Parution : La Fabrique de l’homme nouveau. Travailler, consommer, se taire ?

Mis en avant

Couverture de la Fabrique de l'Homme nouveauLibération du 10 septembre 2017 : « Gramsci parlait déjà de l’émergence d’un homme nouveau, en analysant l’im­pact non seulement écono­mique mais physique, psy­chologique et moral, qu’avaient sur l’ouvrier les conditions de travail à la chaîne, entre autres, impo­sées par le fordisme, le capi­talisme et l’industrie de masse. La question se pose de nouveau aujourd’hui: « Au-delà des innovations technologiques, quelles trans­formations anthropologiques vivons-nous au cœur du dou­ble phénomène de globalisa­tion et de financiarisation de léconomie ? » Professeur au centre Pierre-Naville (uni­versité d’Evry Paris-Saclay), Jean-Pierre Durand combine ici analyses micro-sociologi­ques et macro-économiques pour montrer comment les travailleurs et les consom­mateurs sont contraints de «réaménager leur psychisme» pour s’adapter aux nouvelles formes de travail, de services et de distribution des biens. « Travailler, consommer et se taire ? » dit le sous-titre. Le futur sera-t-il de régression sociale, ou des alternatives aux modèles dominants sont-elles possibles ? »

Ci-dessous, la table des matières Lire la suite

NRT10 | Printemps 2017 – Genre(s) au travail

Couverture du n° 10 de la NRTLe Corpus de ce numéro explore l’intérêt et les apports d’une lecture genrée des dynamiques des mondes du travail contemporain. Il questionne ensemble « rapports de genre » et « rapports au travail » dans un contexte où s’exacerbent, dans ces deux registres comme dans leurs intersections, les tensions entre les dynamiques d’émancipation et le renouvellement ou l’aggravation des logiques de domination. Il s’agit en particulier de soumettre l’hypothèse selon laquelle le sens des processus d’engagement/désengagement du travail professionnel est rendu plus énigmatique aujourd’hui en raison de la détérioration notable du marché de l’emploi et des conditions de travail. Le rapport au travail des hommes et des femmes est nécessairement affecté par les phénomènes d’individualisation, d’intensification, de précarité, de casse des métiers et des collectifs, de carrières et de salaires bloqués…

Autant de phénomènes qui soutiennent une représentation du « travail moderne » particulièrement peu attractive. Mais de quelle manière le rapport au travail s’en trouve-t-il modifié ? Dans le sens d’un désenchantement, ou d’une prise de distance subjective ? Ou bien la position singulière des femmes dans les rapports de domination contribue-t-elle à alimenter chez ces dernières des attentes et des espérances encore puissantes ? En particulier parce que, pour elles, l’enjeu du travail dépasse la seule sphère professionnelle et affecte l’ensemble du processus d’individuation. En tirant le fil de ce questionnement, on peut se demander comment se traduisent ces attentes : par une résignation plus forte aux contraintes du monde du travail contemporain ? Par l’adoption, au contraire, d’autres pratiques à l’égard de son activité, de sa vie quotidienne et familiale ? Par des engagements collectifs critiques ?

Les questions ne manquent pas lorsqu’on tente d’interroger la centralité subjective du travail à partir d’une perspective genrée. Il ne s’agit pas tant, ici, de mettre en évidence les multiples inégalités et discriminations manifestant le poids des rapports sociaux de sexe dans le monde du travail (désormais largement documentées), que de saisir le(s) processus de construction genrée du rapport au travail par une exploration des résistances, des émancipations, des adaptations ou des accommodements aux contraintes du travail moderne.

La Controverse interroge le film de Ken Loach, I, Daniel Blake, qui, en offrant une critique du système de protection sociale britannique fait écho à de nombreux travaux en sociologie portant sur la gestion du chômage, les transformations du travail, de l’emploi et de la protection sociale. Qu’est-ce que le regard du cinéaste apporte au regard du sociologue ? Que permet-il de mettre en lumière ou à l’inverse conduit-il à assombrir ? En quoi la réalité britannique se rapproche-t-elle de la réalité française ? Parmi les Varia, un article montre comment le lean management a radicalement transformé les conditions de travail des fonctionnaires britanniques dans deux administrations gouvernementales, tout en affectant la qualité des services rendus. Le second article analyse « l’idéal de métier » des libraires spécialisées dans la littérature pour la jeunesse : face à la grande distribution et à la vente en ligne, comment les libraires restent-ils indépendants à partir d’un métier où le conseil aux lecteurs et aux parents continuent de fonder leur raison d’être ?

