NRT|11 Automne 2017 – Travailler plus !

Mis en avant

Couverture du numéro 11 de la Nouvelle Revue du TravailLe onzième Corpus de la Nouvelle Revue du Travail s’intéresse aux durées élevées de travail et en interroge les mécanismes sous-jacents. Au-delà des débats sur la mesure du temps de travail, les auteurs européens se sont longtemps focalisés sur la réduction du temps de travail, en particulier en France autour des 35 heures. Les travailleurs peuvent avoir l’impression d’une intensification du travail ou d’une exigence managériale croissante de disponibilité temporelle, impression qui peut être liée à la déstandardisation des semaines de travail et à l’augmentation des temps de travail atypiques, décalés, irréguliers. L’objectivation des temps consacrés au travail pose des problèmes méthodologiques et métrologiques bien connus et documentés. Diverses stratégies d’observation qualitative ou de quantification ont été mises en œuvre pour rendre compte des principales évolutions historiques des temporalités du travail. Cependant, l’importance des longues durées de travail et leur évolution dans le temps restent des éléments trop faiblement étayés empiriquement. Ce Corpus contribue à combler cette lacune.

Pour comprendre ce que « travailler plus » veut dire, cette livraison de la Nouvelle Revue du Travail interroge les dérégulations temporelles, la flexibilisation du travail, et les remodelages en cours à partir des réformes du Code du travail. Comment les collectifs de travail se structurent-ils quand le cadre temporel commun se relâche ? Sont-ils en mesure de réagir à l’injonction de « travailler plus » ? L’affaiblissement des protections collectives semble également favoriser le modèle de l’employabilité en reportant les décisions sur l’individu sommé d’adapter ses horaires aux demandes de l’entreprise, de se rendre disponible, de moduler son temps de travail. La capacité à « travailler plus », l’apprentissage du changement, la culture du résultat, l’intégration de la logique de l’urgence, etc., ne renvoient-ils pas à une dimension temporelle de l’employabilité attendue dans le régime contemporain de mobilisation de la force de travail ? Quels sont les effets de ce nouveau régime temporel sur le travail et les conditions de travail ? La qualité de vie et l’articulation des temps sociaux sont également en jeu : le recadrage du travail par d’autres activités jugées importantes n’est-il pas plus difficile et le sentiment de manquer de temps au quotidien n’est-il pas plus prégnant ? Quid alors du développement d’un véritable « temps choisi » supposant la possibilité pour le salarié de déterminer de manière autonome la durée et l’aménagement de son travail ? La question est posée de savoir comment les situations d’allongement des durées du travail, qui semblent de moins en moins négociées, s’articulent à la tendance, à l’œuvre depuis plusieurs décennies, d’une flexibilisation des temps de travail et du recul d’une certaine concordance des temps dans la société.

La Controverse sur le revenu universel, sous-titrée « de la diversité des modèles à l’impossible débat », entre en résonance avec les questionnements sur ce « travailler plus ». Cinq spécialistes questionnent une société où les revenus des individus ne seraient plus directement liés au travail, mais comprendraient une partie plus ou moins importante qui leur serait distribuée par la collectivité. La contribution à la rubrique Matériaux rapporte, quant à elle, le parcours d’une ancienne enseignante ayant bifurqué vers une activité de psychopraticienne et recourant au portage salarial. Au carrefour de l’indépendance et du salariat, l’entretien avec Martine met en lumière les logiques et les ressources qu’elle mobilise pour échapper à la précarité tout en donnant du sens à son travail aux différents moments de son parcours.

