L’entreprise face au trouble psychique

couverture de L’entreprise face au trouble psychiqueAlors que le monde du travail est soumis aux exigences de la performance et de la   rentabilité, il  n’est pas facile pour les personnes en situation de handicap psychique d’accéder à l’entreprise ou d’y rester. Pourtant, depuis 1991, les efforts uniques et prolongées du Club ARIHM (Club Action et recherche, insertion et handicaps psychiques ou mentaux), dont les pratiques sont orientées vers l’accès des personnes en situation de handicap psychique au monde du travail ordinaire et leur maintien dans l’emploi, confirment que cette ambition reste possible.

En suivant les parcours de personnes engagées avec eux dans des projets d’insertion professionnelle, les auteurs décrivent les modalités de la méthode d’accompagnement (AMPP®) proposée par le Club ARIHM. Ils mettent en évidence les tensions qui traversent ce champ de l’inclusion, entre les risques du travail pathogène et les espoirs que l’emploi constitue un facteur d’une meilleure santé mentale. Ils analysent les échecs et les perspectives nouvelles ouvertes  par le décret du 27 décembre 2016 relatif à l’emploi accompagné, et montrent qu’une stratégie d’accompagnement des personnes en situation de handicap psychique vers et dans l’entreprise peut contribuer à préserver ou promouvoir une part d’humanité dans le monde du travail.

Les auteurs

Gisèle Birck est médecin psychiatre, fondatrice et présidente du Club ARIHM, directeur médical et clinique de l’équipe d’ARIHM Conseil / Club ARIHM.

Clément Bonnet est psychiatre des hôpitaux honoraire, administrateur du Club ARIHM. Il a assuré la direction générale de l’ASM 13 de 1999 à 2006, et la présidence de la FASM Croix Marine de 1990 à 1999.

Proposer une recension de cet ouvrage  à la NRT : salvatore.maugeri[at]univ-orleans[dot]fr

Une étude de la Dares sur les liens entre changements organisationnels, participation des salariés et risque dépressif

Changements organisationnels : la participation des salariés protège-t-elle du risque dépressif ?

Cette étude passionnante que vient de publier la Dares (Ministère du travail), signée par Thomas Coutrot, et nourrie par la dernière enquête (2013) sur les conditions de travail, montre que l’insécurité liée aux changements imprévisibles semble avoir un impact au moins aussi fort sur le risque dépressif que l’insécurité de l’emploi ; et que le fait d’être informé et consulté lors de la mise en œuvre de changements organisationnels est un facteur de santé mentale. Dit autrement, démocratie et santé au travail vont de pair. Selon l’étude, en effet, les changements organisationnels ont concerné quatre salariés sur dix en 2013. Ils peuvent être un facteur d’insécurité pour les salariés, du public comme du privé, et contribuer à dégrader leur santé mentale. Les effets de ces changements dépendent beaucoup de la qualité de l’information des salariés et de leur consultation sur ces changements : 56 % des salariés ayant vécu un changement disent avoir reçu une information satisfaisante, et 17 % estiment avoir eu une influence sur les changements. Les salariés bien informés présentent moins souvent un symptôme dépressif que ceux qui ne l’ont pas été ; c’est encore plus vrai pour les salariés qui jugent avoir influencé les modalités du changement.

Bonne lecture !

Dares Analyses n° 61-sept 17- Changts organisation. et risques dépressifs

CAPLA – Appel à communication

Colloque International Capitalisme de plateforme – 5-6 juin 2018 – Université Paris Dauphine (english version below)

Date limite de proposition de communication : 27 octobre 2017

Le débat sur les nouvelles formes de travail et d’emploi prend aujourd’hui une ampleur considérable. Pour nombre d’observateurs et de journalistes, les sociétés occidentales seraient en voie d’« ubérisation », néologisme dérivé du nom de la désormais célèbre plateforme de mise en relation de chauffeurs privés et de particuliers usagers. L’entreprise Uber symbolise en effet l’émergence d’un capitalisme de plateforme, qui bousculerait tant l’organisation collective du travail que les formes d’emploi. Derrière le cas d’Uber se profile plus largement un nouveau modèle économique dans lequel des entreprises ayant la forme de  plateformes numériques jouent le rôle d’intermédiaires entre clients et prestataires de service, ainsi qu’entre demandeurs et offreurs de travail. Au-delà du secteur du transport de personnes, des plateformes se sont ainsi développées dans de multiples domaines, tels que la livraison à domicile (Deliveroo) ou la fourniture de logement (Airbnb). Certains de ces nouveaux acteurs économiques sont devenus en quelques années des firmes multinationales (Airbnb, Uber, etc.), affichant des chiffres d’affaires colossaux, et ont été érigés en emblèmes de la nouvelle économie numérique. Ce colloque international sera consacré à l’analyse des nouvelles pratiques économiques et de travail induites par ces plateformes numériques. Lire la suite

