Images du travail, travail des images

Une nouvelle revue numérique pluridisciplinaire

itti-couv-n1Nous baignons dans un flux continu d’images qui influencent nos représentations, nos manières de sentir et d’agir, nos pratiques sociales… Bref qui orientent nos vies. En retour, nous participons intensément à la conception, à la consommation et à la production d’une part croissante d’entre elles. Le monde du travail n’est pas resté à l’écart de cette production inflationniste. Nombre d’images fixes ou animées donnent à voir quelque chose du travail, de sa place dans nos vies, des souffrances ou des joies qu’il occasionne… Quelque chose qui rend compte de la réalisation du travail et des conditions dans lesquelles les individus l’effectuent, de leurs espérances ou de leurs déceptions. Toutes réalités que photographes ou cinéastes et avant eux peintres, dessinateurs ou sculpteurs n’ont cessé de documenter, qu’ils aient montré le travail lui-même ou son environnement économique et social. Dans le même temps les parties prenantes des activités de travail, qu’il s’agisse des directions d’entreprises, des groupes professionnels, des syndicats ou de travailleurs en lutte, sont de plus en plus soucieuses de leur image publique.

Les sciences sociales s’intéressent —souvent avec beaucoup de prudence— à cette production intense, stimulée par le développement du web et des outils numériques. Elles tendent aussi à mobiliser les images dans les différentes étapes de la recherche, du recueil des données à la publication des résultats. Il importe de faire le point sur ces travaux. Née dans le cadre du développement du festival Filmer le travail, la revue Images du travail, travail des images ambitionne de devenir le lieu où les différentes recherches visuelles sur le travail, indépendamment des horizons disciplinaires, seront exposées, discutées, capitalisées. Revue scientifique pluridisciplinaire, elle vise à confronter les pratiques et les recherches en sciences sociales du travail qui mobilisent ou fabriquent des images tout comme celles qui se donnent comme objet l’analyse des images existantes. Revue électronique, gratuite et ouverte à tous, elle s’adresse en priorité aux chercheurs et aux professionnels.

La revue : http://imagesdutravail.edel.univ-poitiers.fr

Le carnet : http://itti.hypotheses.org

Ci-dessous, le sommaire du 1er numéro de la revue Lire la suite

C’est quoi ce travail ?

Film de Sébastien Jousse et Luc Joulé, France, 100’, 2015.

C’est un documentaire inhabituel sur le travail, puisqu’il croise deux types de travails1 : le travail ouvrier dans l’usine d’emboutissage de PSA à Saint-Ouen et le travail de création de Nicolas Frize, compositeur de musique contemporaine.

Au début, il s’agissait plutôt de rendre compte du travail de création de Nicolas Frize qui était en résidence d’artiste pour deux années dans cette usine de 600 salariés : le créateur écoute les bruits d’usine, les enregistre avec l’oreille du compositeur et construit son œuvre à partir de ces sons, mêlant des voix — en particulier celles d’ouvriers et d’ouvrières à qui il apprend à chanter — et des sons issus de matériaux récupérés dans l’usine (ferrailles tordues, longue bandes résiduelles issues des presses d’emboutissage, etc.). Il a donné ainsi deux concerts inoubliables à l’automne 2014, en pleine usine avec un public sidéré par la puissance évocatrice de la création qui réussit, avec les bruits d’usine, à le projeter dans un imaginaire très singulier. Lire la suite

  1. L’équipe tient à ce que le pluriel de travail reste travail pour marquer la singularité de tous les travails []

Festival Filmer le travail de Poitiers

Le 6e Festival de Poitiers s’est tenu du 6 au 15 février 2015 avec le même succès que les années précédentes. La diversité des préoccupations et des présentations par des cinéastes, des sociologues ou des psychologues du travail ont animé cette longue semaine du cinéma sur le travail.
Rétrospective Wang Bing dont l’intégrale À l’ouest des rails pour fêter la Chine dont c’était l’année à Poitiers, mais aussi pour illustrer l’internationalisation grandissante du festival. De façon subjective, cette fête du cinéma sur le travail a célébré le temps lent avec de nombreux films dont le temps était au cœur du propos comme dans Le cousin Jules de Dominique Benichetti (1973), My name is salt de Farida Pacha (2013) ou l’excellente série TV sur la société italienne des années 1960, Journal d’un maître d’école de Vittorio de Seta (1973). On a aussi projeté un court métrage (très débattu dans les couloirs et les bistrots) sur Les ouvriers du tri des déchets de Maxence Rifflet : lequel n’est pas sans rappeler, la musique en moins, celui de Louis Malle (Humain, trop humain, 1973) sur une usine Renault. Le film de Hong Li-Gyeong The Empire of Shame (2013), mérite une diffusion dans les milieux scientifiques s’intéressant au travail : la cinéaste coréenne montre les dégâts provoqués par les produits chimiques dans les usines de composants électroniques de Samsung, puis les luttes (vaines) des travailleurs et des associations contre le chaebol protégé par la puissance publique. On y a aussi entendu des conférences-débats d’Yves Clot, Michel Lallement, etc.
Le festival va se prolonger en 2016 par la publication d’une nouvelle revue en ligne Images du travail, Travail des images (http://itti.hypotheses.org), cousine de La Nouvelle Revue du Travail. Trois appels à articles sont déjà disponibles sur le Carnet de la revue :

Jean-Pierre Durand et Joyce Sebag