Appel à articles sur la mise en ligne du travail

Mis en avant

Travail et emploi sur les plateformes numériques

Corpus n° 13 coordonné par Sarah Abdelnour et Sophie Bernard (parution automne 2018)

logo de la NRTAu cours des dernières années, de multiples plateformes numériques se sont développées (Airbnb, Deliveroo, Uber, etc.) en se présentant comme de nouveaux types d’intermédiaires entre clients et offreurs de travail. La montée en puissance de ces entreprises d’un nouveau genre suscite une forte fascination médiatique qui se traduit aujourd’hui par une polarisation des débats entre l’apologie de l’« économie collaborative » et la dénonciation des méfaits de l’« ubérisation » sur le travail et l’emploi. Certains de ces nouveaux acteurs économiques sont devenus en quelques années des firmes multinationales, dégageant des chiffres d’affaires colossaux, et érigées alors en emblèmes de la nouvelle économie numérique. Et derrière ce modèle économique jugé innovant, une particularité fondamentale caractérise ce nouveau type de transaction économique : les offreurs de travail sont parfois, voire souvent, des particuliers, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas salariés, ni même forcément professionnels. Ce sont eux qui possèdent l’outil de travail, ou la force de travail, qu’ils vendent en qualité d’indépendants, soit directement aux consommateurs, soit à un intermédiaire. Lire la suite

Appel à contribution « La fabrication des corps au 21e siècle »

Dans le cadre du Festival International de SOciologie (16 au 22 octobre 2017) & des Biennales Durkheim-Mauss à Épinal (18 au 20 octobre 2017)

La fabrication des corps : Éduquer, soigner, augmenter, identifier

Le Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S) organise du 16 au 21 octobre 2017 la deuxième édition du Festival international de sociologie à Épinal qui portera sur « La fabrication du corps au 21e siècle : éduquer, soigner, augmenter, identifier ». Un atelier intéressera plus particulièrement les lecteurs de la NRT : « Formes d’enrôlement des corps et des subjectivités dans le travail ».

Co-organisée par le laboratoire Lorrain de Sciences Sociales de l’Université de Lorraine (2L2S) et par la société d’émulation des Vosges (SEV), la deuxième édition du Festival International de Sociologie (FISO)[1] a choisi de se saisir d’une autre importante question posée par Marcel Mauss dès 1934 et aujourd’hui remise au cœur des débats sociaux, politiques et scientifiques : celle du corps. Lieu de projection des normes et des valeurs façonnant une société dans une époque donnée, mais aussi, instrument par lequel être au monde et y agir, le corps constitue, en effet, un excellent analyseur du « social » (Bourdieu, 1980 ; Berthelot, 1988 ; Détrez, 2002 ; Fassin et Memmi, 2004). La multiplication des parutions et des manifestations scientifiques prenant le corps pour objet témoigne – s’il en était besoin – de la vitalité de la notion et de la vivacité des réflexions qu’elle suscite[2].

Mais la question du corps n’est pas seulement l’affaire des scientifiques. Elle est aussi celle des citoyens : le « corps est politique » comme nous l’ont tôt enseigné les mouvements féministes et il est aujourd’hui l’objet d’une dynamique de repolitisation tout à fait particulière. D’un côté, il devient un critère d’accès à des droits sociaux ou politiques fondamentaux (Fassin, 2010). Exposer son corps pour en montrer la « bonne tenue » ou les failles, en vue d’accéder à des aides sociales ou à des prestations compensant la perte d’autonomie, se soumettre à des procédures de mesure corporelle permettant d’apprécier l’âge, les états de santé psychique ou physique dans le cas des politiques migratoires contemporaines : les exemples sont légion. De l’autre, il est aussi utilisé pour défendre des visions tout à fait particulières de ce qu’est « l’humain » et de la manière dont il doit se (re)produire, se soigner, se réparer, s’améliorer ou mourir. C’est, en effet, au nom de la protection d’un corps « naturel » (dont la teneur est peu questionnée) que plusieurs mouvements sociaux, culturels et politiques agissent dans l’espace public en proposant des « bonnes manières » de concevoir et de faire naître les enfants, de recourir aux technologies de « réparation » du vivant ou à celles le faisant mourir (cf. les débats sur les nouvelles technologies de reproduction, sur l’utilisation des nanotechnologies, sur la fin de vie, etc.). Lire la suite