Champs et contrechamps s’intéresse au dessin ouvrier du xixe siècle : Louis Marie Bosredon (1815-1881), artiste ouvrier proche du socialiste Charles Fourier, recourt au dessin pour critiquer, malgré la censure, les pratiques bourgeoises de l’époque. Bel exemple du rejet de la distinction stricte entre art et science pour faire du dessin ouvrier un moyen d’observation participante à part entière en donnant à l’image toute sa place dans la vie publique. Dans Matériaux, l’entretien avec Rebecca, bénéficiaire du dispositif d’insertion sociale et professionnelle Garantie jeunes interroge la thèse d’une « génération Y » née au moment de la révolution technologique qui douterait des buts du travail. En même temps, l’article développe une réflexion méthodologique sur la complémentarité des techniques d’enquête employées pour saisir, selon différents angles, le rapport au travail et à l’emploi de Rebecca. Enfin, les Recensions et notes de lecture, dans leur diversité, continuent les débats avec les mondes scientifiques et militants, raisons d’être de la Nouvelle Revue du Travail.

Numéro en libre accès intégral sur le site de la NRT !

Pour un aperçu du numéro, voir le sommaire ci-dessous. Bonne lecture ! Lire la suite

NRT9 | Automne 2016 – Les espaces du travail

co9-couv3L’espace de travail prend depuis le début des années 1990 une importance nouvelle au sein des entreprises et des administrations dont traite le Corpus de ce numéro. Il semble (re)devenir une composante stratégique des politiques de réorganisation et de réduction des coûts. Au-delà de cette actualité, l’espace s’apparente à un instrument durable utilisé par les directions d’entreprise pour structurer et contrôler le travail. En effet, l’organisation du travail et l’organisation spatiale entretiennent des relations étroites depuis le début du xxe siècle. La perspective sociohistorique permet de nous éclairer sur l’évolution de la pensée managériale des bureaux et des relations tissées avec les conceptions managériales du travail tertiaire. Dans le même temps, cette lecture sociohistorique permet de montrer combien les modes d’aménagement traduisent spatialement les principes d’organisation valorisés et leurs visées, parfois hésitantes ou paradoxales.

Au-delà de ces perspectives historiques, que nous apprend l’analyse de l’espace sur le travail ? Les différentes contributions nous amènent à considérer l’espace comme la scène où se jouent à la fois rapport salarial, rapports sociaux et relation de service. L’espace, en réunissant dans un même lieu des publics différents avec des enjeux spécifiques, conduit en effet à des situations de superposition ouvrant sur des « conflits serviciels » : il devient à la fois le lieu d’expression des tensions et un moyen de lutte pour la reconnaissance d’activités socialement déconsidérées.

De manière générale, l’espace restitue une opposition permanente entre dépossession organisationnelle et réappropriation individuelle et collective. Il constitue tour à tour (ou simultanément) un moyen de cadrage de l’activité de travail et un moyen d’action des travailleurs dans la réaffirmation de leur quête de reconnaissance et de leur capacité d’agir.

Toujours à propos de l’espace de travail, la rubrique Champs et contrechamps interroge quelques stratégies de photographes souhaitant sortir de l’approche documentaire. Ce qui nous plonge dans l’art contemporain tout en questionnant de nouveau le rapport de la photographie au réel, sur cet objet bien concret et difficile à photographier qu’est l’espace de travail. Le premier article de la rubrique Varia traite du nettoyage industriel, donc de la proximité spatiale de travailleurs aux occupations fort différenciées : l’auteur montre comment des stratégies communes peuvent améliorer les conditions de travail des plus démunis face à leur employeur. En jouant sur la polysémie du terme « ingrédients », le second article de Varia nous invite à penser ce que peut-être la créativité en gastronomie : sur quelles ressources fonder l’innovation en cuisine, dans un secteur singulier caractérisé par l’éphémère et la subjectivité des clients ? Dans le dernier article de la rubrique, l’auteur montre comment, dans les situations de travail étudiées, le collectif s’impose à l’individu comme agent socialisateur pour construire un éthos professionnel dont l’une des dimensions est la maîtrise et le contrôle des émotions.

La Controverse revient sur la proximité de la sociologie avec la clinique de l’activité pour expliciter les tensions et les divergences entre ces approches. La diversité des objets traités et des méthodes, mais aussi la place accordée à la contextualisation du travail lui-même partagent les intervenants tout en réaffirmant des convergences. La rubrique Matériaux offre un témoignage délicatement ciselé éclairant les difficultés que peut rencontrer une femme créant son entreprise : l’envers du décor met en exergue l’importance des ressources sociales et économiques pour des victoires dans des combats toujours recommencés.

Numéro en libre accès intégral sur le site de la NRT

Pour un aperçu du numéro, voir le sommaire ci-dessous. Bonne lecture !

Lire la suite

NRT|8 Printemps 2016 – Quel dialogue social ?

