Journées d’étude Syndicalisme et santé au travail

Organisées par le Centre Pierre Naville Les 6 et 7 mai 2015 FIAP Jean Monnet – Salle Oslo 30 rue Cabanis, 75014 Paris Métro Glacière ou Saint Jacques

Présentation des journées d’études

Depuis une dizaine d’années, la santé au travail bénéficie d’une attention soutenue dans le champ politique, scientifique et médiatique (Gollac, 2013). Au sein des entreprises, l’intérêt pour le sujet est, lui aussi, grandissant : outre l’extension régulière du champ d’action des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail depuis 30 ans (Mias, 2010), des mesures législatives incitent représentants du personnel et patronat à conclure des accords sur le harcèlement et la violence au travail, sur le stress et sur la qualité de vie au travail, à mesurer, dans une approche pluridisciplinaire et « globale », les conséquences du travail sur la santé et la sécurité des travailleurs et à consigner chaque année, dans un document unique, les résultats de cette évaluation. Toutefois, dans leur mise en œuvre, ces mesures réglementaires et législatives sont loin de mettre en actes ce qu’elles prétendent. D’une part, les accords conclus sur le stress dans les entreprises de plus de 1 000 salariés s’avèrent souvent d’une portée limitée, lorsqu’ils n’occultent pas les liens entre santé et organisation du travail (Clot, Davezies, 2011). D’autre part, si les CHSCT, dont le fonctionnement demeure hétérogène (Granaux, 2012; Jam et, Mias, 2012), influencent positivement la prévention des problèmes de santé au travail, ils peinent à endiguer les risques organisationnels et psychosociaux (Coutrot, 2009) et manquent encore de moyens pour mener à bien leurs missions (Adam, Barnier, 2013). Au moment où se multiplient les études faisant état d’une dégradation des conditions de travail, il nous semble donc particulièrement intéressant d’étudier les pratiques et représentations d’un acteur clé du « travail de prévention » (Mias et al, 2013): les organisations syndicales. Lire la suite

Appel à communications pour les troisièmes Biennales DURKHEIM / MAUSS

Festival international de sociologie

Les 22, 23 et 24 octobre 2015 à ÉPINAL

Suite au Colloque international « Émile Durkheim, une jeunesse lorraine » qui a eu lieu du 28 au 30 mai 2008 à l’occasion du 150e anniversaire du père de la sociologie française, la Société d’Émulation du Département des Vosges et le 2L2S (Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales) de l’Université de Lorraine ont décidé de poursuivre leur collaboration en organisant des biennales Durkheim / Mauss à Épinal.

Partant de l’origine géographique commune de l’oncle et du neveu, les biennales d’Épinal n’ont pas pour objectif d’accueillir des travaux d’érudition concernant les théories d’Émile Durkheim et de Marcel Mauss, mais invitent à puiser dans l’œuvre considérable qu’ils ont laissée, en croisant les regards disciplinaires, notamment ceux de la sociologie et de l’ethnologie française dont la paternité leur est reconnue.

Aussi sont-elles centrées sur une thématique – un « fait social » – que l’héritage durkheimien et maussien nous permet d’expliquer. Les premières biennales se sont déroulées en juin 2010 en posant la question du travail et du don ; les secondes en octobre 2012 en interrogeant le triptyque « Société, cultures et religion »[1].

Les troisièmes biennales initient une formule plus ambitieuse en se transformant en festival de sociologie. Outre un colloque scientifique avec appel à communications ci-dessous, conférences plénières, tables rondes, projections de documentaires et débats, arts et spectacles, tables de librairie… permettront de faire découvrir au public la discipline et d’échanger avec les chercheurs sur leurs productions scientifiques. Lire la suite

Appel à des états généraux des sciences sociales critiques

Source : l’Humanité.frsciencesociale

Texte collectif. « Travailler à disséminer des instruments de défense contre les mécanismes du pouvoir et de la domination ».

Les dominants, qui ne trouvent rien à redire au monde tel qu’il est, ont partie liée avec « le bon sens » qui dit que ce qui est doit être et ne saurait être autrement. Le bon sens des dominants accrédite, par exemple, la confusion banale entre nature et culture, entre ordre social et ordre naturel. Ainsi l’idéologie du don prétend-elle rendre compte des inégalités scolaires par des inégalités « naturelles » (de « talent » ou de patrimoine génétique). C’est le même genre de croyance qui soutient les mobilisations en faveur de la famille traditionnelle supposée, elle aussi, « naturelle ». Et c’est encore le même bon sens qui s’efforce de faire passer les axiomes du capitalisme néolibéral – la recherche du profit maximum, les bienfaits de la concurrence libre et non faussée, l’incapacité économique de l’État, etc. – pour un horizon « rationnel » indépassable. Exercer le pouvoir symbolique, c’est amener les dominés à croire que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles et convaincre ceux qui en douteraient qu’il n’y a pas d’alternative. Déclinée sous diverses formes, la doxa néolibérale est aujourd’hui hégémonique dans l’arène politique et dans l’univers médiatique. Dans le champ intellectuel, comme dans les programmes scolaires, elle gagne du terrain et c’est une des raisons pour lesquelles l’ordre règne… Lire la suite

