Baptiste Giraud, Karel Yon, Sophie Béroud, Sociologie politique du syndicalisme, Armand Colin, collection U, 2018.

Recension de Jean-Michel Denis, UGE/LATTS

Comme l’essentiel des ouvrages parus chez Armand Colin, Sociologie politique du syndicalisme, rédigé par Baptiste Giraud, Karel Yon et Sophie Béroud, se présente sous la forme d’un manuel. Son projet en découle logiquement : il s’agit de fournir un instrument de connaissance et d’analyse à celles et ceux qui se posent des questions sur le mouvement syndical actuel et ses spécificités. Mais qu’est-ce qui fait l’originalité de ce livre alors que les publications sur le syndicalisme ne manquent pas – malgré ou à cause de l’affaiblissement de ce dernier -, et alors qu’un recueil sur les relations professionnelles, qui englobent les syndicats comme acteurs, est paru dans la même collection dix ans plus tôt[1]. Le syndicalisme a-t-il tant changé qu’il faille lui consacrer un nouvel écrit ? Les auteurs le pensent soulignant à la fois les effets des réformes législatives successives depuis plusieurs décennies sur l’espace des relations professionnelles, ses acteurs et leurs pratiques, et le renouveau des travaux français et étrangers sur la recomposition du mouvement syndical. Leur manuel entend ainsi répondre à une double visée. La première, classique dans ses objectifs, est d’offrir une analyse sociologique du phénomène syndical qui permette d’échapper aux « images d’Epinal » qui lui sont trop souvent accolées (au sujet de son archaïsme et de sa coupure avec les salariés en particulier) et aux procès en légitimité qui lui sont souvent injustement adressés. La seconde est moins neutre puisqu’il s’agit pour eux d’éclairer les ressorts politiques à l’œuvre derrière les dernières réformes du marché du travail et de la protection sociale, ainsi que derrière la promotion du dialogue social, qui transforment le syndicalisme en faisant peser sur lui de nouvelles contraintes. Doit-on interpréter ce projet de sociologie politique du syndicalisme à cette aune, c’est à dire comme relevant d’une intention politique autant que sociologique, l’objectif étant de produire une analyse politiquement située de ses transformations récentes ? On peut le penser. De fait, en considérant les contenus de ces réformes législatives qui restructurent l’espace des relations professionnelles depuis ces dernières années comme des contraintes supplémentaires pesant sur le syndicalisme, et surtout en voyant en elles les pièces d’un processus « d’enrôlement du syndicalisme français vers un modèle d’action plus consensuel » (p.8) et de tentative de « domestication » de ce dernier, le propos ne peut être plus limpide. De la même manière, il ne faut pas être grand clerc pour deviner la faveur que les auteurs accordent à une orientation plutôt combative du mouvement syndical.
Mais réduire ainsi les analyses proposées dans cet ouvrage ferait passer à côté de son projet véritable et de sa richesse. Celui-ci est ambitieux puisqu’il ne vise rien de moins que de ré-enchanter le syndicalisme sinon comme pratique sociale du moins comme objet de recherche. Comment ? Tout d’abord en se démarquant des travaux qui réduisent ce dernier à sa crise, à son institutionnalisation et à sa bureaucratisation. Ensuite, en abordant l’objet syndical de façon dynamique, c’est à dire en cherchant à l’appréhender en faisant tenir ensemble ses différentes facettes qui, en se combinant et en faisant système, lui donne son intelligibilité : logiques de fonctionnement des organisations, modes d’engagement des acteurs et espaces de représentation dans lesquels ils s’inscrivent (p.5). Enfin, en prolongeant et en rediscutant les connaissances sur l’objet syndical : celles déjà formulées grâce aux approches disciplinaires qui se sont traditionnellement intéressées à lui, la sociologie du travail et des relations professionnelles et l’histoire principalement, et celles produites par les nouveaux paradigmes théoriques et méthodologiques, en France comme à l’étranger.
Les auteurs de ce manuel s’inscrivent doublement dans ce mouvement. D’une part, par un investissement sans relâche dans les travaux consacrés à cet objet qu’ils enrichissent par leurs enquêtes empiriques et leurs réflexions théoriques (plusieurs chapitres du livre sont directement issus de leurs recherches les plus récentes). D’autre part, en défendant une approche « décloisonnée » de ce dernier par l’apport combiné de plusieurs disciplines, dont la science politique.
