Recensions de la semaine 24

Cette semaine, nous vous proposons de lire la recension de deux ouvrages :

■ Marie Benedetto-Meyer et Anca Boboc, Sociologie du numérique au travail >>>

■ Sophie Beroud, Thibaut Martin, En luttes ! Les possibles d’un syndicalisme de contestation >>>

Recensions parues dans le numéro 20 de la NRT :


■ Marie Benedetto-Meyer et Anca Boboc, Sociologie du numérique au travail, Paris, Armand Colin, 2021.

Sociologie du numérique au travail est un ouvrage de synthèse. Celle des publications parues majoritairement dans des revues de sociologie depuis les années 2000 qui analysent, à partir des usages du numérique, les mutations du travail et de son organisation. Tout en mettant à distance les discours normatifs qui annoncent la prochaine « révolution », cet ouvrage revient sur des mutations qui opèrent néanmoins comme « une véritable lame de fond qui amorce une profonde mutation du travail et des organisations » (p. 6).

Il s’inscrit donc dans la lignée d’ouvrages qui, depuis les années 1990, tentent de comprendre cette « révolution », en analysant les mutations observées et, particulièrement ici, les manières de s’organiser individuellement et collectivement.

Dès les premiers travaux sur les effets de l’informatique (Gollac et al., 1998), la question de l’organisation était déjà au cœur des mutations observées. Après avoir abandonné l’idée qu’il y aurait un « modèle d’organisation » associé à cette technologie, les travaux montraient déjà comment l’informatique permettait aux organisations de faire cohabiter des éléments en tension : contrôle et autonomie, centralisation et décentralisation, bureaucratie et flexibilité, etc.

L’intérêt de cet ouvrage, en revenant sur ces questions d’organisation du travail, est de montrer comment, depuis ces vingt dernières années, le numérique permet de faire tenir ensemble ces éléments en tension, et quels en sont les enjeux aujourd’hui.

Le livre est composé de 7 chapitres. Les cinq premiers traitent d’un thème spécifique, les deux derniers se saisissent d’une fonction de l’entreprise : la fonction RH puis celle de la vente et du marketing.

Le chapitre 1 revient sur la question des liens entre techniques et organisation dont l’étude a toujours animé la sociologie du travail. Dans une perspective historique, sont présentés les différents regards sociologiques mobilisés pour analyser les TIC. C’est finalement la sociologie des usages qui est retenue comme cadre théorique tout au long de l’ouvrage. Ce choix est discutable, car la notion d’usage a été empruntée à la théorie de la réception des médias, et fut reprise pour analyser les pratiques développées autour des TIC dans la sphère privée. Elle est également largement reprise dans les discours d’escorte[i] accompagnant le déploiement des vagues suivantes d’objets numériques, car elle permet d’évacuer les inégalités entre les individus. Les notions d’usage et d’usagers des TIC portent donc en elles l’hypothèse d’une égalité des individus face à ces outils numériques, alors que l’ouvrage ne cesse de montrer le contraire. De plus, cette « sociologie des usages », mobilisée pour comprendre les transformations du monde du travail équipé de numérique, conduit les autrices, d’une part, à ne pas aborder l’étude du travail lui-même et de ses différents contenus, et d’autre part, à évacuer la question des rapports de production entre usagers selon leur position hiérarchique dans l’organisation.

Le chapitre 2 aborde la question des inégalités en termes d’équipements et d’usages. En s’appuyant sur des données d’enquêtes, sur les disparités ou inégalités d’équipements et d’usages dans les sphères personnelles et professionnelles, il montre les conditions socio-organisationnelles qui façonnent les usages du numérique en entreprise, le poids des représentations sur ces usages et leur caractère performatif. Ce chapitre aborde également les politiques d’entreprises en matière d’équipement, de formation, d’accompagnement, de management de ces inégalités face au numérique. Le choix fait par les autrices de considérer les notions d’activité et d’organisation et non celle de métier, tend à négliger l’importance des valeurs associées à la culture professionnelle et des logiques à l’œuvre qui, pourtant, éclairent ces inégalités.

