Anne-Marie Arborio, Paul Bouffartigue et Annie Lamanthe (Dir.), Crise(s) et mondes du travail, Octares, 2019.

Recension par Annélie Delescluse, IEDES, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Développement & Sociétés

Sous la direction d’Anne-Marie Arborio, Paul Bouffartigue et Annie Lamanthe, cet ouvrage collectif s’intéresse aux conséquences des crises financière et économique de 2007 sur le monde du travail européen. Les contributions sont le fruit de communications présentées lors de la XVe édition des journées internationales de sociologie du travail (JIST), coorganisée par le Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail (LEST) et Kekmokop (Centre de morphologie sociale et des politiques sociales), une unité de recherche rattachée au département de politiques sociales de l’Université Panteion d’Athènes. Ces journées se sont tenues les 11, 12 et 13 mai 2016 et ont réuni plus de 300 chercheurs. Dans l’introduction générale de l’ouvrage, les directeurs de rédaction rappellent que la Grèce a été choisie par les organisateurs des JIST, car elle a été l’épicentre des effets de la crise avec, en quelques années, la chute d’un quart de son activité économique. Mais les chapitres portent plus largement sur les ressorts et les effets de cette crise dans cinq autres pays, la France, l’Italie, le Portugal, l’Espagne et le Québec.
L’ouvrage se divise en trois parties et seize chapitres : Ce que la crise fait au salariat, introduite par Esteban Martinez (première partie), la condition sociale et le vécu des travailleurs, introduite par François Sarfati (deuxième partie) et les politiques publiques en action, introduite par Lionel Jacquot (troisième partie). À travers les chapitres très hétérogènes, on perçoit combien la sociologie du travail investit le débat en nous invitant à « comprendre autrement » et de façon critique les multiples facettes de cette crise qui représente un des enjeux sociaux majeurs de ce début du XXe siècle. Une partie importante des articles s’appuient sur des études empiriques diversifiées, les chercheurs ayant enquêté aussi bien au sein d’organisations internationales telles que l’organisation internationale du travail (OIT) à Genève, que dans un établissement public français, comme Pôle Emploi, ainsi que dans des hypermarchés, des usines de la grande distribution et de la logistique ou encore dans des fédérations d’associations. Les enquêtes ont aussi été menées auprès de publics variés dont les vécus et les expériences ont été analysés : salariés du secteur public et privés, syndicalistes, médecins du travail, ouvriers, travailleurs migrants, travailleuses âgées, chômeurs, etc. Ce compte-rendu s’organisera en faisant la synthèse successive des éclairages apportés sur le monde du travail dans les trois pays les plus cités dans l’ouvrage, c’est-à-dire la France, la Grèce et l’Italie, ce qui nous permet de puiser dans les trois parties.
Que nous apprend cet ouvrage sur les changements structurels dans le monde du travail français qui, pour paraphraser Castel (2012, p 707), a plus perdu de sa consistance que de son importance ?[1] Au sujet des politiques publiques, trois articles abordent la façon dont « l’emploi à la française » a été déstructuré au cours des trente dernières années. Pour Aurélie Peyrin, entre 2005 et 2016, la fonction publique française a changé de visage dans un paysage national où la frontière entre le public et le privé s’est brouillé. La « normalisation d’un régime contractuel » permet à l’État de gagner en flexibilité avec une baisse croissante de statutaires dans la fonction publique, et donc, moins de sécurité de l’emploi pour ces « nouveaux fonctionnaires ». Hadrien Clouet mobilise quant à lui les résultats qui font suite à son immersion dans six agences franciliennes de Pôle emploi où sont inscrits 6 millions de Français, soit 1/5ème de la population active française. Observant les entretiens entre les conseillers à l’emploi et les chômeurs inscrits dans l’agence pendant leurs interactions en face à face, qu’il qualifie « de moments d’échanges inégal », il constate que les premiers incitent fortement les seconds à opter pour du travail à temps partiel. Poussés à reprendre le travail, les demandeurs d’emploi, eux, réduisent leurs critères de recherche et se résignent progressivement à opter pour un travail dégradé. Hadrien Clouet suggère alors une corrélation entre la progression du temps partiel et l’accroissement des interactions de face-à-face dans l’agence Pôle Emploi. Un éclairage très intéressant sur le monde associatif[2], lui aussi chamboulé par la crise de l’emploi, est apporté par Florence Ihaddadène. « Parce que l’État délègue de plus en plus ses prérogatives sociales au monde associatif, il en finance également une grande partie, favorisant au passage l’emploi des jeunes » (p 237) … et des femmes qui représentent 70% des employés du monde associatif. Le montant des salaires dans le secteur associatif est toutefois inférieur à celui des entreprises privées et les salariés ne bénéficient pas de la protection sociale attachée au statut de fonctionnaire, ce qui rend plus précaire l’emploi dans ce secteur. Une des dérives les plus visibles concerne le dispositif du service civique qui, dans un contexte de crise économique, sert de soutien à l’insertion professionnelle des entrants sur le marché du travail, souvent qualifiés, alors qu’il devait inciter initialement l’engagement de jeunes et de citoyens « désaffiliés » (p 235).
