Une prise de position de chercheur·e·s du LEST dans le débat public sur la « réforme » du droit du travail

Une trentaine de chercheurs du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST CNRS UMR7317, Aix-en-Provence) publient un texte d’analyse critique des ordonnances de réforme du Code du travail, en en réfutant les principaux arguments de légitimation. Ils alimentent ainsi le débat public sur l’avenir du travail, des travailleurs et de leurs protections

Texte originellement publié le 14/11/2017 sur le site du LEST (Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail UMR 7317)

C’est au nom de la lutte contre le chômage, de la « libération des énergies » pour la croissance et l’emploi, et de la modernisation du « dialogue social » qu’a été décidée la « réforme » du code du travail. Pour l’essentiel, elle aboutit à fragiliser considérablement le contrat de travail (le CDI) et à favoriser le « dumping social » en inversant la hiérarchie des normes en faveur de la négociation à l’échelon de l’entreprise (et non plus de la branche). Comme le montrent nos travaux et bien d’autres, les principaux arguments qui cherchent à légitimer les ordonnances sont dénués de fondements empiriquement observables.

Lire la suite

NRT|11 Automne 2017 – Travailler plus !

Mis en avant

Couverture du numéro 11 de la Nouvelle Revue du TravailLe onzième Corpus de la Nouvelle Revue du Travail s’intéresse aux durées élevées de travail et en interroge les mécanismes sous-jacents. Au-delà des débats sur la mesure du temps de travail, les auteurs européens se sont longtemps focalisés sur la réduction du temps de travail, en particulier en France autour des 35 heures. Les travailleurs peuvent avoir l’impression d’une intensification du travail ou d’une exigence managériale croissante de disponibilité temporelle, impression qui peut être liée à la déstandardisation des semaines de travail et à l’augmentation des temps de travail atypiques, décalés, irréguliers. L’objectivation des temps consacrés au travail pose des problèmes méthodologiques et métrologiques bien connus et documentés. Diverses stratégies d’observation qualitative ou de quantification ont été mises en œuvre pour rendre compte des principales évolutions historiques des temporalités du travail. Cependant, l’importance des longues durées de travail et leur évolution dans le temps restent des éléments trop faiblement étayés empiriquement. Ce Corpus contribue à combler cette lacune.

Pour comprendre ce que « travailler plus » veut dire, cette livraison de la Nouvelle Revue du Travail interroge les dérégulations temporelles, la flexibilisation du travail, et les remodelages en cours à partir des réformes du Code du travail. Comment les collectifs de travail se structurent-ils quand le cadre temporel commun se relâche ? Sont-ils en mesure de réagir à l’injonction de « travailler plus » ? L’affaiblissement des protections collectives semble également favoriser le modèle de l’employabilité en reportant les décisions sur l’individu sommé d’adapter ses horaires aux demandes de l’entreprise, de se rendre disponible, de moduler son temps de travail. La capacité à « travailler plus », l’apprentissage du changement, la culture du résultat, l’intégration de la logique de l’urgence, etc., ne renvoient-ils pas à une dimension temporelle de l’employabilité attendue dans le régime contemporain de mobilisation de la force de travail ? Quels sont les effets de ce nouveau régime temporel sur le travail et les conditions de travail ? La qualité de vie et l’articulation des temps sociaux sont également en jeu : le recadrage du travail par d’autres activités jugées importantes n’est-il pas plus difficile et le sentiment de manquer de temps au quotidien n’est-il pas plus prégnant ? Quid alors du développement d’un véritable « temps choisi » supposant la possibilité pour le salarié de déterminer de manière autonome la durée et l’aménagement de son travail ? La question est posée de savoir comment les situations d’allongement des durées du travail, qui semblent de moins en moins négociées, s’articulent à la tendance, à l’œuvre depuis plusieurs décennies, d’une flexibilisation des temps de travail et du recul d’une certaine concordance des temps dans la société.

La Controverse sur le revenu universel, sous-titrée « de la diversité des modèles à l’impossible débat », entre en résonance avec les questionnements sur ce « travailler plus ». Cinq spécialistes questionnent une société où les revenus des individus ne seraient plus directement liés au travail, mais comprendraient une partie plus ou moins importante qui leur serait distribuée par la collectivité. La contribution à la rubrique Matériaux rapporte, quant à elle, le parcours d’une ancienne enseignante ayant bifurqué vers une activité de psychopraticienne et recourant au portage salarial. Au carrefour de l’indépendance et du salariat, l’entretien avec Martine met en lumière les logiques et les ressources qu’elle mobilise pour échapper à la précarité tout en donnant du sens à son travail aux différents moments de son parcours.

Dans la rubrique Varia, deux chercheuses de Vienne et de Sofia exposent comment, dans certaines circonstances, les emplois à bas salaire et peu considérés socialement peuvent conduire à une relative satisfaction au travail. Sur la base de données empiriques qualitatives tirées du secteur du nettoyage en Autriche, du secteur des déchets en Bulgarie et de l’aide aux personnes âgées en Italie, l’article présente quatre modèles d’interprétation par les travailleurs eux-mêmes : c’est essentiellement à travers la comparaison avec leur pays d’origine que ces derniers sont conduits à revoir leurs aspirations à la baisse. L’article de Champs et contrechamps sur l’œuvre photographique d’August Sander (1896-1964) analyse trois images de paysans du début du siècle dernier. L’auteur montre les qualités sociologiques de l’œuvre du photographe allemand et en tire des leçons de méthodologie quant au choix et à l’interprétation de l’image photographique. Enfin, une douzaine de recensions et de notes de lecture font partager l’intérêt que porte la revue à des auteurs connus ou à d’autres moins bien diffusés, mais qui méritent d’être découverts.

Numéro intégralement en libre accès sur le site de NRT

Ci-dessous, le sommaire du numéro  Lire la suite

Pétition de soutien au groupement de recherche MAGE (Marché du travail et genre)

Le secrétariat d’État aux droits des femmes vient de supprimer la subvention accordée au groupement de recherche MAGE (Marché du travail et genre) soutenu par le CNRS depuis 1995. Ce qui va freiner les activités du réseau, dans ses activités et ses publications nationales et internationales. Cette politique de la présidence Macron relève d’un pilotage autoritaire de la recherche scientifique qui conduit, au même moment la ministre de l’Enseignement supérieur de la Recherche et de l’Innovation à affecter prioritairement les moyens humains et financiers aux COMUE (communauté d’universités et d’établissements) plutôt qu’aux universités et aux établissements en 2018. Nous vous invitons à signer la pétition à partir du site suivant afin que soit rétablie la subvention gouvernementale au MAGE : https://www.change.org/p/sauvons-le-r%C3%A9seau-de-recherche-mage-pour-l-%C3%A9galit%C3%A9-des-femmes-et-des-hommes-au-travail/share

L’entreprise face au trouble psychique

couverture de L’entreprise face au trouble psychiqueAlors que le monde du travail est soumis aux exigences de la performance et de la   rentabilité, il  n’est pas facile pour les personnes en situation de handicap psychique d’accéder à l’entreprise ou d’y rester. Pourtant, depuis 1991, les efforts uniques et prolongées du Club ARIHM (Club Action et recherche, insertion et handicaps psychiques ou mentaux), dont les pratiques sont orientées vers l’accès des personnes en situation de handicap psychique au monde du travail ordinaire et leur maintien dans l’emploi, confirment que cette ambition reste possible.

En suivant les parcours de personnes engagées avec eux dans des projets d’insertion professionnelle, les auteurs décrivent les modalités de la méthode d’accompagnement (AMPP®) proposée par le Club ARIHM. Ils mettent en évidence les tensions qui traversent ce champ de l’inclusion, entre les risques du travail pathogène et les espoirs que l’emploi constitue un facteur d’une meilleure santé mentale. Ils analysent les échecs et les perspectives nouvelles ouvertes  par le décret du 27 décembre 2016 relatif à l’emploi accompagné, et montrent qu’une stratégie d’accompagnement des personnes en situation de handicap psychique vers et dans l’entreprise peut contribuer à préserver ou promouvoir une part d’humanité dans le monde du travail.

Les auteurs

Gisèle Birck est médecin psychiatre, fondatrice et présidente du Club ARIHM, directeur médical et clinique de l’équipe d’ARIHM Conseil / Club ARIHM.

Clément Bonnet est psychiatre des hôpitaux honoraire, administrateur du Club ARIHM. Il a assuré la direction générale de l’ASM 13 de 1999 à 2006, et la présidence de la FASM Croix Marine de 1990 à 1999.

Proposer une recension de cet ouvrage  à la NRT : salvatore.maugeri[at]univ-orleans[dot]fr

Une étude de la Dares sur les liens entre changements organisationnels, participation des salariés et risque dépressif

Changements organisationnels : la participation des salariés protège-t-elle du risque dépressif ?

Cette étude passionnante que vient de publier la Dares (Ministère du travail), signée par Thomas Coutrot, et nourrie par la dernière enquête (2013) sur les conditions de travail, montre que l’insécurité liée aux changements imprévisibles semble avoir un impact au moins aussi fort sur le risque dépressif que l’insécurité de l’emploi ; et que le fait d’être informé et consulté lors de la mise en œuvre de changements organisationnels est un facteur de santé mentale. Dit autrement, démocratie et santé au travail vont de pair. Selon l’étude, en effet, les changements organisationnels ont concerné quatre salariés sur dix en 2013. Ils peuvent être un facteur d’insécurité pour les salariés, du public comme du privé, et contribuer à dégrader leur santé mentale. Les effets de ces changements dépendent beaucoup de la qualité de l’information des salariés et de leur consultation sur ces changements : 56 % des salariés ayant vécu un changement disent avoir reçu une information satisfaisante, et 17 % estiment avoir eu une influence sur les changements. Les salariés bien informés présentent moins souvent un symptôme dépressif que ceux qui ne l’ont pas été ; c’est encore plus vrai pour les salariés qui jugent avoir influencé les modalités du changement.

Bonne lecture !

Dares Analyses n° 61-sept 17- Changts organisation. et risques dépressifs