Dans la rubrique Varia, deux chercheuses de Vienne et de Sofia exposent comment, dans certaines circonstances, les emplois à bas salaire et peu considérés socialement peuvent conduire à une relative satisfaction au travail. Sur la base de données empiriques qualitatives tirées du secteur du nettoyage en Autriche, du secteur des déchets en Bulgarie et de l’aide aux personnes âgées en Italie, l’article présente quatre modèles d’interprétation par les travailleurs eux-mêmes : c’est essentiellement à travers la comparaison avec leur pays d’origine que ces derniers sont conduits à revoir leurs aspirations à la baisse. L’article de Champs et contrechamps sur l’œuvre photographique d’August Sander (1896-1964) analyse trois images de paysans du début du siècle dernier. L’auteur montre les qualités sociologiques de l’œuvre du photographe allemand et en tire des leçons de méthodologie quant au choix et à l’interprétation de l’image photographique. Enfin, une douzaine de recensions et de notes de lecture font partager l’intérêt que porte la revue à des auteurs connus ou à d’autres moins bien diffusés, mais qui méritent d’être découverts.

Numéro intégralement en libre accès sur le site de NRT

Ci-dessous, le sommaire du numéro  Lire la suite

NRT9 | Automne 2016 – Les espaces du travail

co9-couv3L’espace de travail prend depuis le début des années 1990 une importance nouvelle au sein des entreprises et des administrations dont traite le Corpus de ce numéro. Il semble (re)devenir une composante stratégique des politiques de réorganisation et de réduction des coûts. Au-delà de cette actualité, l’espace s’apparente à un instrument durable utilisé par les directions d’entreprise pour structurer et contrôler le travail. En effet, l’organisation du travail et l’organisation spatiale entretiennent des relations étroites depuis le début du xxe siècle. La perspective sociohistorique permet de nous éclairer sur l’évolution de la pensée managériale des bureaux et des relations tissées avec les conceptions managériales du travail tertiaire. Dans le même temps, cette lecture sociohistorique permet de montrer combien les modes d’aménagement traduisent spatialement les principes d’organisation valorisés et leurs visées, parfois hésitantes ou paradoxales.

Au-delà de ces perspectives historiques, que nous apprend l’analyse de l’espace sur le travail ? Les différentes contributions nous amènent à considérer l’espace comme la scène où se jouent à la fois rapport salarial, rapports sociaux et relation de service. L’espace, en réunissant dans un même lieu des publics différents avec des enjeux spécifiques, conduit en effet à des situations de superposition ouvrant sur des « conflits serviciels » : il devient à la fois le lieu d’expression des tensions et un moyen de lutte pour la reconnaissance d’activités socialement déconsidérées.

De manière générale, l’espace restitue une opposition permanente entre dépossession organisationnelle et réappropriation individuelle et collective. Il constitue tour à tour (ou simultanément) un moyen de cadrage de l’activité de travail et un moyen d’action des travailleurs dans la réaffirmation de leur quête de reconnaissance et de leur capacité d’agir.

Toujours à propos de l’espace de travail, la rubrique Champs et contrechamps interroge quelques stratégies de photographes souhaitant sortir de l’approche documentaire. Ce qui nous plonge dans l’art contemporain tout en questionnant de nouveau le rapport de la photographie au réel, sur cet objet bien concret et difficile à photographier qu’est l’espace de travail. Le premier article de la rubrique Varia traite du nettoyage industriel, donc de la proximité spatiale de travailleurs aux occupations fort différenciées : l’auteur montre comment des stratégies communes peuvent améliorer les conditions de travail des plus démunis face à leur employeur. En jouant sur la polysémie du terme « ingrédients », le second article de Varia nous invite à penser ce que peut-être la créativité en gastronomie : sur quelles ressources fonder l’innovation en cuisine, dans un secteur singulier caractérisé par l’éphémère et la subjectivité des clients ? Dans le dernier article de la rubrique, l’auteur montre comment, dans les situations de travail étudiées, le collectif s’impose à l’individu comme agent socialisateur pour construire un éthos professionnel dont l’une des dimensions est la maîtrise et le contrôle des émotions.