Les deux propositions de Sophie Bernard et de David Gaborieau se complètent pour analyser les vécus de travailleurs au bas de l’échelle dans la grande distribution et la logistique. Dans le secteur de la grande distribution, la chute spectaculaire des résultats, des primes et des salaires, observée dans l’entreprise francilienne Maximag, n’entraine pas de mobilisation des salariés. Ces derniers restent attachés à l’entreprise et cherchent plutôt à « relativiser leurs difficultés à l’aune du chômage de masse et de la précarité du monde du travail auxquels ils parviennent à échapper » (p 76). David Gaborieau constate lui aussi peu de contestation dans le secteur de la logistique avec une faible présence syndicale. Dans l’entrepôt, sorte d’usine des temps modernes et nouveau bassin d’emplois, un autre monde ouvrier à l’identité floue et fragmentée émerge et se recompose difficilement. La pénibilité du travail, loin d’avoir disparue, s’est transformée, avec une rationalisation plus poussée du travail en lien avec l’usage de nouvelles technologies. Les tâches des manutentionnaires sont souvent individuelles, répétitives, physiques et doivent être effectuées de plus en plus rapidement, sous les injonctions de la commande vocale. Dans ce contexte, on comprend que la logistique, présentée comme une aubaine par les pouvoirs publics, notamment parce qu’elle incarne un visage de modernité et de technicité, ne constitue pas véritablement un remède à la crise industrielle. Les formes de conflictualité observées dans des entreprises comme Walmart ou Amazon laissent toutefois présager l’émergence de formes de contestation chez ces « nouveaux prolétaires », malgré la faible présence syndicale dans les entrepôts. Didier Demazière et Marc Zune se penchent sur le caractère bien souvent traumatisant de la perte d’emploi et de l’expérience du chômage. Aux marges du salariat, les différentes formes d’emploi « dégradées » vont de l’auto-emploi ou du free-lance au bricolage – activités fragiles, informelles et/ou illégales – qui permettent le plus souvent d’améliorer le quotidien, mais pas de maîtriser l’avenir qui reste incertain. Au-delà des expériences individuelles, le chômage a aussi des effets sur l’emploi lui-même et sur les protections sociales du travail qui se dégradent au fur et à mesure que progresse la crise.
Qu’en est-il de la Grèce, véritable mouton noir de l’Europe, stigmatisée à cause de l’importance relative de sa dette publique[3] ? En 2015, dans ce pays à la population jeune – 46% des Grecs ont entre 15 et 34 ans –, le chômage touchait 24% de la population active, dont 48,8% sont des jeunes âgés de 15 à 24 ans. Chryssa Paidoussi (chapitre 13), s’intéressant à la partie supérieure de la population active grecque, explore le lien entre la croissance rapide de sa mobilité au cours des dix dernières années et les politiques et pratiques européennes en matière d’éducation, de formation et de mobilité des travailleurs. Les jeunes Grecs partiraient principalement vers des pays d’Europe du nord, notamment l’Allemagne, qui est la destination la plus prisée. En 2014, 3% de la population grecque y réside, avec la présence de 320 000 jeunes âgés entre 25 et 34 ans. Après analyse, le départ des jeunes Grecs qualifiés s’explique par la crise économique qui les a contraints de partir et non par l’existence d’outils et programmes de formation qui visent à faciliter la mobilité intra-européenne. Comment la Grèce parviendra-t-elle à relancer son économie avec cette « fuite massive de cerveaux » ? Quant aux salariés qui sont restés en Grèce, leur statut aurait de plus en plus tendance à se précariser. En 2015, 36% des emplois sont indépendants avec une grande diversité d’arrangements, de conventions et de statuts. C’est ce que révèlent Sylvie Célérier, Alberto Riesco-Sanz et Pierre Rolle qui s’interrogent sur la possibilité d’une régulation du travail dans ce contexte d’hybridation des formes d’emploi. Pour Margarida Martins Barroso, la performance productive, financière et organisationnelle des entreprises grecques s’est détériorée au fil des années, alors qu’elle a eu tendance à s’améliorer dans les pays du nord de l’Europe. C’est finalement Christina Karakioulafis qui, en côtoyant des travailleurs précaires des secteurs publics et privés et des chômeurs, apporte le plus de chair à notre compréhension de la crise en Grèce. Citant leurs paroles, elle analyse, notamment, les effets de la crise dans les ménages en s’intéressant à la diversité des manières de gérer le temps libéré par le travail. Les femmes, qui ont perdu leur emploi mais pas leur travail à la maison, ont tendance à moins éprouver de sentiments d’humiliation et d’échec social que les hommes qui, dans leur rôle traditionnel, se sentent responsables de subvenir aux besoins de leur famille et voient leur masculinité éprouvée. De leur côté, les femmes Grecques peuvent en parallèle souffrir de l’enfermement et du rétrécissement de leur vie sociale. D’autres activités, qui s’apparentent parfois à de la débrouillardise, peuvent être investies pour compenser la vacuité du quotidien et le secours familial joue un rôle fondamental pour gérer les dépenses.
