NRT|11 Automne 2017 – Travailler plus !

Mis en avant

Couverture du numéro 11 de la Nouvelle Revue du TravailLe onzième Corpus de la Nouvelle Revue du Travail s’intéresse aux durées élevées de travail et en interroge les mécanismes sous-jacents. Au-delà des débats sur la mesure du temps de travail, les auteurs européens se sont longtemps focalisés sur la réduction du temps de travail, en particulier en France autour des 35 heures. Les travailleurs peuvent avoir l’impression d’une intensification du travail ou d’une exigence managériale croissante de disponibilité temporelle, impression qui peut être liée à la déstandardisation des semaines de travail et à l’augmentation des temps de travail atypiques, décalés, irréguliers. L’objectivation des temps consacrés au travail pose des problèmes méthodologiques et métrologiques bien connus et documentés. Diverses stratégies d’observation qualitative ou de quantification ont été mises en œuvre pour rendre compte des principales évolutions historiques des temporalités du travail. Cependant, l’importance des longues durées de travail et leur évolution dans le temps restent des éléments trop faiblement étayés empiriquement. Ce Corpus contribue à combler cette lacune.

Pour comprendre ce que « travailler plus » veut dire, cette livraison de la Nouvelle Revue du Travail interroge les dérégulations temporelles, la flexibilisation du travail, et les remodelages en cours à partir des réformes du Code du travail. Comment les collectifs de travail se structurent-ils quand le cadre temporel commun se relâche ? Sont-ils en mesure de réagir à l’injonction de « travailler plus » ? L’affaiblissement des protections collectives semble également favoriser le modèle de l’employabilité en reportant les décisions sur l’individu sommé d’adapter ses horaires aux demandes de l’entreprise, de se rendre disponible, de moduler son temps de travail. La capacité à « travailler plus », l’apprentissage du changement, la culture du résultat, l’intégration de la logique de l’urgence, etc., ne renvoient-ils pas à une dimension temporelle de l’employabilité attendue dans le régime contemporain de mobilisation de la force de travail ? Quels sont les effets de ce nouveau régime temporel sur le travail et les conditions de travail ? La qualité de vie et l’articulation des temps sociaux sont également en jeu : le recadrage du travail par d’autres activités jugées importantes n’est-il pas plus difficile et le sentiment de manquer de temps au quotidien n’est-il pas plus prégnant ? Quid alors du développement d’un véritable « temps choisi » supposant la possibilité pour le salarié de déterminer de manière autonome la durée et l’aménagement de son travail ? La question est posée de savoir comment les situations d’allongement des durées du travail, qui semblent de moins en moins négociées, s’articulent à la tendance, à l’œuvre depuis plusieurs décennies, d’une flexibilisation des temps de travail et du recul d’une certaine concordance des temps dans la société.

La Controverse sur le revenu universel, sous-titrée « de la diversité des modèles à l’impossible débat », entre en résonance avec les questionnements sur ce « travailler plus ». Cinq spécialistes questionnent une société où les revenus des individus ne seraient plus directement liés au travail, mais comprendraient une partie plus ou moins importante qui leur serait distribuée par la collectivité. La contribution à la rubrique Matériaux rapporte, quant à elle, le parcours d’une ancienne enseignante ayant bifurqué vers une activité de psychopraticienne et recourant au portage salarial. Au carrefour de l’indépendance et du salariat, l’entretien avec Martine met en lumière les logiques et les ressources qu’elle mobilise pour échapper à la précarité tout en donnant du sens à son travail aux différents moments de son parcours.

Dans la rubrique Varia, deux chercheuses de Vienne et de Sofia exposent comment, dans certaines circonstances, les emplois à bas salaire et peu considérés socialement peuvent conduire à une relative satisfaction au travail. Sur la base de données empiriques qualitatives tirées du secteur du nettoyage en Autriche, du secteur des déchets en Bulgarie et de l’aide aux personnes âgées en Italie, l’article présente quatre modèles d’interprétation par les travailleurs eux-mêmes : c’est essentiellement à travers la comparaison avec leur pays d’origine que ces derniers sont conduits à revoir leurs aspirations à la baisse. L’article de Champs et contrechamps sur l’œuvre photographique d’August Sander (1896-1964) analyse trois images de paysans du début du siècle dernier. L’auteur montre les qualités sociologiques de l’œuvre du photographe allemand et en tire des leçons de méthodologie quant au choix et à l’interprétation de l’image photographique. Enfin, une douzaine de recensions et de notes de lecture font partager l’intérêt que porte la revue à des auteurs connus ou à d’autres moins bien diffusés, mais qui méritent d’être découverts.

Numéro intégralement en libre accès sur le site de NRT

Ci-dessous, le sommaire du numéro  Lire la suite

Émotions au travail, travail des émotions

Appel à articles pour la Nouvelle Revue du travail

 

Corpus n° 6 coordonné par Sabine Fortino, Aurélie Jeantet et Albena Tcholakova (printemps 2015)

Le travail qui occupe une place centrale dans la société sollicite sans cesse les émotions. En tant que producteur de rapports sociaux et de conflits, il engendre mépris et violence, suscitant des sentiments d’injustice, d’envie et de haine, etc. Et parce que le travail mobilise les individus « corps et âme » dans leur activité professionnelle, il engage leur enthousiasme et leur envie de bien faire, en s’appuyant sur des savoir-faire techniques mais aussi affectifs comme l’empathie ; il suscite également des émotions non recherchées (la douleur, l’ennui, le découragement, etc.) lorsque les conditions de production ne permettent pas aux salariés de faire du bon travail.

Les émotions ne sont plus l’apanage de la psychologie. Elles intéressent les historiens, les politistes, les anthropologues, les sciences de la gestion, l’économie et, depuis peu en France, les sociologues qui les étudient en tant que construit social engendrant un double rapport, à soi et au monde, lisible dans ses manifestations corporelles (Merleau-Ponty). Plus encore, la sociologie s’intéresse désormais à ce que deviennent les émotions dès lors qu’elles sont prescrites par l’organisation, au « travail émotionnel » (Hochschild) qui consiste à éprouver et afficher certaines émotions, à en éviter d’autres. Si cela est patent dans les services, tous les métiers se trouvent exposés à cette contrainte. Selon les métiers, les émotions mobilisées ou exigées diffèrent, formant une part de la culture professionnelle.

Ce corpus de la NRT se propose donc d’explorer centralement le thème des émotions au travail, avec pour axe nodal l’étude des normes émotionnelles et la façon dont elles structurent les mondes professionnels contemporains. Les contributions attendues s’emploieront à révéler et décrire comment les individus et/ou les collectifs apprennent ces normes émotionnelles, les expriment, les acceptent ou les combattent, selon les cas et les contextes particuliers. Elles pourront aussi proposer une analyse de la prescription émotionnelle au travail, qu’elle soit le fait des pairs, de la hiérarchie ou de rapports sociaux (de classe, de sexe, de « race » ou générationnels). À titre indicatif et de façon non exhaustive, les questions traitées dans ce numéro thématique s’articulent autour des trois thèmes suivants qui pourraient faire l’objet d’articles portant sur l’un ou sur plusieurs des thèmes évoqués. Lire la suite