NRT9 | Automne 2016 – Les espaces du travail

co9-couv3L’espace de travail prend depuis le début des années 1990 une importance nouvelle au sein des entreprises et des administrations dont traite le Corpus de ce numéro. Il semble (re)devenir une composante stratégique des politiques de réorganisation et de réduction des coûts. Au-delà de cette actualité, l’espace s’apparente à un instrument durable utilisé par les directions d’entreprise pour structurer et contrôler le travail. En effet, l’organisation du travail et l’organisation spatiale entretiennent des relations étroites depuis le début du xxe siècle. La perspective sociohistorique permet de nous éclairer sur l’évolution de la pensée managériale des bureaux et des relations tissées avec les conceptions managériales du travail tertiaire. Dans le même temps, cette lecture sociohistorique permet de montrer combien les modes d’aménagement traduisent spatialement les principes d’organisation valorisés et leurs visées, parfois hésitantes ou paradoxales.

Au-delà de ces perspectives historiques, que nous apprend l’analyse de l’espace sur le travail ? Les différentes contributions nous amènent à considérer l’espace comme la scène où se jouent à la fois rapport salarial, rapports sociaux et relation de service. L’espace, en réunissant dans un même lieu des publics différents avec des enjeux spécifiques, conduit en effet à des situations de superposition ouvrant sur des « conflits serviciels » : il devient à la fois le lieu d’expression des tensions et un moyen de lutte pour la reconnaissance d’activités socialement déconsidérées.

De manière générale, l’espace restitue une opposition permanente entre dépossession organisationnelle et réappropriation individuelle et collective. Il constitue tour à tour (ou simultanément) un moyen de cadrage de l’activité de travail et un moyen d’action des travailleurs dans la réaffirmation de leur quête de reconnaissance et de leur capacité d’agir.

Toujours à propos de l’espace de travail, la rubrique Champs et contrechamps interroge quelques stratégies de photographes souhaitant sortir de l’approche documentaire. Ce qui nous plonge dans l’art contemporain tout en questionnant de nouveau le rapport de la photographie au réel, sur cet objet bien concret et difficile à photographier qu’est l’espace de travail. Le premier article de la rubrique Varia traite du nettoyage industriel, donc de la proximité spatiale de travailleurs aux occupations fort différenciées : l’auteur montre comment des stratégies communes peuvent améliorer les conditions de travail des plus démunis face à leur employeur. En jouant sur la polysémie du terme « ingrédients », le second article de Varia nous invite à penser ce que peut-être la créativité en gastronomie : sur quelles ressources fonder l’innovation en cuisine, dans un secteur singulier caractérisé par l’éphémère et la subjectivité des clients ? Dans le dernier article de la rubrique, l’auteur montre comment, dans les situations de travail étudiées, le collectif s’impose à l’individu comme agent socialisateur pour construire un éthos professionnel dont l’une des dimensions est la maîtrise et le contrôle des émotions.

La Controverse revient sur la proximité de la sociologie avec la clinique de l’activité pour expliciter les tensions et les divergences entre ces approches. La diversité des objets traités et des méthodes, mais aussi la place accordée à la contextualisation du travail lui-même partagent les intervenants tout en réaffirmant des convergences. La rubrique Matériaux offre un témoignage délicatement ciselé éclairant les difficultés que peut rencontrer une femme créant son entreprise : l’envers du décor met en exergue l’importance des ressources sociales et économiques pour des victoires dans des combats toujours recommencés.

Numéro en libre accès intégral sur le site de la NRT

Pour un aperçu du numéro, voir le sommaire ci-dessous. Bonne lecture !

Lire la suite

Nobody, une performance filmique sur les consultants

Le Festival de Poitiers « Filmer le Travail » proposait début février 2016, au Théâtre Auditorium de Poitiers, cette pièce de théâtre sur la vie de bureau des consultants qu’il est recommandé d’aller voir (www.collectifmxm.com).