NRT9 | Automne 2016 – Les espaces du travail

co9-couv3L’espace de travail prend depuis le début des années 1990 une importance nouvelle au sein des entreprises et des administrations dont traite le Corpus de ce numéro. Il semble (re)devenir une composante stratégique des politiques de réorganisation et de réduction des coûts. Au-delà de cette actualité, l’espace s’apparente à un instrument durable utilisé par les directions d’entreprise pour structurer et contrôler le travail. En effet, l’organisation du travail et l’organisation spatiale entretiennent des relations étroites depuis le début du xxe siècle. La perspective sociohistorique permet de nous éclairer sur l’évolution de la pensée managériale des bureaux et des relations tissées avec les conceptions managériales du travail tertiaire. Dans le même temps, cette lecture sociohistorique permet de montrer combien les modes d’aménagement traduisent spatialement les principes d’organisation valorisés et leurs visées, parfois hésitantes ou paradoxales.

Au-delà de ces perspectives historiques, que nous apprend l’analyse de l’espace sur le travail ? Les différentes contributions nous amènent à considérer l’espace comme la scène où se jouent à la fois rapport salarial, rapports sociaux et relation de service. L’espace, en réunissant dans un même lieu des publics différents avec des enjeux spécifiques, conduit en effet à des situations de superposition ouvrant sur des « conflits serviciels » : il devient à la fois le lieu d’expression des tensions et un moyen de lutte pour la reconnaissance d’activités socialement déconsidérées.

De manière générale, l’espace restitue une opposition permanente entre dépossession organisationnelle et réappropriation individuelle et collective. Il constitue tour à tour (ou simultanément) un moyen de cadrage de l’activité de travail et un moyen d’action des travailleurs dans la réaffirmation de leur quête de reconnaissance et de leur capacité d’agir.

Toujours à propos de l’espace de travail, la rubrique Champs et contrechamps interroge quelques stratégies de photographes souhaitant sortir de l’approche documentaire. Ce qui nous plonge dans l’art contemporain tout en questionnant de nouveau le rapport de la photographie au réel, sur cet objet bien concret et difficile à photographier qu’est l’espace de travail. Le premier article de la rubrique Varia traite du nettoyage industriel, donc de la proximité spatiale de travailleurs aux occupations fort différenciées : l’auteur montre comment des stratégies communes peuvent améliorer les conditions de travail des plus démunis face à leur employeur. En jouant sur la polysémie du terme « ingrédients », le second article de Varia nous invite à penser ce que peut-être la créativité en gastronomie : sur quelles ressources fonder l’innovation en cuisine, dans un secteur singulier caractérisé par l’éphémère et la subjectivité des clients ? Dans le dernier article de la rubrique, l’auteur montre comment, dans les situations de travail étudiées, le collectif s’impose à l’individu comme agent socialisateur pour construire un éthos professionnel dont l’une des dimensions est la maîtrise et le contrôle des émotions.

La Controverse revient sur la proximité de la sociologie avec la clinique de l’activité pour expliciter les tensions et les divergences entre ces approches. La diversité des objets traités et des méthodes, mais aussi la place accordée à la contextualisation du travail lui-même partagent les intervenants tout en réaffirmant des convergences. La rubrique Matériaux offre un témoignage délicatement ciselé éclairant les difficultés que peut rencontrer une femme créant son entreprise : l’envers du décor met en exergue l’importance des ressources sociales et économiques pour des victoires dans des combats toujours recommencés.

Numéro en libre accès intégral sur le site de la NRT

Pour un aperçu du numéro, voir le sommaire ci-dessous. Bonne lecture !

Lire la suite

Call for papers – (Organising) The extension of working time

Lionel Jacquot, Jean-Philippe Melchior, Simon Paye (ed.)

logo de la NRTThe first issue of the Nouvelle Revue du Travail focused on changes in the temporality of work and how this affected work and workers while highlighting the fragmentation of time at work. Between France’s January 17th 2003 Fillon law and August 6th 2015 Macron “Economic growth, activity and equal opportunity” law, the incremental weakening of the country’s 35-hour workweek laws translated into longer working times, accompanied by a general policy of extending peoples’ working lives by requiring them to pay into their pension pots for a longer period of time. Hence the decision taken in this 11th research strand to focus on the extension in working time. Lire la suite

Call for papers – “In the field of low-cost practices”

Marnix Dressen and Jean-Pierre Durand (ed.)

logo de la NRTThe notion of “low-costing” – which can refer to a production process or finished product – is difficult to define. The term is also applied in a geographic sense, referring to the cheapness of a country’s workforce. This semantic confusion is one of the reasons it is worth focusing on the construct and analysing its growing importance, notably in the Western world. Lire la suite