JIST 2018 – Appel à communication

Seizièmes Journées Internationales de Sociologie du Travail (JIST)

Cnam, Paris, 9-10-11 juillet 2018 

Appel à communication

Le travail en luttes : résistances, conflictualités et actions collectives

Les grèves à l’usine Renault de Billancourt ou Marzotto en Italie, la grève productive des Lip ou encore les séquestrations de « patrons » comme celle du directeur de l’usine Sud Aviation de Bouguenais font partie des symboles du mouvement de mai 1968 au même titre que les barricades étudiantes dans le quartier latin ou les « émeutes de Pâques » à Berlin. Ces Journées Internationales de Sociologie du Travail de 2018 nous offrent l’occasion de réinterroger, cinquante ans après ce « moment critique », d’une part la centralité du travail dans les luttes sociales et d’autre part les transformations des luttes et de leurs enjeux au travail.

En cinquante ans, le monde du travail a connu quelques grandes évolutions dont il s’agit de mesurer les effets sur les objets et les formes de conflit, de lutte ou de négociation : féminisation et vieillissement de la main d’œuvre salariée, salarisation du plus grand nombre accompagnée au cours des dernières décennies d’une montée de la précarité associée à la crise. De même, l’interdépendance des économies à une échelle plus large a-t-elle pu favoriser des mouvements migratoires contrecarrés par des politiques visant à les contrôler. Dans le même temps, la tertiarisation et les changements technologiques (numérisation, automatisation…) affectent concrètement le travail. Ces évolutions du travail et de l’emploi tant dans leur dimension technique qu’organisationnelle ont également des effets dans la manière dont les collectifs se nouent à l’occasion de conflits contemporains.

Des propositions de communication embrassant une large palette de modes de contestation, allant des micro-résistances individuelles à l’action collective organisée, portant sur des terrains nationaux ou transnationaux, sont attendues autour des cinq axes suivants : Lire la suite

Travail, gouvernementalité managériale et néolibéralisme (Lionel Jacquot)

Travail-gouvernementalite-manageriale-neoliberalismeLes nouvelles formes de domination au travail et leurs conséquences viennent rappeler la nature funeste du capitalisme. L’habitacle n’est pas pour autant ébranlé et sa durabilité nous conduit à interroger la gouvernementalité managériale et le néolibéralisme qui constituent ses deux renforts principaux. L’étude des affinités électives entre puissance managériale et puissance néolibérale permet de comprendre les mécanismes modernisés de l’enrôlement du travail. L’ouvrage tente de percer à jour la dynamique contemporaine de rationalisation du travail et analyse pour ce faire les formes de mobilisation et les modes d’usage de la force de travail forgés par le management. Autour de la matrice de la rationalisation, du concept central de rapport salarial, de la problématique du management du travail et du travail du management, des objets de la domination et de l’appropriation au et par le travail, se pose tout un ensemble de questions qui dessine les contours d’un programme de recherches sur lequel peut s’adosser une théorie critique renouvelée du travail.

Lionel Jacquot est professeur de sociologie à l’université de Lorraine où il dirige le Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S). Il est l’auteur de L’expérience du travail à l’épreuve de la modernisation (L’Harmattan, 2003), Figures du salariat (avec Ali Boulayoune, L’Harmattan, 2007), Sociologie du travail et de l’emploi (avec Bernard Balzani, Ellipses, 2010) et L’enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale (PUN – Éditions Universitaires de Lorraine, 2014). Il est membre du comité de rédaction de la Nouvelle Revue du Travail. Lire la suite

Appel à communication – Travail, emplois et identités des cheminots à l’épreuve des politiques de restructuration

Colloque international : mercredi 17 et jeudi 18 décembre 2014 – Rabat (Maroc)

En décembre 2013, un colloque international « Les chemins de fer dans la mondialisation » se tenait à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.
Ferinterfrance groupe de chercheurs en sciences sociales qui œuvre à la construction d’un réseau International Railways Studies, organise en collaboration avec l’Université Mohammed V de Rabat (Maroc), une nouvelle manifestation scientifique les 17 et 18 décembre prochain. Sa thématique sera « Travail, emplois et identités des cheminots à l’épreuve des politiques de restructuration »
Voici le texte de l’appel à communications et les modalités de réponse. Date butoir, le 30 septembre.
Université_Mohammed_V_-_Rabat_Souissilaboratoire printemps

