NRT9 | Automne 2016 – Les espaces du travail

co9-couv3L’espace de travail prend depuis le début des années 1990 une importance nouvelle au sein des entreprises et des administrations dont traite le Corpus de ce numéro. Il semble (re)devenir une composante stratégique des politiques de réorganisation et de réduction des coûts. Au-delà de cette actualité, l’espace s’apparente à un instrument durable utilisé par les directions d’entreprise pour structurer et contrôler le travail. En effet, l’organisation du travail et l’organisation spatiale entretiennent des relations étroites depuis le début du xxe siècle. La perspective sociohistorique permet de nous éclairer sur l’évolution de la pensée managériale des bureaux et des relations tissées avec les conceptions managériales du travail tertiaire. Dans le même temps, cette lecture sociohistorique permet de montrer combien les modes d’aménagement traduisent spatialement les principes d’organisation valorisés et leurs visées, parfois hésitantes ou paradoxales.

Au-delà de ces perspectives historiques, que nous apprend l’analyse de l’espace sur le travail ? Les différentes contributions nous amènent à considérer l’espace comme la scène où se jouent à la fois rapport salarial, rapports sociaux et relation de service. L’espace, en réunissant dans un même lieu des publics différents avec des enjeux spécifiques, conduit en effet à des situations de superposition ouvrant sur des « conflits serviciels » : il devient à la fois le lieu d’expression des tensions et un moyen de lutte pour la reconnaissance d’activités socialement déconsidérées.

De manière générale, l’espace restitue une opposition permanente entre dépossession organisationnelle et réappropriation individuelle et collective. Il constitue tour à tour (ou simultanément) un moyen de cadrage de l’activité de travail et un moyen d’action des travailleurs dans la réaffirmation de leur quête de reconnaissance et de leur capacité d’agir.

Toujours à propos de l’espace de travail, la rubrique Champs et contrechamps interroge quelques stratégies de photographes souhaitant sortir de l’approche documentaire. Ce qui nous plonge dans l’art contemporain tout en questionnant de nouveau le rapport de la photographie au réel, sur cet objet bien concret et difficile à photographier qu’est l’espace de travail. Le premier article de la rubrique Varia traite du nettoyage industriel, donc de la proximité spatiale de travailleurs aux occupations fort différenciées : l’auteur montre comment des stratégies communes peuvent améliorer les conditions de travail des plus démunis face à leur employeur. En jouant sur la polysémie du terme « ingrédients », le second article de Varia nous invite à penser ce que peut-être la créativité en gastronomie : sur quelles ressources fonder l’innovation en cuisine, dans un secteur singulier caractérisé par l’éphémère et la subjectivité des clients ? Dans le dernier article de la rubrique, l’auteur montre comment, dans les situations de travail étudiées, le collectif s’impose à l’individu comme agent socialisateur pour construire un éthos professionnel dont l’une des dimensions est la maîtrise et le contrôle des émotions.

La Controverse revient sur la proximité de la sociologie avec la clinique de l’activité pour expliciter les tensions et les divergences entre ces approches. La diversité des objets traités et des méthodes, mais aussi la place accordée à la contextualisation du travail lui-même partagent les intervenants tout en réaffirmant des convergences. La rubrique Matériaux offre un témoignage délicatement ciselé éclairant les difficultés que peut rencontrer une femme créant son entreprise : l’envers du décor met en exergue l’importance des ressources sociales et économiques pour des victoires dans des combats toujours recommencés.

Numéro en libre accès intégral sur le site de la NRT

Pour un aperçu du numéro, voir le sommaire ci-dessous. Bonne lecture !

Lire la suite

Émotions au travail, travail des émotions

Appel à articles pour la Nouvelle Revue du travail

 

Corpus n° 6 coordonné par Sabine Fortino, Aurélie Jeantet et Albena Tcholakova (printemps 2015)

Le travail qui occupe une place centrale dans la société sollicite sans cesse les émotions. En tant que producteur de rapports sociaux et de conflits, il engendre mépris et violence, suscitant des sentiments d’injustice, d’envie et de haine, etc. Et parce que le travail mobilise les individus « corps et âme » dans leur activité professionnelle, il engage leur enthousiasme et leur envie de bien faire, en s’appuyant sur des savoir-faire techniques mais aussi affectifs comme l’empathie ; il suscite également des émotions non recherchées (la douleur, l’ennui, le découragement, etc.) lorsque les conditions de production ne permettent pas aux salariés de faire du bon travail.

