Images du travail, travail des images

Une nouvelle revue numérique pluridisciplinaire

itti-couv-n1Nous baignons dans un flux continu d’images qui influencent nos représentations, nos manières de sentir et d’agir, nos pratiques sociales… Bref qui orientent nos vies. En retour, nous participons intensément à la conception, à la consommation et à la production d’une part croissante d’entre elles. Le monde du travail n’est pas resté à l’écart de cette production inflationniste. Nombre d’images fixes ou animées donnent à voir quelque chose du travail, de sa place dans nos vies, des souffrances ou des joies qu’il occasionne… Quelque chose qui rend compte de la réalisation du travail et des conditions dans lesquelles les individus l’effectuent, de leurs espérances ou de leurs déceptions. Toutes réalités que photographes ou cinéastes et avant eux peintres, dessinateurs ou sculpteurs n’ont cessé de documenter, qu’ils aient montré le travail lui-même ou son environnement économique et social. Dans le même temps les parties prenantes des activités de travail, qu’il s’agisse des directions d’entreprises, des groupes professionnels, des syndicats ou de travailleurs en lutte, sont de plus en plus soucieuses de leur image publique.

Les sciences sociales s’intéressent —souvent avec beaucoup de prudence— à cette production intense, stimulée par le développement du web et des outils numériques. Elles tendent aussi à mobiliser les images dans les différentes étapes de la recherche, du recueil des données à la publication des résultats. Il importe de faire le point sur ces travaux. Née dans le cadre du développement du festival Filmer le travail, la revue Images du travail, travail des images ambitionne de devenir le lieu où les différentes recherches visuelles sur le travail, indépendamment des horizons disciplinaires, seront exposées, discutées, capitalisées. Revue scientifique pluridisciplinaire, elle vise à confronter les pratiques et les recherches en sciences sociales du travail qui mobilisent ou fabriquent des images tout comme celles qui se donnent comme objet l’analyse des images existantes. Revue électronique, gratuite et ouverte à tous, elle s’adresse en priorité aux chercheurs et aux professionnels.

La revue : http://imagesdutravail.edel.univ-poitiers.fr

Le carnet : http://itti.hypotheses.org

Ci-dessous, le sommaire du 1er numéro de la revue Lire la suite

Festival Filmer le travail de Poitiers

Le 6e Festival de Poitiers s’est tenu du 6 au 15 février 2015 avec le même succès que les années précédentes. La diversité des préoccupations et des présentations par des cinéastes, des sociologues ou des psychologues du travail ont animé cette longue semaine du cinéma sur le travail.
Rétrospective Wang Bing dont l’intégrale À l’ouest des rails pour fêter la Chine dont c’était l’année à Poitiers, mais aussi pour illustrer l’internationalisation grandissante du festival. De façon subjective, cette fête du cinéma sur le travail a célébré le temps lent avec de nombreux films dont le temps était au cœur du propos comme dans Le cousin Jules de Dominique Benichetti (1973), My name is salt de Farida Pacha (2013) ou l’excellente série TV sur la société italienne des années 1960, Journal d’un maître d’école de Vittorio de Seta (1973). On a aussi projeté un court métrage (très débattu dans les couloirs et les bistrots) sur Les ouvriers du tri des déchets de Maxence Rifflet : lequel n’est pas sans rappeler, la musique en moins, celui de Louis Malle (Humain, trop humain, 1973) sur une usine Renault. Le film de Hong Li-Gyeong The Empire of Shame (2013), mérite une diffusion dans les milieux scientifiques s’intéressant au travail : la cinéaste coréenne montre les dégâts provoqués par les produits chimiques dans les usines de composants électroniques de Samsung, puis les luttes (vaines) des travailleurs et des associations contre le chaebol protégé par la puissance publique. On y a aussi entendu des conférences-débats d’Yves Clot, Michel Lallement, etc.
Le festival va se prolonger en 2016 par la publication d’une nouvelle revue en ligne Images du travail, Travail des images (http://itti.hypotheses.org), cousine de La Nouvelle Revue du Travail. Trois appels à articles sont déjà disponibles sur le Carnet de la revue :

Jean-Pierre Durand et Joyce Sebag

Appel à articles Droit & travail (relance)

RELANCE DE NOTRE APPEL À ARTICLES DROIT & TRAVAIL

 

Appel à articles pour La Nouvelle Revue du travail

Corpus n° 7, coordonné par M. Dressen (NRT), S. Maugeri (NRT), B. Touchelay (IRHiS, Lille 3) et I. Chambost (Lirsa, Cnam) (parution à l’automne 2015)

En France, l’année 2012 a vu la célébration du trentième anniversaire des lois Auroux. Au moment de leur adoption, on a pu croire que ces lois allaient garantir aux salariés de meilleurs droits ainsi qu’une plus grande capacité d’intervention dans la gestion de l’entreprise (notamment grâce au renforcement des prérogatives économiques du comité d’entreprise. C’était oublier que le droit ne peut exprimer sa pleine capacité que s’il est mobilisé par des forces sociales, lesquelles peuvent peser aussi bien pour son interprétation et son application que pour sa modification. Or, depuis 1982, date de promulgation de ces lois, le contexte économique et social a connu de profondes modifications. Les restructurations, les délocalisations, la mise en réseau des firmes et la déterritorialisation des centres de commandes des multinationales ont dissous les frontières de l’entreprise, entraînant une difficulté croissante dans la mobilisation du droit. Le référentiel juridique des organisations s’est complexifié, brouillé et d’une certaine façon a été neutralisé par un enchevêtrement législatif multiscalaire, allant des conventions de branche aux règlements européens ou mondiaux. Il s’est vu également modifié sur le fond, laissant peut-être une place croissante aux arrangements individuels. On pense, par exemple, aux ruptures de contrats de travail sous forme conventionnelle dont le patronat, qui les avait réclamées, tire avantage en atomisant la situation des salariés. Par ailleurs, ces derniers semblent se détourner d’un traitement collectif de situations pourtant identiques : fragmentation croissante de l’appareil productif au sein des filières industrielles qui empêche de discerner clairement l’origine des décisions stratégiques ; nouvelle mobilité du capital, qui reconfigure inlassablement les rapports de pouvoir dans l’entreprise, plus particulièrement dans les multinationales ; et, finalement, ce qu’on pourrait appeler une certaine « liquidité » de rapports de production sans cesse en transformation, qui entrave les capacités d’appropriation du droit par les salariés et leurs représentants.

Ces transformations posent la question de ce que dit le droit et de ce qu’il fait, permet de faire ou permettrait de faire, dans divers domaines relatifs au travail[1]. Lire la suite

Colloque international « Trajectoires professionnelles et dispositifs publics en action »

Le colloque international « Trajectoires professionnelles et dispositifs publics en action » s’inscrit dans la continuité d’un séminaire organisé par sept institutions de recherche (CEE, IDHE, IRES, Irisso, LEST, LISE, Printemps). Il aura lieu les 12 et 13 juin 2014 à l’université Paris Dauphine. L’objectif de ce colloque est autant celui de comprendre ce que sont ces « dispositifs » et comment ils fonctionnent, que leurs effets – y compris « pervers » – de structuration des parcours professionnels, et ce en s’appuyant sur des dispositifs expérimentés dans d’autres configurations sociétales.

Contacts :

Affiche du colloque international Trajectoires profesionnelles et dispositifs publics en action

14es Journées internationales de la sociologie du travail (JIST)

Les marges du travail et de l’emploi : formes, enjeux, processus

Les marges du travail et de l’emploi : formes, enjeux, processus

Les Journées internationales de la sociologie du travail (JIST) auront lieu à Lille du 17 au 19 juin 2014.

Vous trouverez le programme complet et toutes les informations utiles sur le site de l’université de Lille 1 : http://jist2014.univ-lille1.fr/