Des dominants très dominés. Pourquoi les cadres acceptent leur servitude (Gaëtan Flocco)

Vient de paraître aux Éditions Raisons d’agir

Des dominants très dominés. Pourquoi les cadres acceptent leur servitude, Paris, Raisons d’agir, décembre 2015

Des dominants très dominés. Pourquoi les cadres acceptent leur servitude (Gaëtan Flocco)

Les cadres ont incarné la société salariale : entre le travail et le capital, ils ont prospéré pendant quatre décennies. Depuis les années 1990, eux aussi subissent les effets de l’intensification du travail, des restructurations dans les entreprises et de la peur du chômage.

Pourtant, les cadres, plus que les autres salariés, semblent embrasser leur condition. Ils trouvent dans le stress, les responsabilités, la compétition, et des marges de manœuvre pourtant réduites autant de sources de gratification symbolique.

Loin d’une adhésion enchantée à l’idéologie managériale, les cadres rencontrés au cours de son enquête par Gaëtan Flocco expriment un rapport au travail qui, malgré tout, relève autant de la réalisation de soi que de l’exploitation. Ainsi, le livre explore l’ambivalence fondamentale qui fait des cadres les complices de leur propre servitude.

Gaëtan Flocco est maître de conférences en sociologie au Centre Pierre Naville (Université d’Evry Val d’Essonne). Il est l’auteur de Sortir de l’entreprise capitaliste (avec D. Bachet, B. Kervella et M. Sweeney, Le Croquant, 2007). Il est membre des comités de rédaction de la Nouvelle Revue du Travail et des Mondes du travail.

Le sommaire de l’ouvrage est reproduit ci-dessous

Lire la suite

Travail, gouvernementalité managériale et néolibéralisme (Lionel Jacquot)

Travail-gouvernementalite-manageriale-neoliberalismeLes nouvelles formes de domination au travail et leurs conséquences viennent rappeler la nature funeste du capitalisme. L’habitacle n’est pas pour autant ébranlé et sa durabilité nous conduit à interroger la gouvernementalité managériale et le néolibéralisme qui constituent ses deux renforts principaux. L’étude des affinités électives entre puissance managériale et puissance néolibérale permet de comprendre les mécanismes modernisés de l’enrôlement du travail. L’ouvrage tente de percer à jour la dynamique contemporaine de rationalisation du travail et analyse pour ce faire les formes de mobilisation et les modes d’usage de la force de travail forgés par le management. Autour de la matrice de la rationalisation, du concept central de rapport salarial, de la problématique du management du travail et du travail du management, des objets de la domination et de l’appropriation au et par le travail, se pose tout un ensemble de questions qui dessine les contours d’un programme de recherches sur lequel peut s’adosser une théorie critique renouvelée du travail.

Lionel Jacquot est professeur de sociologie à l’université de Lorraine où il dirige le Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S). Il est l’auteur de L’expérience du travail à l’épreuve de la modernisation (L’Harmattan, 2003), Figures du salariat (avec Ali Boulayoune, L’Harmattan, 2007), Sociologie du travail et de l’emploi (avec Bernard Balzani, Ellipses, 2010) et L’enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale (PUN – Éditions Universitaires de Lorraine, 2014). Il est membre du comité de rédaction de la Nouvelle Revue du Travail. Lire la suite

L’enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale, Nancy, PUN.

L’enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managérialeLa Nouvelle Revue du travail a le plaisir d’annoncer la parution de L’enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale (Lionel Jacquot) aux Presses universitaires de Nancy, 2014.

Cet essai passe au crible de l’analyse critique l’omniprésence du management et son extension inédite à l’ensemble de la société et de ses institutions. Érigé en nouvelle gouvernementalité, le management est l’expression d’un pouvoir politique qu’un petit nombre d’individus du capital exerce sur le grand nombre du travail afin qu’il « marche » pour lui. Approché de la sorte, il constitue un enrôlement qui repose sur toute une machinerie managériale. Armé d’un esprit sociologique tout en dialoguant avec les autres sciences humaines et sociales, l’auteur vise à décrypter le management au travers des discours et des pratiques, de l’instrumentation déployée, des formes de mobilisation développées et des agents engagés pour prescrire les subjectivités et socialiser les collectifs de travail.

Comprendre comment la machinerie managériale impose le capitalisme néolibéral comme habitacle dans lequel nous devons vivre est l’étape nécessaire pour ne pas s’y résigner et par là même imaginer les voies par lesquelles il est possible d’en sortir.

Membre du comité de rédaction de La Nouvelle Revue du travail, Lionel Jacquot est professeur de sociologie – directeur du Laboratoire lorrain de sciences sociales.

Ouvrage L’enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale
Édition Première édition
Éditeur Presses universitaires de Nancy
Support Livre broché
Nb de pages 111 p.
ISBN-10 281430190X
ISBN-13 9782814301900

Réédition de Théories de la motivation au travail (Salvatore Maugeri)

Salvatore Maugeri, Théories de la motivation au travail, Paris, Dunod, 2013 (2e éd.)

La Nouvelle Revue du travail a le plaisir d’annoncer la réédition (2013) de louvrage Théories de la motivation au travail (Salvatore Maugeri), publié chez Dunod, coll. « Les Topos ».

Plébiscité déjà par plus de 4 000 lecteurs, cet ouvrage permet d’effectuer un tour d’horizon complet des différentes théories de la motivation au travail à travers ses écoles (classique, relations humaines, néoclassique). Il offre une analyse critique des apports de chacune et montre en quoi elle représente une avancée pour la pensée managériale. Cette nouvelle édition mise à jour est enrichie d’exemples et illustrations pratiques (cas réels). L’ouvrage a par ailleurs fait l’objet d’une récente recension parue dans le dernier numéro de la NRT.

Membre du comité de rédaction de notre revue (http://nrt.revues.org/), Salvatore Maugeri est sociologue à l’université d’Orléans, en poste à l’IUT de Chartres.
Rattaché au laboratoire Vallorem (Val-de-Loire-recherche en management), il est aussi membre fondateur et actuel président du RT30 Sociologie de la gestion de l’AFS.

L’innovation dans le travail (dir. Jean-Pierre Durand, Frédéric Moatty et Guillaume Tiffon)

Paru chez Octares éditions

innovation_dans_travailQuelle place occupent l’innovation et la création dans le champ du travail et de l’emploi ? Dans les organisations, la profusion des outils de gestion introduits par les managers a conduit à brouiller la frontière entre les « véritables » innovations et un mouvement d’adaptation-imitation permanent, d’autant que les transformations se superposent, se télescopent et restent souvent inabouties. Au niveau de l’activité, les processus d’innovation résultent du travail des salariés, qui se l’approprient en même temps qu’ils la mettent en œuvre : certains y adhèrent et s’en font les promoteurs quand d’autres y résistent, la contournent ou la transforment en y réinjectant leurs visées propres. Si ces innovations transforment le travail, comment les interpréter ? S’agit-il d’habits neufs revêtus par des rapports de production demeurant inchangés ? Ou d’évolutions qui, sur longue période, témoignent d’une transformation de fond du monde du travail ?
Cet ouvrage répond à ces questions en traitant des innovations managériales et de leurs effets sur le travail. Il analyse comment elles se déploient dans le domaine de la formation professionnelle et la façon dont elles se négocient selon les mondes professionnels. Enfin, il ouvre la boîte noire des processus d’innovation pour y confronter le rôle des acteurs et des dispositifs, si souvent surplombants. Lire la suite