La Controverse revient sur la proximité de la sociologie avec la clinique de l’activité pour expliciter les tensions et les divergences entre ces approches. La diversité des objets traités et des méthodes, mais aussi la place accordée à la contextualisation du travail lui-même partagent les intervenants tout en réaffirmant des convergences. La rubrique Matériaux offre un témoignage délicatement ciselé éclairant les difficultés que peut rencontrer une femme créant son entreprise : l’envers du décor met en exergue l’importance des ressources sociales et économiques pour des victoires dans des combats toujours recommencés.

Numéro en libre accès intégral sur le site de la NRT

Pour un aperçu du numéro, voir le sommaire ci-dessous. Bonne lecture !

Lire la suite

Fête des Travailleurs, fête de la NRT !

Le 1er mai, avec la sortie de son n° 8 « Le Dialogue social », la Nouvelle Revue du Travail fête ses quatre ans d’existence. C’est là le pari gagné d’une audience toujours croissante, largement portée par l’Open Access (plus de 100 000 visiteurs différents en 2015) qui lui a apporté une visibilité rapide : tel est l’atout du net. Quatre années, c’est aussi le temps nécessaire pour établir une reconnaissance scientifique validée le mois dernier par le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES, ex-AERES), par l’Institut national des sciences humaines et sociales (INSHS du CNRS) et précédemment par le Directory of Open Access Journal (DOAJ) ; la reconnaissance par l’INSHS s’accompagne d’un soutien financier.

La Nouvelle Revue du Travail a trouvé sa place dans le monde académique mais aussi du côté des professionnels et des praticiens (en droit, ergonomie, psychologie, etc.), des consultants, des journalistes, des travailleurs et des syndicats, grâce en particulier aux réseaux sociaux. Ce qui montre la possibilité de tenir une position critique sur le travail à condition qu’elle soit réellement pluraliste et qu’elle repose sur une définition large du travail incluant l’emploi, la formation, le syndicalisme sans oublier en toile de fond les questions économiques, financières ou politiques (voir le projet scientifique de la revue). Si la NRT est principalement animée par des sociologues, elle accueille aussi de nombreuses contributions de juristes, de psychologues, de gestionnaires, d’historiens ou d’économistes. Elle continuera à le faire en intensifiant ces coopérations transdisciplinaires. Lire la suite

NRT|7 Automne 2015 – Droit et travail

Couverture du n°7 de la NRT – Droit et travailFace aux critiques proférées à l’encontre du Code du travail, quant à son épaisseur ou à sa complexité, force est de rappeler que sa fonction première réside dans la protection des salariés et des organisations syndicales face aux abus patronaux. Toute recherche de simplification du Code du travail ne peut donc que laisser craindre un amenuisement de cette protection. Le Corpus de ce numéro de La Nouvelle Revue du Travail interroge le lent glissement des rapports entre capital et travail au bénéfice du premier dans une situation économique profondément transformée depuis les lois Auroux de 1982. Les solutions individuelles en place des accords collectifs, le développement des emplois dits atypiques, les déréglementations dans la fonction publique, etc. apparaissent de plus en plus légitimes face à la mondialisation et à la financiarisation du système socio-économique. Ce Corpus propose aussi des incursions historiques et des contrepoints belges et britanniques.
La Controverse prolonge ces interrogations sur les rapports entre travail et droit : plusieurs juristes et gestionnaires y débattent du droit d’accès des salariés à l’information économique et sociale. Quelle distance l’Histoire a-t-elle créée entre les principes et leur mise en œuvre concrète ? Comment cet accès dépend-il des rapports de forces entre patronat et salariés et quelles sont les limites de l’usage de ce droit par ces derniers ? Enfin, comment élaborer un droit de l’entreprise qui conduise à sa démocratisation ?
Dans la rubrique Varia, les auteurs abordent des spécificités françaises : les conseillers techniques sportifs qui préparent les athlètes de haut niveau aux grandes compétitions internationales. Comment accède-t-on à ce corps spécifique de la fonction publique d’État ? À partir de quelles trajectoires et quelles sont les mobilités professionnelles ultérieures ? Le second article explore le poids des apparences physiques lors du recrutement du personnel d’accueil dans les secteurs public et privé : comment, malgré l’existence d’un cadre législatif antidiscriminatoire, ces apparences continuent-elles à jouer un rôle décisif ?
Dans Champs et contrechamps, l’un des deux réalisateurs du documentaire C’est quoi ce travail ? répond aux questions de La Nouvelle Revue du Travail à propos de leur film tourné dans une usine automobile dans laquelle un compositeur de musique contemporaine était en résidence. L’entrelacs de la création de l’un et du travail répétitif des ouvriers et ouvrières conduit les réalisateurs à renouveler la manière de traiter le travail en atelier. Dans l’entretien, le réalisateur développe sa conception du processus d’écriture cinématographique d’un tel documentaire, à la fois du point de vue sociologique et du point de vue technique.
La rubrique Matériaux propose de larges extraits d’un entretien avec une factrice pionnière de la féminisation du métier. Sans vivre sa situation comme telle – quoique le métier soit largement masculin –, cette factrice répond tout en nuances aux interrogations sur les mécanismes de féminisation de cette profession. Ce numéro de la revue s’achève sur près d’une vingtaine de recensions, quelques fois plutôt mordantes.