JIST 2018 – Appel à communication

Seizièmes Journées Internationales de Sociologie du Travail (JIST)

Cnam, Paris, 9-10-11 juillet 2018 

Appel à communication

Le travail en luttes : résistances, conflictualités et actions collectives

Les grèves à l’usine Renault de Billancourt ou Marzotto en Italie, la grève productive des Lip ou encore les séquestrations de « patrons » comme celle du directeur de l’usine Sud Aviation de Bouguenais font partie des symboles du mouvement de mai 1968 au même titre que les barricades étudiantes dans le quartier latin ou les « émeutes de Pâques » à Berlin. Ces Journées Internationales de Sociologie du Travail de 2018 nous offrent l’occasion de réinterroger, cinquante ans après ce « moment critique », d’une part la centralité du travail dans les luttes sociales et d’autre part les transformations des luttes et de leurs enjeux au travail.

En cinquante ans, le monde du travail a connu quelques grandes évolutions dont il s’agit de mesurer les effets sur les objets et les formes de conflit, de lutte ou de négociation : féminisation et vieillissement de la main d’œuvre salariée, salarisation du plus grand nombre accompagnée au cours des dernières décennies d’une montée de la précarité associée à la crise. De même, l’interdépendance des économies à une échelle plus large a-t-elle pu favoriser des mouvements migratoires contrecarrés par des politiques visant à les contrôler. Dans le même temps, la tertiarisation et les changements technologiques (numérisation, automatisation…) affectent concrètement le travail. Ces évolutions du travail et de l’emploi tant dans leur dimension technique qu’organisationnelle ont également des effets dans la manière dont les collectifs se nouent à l’occasion de conflits contemporains.

Des propositions de communication embrassant une large palette de modes de contestation, allant des micro-résistances individuelles à l’action collective organisée, portant sur des terrains nationaux ou transnationaux, sont attendues autour des cinq axes suivants : Lire la suite

Last Call for Abstract – XIX ISA World Congress of Sociology

Power, Violence and Justice: Reflections, Responses and Responsibilities
Toronto, Canada, July 15-21, 2018

Affiche du congrès de l'ISASince the inception of the discipline, sociologists have been concerned with power, violence and justice. Current social, economic and political challenges enhance their relevance. As capitalist globalization expands and deepens, corporate power increases along with global, national and local inequalities. New geo-political power configurations and confrontations are emerging, with violence being used as a tool to oppress and also to resist oppression. Colonial histories and contemporary land appropriations reflect the structures and cultural processes that perpetuate violence against indigenous and minority communities. States’ failures to meet their responsibility to provide basic resources are often deflected by blaming the most vulnerable. Both global economic and geo-political processes create crises and massive displacements of people and, at the same time, fuel racism, nationalism and xenophobia. We have also seen an increasing buildup of a culture of fear as a powerful tool used by states, corporations and other institutions to generate popular support for curtailing freedom in the name of security. Efforts to curtail the flow of desperate refugees, attest to the reinforcement of national and racialized borders. Despite visible progress on equality issues, violence against women and intersectional violence point to the entrenchment of the gender border around the world. Equally significant is the need to consider the role of state and institutional power relations to ongoing everyday violence. In response to disempowerment, violence, and injustice we have also witnessed nonviolent movements, humanitarian interventions, and peace processes that have empowered communities, reduced violence, and promoted justice. These diverse communities have built solidarities outside the neo-liberal frames of state-global capital nexus.

This XIX ISA World Congress of Sociology will focus on how scholars, public intellectuals, policy makers, journalists and activists from diverse fields can and do contribute to our understanding of power, violence and justice.

Margaret Abraham
ISA President

For basic info on the Congress, see http://www.isa-sociology.org/en/conferences/world-congress/toronto-2018/ Lire la suite