travail passionnant sur un même sujet, visant à reconstituer l’authenticité des faits, pour compléter le travail de la Justice et de la Police. Le premier choc est alors de devoir réaliser un travail qui ne correspond pas à ces représentations idéales. Des journalistes déplorent conséquemment le caractère répétitif d’un travail taylorisé, standardisé, sans grande plus-value : réécriture de communiqués de presse, interviews à la chaîne, production de contenus superficiels, etc.

Non seulement le métier est de plus en plus vidé de son sens, mais il est aussi de plus en plus difficile. Dans les dernières années, les horaires se sont allongés et le travail s’est intensifié, tandis que les salaires ou les tarifs à la pige, eux, n’ont pas été augmentés. Les journalistes se retrouvent alors à devoir en faire toujours plus, mais avec des rémunérations réduites. La précarité revient nécessairement sur bien des lèvres. Les participants ont obtenu un diplôme prestigieux pour finalement recevoir des rémunérations à peine décentes : 60 % des pigistes gagneraient à peine le SMIC. Ceux-ci sont aussi ballotés de « piges en CDD, et de CDD en périodes de chômage » (p. 40), une précarité qui finit par provoquer de l’épuisement.

Dans le chapitre trois, les auteurs relient ces premières causes aux mutations plus générales de l’économie des médias, depuis la fin des années 1990. Ces mutations sont d’abord technologiques, avec l’avènement du numérique et des grandes plateformes, comme Facebook et Google, qui ont complètement accaparé le marché des revenus publicitaires en ligne. Cette perte de revenus, qui n’a pour l’instant pas été compensée par de nouveaux modèles d’affaires, a forcé les médias à « couper » dans leurs effectifs et à en précariser une partie.

Le numérique a aussi introduit une nouvelle temporalité dans les salles de rédaction, une temporalité ponctuée par l’accélération et l’intensification du rythme de travail. Chaque innovation introduite dans les salles de rédaction force les journalistes à devoir travailler toujours plus et plus vite pour suivre la cadence, en plus de subir la pression de rester toujours connectés pour ne pas manquer une alerte provenant de telle ou telle application. Le tout se conjugue à la pression implicite à acquérir perpétuellement de nouvelles compétences pour fournir l’article aux formats web, télé, radio, magazine, etc. Conséquemment : des journalistes passent plus de 80 % de leur temps devant leur ordinateur (p. 51). On est loin des aventures de Tintin…

La prolifération des symptômes d’épuisement

Ces conditions éprouvantes nuisent à la santé des journalistes. Les premiers symptômes sont souvent ceux d’une fatigue autant physique que mentale, mais aussi de plusieurs maladies psychosomatiques : trouble du sommeil, crises de larmes, stress intense. Les auteurs rapprochent ces symptômes d’une forme de souffrance au travail qu’éprouveraient de plus en plus les journalistes. Ceux-ci ne réagissent toutefois pas tous de la même façon face à cette souffrance : certains prennent du recul, tandis que d’autres se réinvestissent davantage par un sentiment d’invulnérabilité. Cette dernière posture peut conduire rapidement vers des cas de surmenage (de burn out).

Aux chapitres quatre et cinq, pour donner plus de profondeur à leur sujet, les auteurs complètent la parole des journalistes en faisant intervenir des médecins, psychologues ou professionnels de la santé. Les chercheurs définissent ainsi le burn out comme une « pathologie réactionnelle à un événement brutal ou à une dégradation continue des conditions de travail » (p. 60-61). Si le burn out survient donc bien souvent par surprise, celui-ci est bel et bien la conséquence de plusieurs semaines, voire plusieurs mois de dégradation des conditions de travail. Cette dégradation est autant le résultat d’une surcharge de travail que d’un manque de considération de la part des gestionnaires qui vont souvent dénier les symptômes : une journaliste explique par exemple que son supérieur a remplacé « burn out » dans son compte rendu annuel par « petit coup de barre de fin d’année » (p. 62).

Dans le chapitre cinq, les chercheurs analysent pourquoi les femmes journalistes sont plus susceptibles de subir un burn out. La première cause est l’impossible conciliation travail-famille. Les jeunes femmes journalistes ont l’impression de devoir mettre sur pause pendant des années leur vie personnelle pour se consacrer corps et âme à leur média. Élever un enfant – ou simplement en vouloir un – devient, dans ces conditions précaires, très difficile. Certaines journalistes doivent alors compter sur le salaire de leur conjoint, ce qui les place dans des situations de vulnérabilité et de dépendance.

Le deuxième point est celui de la discrimination de genre. Les auteurs expliquent qu’un bon nombre de salles de rédaction sont plombées par une atmosphère de sexisme ordinaire : discrimination à l’embauche, écarts de salaire, plafond de verre, affectations moins prestigieuses, mais aussi commentaires ou gestes dégradants de la part des collègues ou des supérieurs. Ces derniers phénomènes sont d’autant plus éprouvants qu’ils sont quotidiens : les remarques sur le physique ou encore sur la manière de s’habiller sont régulièrement proférées par les mêmes gestionnaires qui sont protégés par leurs confrères masculins.

Dans le chapitre six, les auteurs se demandent finalement comment se reconvertissent les anciens journalistes qui ont quitté le métier. Il y a d’abord ceux qui gardent un pied dans le journalisme pour commencer une nouvelle formation qui a plus de sens pour eux. Beaucoup se reconvertissent vers l’enseignement pour retrouver un peu « d’utilité sociale » (p. 83). D’autres choisissent plutôt le domaine des communications, notamment en devenant attachés de presse ou rédacteurs de communiqués. La plupart des reconversions entretiennent une forte proximité avec le journalisme, c’est le cas de ceux qui se lancent dans l’écriture de livres ou d’essais. Dans tous les cas, très peu d’anciens journalistes coupent leur lien avec le métier de manière définitive : beaucoup conservent en effet un certain espoir de revenir dans le milieu et plusieurs continuent à écrire des piges par simple « hobby » (p. 88).

