JIST 2018 – Appel à communication

Seizièmes Journées Internationales de Sociologie du Travail (JIST)

Cnam, Paris, 9-10-11 juillet 2018 

Appel à communication

Le travail en luttes : résistances, conflictualités et actions collectives

Les grèves à l’usine Renault de Billancourt ou Marzotto en Italie, la grève productive des Lip ou encore les séquestrations de « patrons » comme celle du directeur de l’usine Sud Aviation de Bouguenais font partie des symboles du mouvement de mai 1968 au même titre que les barricades étudiantes dans le quartier latin ou les « émeutes de Pâques » à Berlin. Ces Journées Internationales de Sociologie du Travail de 2018 nous offrent l’occasion de réinterroger, cinquante ans après ce « moment critique », d’une part la centralité du travail dans les luttes sociales et d’autre part les transformations des luttes et de leurs enjeux au travail.

En cinquante ans, le monde du travail a connu quelques grandes évolutions dont il s’agit de mesurer les effets sur les objets et les formes de conflit, de lutte ou de négociation : féminisation et vieillissement de la main d’œuvre salariée, salarisation du plus grand nombre accompagnée au cours des dernières décennies d’une montée de la précarité associée à la crise. De même, l’interdépendance des économies à une échelle plus large a-t-elle pu favoriser des mouvements migratoires contrecarrés par des politiques visant à les contrôler. Dans le même temps, la tertiarisation et les changements technologiques (numérisation, automatisation…) affectent concrètement le travail. Ces évolutions du travail et de l’emploi tant dans leur dimension technique qu’organisationnelle ont également des effets dans la manière dont les collectifs se nouent à l’occasion de conflits contemporains.

Des propositions de communication embrassant une large palette de modes de contestation, allant des micro-résistances individuelles à l’action collective organisée, portant sur des terrains nationaux ou transnationaux, sont attendues autour des cinq axes suivants : Lire la suite

Call for submissions – Moving work online: Digital platform-based employment and jobs

Coordination: Sarah Abdelnour and Sophie Bernard

logo de la NRTA number of digital platforms (Airbnb, Deliveroo, Uber, etc.) have expanded in recent years by presenting themselves as new types of intermediaries linking end users and the suppliers of labour. The success of these new kinds of companies has intrigued the press, causing polarised debates between advocates of “the sharing economy” and critics of how “uber-isation” damages work and employment. Some of these new economic actors have become multinational enterprises within a very short period of time, generating colossal revenues, whereupon they become quickly and widely lauded as the harbingers of a new digital economy. Yet behind this supposedly innovative business model, one particularity characterising this new type of economic transaction is the fact that the suppliers or labour are often private individuals who neither earn wages nor qualify as bona fide professionals. The correct way of viewing them is as the owners of the means of labour (i.e. labour force) that they – acting in their capacity as independent contractors – either sell directly to consumers or else to other intermediaries. Lire la suite

Appel à articles sur la mise en ligne du travail (prolongé jusqu’au 5 janvier 2018)

Mis en avant

Travail et emploi sur les plateformes numériques

Corpus n° 13 coordonné par Sarah Abdelnour et Sophie Bernard (parution automne 2018)

logo de la NRTAu cours des dernières années, de multiples plateformes numériques se sont développées (Airbnb, Deliveroo, Uber, etc.) en se présentant comme de nouveaux types d’intermédiaires entre clients et offreurs de travail. La montée en puissance de ces entreprises d’un nouveau genre suscite une forte fascination médiatique qui se traduit aujourd’hui par une polarisation des débats entre l’apologie de l’« économie collaborative » et la dénonciation des méfaits de l’« ubérisation » sur le travail et l’emploi. Certains de ces nouveaux acteurs économiques sont devenus en quelques années des firmes multinationales, dégageant des chiffres d’affaires colossaux, et érigées alors en emblèmes de la nouvelle économie numérique. Et derrière ce modèle économique jugé innovant, une particularité fondamentale caractérise ce nouveau type de transaction économique : les offreurs de travail sont parfois, voire souvent, des particuliers, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas salariés, ni même forcément professionnels. Ce sont eux qui possèdent l’outil de travail, ou la force de travail, qu’ils vendent en qualité d’indépendants, soit directement aux consommateurs, soit à un intermédiaire. Lire la suite

