In memoriam : Jean-Daniel Reynaud (1926-2019)

Jean-Daniel Reynaud, normalien, agrégé de philosophie, a bifurqué vers la sociologie, peu de temps après la guerre, comme plusieurs autres grandes figures de sa génération. Soutenu par Georges Friedmann, l’introducteur de la sociologie du travail en France, il lui a succédé au Conservatoire National des Arts et Métiers (en 1959) jusqu’à ce que JDR comme l’appelaient les chercheurs de son laboratoire, prenne sa retraite dans le courant des années 1990. Administrative, cette retraite n’était pas intellectuelle et Jean-Daniel Reynaud continuait de publier et de se faire lire ce qui se publiait dans notre milieu. Quoique physiquement affaibli par la maladie et par une terrible cécité, son esprit, nourri par une érudition sans faille dans un grand nombre de domaines était aussi celui d’un grand mélomane, friand de controverses et attentif aux meilleures émissions de radio. Il continuait d’étonner ceux qui lui rendaient visite, chez lui, non loin de Port-Royal à Paris, chacun étant impressionné par son exquise courtoisie.

Contrairement à ce que certains voulaient croire, pas plus que Georges Friedmann, le Professeur Reynaud n’a été qu’un sociologue du travail, même s’il a été un des fondateurs de la revue éponyme et ce n’est pas sans raison qu’il a longtemps dirigé la Revue Française de sociologie. C’est qu’à partir d’une très fine analyse des relations de travail, il a su bâtir une théorie générale de la société, théorie qu’il appelait de la régulation sociale. Son maître ouvrage, Les règles du jeu (1989), a connu au moins trois rééditions et nombre de chercheurs se sont référés parfois de manière un peu superficielle à sa TRS (Théorie de la Régulation Sociale). Quoique non croyant, Reynaud était profondément marqué par la culture suisse et protestante de sa mère (il était né en 1926 à Lausanne). Tout l’intéressait et tout était passé au crible de son esprit acéré.

Dans les années 1980, profitant de sa chaire d’enseignement au Cnam et s’appuyant sur le laboratoire associé au CNRS qu’il avait fondé, il a su coordonner la réflexion de chercheurs, sociologues, juristes, économistes de différentes équipes du CNRS (Aix-en-Provence, Bordeaux, Nanterre, Paris VII, etc.) dans un GDR (Groupement De Recherche) « Relations professionnelles »  soutenu par le CNRS. Quoique clairement sociologue sur le plan de son identité intellectuelle personnelle, il rejetait les exclusivismes disciplinaires et cette ouverture a nourri sa réflexion. Jean-Daniel Reynaud avait horreur de la scolastique et savait faire son miel de différentes approches.

Il a été un grand chercheur, mais aussi un grand professeur, un passeur, un maïeuticien. Il s’est montré un directeur de recherche libéral au bon sens de l’expression. Il était tolérant pour les opinions divergentes aux siennes dès lors qu’elles étaient argumentées.

Marnix Dressen-Vagne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.