Les émotions ne sont plus l’apanage de la psychologie. Elles intéressent les historiens, les politistes, les anthropologues, les sciences de la gestion, l’économie et, depuis peu en France, les sociologues qui les étudient en tant que construit social engendrant un double rapport, à soi et au monde, lisible dans ses manifestations corporelles (Merleau-Ponty). Plus encore, la sociologie s’intéresse désormais à ce que deviennent les émotions dès lors qu’elles sont prescrites par l’organisation, au « travail émotionnel » (Hochschild) qui consiste à éprouver et afficher certaines émotions, à en éviter d’autres. Si cela est patent dans les services, tous les métiers se trouvent exposés à cette contrainte. Selon les métiers, les émotions mobilisées ou exigées diffèrent, formant une part de la culture professionnelle.

Ce corpus de la NRT se propose donc d’explorer centralement le thème des émotions au travail, avec pour axe nodal l’étude des normes émotionnelles et la façon dont elles structurent les mondes professionnels contemporains. Les contributions attendues s’emploieront à révéler et décrire comment les individus et/ou les collectifs apprennent ces normes émotionnelles, les expriment, les acceptent ou les combattent, selon les cas et les contextes particuliers. Elles pourront aussi proposer une analyse de la prescription émotionnelle au travail, qu’elle soit le fait des pairs, de la hiérarchie ou de rapports sociaux (de classe, de sexe, de « race » ou générationnels). À titre indicatif et de façon non exhaustive, les questions traitées dans ce numéro thématique s’articulent autour des trois thèmes suivants qui pourraient faire l’objet d’articles portant sur l’un ou sur plusieurs des thèmes évoqués. Lire la suite

Séminaire « Émotions et travail : quels apports sociologiques ? »

Prochaines séances

Lundi 31 mars 2014 de 14h à 17h : Dialogue interdisciplinaire
  • Dominique LHUILIER (psychologue, professeure émérite des universités, Cnam – CRTD : « Peur, anxiété, angoisse: travail et résonances fantasmatiques »
  • Pierre ROCHE (sociologue, chargé d’étude au DTEP – Céreq : « Clinique sociologique du travail et affects »
Mercredi 28 mai 2014 de 14h à 17h : Le travail des émotions dans les rapports de santé
  • Michel CASTRA (sociologue, professeur des universités, Université de Lille III – CeRIES : « La régulation des émotions dans les services de soins palliatifs »
  • Alexandra LAURENT (psychologue, maître de conférences, Université de Franche-Comté – EA 3188 : « Les professionnels de réanimation à l’épreuve de la relation »
  • Discutante : Hélène MARCHE (sociologue, chercheure contractuelle CNRS, Univ. Bretagne Occidentale – ESO

Site Pouchet :

  • 59 rue Pouchet, Paris 17e / salle de conférences, Métro Guy Môquet ou Brochant, ligne 13 ; bus n° 66 arrêt La Jonquière Lire la suite

Le séminaire Émotions et travail : quels apports sociologiques ? débute le 30 janvier 2014 à Paris

Manifestation scientifique lauréate du Dim Gestes en 2013

echelle-des-emotionsLe séminaire « Émotions et travail : quels apports sociologiques ? Portée heuristique et effets d’une approche du travail en termes d’émotions » devrait comporter quatre séances d’ici juin 2014 et se clôturera par un colloque international.

Première séance : « Un affect violemment somatisé : le dégoût professionnel, entre aveu et dénégation »

Jeudi 30 janvier 2014 de 14h à 17h (séminaire ouvert au public, sans inscription)

Site Pouchet : 59 rue Pouchet, Paris 17e / salle de conférences, Métro Guy Môquet ou Brochant, ligne 13 ; bus n° 66 arrêt La Jonquière Lire la suite