 

 

 

De longue date, dans la plupart des pays, les personnels des exploitations ferroviaires, qu’elles soient privées ou publiques, bénéficient de règles sociales spécifiques. Elles s’expliquent par l’activité professionnelle, en particulier par les contraintes des « roulants » (conducteurs de trains et contrôleurs), mais aussi par celles des aiguilleurs, des agents des triages, et de bien d’autres salariés. Ces sujétions nécessitent une organisation du temps de travail complexe du fait d’une activité continue, 365 jours par an et 24heures sur 24. Pour les roulants, dans la plupart des pays, la taille des réseaux implique par exemple des « découchés » (des « repos hors résidence ») qui appellent une réglementation que la législation ordinaire du travail, qui était essentiellement généraliste, ne pouvait que difficilement prévoir. On notera aussi que la situation conventionnelle de certains métiers s’est parfois progressivement étendue à toutes les catégories des travailleurs du rail, c’est-à-dire aussi aux personnels commerciaux, de maintenance dans les ateliers ou sur les voies, à l’encadrement, etc. Cette particularité qu’est l’intégration cheminote remonte dans bien des cas au XIXe siècle, c’est en tout cas vrai pour la France. La spécificité cheminote est en rapport avec le service public(ou la « mission de service public ») assignée aux compagnies ferroviaires. Cette fonction exige coordination entre les métiers, continuité et sécurité des transports. Il était impensable d’atteindre ces deux objectifs sans pouvoir s’appuyer sur une main d’œuvre de confiance en lui donnant des contreparties significatives au dévouement qui était attendu d’elle en toutes circonstances (incidents et accidents, graves intempéries, retards significatifs, etc.). L’Etat, au-delà de la couleur politique des équipes gouvernementales qui en assuraient la gestion, faisait aussi pression dans ce sens. Les luttes cheminotes ont également contribué à profiler dans beaucoup d’espaces nationaux l’émergence d’une conception plus ou moins poussée du « service public ferroviaire » avec une situation correspondante pour les personnels. Lire la suite

14es Journées internationales de la sociologie du travail (JIST)

Les marges du travail et de l’emploi : formes, enjeux, processus

Les marges du travail et de l’emploi : formes, enjeux, processus

Les Journées internationales de la sociologie du travail (JIST) auront lieu à Lille du 17 au 19 juin 2014.

Vous trouverez le programme complet et toutes les informations utiles sur le site de l’université de Lille 1 : http://jist2014.univ-lille1.fr/
 
 

Séminaire « Émotions et travail : quels apports sociologiques ? »

Prochaines séances

Lundi 31 mars 2014 de 14h à 17h : Dialogue interdisciplinaire
  • Dominique LHUILIER (psychologue, professeure émérite des universités, Cnam – CRTD : « Peur, anxiété, angoisse: travail et résonances fantasmatiques »
  • Pierre ROCHE (sociologue, chargé d’étude au DTEP – Céreq : « Clinique sociologique du travail et affects »
Mercredi 28 mai 2014 de 14h à 17h : Le travail des émotions dans les rapports de santé
  • Michel CASTRA (sociologue, professeur des universités, Université de Lille III – CeRIES : « La régulation des émotions dans les services de soins palliatifs »
  • Alexandra LAURENT (psychologue, maître de conférences, Université de Franche-Comté – EA 3188 : « Les professionnels de réanimation à l’épreuve de la relation »
  • Discutante : Hélène MARCHE (sociologue, chercheure contractuelle CNRS, Univ. Bretagne Occidentale – ESO

Site Pouchet :

  • 59 rue Pouchet, Paris 17e / salle de conférences, Métro Guy Môquet ou Brochant, ligne 13 ; bus n° 66 arrêt La Jonquière Lire la suite