Cette analyse croisée ou décloisonnée est menée tout au long des six chapitres de l’ouvrage, relativement courts, une trentaine de pages environ chacun, qui traduisent à la fois l’ambition pédagogique des auteurs, leur maîtrise des sujets abordés, et leurs choix fermes de certaines orientations problématiques. Ils y mobilisent les catégories et schémas interprétatifs classiques de la discipline dont ils sont tous les trois issus, et jusqu’alors principalement utilisés dans « l’analyse du fonctionnement des institutions politiques, des organisations partisanes et du vote… » (p. 14). C’est par exemple le cas dans le premier chapitre consacré à l’institutionnalisation du syndicalisme. Ils y montrent l’apport heuristique de la sociologie de l’institution forgée notamment par Jacques Lagroye et Michel Offerlé pour analyser le processus « non linéaire [et même assez fortement chaotique] de stabilisation, de reproduction et de transformation « des formes syndicales » tout au long du XXème siècle (p. 21), et s’y interrogent sur le fait de savoir si les syndicats constituent « des groupes d’intérêt comme les autres ? » (p. 46). C’est également vrai pour les deux chapitres suivants : celui consacré au lien entre syndicalisme et politique dans lequel ils analysent de façon critique la thèse, qui relève plutôt de la doxa, qui fait de la (trop grande) politisation du syndicalisme français la cause de son pluralisme voire de sa fragmentation, sans prendre en compte les facteurs sociaux et juridiques qui structurent tout aussi durablement ce dernier. Selon eux, c’est davantage à une dépolitisation du syndicalisme à laquelle on assisterait au cours de ces dernières décennies avec sa rétractation sur le seul terrain économique et social et la défense prioritaire de valeurs pragmatiques. L’apport de la science politique est également essentiel pour décrypter l’évolution des règles de la représentativité syndicale, présentée et analysée dans le chapitre 3, tant la démocratie sociale tend à se redéfinir à l’aune de la démocratie politique. Pour les auteurs de l’ouvrage, la modification des règles de la représentativité syndicale consécutive à la loi de 2008 constitue ainsi un véritable moment de bascule dans « la redéfinition du modèle social français » (p.85), d’autant plus qu’elle a entraîné toute une myriade d’autres changements (en matière de négociation collective, de représentativité patronale, de financement des organisations professionnelles, etc.) qui participent de cette transformation d’ampleur. Au-delà de ce point, l’intérêt de ce chapitre réside dans l’analyse fine qu’ils effectuent du dispositif de mesure de l’audience syndicale – véritable « bricolage opérationnel » qui additionne des scrutins aux logiques hétérogènes tout en ignorant des « pans entiers du monde du travail », et qui vise au final « davantage à consolider la négociation collective plutôt que de produire une image fidèle de la représentativité sociale des syndicats » (p. 90) –, et de « ce que font les élections aux syndicats » (p. 97).
Dans les chapitres 4 et 5, les auteurs s’intéressent aux rapports réciproques entre les salariés et les organisations syndicales (logiques d’adhésion et fabrique des militants). Cela leur donne le prétexte de revenir sur le processus de désyndicalisation qui fait de la France le plus mauvais élève des pays industrialisés en rappelant les causes endogènes et exogènes de ce processus – ce qui ne les conduit pas, en revanche, à s’interroger sur la pérennité du modèle syndical lui-même – et de rappeler le poids des variables structurelles sur l’adhésion syndicale. Le vieillissement des effectifs syndicaux fait de leur renouvellement un enjeu essentiel. Celui-ci, montrent ces derniers, ne s’effectue plus nécessairement sur une base idéologique – ce qui serait diversement assumé par les militants plus anciens (p.124) mais suivant des modalités extrêmement diverses selon les contextes (conflits locaux, problèmes avec la hiérarchie, demande d’assistance de la part de salariés isolés, etc.) qui fait, parfois, du « choix de l’organisation [un choix] très largement contingent » (p. 126.). D’où ce rappel qui semble évident mais qu’il convient quand même d’effectuer : « le militantisme syndical ne se reproduit pas nécessairement à l’identique » (p. 123).
Le dernier chapitre est consacré à l’examen du répertoire syndical. Ils y reprennent le concept devenu canonique de « répertoire d’action collective » forgé par Charles Tilly au début des années 1980, afin de montrer que tous les syndicalistes « peuvent mobiliser un répertoire varié de modes d’action (p. 195). Sur le plan analytique, la vertu d’un tel schème conceptuel, appliqué aux modalités de l’action syndicale, est qu’il permet de dépasser les oppositions simplistes, qu’elles concernent les acteurs (réformistes vs contestataires) ou les formes d’action (négociation vs conflit). Il n’en demeure pas moins, rappellent les auteurs, que les moyens d’action dont disposent les syndicalistes « leur sont inégalement disponibles et familiers » et que cette disponibilité « est liée à des formes diverses (dispositifs juridiques, habitudes organisationnelles, etc.) de licitation ou de censure » (p. 195). Plus globalement, ce chapitre leur donne l’occasion de retracer les transformations de ces modalités d’action, à l’échelon de l’entreprise comme au niveau interprofessionnel : celle de la grève, en net recul ces dernières années, mais qui reste un élément central de l’action syndicale dans l’entreprise comme à l’occasion des « journées nationales d’action » ; celles qui passent par l’activation des dispositifs institutionnels (négociation collective et institutions représentatives du personnel) ; l’action juridique enfin, dont l’usage a toujours fait débat chez les syndicalistes, mais qui occupe « avec l’expertise », une place non négligeable dans les stratégies d’action des équipes syndicales.
