Hommage à Michel Verret par Olivier Schwartz

Michel Verret aurait-il accepté que l’on écrive, à la suite de sa mort survenue le 28 novembre 2017 à Nantes, que la sociologie venait de perdre, avec lui, un « grand monsieur ? » Sa réponse aurait vraisemblablement été négative, tant la recherche des honneurs lui était étrangère. C’est pourtant cette expression qui s’impose à moi au moment de lui rendre hommage, hommage à l’intellectuel, au sociologue, à la personne qu’était Michel Verret.

Je n’entrerai pas ici dans le détail de sa biographie, un tel projet excédant les limites imparties à ce texte (pour des informations sur ce point, cf. l’article très précis qui lui est consacré par Isabelle Gouarné dans le Maitron). Je voudrais évoquer en revanche son œuvre de sociologue – un sociologue qui est sans nul doute l’une des plus grandes figures de la sociologie française du monde ouvrier et des classes populaires de ces cinquante dernières années –, et aussi l’être humain – si remarquable – qu’il était.

Un rappel au préalable néanmoins. Sociologue, Michel Verret ne le fut pas d’emblée. Né en 1927 au sein d’une famille de la moyenne bourgeoisie dans une commune rurale et ouvrière du nord de la France (son grand-père était boucher, son père avait été vétérinaire et par ailleurs militant SFIO, avant d’accéder, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à d’importantes fonctions dans l’appareil d’État à la suite de son rôle dans la résistance), il n’évolua vers la sociologie qu’à partir de la seconde moitié des années 1960. La première partie de sa vie adulte s’est déroulée sous le signe d’une double orientation : la philosophie d’une part, le militantisme au sein du Parti communiste d’autre part (il avait adhéré à la Jeunesse communiste en 1944, et au PCF en 1945). Entré à l’École normale supérieure en 1948, reçu à l’agrégation de philosophie en 1953, il fut d’abord professeur de philosophie au lycée Clémenceau à Nantes, ce jusqu’en 1966. Du début des années 1950 au milieu des années 1960, il fut par ailleurs un « intellectuel communiste » au sens fort du terme, exerçant des responsabilités dans l’organisation de la vie intellectuelle au sein du Parti, écrivant sur des questions théoriques concernant le marxisme, le stalinisme, le communisme… C’est à partir des années 1966-1967 que se produit dans sa trajectoire une double réorientation. En 1967, sur l’incitation de Jean-Claude Passeron, il rejoint le département de sociologie, nouvellement créé, de l’université de Nantes. Parallèlement, à partir de 1966, il se retire progressivement des responsabilités qu’il exerçait jusque là au sein du PCF, le choc produit par la prise de conscience du stalinisme l’ayant convaincu de la nécessité, pour l’intellectuel communiste qu’il était, de rompre avec l’inféodation du travail intellectuel aux exigences de la lutte politique du Parti, et de développer des recherches sur la société et la classe ouvrière libérées de cette inféodation. C’est alors qu’il se « convertit » à la sociologie. Sa thèse soutenue, il devient Professeur au département de sociologie de l’université de Nantes, où il effectuera toute sa carrière, jusqu’à sa prise de retraite en 1987. Il faut souligner que cette conversion n’entrainera jamais chez lui le rejet de ses convictions politiques (il quittera le PCF en 1978, mais sans jamais remettre en cause sa fidélité à celles-ci) ni celui de l’immense culture philosophique, littéraire, historique qui était la sienne. Verret n’était pas seulement un grand savant. C’était aussi un « lettré ». Peut-être faut-il même dire que c’est, au moins en partie, parce qu’il était ceci qu’il était cela.

Pour en venir à son œuvre de sociologue, l’œuvre sociologique de Michel Verret est riche et marquante à la fois par ses réalisations et par ses textes. La réalisation majeure, c’est la création, en 1972, à Nantes, avec Jean-Claude Passeron, puis la direction, quinze années durant (jusqu’en 1987), du « Laboratoire de recherches sociologiques sur la classe ouvrière » (LERSCO). Il va certes de soi qu’il ne faut pas se tromper aujourd’hui par anachronisme. À la différence de ce que tout un chacun peut observer dans le contexte actuel, la sociologie, et plus largement la vie intellectuelle française, du début des années 1950 à la fin des années 1970, ont été caractérisées par une grande abondance de travaux, de diverses natures, sur le monde ouvrier ; le LERSCO n’était pas un événement isolé dans un désert sur ce sujet. Mais il n’empêche. Créer, faire vivre une telle structure, entièrement dédiée à des recherches sur la classe ouvrière, c’était faire advenir, pour de telles recherches, un lieu où elles bénéficiaient d’une impulsion sans équivalent dans le reste du monde universitaire. De ce lieu sortiront, au cours des années 1980-90, des thèses et des études sur de multiples aspects de l’existence ouvrière. Ceux qui ont connu ce lieu au cours des années 19801 disent à quel point l’atmosphère qui y régnait était enrichissante par tout ce qu’y apportait Michel Verret : son exigence intellectuelle, l’ampleur de sa culture, son ouverture à la diversité des points de vue théoriques sur le social et à la pluralité des disciplines qui l’étudient (histoire, ethnologie, sociologie…). De sa création en 1972 jusqu’à 1987, c’est à Verret – puis à Christian Baudelot, qui lui succède à partir de cette date dans la direction du Laboratoire – que la sociologie est redevable du fait qu’ait existé un tel lieu.