© Simon Gosselin

© Simon Gosselin

Nobody est une performance filmique : le spectateur regarde les acteurs jouer (théâtre) et le film en train de se faire (cinéma), lequel est projeté simultanément au-dessus du décor impersonnel du bureau. À partir de l’œuvre politique de Falk Richter, le collectif MxM élabore un scénario inédit sur les dérives managériales et la déshumanisation au travail ; incise, avec humour et lucidité, la violence sourde d’un système qui infiltre nos structures intimes. Lire la suite

Des dominants très dominés. Pourquoi les cadres acceptent leur servitude (Gaëtan Flocco)

Vient de paraître aux Éditions Raisons d’agir

Des dominants très dominés. Pourquoi les cadres acceptent leur servitude, Paris, Raisons d’agir, décembre 2015

Des dominants très dominés. Pourquoi les cadres acceptent leur servitude (Gaëtan Flocco)

Les cadres ont incarné la société salariale : entre le travail et le capital, ils ont prospéré pendant quatre décennies. Depuis les années 1990, eux aussi subissent les effets de l’intensification du travail, des restructurations dans les entreprises et de la peur du chômage.

Pourtant, les cadres, plus que les autres salariés, semblent embrasser leur condition. Ils trouvent dans le stress, les responsabilités, la compétition, et des marges de manœuvre pourtant réduites autant de sources de gratification symbolique.

Loin d’une adhésion enchantée à l’idéologie managériale, les cadres rencontrés au cours de son enquête par Gaëtan Flocco expriment un rapport au travail qui, malgré tout, relève autant de la réalisation de soi que de l’exploitation. Ainsi, le livre explore l’ambivalence fondamentale qui fait des cadres les complices de leur propre servitude.

Gaëtan Flocco est maître de conférences en sociologie au Centre Pierre Naville (Université d’Evry Val d’Essonne). Il est l’auteur de Sortir de l’entreprise capitaliste (avec D. Bachet, B. Kervella et M. Sweeney, Le Croquant, 2007). Il est membre des comités de rédaction de la Nouvelle Revue du Travail et des Mondes du travail.

Le sommaire de l’ouvrage est reproduit ci-dessous

Lire la suite

Travail, gouvernementalité managériale et néolibéralisme (Lionel Jacquot)

Travail-gouvernementalite-manageriale-neoliberalismeLes nouvelles formes de domination au travail et leurs conséquences viennent rappeler la nature funeste du capitalisme. L’habitacle n’est pas pour autant ébranlé et sa durabilité nous conduit à interroger la gouvernementalité managériale et le néolibéralisme qui constituent ses deux renforts principaux. L’étude des affinités électives entre puissance managériale et puissance néolibérale permet de comprendre les mécanismes modernisés de l’enrôlement du travail. L’ouvrage tente de percer à jour la dynamique contemporaine de rationalisation du travail et analyse pour ce faire les formes de mobilisation et les modes d’usage de la force de travail forgés par le management. Autour de la matrice de la rationalisation, du concept central de rapport salarial, de la problématique du management du travail et du travail du management, des objets de la domination et de l’appropriation au et par le travail, se pose tout un ensemble de questions qui dessine les contours d’un programme de recherches sur lequel peut s’adosser une théorie critique renouvelée du travail.

Lionel Jacquot est professeur de sociologie à l’université de Lorraine où il dirige le Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S). Il est l’auteur de L’expérience du travail à l’épreuve de la modernisation (L’Harmattan, 2003), Figures du salariat (avec Ali Boulayoune, L’Harmattan, 2007), Sociologie du travail et de l’emploi (avec Bernard Balzani, Ellipses, 2010) et L’enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale (PUN – Éditions Universitaires de Lorraine, 2014). Il est membre du comité de rédaction de la Nouvelle Revue du Travail. Lire la suite

Les espaces de travail : significations et modes d’investissement

Appel à articles de la Nouvelle Revue du TravailLa Nouvelle Revue du Travail

Corpus n° 9 coordonné par Marie Benedetto-Meyer, Jérôme Cihuelo (parution à l’automne 2016)

