Parution : La Fabrique de l’homme nouveau. Travailler, consommer, se taire ?

Mis en avant

Couverture de la Fabrique de l'Homme nouveauLibération du 10 septembre 2017 : « Gramsci parlait déjà de l’émergence d’un homme nouveau, en analysant l’im­pact non seulement écono­mique mais physique, psy­chologique et moral, qu’avaient sur l’ouvrier les conditions de travail à la chaîne, entre autres, impo­sées par le fordisme, le capi­talisme et l’industrie de masse. La question se pose de nouveau aujourd’hui: « Au-delà des innovations technologiques, quelles trans­formations anthropologiques vivons-nous au cœur du dou­ble phénomène de globalisa­tion et de financiarisation de léconomie ? » Professeur au centre Pierre-Naville (uni­versité d’Evry Paris-Saclay), Jean-Pierre Durand combine ici analyses micro-sociologi­ques et macro-économiques pour montrer comment les travailleurs et les consom­mateurs sont contraints de «réaménager leur psychisme» pour s’adapter aux nouvelles formes de travail, de services et de distribution des biens. « Travailler, consommer et se taire ? » dit le sous-titre. Le futur sera-t-il de régression sociale, ou des alternatives aux modèles dominants sont-elles possibles ? »

Ci-dessous, la table des matières Lire la suite

Call for submissions – Moving work online: Digital platform-based employment and jobs

Coordination: Sarah Abdelnour and Sophie Bernard

logo de la NRTA number of digital platforms (Airbnb, Deliveroo, Uber, etc.) have expanded in recent years by presenting themselves as new types of intermediaries linking end users and the suppliers of labour. The success of these new kinds of companies has intrigued the press, causing polarised debates between advocates of “the sharing economy” and critics of how “uber-isation” damages work and employment. Some of these new economic actors have become multinational enterprises within a very short period of time, generating colossal revenues, whereupon they become quickly and widely lauded as the harbingers of a new digital economy. Yet behind this supposedly innovative business model, one particularity characterising this new type of economic transaction is the fact that the suppliers or labour are often private individuals who neither earn wages nor qualify as bona fide professionals. The correct way of viewing them is as the owners of the means of labour (i.e. labour force) that they – acting in their capacity as independent contractors – either sell directly to consumers or else to other intermediaries. Lire la suite

NRT10 | Printemps 2017 – Genre(s) au travail

Couverture du n° 10 de la NRTLe Corpus de ce numéro explore l’intérêt et les apports d’une lecture genrée des dynamiques des mondes du travail contemporain. Il questionne ensemble « rapports de genre » et « rapports au travail » dans un contexte où s’exacerbent, dans ces deux registres comme dans leurs intersections, les tensions entre les dynamiques d’émancipation et le renouvellement ou l’aggravation des logiques de domination. Il s’agit en particulier de soumettre l’hypothèse selon laquelle le sens des processus d’engagement/désengagement du travail professionnel est rendu plus énigmatique aujourd’hui en raison de la détérioration notable du marché de l’emploi et des conditions de travail. Le rapport au travail des hommes et des femmes est nécessairement affecté par les phénomènes d’individualisation, d’intensification, de précarité, de casse des métiers et des collectifs, de carrières et de salaires bloqués…

Autant de phénomènes qui soutiennent une représentation du « travail moderne » particulièrement peu attractive. Mais de quelle manière le rapport au travail s’en trouve-t-il modifié ? Dans le sens d’un désenchantement, ou d’une prise de distance subjective ? Ou bien la position singulière des femmes dans les rapports de domination contribue-t-elle à alimenter chez ces dernières des attentes et des espérances encore puissantes ? En particulier parce que, pour elles, l’enjeu du travail dépasse la seule sphère professionnelle et affecte l’ensemble du processus d’individuation. En tirant le fil de ce questionnement, on peut se demander comment se traduisent ces attentes : par une résignation plus forte aux contraintes du monde du travail contemporain ? Par l’adoption, au contraire, d’autres pratiques à l’égard de son activité, de sa vie quotidienne et familiale ? Par des engagements collectifs critiques ?

Les questions ne manquent pas lorsqu’on tente d’interroger la centralité subjective du travail à partir d’une perspective genrée. Il ne s’agit pas tant, ici, de mettre en évidence les multiples inégalités et discriminations manifestant le poids des rapports sociaux de sexe dans le monde du travail (désormais largement documentées), que de saisir le(s) processus de construction genrée du rapport au travail par une exploration des résistances, des émancipations, des adaptations ou des accommodements aux contraintes du travail moderne.

La Controverse interroge le film de Ken Loach, I, Daniel Blake, qui, en offrant une critique du système de protection sociale britannique fait écho à de nombreux travaux en sociologie portant sur la gestion du chômage, les transformations du travail, de l’emploi et de la protection sociale. Qu’est-ce que le regard du cinéaste apporte au regard du sociologue ? Que permet-il de mettre en lumière ou à l’inverse conduit-il à assombrir ? En quoi la réalité britannique se rapproche-t-elle de la réalité française ? Parmi les Varia, un article montre comment le lean management a radicalement transformé les conditions de travail des fonctionnaires britanniques dans deux administrations gouvernementales, tout en affectant la qualité des services rendus. Le second article analyse « l’idéal de métier » des libraires spécialisées dans la littérature pour la jeunesse : face à la grande distribution et à la vente en ligne, comment les libraires restent-ils indépendants à partir d’un métier où le conseil aux lecteurs et aux parents continuent de fonder leur raison d’être ?