Et par ailleurs, l’œuvre sociologique de Michel Verret, ce sont évidemment ses textes, et centralement ses trois grands livres (L’Espace ouvrier, 1979, Le Travail ouvrier, 1982, La Culture ouvrière, 1988) sur la classe ouvrière. L’apport de ces livres tient à une caractéristique très particulière du mode de fonctionnement intellectuel qui était celui de Verret. Il n’était pas un sociologue d’enquête ; on ne lui doit, sur les ouvriers, ni enquête statistique ni enquête ethnographique ou par entretiens. Mais il était, sur son objet, un immense lecteur, connaissant aussi bien les « grands auteurs » que les plus « minuscules » études empiriques – les bibliographies de chacun des chapitres de ses trois ouvrages sont révélatrices –, et il savait, d’autre part, faire de ses lectures un instrument pour « voir », pour accéder à travers elles, certes indirectement, mais d’une manière qui pouvait être très percutante, à la réalité. Ce mode de fonctionnement, qui évoque celui de Mauss en ethnologie, lui permettait, à sa manière, d’être un grand découvreur. Il en résulte une œuvre qui constitue, pour le lecteur, une source extrêmement riche de connaissances factuelles et d’interprétations éclairantes sur de multiples aspects du monde ouvrier. Paru en 1979, l’Espace ouvrier est ainsi un livre très novateur, au moment de sa publication, sur les changements de modes de vie et d’aspirations en cours dans la classe ouvrière en ce qui concerne le logement, la consommation, l’accès à la propriété, et sur les interrogations qui en résultent concernant la reproduction de la culture ouvrière. Neuf ans plus tard, la Culture ouvrière contient des développements extrêmement éclairants sur certaines formes ouvrières de rapport au temps, au langage, au corps, au jeu… Plusieurs éditeurs refusèrent l’ouvrage ; celui-ci demeure pourtant, vingt ans après, une source essentielle d’inspiration pour qui travaille aujourd’hui sur les classes populaires. Et à ce qui précède, il faut ajouter un style d’écriture absolument propre à Verret, qui rend chaque texte de lui immédiatement reconnaissable, un style fait d’extrême mobilité dans la pensée, de richesse dans les moyens d’expression, d’inventivité formelle… Certes, on peut à certains moments, à la lecture de tel ou tel de ses textes, se poser la question : Verret est-il entièrement parvenu à libérer, comme il en avait l’intention, son travail de présupposés politiques préalables ? Ce n’est pas faire injustice à son œuvre que de soulever la question, certains passages donnant le sentiment, dans les analyses ou la manière d’écrire, d’un désir chez lui de « grandir » la classe ouvrière, de sauver malgré tout l’image idéale que militants et intellectuels communistes se faisaient d’elle. Michel Verret n’a apparemment pas souhaité aller jusqu’au bout de la décision de rupture avec l’inféodation au politique qui l’avait conduit à la sociologie. Mais toute grande œuvre ne comporte-t-elle pas ses choix de valeurs ?

C’est, en tout état de cause, une œuvre qui fait et fera référence pour tous ceux qu’intéresse le destin des ouvriers et des groupes populaires, que nous laisse Michel Verret. L’œuvre d’un sociologue, à la fois très grand savant, et intellectuel à la fidélité sans faille à ses engagements en faveur des classes dominées. Et l’œuvre, comment ne pas le dire, d’un homme dont ceux qui l’ont connu savent à quel point il était aussi un être chaleureux, généreux, simple, à quel point étaient grandes sa droiture et son attention aux autres. Car Michel Verret, c’était aussi cela : un grand savant, mais aussi une très grande humanité. C’était, en ce sens, un « grand monsieur ».

Olivier Schwartz

  1. Voir l’hommage de Jean-Noël Retière sur le site de l’AFS, et celui de Jean-Michel Faure et Charles Suaud sur le site de l’université de Nantes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.