Numéro intégralement en libre accès sur le site de la NRT

Ci-dessous, le sommaire du numéro ! Lire la suite

NRT6 | Printemps 2015 – Émotions au travail, travail des émotions

NRT6-couverture-webCette livraison de La Nouvelle Revue du Travail – printemps 2015 propose un Corpus sur un objet original, les émotions au travail. Espace de violences et de solidarités, le travail suscite des sentiments d’injustice, de colère, d’envie, de haine, mais aussi de satisfactions et de plaisirs. Le travail mobilise les individus dans leur « entier », corps et âme, les incitant à s’appuyer sur des savoir-faire techniques mais également affectifs, à engager leur enthousiasme comme leur envie de bien faire, avec des résultats toujours traduits en émotions. En même temps, le management joue des émotions et participe de la mise au travail des émotions et pourrait les instrumentaliser. Six auteurs répondent à leur manière à ces questionnements.

La Controverse présente un long entretien avec Bernard Friot qui propose non seulement une critique argumentée des sociétés contemporaines, mais surtout, un modèle alternatif, charpenté, précis, fondé sur une lecture originale des acquis qu’il juge révolutionnaires de l’institution salariale. Ses réflexions interpellent et parfois dérangent, agacent, suscitent du scepticisme, voire des réactions d’hostilité. Il répond ici sur la faisabilité du projet de société qu’il défend dans plusieurs de ses livres.

Dans la rubrique Varia, Frédéric Lebaron examine ce qu’il dénomme, la financiarisation de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) en analysant les processus de croyance, liés notamment au rôle moteur de la science économique dans l’ordre social contemporain, en étroite liaison avec les caractéristiques du capitalisme contemporain.

Les Matériaux offerts par ce numéro proviennent d’un entrepôt logistique où les ouvriers trient et ordonnent des milliers de colis venus d’Asie, avant de composer les commandes pour les 220 magasins d’une grande chaîne de distribution. Le management vocal, via un casque auditif et un micro, contraint le temps et les espaces de travail des ouvriers.

Dans Champs et contrechamps, Manuela Frésil parle de son dernier film Entrée du personnel qu’elle a réalisé avec les ouvriers et ouvrières des abattoirs en Bretagne et en Normandie : elle dit ses attaches au cinéma de Jean-Rouch tout en s’en démarquant pour proposer un film politique de réflexion sur le travail.

Enfin, plus d’une quinzaine de recensions et de notes de lecture analysent, quelquefois sans concession, les ouvrages les plus marquants parus récemment.

Ci-dessous, le sommaire du numéro ! Lire la suite