Elles concluent en considérant les inégalités numériques comme le cumul de phénomènes se situant : au niveau (I) socio-organisationnel, parcours professionnels et personnels compris ; (II) au niveau de la stratégie des entreprises et de leur politique managériale ; (III) tout en tenant compte des transformations antérieures et en cours. En qualifiant de « numériques » ces inégalités, les autrices n’arrêtent-elles pas trop tôt leur analyse ? En effet, les différentes causes de ces inégalités, clairement mises en évidence, ne prennent-elles pas leur origine dans les rapports de productions et dans l’inégale distribution des différentes espèces de capitaux ?

Le chapitre 3, aborde un élément très souvent repris et souligné dans des recherches sur les transformations structurelles associées à l’usage du numérique, à savoir les évolutions concernant le rapport à l’espace et au temps. Un volet qui permet de mettre sur une même échelle de comparaison, l’invention de l’écriture, celle de l’imprimerie et des TIC.

C’est le chapitre le plus long, qui analyse les évolutions des conditions de réalisation des activités avec la diffusion des outils numériques. De nombreux effets, largement partagés par l’ensemble des travaux contemporains, sont présentés comme ceux de dispersion, de fragmentation, de multi-activités. D’autres effets, comme le brouillage des frontières entre sphères privées et professionnelles, du fait notamment de la pratique intensive du télétravail, sont abordées.

Ce chapitre illustre bien comment le numérique, en opérant sur cette dimension spatio-temporelle, est au cœur des transformations organisationnelles, tout en offrant une large palette de structurations possibles, qui peuvent, en plus, être réagencées en permanence.

Le chapitre 4 porte sur les outils de gestion. Il analyse le processus de rationalisation concomitant au déploiement des dispositifs numériques.

Un rappel sur le lean management et sa logique d’un pilotage par l’aval, aujourd’hui présente dans toutes les organisations, est bien venu. Cette logique de l’offre entraîne une logique d’adaptation en continu aux demandes du marché, toujours plus personnalisées. Loin de mettre fin au taylorisme, ce processus souvent appelé néo-taylorisme était déjà analysé dans un article au titre évocateur « Taylor va au marché. Organisation du travail et informatique » (Cézard et al., 1992).

Cependant, les discours qui accompagnent les dernières modalités d’organisations industrielles (usine du futur, usine 4.0, etc.), revendiquent un modèle « disruptif », alors que ces mutations s’inscrivent dans cette continuité d’adaptation du modèle taylorien.

Le chapitre aborde enfin les questions relatives à la déqualification des travailleurs, l’intensification du travail, la responsabilisation, la généralisation du contrôle et l’exigence d’engagement subjectif qui permettent de nuancer l’enthousiasme des discours managériaux.

En guise de conclusion de ce chapitre, intitulée « entre utopie et dystopie numérique », les autrices reviennent sur ce débat, en considérant que les organisations ne pourront être résolument nouvelles que si elles intègrent des changements sociétaux plus profonds, comme celui de refonder l’entreprise, sans oublier la question du sens du travail, des savoir-faire et de la capacité des travailleurs à innover.

Le chapitre 5 présente les nouvelles formes de mise en visibilité induites par les outils collaboratifs numériques. À la différence des outils de gestion, ces outils dédiés à la collaboration portent en eux une visée de transformation des collectifs, des identités professionnelles et des relations hiérarchiques. Mais il s’avère, là aussi, qu’ils ne sont pas exempts d’ambiguïtés dans leurs mises en œuvre et dans leurs usages. Ces « machines à coopérer », présentes dès les années 1980, ont vu leur déploiement s’étendre avec les outils du web social. Ces outils du web 2.0, dits « collaboratifs », intègrent très peu de prescriptions en matière d’usage, et proposent des formats de plus en plus multimédias. En découle une grande imprécision des usages et modes d’organisation associés. Les autrices présentent de nombreux cas où, finalement, sans accompagnement managérial, ces outils révèlent les conflits collaboratifs plus qu’ils ne les résolvent, et peuvent même conduire à une extrême individualisation du travail. Ces outils, à l’instar des outils de gestion, s’avèrent beaucoup moins « disruptifs » qu’annoncés.

L’ouvrage consacre ensuite deux chapitres à des fonctions de l’entreprise : la fonction « ressources humaines » au chapitre 6, et celle de la vente et du marketing au chapitre 7.