Le chamboulement des relations professionnelles en France continue. D’un côté l’État dit vouloir moderniser les relations sociales pour les rendre plus efficaces, tout en cherchant à contourner les régulations centralisées, le Code du travail voire les forces syndicales elles-mêmes via le recours accru au référendum d’entreprise. De l’autre, le patronat qui trouve que les réformes ne vont jamais assez loin dans la dérégulation en matière de flexibilisation des emplois et de réduction des coûts du travail. Enfin, un syndicalisme quelque peu divisé, mais aussi écorné par des pratiques quotidiennes antisyndicales dans nombre d’entreprises ou d’administration : promotion des cadres syndicaux potentiels, ségrégation des syndicalistes répression… Dans ce chantier permanent, où l’on débat aussi de la représentativité des organisations syndicales des salariés et des patrons, un empilement de textes rend illisible le principe d’articulation des niveaux de la négociation et la possibilité ou non de déroger à un accord de niveau supérieur. Enfin, les gouvernements successifs font glisser les enjeux des négociations collectives de branche – là où la représentation syndicale est instituée – vers le « dialogue social » d’entreprise, là où les syndicats sont quelques fois affaiblis, voire inexistants dans les plus petites. Le rejet de la loi Travail en 2016 repose largement sur ce refus du transfert des lieux de négociations essentielles : en effet, en France, le syndicalisme d’entreprise est bien moins établi que dans les pays anglo-saxons par exemple. Le Corpus de ce numéro de La Nouvelle Revue du Travail analyse finement les significations de la priorité accordée aux négociations d’entreprise à partir de quelques cas emblématiques. Il donne aussi la parole à deux juristes expertes en la matière avant de proposer un texte inédit en français de J. T. Dunlop et W. F. Whyte sur les relations professionnelles dans l’Amérique de l’après-guerre.
La Controverse a quelques liens avec ce Corpus puisqu’elle traite de la situation structurelle du chômage en France et de l’éventuel retour vers le plein emploi, en interrogeant la nature de ce plein emploi. Trois économistes aux orientations très contrastées analysent les causes du chômage et proposent des issues : des solutions libérales à celles accompagnant une autre croissance en passant par le keynésianisme, le lecteur se trouve confronté à un impossible dialogue. C’est aussi sur l’emploi que porte la rubrique Champs et contrechamps, en décortiquant deux documentaires (Pôle emploi ne quittez pas et Les Règles du jeu) sur deux services d’aide au retour à l’emploi. Deux modalités, l’une publique, l’autre privée, toutes deux financées par le service public, avec deux types d’approches et des moyens inégaux : de quoi percevoir la « modernisation » en cours des services publics et les défaillances qui en découlent pour les agents comme pour les usagers.
La rubrique Varia revient, dans deux articles, sur la précarité et surtout sur ses fondements puis sur sa gestion dans deux secteurs bien différents : le travail ouvrier sur les pistes aéroportuaires, de plus en plus sous-traité, et le développement des indépendants dans le transport routier en Espagne, lequel conduit l’auteur à défendre le concept d’auto-exploitation. Dans Matériaux, nous interrogeons longuement Jean, ancien cadre dirigeant devenu ébéniste : qu’est-ce que manager dans une multinationale ? Avec une formation de Gadzarts, comment, en même temps, faire face aux difficultés quotidiennes du terrain et affronter PDG et actionnaires ? Enfin une quinzaine de recensions ou de notes de lecture présentent des ouvrages que nous avons eu plaisir à discuter.

Numéro intégralement en libre accès sur le site de la NRT Lire la suite

Des dominants très dominés. Pourquoi les cadres acceptent leur servitude (Gaëtan Flocco)

Vient de paraître aux Éditions Raisons d’agir

Des dominants très dominés. Pourquoi les cadres acceptent leur servitude, Paris, Raisons d’agir, décembre 2015

Des dominants très dominés. Pourquoi les cadres acceptent leur servitude (Gaëtan Flocco)

Les cadres ont incarné la société salariale : entre le travail et le capital, ils ont prospéré pendant quatre décennies. Depuis les années 1990, eux aussi subissent les effets de l’intensification du travail, des restructurations dans les entreprises et de la peur du chômage.

Pourtant, les cadres, plus que les autres salariés, semblent embrasser leur condition. Ils trouvent dans le stress, les responsabilités, la compétition, et des marges de manœuvre pourtant réduites autant de sources de gratification symbolique.

Loin d’une adhésion enchantée à l’idéologie managériale, les cadres rencontrés au cours de son enquête par Gaëtan Flocco expriment un rapport au travail qui, malgré tout, relève autant de la réalisation de soi que de l’exploitation. Ainsi, le livre explore l’ambivalence fondamentale qui fait des cadres les complices de leur propre servitude.

Gaëtan Flocco est maître de conférences en sociologie au Centre Pierre Naville (Université d’Evry Val d’Essonne). Il est l’auteur de Sortir de l’entreprise capitaliste (avec D. Bachet, B. Kervella et M. Sweeney, Le Croquant, 2007). Il est membre des comités de rédaction de la Nouvelle Revue du Travail et des Mondes du travail.

Le sommaire de l’ouvrage est reproduit ci-dessous

Lire la suite