Ouvriers volontaires, les années 68

couverture des temps modernes , n° 684Sur les « ouvriers volontaires » de la fin des années 1960 et des années 1970, ce numéro double des Temps modernes, épais de 432 p. et publié sous la direction de Jean-Pierre Martin lui-même ancien établi, apporte du neuf. En particulier, on peut y lire des analyses académiques et historiennes fouillées sur les politiques d’établissement en Italie, en Allemagne et qui l’eut cru, aux États-Unis. Car contrairement, à une idée reçue, en Europe, l’établissement n’a pas concerné que l’Hexagone et les termes dans lesquels les établis d’outre-Atlantique se posaient les problèmes politiques évoquent étrangement la manière dont une partie au moins des établis en France se représentaient leur propre mission. Sous la rubrique « précédents historiques », trois articles analysent différentes autres démarches collectives d’aller au peuple (cela commence en 1832…). L’enjambement individuel des barrières de classe par Simone Weil (en 1934-1935), ainsi que par Louis Martin alias Jacques Valdour qui au début du XXe siècle conduit des enquêtes méthodiques et systématiques dans divers milieux ouvriers et dans diverses régions, méritait aussi d’être rappelé. Enfin, ce numéro livre le témoignage d’un établi états-unien et dix-huit témoignages d’anciens établis en France, la plupart prenant la plume sur cette question pour la première fois. On notera que deux de ces textes renvoient à une plongée de respectivement trente-six et quarante ans d’usine à Renault-Flins, une des usines paradigmatiques des industries fordistes dans les décennies d’après-guerre. À lire ce bouquet de témoignages signés pour un tiers par des femmes, il en ressort que le bilan qu’elles et qu’ils tirent de leur expérience est très contrasté.

Collectif
Ouvriers volontaires, les années 68 : l’« établissement » en usine
Les Temps Modernes n° 684-685, juillet-octobre 2015, Gallimard, 432 p.

Parution de Gouvernance(s)

Couevrture du livre Gouvernance(s)La Nouvelle Revue du travail a le plaisir d’annoncer la parution de louvrage Gouvernance(s), publié chez Dunod, coll. « Les Topos ».

Destiné aux étudiants de premier et second cycle universitaires, il a été conçu comme une introduction critique à la notion, facilitant l’accès à une littérature pléthorique sur le sujet. Il pourra être utile aussi aux responsables d’entreprise ou des administrations comme à toute personne désireuse de saisir les origines et les significations d’un terme qui a largement pénétré le sens commun et dont les usages sociaux méritent d’être interrogés. Après un rappel historique, la première partie est consacrée à la gouvernance de l’entreprise, la seconde à la gouvernance politico-institutionnelle.
Une cartographie analytique des principales institutions de la gouvernance mondiale est proposée pour compléter la réflexion.

Membre du comité de rédaction de notre revue (http://nrt.revues.org/), Salvatore Maugeri est sociologue à l’université d’Orléans, en poste à l’IUT de Chartres.
Rattaché au laboratoire Vallorem (Val-de-Loire-recherche en management), il est aussi membre fondateur et actuel président du RT30 Sociologie de la gestion de l’AFS.