Le chapitre 6 aborde donc plus spécifiquement les recompositions de la fonction RH dues au numérique : recrutement, gestion des carrières et nouvelles modalités d’apprentissage en entreprise. En mettant l’accent sur l’outillage gestionnaire à l’œuvre dans les fonctions RH, lequel exige la construction de catégories pour les modéliser ensuite en pratiques rationnelles, les autrices soulignent les risques : celui de s’éloigner de la compréhension du travail « réel » – c’est-à-dire l’activité « en train de se faire » – et, d’autre part, celui de mettre en place des outils qui échappent finalement aux RH : « si le recrutement se fait en ligne, si les parcours internes sont guidés par des algorithmes, si les salariés communiquent entre eux via les réseaux sociaux internes, si les formations se réalisent à distance, la fonction RH ne se trouve-t-elle pas menacée et sommée de se réinventer ? » (p. 156).

Toujours dans ce chapitre 6, un important focus est mis sur la formation. Les autrices, parce qu’elles ont pu mener elles-mêmes des recherches sur les dispositifs de formation en ligne, prennent le temps de présenter des résultats d’usages de MOOC, COOC, etc. Il apparaît clairement que ces dispositifs, par les modalités d’usage qui en sont fait – individuel, en mobilité, atomisé, etc. – ne favorisent pas les apprentissages. Là encore, ces recherches mettent en évidence les facteurs sociaux et organisationnels qui permettent d’identifier les conditions dans lesquelles ces apprentissages peuvent faire sens et être mobilisés en situation de travail. Par exemple, le fait de bénéficier de soutien, d’entraide, d’échanges informels, tous ces éléments renforcent la probabilité de suivre jusqu’au bout ces formations à distance (p. 174).

Ce chapitre revient sur les inégalités que ces dispositifs numériques peuvent engendrer dans la formation des salariés et sur les conditions socio-organisationnelles de réduction de ces inégalités. Les autrices démontrent que celles-ci ne dépendent pas uniquement de la capacité des individus, mais aussi de l’organisation du travail et de celle de la formation, étant donné que « les dimensions numériques, pédagogiques, collectives et organisationnelles de la formation sont fortement entremêlées » (p. 172).

Même conclusion une fois de plus : ces recherches montrent que la réussite des apprentissages avec le numérique dépend, avant tout, des contextes et des configurations socio-organisationnelles dans lesquelles la formation a lieu, pour pallier la forte dispersion, voire la polarisation, des possibilités d’apprendre et pour réduire les inégalités qui en découlent.

Enfin, le chapitre 7 se focalise sur l’évolution de la relation marchande, c’est-à-dire sur les transformations du marketing et de la vente, transformations liées à la captation toujours plus importante de données sur les clients. Ces données sont traitées et réintégrées en amont, dans des processus qu’elles font évoluer. Cette ouverture de l’accès aux données sur les clients et leur traitement marketing a déstabilisé les fonctions dites de la « relation client » (marketing, centre d’appels, réclamations, etc.), et particulièrement les vendeurs, qu’elle a dépossédés de leur pouvoir et dont elle a transformé leur place dans l’organisation. Autrement dit, les outils mis en place, de type Customer Relationship Management (CRM), vont finalement rationaliser la fonction des vendeurs en les rendant interchangeables, pour aboutir à ce paradoxe : le numérique standardise les interactions humaines, pourtant singulières, pour délivrer des produits qui ne sont plus standards. Tout en tenant un discours sur la « proximité client », cette relation se standardise.

Un autre volet de cette mutation est la sophistication des méthodes de modélisation et de prédiction du comportement des consommateurs. Cela permet d’établir des recommandations, et de redistribuer, au sein de l’organisation, de l’expertise et de la connaissance sur le client. Mais, de leur côté, les clients ont aussi accès à beaucoup d’informations sur les produits et ont plus de moyens pour communiquer, s’informer, etc.

Dès lors, les métiers en contact avec les clients sont pris en étau entre la demande du client, les consignes managériales, et l’interprétation des données fournies par les systèmes d’information (SI) sur leurs écrans.

Plus récemment, le développement du commerce en ligne a également transformé les métiers de la vente. Il a conduit à transférer les activités réalisées auparavant par les salariés vers les consommateurs. De plus, la nécessité d’appréhender « les nouveaux canaux de la relation client », a conduit les entreprises à créer un nouveau métier : le community manager qui gère la présence de l’entreprise sur les réseaux sociaux.

