Parution de la NRT n° 3 : Financiarisation et travail

Couverture NRT n°3Le “Corpus” de ce numéro de La Nouvelle Revue du Travail est consacré aux interdépendances entre la financiarisation de l’économie et les transformations contemporaines du travail. L’entrée privilégiée ici est la gestion, ses acteurs et ses dispositifs, instances intermédiaires grâce auxquelles le macro-économique conforme le microsocial, à travers les métamorphoses imprimées au travail. C’est en particulier autour de l’étude critique des actes désormais omniprésents de mesures physiques et de valorisations comptables des activités de travail conduits par les managers (ou les gestionnaires) que s’est construit ce numéro. Dit autrement, les articles ici rassemblés cherchent à éclairer les différentes manières dont les impératifs de rentabilité financière sont réinterprétés en termes de décisions de rationalisation du travail et marquent les organisations contemporaines – qu’elles soient publiques ou privées – du même réductionnisme calculatrice, sans oublier les réactions ou les résistances des personnels concernés. Procéder à un tel choix, c’est renouer avec une ambition initiale de la sociologie, quand Durkheim et les membres de L’Année sociologique discutaient les impensés anthropologiques de l’économie politique, ou quand Weber, Sombart ou Marx nous invitaient à nous intéresser à la comptabilité pour comprendre comment le capitalisme entraînait le travail dans les voies qui étaient les siennes.

Numéro intégralement en libre accès sur le site de la NRT
Pour un aperçu du contenu du numéro, vous trouverez ci-dessous la table de matières

Lire la suite

De la financiarisation des économies à la rationalisation du travail : quelles médiations par les dispositifs de gestion ? [Appel clos]

Appel à articles pour le dossier thématique du numéro 3 de La Nouvelle Revue du Travail

La NRT accepte les articles pour ce dossier jusqu’au 30 avril 2013.

Les transformations que connaissent les sociétés contemporaines sont majoritairement analysées, d’un point de vue critique, selon deux registres.

Un premier registre met l’accent sur la manière dont s’imbriquent et se structurent un monde économique, porté par la finance, et un monde politique, porteur d’une conception de la place et du rôle de l’Etat, au service des marchés. Le regard porté sur ces élites souligne la convergence des décisions structurantes prises au niveau macro-économique (privatisation, flexibilisation du marché du travail, libéralisation des « marchés » financiers, etc.). Cette approche critique est le plus souvent le fait d’économistes, parfois de spécialistes des sciences de gestion, plus rarement des sociologues, qui ne disposent pas toujours des outils conceptuels et méthodologiques en mesure d’investir ce niveau de décision.

Lire la suite