Appel à contribution « La fabrication des corps au 21e siècle »

Dans le cadre du Festival International de SOciologie (16 au 22 octobre 2017) & des Biennales Durkheim-Mauss à Épinal (18 au 20 octobre 2017)

La fabrication des corps : Éduquer, soigner, augmenter, identifier

Le Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S) organise du 16 au 21 octobre 2017 la deuxième édition du Festival international de sociologie à Épinal qui portera sur « La fabrication du corps au 21e siècle : éduquer, soigner, augmenter, identifier ». Un atelier intéressera plus particulièrement les lecteurs de la NRT : « Formes d’enrôlement des corps et des subjectivités dans le travail ».

Co-organisée par le laboratoire Lorrain de Sciences Sociales de l’Université de Lorraine (2L2S) et par la société d’émulation des Vosges (SEV), la deuxième édition du Festival International de Sociologie (FISO)[1] a choisi de se saisir d’une autre importante question posée par Marcel Mauss dès 1934 et aujourd’hui remise au cœur des débats sociaux, politiques et scientifiques : celle du corps. Lieu de projection des normes et des valeurs façonnant une société dans une époque donnée, mais aussi, instrument par lequel être au monde et y agir, le corps constitue, en effet, un excellent analyseur du « social » (Bourdieu, 1980 ; Berthelot, 1988 ; Détrez, 2002 ; Fassin et Memmi, 2004). La multiplication des parutions et des manifestations scientifiques prenant le corps pour objet témoigne – s’il en était besoin – de la vitalité de la notion et de la vivacité des réflexions qu’elle suscite[2].

Mais la question du corps n’est pas seulement l’affaire des scientifiques. Elle est aussi celle des citoyens : le « corps est politique » comme nous l’ont tôt enseigné les mouvements féministes et il est aujourd’hui l’objet d’une dynamique de repolitisation tout à fait particulière. D’un côté, il devient un critère d’accès à des droits sociaux ou politiques fondamentaux (Fassin, 2010). Exposer son corps pour en montrer la « bonne tenue » ou les failles, en vue d’accéder à des aides sociales ou à des prestations compensant la perte d’autonomie, se soumettre à des procédures de mesure corporelle permettant d’apprécier l’âge, les états de santé psychique ou physique dans le cas des politiques migratoires contemporaines : les exemples sont légion. De l’autre, il est aussi utilisé pour défendre des visions tout à fait particulières de ce qu’est « l’humain » et de la manière dont il doit se (re)produire, se soigner, se réparer, s’améliorer ou mourir. C’est, en effet, au nom de la protection d’un corps « naturel » (dont la teneur est peu questionnée) que plusieurs mouvements sociaux, culturels et politiques agissent dans l’espace public en proposant des « bonnes manières » de concevoir et de faire naître les enfants, de recourir aux technologies de « réparation » du vivant ou à celles le faisant mourir (cf. les débats sur les nouvelles technologies de reproduction, sur l’utilisation des nanotechnologies, sur la fin de vie, etc.). Lire la suite

Call for papers – (Organising) The extension of working time

Lionel Jacquot, Jean-Philippe Melchior, Simon Paye (ed.)

logo de la NRTThe first issue of the Nouvelle Revue du Travail focused on changes in the temporality of work and how this affected work and workers while highlighting the fragmentation of time at work. Between France’s January 17th 2003 Fillon law and August 6th 2015 Macron “Economic growth, activity and equal opportunity” law, the incremental weakening of the country’s 35-hour workweek laws translated into longer working times, accompanied by a general policy of extending peoples’ working lives by requiring them to pay into their pension pots for a longer period of time. Hence the decision taken in this 11th research strand to focus on the extension in working time. Lire la suite