Appel à articles “Genre et rapport au travail”

RELANCE ET REPORT DU DÉLAI AU 15 OCTOBRE 2016

Corpus n° 10 coordonné par Sabine Fortino et Paul Bouffartigue (parution au printemps 2017)

L’objet de ce corpus est de questionner ensemble « rapports de genre » et « rapports au travail » dans un contexte où s’exacerbent, dans ces deux registres comme dans leurs intersections, les tensions entre les dynamiques d’émancipation et le renouvellement ou l’aggravation des logiques de domination. Le sens des processus d’engagement/désengagement du travail (professionnel) en est sans doute rendu plus énigmatique. Il mérite d’être décrypté de manière fine. Il ne s’agit donc pas de décrire, une nouvelle fois, les multiples inégalités et discriminations manifestant le poids des rapports sociaux de sexe, mais d’interroger la question de la centralité subjective du travail à partir d’une perspective genrée (1) ; de questionner, à partir de cette même perspective, le rapport au travail, par une exploration des résistances, des émancipations, des adaptations ou des accommodements aux contraintes du travail moderne (2) ; d’explorer de nouvelles pistes d’interprétation pour penser le rapport au travail (3). Lire la suite

Émotions au travail, travail des émotions

Appel à articles pour la Nouvelle Revue du travail

 

Corpus n° 6 coordonné par Sabine Fortino, Aurélie Jeantet et Albena Tcholakova (printemps 2015)

Le travail qui occupe une place centrale dans la société sollicite sans cesse les émotions. En tant que producteur de rapports sociaux et de conflits, il engendre mépris et violence, suscitant des sentiments d’injustice, d’envie et de haine, etc. Et parce que le travail mobilise les individus « corps et âme » dans leur activité professionnelle, il engage leur enthousiasme et leur envie de bien faire, en s’appuyant sur des savoir-faire techniques mais aussi affectifs comme l’empathie ; il suscite également des émotions non recherchées (la douleur, l’ennui, le découragement, etc.) lorsque les conditions de production ne permettent pas aux salariés de faire du bon travail.

Les émotions ne sont plus l’apanage de la psychologie. Elles intéressent les historiens, les politistes, les anthropologues, les sciences de la gestion, l’économie et, depuis peu en France, les sociologues qui les étudient en tant que construit social engendrant un double rapport, à soi et au monde, lisible dans ses manifestations corporelles (Merleau-Ponty). Plus encore, la sociologie s’intéresse désormais à ce que deviennent les émotions dès lors qu’elles sont prescrites par l’organisation, au « travail émotionnel » (Hochschild) qui consiste à éprouver et afficher certaines émotions, à en éviter d’autres. Si cela est patent dans les services, tous les métiers se trouvent exposés à cette contrainte. Selon les métiers, les émotions mobilisées ou exigées diffèrent, formant une part de la culture professionnelle.

Ce corpus de la NRT se propose donc d’explorer centralement le thème des émotions au travail, avec pour axe nodal l’étude des normes émotionnelles et la façon dont elles structurent les mondes professionnels contemporains. Les contributions attendues s’emploieront à révéler et décrire comment les individus et/ou les collectifs apprennent ces normes émotionnelles, les expriment, les acceptent ou les combattent, selon les cas et les contextes particuliers. Elles pourront aussi proposer une analyse de la prescription émotionnelle au travail, qu’elle soit le fait des pairs, de la hiérarchie ou de rapports sociaux (de classe, de sexe, de « race » ou générationnels). À titre indicatif et de façon non exhaustive, les questions traitées dans ce numéro thématique s’articulent autour des trois thèmes suivants qui pourraient faire l’objet d’articles portant sur l’un ou sur plusieurs des thèmes évoqués. Lire la suite

Professional Men, Professional Women

Professional Men, Professional Women The European Professions from the 19th Century until Today Maria MalatestaThe European Professions from the 19th Century until Today

Maria Malatesta

SAGE Studies in International Sociology, 2010, 200 p.

Presentation

This book tells the story of the principal European intellectual professions from the demise of the ancien régime to the rise of the European Union. A historical study which applies sociological concepts it creates a European-scale picture of the professions spanning over two centuries of change.

Lire la suite