Les autrices interrogent également l’émergence, en marketing, de la notion de « nouvelle vente » qui chercherait avant tout à répondre aux besoins des clients et non aux impératifs de production. Mais les recherches ont plutôt montré qu’il s’agissait surtout d’une incantation, que cet impératif restait très peu inscrit dans les pratiques. Autrement dit, « l’effort de rationalisation [du travail des vendeurs] gagne davantage que celui de recherche de satisfaction des clients » (p. 203).

Cet ouvrage vient donc conforter l’idée que le numérique accompagne la logique imposée par le lean management : le client est bien « rentré dans l’organisation », mettant en tension différentes dimensions de ces organisations (centralisation/décentralisation, autonomie/contrôle, bureaucratie/flexibilité), venant déstabiliser certaines fonctions de l’entreprise et amenant à revoir les modalités de la coordination/coopération.

Et comme le rappellent les autrices en guise de conclusion, le succès des discours et des méthodes prônant la flexibilité, la créativité et la collaboration pour des fonctionnements plus horizontaux, comme « l’entreprise libérée » ou le « mode agile », peuvent donner l’illusion de proposer des formes organisationnelles susceptibles de répondre facilement à ces enjeux. Il n’en est rien.

On pourra regretter que les conclusions, apportées régulièrement tout au long de l’ouvrage, se contentent de souligner, à chaque fois, qu’un bon usage du numérique relève de conditions d’ordre socio-organisationnel. Alors qu’en prolongeant l’analyse, on pourrait montrer que ces conditions relèvent au moins autant des logiques de valorisation du capital qui impliquent de resserrer toujours plus les contraintes sur le triptyque coût/qualité/délai. Pourra-t-on sortir de ce modèle ? La question reste ouverte.

Se positionnant comme un ouvrage destiné autant aux étudiants qu’aux professionnels en entreprise, il n’aborde finalement que très (trop) peu les effets délétères du numérique sur les conditions de travail, qui ont pourtant été largement soulignés, notamment, dans le fameux rapport du CAS[ii] (Klein, Ratier, 2012), juste cité de façon anecdotique.

Une perspective plus explicitement critique aurait été salutaire, et aurait permis de s’affranchir du discours d’escorte qui a accompagné, et continue d’accompagner, la numérisation des entreprises. Celui-ci est loin d’être neutre. Si la présence de ce discours est évoquée, il aurait été souhaitable de s’affranchir de certains vocables très présents dans ces discours, comme ceux « d’usage » et « d’usagers » du numérique, qui évacuent les inégalités inhérentes aux rapports de production, ou celui de « dématérialisation », quand celui-ci traduit le remplacement de salariés par des ordinateurs et des écrans qui ont envahi l’espace professionnel ; ne pourrait-on pas plutôt y voir une « déshumanisation » du travail ?

Bibliographie

Cézard Michel, Dussert François et Gollac Michel (1992), « Taylor va au marché. Organisation du travail et informatique », Lettre d’information du centre d’études de l’emploi, n° 26, 8 p.

Gollac Michel, Mangematin Vincent, Moatty Frédéric et Saint-Laurent Anne-France (de) (1998), « Informatisation : l’entrée du marché dans l’organisation », Revue Française de Gestion, 1998, no 109, 102-114.

Klein Tristan et Ratier Daniel (2012), L’impact des TIC sur les conditions de travail, Rapport du Centre d’Analyse Stratégique, Paris, 248 p.

Anne-France Kogan

Laboratoire PREFics (EA 4246), Université Rennes 2

_________________

[i] Souchier Emmanuel, Jeanneret Yves, « Introduction. Fonction éditoriale et internet », in Communication et langages, no 130, 4e trimestre 2001, « Dossier : Fonction éditoriale et Internet », p. 30-31.

[ii] Centre d’analyse stratégique, institution publique d’expertise et d’analyse, rattaché au Premier ministre. Le CAS a existé de 2006 à 2013, en remplacement du Commissariat général au plan, il a été à son tour remplacé par France stratégie.


■ Sophie Beroud, Thibaut Martin, En luttes ! Les possibles d’un syndicalisme de contestation, Paris, Raisons d’agir, 2021.