L’intérêt et l’importance de cet ouvrage est qu’il présente un regard fouillé et parfaitement informé sur l’objet syndical, ses évolutions et ce qui le spécifie au regard des autres syndicalismes nationaux. Ils résident aussi dans le fait que ce projet de bâtir une sociologie politique du syndicalisme est porté par une nouvelle génération de chercheurs qui, parce que moins marquée que la précédente par la « crise du syndicalisme » (devenue une antienne), offre un regard neuf et décalé sur l’objet syndical – en réinvestissant ce champ de recherche à partir d’un intérêt, scientifique et politique, pour l’analyse des conditions de possibilité de la reproduction ou du renouveau de l’engagement et des mobilisations syndicales » (p. 14).
Dans ce livre, on l’a dit, les partis-pris sont pleinement assumés. Ils peuvent donc être discutés. On peut par exemple se demander quel intérêt il y a à définir aussi imprécisément le syndicalisme comme « un domaine d’activités spécialisé » (p.5) – mais est-ce une définition d’ailleurs ? Hormis le fait que cette définition, copiée sur celle que J. Lagroye donne de la politique[2], permet aux auteurs de postuler la relative spécificité et l’autonomie du champ, plus que discutable au passage compte tenu du poids exercé sur lui par l’acteur politique dont les auteurs se font d’ailleurs l’écho, et de pouvoir mobiliser pour l’analyser les apports de la sociologie bourdieusienne, on n’en voit pas vraiment l’utilité. Par ailleurs, malgré l’adoption d’une réelle approche inductive – partir d’une approche par les acteurs et par les organisations ainsi que de l’activité syndicale telle qu’elle se fait concrètement dans la quotidienneté des rapports sociaux de travail – l’analyse proposée dans cet ouvrage souffre parfois du poids des modèles d’interprétation qui leur sont appliqués. En l’occurrence la question du pouvoir syndical et de sa légitimité – tropisme de politistes ? – et des luttes qu’elles génèrent au sein du champ – tropisme de bourdieusiens ? – est à ce point central dans le point de vue des auteurs qu’elle les entraine dans le piège dont ils entendent pourtant se démarquer en cherchant à « se départir d’une approche trop exclusivement stratégiste de l’action syndicale » (p .17)[3].
On le sait, les relations professionnelles en France ne forment pas une discipline à part entière comme aux Etats-Unis ou au Canada par exemple mais plutôt un domaine d’étude au croisement de plusieurs disciplines. En plus de la sociologie du travail et des relations professionnelles ainsi que de l’histoire déjà évoquées, des disciplines comme le droit ou l’économie, ou plus récemment la gestion, s’y sont également intéressées. En revanche, mis à part les travaux de Guy Groux et de René Mouriaux à partir des années 1970 et ceux de Sophie Béroud et Jean-Marie Pernot vingt ans plus tard, la science politique y a consacré peu de place. Celles et ceux, issus de la même discipline qui, à partir des années 1990, ont redécouvert l’action collective et les mouvements sociaux, ont davantage investigué ceux situés à l’extérieur du monde du travail ou à sa lisière proche (mouvement des sans, chômeurs, etc.). C’est donc là tout l’enjeu de cet ouvrage : montrer ce que peut apporter la sociologie politique à l’étude du syndicalisme. Il est scientifique mais pas seulement. Il est aussi paradigmatique et stratégique (y compris pour les auteurs). En effet, construire une nouvelle approche du syndicalisme, fut-elle décloisonnée – encore que ce travail de décloisonnement ne soit pas si récent que cela -, requiert à la fois de faire vivre l’objet syndical et de lui faire une place dans son propre champ disciplinaire, et de la distinguer de celles, déjà existantes, à l’extérieur.

[1] Bévort, A., Jobert, A., 2008, Sociologie du travail : les relations professionnelles, Armand Colin, 2008.
[2] J. Lagroye, B. François, F. Sawicki, Sociologie politique, Presses de Science Po et Dalloz, 2006, p. 15.
[3] De ce point de vue, même si la remarque n’est pas nouvelle, il est intéressant de constater que depuis les années 1990, bon nombre de politistes qui s’intéressent aux mouvements sociaux développent une approche hybride de ces derniers, qui combine emprunt aux théories de la mobilisation des ressources (approche dynamique des mobilisations collectives perçues comme des constructions sociales) et sociologie bourdieusienne (lecture de l’espace des mouvements sociaux comme un champ de lutte dans lequel les acteurs de la mobilisation sont en concurrence pour la conquête de son hégémonie). Cette hybridation, surprenante au premier abord, est en fin de compte permise par une conception à peu près identique de l’espace des mouvements sociaux considéré comme un marché. Au point de se demander parfois si la sociologie politique des mouvements sociaux ne se transforme pas plutôt en économie politique. A ce sujet, Daniel Cefaï, Pourquoi se mobilise-t-on ?, La Découverte, 2007 (et en particulier la partie II de son ouvrage consacrée à « La rupture des années 1970. Le grand chamboulement des analyses rationalistes et structurales ») et Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque, Seuil, 2016 (et en particulier le chapitre 1 : « L’impossible théorie des champs »).