Champs et contrechamps s’intéresse au dessin ouvrier du xixe siècle : Louis Marie Bosredon (1815-1881), artiste ouvrier proche du socialiste Charles Fourier, recourt au dessin pour critiquer, malgré la censure, les pratiques bourgeoises de l’époque. Bel exemple du rejet de la distinction stricte entre art et science pour faire du dessin ouvrier un moyen d’observation participante à part entière en donnant à l’image toute sa place dans la vie publique. Dans Matériaux, l’entretien avec Rebecca, bénéficiaire du dispositif d’insertion sociale et professionnelle Garantie jeunes interroge la thèse d’une « génération Y » née au moment de la révolution technologique qui douterait des buts du travail. En même temps, l’article développe une réflexion méthodologique sur la complémentarité des techniques d’enquête employées pour saisir, selon différents angles, le rapport au travail et à l’emploi de Rebecca. Enfin, les Recensions et notes de lecture, dans leur diversité, continuent les débats avec les mondes scientifiques et militants, raisons d’être de la Nouvelle Revue du Travail.

Numéro en libre accès intégral sur le site de la NRT !

Pour un aperçu du numéro, voir le sommaire ci-dessous. Bonne lecture ! Lire la suite

Appel à articles sur la mise en ligne du travail

Travail et emploi sur les plateformes numériques

Corpus n° 13 coordonné par Sarah Abdelnour et Sophie Bernard (parution automne 2018)

logo de la NRTAu cours des dernières années, de multiples plateformes numériques se sont développées (Airbnb, Deliveroo, Uber, etc.) en se présentant comme de nouveaux types d’intermédiaires entre clients et offreurs de travail. La montée en puissance de ces entreprises d’un nouveau genre suscite une forte fascination médiatique qui se traduit aujourd’hui par une polarisation des débats entre l’apologie de l’« économie collaborative » et la dénonciation des méfaits de l’« ubérisation » sur le travail et l’emploi. Certains de ces nouveaux acteurs économiques sont devenus en quelques années des firmes multinationales, dégageant des chiffres d’affaires colossaux, et érigées alors en emblèmes de la nouvelle économie numérique. Et derrière ce modèle économique jugé innovant, une particularité fondamentale caractérise ce nouveau type de transaction économique : les offreurs de travail sont parfois, voire souvent, des particuliers, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas salariés, ni même forcément professionnels. Ce sont eux qui possèdent l’outil de travail, ou la force de travail, qu’ils vendent en qualité d’indépendants, soit directement aux consommateurs, soit à un intermédiaire. Lire la suite

Appel à contribution « La fabrication des corps au 21e siècle »

Dans le cadre du Festival International de SOciologie (16 au 22 octobre 2017) & des Biennales Durkheim-Mauss à Épinal (18 au 20 octobre 2017)

La fabrication des corps : Éduquer, soigner, augmenter, identifier

Le Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S) organise du 16 au 21 octobre 2017 la deuxième édition du Festival international de sociologie à Épinal qui portera sur « La fabrication du corps au 21e siècle : éduquer, soigner, augmenter, identifier ». Un atelier intéressera plus particulièrement les lecteurs de la NRT : « Formes d’enrôlement des corps et des subjectivités dans le travail ».

Co-organisée par le laboratoire Lorrain de Sciences Sociales de l’Université de Lorraine (2L2S) et par la société d’émulation des Vosges (SEV), la deuxième édition du Festival International de Sociologie (FISO)[1] a choisi de se saisir d’une autre importante question posée par Marcel Mauss dès 1934 et aujourd’hui remise au cœur des débats sociaux, politiques et scientifiques : celle du corps. Lieu de projection des normes et des valeurs façonnant une société dans une époque donnée, mais aussi, instrument par lequel être au monde et y agir, le corps constitue, en effet, un excellent analyseur du « social » (Bourdieu, 1980 ; Berthelot, 1988 ; Détrez, 2002 ; Fassin et Memmi, 2004). La multiplication des parutions et des manifestations scientifiques prenant le corps pour objet témoigne – s’il en était besoin – de la vitalité de la notion et de la vivacité des réflexions qu’elle suscite[2].

Mais la question du corps n’est pas seulement l’affaire des scientifiques. Elle est aussi celle des citoyens : le « corps est politique » comme nous l’ont tôt enseigné les mouvements féministes et il est aujourd’hui l’objet d’une dynamique de repolitisation tout à fait particulière. D’un côté, il devient un critère d’accès à des droits sociaux ou politiques fondamentaux (Fassin, 2010). Exposer son corps pour en montrer la « bonne tenue » ou les failles, en vue d’accéder à des aides sociales ou à des prestations compensant la perte d’autonomie, se soumettre à des procédures de mesure corporelle permettant d’apprécier l’âge, les états de santé psychique ou physique dans le cas des politiques migratoires contemporaines : les exemples sont légion. De l’autre, il est aussi utilisé pour défendre des visions tout à fait particulières de ce qu’est « l’humain » et de la manière dont il doit se (re)produire, se soigner, se réparer, s’améliorer ou mourir. C’est, en effet, au nom de la protection d’un corps « naturel » (dont la teneur est peu questionnée) que plusieurs mouvements sociaux, culturels et politiques agissent dans l’espace public en proposant des « bonnes manières » de concevoir et de faire naître les enfants, de recourir aux technologies de « réparation » du vivant ou à celles le faisant mourir (cf. les débats sur les nouvelles technologies de reproduction, sur l’utilisation des nanotechnologies, sur la fin de vie, etc.). Lire la suite