Quelques réflexions critiques pour aller plus loin

Dans leur conclusion, les auteurs déclarent que leur méthodologie ne leur permet pas d’émettre des jugements trop radicaux concernant le futur du métier de journaliste. Ceux-ci s’en tiennent donc à quelques remarques sur la « dureté des temps » ou encore sur le « climat de défiance » exprimée par « la société en général » (p. 91). Travaillant moi-même sur la souffrance au travail des journalistes, mais au Québec (Canada), il me semble que les constats élaborés par les auteurs ainsi que leurs analyses mériteraient d’être approfondis, d’autant qu’ils ne prennent pas assez leur distance vis-à-vis des représentations qu’ont les acteurs du secteur : employeurs, employés, cadres, gestionnaires, etc.

Ainsi, ne serait-ce qu’à titre d’hypothèse, les auteurs auraient pu suggérer que les causes du burn out résultent notamment de l’alliance objective existant entre sciences de gestion et une certaine psychologie positive. Les gestionnaires des médias ont en effet tendance à invisibiliser la souffrance au travail des journalistes, en la reléguant dans la sphère privée ou encore en la considérant comme une fragilité qui relève de la responsabilité individuelle du travailleur ou de la travailleuse. Or, il ne faut pas oublier que ces postulats managériaux sont supportés par tout un pan de la littérature scientifique en psychologie positiviste, qui affirme que certains travailleurs et travailleuses pourraient être prédisposés à souffrir au travail, parce qu’ils possèdent, par exemple, une faible stabilité émotive. En effet, dans mes recherches, j’ai parlé à plusieurs journalistes qui m’ont expliqué comment leurs gestionnaires faisaient venir des « psychologues spécialisées en relations de travail » dans les salles de rédaction, ces derniers animaient alors des ateliers sur la meilleure manière de gérer son stress ou de supporter la douleur. Les journalistes fuyaient d’ailleurs comme la peste ces ateliers qu’ils jugeaient infantilisants. Or, les auteurs, puisqu’ils s’appuient sur le témoignage de nombreux professionnels de la santé pour définir certains concepts comme celui de burn out, auraient pu souligner l’ambivalence et surtout la violence symbolique que contient une certaine littérature en psychologie positiviste du travail.

Le deuxième point aveugle du livre concerne le syndicalisme. Le mot « syndicaliste » n’apparaît lui-même que deux fois dans l’étude, et ce de manière marginale par rapport au propos principal. Pourtant, lorsqu’une recherche aborde les problèmes psychiques des travailleurs et des travailleuses, il me semble important que les chercheurs proposent des pistes de solutions collectives pour réduire les risques de pathologies, par exemple, en se référant aux travaux en sciences sociales montrant que l’action collective permet de réduire les Risques Psychosociaux (RPS). Or, si l’on exclut certaines remarques bienveillantes des auteurs sur la nécessité de prendre soin de soi en quittant temporairement ou non le métier – « il y a une vie après le journalisme » (p. 14) – cette possibilité de s’émanciper est absente du livre.

Les cinq dernières pages de l’ouvrage sont par ailleurs consacrées à des entrevues avec des gestionnaires qui émettent quelques recommandations, par exemple l’importance des « rendez-vous feedback » (p. 100). Les auteurs auraient pu consacrer ces mêmes pages à des organisateurs ou à des syndicalistes spécialisés sur les questions de santé et de sécurité au travail. De manière générale, on peut regretter que les auteurs ne mentionnent pas les réponses syndicales aux phénomènes de déclin de la santé mentale, notamment la possibilité de créer des campagnes politiques sur le sujet. Ainsi, en ce qui concerne le cas du Canada, lors de son dernier congrès annuel en janvier 2022, la Fédération nationale des communications et de la culture (FNCC), la plus grande fédération syndicale dans le domaine des médias au Canada, a notamment voté un mandat qui encourage ses membres à dénoncer les climats toxiques observés dans les milieux de travail. La fédération s’est aussi engagée à cartographier les rapports de pouvoir dans les salles de rédaction et à offrir une boîte à outils pour ses membres voulant intervenir collectivement sur ce sujet.

Faisant face à un déclin de leur santé mentale, semblable à celui mis en évidence par les auteurs dans le cas français, les journalistes du Québec ont, par exemple, créé de multiples mouvements de dénonciations envers les climats toxiques des salles de rédaction entre 2020 et 2021[1]. Ces mouvements visaient spécifiquement les cadres qui adoptaient des comportements machistes et sexistes envers leurs employés[2]. On pourrait croire que ces mouvements sont individualistes ou moralisateurs, or si on les envisage comme des enjeux collectifs, ils peuvent être articulés dans des campagnes syndicales ou associatives d’envergure qui peuvent changer le rapport de force dans les salles de rédaction. De telles mobilisations sont, selon moi, nécessaires pour rendre au journalisme ses lettres de noblesse : celles d’un métier essentiel pour stimuler la recherche de la vérité dans toute collectivité.

Samuel Lamoureux

Université du Québec à Montréal

[1] J’ai analysé ces mouvements dans l’article suivant : Lamoureux, S. (2021). Pour en finir avec les « régimes de terreur » dans les médias. Ricochet, 16 mars.

[2] Les auteurs parlent de ces mouvements, mais de manière très prudente. À la page 99, ceux-ci mentionnent que : « La dénonciation par les femmes des discriminations et du plafond de verre aurait déjà donné lieu dans beaucoup d’entreprises à des réponses, qui devraient porter leurs fruits. »