Le paysage syndical français se caractérise par un émiettement particulièrement fort. Ce fait est bien connu : pas moins de huit organisations syndicales principales se partagent l’essentiel des quelques trois millions d’adhérents, soit un taux de syndicalisation autour de 11 %, l’un des plus faibles des pays développés. Parmi ces huit organisations, les confédérations « historiques », en particulier la CGT et la CFDT, ont été largement analysées, tant sur le plan de leurs histoires et idéologies respectives que de leurs pratiques militantes et organisationnelles[i]. En revanche, les travaux en sociologie et sciences politiques manquent encore pour affiner les connaissances sur les organisations issues des recompositions les plus récentes du champ syndical. Ce petit livre accessible, d’environ 200 pages, vient donc combler un manque relatif sur l’Union syndicale Solidaires (USS), qui regroupe notamment les syndicats SUD.

À partir d’une enquête multi-située au long cours, les deux auteurs entendent explorer, sur un ton volontairement engagé, le rôle que peut jouer cette organisation particulière dans les recompositions d’un pôle contestataire au sein du champ syndical. L’ouvrage ne se donne alors pas tant pour objectif de détailler l’histoire de cette organisation, les particularités de son fonctionnement ou d’en présenter, de façon détaillée, les caractéristiques. Il s’agit davantage de la prendre comme entrée, afin d’interroger la manière dont « une organisation qui s’institutionnalise peut […] préserver la radicalité de son positionnement » (p. 118). Démarrée en 2008 à la demande du bureau national de Solidaires, l’enquête questionne ce point à trois niveaux différents : l’ensemble du champ syndical ; l’USS et ses fédérations ; les militants de terrain. Si l’enquête comportait un volet quantitatif – notamment par la passation de questionnaires lors de congrès fédéraux –, les résultats n’en sont pas détaillés dans cet ouvrage[ii] qui s’appuie davantage sur les matériaux qualitatifs recueillis dans différents secteurs professionnels : entretiens répétés et espacés dans le temps avec des militants, suivi ethnographique d’équipes syndicales, observation participante d’assemblées générales ou de mouvements.

Le premier chapitre revient sur l’histoire, déjà relativement bien connue, de l’émergence progressive de l’USS, entre la fin des années 1980 et celles des années 1990. Les premiers syndicats SUD se constituent sous l’impulsion de dissidents de la CFDT, issus de la « gauche CFDT » et ayant souvent entamé leur militantisme dans le sillage des « années 68 », en passant par des comités d’action lycéens et des groupes de gauches alternatives, avant de rejoindre une CFDT alors dans sa période radicale[iii]. À partir du tournant dit « du recentrage », à la fin des années 1970, ces militants oppositionnels vont se heurter à des formes de reprises en main et de marginalisation, sur fond de tensions importantes avec la direction confédérale autour, notamment, des modes d’actions et du rapport à la politique. Dans un intervalle d’une dizaine d’années, des militants exclus ou partants volontairement de la CFDT font le choix de fonder de nouvelles organisations, appelées SUD (pour « Solidaires, Unitaires, Démocratiques »), dans les secteurs des postes et télécommunications, de la santé et du transport ferroviaire. La démarche est rapidement crédibilisée par des succès électoraux et ces nouvelles organisations se rapprochent des syndicats autonomes du « groupe des 10[iv] », pour se transformer, en 1998, en Union syndicale Solidaires. Cette nouvelle organisation se singularise doublement : par l’adoption de principes visant à se protéger de l’imposition d’une ligne confédérale dont ces anciens « minoritaires » ont souffert ; et par la volonté d’occuper une « position interstitielle » (p. 22), entre mouvements sociaux et syndicalisme. Au fil des années et de son élargissement, l’USS, initialement pensée par ces militants comme un « outil » transitoire devant permettre une recomposition du champ syndical, se pérennise et se lance – ou se voit contrainte de se lancer – dans des batailles judiciaires pour la reconnaissance de sa représentativité. Un aspect de cette histoire aurait mérité d’être davantage évoqué dans ce premier chapitre : celui concernant le lien entre l’implantation du new public management et l’émergence des syndicats SUD, les zones de force de l’USS étant précisément situées dans des secteurs où cette doctrine managériale s’est fortement implantée. En effet, dans ces administrations et organisations récemment privatisées ou en voie de privatisation, les agents et salariés se heurtent à des logiques managériales particulières, que les syndicats de Solidaires semblent particulièrement en mesure de contester[v].