Si l’Italie continue d’attirer les regards pour la richesse de sa culture, de son histoire et de sa gastronomie, le monde du travail n’y est pas aussi séduisant. La crise économique y a fragilisé le modèle dominant du travail avec le déplacement des emplois salariés vers des positions plus ou moins indépendantes et des travailleurs sans entreprise (21% des emplois en Italie, voir p 35). Cette perspective est particulièrement bien complétée par le travail de Mara Bisignano qui, en fin d’ouvrage, montre que l’État Italien a, depuis les années 90, glissé vers une politique d’austérité conservatrice. De fait, les mesures destinées à favoriser la flexibilité de l’emploi et du marché du travail n’ont fait qu’accentuer le développement massif des formes atypiques d’emploi « hybrides » avec, en parallèle, la réduction des droits sociaux.
Trois contributions permettent au lecteur d’observer de près les acteurs sociaux qui, en tant qu’êtres de chair et de sang, souffrent, résistent et s’adaptent aux répercussions de la crise sur leurs emplois, dégradés ou perdus. Pour Tania Toffanin, la condition des travailleuses âgées, « jeunes » pour la retraite mais « vieilles » pour travailler, mérite d’être explorée. Avec la crise et l’appauvrissement des familles italiennes, l’activité salariale des femmes, notamment celles âgées de 55 à 64 ans, serait à la hausse. Cependant, ces Italiennes, qui perçoivent un salaire plus faible que les hommes et dont les carrières sont souvent interrompues, doivent travailler plus longtemps pour espérer avoir une retraite, dont le montant reste moins élevé que celui de leurs congénères masculins. De plus, elles ont souvent, en parallèle, la charge de parents âgés et dépendants et d’enfants ou de petits enfants. Ces rôles, qu’elles considèrent souvent comme « naturels », peuvent toutefois restreindre leurs possibilités de travailler ou bien faire en sorte qu’elles acceptent des conditions d’emploi dégradées.
C’est Elena Dinubila qui nous donne des raisons d’espérer, en nous conduisant dans une usine Fiat-Sata de Melfi située dans la région de Basilicate, où le recours massif au chômage technique, survenu dans les années 2010, n’a pas été vécu de façon traumatisante par les ouvriers qui se définissaient jusqu’alors comme des « esclaves modernes » ou comme les « nègres de Fiat », en raison de leurs mauvaises conditions de travail. Pour compenser la réduction de leurs salaires, beaucoup d’ouvriers exploitent leur terre et/ou pratiquent le travail au noir en se faisant serveurs, maçons, peintres, carreleurs, etc. L’auteur parle aussi de microéconomies solidaires qui ont permis aux familles, amis et voisinages de s’échanger des biens et des services. Cette réduction du temps de travail salarié, à l’aune des conditions de travail éreintantes qui sont les leurs dans les usine Fiat, représenterait une « bouffée d’oxygène ». Leur santé et leurs relations familiales en seraient bonifiées, avec une meilleure alimentation, moins de stress et de problèmes de sommeil. L’usine Fiat reste toutefois l’unique alternative pour toucher un salaire raisonnable et stable, raison pour laquelle les ouvriers espèrent y rester.
