Sophie Bernard, Le nouvel esprit du salariat, Paris, PUF, 2020.

Nous assistons depuis les années 1970 à une déstabilisation du salariat en France, mis en péril par la multiplication des formes d’emplois précaires et l’expansion du travail indépendant. Dans un tel contexte, l’évolution des formes de rémunération et de mobilisation de la main-d’œuvre contribue à fragiliser les salariés. Ce nouvel esprit du salariat, foyer central de diffusion des valeurs individualistes et méritocratiques qui irriguent la société, promeut l’avènement d’un travailleur autonome et responsable. Mais faut-il l’envisager comme un progrès, tel que le présentent les employeurs, ou comme une nouvelle forme de sujétion des travailleurs ?

L’enquête de Sophie Bernard, menée durant près de vingt ans auprès de populations variées dans un panel d’entreprises, analyse les mutations qui s’opèrent au cœur du salariat stable. Elle met au jour le développement de profondes injustices mais aussi le déni du lien de subordination, potentiellement risqué pour les salariés, mis au profit des performances de l’entreprise.

Sophie Bernard est professeur de sociologie à l’université Paris-Dauphine et chercheuse à l’Irisso. Ell est également membre junior de l’Institut universitaire de France. Elle est notamment l’auteur de Travail et automatisation des services (Octarès, 2012).