Appel à contribution « La fabrication des corps au 21e siècle »

Dans le cadre du Festival International de SOciologie (16 au 22 octobre 2017) & des Biennales Durkheim-Mauss à Épinal (18 au 20 octobre 2017)

La fabrication des corps : Éduquer, soigner, augmenter, identifier

Le Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S) organise du 16 au 21 octobre 2017 la deuxième édition du Festival international de sociologie à Épinal qui portera sur « La fabrication du corps au 21e siècle : éduquer, soigner, augmenter, identifier ». Un atelier intéressera plus particulièrement les lecteurs de la NRT : « Formes d’enrôlement des corps et des subjectivités dans le travail ».

Co-organisée par le laboratoire Lorrain de Sciences Sociales de l’Université de Lorraine (2L2S) et par la société d’émulation des Vosges (SEV), la deuxième édition du Festival International de Sociologie (FISO)[1] a choisi de se saisir d’une autre importante question posée par Marcel Mauss dès 1934 et aujourd’hui remise au cœur des débats sociaux, politiques et scientifiques : celle du corps. Lieu de projection des normes et des valeurs façonnant une société dans une époque donnée, mais aussi, instrument par lequel être au monde et y agir, le corps constitue, en effet, un excellent analyseur du « social » (Bourdieu, 1980 ; Berthelot, 1988 ; Détrez, 2002 ; Fassin et Memmi, 2004). La multiplication des parutions et des manifestations scientifiques prenant le corps pour objet témoigne – s’il en était besoin – de la vitalité de la notion et de la vivacité des réflexions qu’elle suscite[2].

Mais la question du corps n’est pas seulement l’affaire des scientifiques. Elle est aussi celle des citoyens : le « corps est politique » comme nous l’ont tôt enseigné les mouvements féministes et il est aujourd’hui l’objet d’une dynamique de repolitisation tout à fait particulière. D’un côté, il devient un critère d’accès à des droits sociaux ou politiques fondamentaux (Fassin, 2010). Exposer son corps pour en montrer la « bonne tenue » ou les failles, en vue d’accéder à des aides sociales ou à des prestations compensant la perte d’autonomie, se soumettre à des procédures de mesure corporelle permettant d’apprécier l’âge, les états de santé psychique ou physique dans le cas des politiques migratoires contemporaines : les exemples sont légion. De l’autre, il est aussi utilisé pour défendre des visions tout à fait particulières de ce qu’est « l’humain » et de la manière dont il doit se (re)produire, se soigner, se réparer, s’améliorer ou mourir. C’est, en effet, au nom de la protection d’un corps « naturel » (dont la teneur est peu questionnée) que plusieurs mouvements sociaux, culturels et politiques agissent dans l’espace public en proposant des « bonnes manières » de concevoir et de faire naître les enfants, de recourir aux technologies de « réparation » du vivant ou à celles le faisant mourir (cf. les débats sur les nouvelles technologies de reproduction, sur l’utilisation des nanotechnologies, sur la fin de vie, etc.). Lire la suite

Festival Filmer le travail de Poitiers

Le 6e Festival de Poitiers s’est tenu du 6 au 15 février 2015 avec le même succès que les années précédentes. La diversité des préoccupations et des présentations par des cinéastes, des sociologues ou des psychologues du travail ont animé cette longue semaine du cinéma sur le travail.
Rétrospective Wang Bing dont l’intégrale À l’ouest des rails pour fêter la Chine dont c’était l’année à Poitiers, mais aussi pour illustrer l’internationalisation grandissante du festival. De façon subjective, cette fête du cinéma sur le travail a célébré le temps lent avec de nombreux films dont le temps était au cœur du propos comme dans Le cousin Jules de Dominique Benichetti (1973), My name is salt de Farida Pacha (2013) ou l’excellente série TV sur la société italienne des années 1960, Journal d’un maître d’école de Vittorio de Seta (1973). On a aussi projeté un court métrage (très débattu dans les couloirs et les bistrots) sur Les ouvriers du tri des déchets de Maxence Rifflet : lequel n’est pas sans rappeler, la musique en moins, celui de Louis Malle (Humain, trop humain, 1973) sur une usine Renault. Le film de Hong Li-Gyeong The Empire of Shame (2013), mérite une diffusion dans les milieux scientifiques s’intéressant au travail : la cinéaste coréenne montre les dégâts provoqués par les produits chimiques dans les usines de composants électroniques de Samsung, puis les luttes (vaines) des travailleurs et des associations contre le chaebol protégé par la puissance publique. On y a aussi entendu des conférences-débats d’Yves Clot, Michel Lallement, etc.
Le festival va se prolonger en 2016 par la publication d’une nouvelle revue en ligne Images du travail, Travail des images (http://itti.hypotheses.org), cousine de La Nouvelle Revue du Travail. Trois appels à articles sont déjà disponibles sur le Carnet de la revue :

Jean-Pierre Durand et Joyce Sebag

Rubrique Champs et contrechamps : Appel permanent à articles en Sociologie visuelle et filmique

La rubrique Champs et contrechamps de la Nouvelle Revue du Travail (responsables Joyce Sebag et Pierre Maillot) accueille les articles de sociologie visuelle et filmique, au sein de trois rubriques : Approche réflexive des films réalisés dans le champ du travail à partir de l’approche sociologique ; Echos des travaux et évènements s’interrogeant sur ce qu’est de « Filmer le travail » ; Actualité des films : analyse filmique des fictions et des documentaires (anciens et contemporains).

Lire la suite