Appel à contributions de la revue Relations industrielles-Industrial Relations

Dossier thématique : Le syndicalisme en quête d’autonomie et de renouvellement en Europe. Évolution des discours, représentations et pratiques

Couverture de la revue Relations industrielles/industrial RelationsLes intentions d’articles doivent être reçues avant le 15 mars 2014 aux coordinateurs du numéro :

  • Anne Dufresne, anne.dufresne@uclouvain.be (Université catholique de Louvain)
  • Jean Vandewattyne, jean.vandewattyne@umons.ac.be (Université de Mons).

Elles doivent comprendre le titre de l’article, un résumé de deux pages au maximum indiquant la problématique de l’article et la méthodologie utilisée. Le comité éditorial donnera une réponse sous une quinzaine de jours après réception de l’intention. L’acceptation de l’intention d’article ne présume pas de l’acceptation de l’article final qui sera soumis au Comité de lecture de la revue.
La soumission des propositions d’article est prévue pour le 30 juin 2014.
Après évaluation, les articles définitifs devront être reçus au plus tard le 15 février 2015.
La parution du numéro est prévue pour juin 2015.

Les critères classiquement pris en compte par la revue sont :

  • originalité de la problématique ;
  • éléments de revue de la littérature (et en quoi l’article contribue à l’avancement des connaissances ;
  • cadre théorique explicite ;
  • méthodologie (de collecte et d’analyse des données) clairement exposée ;
  • résultats orignaux présentés, analysés et discutés. La longueur des articles se situera entre 7000 et 8000 mots incluant le texte, les tableaux et figures, les notes et les références. Lire la suite

Le Salaire, un enjeu pour l’euro-syndicalisme

Historiquement, le salaire a toujours été au coeur de l'identité syndicale au niveau national. Or, à l'échelle de l'Union européenne, l'euro-syndicalisme a longtemps abandonné le salaire, considéré comme un sujet " tabou ". Et la modération salariale, initiée dans les années 1980 a progressivement été acceptée. Comment les euro-syndicats peuvent-ils inventer aujourd'hui de nouvelles stratégies pour renouer avec la tradition de la défense du salaire ? Quelles revendications soutiennent-ils ? Un salaire minimum européen ? Cet ouvrage détaille les initiatives syndicales mises en oeuvre depuis le début des années 1990 pour coordonner les négociations collectives nationales sur trois niveaux (interprofessionnel, sectoriel et transfrontalier) au Sein de la Confédération européenne des syndicats, des fédérations syndicales européennes (en particulier celle des métallurgistes), et du groupe de Doorn (Allemagne et Benelux). Longtemps méconnue, l'histoire de la coordination salariale invite pourtant à jeter un regard nouveau sur la négociation collective et les relations professionnelles, à l'échelle européenne. Son cadre dépasse en effet le seul " dialogue social européen ". Processus politique, la coordination vise à renforcer, à court terme, la position des syndicats lors des négociations nationales et, à plus long terme, à rendre possible des négociations au niveau européen. La tâche est immense, l'exercice extrêmement complexe. Anne Dufresne identifie ici les raisons de la lenteur avec laquelle la négociation salariale s'européanise. Elle met en lumière son obstacle fondamental : la dépolitisation du salaire sous la contrainte du cadre macro-économique imposé par l'Union économique et monétaire. Mais l'auteure révèle aussi, et surtout, l'ampleur du travail syndical déjà accompli d'échange d'information et d'apprentissage croisé, au-delà des frontières, gage d'une capacité future de mobilisation européenne. Le salaire sera-t-il un jour au coeur de l'euro-syndicalisme ? Anne DufresneHistoire de la coordination des conventions collectives nationales

Anne Dufresne

Presses universitaires de Nancy, 2010, 202 p.

Présentation de l’éditeur

Historiquement, le salaire a toujours été au coeur de l’identité syndicale au niveau national. Or, à l’échelle de l’Union européenne, l’euro-syndicalisme a longtemps abandonné le salaire, considéré comme un sujet  » tabou « . Et la modération salariale, initiée dans les années 1980 a progressivement été acceptée. Comment les euro-syndicats peuvent-ils inventer aujourd’hui de nouvelles stratégies pour renouer avec la tradition de la défense du salaire ?

Lire la suite