Carlotta Benvegnù nous révèle l’existence de mobilisations salariales d’ampleur dans des entrepôts de logistique du nord de l’Italie, secteur relativement à l’abri de la baisse de l’emploi, mais dont les conditions de travail se sont dégradées. L’accélération des opérations de production et de commercialisation a eu un impact significatif sur l’emploi qui s’est précarisé avec une racialisation de la main d’œuvre. Si Carlotta Benvegnù souligne le caractère « improbable » de mobilisations et de conflits dans ce secteur peu syndiqué, c’est en raison du rôle qu’y ont joués les « travailleurs migrants » qui en furent à plusieurs reprises les protagonistes. Carlotta Benvegnù explique de façon très intéressante que l’épreuve de l’immigration est à l’origine de la détermination des travailleurs étrangers qui ont cherché à améliorer leurs conditions de travail. En comparaison des multiples épreuves rencontrées durant leur parcours migratoire, les risques encourus en s’engageant dans les conflits du travail leur paraitraient dérisoires. Le racisme du management et les humiliations accentuent encore leur détermination à faire valoir leurs droits et leur dignité. Enfin, achevant de changer notre regard au sujet des travailleurs migrants en Italie, qui sont le plus souvent présentés comme des victimes, voire des esclaves des temps modernes, notamment dans le secteur agricole au Sud de l’Italie, Carlotta Benvegnù nous explique que bon nombre d’entre eux réinvestissent dans ces conflits des expériences antérieures de militantisme et d’engagement politique dans leurs pays. Les réseaux communautaires des travailleurs migrants deviennent finalement des supports indispensables à l’organisation des actions de mobilisation dans les entrepôts de logistique.
Ces tours d’horizon en France, en Grèce et en Italie permettent de faire des allers-retours entre le haut et le bas de l’échelle, s’intéressant aussi bien à la réglementation du travail, qu’aux décideurs politiques ou aux agents institutionnels, mais également à l’expérience et au vécu des travailleurs et des chômeurs. Les contributeurs de cet ouvrage montrent que la crise n’est pas la résultante de mécanismes purement économiques, mais aussi de décisions prises par des chefs d’État, des ministres, des agents institutionnels ou des syndicalistes qui contribuent à la détérioration des conditions de travail, par idéologie et/ou en réponse à des dispositifs nationaux ou européens. Malgré les différences évidentes de contexte national, il est frappant de constater de nombreux points communs en termes de politiques conservatrices ou néolibérales d’une part, de foisonnement du secteur de la logistique d’autre part, ou encore de souffrances des travailleurs ou des chômeurs qui ont du mal à regarder l’avenir de manière optimiste et à s’approprier leurs différents temps sociaux. Il est aussi frappant de voir des points communs dans la manière dont ces sociétés, réputées démocratiques, maltraitent les vies et en disqualifient certaines plus que d’autres, en particulier les personnes handicapées, les chômeurs, les femmes âgées ou les travailleurs migrants. L’inégalité de traitement des vies humaines (Fassin, 2019) est aussi frappante à l’échelle plus large de l’union européenne, entre citoyens du sud et du nord de l’Europe.
Ces comparaisons nationales sont tout à fait éclairantes pour mieux comprendre le paysage européen, voire même de sentir naître une solidarité à l’égard de citoyens Grecs ou Italiens, trop souvent rabaissés ou stigmatisés par des dirigeants Français ou Allemands, « donneurs de leçons » à l’égard de leurs politiques économiques. La lecture de cet ouvrage, qui est à recommander, permet d’élargir les horizons du paysage français, stérilisé par la redondance de discours politiques culpabilisants et anti-sociaux au sujet de la crise économique. Malgré la mention de résistances et de formes de réappropriation du temps libéré par le salariat, le constat général de l’ouvrage reste très amer et pessimiste à l’égard du délitement du travail et même du sens de la vie, dans une Europe pour laquelle les citoyens ont de plus en plus de mal de se projeter. Une angoisse collective qui, il me semble, aurait pu être appréhendée autrement, si les chercheurs avaient davantage enquêté en dehors des lieux de travail. En Grèce, notamment, le « vieux monde qui craque » est aussi symbole d’espoir, d’inventivité et de créativité, avec une jeunesse qui pense différemment au travail et au sens de la vie. La célèbre citation d’Hölderlin, « Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve », nous donne des raisons d’espérer. La crise environnementale dont on ne peut désormais plus ignorer l’urgence, ne nous incite-t-elle pas plutôt à ne pas nous attacher au vieux monde qui se décompose, mais à se saisir de cette crise du salariat – exacerbée par la pandémie mondiale du COVID-19 – pour travailler, produire et vivre autrement ? Reste à savoir comment. Comme le disait Lévi Strauss, dans Mythologiques, Vol. 1, Le Cru et le Cuit (1964), page 15 : « Le savant n’est pas l’homme qui fournit les vraies réponses ; c’est celui qui pose les vraies questions ».

[1] Cité par Estaban Martinez, p 17.
[2] Il existe 1,3 million d’associations actives en 2013, dont 12% emploieraient des salariés.
[3] Précisons toutefois que, si en valeur relative, la dette publique grecque représente 176% de son PIB en 2019, elle n’est en valeur absolue que de 331 milliards d’euros, alors que celle de la France est, en milliards d’euros, de 2 380, celle de l’Allemagne de 2 053 et celle du Royaume-Uni de 2 159. Sous un autre angle, la publique de la Grèce ne représente que 3 % du total des dettes publiques des 28 pays de l’UE en 2019.