Festival Filmer le travail de Poitiers

Le 6e Festival de Poitiers s’est tenu du 6 au 15 février 2015 avec le même succès que les années précédentes. La diversité des préoccupations et des présentations par des cinéastes, des sociologues ou des psychologues du travail ont animé cette longue semaine du cinéma sur le travail.
Rétrospective Wang Bing dont l’intégrale À l’ouest des rails pour fêter la Chine dont c’était l’année à Poitiers, mais aussi pour illustrer l’internationalisation grandissante du festival. De façon subjective, cette fête du cinéma sur le travail a célébré le temps lent avec de nombreux films dont le temps était au cœur du propos comme dans Le cousin Jules de Dominique Benichetti (1973), My name is salt de Farida Pacha (2013) ou l’excellente série TV sur la société italienne des années 1960, Journal d’un maître d’école de Vittorio de Seta (1973). On a aussi projeté un court métrage (très débattu dans les couloirs et les bistrots) sur Les ouvriers du tri des déchets de Maxence Rifflet : lequel n’est pas sans rappeler, la musique en moins, celui de Louis Malle (Humain, trop humain, 1973) sur une usine Renault. Le film de Hong Li-Gyeong The Empire of Shame (2013), mérite une diffusion dans les milieux scientifiques s’intéressant au travail : la cinéaste coréenne montre les dégâts provoqués par les produits chimiques dans les usines de composants électroniques de Samsung, puis les luttes (vaines) des travailleurs et des associations contre le chaebol protégé par la puissance publique. On y a aussi entendu des conférences-débats d’Yves Clot, Michel Lallement, etc.
Le festival va se prolonger en 2016 par la publication d’une nouvelle revue en ligne Images du travail, Travail des images (http://itti.hypotheses.org), cousine de La Nouvelle Revue du Travail. Trois appels à articles sont déjà disponibles sur le Carnet de la revue :

Jean-Pierre Durand et Joyce Sebag


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.