Appel à articles sur les pratiques du low cost

Corpus coordonné par Marnix Dressen et Jean-Pierre Durand

logo de la NRT

La notion de low cost est difficile à définir. Elle peut désigner un processus de production ou bien le produit fini. On parle aussi de pays low cost au sens de zone géographique à bas coût de main-d’œuvre. Ces flottements sémantiques figurent parmi les raisons qui poussent à s’intéresser au low cost et à la place, semble-t-il, croissante qu’il occupe dans les pays occidentaux, notamment.

Certes, le fait que la plupart des produits (et de services) soient de qualités et de prix différenciés n’est pas nouveau. Toutefois, au-delà de la concurrence par les prix, on peut s’interroger sur l’émergence d’un nouveau modèle que l’on pourrait d’abord définir à partir de deux de ses principes essentiels imbriqués1 :

  • la simplification radicale du produit ou du service pour le réduire à sa fonctionnalité-cœur (sans luxe, sans confort ou recherche esthétique) : le déplacement point à point dans le trajet aérien ou ferroviaire (avec espace et prestations réduits ou facturés en sus), la conception-fabrication d’une automobile « basique », la mise à disposition des marchandises dans leur carton d’emballage, sur palettes, dans la grande distribution hard discount, par exemple.
  • la réduction au minimum des coûts des inputs (matériaux bon marché et réduction maximale des dépenses relatives au travail). Elle suppose le recours massif à la sous-traitance, à l’implantation des activités productives dans les pays de main d’œuvre à bas coût et à fiscalité attractive pour le capital, à l’intensification du travail et/ou au recours systématique à des statuts d’emplois dépréciés.

Lire la suite

  1. Voir Combe Emmanuel, Le Low cost, Paris, La Découverte, 2011. []

L’engagement dans le travail

L'engagement dans le travail  Alexandra BidetAlexandra Bidet

Paris, PUF, 2011, 428 p.

Présentation de l’éditeur

Qu’est-ce qui nous attache à notre travail ? Pourquoi fait-il par moments immédiatement sens ?

La sociologie du travail, marquée par une tradition de critique humaniste du travail industriel, s’est peu intéressée à la façon dont les acteurs au travail produisent des valorisations et des appuis critiques. Suivre les efforts des travailleurs pour s’orienter mène pourtant à une fabrique du social, où s’élabore une réflexivité de la société sur elle-même.

Lire la suite