Une étude de la Dares sur les liens entre changements organisationnels, participation des salariés et risque dépressif

Changements organisationnels : la participation des salariés protège-t-elle du risque dépressif ?

Cette étude passionnante que vient de publier la Dares (Ministère du travail), signée par Thomas Coutrot, et nourrie par la dernière enquête (2013) sur les conditions de travail, montre que l’insécurité liée aux changements imprévisibles semble avoir un impact au moins aussi fort sur le risque dépressif que l’insécurité de l’emploi ; et que le fait d’être informé et consulté lors de la mise en œuvre de changements organisationnels est un facteur de santé mentale. Dit autrement, démocratie et santé au travail vont de pair. Selon l’étude, en effet, les changements organisationnels ont concerné quatre salariés sur dix en 2013. Ils peuvent être un facteur d’insécurité pour les salariés, du public comme du privé, et contribuer à dégrader leur santé mentale. Les effets de ces changements dépendent beaucoup de la qualité de l’information des salariés et de leur consultation sur ces changements : 56 % des salariés ayant vécu un changement disent avoir reçu une information satisfaisante, et 17 % estiment avoir eu une influence sur les changements. Les salariés bien informés présentent moins souvent un symptôme dépressif que ceux qui ne l’ont pas été ; c’est encore plus vrai pour les salariés qui jugent avoir influencé les modalités du changement.

Bonne lecture !

Dares Analyses n° 61-sept 17- Changts organisation. et risques dépressifs


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *