Agir contre le mal-travail : « Il en va de l’avenir de notre santé, de la planète et de la démocratie » Par Thomas Coutrot

Le vent de révolte qui souffle contre la loi El Khomri trouve largement son origine dans la souffrance au travail que ressentent de nombreux salariés, femmes et hommes, à statut d’emploi précaire ou non. Les centaines de témoignages recueillis dans le cadre de l’initiative #OnVautMieuxQueCa en témoignent : pour tous, l’arbitraire, la pression, le sale boulot, la qualité empêchée sont le lot quotidien. Thomas Coutrot, porte-parole de l’association Attac, propose « huit thèses sur le travail et sa qualité » pour comprendre et agir contre le mal-travail. « C’est très largement par et dans le travail que la possibilité même d’une vie humaine décente sera préservée ou finira par être détruite. »
L’hypothèse que je voudrais soumettre à la discussion aujourd’hui est la suivante : les défaites subies par le salariat depuis trente ans et l’ampleur inédite de la dégradation de la santé au travail nous obligent sans doute à réfléchir à de nouvelles stratégies fondées non sur la préservation ou l’approfondissement des institutions du salariat mais sur un dépassement du rapport salarial en tant que rapport de subordination. Lire la suite

Journées d’étude Syndicalisme et santé au travail

Organisées par le Centre Pierre Naville Les 6 et 7 mai 2015 FIAP Jean Monnet – Salle Oslo 30 rue Cabanis, 75014 Paris Métro Glacière ou Saint Jacques

Présentation des journées d’études

Depuis une dizaine d’années, la santé au travail bénéficie d’une attention soutenue dans le champ politique, scientifique et médiatique (Gollac, 2013). Au sein des entreprises, l’intérêt pour le sujet est, lui aussi, grandissant : outre l’extension régulière du champ d’action des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail depuis 30 ans (Mias, 2010), des mesures législatives incitent représentants du personnel et patronat à conclure des accords sur le harcèlement et la violence au travail, sur le stress et sur la qualité de vie au travail, à mesurer, dans une approche pluridisciplinaire et « globale », les conséquences du travail sur la santé et la sécurité des travailleurs et à consigner chaque année, dans un document unique, les résultats de cette évaluation. Toutefois, dans leur mise en œuvre, ces mesures réglementaires et législatives sont loin de mettre en actes ce qu’elles prétendent. D’une part, les accords conclus sur le stress dans les entreprises de plus de 1 000 salariés s’avèrent souvent d’une portée limitée, lorsqu’ils n’occultent pas les liens entre santé et organisation du travail (Clot, Davezies, 2011). D’autre part, si les CHSCT, dont le fonctionnement demeure hétérogène (Granaux, 2012; Jam et, Mias, 2012), influencent positivement la prévention des problèmes de santé au travail, ils peinent à endiguer les risques organisationnels et psychosociaux (Coutrot, 2009) et manquent encore de moyens pour mener à bien leurs missions (Adam, Barnier, 2013). Au moment où se multiplient les études faisant état d’une dégradation des conditions de travail, il nous semble donc particulièrement intéressant d’étudier les pratiques et représentations d’un acteur clé du « travail de prévention » (Mias et al, 2013): les organisations syndicales. Lire la suite

Parution de la NRT n°4 – Santé au travail : regards sociologiques

Santé au travail : regards sociologiquesLa santé au travail fait l’objet d’un intérêt renouvelé dans l’espace public, avec la dégradation des indicateurs de la santé au travail, les transformations des expressions des pénibilités du travail, ainsi qu’avec la crise et les recompositions du système institué de santé au travail. Ce Corpus témoigne de l’apport du regard sociologique à la compréhension des dimensions sociales de ces phénomènes, trop souvent laissées dans l’ombre par les autres disciplines.
Le genre est ainsi une des clés de lecture centrale des processus d’invisibilisation des liens travail-santé. Il peut aussi être au principe d’une mobilisation syndicale effective. Sont également examinés la manière dont des salariés dont la santé est fragilisée par des processus largement étrangers aux risques professionnels doivent faire avec cette donnée dans le monde du travail, les conditions sociales de l’entrée en lutte de groupes de travailleurs initialement peu prédisposés à interroger les sources professionnelles de leur santé, les agriculteurs, les efforts des sociologues anglo-saxons pour tenter d’extraire la notion de stress du tropisme des approches psychologisantes ou médicalisantes.
Numéro intégralement en libre accès sur le site de la NRT
Pour un aperçu du contenu du numéro, vous trouverez ci-dessous la table de matières Lire la suite

Séminaire « Émotions et travail : quels apports sociologiques ? »

Prochaines séances

Lundi 31 mars 2014 de 14h à 17h : Dialogue interdisciplinaire
  • Dominique LHUILIER (psychologue, professeure émérite des universités, Cnam – CRTD : « Peur, anxiété, angoisse: travail et résonances fantasmatiques »
  • Pierre ROCHE (sociologue, chargé d’étude au DTEP – Céreq : « Clinique sociologique du travail et affects »
Mercredi 28 mai 2014 de 14h à 17h : Le travail des émotions dans les rapports de santé
  • Michel CASTRA (sociologue, professeur des universités, Université de Lille III – CeRIES : « La régulation des émotions dans les services de soins palliatifs »
  • Alexandra LAURENT (psychologue, maître de conférences, Université de Franche-Comté – EA 3188 : « Les professionnels de réanimation à l’épreuve de la relation »
  • Discutante : Hélène MARCHE (sociologue, chercheure contractuelle CNRS, Univ. Bretagne Occidentale – ESO

Site Pouchet :

  • 59 rue Pouchet, Paris 17e / salle de conférences, Métro Guy Môquet ou Brochant, ligne 13 ; bus n° 66 arrêt La Jonquière Lire la suite

Travail et santé au travail : quels apports du regard sociologique ?

Appel à articles pour la Nouvelle Revue du Travail, rubrique Corpus du n° 4, printemps 2014.

Date limite d’envoi des articles : 20 juin 2013

Depuis quelques années le domaine de la santé au travail fait l’objet d’une production foisonnante en sciences sociales. Cette dynamique est en rapport avec l’intérêt renouvelé porté à ces questions dans l’espace public, à la dégradation des indicateurs de la santé au travail et aux transformations des expressions des pénibilités du travail, voire à la crise du système de santé au travail : ne s’est-il pas révélé incapable de prévenir une catastrophe sanitaire majeure comme celle de l’amiante, se traduisant par des dizaines de milliers de victimes ? Ce dossier de la NRT souhaite mettre en exergue les apports du regard sociologique au sein de et sur cette dynamique : quels sont les effets d’un certain retard – du moins relativement à l’ergonomie, la psychologie du travail, l’épidémiologie ou même à l’histoire – de notre discipline dans la prise en compte de cette thématique ? Quels sont les limites et/ou les angles morts de la production dominante que la sociologie permet ou permettrait de dépasser ou de combler ? Certains facteurs sociaux dans la construction de la santé au travail et, plus largement, des inégalités et différenciations sociales de santé, ne méritent-ils pas d’être mieux investigués ? Tel nous semble le cas par exemple du rôle du chômage et de la précarité de l’emploi, de l’organisation du travail, de certaines formes de domination sociale – notamment liées au genre – qui tendent à invisibiliser certaines atteintes à la santé au travail. Les pistes qui suivent sont susceptibles de retenir l’intérêt de la revue

Lire la suite