Depuis le début de l’ère industrielle, l’espace constitue un des enjeux majeurs de l’organisation du travail et de la production. Il s’apparente à un instrument durable utilisé par les directions d’entreprise pour structurer et contrôler le travail. Néanmoins, il ne constitue pas un ensemble homogène au sens où il est souvent porteur d’intérêts et de significations de natures différentes. Il correspond, pour certains, à un territoire professionnel façonné par des pratiques, des divisions sociales et des normes spécifiques à des métiers. Il comporte en ce sens une dimension stratégique au regard des enjeux de définition de frontières, de production de normes et de reconnaissance. Dans les espaces ouverts, c’est leur dimension dramaturgique qui apparaît, à travers une variation des formes d’engagement entre des scènes de représentation à forte visibilité – sous l’écoute et le regard permanent d’une variété de publics – et des coulisses de plus en plus restreintes. D’une autre manière, la forme hiérarchisée de l’espace révèle sa dimension symbolique. Les conditions d’attribution de postes spécifiques et le positionnement dans l’espace restituent des échelles de prestige et de reconnaissance professionnelle. Dès lors, l’espace demande à être pensé comme un analyseur et un révélateur des positions et des rapports sociaux au sein du monde du travail.

L’espace de travail reste néanmoins un objet faiblement investigué par les sciences sociales. De manière emblématique, la sociologie du travail et des organisations a longtemps privilégié la dimension temporelle dans le but de saisir les transformations du travail et des relations sociales. L’espace n’a jamais véritablement été considéré comme une catégorie d’analyse spécifique et centrale – en tant que révélateur, instrument, ressource ou contrainte – dans la compréhension des dynamiques organisationnelles et des rapports sociaux.

Or, la question des choix en matière d’espace prend depuis le début des années 1990 une saillance nouvelle au sein des entreprises en s’inscrivant dans des politiques de réorganisation et de réduction des coûts. L’espace semble (re)devenir une composante stratégique des directions d’entreprise cherchant à optimiser l’emprise spatiale et à reconfigurer les environnements de travail à différentes « échelles » : poste de travail, aménagement d’un « plateau » ou d’un bâtiment, voire même déménagement, avec de nouveaux choix de localisation et d’inscription dans les territoires. Ces choix, s’ils répondent en partie à des impératifs économiques, se voient dans le même temps investis de projets managériaux dont le numéro 9 de la NRT se propose d’interroger les fondements et la portée. En effet, cette nouvelle économie de l’espace cherche à incarner, dans les pratiques et les valeurs des occupants, une conception de l’activité organisée autour de principes de communication, de transversalité, de disponibilité et de réactivité. Les exigences de l’environnement économique rendraient, du point de vue des décideurs, indispensables et efficients des configurations spatiales favorisant la réactivité et les conditions d’une « coopération harmonieuse et créatrice ». À ce titre, la multiplication des open space pour les cadres du tertiaire apparaît fortement associée au fonctionnement en « mode projet ». Les plateaux projet incorporent des représentations managériales et des visées organisationnelles sur la conduite du travail cherchant à légitimer un régime d’innovation intensive et répétée. Les centres d’appels se « décloisonnent », rompant avec l’image des box fermés, dans le but explicite de favoriser les « échanges de pratiques » et la « mutualisation des savoirs ». Dans le monde industriel, les dispositifs comme le lean et le « 5S » ont eu des incidences fortes sur l’organisation des espaces de stockage. La souplesse recherchée et la « chasse au superflu » participent à transformer les modes de travail comme les agencements spatiaux. Enfin, les nouveaux espaces, qualifiés de « tiers lieux », où se rassemblent télétravailleurs, entrepreneurs ou salariés de plusieurs entreprises dans des espaces partagés, semblent ces dernières années matérialiser les promesses managériales de décloisonnement et de porosité des frontières organisationnelles. Plus largement, le développement des zones périurbaines ou du travail indépendant constituent des phénomènes venant également (ré)interroger la manière de penser les espaces de travail, en interrogeant leur articulation avec les territoires d’une part et avec les espaces domestiques d’autre part. Lire la suite