Travail, gouvernementalité managériale et néolibéralisme (Lionel Jacquot)

Travail-gouvernementalite-manageriale-neoliberalismeLes nouvelles formes de domination au travail et leurs conséquences viennent rappeler la nature funeste du capitalisme. L’habitacle n’est pas pour autant ébranlé et sa durabilité nous conduit à interroger la gouvernementalité managériale et le néolibéralisme qui constituent ses deux renforts principaux. L’étude des affinités électives entre puissance managériale et puissance néolibérale permet de comprendre les mécanismes modernisés de l’enrôlement du travail. L’ouvrage tente de percer à jour la dynamique contemporaine de rationalisation du travail et analyse pour ce faire les formes de mobilisation et les modes d’usage de la force de travail forgés par le management. Autour de la matrice de la rationalisation, du concept central de rapport salarial, de la problématique du management du travail et du travail du management, des objets de la domination et de l’appropriation au et par le travail, se pose tout un ensemble de questions qui dessine les contours d’un programme de recherches sur lequel peut s’adosser une théorie critique renouvelée du travail.

Lionel Jacquot est professeur de sociologie à l’université de Lorraine où il dirige le Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S). Il est l’auteur de L’expérience du travail à l’épreuve de la modernisation (L’Harmattan, 2003), Figures du salariat (avec Ali Boulayoune, L’Harmattan, 2007), Sociologie du travail et de l’emploi (avec Bernard Balzani, Ellipses, 2010) et L’enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale (PUN – Éditions Universitaires de Lorraine, 2014). Il est membre du comité de rédaction de la Nouvelle Revue du Travail. Lire la suite

Les Cahiers internationaux de sociologie de la gestion sur Hypotheses.org !

montrealinde-2-300x197Depuis février 2009, le réseau Sociologie de la gestion publie une revue électronique : le « 4 pages du RT 30 » (jusqu’au n°9) qui est devenu les Cahiers Internationaux de Sociologie de la Gestion (CISG – https://sociogest.hypotheses.org). Cette revue accueillie par la plateforme hypotheses.org se compose de plusieurs rubriques :

  • Recherches : cette rubrique permet d’aborder un point de vue théorique, une recherche en cours, … susceptibles d’intéresser la thématique qui nous occupe (la sociologie de la gestion et du management) ;
  • Entretien : cette rubrique est consacrée à l’interview d’une personnalité dont les recherches, les enseignements ou les pratiques permettent d’apporter un éclairage sur les problématiques intéressant la sociologie de la gestion.  
  • Lectures : cette rubrique contient une ou plusieurs notes critiques sur des ouvrages abordant des thèmes en lien avec notre réseau

Vous pouvez lire et télécharger librement tous les numéros de cette revue au fur et à mesure de leur parution. Tous les éléments qui composent cette revue sont soumis à copyright et aux règles de la propriété intellectuelle. Lire la suite

Appel à contributions « Qualité de vie au travail : négocier le travail pour le transformer, enjeux et perspectives d’une innovation sociale »

AnactXAract
Le réseau
La Revue des conditions de travail n° 3 / 2015 – Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail

Appel à contributions

ANACT-ARACTSi la notion de Qualité de vie au travail (QVT) connaît depuis quelques années un recours soutenu, ce n’est qu’à partir de l’Accord national interprofessionnel de juin 2013 — « Vers une politique d’amélioration de la qualité de vie au travail et de l’égalité professionnelle » — qu’elle entre de manière formelle dans le champ des relations professionnelles et du dialogue social français. Aujourd’hui, presque deux ans après la conclusion de ce texte, il est pertinent de faire état des avancées et des difficultés dans la mise en œuvre de l’invitation faite aux acteurs de l’entreprise, dès le préambule de l’accord, « d’investir et de placer leur confiance dans l’intelligence individuelle et collective pour une efficacité et une qualité du travail ». Lire la suite

Festival Filmer le travail de Poitiers

Le 6e Festival de Poitiers s’est tenu du 6 au 15 février 2015 avec le même succès que les années précédentes. La diversité des préoccupations et des présentations par des cinéastes, des sociologues ou des psychologues du travail ont animé cette longue semaine du cinéma sur le travail.
Rétrospective Wang Bing dont l’intégrale À l’ouest des rails pour fêter la Chine dont c’était l’année à Poitiers, mais aussi pour illustrer l’internationalisation grandissante du festival. De façon subjective, cette fête du cinéma sur le travail a célébré le temps lent avec de nombreux films dont le temps était au cœur du propos comme dans Le cousin Jules de Dominique Benichetti (1973), My name is salt de Farida Pacha (2013) ou l’excellente série TV sur la société italienne des années 1960, Journal d’un maître d’école de Vittorio de Seta (1973). On a aussi projeté un court métrage (très débattu dans les couloirs et les bistrots) sur Les ouvriers du tri des déchets de Maxence Rifflet : lequel n’est pas sans rappeler, la musique en moins, celui de Louis Malle (Humain, trop humain, 1973) sur une usine Renault. Le film de Hong Li-Gyeong The Empire of Shame (2013), mérite une diffusion dans les milieux scientifiques s’intéressant au travail : la cinéaste coréenne montre les dégâts provoqués par les produits chimiques dans les usines de composants électroniques de Samsung, puis les luttes (vaines) des travailleurs et des associations contre le chaebol protégé par la puissance publique. On y a aussi entendu des conférences-débats d’Yves Clot, Michel Lallement, etc.
Le festival va se prolonger en 2016 par la publication d’une nouvelle revue en ligne Images du travail, Travail des images (http://itti.hypotheses.org), cousine de La Nouvelle Revue du Travail. Trois appels à articles sont déjà disponibles sur le Carnet de la revue :

Jean-Pierre Durand et Joyce Sebag

Appel à des états généraux des sciences sociales critiques

Source : l’Humanité.frsciencesociale

Texte collectif. « Travailler à disséminer des instruments de défense contre les mécanismes du pouvoir et de la domination ».

Les dominants, qui ne trouvent rien à redire au monde tel qu’il est, ont partie liée avec « le bon sens » qui dit que ce qui est doit être et ne saurait être autrement. Le bon sens des dominants accrédite, par exemple, la confusion banale entre nature et culture, entre ordre social et ordre naturel. Ainsi l’idéologie du don prétend-elle rendre compte des inégalités scolaires par des inégalités « naturelles » (de « talent » ou de patrimoine génétique). C’est le même genre de croyance qui soutient les mobilisations en faveur de la famille traditionnelle supposée, elle aussi, « naturelle ». Et c’est encore le même bon sens qui s’efforce de faire passer les axiomes du capitalisme néolibéral – la recherche du profit maximum, les bienfaits de la concurrence libre et non faussée, l’incapacité économique de l’État, etc. – pour un horizon « rationnel » indépassable. Exercer le pouvoir symbolique, c’est amener les dominés à croire que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles et convaincre ceux qui en douteraient qu’il n’y a pas d’alternative. Déclinée sous diverses formes, la doxa néolibérale est aujourd’hui hégémonique dans l’arène politique et dans l’univers médiatique. Dans le champ intellectuel, comme dans les programmes scolaires, elle gagne du terrain et c’est une des raisons pour lesquelles l’ordre règne… Lire la suite