Le deuxième chapitre étudie plus spécifiquement les conditions et conséquences de cette installation dans la durée. En cela, il explore les « difficultés à faire exister un outil syndical qui se voulait différent » (p. 13). Alors que l’organisation émerge dans une période d’effervescence des mouvements altermondialistes et était pensée comme un instrument de recomposition d’un pôle de syndicalisme de luttes, capable de faire face à une CFDT au réformisme assumé, l’USS se heurte : a) à des formes de marginalisation ; b) à son faible poids électoral qui lui interdit longtemps d’influer sur les orientations à l’échelon interprofessionnel ; c) à des implantations très variables : très faible dans le privé, hormis dans quelques bastions particuliers, plus forte dans la fonction publique, mais, là encore, de façon très inégale. Ce deuxième chapitre dessine ainsi les contours d’une organisation aux prises avec des logiques d’institutionnalisation, qui font des élections professionnelles, notamment dans les TPE, des enjeux centraux pour la « consolidation d’une force syndicale capable de compter » (p. 90). Par ailleurs, malgré l’ambition initiale des fondateurs de l’organisation, les nouveaux militants qui arrivent ne sont pas davantage multi-positionnés et politisés que dans d’autres organisations syndicales. La spécificité de Solidaires visant à se situer à l’intersection de différents champs de lutte se retrouve ainsi mise à mal par les logiques de fonctionnement propres au champ syndical.

Le troisième chapitre aborde les conditions de reproduction d’un syndicalisme contestataire, à partir de l’étude des trajectoires militantes de jeunes syndiqués de Sud Rail. En suivant trois d’entre eux sur plusieurs années, le chapitre explore les difficultés à intéresser les militants aux questions interprofessionnelles ou extraprofessionnelles et à surmonter les contradictions entre les différents niveaux d’engagement, alors même que c’était précisément l’objectif de cette organisation. Le plus politisé – et surdiplômé[vi] – des militants finit par reprendre ses études et démissionner. Pour le deuxième, peu prédisposé à s’engager au départ, la socialisation politique semble avoir fonctionné. Enfin, le troisième protagoniste étudié est pris dans une usure militante et une trajectoire de désengagement qui paraissaient pourtant peu envisageables quelques années auparavant. Tenté par l’extrême droite, il reconvertit alors ses dispositions militantes dans le mouvement des Gilets Jaunes, en pointant précisément sa distance avec les syndicats. Malgré la relative jeunesse de l’organisation, la problématique du renouvellement des générations militantes est donc patente à Solidaires, comme chez les autres organisations syndicales, l’enjeu central n’étant pas forcément de recruter des nouveaux militants, mais bien davantage de leur transmettre une culture commune et distinctive dans l’univers syndical.

Le quatrième et dernier chapitre étudie la manière dont les mouvements de contestation récents, en premier lieu celui des Gilets Jaunes, amènent à s’interroger sur la place et le rôle de Solidaires dans l’espace de la contestation sociale. À l’instar des autres syndicats, cette organisation s’est trouvée mise en difficulté par la survenue de ce mouvement, imprévisible, composite, aux revendications diverses et dont les membres s’affichaient souvent en opposants aux organisations syndicales. Ceci n’a pas empêché des militants de Solidaires de s’investir dans les différents « actes » ou dans l’occupation des ronds-points. Le chapitre détaille en particulier deux exemples de Gilets jaunes syndicalistes : il s’agit de militants par intermittence, peu politisés, peu socialisés à l’univers syndical, qui se situent à sa marge et dans une posture critique, ce qui les a rendus à la fois plus perméables et plus ouverts à ce mouvement. Les auteurs défendent alors l’idée que cet épisode contestataire, comme d’autres avant lui (Nuit debout en 2016) ou après lui (le mouvement contre la réforme des retraites en 2019-2020), bouscule les lignes syndicales et invite à réfléchir aux possibilités de développement d’un syndicalisme de contestation sociale – comme le suggère encore l’appel commun « plus jamais ça » lors de la crise sanitaire –. Mais les auteurs montrent également les limites du raisonnement par pôle – réformiste contre contestataire – dans un paysage syndical dont les lignes de fragmentation diffèrent fortement d’une échelle à l’autre.

À l’issue de la lecture de ce petit livre stimulant, on est conduit à formuler trois remarques, l’une plutôt formelle, les deux autres invitant davantage à des approfondissements. On peut tout d’abord interroger le choix fait par les auteurs d’employer l’expression de « syndicalisme de contestation » : elle cohabite dans les discours indigènes avec la notion de « syndicalisme de transformation sociale », apparue pour remplacer celle, devenue presque taboue, de « syndicalisme révolutionnaire ». Pour autant, le terme de « contestation » peut aussi s’opposer à la posture « réformiste », qui peut être présentée comme une posture « constructive » ou de négociation, de proposition, d’accompagnement, etc. Dans cette perspective, l’étiquette de « syndicalisme de contestation » est aussi employée de façon péjorative par ses adversaires. La reprise de cette étiquette aurait mérité un développement tant son emploi n’a finalement rien d’évident.

Les deux autres remarques renvoient à une interrogation transversale autour de la question de l’autonomie à l’intérieur d’un champ que les matériaux invitent à réinterroger, les auteurs situant leurs travaux au sein de la théorie bourdieusienne des champs.

On l’a souligné, l’enquête met clairement en lumière le paradoxe de cette organisation : construite autour d’une posture alternative et d’une volonté de transformer les pratiques syndicales, elle se retrouve finalement happée par les logiques propres du champ. Les problématiques auxquelles elle fait face sont donc tout à faire similaires à celles qu’affrontent les autres organisations syndicales : logiques d’institutionnalisation, renouvellement générationnel, professionnalisation des militants, difficulté d’articulation entre niveau professionnel et interprofessionnel… Dès lors, l’enquête aurait pu alimenter une réflexion plus générale autour du modèle théorique du « champ social », des apports et des limites posées par son application à l’univers du syndicalisme. Jusqu’à quel point peut-on s’insérer dans un champ en se donnant des règles différentes de celles qui prévalaient jusque-là ? Quel degré d’hétéronomie un champ permet-il ?

Sur un autre plan, le livre suggère à plusieurs reprises que la volonté de jouer un rôle dans la structuration d’un pôle contestataire a, de fait, placé Solidaires dans une situation de dépendance vis-à-vis des prises de position d’une CGT nettement plus puissante et mieux implantée. Les auteurs semblent relier le développement de l’Union syndicale Solidaires à une période d’effervescence en matière de mobilisations sociales. Mais l’« espace critique face à l’hégémonie de la pensée libérale » ne préexistait-il pas à la naissance de ces syndicats ? La faiblesse relative des syndicats SUD en matière d’audiences électorales – indicateur discutable, mais dont les auteurs montrent précisément la force structurante dans le champ syndical –, ne s’explique-t-elle que par une marginalisation dont ils auraient été victimes, du fait de la stratégie de la CGT consistant à favoriser un syndicalisme « rassemblé » avec la CFDT ? L’organisation Solidaires ne dispose-t-elle pas de marges d’autonomie dans ses prises de positions et dans son fonctionnement qui pourraient s’expliquer autrement que par des facteurs externes à l’organisation ?

Séverine Misset

Maîtresse de conférences au CENS (UMR 6025 Nantes Université CNRS)

______________

[i] Voir les nombreuses références présentes dans Sociologie politique du syndicalisme, Baptiste Giraud, Karel Yon, Sophie Béroud, Paris, Armand Colin, 2018.

[ii] Le lecteur davantage intéressé par une « sociologie des militants » de Solidaires pourra ainsi se reporter à Sophie Béroud, Jean-Michel Denis, Guillaume Desage, Martin Thibault, L’Union syndicale Solidaires : une organisation au miroir de ses militants : profils, pratiques, valeurs, Rapport de recherche, Laboratoire Triangle, Université Lyon 2, 2011, 167 p. hal-00585462.

[iii] Voir Sophie Béroud, Séverine Misset, « Par-delà la crise : dissidences et fidélités paradoxales à la CFDT », in Olivier Fillieule et al. (dir.), Changer le monde, changer sa vie : enquête sur les militantes et militants des années 1968 en France, Arles, Actes Sud, 2018, 289-318.

[iv] Voir Jean-Michel Denis, Le Groupe des dix, un modèle syndical alternatif ?, Paris, La documentation française, 2001.

[v] Voir sur ce point, par exemple, l’article de Michèle Tallard, Catherine Vincent, « L’action syndicale au défi de la gestion locale des personnels. Tensions à l’administration fiscale », Sociologies pratiques, 2009/2 (no 19), 55-68.

[vi] Sachant que Solidaires se caractérise par un recrutement social sensiblement plus élevé que la CGT.